close
  • Hu chevron_right

    14 juillet: la promotion de la Légion d'honneur compte Castex, Chazal et Blanquer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 14 July - 07:26 · 2 minutes

14 juillet: la promotion de la Légion d'honneur compte Castex, Chazal et Blanquer (Médaille de la légion d'honneur par Sameer Al-DOUMY / AFP) 14 juillet: la promotion de la Légion d'honneur compte Castex, Chazal et Blanquer (Médaille de la légion d'honneur par Sameer Al-DOUMY / AFP)

LÉGION D’HONNEUR - Quel est le point commun entre Jean Castex, Line Renaud, Serge Klarsfeld et Claire Chazal? Ils font tous partie de la promotion du 14-Juillet de la Légion d’honneur publiée ce jeudi au Journal officiel.

Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association des “Fils et Filles des Déportés Juifs de France”, est élevé à la plus haute distinction, celle de grand-croix. Avocat et historien, il est aussi ambassadeur honoraire de l’Unesco pour l’enseignement de l’histoire de l’Holocauste. Son épouse, Beate Klarsfeld , de tous ses combats, y compris la traque des anciens nazis , est promue grand officier.

Line Renaud, cofondatrice de Sidaction, accède elle aussi au rang de grand-croix, de même que Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre. En plus des trois grand-croix, cette promotion du 14-Juillet se répartit entre 270 chevaliers, 39 officiers, 14 commandeurs et trois grands officiers (329 personnes au total).

Plusieurs anciens ministres dans ce nouveau cru

L’immunologue Alain Fischer , président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, est fait grand officier, tandis que le titre de commandeur revient à Véronique Cayla, présidente de l’Académie des César.

La journaliste Claire Chazal devient officier, tout comme Catherine Pégard, présidente du Château de Versailles. La comédienne Marlène Jobert et la chanteuse Rhoda Scott sont faites chevalier .

Le titre de commandeur revient à Jean Castex, ancien Premier ministre, ainsi qu’à Roselyne Bachelot et Jean-Pierre Chevènement, anciens ministres.

Les anciens ministres Jean-Michel Blanquer, Françoise Parly et Jean-Yves Le Drian sont de leur côté faits officier.

Dans les sports, sont nommés chevalier Luis Fernandez, ancien footballeur international, Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France, ou encore Annick Hayraud, manageuse de l’équipe de France féminine de rugby à XV.

Enfin, le pilote de moto Fabio Quartararo, pilote de moto champion du monde de vitesse, et le pilote automobile Sébastien Ogier, champion du monde de rallye, deviennent chevaliers à titre exceptionnel.

À voir également sur Le HuffPost: Emmanuel Macron explique pourquoi il a choisi Pap Ndiaye à l’Éducation

  • Hu chevron_right

    Après les législatives, 91 recours déposés dont un par Blanquer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 1 July - 10:17 · 2 minutes

Caroline Mecary de la NUPES a déposé un recours après sa défaite contre Clement Beaune, ministre délégué de l'Europe, à Paris. Caroline Mecary de la NUPES a déposé un recours après sa défaite contre Clement Beaune, ministre délégué de l'Europe, à Paris.

POLITIQUE - Le Conseil constitutionnel a enregistré 91 recours à la suite des élections législatives de juin dont il va examiner la recevabilité “dans un très bref délai” afin de statuer ensuite sur d’éventuelles irrégularités, a-t-il indiqué ce vendredi 1er juillet dans un communiqué.

Au terme du délai de dix jours dont disposaient les candidats et les électeurs pour déposer un recours, le Conseil va examiner “dans un très bref délai leur recevabilité (…), de manière à écarter dès les semaines à venir ceux qui seraient manifestement irrecevables”.

“Les autres recours seront jugés dans les meilleurs délais, après une procédure contradictoire qui pourra prendre en considération les décisions à venir de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques concernant les comptes de campagne des élus”, a précisé le Conseil constitutionnel.

Le nombre de recours déposés cette année est nettement inférieur aux plus de 200 enregistrés il y a cinq ans.

NUPES contre Ensemble

Sans surprise, les élections qui se sont jouées à quelques voix près ont donné lieu à des recours, à l’image de la 6e circonscription de Haute-Garonne, remportée par 4 voix de différence par la candidate de la majorité présidentielle Monique Iborra sur celui de la NUPES Fabien Jouve. Même cas de figure dans la 8e de Seine-et-Marne où le NUPES Arnaud Bonnet a déposé un recours après avoir été battu de quatre voix par Hadrien Ghomi, de la majorité présidentielle.

À Paris, la NUPES Caroline Mecary a également déposé un recours après sa défaite par 658 voix d’écart face au ministre chargé de l’Europe Clément Beaune . Éliminé au premier tour dans la 4e circonscription du Loiret, l’ancien ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a déposé un recours comme il l’avait annoncé.

À noter que Francis Lalanne, le chanteur éliminé dès le premier tour dans la 3e circonscription de Charente où il a recueilli 2,1% des voix, a également saisi le Conseil.

Retrouvez les résultats du second tour des législatives dans notre carte ci-dessous.

Après examen des dossiers, le Conseil constitutionnel peut soit rejeter la contestation et valider l’élection, soit prononcer l’annulation de l’élection, soit réformer les résultats et proclamer élu un autre candidat (ce qu’il n’a jamais fait à ce jour). Il n’a aucun délai pour prendre sa décision.

Un recours n’est pas suspensif et les députés dont l’élection est contestée peuvent siéger à l’Assemblée jusqu’à la décision du Conseil.

À voir également sur Le HuffPost:

  • Hu chevron_right

    Pap Ndiaye, son programme et ses "points d'inflexion" pour l'Éducation

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 26 June - 09:58 · 3 minutes

Salaire des profs, Parcoursup, concertation... Pap Ndiaye dévoile son programme et ses Salaire des profs, Parcoursup, concertation... Pap Ndiaye dévoile son programme et ses "points d'inflexion" pour l'Éducation

POLITIQUE - C’est la première fois qu’il s’exprime aussi longuement depuis sa nomination. Pap Ndiaye , le nouveau ministre de l’Éducation nationale dévoile son ambition et ses priorités dans un entretien fleuve publié le samedi 25 juin par Le Parisien.

Le successeur de Jean-Michel Blanquer , couvert de critiques par l’extrême droite lors de son arrivée rue de Grenelle , dit vouloir sortir de cette “alternative simpliste qui serait soit la continuité parfaite, soit le virage à 180° et la rupture” avec le premier quinquennat d’Emmanuel Macron.

S’il explique qu’il ne touchera pas à certains totems comme le système Parcoursup ou la réforme du bac, l’historien promet malgré tout davantage de concertations et des “points d’inflexion” sur le “bien-être à l’école”, l’écologie dans les programmes ou la lutte contre les inégalités. En somme, explique-t-il, comme point de départ à son action, “l’école française ne réussit pas sur tout (...) elle se débrouille très mal avec les enfants défavorisés. Cette situation n’est pas acceptable.”

Quel salaire pour les profs?

Première confirmation: le salaire des professeurs débutants va être significativement revalorisé, comme Emmanuel Macron l’avait promis au cours de son premier quinquennat, pour passer à 2000 euros net par mois. Une mesure très attendue par le monde de l’éducation pour rendre plus attractif un métier qui peine à recruter, en témoigne l’affaire du recrutement en “speed dating” à l’académie de Versailles.

À l’heure actuelle, un enseignant stagiaire, en début de carrière, plafonne en moyenne autour des 1500 euros, un titulaire gagne environ 1800. “La hausse de rémunération sera composée de deux parts. La première sera non conditionnée et s’appliquera à tous les enseignants. Ce qui implique de passer le salaire de départ des jeunes au-dessus des 2000 euros net”, indique ainsi Pap Ndiaye, en fixant cette hausse à l’horizon 2023.

Reste malgré tout plusieurs zones d’ombre sur la question épineuse de la rémunération. Le nouveau ministre de l’Éducation nationale ne parle pas des enseignants en milieu de carrière, mal payés eux aussi quand on les compare aux standards des pays de l’OCDE. Il ne donne pas davantage de détails quant aux contours de son futur système de bonus pour les professeurs les plus impliqués, un procédé qui irrite les syndicats.

Pap Ndiaye explique au Parisien qu’une “part salariale” sera “conditionnée à des tâches nouvelles”, en plus de l’augmentation annoncée. En clair, “il s’agit de mieux rémunérer les enseignants, et d’ajouter un bonus pour ceux qui voudront aller plus loin”. Comprendre: travailler plus.

Parcoursup, maths au lycée, bien-être à l’école

Dans son entretien, le ministre a promis un enseignant “devant chaque classe à la rentrée”. Tout en faisant vœu de moins de “verticalité” que son prédécesseur et en plaidant pour que l’école réduise davantage les inégalités scolaires, Pap Ndiaye revendique une certaine continuité avec son prédécesseur. Il annonce par exemple qu’il ne reviendra pas sur Parcoursup, la plateforme d’orientation honnie par les bacheliers, et la réforme du lycée.

Sur le retour pour l’instant facultatif d’au moins 1h30 de maths pour tous dans le tronc commun de première, l’historien de formation, devrait rendre ce volume horaire “obligatoire en 2023”. “C’est l’hypothèse la plus probable”, explique-t-il.

Le nouvel homme fort de la rue de Grenelle assure également qu’il veut par exemple verdir l’école, les bâtiments comme les programmes, et insister sur le “bien-être des élèves et des personnels”.

Le ministre lâche également ses coups à l’égard de l’extrême droite, qui l’a largement critiqué dès sa nomination. Pour lui, n’y a “pas de compromis” à avoir avec le parti de Marine Le Pen, telle est sa “boussole politique”: “Le Rassemblement national a une longue histoire qui s’ancre profondément dans l’anti-républicanisme. Ce n’est pas parce que le Front national parle de République, qu’il est républicain”.

À voir également sur Le HuffPost: Emmanuel Macron explique pourquoi il a choisi Pap Ndiaye à l’Éducation

  • Hu chevron_right

    Blanquer en marche pour l'université d'Assas après sa défaite aux législatives

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 21 June - 13:04 · 2 minutes

L'ancien ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer en marche pour l'université Panthéon-Assas après sa défaite aux législatives (Jean-Michel Blanquer en avril 2022 par REUTERS/Gonzalo Fuentes) L'ancien ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer en marche pour l'université Panthéon-Assas après sa défaite aux législatives (Jean-Michel Blanquer en avril 2022 par REUTERS/Gonzalo Fuentes)

POLITIQUE - Jean-Michel Blanquer va-t-il se recycler à l’université après sa défaite dans la Loiret aux législatives ? Médiapart a révélé ce mardi 21 juin que l’ancien ministre de l’Éducation nationale va retrouver un poste à l’université Panthéon-Assas. Le média explique que ce recrutement découle d’une demande “exceptionnelle” et “extérieure” envoyée le vendredi 17 juin au président de l’université du centre de Paris, Stéphane Braconnier.

Une requête extérieure démentie dans la soirée par Stéphane Braconnier. “Contrairement à ce que laisse croire l’article, aucune ‘demande’ extérieure à l’université n’a précédé les échanges exploratoires entre Monsieur Jean-Michel Blanquer et les responsables compétents de l’Université”, explique-t-il dans un communiqué, précisant qu’“aucune création de post ad hoc n’est prévue”.

Pour rappel, l’ex-ministre de l’Éducation nationale - également agrégé de droit public en 1996 et spécialiste de droit constitutionnel et de droit public comparé - a été battu dès le premier tour des élections législatives dans la 4ème circonscription du Loiret le 12 juin. Cinq jours plus tard cette porte de sortie se dessinait, alors que, comme le précise Médiapart , aucun poste n’avait été envisagé jusque-là à Assas.

Le “prestige” pour Assas d’avoir un ancien ministre dans ses rangs

Comme le précise Mediapart , en temps normal les recrutements sont décidés par les enseignants du département concerné en fonction des besoins et sont soumis à une mise en concurrence des candidatures. Ici la procédure ne semble pas la même. Toutefois Stéphane Braconnier assure: si le processus de recrutement devait se poursuivre, “les procédures réglementaires en vigueur seront évidemment mises en œuvre et suivies”.

Pour justifier ce nouveau poste, le président de l’université a avancé plusieurs arguments auprès du site. Le premier étant la création d’un poste “acquis de manière définitive à notre université”, ce qui, selon lui, “donnerait les moyens d’envisager des réductions d’effectifs [d’étudiants, ndlr] dans des cours ou séminaires pour lesquels cela peut s’avérer utile”. Il évoque également le “prestige” qu’aurait l’université à accueillir un ancien ministre et aux contacts que ce dernier pourrait lui fournir.

Cette arrivée pourrait mettre le feu aux poudres alors que depuis des mois les syndicats de l’enseignement supérieur protestent contre le sous-financement de l’université et le recours excessif aux vacataires et contractuels, faute de crédits pour ouvrir des postes.

À voir également sur Le HuffPost: “Islamo-gauchisme”, “blackface”... Entre Pap Ndiaye et Jean-Michel Blanquer, le grand écart des idées

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: Blanquer, éliminé dans le Loiret, va déposer un recours contre le candidat NUPES

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 13 June - 10:13 · 2 minutes

Législatives 2022: Jean-Michel Blanquer va déposer un recours juridique contre le candidat NUPES Législatives 2022: Jean-Michel Blanquer va déposer un recours juridique contre le candidat NUPES

POLITIQUE - L’ancien ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer (LREM), éliminé dimanche dès le premier tour des élections législatives dans la 4e circonscription du Loiret, va déposer un recours, a-t-il annoncé ce lundi 13 juin sur BFMTV.

Jean-Michel Blanquer est arrivé en troisième position avec 18,89% des suffrages, derrière Bruno Nottin, candidat de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (19,43%) et Thomas Ménagé, du Rassemblement national, qui arrive en tête avec 31,45%. Seulement 189 voix séparent l’ancien ministre du candidat de la Nupes, le privant de l’accession au second tour.

“Le candidat Nupes dans ma circonscription se comporte de façon scandaleuse en permanence, sa violence verbale est extrême, il m’a attaqué à plusieurs reprises de manière inacceptable”, a déclaré l’ancien ministre au micro de BFMTV. “Je ferai un recours juridique sur cette élection parce que le candidat qui est passé devant moi à 180 voix, c’est-à-dire très peu, a violé plusieurs règles électorales pendant la campagne”, a-t-il annoncé.

Post Facebook sponsorisés, venue de son sosie...

“Faire des posts Facebook qui sont sponsorisés vers les électeurs, c’est interdit, par exemple faire venir des gens pour me parodier et éditer des tracts qui imitent mes tracts en disant des choses inexactes, toute une série de choses qui violent sciemment les règles de l’élection. Tout leur semble permis”, a-t-il ajouté.

L’ancien ministre a connu une campagne chahutée, où il a été constamment attaqué sur son bilan à l’Éducation nationale. Son sosie devenu célèbre depuis un happening devant le ministère rue de Grenelle, est également venu sur le terrain. Nour Durand-Raucher, de son vrai nom, est en réalité conseiller EELV à la mairie de Paris depuis 2020 et proche de Julien Bayou.

Sur les derniers jours de la campagne, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de crème chantilly sur un marché par deux professeurs en colère. ”J’ai affronté cette radicalité pendant toute ma campagne, avec une violence verbale extrême, surtout de la part de l’extrême gauche, et qui a un moment s’est muée en violence physique. C’est absolument scandaleux”, a souligné l’ancien ministre sur BFMTV.

La quatrième circonscription du Loiret, centrée sur le Gâtinais, était laissée vacante par le député sortant Jean-Pierre Door (LR). Âgé de 80 ans, ce dernier avait décidé de ne pas se présenter après quatre mandats consécutifs.

Découvrez ci-dessous les résultats du premier tour dans votre circonscription.

https://public.flourish.studio/visualisation/10173125/

À voir également sur Le HuffPost: Faire barrage au RN au second tour? Chez LREM, pas de consigne claire

  • Hu chevron_right

    Résultats législatives 2022: Jean-Michel Blanquer éliminé dès le premier tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 18:12 · 2 minutes

Jean-Michel Blanquer, ancien ministre de l'Éducation nationale et candidat LREM, en campagne le 22 mai 2022 à Montargis, dans la 4e circonscription du Loiret. Jean-Michel Blanquer, ancien ministre de l'Éducation nationale et candidat LREM, en campagne le 22 mai 2022 à Montargis, dans la 4e circonscription du Loiret.

POLITIQUE - Ce scrutin législatif était une première pour l’ancien ministre de l’Éducation nationale, et c’est un échec cuisant. Jean-Michel Blanquer , candidat dans la 4e circonscription du Loiret , est éliminé dès le premier tour ce dimanche 12 juin selon les estimations de l’institur IFOP pour TF1.

Le député LR sortant de cette circonscription, Jean-Pierre Door, élu depuis 2002, ne s’est pas représenté. L’ancien ministre investi sous l’étiquette de la majorité présidentielle “Ensemble” était face à neuf autres candidats mais n’a pas réussi à farnchir la barre du premier tour.

Retrouvez les résultats et les analyses du premier tour des législatives

La campagne de Jean-Michel Blanquer n’a pas été de tout repos. L’ancien ministre trainait à la fois son bilan très critiqué rue de Grenelle ainsi qu’un procès en parachutage, lui qui n’a aucune attache dans la région.

Régulièrement, il a donc dû justifier sa candidature . Sur RMC le 13 mai, il a d’abord présenté le Loiret comme “un exemple des problèmes de la France d’aujourd’hui” sur la problématique d’“isolement en milieu rural” et en particulier la question de la formation qui lui est chère. Face aux électeurs locaux, il a aussi présenté sa candidature comme un barrage à l’extrême droite, après les succès de Marine Le Pen aux deux tours de la présidentielle: 32% au premier et 52% au second.

“J’ai souhaité venir ici, car il est important d’aller à la conquête de territoires qui risquent d’aller vers le vote protestataire. (…) Non, je ne suis pas né ici, mais ce n’est pas le sujet. Le sujet c’est qu’est ce que je peux apporter?”, se défendait-il le 31 mai auprès de France Inter .

Sa fin de campagne a été encore plus difficile qu’au début. Le 4 juin il a été aspergé de chantilly et bousculé lors d’une opération de tractage. L’ancien ministre a dénoncé une “agression” et appelé “au respect.

À voir également sur Le HuffPost: Législatives: Les candidats LREM visés par la justice peu inquiétés dans leur parti

  • Hu chevron_right

    Élections législatives 2022: les points chauds à surveiller ce dimanche

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 05:00 · 4 minutes

Aymeric Caron, Elisabeth Borne, Eric Zemmour, trois candidats aux législatives, trois enjeux différents. Aymeric Caron, Elisabeth Borne, Eric Zemmour, trois candidats aux législatives, trois enjeux différents.

POLITIQUE - C’est le jour J. Ce dimanche 12 juin, les électeurs sont appelés aux urnes pour le premier tour des élections législatives . L’heure de vérité pour les différentes forces politiques engagées dans la bataille, de la Nouvelle union populaire écologique et sociale ( NUPES ) à LREM en passant par le Rassemblement national ou Reconquête! .

Au total, 6291 candidats étaient investis dans les 577 circonscriptions qui sont en jeu. Ce qui offre, forcément, des situations qui méritent qu’on s’y attarde, soit en raison de la configuration politique, soit car des personnalités de premier plan s’y sont engagées, à leurs risques et périls. Cette grosse trentaine de territoires est visible sur la carte interactive présentée ci-dessous.

Commençons ce tour de France en Normandie où la Première ministre Élisabeth Borne se frotte pour la première fois au scrutin législative. Elle est candidate dans le Calvados avec l’obligation de l’emporter pour rester à Matignon. Ce qui semble en bonne voie, puisqu’un sondage lui annonce une avance confortable .

Lui n’est plus au gouvernement, mais se présente aussi pour la première fois. L’ancien ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer , a été investi par la majorité dans le Loiret, dans une circonscription où Marine Le Pen est arrivée en tête au second tour de l’élection présidentielle. Ce poids lourd du quinquennat écoulé parviendra-t-il à se faire élire pour la première fois député? Si l’on en croit un sondage Ifop réalisé dans ce territoire, la tâche s’annonce difficile pour l’intéressé.

Toujours côté gouvernement, il faut garder un œil sur les circonscriptions briguées par les ministres Clément Beaune et Amélie de Montchalin. Tous les deux se présentent dans des territoires ayant placé Jean-Luc Mélenchon en tête au premier tour, à Paris pour le premier, dans l’Essonne pour la seconde. Selon un sondage Ifop réalisé pour le JDD , le match entre Clément Beaune et son adversaire de la NUPES, Caroline Mecary, s’annonce particulièrement serré. La partie s’annonce en revanche moins compliquée pour Damien Abad dans l’Ain.

La carte permet également de voir les candidatures dissidentes, et notamment autour de Montpellier, où le Parti socialiste local, sous l’influence de la présidente de région Carole Delga et du maire de la ville Michaël Delafosse, a décidé de maintenir ses candidats malgré l’accord sur la NUPES scellé par le parti à la rose et l’Union populaire. Même chose dans le Lot, où l’on peut voir l’ampleur des dissidences pilotées par la présidente de Région. Autour de Rouen, où le Parti socialiste, bien implanté localement, on observe également une spécificité géographique provoquant ces dissidences.

Batailles fratricides à l’extrême droite

Autre situation intéressante, la deuxième circonscription du Loir-et-Cher, où l’ex-LR Guillaume Peltier est candidat à sa réélection pour Reconquête!. Le RN, bien décidé à ne faire aucun cadeau au parti d’Éric Zemmour, a investi dans ce secteur un ancien filloniste: Roger Chudeau. Membre du cercle des “Horaces”, ces hauts fonctionnaires qui entourent Marine Le Pen, il pourrait bien gêner le député sortant, puisqu’il lorgne exactement sur le même électorat, souhaitant dépasser la droite et le RN. Le combat s’annonce donc rude dans le secteur.

Même fermeté du RN dans le Vaucluse à l’égard de Stanislas Rigault , pourtant un temps approché par le parti de Marine Le Pen. Le président de Génération Z fera face à Bénédicte Auzanot, une élue régionale lepéniste bien implantée. Quant à Éric Zemmour , candidat dans la 4e circonscription du Var, il fera aussi face à un adversaire RN, Philippe Lottiaux, qui a récemment reçu le soutien , sur place, du président du parti lepéniste Jordan Bardella. À en croire ce sondage Ifop , l’ancien journaliste est moins bien placé que la députée LREM sortante.

Dans d’autres circonscriptions, des personnalités attirent la lumière médiatique. À l’image de l’humoriste Gérald Dahan qui retente sa chance en Charente-Maritime pour la France insoumise, après avoir échoué en 2017 dans les Hauts-de-Seine. Toujours sous les couleurs de la NUPES, le très médiatique Aymeric Caron se jette aussi dans le grand bain, dans la 18e circonscription de Paris; face au sortant Pierre-Yves Bournazel, difficile de faire un pronostic.

À voir également sur Le HuffPost: Stéphane Vojetta, le dissident LREM face à Manuel Valls aux législatives

  • Hu chevron_right

    Aux élections législatives 2022, ces candidats ne pourront pas voter pour eux

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 8 June - 04:00 · 4 minutes

Ces candidats qui ne pourront pas voter pour eux aux élections législatives de 2022 Ces candidats qui ne pourront pas voter pour eux aux élections législatives de 2022

POLITIQUE - “Votez pour moi, parce que moi... Je ne peux pas!”. Voilà en substance ce que pourraient dire aux électeurs ces candidats aux élections législatives , toutes sensibilités confondues, qui se retrouveront dans cette situation le 12 juin prochain, date du premier tour. Car tous ne résident pas dans les circonscriptions qu’il briguent, et sont donc inscrits ailleurs. Une situation que les intéressés préfèrent en général taire, car elle peut alimenter d’embarrassants procès en parachutage .

“Super intéressant comme sujet!”, ironise l’un d’eux. “Vous n’avez que ça à faire?”, renchérit un autre. “Vous ne savez pas travailler”, peste l’entourage d’un candidat sondé. Manifestement, les candidats parachutés ou qui n’habitent pas la circonscription qu’ils convoitent en vue des élections législatives des 12 et 19 juin prochains sont tendus quand on aborde la question de la localisation de leurs bureaux de vote.

Pour autant, Le HuffPost a pu identifier quelques candidats médiatiques qui reconnaissent ne pas pouvoir voter pour eux-mêmes au scrutin de juin. Exemple avec Jean-Michel Blanquer , investi candidat par la majorité présidentielle dans le Loiret. Son équipe de campagne confirmait ce mardi 7 juin qu’il n’est pas inscrit sur les listes électorales de la quatrième circonscription de ce département. Sur BFMTV, le 13 mai, celui qui est taxé de “parachuté” par ses adversaire admettait connaître “un peu” mais pas “parfaitement” le territoire qu’il convoite, tout en vantant ses “atouts extraordinaires”.

“Ce n’est pas un scoop, je ne l’ai jamais caché” Bastien Lachaud, député LFI candidat à sa réélection en Seine-Saint-Denis

À Paris, dans le 18e arrondissement, c’est Aymeric Caron qui ne pourra pas voter pour lui dimanche. L’ancien chroniqueur de Laurent Ruquier , investi par la Nupes, a l’intention de s’y installer s’il remporte le scrutin, mais n’y habite pas. Face à lui, Pierre-Yves Bournazel, le député sortant, investi par Ensemble, le mouvement d’Emmanuel Macron et membre du parti d’Édouard Philippe, Horizons se présente sur ses affiches comme “votre député de proximité”.

Dans la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis, une candidate divers gauche, hors alliance de la Nupes, a épinglé sur son tract de campagne le député sortant Bastien Lachaud. Dans un encadré intitulé “Info de campagne”, Nabila Djebbari affirme que le député sortant Insoumis “est électeur à Paris, dans le 7e arrondissement!”. “Ce n’est pas un scoop, je ne l’ai jamais caché”, répond l’intéressé au HuffPost le 7 juin.

Extrait du tract diffusé par Nabila Djebbari, candidate dans la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis. Extrait du tract diffusé par Nabila Djebbari, candidate dans la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis.

S’il vit à Paris pour des “motifs impérieux familiaux”, le député Insoumis Bastien Lachaud rappelle que sa permanence à la mairie de Pantin est “ouverte tous les jours” et revendique un bilan local important. “J’ai été le premier à alerter sur la question du crack, j’ai été de toutes les mobilisations au côté des habitants où je n’ai jamais vu Nabila Djebbari. De même pour celles des enseignants ou sur les questions de logement”, se défend le député sortant.

Éric Zemmour restera dans le Var toute la journée dimanche et votera donc par procuration. Equipe de campagne du candidat Reconquête!

Dans la quatrième circonscription du Var, c’est Éric Zemmour qui ne pourra pas glisser un bulletin à son nom dans l’urne. “Il restera dans le département toute la journée et votera donc par procuration”, précise son équipe. Pour l’élection présidentielle, l’ancien journaliste, qui ne fait pas semblant d’être du cru et fait de son aura nationale un argument de campagne , avait voté dans son bureau de vote habituel, situé dans le 8e arrondissement de Paris.

Même configuration dans les Yvelines, où le candidat LR Charles Consigny, également ancien chroniqueur chez Laurent Ruquier, se jette dans le grand bain électoral. “Je ne suis pas encore inscrit dans les Yvelines”, reconnaît l’intéressé, qui votera à Paris dimanche 12 juin, mais qui passera la journée “en circonscription”. L’avocat, soutien de Valérie Pécresse pendant la campagne présidentielle, se présente dans la quatrième circonscription du département francilien. Une situation qui fait sourire son adversaire, la députée LREM sortante Marie Lebec: “Je suis ravie que Charles Consigny vienne découvrir Paris extra-muros”.

Des exemples loin d’être exhaustifs sur les 6291 candidats investis dans les 577 circonscriptions. “Vous n’avez pas compté tous ceux qui ont de fausses boîtes aux lettres”, se plaignait l’un d’eux avant la publication de cet article. Rien n’oblige un candidat à habiter la circonscription qu’il brigue, le mandat de député étant national, et non local. Il faudra en revanche scruter si les électeurs en tiennent compte dans leur vote.

À voir également sur Le HuffPost: Stéphane Vojetta, le dissident LREM face à Manuel Valls aux législatives