close
  • chevron_right

    Risque d’expulsion de femmes exilées, enceintes, à Montreuil: «La France devrait chercher une solution pour nous»

    news.movim.eu / Mediapart · 4 days ago - 17:28

Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt femmes, hommes et enfants sans abri ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/france/090822/risque-d-expulsion-de-femmes-exilees-enceintes-montreuil-la-france-devrait-chercher-une-solution-pour-nous

  • Hu chevron_right

    Comment protéger son habitation de la chaleur? Ces conseils vont vous aider durablement

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 July - 12:54 · 9 minutes

Si vous vivez en maison, l'un des conseils pour se protéger de la chaleur est d'installer une pergola ou un auvent au sud de l'habitation. Si vous vivez en maison, l'un des conseils pour se protéger de la chaleur est d'installer une pergola ou un auvent au sud de l'habitation.

CHALEUR - “J’ai vu des dizaines de threads sur les manières de survivre à la canicule , des t-shirts mouillés aux linges sur le ventilo. Du coup je voudrais apporter ma p’tite pierre sur des méthodes efficaces à plus long terme”, écrit “Nel” sur son compte Twitter le 21 juillet dernier. Le début d’un thread viral, et particulièrement utile pour affronter les vagues de chaleur en France .

Dans celui-ci, celle qui est architecte diplômée d’État, prodigue en effet ses conseils pour faire face de manière durable aux hautes températures. “Je me suis formée en parallèle sur des chantiers participatifs, et notamment sur l’architecture bioclimatique, dont le but est notamment d’avoir du confort en toute saison, sans dépenser plus d’énergie”, indique-t-elle au HuffPost.

Et bonus: ses conseils s’adaptent pour les maisons comme les appartements, les grands comme les petits budgets. “J’ai 25 ans, un petit appartement en centre-ville et j’ai aussi des amis qui ont galéré pour rafraîchir leur appartement, sans forcément avoir beaucoup de budget, j’ai voulu proposer des solutions pour tous”, explique-t-elle au HuffPost . “Les possibilités et budgets varient mais les principes sont les mêmes”, ajoute-t-elle sur le réseau social.

Etape 1: se protéger du rayonnement solaire

“Il y a deux principaux cas de figure pour les habitations qui gèrent mal la canicule: en premier lieu, les habitations mal isolées, qui laissent entrer la chaleur [...]. En second lieu, les habitations bien isolées et pensées pour le confort d’hiver, mais mal protégées du soleil”, débute la diplômée d’architecture sur Twitter, avant de distiller ses conseils.

La première étape, pour cette dernière, consiste à se protéger des rayons du soleil qui réchauffent maisons et appartements, en ciblant notamment les vitrages exposés au sud et à l’ouest. Et plutôt que d’opter pour des vitres “neuves plus isolantes”, elle suggère de protéger directement les vitres du soleil.

Si vous vivez en maison avec terrain, la diplômée d’architecture conseille d’installer des voilages ou de planter des arbres à feuilles caduques.

En appartement, des solutions existent aussi grâce à l’utilisation de “brises-soleil” ou de plantes.

Etape 2: s’isoler de la chaleur

Pour maintenir son habitation au frais, l’une des clés est l’isolation. La diplômée d’architecture rappelle en ce sens que la performance thermique des logements est réglementée en France avec la loi RE2020. “La RE2020 exige que tout logement neuf soit confortable en hiver ET en été, c’est-à-dire qu’il ne dépasse pas 26 à 28 °C même en pleine canicule”, indique-t-elle, rappelant par ailleurs que plusieurs aides publiques peuvent permettre d’alléger les coûts .

Parmi les solutions existantes, elle conseille notamment d’isoler ses combles avec de la ouate de cellulose.

Etape 3: refroidir son habitat

Si la température reste caniculaire dans votre logement malgré les conseils précédents, rassurez-vous! Il est en effet encore possible “d’explorer les techniques de rafraîchissement”.

Climatisation, pompe à chaleur, puits canadien... Même après le tuto “Où placer son ventilo?” , la diplômée d’architecture devrait vous surprendre et vous permettre de garder votre habitation plus au frais.

Avec près de 20.000 “Likes” récoltés, le thread de “Nel” devrait bien aider lors de la prochaine vague de chaleur. “L’architecture est encore peu vulgarisée sur Twitter, or ça concerne nos lieux de vie et c’est un sujet important au niveau de l’impact environnemental, mais il existe des solutions au niveau collectif comme individuel”, tient d’ailleurs à rappeler la diplômée d’architecture en conclusion.

A voir également sur Le HuffPost: “En fauteuil roulant depuis ses 2 ans, Kenza dénonce l’inaccessibilité des plages”

  • Hu chevron_right

    Pouvoir d'achat: Pas de gel des loyers, mais une hausse plafonnée à 3,5%

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 27 June - 05:54 · 4 minutes

Pas de gel des loyers, mais un plafond bientôt fixé Pas de gel des loyers, mais un plafond bientôt fixé

LOGEMENT - Face à la hausse des prix, le gouvernement veut déployer un “bouclier loyer ”. Il propose de plafonner l’augmentation des loyers à 3,5% pendant un an, pour limiter l’impact de l’inflation sur les locataires, a-t-on appris dimanche de sources ministérielles.

Ce lundi 27 juin à 14h30, le Conseil national de l’habitat (CNH), instance regroupant les acteurs du logement , est invité à rendre son avis sur cette proposition de mesure, alors que l’inflation devient un sujet central pour les locataires. Une réunion de la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires, Amélie de Montchalin , est par ailleurs prévue dans la semaine avec les associations de locataires, qui demandaient, elles, un gel des loyers.

Le dispositif de “bouclier loyer” sera inscrit dans le projet de loi “pouvoir d’achat”, qui doit être voté cet été par le Parlement. Le gouvernement assure ainsi avoir choisi “une solution équilibrée”, en tenant compte des contraintes des propriétaires et de celles des locataires, selon des sources aux ministères de l’Économie et de la Transition écologique.

Revalorisation des APL

Alors que l’indice de référence des loyers pourrait atteindre environ 5,5% d’ici la fin de l’année et être plus élevé encore au cours du premier semestre 2023, si la mesure s’appliquait les loyers pourraient au maximum augmenter de 3,5%, pendant un an. Une source au ministère de l’Économie a fait valoir qu’il s’agit d’“une mesure positive” qui “n’existe pas chez nos voisins”. Cette hausse de 3,5% sera “le maximum qui pourra être appliqué” mais “une partie importante des propriétaires” n’ira pas jusqu’au plafond, a-t-elle assuré.

Le gouvernement assure avoir toujours écarté “un gel pur et simple des loyers”, la Première ministre Élisabeth Borne ayant déjà dit que c’était “une fausse bonne idée”. Il souligne que les propriétaires sont aussi touchés par l’inflation, avec des charges d’entretien en augmentation, ou encore quand ils veulent effectuer des travaux de rénovation énergétique dans leur logement. “Vouloir geler les loyers est une fausse bonne idée, car cela gripperait toute l’offre de logement”, insiste-t-on à Bercy.

Parallèlement, le gouvernement entend revaloriser les APL afin d’accompagner les locataires qui en ont le plus besoin. Ces aides personnalisées au logement (APL) devraient être revalorisées dès le 1er juillet, de 3,5% également, ce qui pour le budget de l’État représenterait une dépense supplémentaire de 168 millions d’euros, selon les mêmes sources.

Une hausse de 4% sur plusieurs prestations sociales

Pour la Confédération nationale du logement (CNL), le “bouclier loyer” est insuffisant en l’état. “Dans les faits, cette hausse de 3,5% correspond à l’évolution annuelle des loyers prévue selon l’indice de référence des loyers (IRL), soit 273 euros de plus à payer pour les locataires tandis que la revalorisation des aides au logement ne compensera que faiblement une inflation qui devrait s’établir à 5,5% en 2022”, avance l’association.

“Dans sa grande générosité, le gouvernement envisage de revaloriser les APL de 3,5% soit 168 millions d’euros, a, de son côté, ironisé Ian Brossat, porte parole du PCF et adjoint à la maire de Paris chargé du logement. Après les avoir réduites de 15 milliards d’euros dans les 5 dernières années.”

Par ailleurs, le gouvernement propose également la hausse de 4% d’une kyrielle de prestations sociales pour lutter contre l’inflation dans son futur projet de loi “pouvoir d’achat”, selon un document consulté par l’AFP.

Ce coup de pouce, qui serait rétroactif au 1er juillet, concernerait, comme déjà annoncé, les pensions de retraite et d’invalidité des régimes de base, mais aussi les prestations familiales et les minima sociaux, dont le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), est-il écrit dans une partie du projet de loi dont l’AFP a eu connaissance et qui confirme une information initialement dévoilée par les Échos . Selon le quotidien économique, le coût d’une telle mesure s’élèverait à “un peu moins de 7 milliards fin 2022, et à 8 milliards d’ici à avril 2023”.

Promesse du candidat Emmanuel Macron, le projet de loi “pouvoir d’achat”, réponse de l’exécutif à l’accélération de l’inflation, doit être présenté début juillet en conseil des ministres mais son adoption par le Parlement promet d’être un parcours du combattant, faute de majorité absolue à l’Assemblée nationale pour le camp présidentiel.

À voir également sur Le HuffPost : Mélenchon demande un vote de confiance pour Borne

  • Hu chevron_right

    Maison occupée dans l'Essonne: Les habitants agressés en quittant les lieux

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 10 June - 14:10 · 5 minutes

Le couple et ses enfants qui occupaient une maison récemment vendue à Ollainville (Essonne) ont quitté d’eux-mêmes les lieux et ont été agressés (image d'illustration) Le couple et ses enfants qui occupaient une maison récemment vendue à Ollainville (Essonne) ont quitté d’eux-mêmes les lieux et ont été agressés (image d'illustration)

ESSONNE - Un couple et ses enfants, âgés de 4 à 16 ans, qui occupaient une maison récemment vendue à Ollainville (Essonne), ont été agressés alors qu’ils quittaient d’eux-mêmes les lieux dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 juin, rapporte Le Parisien .

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin étaient intervenus ce jeudi pour demander au préfet de l’Essonne “d’engager immédiatement une procédure d’évacuation”.

Pour le moment, les propriétaires ne peuvent pas entrer dans le logement. Le HuffPost vous résume la situation.

  • Ce qui s’est passé dans la nuit de jeudi à vendredi

Selon les informations du Parisien , le couple et ses enfants se préparaient déjà à quitter le domicile au moment où les gendarmes se sont présentés à minuit pour leur signifier leur mise en demeure. Alors que la famille s’apprêtait à quitter les lieux, une dizaine de personnes masquées et cagoulées sont arrivées, rapporte LCI . Ils ont aspergé les occupants de gaz lacrymogène, s’en sont pris physiquement à eux et ont dégradé leur voiture.

Depuis plusieurs jours, ils étaient victimes d’intimidations, comme le confirme au Parisien Laurent, l’un des nouveaux propriétaires, qui depuis plusieurs semaines tentait de convaincre la famille de partir. “Ces derniers jours, autour de la maison, les riverains devenaient pressants, certains klaxonnaient, criaient ‘Virez-les !’, ça devenait tendu”, a-t-il expliqué.

La préfecture du département a indiqué au journal l’ouverture d’une enquête, confiée à la gendarmerie. LCI indique que ce vendredi matin le couple, qui a subi les violences, a été auditionné après avoir déposé plainte.

  • Les propriétaires savaient-ils que la maison était squattée avant l’achat?

Plusieurs jours de médiatisation de l’occupation de cette maison d’Ollainville, la pression d’une partie des riverains et l’annonce d’une mise en demeure ont conduit le couple avec quatre enfants à quitter les lieux. Dans un premier temps, Laurent et Elodie, propriétaires de la demeure depuis le 19 mai dernier, avaient été présentés comme ignorant qu’elle était squattée au moment de son achat, passant “du rêve au cauchemar”.

À BFMTV , Laurent a toutefois confirmé qu’il savait que la maison était occupée illégalement lors de l’achat et comptait sur l’expulsion de la famille une fois le bien acquis. Les propriétaires ont d’ailleurs acheté la maison au prix de 140.000 euros, très en dessous du prix du marché, précise la chaîne d’information.

De son côté, la famille qui occupait le logement avait déclaré vivre dans la maison depuis un an et l’avoir acheté en versant 120.000 euros en liquide. Mais le document a été jugé sans valeur.

Critiqué, le Parisien , qui a publié le premier article s’est exprimé ce vendredi 10 juin au soir. Le quotidien assure avoir demandé à plusieurs reprises au couple s’ils savaient que le logement était occupé, au vu de leurs déclarations contradictoires. “Depuis la parution de la vidéo, de nouveaux témoignages s’étant fait jour, nous avons acquis la certitude que le couple savait que la maison était squattée, alors qu’ils nous ont a plusieurs reprises affirmé le contraire”, regrette-t-il.

Le Parisien a aussi rappelé Laurent et Elodie pour mieux comprendre pourquoi ils détenaient des clés alors que dans une vidéo avec l’agent immobilier, il est précisément dit que la remise des clés est impossible en raison du squat. Les propriétaires ont reconnu une mise en scène, “pour faire genre”, détaille le journal, qui s’excuse auprès de ses lecteurs.

  • Pourquoi les nouveaux propriétaires ne peuvent-ils toujours pas jouir de leur maison?

Alors qu’il pensait pouvoir profiter de sa maison après le départ des occupants, Laurent a rapidement déchanté. Ce vendredi matin, constatant que la serrure a été changée, il est entré par une fenêtre et constaté que le domicile a été saccagé. “Ils sont partis à toute vitesse [...], ils ont tout cassé”, s’est désolé l’homme devant la presse.

Les gendarmes arrivés sur les lieux lui ont demandé de partir en évoquant “une scène d’effraction”, rapporte BFMTV. Un périmètre de sécurité a été mis en place dans la foulée.

“Voilà ce qu’il se passe. Je suis en infraction, a déclaré le propriétaire devant les journalistes. [...] Je suis rentré et je n’avais pas le droit de rentrer apparemment.” Un gendarme lui aurait dit: “C’est votre logement mais [...] vous n’avez pas le droit d’y entrer.” Les enquêteurs dépêchés sur les lieux procèdent depuis ce vendredi matin à des constations.

À voir également sur Le HuffPost: L’encadrement des loyers, comment ça marche ?

  • Hu chevron_right

    Il y aura des ministres des transports et du logement après les législatives

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 23 May - 12:47 · 1 minute

La porte-parole du gouvernement Olivia Gregoire par Ludovic MARIN / AFP La porte-parole du gouvernement Olivia Gregoire par Ludovic MARIN / AFP

POLITIQUE - Le gouvernement sera complété après les législatives avec l’attribution de portefeuilles dédiés au logement et aux transports , deux thématiques dans le périmètre de la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, a précisé ce lundi 23 mai la porte-parole Olivia Grégoire .

“Il y aura très certainement de nouvelles personnalités au sein du gouvernement spécifiquement dédiées par exemple aux transports, au logement, sous la supervision de la ministre Amélie de Montchalin (ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires ndlr) directement placée sous la Première ministre”, a déclaré Olivia Grégoire face à la presse à l’issue du premier Conseil des ministres du gouvernement d’Elisabeth Borne .

“Le gouvernement sera complété après les élections législatives” des 12 et 19 juin, avait-elle préalablement précisé.

Quelques ministres encore manquants

L’absence de portefeuilles dédiés spécifiquement aux dossiers du logement ou des transports lors de l’annonce du nouveau gouvernement vendredi avait suscité émotion et étonnement chez les acteurs de ces deux secteurs inquiets d’une hypothétique disparition de ministère ou secrétariat d’Etat consacrés à ces enjeux.

“La ministre Amélie de Montchalin a dans son portefeuille, dans son périmètre, les enjeux de transport, les enjeux de logement, vous savez qu’il y a de grandes administrations au service de ces enjeux, ils ont aujourd’hui une ministre”, a voulu rassurer Mme Grégoire.

“Ce gouvernement est déjà opérationnel sur les enjeux de transport et de logement, il nous manque peut-être quelques ministres et (...) le président de la République et la Première ministre auront loisir de compléter l’équipe gouvernementale”, a-t-elle encore expliqué.

Amélie de Montchalin est l’une des deux ministres avec Agnès Pannier-Runacher à épauler Elisabeth Borne pour mener la transition écologique et énergétique dans le nouveau gouvernement.

À voir également sur Le HuffPost: Affaire Damien Abad: Le gouvernement assure une “tolérance zéro”

  • chevron_right

    À Marseille, une copropriété symbole du mal-logement victime d’un incendie

    news.movim.eu / Mediapart · Sunday, 22 May - 14:43

Le décès d’une résidente lors d’un feu d’appartement lundi a mis à nouveau en lumière l’état de dégradation d’une petite copropriété du quartier Périer, à Marseille. Avec des logements, pour certains, à la limite de l’indignité, habités par une population vulnérable. Par notre partenaire Marsactu.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/france/220522/marseille-une-copropriete-symbole-du-mal-logement-victime-d-un-incendie

  • chevron_right

    Le quinquennat se termine, le mal-logement reste

    news.movim.eu / Mediapart · Thursday, 31 March - 14:05

À moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle, c’est aussi la fin de la trêve hivernale. Plusieurs organisations sont mobilisées dans les rues pour un meilleur accès à un habitat digne. À Paris, un campement a été installé place de la Bastille.
  • wifi_tethering open_in_new

    This post is public

    www.mediapart.fr /journal/france/310322/le-quinquennat-se-termine-le-mal-logement-reste

  • chevron_right

    Logement: des programmes à construire

    news.movim.eu / Mediapart · Thursday, 31 March - 14:00

Les candidates et candidats à l’élection présidentielle sont d’accord pour construire davantage et résorber la pénurie. Mais les moyens concrets à mobiliser sont peu explicités. Et la Fondation Abbé Pierre regrette «le flou» de certaines mesures «pourtant intéressantes».