close
  • Hu chevron_right

    Météo-France place 13 départements en vigilance orange aux orages

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 07:58 · 2 minutes

Des orages parfois forts concerneront cet après-midi et ce soir les régions allant de la Nouvelle-Aquitaine au Massif central. Des orages parfois forts concerneront cet après-midi et ce soir les régions allant de la Nouvelle-Aquitaine au Massif central.

MÉTÉO - Gare aux orages ce dimanche. Treize départements du centre de la France, menacés par des orages ce dimanche 22 mai, ont été placés en vigilance orange par Météo-France .

L’alerte concerne principalement le Limousin, l’Auvergne et le Poitou-Charentes, et précisément les départements de Haute-Vienne, Creuse, Corrèze, Cantal, Charente, Dordogne, Lot, Gironde, Loire, Haute-Loire, Lot-et-Garonne, Puy-de-Dôme et Vienne.

Météo-France annonce pour ce dimanche un temps très chaud sur la moitié sud, dépassant facilement les 30 degrés, et prévoit que cette ambiance lourde déclenchera des orages dans l’après-midi, de l’Aquitaine à la Franche-Comté, dont “l’activité peut être passagèrement forte” et invite donc à une grande prudence.

Un épisode orageux jugé “non exceptionnel pour la saison”, mais capable générer de fortes rafales et des chutes de grêle par endroit. Une seconde série d’orages est prévue en fin de journée et concernera l’Aquitaine, le Limousin, le Poitou-Charentes, jusqu’aux Pays-de-la-Loire et au Centre, précise encore l’agence météorologique française.

Dernier jour de la vague de chaleur?

Par ailleurs, 61 départements français ont également été placés en vigilance jaune pour ces mêmes orages ou pour des vents violents, notamment le long de la chaîne des Pyrénées.

Ce dimanche devrait être la dernière grande journée de chaleur. Mai 2022 pourrait d’ailleurs rentrer dans les annales en France: la période exceptionnelle de chaleur que traverse le pays, comme certains voisins européens, a fait monter le thermomètre mercredi à plus de 33°C dans le Sud, un pic inhabituel pour la saison mais rendu plus probable par le réchauffement climatique.

Cette semaine, des records ont été battus ou égalés à Albi (33,7°C), Toulouse (33,4°C) ou Montélimar (33,8°C). La plupart des records dataient de 2017, 2009 voire 2001.

À voir également sur Le HuffPost: Le Brésil ressort moufles et écharpes face à de la neige et des températures records

  • Hu chevron_right

    Météo-France place 17 départements en vigilance orange aux orages

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 5 days ago - 08:20 · 1 minute

17 départements de la région parisienne et des Hauts-de-France ont été placés en alerte orange aux orages par Météo-France. 17 départements de la région parisienne et des Hauts-de-France ont été placés en alerte orange aux orages par Météo-France.

MÉTÉO - Après le beau temps, la pluie. Météo-France a placé 17 départements de la région parisienne et des Hauts-de-France en vigilance orange aux orages ce vendredi 20 mai au matin, en raison de possibles “phénomènes localement violents”.

Les départements concernés jusqu’à 18 heures sont le Val-de-Marne, la Seine-et-Marne, l’Essonne, les Yvelines, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, Paris, le Val-d’Oise, l’Oise, l’Eure, la Marne, la Seine-Maritime, l’Aisne, les Ardennes, la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais.

Météo-France prévoit de violentes rafales de vent pouvant dépasser les 100 km/h et des cumuls de pluie pouvant atteindre localement 10 à 30 mm en moins d’une heure. De la grêle est également possible.

Les orages qui se dirigent actuellement vers le bassin parisien devraient traverser la zone de vigilance “d’ouest en est entre la fin de matinée et la fin d’après-midi”, indique Météo-France dans son bulletin. “D’autres orages, plus organisés, concernent actuellement la Mayenne et la Sarthe et remontent vers les zones en vigilance orange”, est-il ajouté.

Les préfecture des Hauts-de-France et des départements d’île-de-France ont rappelé les précautions à prendre durant les orages: mettre à l’abri les objets exposés au vent ou à la pluie, éviter de se déplacer, notamment en forêt et près des cours d’eau; ne pas s’abriter sous les arbres, éviter d’utiliser téléphones et appareils électriques.

À voir également aussi sur le Huffpost: La France n’est pas le seul pays à être touché par des températures élevées

  • Hu chevron_right

    Météo: Jamais il n'avait fait chaud en France aussi longtemps en avril-mai

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 6 days ago - 14:12 · 4 minutes

Boys standing in front of a fan and enjoy cool waves while their grandparents looking at them and smilling Boys standing in front of a fan and enjoy cool waves while their grandparents looking at them and smilling

MÉTÉO - Records en cascade. Après des records battus, pour un mois de mai, dans certaines villes de la vallée du Rhône, c’est un record de durée dans le temps qui est tombé ce jeudi 19 mai. Les températures flirtent avec les 30 degrés dans de nombreuses régions de l’hexagone. Il s’agit là d’un record puisque la France est actuellement sur une série de 38 jours consécutifs avec des températures plus chaudes que les normales de saison.

Débutée le 11 avril, cette série détrône le record de 2007 (entre le 6 avril et le 13 mai). Par ailleurs le sirocco, un vent chaud de sud, s’invite pour le week-end, faisant grimper les températures jusqu’à 35°C, voir peut-être même 39°C suivant les modèles. Alors que les deux semaines à venir conservent une tendance chaude et sèche, la sécheresse risque de fortement s’aggraver.

Un mois de mai historique?

Collectant diverses données au travers de la trentaine de stations météo situées sur le territoire , Météo France réalise ensuite une moyenne, comparée aux températures actuelles. Si la série actuelle est un record pour le mois de mai, d’autres, similaires et même plus longues, ont déjà été observées en été et en hiver.

Cela n’enlève cependant rien au caractère inédit de la chaleur actuelle qui pèse sur la France. Les températures pourraient ainsi grimper jusqu’à 39 degrés ce jeudi, selon certaines prévisions dans le sud de la France comme le montre le tweet ci-dessous de l’agrométéorologiste Serge Zaka. “On va s’approcher très près des records, certains risques d’être battus”, explique au HuffPost Gaétan Heymes, ingénieur prévisionniste et nivologue pour Météo France .

Plus généralement, voici plusieurs records qui devraient tomber, en se basant sur ceux existants depuis le début de la collecte de données météorologiques en 1947:

  • Température minimale : 16,06°C le 29 mai 2017. Prévision jeudi 19 mai : 16,5°C.

  • Température moyenne : 22,87°C le 28 mai 2017. Prévision vendredi 20 mai : 23,5°C.

  • Température maximale : 30,33°C le 27 mai 2005. Prévision 20 mai : 30,8°C.

La sécheresse s’annonce bien rude

Par ailleurs, cette chaleur contribue à accentuer la sécheresse actuelle, qui ne semble pas près de s’arrêter. Durant la première moitié du mois de mai, il n’est tombé que 12,3 mm, soit le plus faible cumul depuis la création de l’indicateur en 1959.

Ce déficit pluviométrique va aggraver la sécheresse qui se profile, alors que 8 des 9 derniers mois ont connu des pluies plus faibles que d’ordinaire. La raison à cela est simple. Les conditions anticycloniques favorisent des conditions plus chaudes et sèches que la normale, qui a leur tour amplifient les effets de la sécheresse.

Conséquence probable du réchauffement climatique, Météo France pointe l’évolution à long terme de ce climat, expliquant que la tendance est à une augmentation et un réchauffement des températures au printemps.

L’organe de mesure météorologique précise toutefois bien que ces chaleurs inédites pour la période ne sont pas obligatoirement le signe d’un été chaud qui s’annonce. En effet, il est quasiment impossible d’avoir des tendances précises aussi loin, et les chercheurs affirment que l’on ne va pas forcément garder ces températures tout l’été.

À voir également sur le HuffPost: Canicule en Asie: Passé ce seuil on meurt de chaud, voici pourquoi

  • Hu chevron_right

    Des records de chaleur battus dans plusieurs régions

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 7 days ago - 19:44 · 5 minutes

Au cours d'un mois de mai toujours plus suffoquant, des records de chaleur ont été battus ce mercredi 18 mai dans plusieurs régions françaises (photo prise à Toulouse ce 18 mai). Au cours d'un mois de mai toujours plus suffoquant, des records de chaleur ont été battus ce mercredi 18 mai dans plusieurs régions françaises (photo prise à Toulouse ce 18 mai).

MÉTÉO - Sur les bases d’un mois de mai record. Et ce n’est pas bon signe. La période exceptionnelle de chaleur que traverse le pays, comme certains voisins européens, a fait monter le thermomètre à plus de 33°C dans le sud ce mercredi 18 mai, un pic inhabituel pour la saison mais rendu plus probable par le réchauffement climatique.

Les records ont été dépassés par endroits pour un mois de mai , qui est encore loin n’est pas terminé. Dans le sud-ouest par exemple, ils ont été battus ou égalés ce mercredi à Albi (33,7°C), Toulouse (33,4°C), au Cap-Ferret (35°C) ou à Anglars (33,9°C), a annoncé Météo-France en fin de journée. La plupart des records dataient de 2017, 2009 voire 2001.

Il a fait cette semaine entre 28 et 34°C dans la plupart des régions françaises.

Vers un enchaînement record de températures élevées

Tous les jours depuis le 11 avril et jusqu’à mardi, les températures en France ont été au-dessus de la normale. Quand la moyenne de mercredi sera confirmée, cette période de 38 jours consécutifs au-dessus de la normale devrait être un record de durée, le précédent datant d’il y a seulement deux ans. La “normale” est la période de référence 1981-2010.

Même en Bretagne, l’île de Bréhat a égalé cette semaine son record datant du 31 mai 1992, avec 27,8°C. Ailleurs, des records ont aussi été battus à Saint-Laurent-du-Pape dans l’Ardèche (34,7°C), à Visan dans le Vaucluse (33,8°C) ou à Saint-Pierre-des-Trippiers, en Lozère (28,5°C).

Au Cap Ferret, qui a battu son record de 34,6°C avec 35°C, “on a eu chaud au service”, dit à l’AFP Pascal, qui sert des clients à une boutique de glaces tout à la pointe du Cap. “On n’a pas eu tant de monde que ça, ils sont calfeutrés chez eux ou ils sont à la plage”.

Pas de “vague de chaleur”, ni de “canicule”...

Étant donné les températures moyennes des 17 premiers jours du mois, il est “maintenant fort probable” que mai 2022 devienne le mois de mai le plus chaud jamais enregistré en France, battant mai 2011, a aussi dit Météo-France.

“Il s’agit d’un épisode de chaleur, durable, étendu et intense, exceptionnel pour la saison,” expliquait lundi à l’AFP Matthieu Sorel, climatologue à Météo-France, même si l’épisode ne correspond pas à la définition technique d’une “vague de chaleur”.

Pour cette catégorisation, “l’indicateur thermique national”, moyenne de températures relevées en 30 points répartis sur tout le territoire métropolitain, doit dépasser 25,3°C pendant trois jours consécutifs, ce qui ne sera pas le cas. Il ne faut pas non plus parler de “canicule”, qui inclut des critères de température nocturne.

... Mais la sécheresse menace tout de même

Phénomène lié, la sécheresse guette désormais le pays. Les agriculteurs s’inquiètent pour leurs récoltes. “On a un mois de mai non seulement très chaud, mais très sec. De la frontière belge à l’Atlantique, on a un déficit pluviométrique de 20 à 30%”, dit à l’AFP Olivier Proust, prévisionniste à Météo-France.

Le gouvernement a publié mercredi sa carte des risques de sécheresse, et pas moins de 22 départements y apparaissent en rouge, c’est-à-dire avec un risque “très probable” d’ici à la fin de l’été, principalement dans le sud-est et l’ouest du pays. Des restrictions sur l’utilisation de l’eau ont déjà été pris dans 16 départements, selon le site officiel Propluvia . Des décisions très précoces.

“C’est une année très sèche, la tendance ressemble à celle de 2019”, explique-t-on à la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère de la Transition écologique. “L’anormalité des température est atypique et la situation de nos nappes d’eau est sur une recharge assez faible”.

Une tendance qui va s’installer

La carte publiée mercredi “montre que l’été 2022 pourrait être marqué par des étiages (la baisse de niveau des fleuves, ndlr ) ou des baisses de nappes marquées sur la totalité du territoire”, résume le ministère.

Réalisée notamment à partir de données de Météo-France et du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), elle fait aussi apparaître un risque de sécheresse hydrologique “possible” pour une petite trentaine de départements, le reste de la France métropolitaine ayant un risque “probable”.

Avec le changement climatique, les périodes de chaleur sont amenées à devenir plus fréquentes et tendent à s’installer plus tôt au printemps, rappelle désormais régulièrement Météo-France.

Autre conséquence de la chaleur: dans la vallée du Rhône, elle a favorisé cette semaine une réaction chimique générant de l’ozone, dont le niveau a été qualifié de “préoccupant” par Marine Latham, directrice générale d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

À voir également sur le HuffPost : Passé ce seuil on meurt de chaud, voici pourquoi

  • Hu chevron_right

    L'été 2022 sera-t-il caniculaire? Météo-France tente de rassurer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 20:18 · 4 minutes

Mois de mai chaud ne veut pas forcément dire été caniculaire, prévient Météo-France. (photo d'illustration) Mois de mai chaud ne veut pas forcément dire été caniculaire, prévient Météo-France. (photo d'illustration)

MÉTÉO - Quinze départements sont actuellement en situation de “vigilance” ou d’“alerte” en France, après un mois d’avril “en déficit de 25% de pluviométrie” , ont indiqué ce lundi 9 mai les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique.

Dans les prochains jours, et jusqu’au 17 mai au moins, aucune dégradation pluvieuse importante n’est prévue sur le pays. Les premiers 30°C de l’année devraient même être atteints d’ici mercredi à Bordeaux, Lyon, Toulouse, Clermont-Ferrand, Agen et Montauban. De quoi augurer d’un été caniculaire?

Météo-France tente de rassurer ce lundi en s’appuyant sur plusieurs épisodes passés de chaleur remarquable précoce et durable.

“En 1998, le seuil de ‘forte chaleur’ (30°C) a été atteint chacun des trois jours des Saints de glace ( période allant du 11 au 15 mai, NDLR ), à Lille et Paris”, rappelle Météo-France sur son site , mettant aussi en avant l’épisode de chaleur du 14 au 16 mai 1992: “Le 16 mai 1992, on mesurait 30,3°C à Rennes.”

“Dans un passé plus lointain, les mois de mai 1912 ou de mai 1945 ont été marqués par des épisodes de chaleur intenses, avec 32,2°C relevés à Nantes le 16 mai 1945”, rappelle encore le prévisionniste.

“Sans être exceptionnel, un épisode de chaleur comme celui attendu la semaine prochaine, précoce et durable, n’est tout de même pas si fréquent”, prévient encore Météo-France, qui ajoute: “Dans le contexte du changement climatique, notons que les périodes de vagues de chaleurs sont amenées à devenir plus fréquentes, et tendent à s’installer plus précocement au cours du printemps qu’avant.”

Doit-on en déduire que l’été à venir sera chaud? “Non, un épisode de chaleur en mai ne permet pas de faire des prévisions pour l’été”, conclut Météo-France, citant l’exemple de l’année 2011: “Le mois de mai le plus chaud depuis 1945 est le mois de mai 2011. L’été qui a suivi ne fut pas plus chaud que la normale.”

La sécheresse “aura un impact” sur les récoltes de céréales

À propos de la sécheresse actuelle qui frappe l’ensemble de la France, cette situation “aura un impact sur la production de céréales”, ont indiqué ce lundi les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique, même s’il “est encore beaucoup trop tôt pour avoir une évaluation précise”.

“Les cultures d’hiver, comme le blé ou l’orge, qui sont aujourd’hui en phase de développement, commencent à connaître des situations qui vont affecter les rendements”, a-t-on ainsi annoncé à l’issue de réunions des deux ministères avec les agences de l’eau et les professionnels du monde agricole.

Face au risque de sécheresse cet été, le gouvernement avait par ailleurs annoncé fin avril que les agences de l’eau pourraient dépenser 100 millions d’euros supplémentaires pour aider les filières agricoles à s’adapter ou créer des retenues d’eau - une mesure contestée par des associations écologiques et certains syndicats paysans.

Actuellement, 15 départements sont déjà soumis à des restrictions qui vont de l’incitation à des économies d’eau (stade de vigilance) à l’interdiction d’arrosage des jardins ou des champs à certaines heures (alerte), pouvant aller jusqu’à la réduction de 50% des prélèvements d’eau à des fins agricoles ou à l’interdiction totale de prélèvements d’eau pour laver sa voiture ou arroser les espaces verts (alerte renforcée).

Ces mesures sont prises au fur et à mesure de l’évolution de la situation au niveau départemental par les préfets, dont le rôle a été renforcé pour faire aboutir plus vite les démarches de concertation locale.

À voir également sur Le HuffPost : La France n’est pas le seul pays à être touché par des températures élevées

  • Hu chevron_right

    Sécheresse: 10 départements ont dépassé le seuil d'alerte

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 8 May - 23:09 · 2 minutes

Une dizaine de départements français ont dépassé le seuil d'alerte à la sécheresse. (photo d'illustration) Une dizaine de départements français ont dépassé le seuil d'alerte à la sécheresse. (photo d'illustration)

MÉTÉO - Météo-France alerte en ce mois de mai: “Les précipitations sont déficitaires de près de 35% sur le pays” ( voir la carte plus bas ). Si bien que celui-ci devrait connaître une année 2022 de sécheresses importantes.

Résultat, actuellement, une quinzaine de départements sont touchés par la sécheresse, dont une dizaine ont déjà dépassé le seuil d’alerte: le Maine-et-Loire, la Vienne, les Deux-Sèvres, la Charente-Maritime, la Charente, l’Ain, la Drôme, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse.

Dans le Vaucluse, le déficit pluviométrique atteint même 70% depuis le début de l’année, rapporte France Bleu ce dimanche 8 mai , si bien que la préfecture a instauré des restrictions d’eau depuis le 22 avril.

“On a eu beaucoup trop d’anticyclones et donc beaucoup trop de temps calme cet hiver et pas assez de perturbations sur le pays”, explique la journaliste météo Chloé Nabédian à Francetvinfo.fr .

Et la tendance n’est pas prête à s’inverser. Selon Météo-France et La Chaîne Météo, aucune dégradation pluvieuse importante n’est prévue en France au moins jusqu’au 17 mai. Un épisode de forte chaleur pour un mois de mai est même attendu dans les prochains jours, avec des pointes à 30°C en Nouvelle-Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le 29 avril, face au risque de sécheresse cet été, le gouvernement a annoncé que les agences de l’eau pourront dépenser 100 millions d’euros supplémentaires pour aider les filières agricoles à s’adapter au changement climatique ou créer des retenues d’eau.

À voir également sur Le HuffPost : La Guadeloupe s’est réveillée sous les eaux

  • Hu chevron_right

    Météo: Vague de chaleur attendue pour les "saints de glace"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 6 May - 05:15 · 3 minutes

Des températures allant de 25 à 30°C sont attendus sur l'ensemble du pays Des températures allant de 25 à 30°C sont attendus sur l'ensemble du pays

TEMPÉRATURES - Saint-Mamert, saint-Pancrace et saint-Servais. Pour les jardiniers et les agriculteurs , la période des “saints de glace”, du 11 au 13 mai, correspond à une période de baisse des températures. Mais une “vague de chaleur” – c’est l’expression consacrée – écartera le risque de gel cette année. Selon les prévisions de Météo France, les températures s’annoncent estivales pour les jours à venir.

“Le temps va se réchauffer progressivement à partir du week-end”, indique le service de météorologie .  “Dès dimanche” et “en début de semaine prochaine”, “la barre des 25°C sera atteinte sur un grand nombre de régions”. Quid de la suite ? “Les températures devraient encore gagner quelques degrés, et la semaine prochaine pourrait être de plus en plus chaude, avec des maximales entre 25 et 30°C sur une grande partie du pays, hors montagne et littoraux.” Soit des températures équivalentes à celles généralement constatées en juin ou en juillet.

Un épisode qui n’est pas exceptionnel, mais...

Un tel épisode à cette période de l’année n’est toutefois pas exceptionnel, souligne Météo France. “En 1998, le seuil de la ‘forte chaleur’ (30°C) a été atteint chacun des trois jours des saints de glace à Lille et Paris !” En effet, le joli mois de mai est “un mois de printemps où on peut à la fois enregistrer les dernières gelées en plaine, et à la fois observer les premières fortes chaleurs en plaine”.

“En France, le mois de mai est caractérisé par l’apparition des premières vagues de chaleur de la saison. Il n’y a donc rien d’étonnant”, abonde Régis Crépet, météorologue à La Chaîne météo .

Mais quel est le phénomène météorologique à l’œuvre pour cette vague de chaleur ? “Au cours de la semaine prochaine, un vaste anticyclone de blocage va s’installer de la France à l’Europe Centrale, rejetant le flux perturbé vers l’Europe du Nord et faisant remonter de l’air chaud et sec en provenance d’Afrique du Nord”, explique Cyrille Duchesne, également météorologue à La Chaîne météo. “Les régions de la moitié sud verront la chaleur persister toute la semaine”, tandis que celle de la moitié nord pourraient connaître une “courte baisse” avant que le mercure ne reparte à la hausse pour le week-end.

“La situation est encore à affiner à cette échéance”, précise toutefois le météorologue. “Le pays va [...] connaître une période chaude et durable qui pourrait bien prendre un caractère exceptionnel si l’anticyclone de blocage persiste jusqu’au 17 mai, comme l’envisagent plusieurs modélisations, ce qui s’est produit très rarement au cours d’une première quinzaine de mai.”

Vers un été chaud ?

Cette vague de chaleur laisse-t-elle présager un été caniculaire? Pas si vite, répond Régis Crépet. “Une vague de chaleur en mai n’est pas synonyme d’un été chaud.” Et de poursuivre: “Des mois de mai secs et chauds sont plutôt suivis d’étés avec les mêmes caractéristiques à environ 60 %.”

Une chose est sûre, en revanche: la situation de sécheresse que connaît déjà l’Hexagone va empirer. “L’évapotranspiration sera accentuée et les sols sécheront d’autant plus rapidement, ce qui aggravera rapidement la situation. On peut donc raisonnablement être préoccupé par cette situation alors que l’été n’a même pas commencé.”

A voir également sur Le HuffPost : Comment bien observer une pluie d’étoiles filantes ?

  • Hu chevron_right

    Le brouillard responsable du naufrage du Titanic? Météo-France a mené l'enquête

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 14 April - 18:02 · 2 minutes

Le Titanic a coulé il y a tout juste 110 ans à cause d Le Titanic a coulé il y a tout juste 110 ans à cause d'un iceberg.

NAUFRAGE - 110 ans après le naufrage, le mystère est toujours présent. Comment le Titanic a-t-il pu heurter un iceberg alors que les conditions météorologiques étaient idéales dans cette nuit du 14 au 15 avril 1912? Météo-France a mené une enquête dont les conclusions ont été publiées ce mercredi 13 avril.

Météo-France affirme d’abord que cette nuit-là, “la météo est calme, pas de brume, pas de vent, pas de vagues” grâce à un anticyclone dans cette zone pourtant habituée au brouillard. Malgré tout, c’est seulement à 500 mètres de l’impact que le veilleur se rend compte que “l’Insubmersible” fonce droit vers le bloc de glace haut de 30 mètres.

Pour comprendre, Météo-France met en avant la présence d’icebergs plus au sud qu’à l’habitude en raison d’un hiver qui a été particulièrement doux. Or, “un hiver doux repousse vers le sud la limite des glaces de printemps et augmente le risque de collision”, est-il expliqué.

Un mirage?

Mais un autre phénomène pourrait expliquer le drame: un mirage. L’atmosphère est faite de plusieurs couches (banquise, icebergs...) dont les plus froides sont au sol. “En région polaire, la surface de la mer est très froide mais l’air au dessus plus chaud. Cela génère un mirage supérieur, c’est-à-dire que l’on voit l’objet au-dessus de l’horizon. Un bateau, la mer se retrouvent en hauteur”, explique sur France Inter Xavier Popineau, bibliothécaire et auteur du dossier réalisé par Météo-France.

Météo-France précise que dans ces conditions, “l’océan lointain a pour image une bande de mirage d’aspect brumeux qui masque l’horizon et les obstacles en approche. Cela peut laisser croire que l’horizon est plus haut qu’il n’est en réalité, surtout la nuit où la bande de mirage sera plus sombre et moins différentiable de l’océan”.

Cette nouvelle hypothèse se rajoute donc aux trois autres déjà évoquées dans des commissions d’enquête britannique et américaine. France Inter les listes: une vitesse trop élevée du navire malgré les alertes à la présence d’iceberg, la veille défaillante sur la passerelle du bateau et la désorganisation dans l’évacuation des passagers.

À voir également aussi sur le Huffpost: Pour 125.000$, vous pourrez désormais visiter l’épave du Titanic