close
  • chevron_right

    Les avantages merveilleux du CI / CD pour les dev

    news.movim.eu / Korben · Thursday, 21 July - 07:00 · 8 minutes

— Article en partenariat avec Talent.io —

Aujourd’hui les amis, nous allons parler d’un sujet très cher au Devops : Le CI/CD !

Pour ceux qui auraient zappé ces 10 dernières années, le CI/CD est une méthode de développement qui permet de publier des mises à jour de votre code à tout moment sans impacter ce qui est en production. C’est donc parfait lorsqu’on a besoin de mettre en place des cycles de développement plus rapide avec des modifications de code quotidiennes.

En ce qui concerne la signification, CI veut dire « Intégration Continue » et CD, « Déploiement Continu ». C’est très demandé dans les entreprises actuelles et en tant que développeur ou devops, c’est un sujet que vous devez connaître surtout si vous avez prévu de changer de travail pour quelque chose qui vous correspond plus.

Si vous souhaitez être plus proche de chez vous voire en télétravail, avoir un meilleur salaire ou tout simplement travailler sur des projets plus intéressants, je vous invite à vous créer un compte sur la plateforme talent.io . Ça se fait en quelques clics et vous recevrez ensuite des offres de la part d’entreprises qui correspondent à vos critères et qui affichent le salaire d’entrée de jeu ! talent.io c’est LE moyen le plus simple et le plus rapide de trouver votre prochain job tech. Les inscrits trouvent leur emploi en 20 jours en moyenne.

L’intégration Continue

Ce qu’on appelle Intégration Continue (CI) consiste pour les développeurs à tout simplement fusionner avec la branche master, l’ensemble de leurs modifications et cela autant de fois qu’ils le souhaitent

Ainsi, une équipe de développeurs peut travailler simultanément sur le même projet. Le fait d’intégrer une équipe de développeur dans un processus CI/CD permet de s’assurer que le code est testé, correctement formaté et compatible avec l’existant avant de le déployer.

Chacune de ces fusions de code va alors déclencher automatiquement une séquence qui « construire » (build) et tester le code. Ainsi, à chaque ouverture d’une pull request ou à chaque modification du code, le serveur git envoie une notification au serveur d’intégration continue. Ce dernier va alors cloner le dépôt, effectuer les checkouts nécessaires sur la branche source pour enfin la fusionner avec la branche master. Puis le script de build est alors lancé. Cette étape permet ainsi de valider que le code est sûr et respecte les bonnes pratiques, mais également d’automatiser le chargement des dépendances, l’installation des outils nécessaires à l’application et bien sûr la compilation si besoin.

Exemple de script dans l’éditeur de pipeline de Gitlab

La phase de build

Cette phase de build vérifie que l’application, selon le code qui a été commité, peut se qualifier pour les tests ultérieurs.

Cela consiste à « construire » l’application. Avec des langages compilés, ça signifie obtenir un binaire opérationnel alors que sur les langages interprétés, cela consiste à valider la présence des dépendances et des outils nécessaires pour construire l’application. L’objectif ici est d’avoir quelque chose qu’on puisse lancer et tester. Cela peut donc être un binaire, un programme d’install, une image docker, un site web…etc.

La phase de test

La seconde étape consiste à analyser le code sous différents aspects à l’aide d’outils de tests automatisés. C’est une étape qui lorsqu’elle est faite manuellement, est boudée par les développeurs qui la trouvent chronophage et ennuyeuse. On pourrait bien sûr déléguer les tests à d’autres personnes, mais cela déconnecte les développeurs de l’ensemble du projet sans parler du fait que les testeurs vont passer leur temps à les déranger.

Les étapes de validation

Ainsi durant cette phase de test, le linting qui consiste à vérifier le code pour détecter les erreurs programmatiques et stylistiques. Cela permet de s’assurer une certaine homogénéité dans le code.

La qualité du code et de ses fonctions est également évaluée et de nombreuses mesures comme le nombre de lignes, la documentation ou la complexité du code sont prises en compte pour déterminer les endroits dans le projet où le code peut être amélioré.

La sécurité du code est également prise en compte à l’aide d’outils d’analyses qui partent à la recherche des risques de vulnérabilités dans le code lui-même et ses dépendances.

L’accès aux logs

Tout cela se fait durant un laps de temps assez rapide (moins d’une dizaine de minutes) selon les ressources machines disponibles et une fois que la séquence est terminée avec succès, cela signifie que la Pull Request est autorisée et on peut alors passer à la phase de déploiement.

Évidemment, si la séquence est stoppée à cause d’une erreur, la fusion du code est stoppée et un rapport est généré pour permettre aux développeurs de résoudre rapidement le souci. Le CI permet ainsi de travailler par petites itérations et les bugs peuvent ainsi être corrigés plus rapidement.

Vient ensuite une phase « release » qui consiste à packager l’application pour son déploiement ou sa distribution en y intégrant le code de l’application, les scripts d’installation, les dépendances et autres bibliothèques, la documentation, les métadonnées et bien sûr la licence.

Cette version packagée de l’application est alors disponible pour être distribuée ou publiée sur le serveur et servir de point de départ à une configuration des éléments tiers comme la base de données. Si on s’arrêtait à cette étape, on parlerait alors de « livraison continue » (Continuous Delivery), c’est à dire s’assurer que le code est en permanence déployable.

Mais avec le déploiement continu, comme avec talent.io, on va un peu plus loin. D’ailleurs pensez bien lorsque vous renseignerez votre profil talent.io à vous démarquer en faisant ressortir vos points forts comme la maîtrise des concepts CI/CD et vos éléments différenciant pour que les entreprises qui recrutent s’arrêtent sur votre profil.

Le déploiement continu

La phase CD (Déploiement Continue) permet de déployer cette release sur le serveur de destination soit directement après chaque pull request, soit en respectant un calendrier de mise en prod ou sur action humaine uniquement. Ainsi, chaque changement qui arriver à passer toutes les étapes de validation (CI) peut alors finir en production, et cela sans aucune intervention humaine.

C’est donc un excellent moyen d’accélérer la mise en production des nouveautés et permet aux développeurs de se concentrer sur l’écriture de code plutôt que d’organiser des journées de mises en production après des mois de travail à l’aveugle.

Lorsque vous aurez trouvé l’entreprise de vos rêves grâce à talent.io , je compte sur vous pour mettre du CI/CD en place afin de soulager votre équipe ou vous même.

Les outils

Pour faire du CI/CD, il existe des dizaines de solutions commerciales dont voici les plus connues et utilisées :

  • Jenkins est super populaire, car totalement libre et gratuit et permet de décrire des pipelines de construction avec le langage Groovy . Il offre ainsi plus de flexibilité, mais demande un peu plus de compétences techniques.
  • GitHub Actions , cet outil de CI/CD proposé sur le site GitHub et son équivalent pour les entreprises, permet de construire ses pipelines à l’aide d’une configuration YAML.
  • Gitlab CI/CD est semblable à Github Actions. Il est capable de pointer de manière assez spécifique vers les tests qui ont échoué, ce qui permet un debug plus rapide.
  • Enfin, Travis CI totalement dans le cloud permet de monter ses routines CI/CD sans aucune configuration complexe. Et comme il est compatible gratuitement avec Github, Bitbucket ou encore Gitlab, vous pouvez également l’utiliser pour vos projets open source ouvert.

Conclusion

Vous l’aurez compris, il y a de nombreux avantages à mettre en place une procédure CI / CD. En procédant par petites étapes, et en multipliant le nombre d’itérations, on réduit ainsi la probabilité d’erreur et la quantité de travail nécessaire à l’intégration des changements dans l’application. Au contraire, travailler dans de longues boucles de rétroaction est beaucoup plus risqué pour le projet et le temps de travail est plus difficile à estimer.

Le fait d’automatiser toutes ces étapes d’intégration soulage fortement les développeurs des tâches répétitives et permet d’éviter bon nombre d’erreurs humaines à l’aide des tests automatisés effectués à chaque livraison de code. Cela se fait d’ailleurs en toute transparence avec un accès rapide aux logs et il devient très simple de comprendre d’où provient l’erreur.

Il y a donc une meilleure productivité de la part des développeurs, des releases plus fréquentes et une augmentation de la qualité et de la sécurité de ce qui est produit grâce à la standardisation des tests.

Si vous ne l’avez pas encore mis en place dans votre entreprise, je vous recommande vivement d’essayer l’approche CI/CD. Cela vous soulagera sur bien des aspects, notamment en ce qui concerne les tests et l’ensemble des tâches rébarbatives et vous pourrez enchaîner les déploiements dans la joie.

Pensez également à vous créer un profil gratuitement sur la plateforme talent.io , que ce soit pour trouver votre nouvel emploi ou simplement rester à l’écoute du marché. Déjà plus 6 000 développeurs, devops et autres profils tech ont été recrutés grâce à talent.io, alors pour quoi ne pas tenter ?

  • chevron_right

    Aujourd’hui, j’ai 18 ans !

    news.movim.eu / Korben · Saturday, 11 June - 19:15 · 7 minutes

Ce soir les amis, je vais vous demander de lever un verre pour moi ! Car depuis quelques heures, ça fait exactement 18 ans que j’ai lancé Korben.info.

Depuis 1997, j’écrivais déjà sur le Net, par-ci, par-là, partageant toutes mes découvertes, mes analyses, mes bidouilles. Puis un beau jour entre mai et juin 2004 (la date est floue), armé de mon seul pseudo et d’une poignée de lecteurs (dont vous faites peut-être partie), j’ai réservé le nom de domaine korben.tk.

L’objectif était simple : Archiver et partager sous la forme d’un pense-bête numérique, toutes mes découvertes, mes astuces, mes outils…etc.

Le site qui n’était qu’un amas de pages HTML à ses débuts a, quelques années plus tard, basculé sur un nom de domaine plus officiel (korben.info), mais gratuit à l’époque. J’avais 22 ans, pas mal de temps libre à cause du chômage et pas un rond en poche.

Durant des années, j’ai mené une double vie. Salarié le jour, en alimentant massivement mon site chaque jour, écrivant avant d’aller travailler, écrivant en rentrant du boulot et parfois écrivant durant les heures de tafs…

Puis progressivement, après les 8 premières années d’existence, j’ai pu dégager de quoi vivre modestement de mon site. J’ai donc sauté le pas, en me lançant à temps plein dessus.

C’est quelque chose que je n’aurais jamais pu imaginer. À l’époque, je ne croyais toujours pas qu’on pouvait vivre grâce à un site web. Et pourtant, j’avais autour de moi des tas de copains-chefs d’entreprise qui vivaient du web et j’étais totalement admiratif de leur réussite. Ce sont eux qui m’ont progressivement mis en confiance et montré que c’était possible.

Alors bien sûr même si mon site existait déjà avant l’arrivée massive des blogs, et que de mon point de vue (encore aujourd’hui), j’étais « webmaster », on m’a collé de nombreuses étiquettes : blogueur, influenceur, créateur de contenu, et même… journaliste. Lol.

Je n’ai jamais écrit sur le site en me disant : « Un jour ça marchera et j’en vivrais « , ou « Un jour, je serais connu sur le net « . Non, j’ai toujours écrit dessus comme un passe-temps, un plaisir, sans réfléchir aux conséquences, au succès, au buzz…etc. Je n’avais pas de business plan, je n’en ai jamais eu. C’est un projet qui est d’ailleurs toujours très personnel et très artisanal.

Il y a bien sûr eu une époque assez faste liée au succès des blogs et des blogueurs stars et je m’y suis retrouvé un peu mêlé sans forcément chercher cette lumière. Toutefois, je l’avoue bien volontiers, c’était très plaisant : la notoriété, la reconnaissance, les invitations par-ci par-là… J’ai voyagé, j’ai rencontré des gens super, j’ai profité de tous ces bons moments avec beaucoup de reconnaissance sans jamais oublier que tout ceci était éphémère.

Comme pour toute chose, il y a bien sûr eu le revers de la médaille… Les gens toxiques qui me démoralisaient, le harcèlement que je subissais, la jalousie, les commérages… C’était très bizarre, mais j’ai compris avec les années que c’était aussi très basique pour les humains de vouloir salir l’autre. Ça fait partie des blessures qui ne se sont jamais refermées et sur lesquelles j’ai du me construire. Sale période où j’ai vraiment failli fermer boutique.

Puis le temps a passé et finalement les blogueurs à succès ont laissé la place aux influenceurs de réseaux sociaux, aux youtubeurs…etc. Ouf, on me lâchait enfin la grappe.

J’ai donc continué mon travail de fourmi, pas toujours avec la même régularité, car selon les époques il y avait aussi les projets annexes, la vie de famille, la santé, et parfois même une certaine lassitude.

Je me suis bien sûr parfois égaré, écrivant à certains moments plus pour vous plaire que pour moi. Mais j’ai très vite compris que j’étais dans l’illusion et que je n’arrivais à rien si je me « forçais ». J’ai bien sûr perdu des lecteurs en route… Je le sais… Mes centres d’intérêt ont évolué. J’ai évolué. Et le Korben d’aujourd’hui est assez différent du Korben d’il y a 18 ans. C’est comme ça. Mais j’aime me dire que vous avez grandi (non, pas « vieilli », allons) avec moi.

L’année dernière, Korben.info a failli disparaître. L’audience était toujours au rendez-vous (entre 3M et 4M de lecteurs par mois), mais j’avais trop de charges et quelques ruptures de contrats en cascade m’ont laissé avec un mois de trésorerie. Juillet 2021 c’était la fin programmée. Obligé de reprendre une activité salariée ? Changer de domaine ? J’avoue que cette perspective ne m’enchantait guère alors j’ai travaillé 4 fois plus (et ce n’est pas une façon de parler), j’étais hyper angoissé, ne dormant pas la nuit à cause de l’inquiétude.

Puis j’ai réussi à remettre à flot ma barque encore un peu fragile, mais toujours fonctionnelle. Évidemment, il n’y a pas que mon travail qui m’ont permis cela. Je dois aussi vous remercier : Les lecteurs anonymes toujours positifs et encourageants, les patreons qui n’hésitent pas à mettre la main au portefeuille chaque mois en soutien à la cause et évidemment tous les partenaires publicitaires qui travaillent avec moi, parfois depuis des années et qui me font confiance. Sincèrement, merci !

18 ans plus tard, quelle aventure ! Une vie de « chômeur » comme me l’a dit un jour mon fils qui pense que je passe mes journées à glander devant l’ordinateur. Une vie à la fois très riche et très monacale.

En 18 ans j’ai appris énormément de choses. Sur les technologies bien sûr, mais également sur l’humain, sur les nombreuses disciplines requises par mon activité et bien sûr sur moi, sur mes limites.

Aujourd’hui, j’ai 40 ans. Je suis toujours hyper actif numériquement même si j’en fais beaucoup moins qu’avant. La vie de famille me demande du temps c’est certain, mais je me consacre également à d’autres activité « plaisirs » dont tous ceux qui me suivent sur Instagram ou Twitch ont connaissance : bricolage, cuisine, nature, développement, musique…etc. Rien de foufou, mais juste assez pour changer d’air et sortir la tête des écrans.

Aujourd’hui, je suis dans un rythme qui peut vous sembler assez « cool », mais je reste en flux tendu… J’écris sur le site évidemment, ce qui reste ma priorité, mais je tourne également de nombreuses vidéos pour mes soutiens Patreons, j’anime une chaîne Twitch et YouTube dont les abonnés ne font qu’augmenter, et comme si ça ne suffisait pas, j’ai décidé cette année de mettre le feu sur TikTok . Beaucoup de travail, mais évidemment si je le fais, c’est que ça me plaît. D’ailleurs je ne sais pas « rien faire ». Ça doit bien s’apprendre.

Tous mes « potes » blogueurs de la grande époque ont soit revendu, soit disparu ou se sont carrément transformé en média blindé de journalistes et de pigistes.

Je n’ai pas voulu évoluer comme eux. Par flemme, mais également par conviction. J’ai persisté dans cette voie solitaire de l’artisanat, toujours nostalgique de mes débuts sur Internet qui m’ont profondément marqué.

Et même si j’ai souvent l’impression d’être ce dernier Dodo qui regarde partout autour de lui en se demandant où sont passés les autres, je crois qu’au fond j’ai fait le bon choix. Et contrairement à lui, je suis encore là.

Le plus important à retenir c’est qu’aujourd’hui, j’ai toujours autant de plaisir à écrire sur Korben.info et à partager avec vous, qu’à mes débuts. Je devrais même dire « qu’à nos débuts », puisque vous étiez là, toujours fidèle au poste.

Alors je ne sais pas si je repartirais pour 18 ans, 28 ans, 38 ans ou 68 ans supplémentaires, mais je profite de chaque instant, car pouvoir vivre de sa passion comme je le fait, c’est ce qu’il y a de plus précieux. Une vie à geeker, bidouiller, expérimenter, partager, échanger avec vous, c’est vraiment tout ce que je pouvais espérer. Et encore, je manque de temps pour faire tout ce dont j’ai envie.

Encore merci à vous tous, les anonymes, les pas anonymes, les soutiens, les partenaires, les coups de main de passage, les bienveillant(e)s, les cyberpotes que je croise trop peu souvent (snif), et bien sûr la famille et les amis.

Merci, merci, merci.

Joyeux 18 ans à toi, le site au bébé à lunettes de soleil !

  • chevron_right

    Je lance ma collection de NFTs Korben

    news.movim.eu / Korben · Thursday, 31 March - 22:30 · 2 minutes

Ça fait un moment que ça me trotte dans la tête et j’ai enfin décidé de passer à l’action. Cela fait des semaines que je travaille dans le plus grand secret avec un cabinet de conseil et un artiste de talent pour enfin vous proposer ma propre collection de NFT .

Alors attention, je ne vais pas vous vendre de vulgaires images de singes. En partenariat avec la French Teck, la BPI et le Fablab de la ville Belge de Sint-Jans-Molenbeek, ainsi qu’avec l’artiste New-Yorkais Gunsky , je vais dès cet après-midi vous proposer le mint exclusif de ma collection « Nucleus Quantum « .

Il s’agit de NFTs générés aléatoirement grâce à une IA Quantique, imprimés sur une vraie toile avec un tag NFC puis retouchés à la main par mon ami Gunsky avant d’être de nouveau numérisés, puis envoyé sur le réseau IPFS pour être ensuite inscrits définitivement dans les blockchains Avalanche, Polygon et Ethereum. J’ai bien sûr développé mon propre bridge KwaiRiver qui vous permettra de convertir vos NFTs d’une blockchain à une autre.

Le prix de départ du mint sera de 0.8 ETH. Évidemment, il faut voir ça comme un investissement à long terme avec un target goal de ROI > 3000%. J’ai déjà plusieurs partenariats qui s’annoncent avec des marques de mode et des influenceurs / artistes hip-hop.

Je vous donne tous ces détails pour vous rassurer évidemment, car je sais que lancer une collection de NFTs, c’est s’exposer à des critiques du genre : « C’est un ponzi, y’a pas d’utilité, wesh « .

Sauf qu’avec mon NFT, vous aurez de l’utilité. Vous pourrez par exemple participer à des soirées pyjama privées, obtenir des réductions chez mes partenaires comme PereNoel.fr, Surcouf et VideoFutur…. et cerise sur le gâteau accéder gratuitement à mon OnlyFan ainsi qu’à mon blog qui passera en format payant dès l’été 2022.

Patreon a été un succès et c’est vraiment une demande des lecteurs de pouvoir payer pour lire mon contenu jusqu’à présent gratuit.

Alors vous vous en doutez, je ne vais pas vous révéler immédiatement le contenu de cette collection, car je veux que tout le monde soit surpris après son mint, mais ce que je peux vous dire, c’est que cela mêlera les concepts d’informatique quantique, de croissance végétale, d’habitations durables et de notre rapport à la société humaniste dans un monde en transition climatique.

Évidemment, l’argent récolté sera reversé à ma fondation humanitaire qui aide les geeks de mon village à s’équiper en matériel pour pouvoir exercer leur profession de streamer Twitch .

Je ferai le reveal du site dès ce soir. Si vous êtes au rendez-vous, je peux vous dire que l’aventure ne s’arrêtera pas là. Si j’arrive à lever les 300 millions que je me suis fixé en objectif, j’ai sur ma roadmap le développement d’un Metaverse Erotique pour Q3 qui sera suivi en Q4 par la création d’un token (cryptomonnaie) qui permettra d’upgrader définitivement le Bitcoin en lui greffant une Layer 2+1 apportant des fonctionnalités de Digital Liquid Smart Contracts pour faire de la DeFi CBDC de manière anonyme et décentralisée dans le cloud.

En attendant, passez une bonne journée et merci pour votre confiance.

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=HDyeugyDGp4:4ow2qbpxY80:D7DqB2pKExkKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=HDyeugyDGp4:4ow2qbpxY80:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=HDyeugyDGp4:4ow2qbpxY80:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA
  • chevron_right

    Mon process pour faire la bouffe dans la joie et la bonne humeur

    news.movim.eu / Korben · Sunday, 24 October, 2021 - 07:00 · 2 minutes

Parmi les nombreuses activités qui occupent ma journée, y’a un truc que j’aime bien faire, c’est cuisiner. Pas de choses trop complexes ni trop longues, mais je trouve l’activité à la fois relaxante et gratifiante.

Par contre, un truc que je déteste faire c’est préparer les menus et faire les courses. C’est compliqué pour mon petit cerveau.

Alors jusqu’à maintenant, j’utilisais une application baptisée Youmiam qui permet de générer des menus en fonction de nos goûts et d’ingrédients qu’on aurait déjà. Ça générait ensuite une belle liste de courses qu’il fallait alors recréer dans l’application de votre Auchan Drive ou Carrefour Drive. Donc ça prenait un peu de temps, mais c’était mon process.

Sauf que voilà, Youmiam rencontre des problèmes dernièrement et donc je me suis retrouvé dépourvu. Après une semaine sans manger, j’ai alors décidé de prendre les choses en main en me plaignant sur Twitter comme je sais bien le faire.

Et là, l’un d’entre vous m’a gentiment indiqué l’existence d’une autre application : JOW (10 balles offerts sur vos courses en passant par ce lien affilié avec le code 2LE2QR ).

J’étais de retour dans le game !

Donc je vous en parle, car ça peut aussi vous aider. En gros, vous indiquez le matériel dont vous disposez à la maison (micro-ondes, mixeur, four…etc), le nombre d’adultes, le nombre d’enfants (et leur âge) et les trucs que vous trouvez dégueu (ou pour lesquels vous êtes allergique).

JOW va alors générer un nombre de repas pour la semaine, que vous pouvez bien sûr changer si ça ne vous convient pas et SURTOUT, il va pondre une belle liste de course.

Et comme JOW s’interface avec les services de la grande distrib : Auchan, Carrefour, Monoprix, Intermarché, Chronodrive et E.Leclerc Drive.

Ensuite, je fais évidemment un petit tri. J’enlève les trucs que j’ai déjà, je remplace les trucs trop chers par des produits plus abordables, j’enlève les ingrédients qui ne servent à rien et je rajoute les trucs qui manquent genre du chocolat ou du shampoing.

Et voilà.

C’est donc mon nouveau process pour la gestion des repas. En tout cas, ce qu’il me propose convient bien à la famille (les zenfants difficiles), ça ne me demande pas trop de temps et ça allège ma charge mentale.

Du coup, je prends plaisir à cuisiner, mon casque sur les oreilles, en dandinant devant mon four en sirotant une petite fraise à l’eau. Quel plaisir !

Vous pouvez télécharger JOW i ci (10 balles offerts sur vos courses en passant par ce lien affilié ou avec ce code : 2LE2QR ).

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=3Xrz0KUs4c4:QLxJPT3pQNQ:D7DqB2pKExkKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=3Xrz0KUs4c4:QLxJPT3pQNQ:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=3Xrz0KUs4c4:QLxJPT3pQNQ:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA
  • chevron_right

    Pourquoi j’ai arrêté de bosser le vendredi ?

    news.movim.eu / Korben · Tuesday, 28 September, 2021 - 07:00 · 8 minutes

Merci aux soutiens Patreon qui m’ont aidé à finaliser cet article

Même si en ce moment, je ne sors pas vraiment de chez moi, j’ai une vie bien remplie : Des lives à faire sur Twitch, un blog sur lequel je dois publier des contenus, une chaîne YouTube à alimenter, une communauté Patreon qui grossis à vue d’œil et dont il faut que je m’occupe, une boite que je dois faire tourner, des réseaux sociaux à alimenter et également pas mal de travaux à la maison et au jardin, des enfants à m’occuper et puis les tâches de la vie quotidienne.

Bref, tout ça, plus les « à côté » un peu plus détente…

Ça fait beaucoup à caser dans la semaine. Et je dois en plus dormir 6 à 7h par nuit.

Bon maintenant j’ai quelques avantages pour réussir à faire tout ça.

Tout d’abord, ça fait longtemps que je pratique certaines de ces activités, donc je peux aller très vite dans la réalisation d’une tâche. Ensuite, je me lève super tôt et j’attaque tout de suite. Genre à 6h je suis devant l’ordi en train d’écrire.

J’ai également ce besoin viscéral d’être toujours actif. C’est très difficile pour moi de me poser devant un film ou un livre, car j’ai toujours envie d’aller « faire des trucs » qui me semblent plus constructifs. Donc chaque moment de la journée est optimisé. Je lis en faisant du sport, je réfléchis à mes sujets de vidéos sous la douche, je lis mes flux RSS aux toilettes…etc. Sans même m’en rendre compte, mon cerveau optimise chaque espace vide dans mes journées pour y caser une microactivité. Et si je ne le fais pas, je suis malheureux comme un chien.

Évidemment, sur tous ces trucs, je mets des priorités. Par exemple tondre la pelouse passera toujours après le boulot. Ainsi, caser des tâches domestiques comme déboucher une canalisation, poser des plinthes ou tondre la pelouse passera toujours après mon boulot.

C’est pourquoi je case souvent tout cela le week-end. Quand je peux, c’est-à-dire quand il n’y a pas des amis ou de la famille à la maison, ou des courses à faire ou je ne sais quoi.

Vous l’aurez compris, ma vie c’est un bordel sans nom surtout que je n’ai pas vraiment de planning et que je ne suis pas un champion de la todo list.

Et il y a quelques années, j’ai surchauffé et même si je n’ai pas été diagnostiqué, je pense avoir fait un burnout. Trop de trop. Pétage de plomb.

J’ai donc pris progressivement un peu plus de temps pour moi. Moins de boulot, moins de stress, plus de repos et plus de trucs pour moi. Et de fil en aiguille, j’en suis venu à me dire que ce serait quand même vachement cool d’être plus cool avec moi-même et de m’autoriser un genre de vendredi de RTT à vie, chaque semaine.

Après tout, je suis mon propre patron.

Alors fortement inspiré par ce qui se fait dans certaines startups, à savoir laisser aux employés le vendredi pour expérimenter de nouvelles choses dans le cadre de leur boulot, j’ai décidé de me lâcher la grappe le vendredi.

Cela fait 2 ans que je pratique le vendredi off, et je trouve ça intéressant de pouvoir vous faire un retour un peu plus construit. J’ai donc imaginé quelques questions que vous pourriez me poser suite à ce changement, mais si vous en avez d’autres, n’hésitez pas, je viendrais enrichir cet article.

Tu arrives à tout faire en 4 jours au lieu de 5 ?

Alors ça, c’est forcément la première chose à laquelle on pense. Est-ce que j’arrive à faire en 4 jours (avec des horaires normaux) ce que je faisais en 5. Et bien oui… C’est surprenant, mais le temps est relatif et j’arrive à tout faire en 4 jours. Exactement les mêmes choses. Parfois même plus, car je suis moins crevé donc plus productif.

C’est contre-intuitif, mais ça fonctionne en tout cas pour moi. Je ne perds plus une seconde, là où avant je me disais « ça va j’ai le temps, je ferai ça vendredi « . D’ailleurs, en Islande, ils ont fait le test et c’est concluant .

Tu fais quoi le vendredi ?

Alors le vendredi, je vois ça comme le premier jour de mon week-end. Avant de déménager, c’était donc un jour de lecture, faire de nouvelles choses sur l’ordi rien que pour moi (genre de la musique), parfois même je regardais un film (truc de ouf)…etc.

Mais depuis janvier, j’ai déménagé, donc j’attaque directement les travaux dans la maison, le jardin…etc.

Bref, faire tous les trucs que je n’aurais pas le temps de faire la semaine et que je ne peux pas forcément faire le weekend (samedi dimanche), car les obligations familiales viennent prendre le relai.

Le vendredi c’est un peu un jour rien qu’à moi, même si j’en conviens, ça reste très théorique. Mais disons que le simple fait de me dire « Vendredi je fais ce que je veux « , ça me libère vachement l’esprit. Pas de planning, pas d’enjeu, pas de délai à respecter…

Mais genre tu bosses jamais le vendredi ?

Alors c’est là où ça va vous paraître paradoxal, mais il m’arrive de bosser le vendredi. Pas toute la journée, pas parce que j’ai forcement des trucs importants à faire, mais tout simplement parce que j’en ai envie et que ça me fait plaisir.

L’idée du vendredi off, ce n’est pas de se dire « Je ne bosse pas à tout prix » et de fixer le plafond en attendant le lundi. C’est plutôt de se dire « Aujourd’hui c’est mon jour de liberté, de détente, de créativité « . Un maigre jour coincé entre les obligations professionnelles et les obligations familiales. Ce n’est pas grand-chose, mais ça fait toute la différence.

En général, ce que j’appelle « travailler pour le plaisir », c’est écrire des articles pour mon site. C’est créatif, c’est rigolo. Donc quand j’écris un ou deux articles et que j’ai fini, je sais m’arrêter et je ne commence pas les tâches pro plus relous. L’idée c’est de se faire plaisir.

Il faut bien sûr réussir à différencier « travailler pour le plaisir » et « travailler pour minimiser les emmerdes de la semaine suivante « . Ce n’est pas forcement parfait, c’est vrai, et il m’arrive parfois de torcher un truc le vendredi pour être plus cool le lundi matin.

Ah et si le vendredi j’ai une réunion, un événement ou un truc que je ne peux pas décaler, et bien le boulot empiète évidemment sur mon vendredi tranquille. Vous l’aurez compris, le vendredi off n’est pas une science exacte.

Et les autres ?

Et bien avant toutes ces conneries de Covid, j’étais tout seul à la maison, peinard donc la pratique collait avec la théorie. Maintenant madame travaille à la maison, donc même si elle ne me dit rien, ça me fait culpabiliser de glander (je sais c’est con) mais j’essaye de corriger ce biais psychologique ;-).

Après il y a les relations pro :

Il y a ceux qui savent que je ne suis pas dispo le vendredi, mais qui trouvent quand même le moyen de m’appeler et de m’envoyer des e-mails UNIQUEMENT le vendredi parce qu’ils ont procrastiné (terme chic pour dire « se branler la nouille ») toute la semaine.

Et y’a ceux qui ne savent pas, et qui font comme d’habitude, à savoir m’appeler et m’envoyer des emails uniquement le vendredi avant de partir en week-end parce qu’ils ont procrastiné toute la semaine.

Voilà. 😉

Du coup je coupe le téléphone et les emails et le lundi, ils s’étonnent tous que je n’ai pas eu l’info du vendredi. Euh, allo les gens, vous savez que vous avez aussi le droit d’envoyer des emails le lundi, le mardi, le mercredi et le jeudi ?

J’en plaisante, mais ça revient un peu à ce que je disais. Le temps est relatif et les gens ont tendance à étirer leurs tâches sur le temps dont ils disposent. Si lundi, je vous donne un truc à rédiger pour au plus tard vendredi soir, il y a des chances pour que je le reçoive le vendredi soir. et pas un autre jour de la semaine, et cela même si ça demande que 2h de boulot. C’est sûrement explicable par la psychologie, mais j’avoue ça me rend fou.

Ouais, mais moi je ne peux pas.

C’est sûr que tout le monde n’a pas ce luxe.

Certaines entreprises le permettent, mais elles se comptent sur les doigts de la main, mais j’ai bon espoir que le capitalisme comprendra un jour que les gens bossent mieux et plus quand ils sont plus reposés ;-).

Après je connais aussi des gens qui demandent un 80% avec bien sûr une petite perte de salaire pour pouvoir avoir un weekend de 3 jours.

Puis y’a ceux qui le vendredi relâchent fortement la pression et n’en foutant pas une sur leur lieu de travail parce que je cite : « ça sent le weekend « . (Vous vous reconnaissez, j’en suis sûr… ahahah).

Mais si vous pouvez le faire, que ce soit financièrement ou tout simplement parce que vous gérez vous-même votre propre emploi du temps, et bien, je vous invite à tout simplement essayer. Vous verrez ça fait un bien fou.

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=nnS8PIDeago:kN4cIBYqCuU:D7DqB2pKExkKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=nnS8PIDeago:kN4cIBYqCuU:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=nnS8PIDeago:kN4cIBYqCuU:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA
  • chevron_right

    C’est enfin officiel, vous pouvez soutenir Korben.info

    news.movim.eu / Korben · Thursday, 5 August, 2021 - 10:21 · 6 minutes

Hey bonjour,

Alors vous le savez, la vie d’indépendant sur le web n’est pas un long fleuve tranquille et avec cette année de Covid qui vient de s’écouler, il fallait que je prenne de nouvelles décisions pour continuer à faire vivre Korben.info .

J’ai créé ce site en 2004, d’abord sur mon temps libre, en parallèle de mon travail, puis à temps plein. Il y a eu quelques belles années, mais depuis 17 ans, le web a bien changé. Pas mal de sites web ont disparu, la plupart des blogs sont morts ou se sont transformés en médias professionnels, et les bloqueurs ont eu raison de la publicité qui permettaient de financer le fonctionnement des serveurs et des gens qui faisaient vivre les sites.

Bref, pas simple.

Et avec le Covid, tout cela s’est aggravé, y compris pour moi. J’ai l’impression d’être un des derniers dinosaures encore en activité.

Mais la bonne nouvelle, c’est que malgré les années, les buzz et les effets de mode, mon site est toujours une référence pour les bidouilleurs, il est toujours très visité et la communauté n’a jamais été aussi soudée et positive surtout depuis que je me suis mis à Twitch et à Discord.

Mais les annonceurs sont moins nombreux qu’avant, la publicité est bloquée et les budgets sont partis sur des médias plus « hypes » comme TikTok ou Instagram.

Et même si après toutes ces années, il m’a bien effleuré l’esprit de fermer boutique pour tenter d’autres choses, il faut que je me rende à l’évidence :

Il n’y a que Korben.info qui me rende heureux .

J’aime écrire, j’aime partager, j’aime découvrir de nouvelles choses, j’aime bidouiller, j’aime également surfer de-ci de-là toute la journée.

Et sans Korben.info, impossible que je fasse tout ça, comme j’en ai envie et avec mes mots.

D’une certaine manière je ne veux pas rompre cette magie que j’ai réussi à créer avec vous ici.

Je pourrais bien sûr vous faire la pitié toute la journée pour vous inciter à désactiver votre bloqueur de publicité sur mon site, mais vous êtes assez adulte pour savoir ce que vous faites avec, et loin de moi l’envie de vous dire quoi que ce soit à ce sujet ou de vous faire la morale.

Je pourrais aussi collecter des dons comme on me l’a souvent demandé, mais bon, je ne trouve pas ça ouf de faire la manche et légalement, c’est un casse-tête.

La décision

Mais après de grandes discussions avec certains d’entre vous sur tout cela, j’ai décidé de suivre vos conseils et de tenter l’aventure Patreon .

Patreon si vous ne connaissez pas, c’est un service qui permet aux créateurs comme moi de recevoir un soutien financier de la part de leur communauté, en échange de contreparties.

J’ai donc mis ça en place depuis 2 mois et il est temps de vous faire un retour.

Avant tout, il faut bien comprendre que ce Patreon n’enlève rien à l’existant. Les articles ne sont pas devenus payant et les visiteurs occasionnels ne verront aucune différence avec ce qu’ils expérimentent d’ordinaire sur le site.

Par contre, cela permet aux fans du site, aux lecteurs de la première heure et aux vrais soutiens que vous avez toujours été, de contribuer enfin au site. Financièrement bien sûr, mais également de pouvoir participer de manière plus interactive avec moi et avec le contenu que je produis pour vous.

Alors comment ça se passe concrètement ?

Et bien une fois sur la page Patreon, vous avez le choix entre 3 niveaux de contribution que je vais vous détailler.

Niveau 1 – 2,50 € par mois :

  • Vous avez accès au groupe privé Discord.
  • Vous recevez chaque jour dans votre boite mail un article en avant-première, bien avant qu’il soit mis en ligne sur le site.
  • Et je vous propose régulièrement du contenu exclusif, principalement des vidéos tutos, mais également des concours ou des petits billets d’humeur.

Niveau 2 – 7,50 € par mois :

Vous avez la même chose que ceux du niveau 1, sauf qu’en plus, vous avez le droit à :

  • Un badge VIP sur ma chaine Twitch
  • Un accès aux rediffusions de mes émissions Twitch
  • Un accès au groupe Telegram privé sur lequel je vous partage tout ma veille
  • Mes guides et ebooks en téléchargement
Un exemple de newsletter

Niveau 3 – 20 € par mois :

Vous avez la même chose que ceux du niveau 1+2, sauf qu’en plus, vous avez le droit à :

  • Mes formations en téléchargements
  • Un accès au Comité Éditorial de Korben.info
  • Des streams vidéo privés
Le Telegram où je partage ma veille

Et aujourd’hui

J’ai bien rodé le truc pendant plusieurs mois et même sans l’avoir lancé officiellement, juste avec le bouche-à-oreille et les quelques articles que j’ai fait pour annoncer l’arrivée de vidéos pour les soutiens, nous sommes déjà plus de 110 inscrits sur le Patreon .

C’est énorme déjà et je ne m’attendais pas à ça. Vraiment merci à tous ceux qui ont sauté le pas. Ça me permet de valider le test et de pouvoir aujourd’hui l’annoncer officiellement.

Et bien sûr au-delà de soutenir l’existence du site Korben.info, cela me permet de remonter d’un cran ce que je fais au quotidien.

Je m’explique : Jusqu’à présent 100% de ce que j’écrivais allait d’abord sur le site pour être lu par vous, les vrais fans de toujours, mais également par une foule d’anonymes. J’avais souvent le sentiment de bosser un peu dans le vent sans savoir pour qui ni pour quoi.

Avec le Patreon, ça me change la vie puisque je sais que tout ce que j’écris c’est D’ABORD pour vous, le noyau dur de la communauté, les gens sérieux, ceux et celles qui aiment VRAIMENT ce que je fais.

Ainsi vous en profitez en avant-première , vous êtes impliqué dans ce que je produis en vidéos et en écrits, vous participez, vous me suggérez de nouvelles idées et moi je suis d’autant plus impliqué puisque tout ce que je veux depuis toujours c’est vous faire plaisir et passer de bons moments avec vous.

Et finalement, ça me permet de mettre un « visage » sur les lecteurs les plus assidus et attentionnés.

Et je ne suis pas déçu.

Pour le moment, je n’ai que des gens bienveillants, qui m’aident et m’accompagnent et ça fait un bien fou. Ça me donne une vraie énergie pour continuer et surtout ça va à terme me permettre de devenir autonome financièrement rien qu’avec la production de contenu pour les soutiens. En tout cas, c’est ce que j’espère.

Bien sûr l’essentiel du contenu produit POUR les soutiens au site, est ensuite rendu public environ 1 mois plus tard pour que tout le monde puisse en profiter. Donc une fois encore, le contenu reste librement accessible.

Je pense que j’ai trouvé quelque chose d’assez juste, vertueux, où tout le monde y trouvera son compte (sauf les éternels râleurs qu’on croise un peu partout sur la toile depuis les années 1990).

Remerciements

Je tiens donc vraiment à remercier les bêta-testeurs du Patreon qui ont essuyé quelques plâtres au début et qui m’ont permis d’ajouter les choses et toute la communauté Twitch qui m’a bien soutenu ! Merci les gars !

Et puis je te remercie toi qui souhaites nous rejoindre dans cette nouvelle aventure et je te dis : À tout de suite de l’autre côté !

C’est hyper flippant mais en même temps super motivant pour moi et quelque chose me dit qu’on va bien s’amuser !

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=315CDEPwXTw:vCiindpTXUE:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=315CDEPwXTw:vCiindpTXUE:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA
  • chevron_right

    En live, avec vous, pour découvrir WINDOWS 11 ce Jeudi 24 juin sur Twitch

    news.movim.eu / Korben · Wednesday, 23 June, 2021 - 16:21 · 1 minute

Si vous vous intéressez à Windows 11 qui sera présenté officiellement ce jeudi 24 juin à 17h (heure française), sachez que je serai en live sur Twitch pour couvrir l’événement avec quelques invités que vous aimez probablement déjà.

L’idée c’est de regarder ce que Microsoft nous annonce, même si nous sommes nombreux ici à déjà avoir testé Windows 11 suite au leak. On pourra ainsi discuter des nouveautés, mieux comprendre ce qu’il y a sous le capot et voir où Microsoft nous emmène avec ce nouvel OS surprise.

Bref, si ça vous branche, sachez que je serai en live sur Twitch dès 14h et que la conf Microsoft débutera à 17h, donc on commencera à causer sérieux dès 17h .

Allez, à demain !

Avec Fiverr, trouvez le freelance qui vous convient

Comme beaucoup je pense qu’au départ Fiverr a eu un peu l’image de la ferme à graphisme low cost, tous les services étant proposés à bas prix. Mais le marketplace a su se réinventer et propose désormais à des freelances aux talents multiples de s’exprimer selon une palette tarifaire beaucoup plus large (cela va de quelques euros à plusieurs milliers), que ce soit à la mission unique ou via une souscription régulière. La société est aussi entrée en bourse, a racheté plusieurs autres compagnies et a retravaillé son positionnement et son image auprès du public.

Quel que soit votre choix, lorsque vous trouvez une personne qui correspond bien à votre recherche, que vous aimez son travail et son état d’esprit, vous pouvez rester en contact pour qu’elle vous accompagne sur le (très) long terme. Et ça c’est plutôt appréciable lorsqu’on connait la difficulté de trouver la bonne personne avec qui bosser.

Hop découvrez Fiverr

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=bdii9iYs_WM:MnOk1UEENmA:D7DqB2pKExkKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=bdii9iYs_WM:MnOk1UEENmA:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=bdii9iYs_WM:MnOk1UEENmA:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA
  • chevron_right

    Mon retour sur le Cisco Live 2021

    news.movim.eu / Korben · Friday, 9 April, 2021 - 15:45 · 4 minutes

Cisco Live 2021

— Article en partenariat avec Cisco —

Pour ceux qui n’étaient pas en direct avec moi sur Twitch le 31 mars dernier, j’ai couvert dans le cadre d’un partenariat avec Cisco, leur conférence annuelle : la Cisco Live 2021 . Au programme de la journée pas mal de conférences, mais également des moments de détente avec notamment quelques concerts. Ceux qui sont abonnés à ma chaine Twitch peuvent toujours regarder le replay.

Et pour ceux qui n’ont pas pu être présents à ce petit marathon, voici ce que j’en ai retenu :

La journée de conférence a débuté dès 10h avec une intervention du Chuck Robbins, le CEO de Cisco qui a fait son speech d’intro, nous expliquant que l’année (COVID-19) avait été difficile, mais également très inspirante et faite de défis. En effet, le passage massif au télétravail a contraint les entreprises à s’adapter et Cisco a su répondre à leurs demandes sur de nombreux aspects, que ce soit en matière de visioconférence avec Webex, de déploiement d’infrastructures réseau comme des serveurs applicatifs ou des VPN ou encore un important renforcement de la sécurité justement dû au fait que les gens travaillaient de chez eux.

Dans son discours, il a également abordé les thèmes principaux de la conférence Cisco Live, à savoir le futur des réseaux et d’internet , le besoin d’inclusivité pour permettre à tous de ne pas être laissés de côté dans cette « transformation numérique » des entreprises, sans oublié la volonté de célébrer et remercier tous ces héros de l’IT qui cette année se sont démené pour permettre à chacun de continuer à travailler dans les meilleures conditions possibles.

Le speech d

S’en est suivi des confs sur l’offre SASE (Sazy – Secure Access Service Edge) de Cisco qui permet de répondre justement aux défis du travail à distance, en offrant à la fois un monitoring complet de tous les services Cisco, du déploiement natif dans le cloud prêt à l’emploi et sécurisé permettant d’assurer les accès, mais aussi la sécurité et la confidentialité des données.

L

On a eu également le droit à des explications et des démos sur leurs solutions ThousandEyes et AppDynamics qui permet de détecter d’éventuels problèmes et goulots d’étranglement sur le réseau et ainsi les résorber en déployant par la suite de nouvelles instances ou en modifiant certaines règles de routage.

Une autre conf qui m’a bien plu a concerné le concept de passwordless . En effet, dans le futur nous apprendrons à nous passer de mots de passe. Les connexions se feront à l’aide de plusieurs facteurs, par exemple avec un appareil autorisé sur lequel vous êtes déjà authentifié comme votre smarphone ou votre ordinateur portable et bien sûr des contrôles biométriques.

Justement le futur parlons-en…

En plus des conférences d’annonces techniques, on a eu le plaisir d’écouter des futurologues soulignant la façon dont le monde changeait et notamment l’accélération de l’adoption des technologies et l’impact de cette accélération sur les humains. Humains dont les rôles et les métiers sont amenés à évoluer, et à devenir pluridisciplinaires. Une autre futurologue a également parlé de l’espace et de l’économie qui est en train de se dessiner dans ce secteur en pleine croissance.

Le futur et les nouvelles technologies vu par Cisco

Certains points de vue de ces futurologues étaient d’ailleurs très américains dans l’esprit, mais qu’on adhère ou pas à ces futurs possibles, c’est toujours très intéressant d’imaginer l’avenir.

Évidemment vers le milieu de journée, on a eu des petits concerts vraiment cools, notamment de la part du groupe Train, de Pentatonix et de BB Raicha. C’était vraiment bon esprit !

Puis pour conclure cette journée, Cisco avait même invité James Cameron qui nous a expliqué sa façon de travailler, notamment d’anticiper l’avenir et d’inventer les technologies qui lui permettront de faire ses films de demain. C’était inspirant de voir un monument du cinéma comme lui, nous expliquer comment il avait réussi à continuer à travailler à distance avec ses équipes, notamment sur Avatar 2.

Intervention de James Cameron lors de l

Voilà pour le résumé. Si vous voulez plus d’infos, je vous invite bien sûr à consulter le site de Cisco ou les échanges qui ont eu lieu sur les réseaux sociaux avec le hashtag Cisco Live.

L’expérience est réussie pour ma part, et les participants qui étaient avec moi sur le live avaient l’air ravis, donc j’ai hâte de remettre ça !

À très bientôt pour de nouvelles aventures.

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=WKprE1P5zZ4:WlR7zU99XWU:D7DqB2pKExkKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=WKprE1P5zZ4:WlR7zU99XWU:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=WKprE1P5zZ4:WlR7zU99XWU:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA