close
  • Hu chevron_right

    Charles Coolidge, héros américain de la Libération de la France, est mort

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 05:58 · 2 minutes

DÉCÈS - Un ancien combattant américain qui s’était distingué lors des combats contre les troupes allemandes dans l’est de la France en 1944 et avait reçu la plus haute décoration militaire de son pays est décédé cette semaine à l’âge de 99 ans, a annoncé le 7 avril un musée qui porte son nom .

Charles Coolidge, doyen des titulaires de la Médaille d’Honneur, plus prestigieuse distinction militaire américaine, est décédé mardi 6 avril “paisiblement” à Chattanooga, dans le sud-est des États-Unis, a précisé le centre national du patrimoine de la Médaille d’Honneur, baptisé en son honneur.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Charles Coolidge avait d’abord combattu en Afrique du Nord et en Italie où, en 1944, il avait participé aux combats pour reprendre Rome à l’armée allemande, après le débarquement à Anzio.

Envoyée dans le sud de la France en août 1944, sa division avait ensuite remonté le Rhône pour rejoindre la Moselle et se battre aux côtés de la première armée française, où elle subit de lourdes pertes.

En octobre, Charles Coolidge, alors sergent, se trouvait avec un peloton dans la forêt vosgienne de Belmont-sur-Buttant quand ils rencontrèrent une compagnie allemande, accompagnée de tanks. En l’absence d’officier, le jeune homme de 23 ans avait pris le commandement du peloton et tenté de bluffer, demandant la reddition de l’ennemi, mais avait dû faire face à un feu nourri.

“Pendant quatre jours éprouvants, l’ennemi avait lancé des attaques répétées, tandis que le sergent Coolidge arpentait la ligne de front, à portée directe des tirs, dirigeant, calmant et rassurant ses hommes, pour la plupart des jeunes recrues”, a déclaré le musée. “Moins nombreux et moins bien armés, les membres du petit groupe avaient pu repousser l’ennemi à plusieurs reprises grâce au brillant commandement de M. Coolidge”.

Les Allemands ayant appelé des renforts, Charles Coolidge s’était emparé d’un bazooka. Voyant qu’il ne fonctionnait pas, il avait lancé des grenades sur les forces ennemies, avant de se replier avec ses troupes, sans avoir à déplorer de victimes de son côté.

Son “commandement exceptionnel et héroïque” lui avait valu la Médaille d’Honneur l’année suivante.

À la fin de la guerre, l’ancien combattant avait regagné son Tennessee natal et élevé trois enfants.

À voir également sur Le HuffPost: Ils nous ont quittés en 2021

  • Hu chevron_right

    Georges Tron voit sa demande de libération rejetée

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 22 March - 12:44 · 1 minute

Georges Tron au tribunal judiciaire de Paris le 19 janvier 2021.

JUSTICE - C’était une décision très attendue. La cour d’appel de Paris a rejeté ce lundi 22 mars la demande de remise en liberté de Georges Tron, condamné en appel à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelle s en réunion, a annoncé son avocat Me Antoine Vey au HuffPost .

L’ancien maire de Draveil Georges Tron est incarcéré depuis près d’un mois sous le régime de la détention provisoire. Après son pourvoi en cassation, sa condamnation en appel n’est pas définitive.

Selon Me Antoine Vey, son client, présumé innocent depuis qu’il s’est pourvu en cassation, “ne représente aucun risque en termes de fuite”. Il regrette également que Georges Tron n’ait pas été libéré sous bracelet électronique. “Il n’y avait aucun motif pour s’y opposer”, juge-t-il, dénonçant une “justice d’affichage” et une “mauvaise décision de justice.”

“Un climat qui a relégué le droit au second plan”

À l’issue d’une longue délibération en février dernier, la cour d’assises de Paris avait condamné Georges Tron à cinq ans d’emprisonnement, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelles en réunion sur une ex-collaboratrice de sa mairie de Draveil, dans l’Essonne.

Il était accusé par deux anciennes employées de la mairie de leur avoir imposé des attouchements et pénétrations digitales entre 2007 et 2010, généralement lors de scènes de triolisme avec son adjointe à la Culture d’alors Brigitte Gruel.

Les deux accusés, qui ont toujours catégoriquement nié ces allégations, avaient été acquittés en première instance en 2018.

À voir également sur le HuffPost: Avec cette statue, #MeToo revisite le mythe de Médusa

  • Hu chevron_right

    À Libération, la dessinatrice Coco va prendre la suite de Willem

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 8 March - 11:33 · 2 minutes

Corinne Rey, alias

MÉDIAS - La dessinatrice de Charlie Hebdo, Coco, deviendra la caricaturiste attitrée de Libération à partir du 1er avril, date à laquelle son prédécesseur, le Néerlandais Bernhard Willem Holtrop prendra sa retraite du journal, à la veille de son 80e anniversaire, a annoncé lundi le quotidien à l’AFP.

“Pour la première fois en France une femme devient la dessinatrice de presse d’un grand quotidien”, s’est félicité le journal dans un communiqué, précisant que Coco, 38 ans , continuerait parallèlement de travailler pour Charlie Hebdo, comme le faisait Willem, collaborateur historique de l’hebdomadaire satirique, entré à “Libé” en 1981.

Contacté par l’AFP, un porte-parole de Charlie Hebdo a confirmé que Coco poursuivrait sa collaboration avec le titre, tout comme Willem. “Prendre la suite de Willem, et en plus à Libération , c’est un honneur qui ne se refuse pas”, a commenté Coco, citée dans le communiqué. “Je ne dis pas ‘remplacer’ car on ne remplace pas un génie du dessin. Alors je vais faire de mon mieux, cher Willem. (...) Et surtout: être libre et dessiner”.

Survivante des attentats de Charlie Hebdo

Passée par Les Inrockuptibles et Arte, Coco a rejoint Charlie Hebdo en 2008. Elle fait partie des survivants de l’attentat de janvier 2015, qui a décimé la rédaction de l’hebdomadaire satirique. Elle avait raconté dans un témoignage bouleversant lors du procès qui s’est déroulé l’an dernier comment elle avait ouvert la porte du journal aux frères Kouachi, sous la menace d’une kalachnikov.

Willem, résident en France depuis 1968, Grand Prix d’Angoulême en 2013, “a mis son génie graphique et son humour provocateur au service du projet libertaire” de Libération, souligne le journal, qu’il quittera au moment même où son homologue du Monde, Plantu, posera son crayon.

“Pour beaucoup d’entre nous, Willem est un maître à penser, un éditorialiste qui a par hasard également un génie pour la caricature”, a salué le directeur de la rédaction de Libé, Dov Alfon, annonçant “un numéro spécial le jour de son départ le 31 mars”.

“C’est avec une grande joie et un frisson de fierté que j’accueille Coco dans ce rôle”, a-t-il ajouté, se disant “persuadé qu’elle saura(it) le réinventer et le redessiner”, a-t-il ajouté.

À voir également sur Le HuffPost: Coco de Charlie Hebdo a dessiné “Le Banquet” de Platon et c’était du sport

  • Hu chevron_right

    Au Nigeria, les centaines d'adolescentes enlevées dans un pensionnat ont été libérées

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 2 March - 06:45 · 3 minutes

Une classe vide à Jangebe, un village de l

ENLÈVEMENT - Soulagement au Nigeria. Les centaines d’adolescentes enlevées vendredi 26 février dans leur pensionnat de Jangebe , dans le nord-ouest du Nigeria, ont été libérées. “Je suis heureux d’annoncer que les filles ont été libérées . Elles viennent juste d’arriver dans la maison du gouvernement, et sont en bonne santé”, a annoncé le gouverneur de cet Etat, le Dr. Bello Matawalle, à un journaliste de l’ AFP , qui a pu voir les jeunes filles.

“Le nombre total de filles enlevées dans l’école est de 279, elles sont toutes ici avec nous, nous remercions Allah”, a-t-il ajouté.

Les autorités avaient initialement affirmé que 317 jeunes filles manquaient à l’appel après l’attaque de ce pensionnat dans l’Etat de Zamfara dans la nuit de jeudi à vendredi par des hommes armés.

Les traits des visages tirés par la fatigue, les jeunes filles sont arrivées très tôt mardi matin à la maison du gouvernement à Gusau, la capitale de Zamfara, dans plusieurs mini-bus, a constaté un journaliste de l’ AFP .

Les autorités les ont réunies dans un auditorium où des vêtements propres, un hijab de couleur bleu ciel, leur a été distribué.

Sous les objectifs des journalistes, les adolescentes se sont ensuite levées sous la musique de l’hymne nationale nigérian.

Les écoles, ce nouvelle cible

Il s’agissait du quatrième enlèvement de masse d’écoliers en moins de trois mois dans le nord-ouest du Nigeria, où des groupes criminels, appelés “bandits”, multiplient les vols de bétail à grande échelle et pratiquent les enlèvements contre rançon.

Lors des kidnappings, les “bandits” ciblent les personnalités publiques ou les voyageurs sur des axes routiers. Mais ces derniers mois, les écoles semblent être devenues une cible lucrative pour ces gangs criminels.

Les autorités de Zamfara ont l’habitude de discuter avec les groupes criminels avec lesquels ils négocient depuis plus d’un an des accords d’amnistie en échange de la remise de leurs armes.

Ce sont les responsables de l’Etat de Zamfara qui avaient d’ailleurs négocié la libération en décembre dernier de 344 garçons, enlevés par des bandits dans leur pensionnat de l’Etat voisin de Katsina.

A chaque libération, les autorités nient payer une quelconque rançon aux ravisseurs, mais cela fait pourtant peu de doute pour les experts en sécurité qui craignent que cela ne mène à une multiplication des enlèvements dans ces régions minées par l’extrême pauvreté et peu ou pas du tout sécurisées.

Ce nouvel enlèvement de masse avait ravivé le souvenir du rapt de Chibok en 2014, lorsque le groupe jihadiste Boko Haram avait enlevé 276 lycéennes dans une autre région du pays (nord-est), suscitant une émotion mondiale.

Plus d’une centaines d’entre elles sont encore portées disparues et personne ne sait combien sont toujours vivantes.

Scolarisation, pauvreté et insécurité

Mais ces deux enlèvements sont à distinguer: les “bandits” agissent avant tout pour l’appât du gain, et non pour des raisons idéologiques, même si certains ont tissé des liens avec les groupes jihadistes dans le nord-est.

Après ce nouveau kidnapping de masse vendredi, le président Muhammadu Buhari, très décrié face à la situation sécuritaire catastrophique dans le Nord du Nigeria, d’où il est originaire, avait assuré qu’il ne “cèderait pas au chantage” des “bandits”.

Leur nombre est incertain, mais ces groupes armés attirent de plus en plus de jeunes désoeuvrés de ces régions où plus de 80% des habitants vivent dans l’extrême pauvreté.

Certains de ces groupes comptent des centaines de combattants, d’autres, seulement quelques dizaines

Ces violences criminelles ont fait plus de 8.000 morts depuis 2011 et forcé plus de 200.000 personnes à fuir leur domicile, selon un rapport du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) publié en mai 2020.

L’autre inquiétude est que la multiplication de ces kidnappings n’aggravent encore la déscolarisation, particulièrement des filles, dans cette région qui compte déjà le plus grand nombre d’enfants n’allant pas à l’école au Nigeria, selon l’ICG.

À voir également sur Le HuffPost: Enlevés par Boko Haram, ces élèves nigérians retrouvent leur famille

  • Hu chevron_right

    Cette Une de Libé met la Macronie dans tous ses états

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 27 February - 19:47 · 6 minutes

La Une de Libération de ce samedi 27 février mettant en avant les témoignages d

POLITIQUE - La majorité en perd son unité. Ce samedi 27 février, LE sujet politique de la journée, c’était la Une de Libération renvoyant dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron en relayant la parole d’électeurs de gauche se disant trop déçus par le mandat en cours pour envisager de voter à nouveau pour le président sortant en 2022. Et ce même s’il se retrouvait une seconde fois face à la candidate annoncée du parti d’extrême droite.

Derrière cette Une, en ouvrant le journal, on découvre les témoignages d’électeurs (et de lecteurs) qui fustigent tantôt la présidence en réalité droitière -sous couvert de centrisme - du fondateur de la République en marche, tantôt la désunion de la gauche, incapable de mettre de côté ses divergences pour faire front commun. Surtout, beaucoup refusent de répéter un geste devenu réflexe depuis le 21 avril 2002: celui de voter pour faire barrage , c’est-à-dire de voter contre des idées qu’ils rejettent plutôt que pour celles qui les animent.

Un constat, présenté sous forme de cri d’alarme par le quotidien, qui n’a cessé d’animer la majorité ce samedi. Car face à ce désaveu -certes énoncé dans le cadre d’une projection de second tour en 2022 qui n’a pour l’heure pas grand-chose de tangible (même si les sondages l’accréditent de plus en plus)-, LREM semble ne pas savoir comment réagir.

Agenda politique de la gauche pour certains...

Pour preuve, deux lignes se sont dégagées tout au long de la journée au sein de la Macronie. D’un côté, il y a ceux qui ont refusé de voir le constat dressé par Libération , et qui ont immédiatement dénoncé la posture du quotidien. ”À trop vouloir radicaliser le président Macron à des fins électorales, la gauche sert le projet du Rassemblement national dans sa quête d’affichage d’une respectabilité de façade”, a par exemple lancé le député Denis Masséglia .

Dans la même veine, les ténors que sont Christophe Castaner, chef du groupe LREM à l’Assemblée nationale, ou François de Rugy, ancien président de la chambre, ont tous deux déploré que Libé ”épargne” l’extrême droite en la mettant sur le même plan que le camp du président.

Plus virulent encore, la députée de Paris Anne-Christine Lang clame la “honte” de la “soi-disant vraie gauche” qui “perdu ses valeurs”; sa collègue Aurore Bergé tance la “prophétie auto-réalisatrice” proférée par le journal, et l’ancienne ministre Nathalie Loiseau voit dans la Une “une partie de la gauche” qui “espère le pire dans l’attente de jours meilleurs pour elle”.

En clair, pour cette première moitié des partisans d’Emmanuel Macron, ce n’est pas le constat dressé par Libération qui est à observer, mais plutôt l’attitude du journal de l’évoquer qui est à déplorer.

... réalité nouvelle à prendre en compte pour d’autres

Sauf que le quotidien relaie en réalité ce que ses lecteurs voient comme les contradictions d’un parti au pouvoir dont le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, peut dire à Marine Le Pen qu’elle est “ trop molle ” face à l’islamisme, et qui est reçu par un Éric Zemmour, nouvel emblème de la droite identitaire, avec des acclamations pour son projet de loi contre le “séparatisme”.

Et cela, d’autres membres de la majorité semblent le réaliser à la lecture de Libération . “Facile de critiquer cette Une provoc’ de Libé, mais plus difficile d’admettre que l’édito pointe une vérité qui dérange”, tweete par exemple le député de la Loire Jean-Michel Mis. Et d’ajouter: “Beaucoup d’électeurs de gauche sont déstabilisés par une gestion de crise qui peine à définir un projet politique progressiste pour le temps long.”

De la même manière, les députés LREM de la Creuse Jean-Baptiste Moreau et de Paris Laetitia Avia s’accordent sur le fait que Libération alerte davantage sur une donne à prendre en compte à l’avenir pour faire efficacement barrage au Rassemblement national qu’il ne met en branle un agenda politique.

À l’inverse de ses compères cités plus haut, l’élu agriculteur préfère ainsi prendre note pour la suite. “Il n’y aura plus de front républicain, c’est un fait”, écrit-il, quand d’autres parlementaires LREM préféraient, on l’a vu, nier les arguments avancés par le quotidien.

“Le RN au pouvoir serait une catastrophe. Nous ne l’empêcherons pas par l’incantation, mais par notre action, notre humilité et notre force de conviction”, ajoute-t-il. Une sortie sûrement plus proactive que la réaction d’une partie de la majorité qui a semblé réaliser avec effroi ce samedi qu’elle n’est pas forcément la seule alternative au Rassemblement national aux yeux de certains Français.

À voir également sur le HuffPost : Médine, un “rappeur islamiste” à Normale Sup? Ce qu’il y a vraiment dit

  • Hu chevron_right

    Laurent Joffrin en politique? "François Hollande jamais loin", selon ce ministre

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 20 July, 2020 - 09:31 · 2 minutes

Joffrin en politique?

POLITIQUE - Pas de doute pour Olivier Dussopt. Le lancement par Laurent Joffrin , ex-directeur de Libération , d’un “nouveau mouvement” politique, baptisé “Les engagés”, est la “démonstration que François Hollande n’est jamais loin de la politique.”

Lors d’une conférence de presse ce lundi 20 juillet à Paris, Laurent Joffrin, proche de l’ancien président de la République, lancera un appel, dont l’AFP a obtenu copie , à “la recomposition” de la gauche, s’adressant à tous ceux qui sont “soucieux de l’avenir de la planète et de la cohésion nationale”.

“C’est une illustration de plus de la fracturation de la gauche, entre celles et ceux qui croient encore à la social-démocratie, qui essayent de s’y raccrocher, et puis celles et ceux qui se mettent dans la roue de La France insoumise et qui rentrent dans une forme de protestation”, a commenté sur Cnews le ministre transfuge du Parti socialiste, comme vous pouvez le voir ci-dessous . (À partir de 10′)

“C’est aussi la démonstration, pour ceux qui en doutaient, que François Hollande n’est jamais loin de la politique. (…) c’est peut-être un signe effectivement mais c’est à lui de le dire, et à eux de le dire”, a ajouté Olivier Dussopt, qui a bénéficié d’une promotion au sein du gouvernement et à Bercy où il était secrétaire d’État à la Fonction publique.

“Je le regarde avec une forme d’attention, car il y a des choses qui peuvent être intéressantes, de là à y croire, je ne franchis pas ce pas”, a précisé l’ancien député PS de l’Ardèche.

“Il y a dans la majorité présidentielle des hommes et des femmes attachés à la social-démocratie, (le ministre des Affaires étrangères) Jean-Yves Le Drian et moi en faisons partie, (...) et nous pensons (..) que toutes celles et ceux qui sont attachés à la social-démocratie, qui sont attachés au progressisime (...) qui veulent venir à nos côtés (...) sont les bienvenus et nous y travaillons”, a encore fait valoir cet ex-proche de Martine Aubry devenu vallsiste puis entré au gouvernement en novembre 2017 après avoir voté contre le premier budget du gouvernement Philippe.

“Il faut créer un nouveau mouvement, qui englobe et dépasse les formations de la gauche historique, notamment le PS”, écrit Laurent Joffrin dans son appel qui regroupe “quelque 130 signataires, intellectuels, experts, chefs d’entreprises, militants associatifs ou syndicaux, créateurs et artistes”. Parmi eux, on compte par exemple les artistes Benjamin Biolay et Agnès Jaoui, le démographe Hervé Le Bras, l’urgentiste médiatique Patrick Pelloux ou encore l’avocat William Bourdon.

À voir également sur Le HuffPost : Ferrand et Faure haussent le ton à l’Assemblée: “Croyez-vous que je mente?”

  • Be chevron_right

    Liberation Day Berlin XMPP Meetup

    debacle · pubsub.movim.eu / berlin-xmpp-meetup · Monday, 6 May, 2019 - 20:51 edit

Liberation Day Berlin XMPP Meetup

This time, we will hear about sms4you, a personal gateway between email and short message service, which hopefully will learn to pass messages between XMPP and SMS soon™. As always, we will talk about whatever occurs to us. Everyone interested in XMPP is welcome!

2018-05-08 18:00 CEST

Luise und Karl Kautsky Haus

Saarstraße 14

12161 Berlin

#xmpp #meetup #berlin #liberation #freesoftware #sms #sms4you