close
  • Hu chevron_right

    Après le choc, le Maroc enterre le petit Rayan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 7 February - 18:06 · 3 minutes

INTERNATIONAL - Après le choc et l’émotion qui ont accompagné sa mort , le Maroc enterre lundi le petit Rayan, coincé pendant cinq jours au fond d’un puits dans une région pauvre du nord du royaume, un drame qui a tenu le monde en haleine.

Les funérailles de l’enfant se sont déroulées ce lundi 7 février près du village d’Ighrane, où a eu lieu le drame. Des villageois nettoyaient en début de matinée les alentours du vieux cimetière du Douar Zaouia, situé au milieu des bois à 6 km du village, afin d’accueillir la foule des participants.

La mort de Rayan a déclenché une émotion considérable, amplifiée par les réseaux sociaux, au Maroc et dans le monde entier. “La chute d’un enfant a rappelé au monde les valeurs de l’humanité”, a commenté dimanche le site de la télévision publique SNRT. À l’étranger, le pape François a salué “tout un peuple (marocain) qui s’est rassemblé pour sauver Rayan”, lors de la prière de l’Angélus célébrée au Vatican. “Ils ont tout tenté, malheureusement il n’a pas survécu. Mais quel exemple. Merci à ce peuple pour ce témoignage”, a dit François.

Signe de la vague de sympathie provoquée par le drame, c’est le cabinet royal qui a annoncé samedi soir le décès de l’enfant. Le roi Mohammed VI en personne a appelé les parents de Rayan pour présenter ses condoléances, et ces derniers ont remercié, émus, le souverain, les autorités et tous les sauveteurs.

Puits clandestins ?

Des travaux ont commencé dimanche pour combler les tunnels de secours forés par les sauveteurs ainsi que le puits. “C’est une catastrophe, espérons que l’âme (de Rayan) repose en paix. Souhaitons à ses parents et à toute sa famille patience et réconfort”, a résumé un habitant de Rabat. Tous ont rendu hommage aux efforts acharnés des sauveteurs. Leur course contre la montre a été suivie en direct par d’innombrables internautes.

Dès l’annonce du décès, les hommages sur les réseaux sociaux ont afflué en provenance du monde entier, de l’Algérie voisine jusqu’en France ou aux Etats-Unis, dans toutes les langues.“Petit ange, tu t’es battu jusqu’au bout, un héros”, a salué un internaute sur Twitter. “Il aura réussi là où des dirigeants, des médias ont failli. Il a réuni les peuples autour de lui”, a opiné un autre internaute. Même le président français, Emmanuel Macron a fait part de ses condoléances.

Rayan était tombé accidentellement mardi dans un puits asséché de 32 mètres, étroit et difficile d’accès, creusé près de la maison familiale à Ighrane. Entrés dans une brèche horizontale samedi, les sauveteurs avaient continué leur travail centimètre par centimètre, creusant à la main pour éviter tout éboulement. Jusqu’à vendredi, les secouristes se sont efforcés de faire parvenir de l’oxygène et de l’eau jusqu’à Rayan, sans certitude qu’il puisse les utiliser.

Dès le déclenchement du drame, des milliers de sympathisants avaient accouru en signe de solidarité et campé sur place, dans cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude. Si le drame a rassemblé les Marocains dans un élan d’unité, le quotidien arabophone Assabah a dénoncé lundi la prolifération de puits clandestins et non sécurisés dans cette région qui serviraient à irriguer les cultures, y compris celle du cannabis, selon le journal.

Cet accident a fait écho à un drame survenu début 2019 en Andalousie (Espagne), où Julen, deux ans, avait péri après avoir chuté dans un puits de 25 centimètres de diamètre et de plus de 100 mètres de profondeur.

À voir également sur Le HuffPost: Le petit Rayan, tombé dans un puit au Maroc, est mort

  • Hu chevron_right

    La mort de Rayan au Maroc ravive le drame Omayra Sanchez de 1985

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 6 February - 02:50 · 4 minutes

La tentative de sauvetage d

INTERNATIONAL - Le petit Rayan tombé accidentellement dans un puits dans le nord du Maroc est mort malgré les efforts acharnés des sauveteurs déployés depuis cinq jours pour extraire cet enfant de cinq ans.

Peu avant 22H00 ce samedi 5 février, des journalistes de l’AFP ont vu le père et la mère, le visage défait, entrer dans un tunnel creusé par les secouristes et communiquant avec le puits, d’où a été sorti par la suite l’enfant.

Ils sont ressortis peu après et partis à bord d’une ambulance, sans dire un mot, la mère montant à l’avant, les yeux perdus dans le vague. Après un moment de confusion, la foule, amassée depuis des jours, s’est alors dispersée dans un silence lugubre.

Le sort de l’enfant a ému tout le royaume et bien au-delà, et rappelé à certains à l’annonce du décès l’histoire tragique d’Omayra Sanchez en novembre 1985. Sur Twitter, des internautes du monde entier ont expliqué être renvoyés au souvenir de ce drame.

Le volcan Nevado del Ruiz, qui culmine à près de 5400 mètres d’altitude dans le centre-ouest de la Colombie, était entré en éruption le 13 novembre 1985, après des décennies de silence. Ses neiges éternelles avaient alors fondu sous la chaleur et déclenché une avalanche qui avait dévasté Armero, une ville de près de 50.000 habitants.

Une jeune Colombienne, Omayra Sanchez, emprisonnée dans la boue jusqu’au cou pendant trois jours et trois nuits, était devenu le symbole de cette tragédie qui fait plus de 25.000 morts et presque autant de sinistrés. Les images de la jeune fille de 13 ans dont l’agonie a été filmée par les caméras du monde entier, avaient alors bouleversé la planète.

Tous les efforts des secouristes pour débloquer son corps, coincé au-dessous de la ceinture par de gros madriers pris dans la boue, avaient été vains, et Omayra avait fini par mourrir d’épuisement le 16 novembre.

Puits asséché de 32 mètres

Dans le cas de Rayan, il a fallu cinq jours aux secouristes pour parvenir jusqu’à l’enfant car ils ont dû d’abord forer une énorme crevasse en profondeur puis un tunnel en horizontal. Leur progression a été fortement ralentie par la nature du sol, certaines couches étant rocheuses et d’autres très sableuses.

Vers 20H00 samedi, l’un des nombreux ingénieurs mobilisés pour secourir le garçonnet avait prédit plusieurs heures de forage, pour parcourir les 80 derniers centimètres qui séparaient les sauveteurs de la poche où il se trouvait.

Rayan était tombé accidentellement mardi dans le puits asséché de 32 mètres, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen, dans le nord du royaume.

Entrés dans une brèche horizontale samedi d’après-midi, les sauveteurs avaient continué leur travail centimètre par centimètre, creusant à la main pour éviter tout éboulement.

Les secouristes s’étaient efforcés de faire parvenir de l’oxygène et de l’eau à travers des tubes et bouteilles descendus jusqu’à Rayan, sans certitude qu’il puisse les utiliser.

#SauvezRayan

Le sort de Rayan a suscité énormément de sympathie sur les réseaux sociaux à travers le monde, du Maghreb jusqu’en Irak, au Yémen, au Canada ou aux Etats-Unis, dans toutes les langues.

Le hashtag #sauvezrayan continuait samedi de caracoler en tête des principales tendances de Twitter au Maroc.

Cet accident fait aussi écho à un drame survenu début 2019 en Andalousie (Espagne), où Julen, deux ans, avait péri après avoir chuté dans un puits de 25 centimètres de diamètre et de plus de 100 mètres de profondeur.

Son corps avait été retrouvé après 13 jours de recherches d’une ampleur exceptionnelle.

À voir également sur Le HuffPost: De l’Algérie au Maroc, la colonisation cachait aussi un grand marché sexuel

  • Hu chevron_right

    Mort de Rayan, sorti du puits où il était tombé au Maroc par les secouristes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 5 February - 21:12 · 1 minute

Au Maroc, les sauveteurs proches d

INTERNATIONAL - Les derniers efforts des secouristes marocains qui tentaient le tout pour le tout pour sauver le petit Rayan, un enfant de cinq ans tombé dans un puits profond il y a cinq jours, n’ont pas suffi. Le petit garçon a été extrait dans la soirée, mais n’était plus en vie, ont annoncé les autorités.

Le garçonnet était “apparu allongé sur le côté, de dos” sur les images d’une caméra d’inspection intégrée au puits exigu où il est tombé mardi, mais était est “impossible d’affirmer qu’il est vivant avec certitude”, avait expliqué un chef sauveteur, Abdelhadi Tamrani, plus tôt.

Tous espéraient l’extraire vivant de ce trou étroit et profond de 32 mètres, creusé près de la résidence familiale à Ighrane, non loin du village de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen.

Les secouristes se s’étaient efforcés de faire parvenir de l’oxygène et de l’eau à travers des tubes et bouteilles descendus jusqu’à Rayan, sans certitude qu’il ait pu les utiliser.

Foule présente dans le froid

Les travaux de forage à la main d’un tunnel horizontal de quelques mètres avançaient à pas de fourmi dans cette localité déshéritée du nord du Maroc. Le principal défi est d’éviter les éboulements.

Des milliers de sympathisants sont accourus ces derniers jours, certains de loin, en signe de solidarité, et campent sur place malgré le froid glacial de cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude. Des barrières métalliques ont été disposées depuis vendredi pour contenir la foule.

Cet accident fait écho à un drame survenu début 2019 en Andalousie (Espagne), où un enfant de deux ans avait péri après avoir chuté dans un puits de 25 centimètres de diamètre et de plus de 100 mètres de profondeur.

Le corps du petit Julen avait été retrouvé après 13 jours de recherches d’une ampleur exceptionnelle.

  • Hu chevron_right

    Rayan tout près d'être extrait par les sauveteurs au Maroc

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 5 February - 15:42 · 2 minutes

Au Maroc, les sauveteurs proches d

MAROC - Dénouement imminent. Au Maroc, tous les regards sont braqués vers le puits où un petit garçon de cinq ans, Rayan, est coincé depuis cinq jours . Ce samedi 5 février après-midi, après une lutte acharnée des secours pour accéder à l’enfant, ce dernier était sur le point d’être extrait par les sauveteurs.

Les secouristes sont entrés dans le tunnel qui conduit à la poche où se trouve le petit Rayan, 5 ans, qu’ils espéraient retrouver vivant cinq jours après sa chute dans ce puits profond. Ils étaient accompagnés par une équipe médicale mais il n’était pas possible de savoir dans l’immédiat quand ils ressortiront, selon des journalistes de l’AFP sur place.

A l’entrée du tunnel, un groupe de pompiers se tenaient fin prêts ainsi qu’une ambulance pour intervenir. Les parents du garçon étaient à l’intérieur de l’ambulance. Un hélicoptère médicalisé était également en attente. D’autres pompiers ont acheminé du matériel, notamment médical, à l’intérieur du tunnel.

Sur les dernières images envoyées par une caméra d’inspection, le garçonnet était “apparu allongé sur le côté, de dos” mais il était “impossible d’affirmer qu’il est vivant avec certitude”, a expliqué dans la matinée à l’AFP un chef sauveteur, Abdelhadi Tamrani. Le responsable gardait toutefois “de très grands espoirs” de l’extraire vivant de ce trou étroit et profond de 32 mètres.

Opération délicate

L’opération était très complexe en raison de la nature du sol, car certaines couches sont sableuses et d’autres rocheuses. Les risques d’éboulement étaient donc accrus.

Le garçonnet, dont le sort a ému tout le pays et au-delà, est tombé accidentellement mardi après-midi dans le puits asséché, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans un village non loin de la localité de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen.

“Dans un moment d’inattention, le petit est tombé dans le puits”, a témoigné le père du garçon. En attendant son sauvetage, de l’eau et de l’oxygène lui ont été acheminés jusqu’au fond du puits exigu.

Des milliers de sympathisants ont accouru ces derniers jours, certains de loin, en signe de solidarité, et campaient sur place malgré le froid glacial de cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude.

À voir également sur Le HuffPost: Au Maroc, les secours s’activent pour sauver Rayan, 5 ans, coincé dans un puits

  • Hu chevron_right

    Ryan: au Maroc, les opérations pour tenter de le sauver se sont poursuivies toute la nuit

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 5 February - 08:20 · 4 minutes

Au Maroc, les opérations pour tenter de sauver Rayan se sont poursuivies toute la nuit (Photo by Jalal Morchidi/Anadolu Agency via Getty Images)

MAROC - La terrible et angoissante attente. Engagés dans une course contre la montre de plus en plus pressante, les secouristes marocains ont œuvré toute la nuit de vendredi à ce samedi 5 février pour tenter de sauver le petit Rayan, un enfant de cinq ans tombé dans un puits profond il y a cinq jours, dont le sort émeut le royaume et bien au-delà.

Mais les travaux de forage continuent très lentement dans ce village d’une région déshéritée du nord du Maroc . Les deux derniers mètres pour atteindre le garçonnet au fond du trou de 32 mètres sont les plus difficiles en raison des risques d’éboulement.

Aucune information n’a filtré sur le sort du petit Rayan, mais plus les heures avancent, plus le doute s’installe sur les chances de le retrouver vivant.

Creuser un tunnel à l’horizontal

Selon les autorités locales, les sauveteurs -sapeurs du génie et topographes- creusent un tunnel horizontal de trois mètres, en parallèle de la sécurisation du périmètre par les équipes techniques, pour approcher de la poche où est coincé l’enfant.

Dans des conditions difficiles, ils ont travaillé sans interruption ces dernières heures à la lueur de puissants projecteurs, apportant une touche lugubre sur la scène du drame, selon des journalistes de l’AFP. Les communications sont très mauvaises dans cette cuvette isolée.

Des renforts de police ont été déployés et quelques mouvements de cohue ont entravé parfois le travail des secouristes et des journalistes.

“On ne partira pas avant qu’il soit sorti du puits”

Des milliers de sympathisants sont accourus ces derniers jours, certains de loin, en signe de solidarité, et campent sur place malgré le froid glacial de cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude.

“Nous sommes venus prêter main-forte aux secouristes. Rayan est un enfant de notre région, on prie Dieu pour qu’il soit sauvé”, témoigne un volontaire. “On ne partira pas avant qu’il soit sorti du puits”.

“On y est presque. On travaille d’arrache-pied”, a expliqué un conducteur de travaux. “La fatigue se fait sentir mais toutes les équipes de secours résistent malgré les imprévus.”

Garder l’espoir

Le garçonnet a chuté accidentellement mardi après-midi dans un puits asséché de 32 mètres, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane, près de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen.

“Je garde espoir que mon enfant sortira de ce puits vivant”, a déclaré vendredi soir le père de Rayan à la télévision publique 2M. “Je remercie toutes les personnes mobilisées et celles qui nous soutiennent au Maroc et ailleurs.”

Le drame s’est déclenché avec la disparition de l’enfant mardi vers 14h. “Toute la famille s’est mobilisée pour le chercher jusqu’à ce qu’on apprenne qu’il était tombé dans le puits”, a raconté à la presse locale la mère de l’enfant, les yeux embués de larmes.

“Tiens bon petit Rayan, tiens bon s’il te plaît”

L’accident de Rayan a suscité énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux à travers le monde.

“Les sauveteurs sont en train de littéralement bouger une montagne pour sauver le petit #Rayan, j’espère que leurs efforts ne seront pas vains et que tous ceux qui ont prié pour lui verront leurs prières exaucées”, a opiné un internaute. “Tiens bon petit Rayan, tiens bon s’il te plaît”, implorait une autre internaute sur Twitter.

Une équipe se tient prête pour porter secours à l’enfant depuis la brèche horizontale, dès sa sortie, ont indiqué à l’AFP les autorités locales. Un hélicoptère médicalisé est en standby pour le prendre en charge.

“Nos coeurs sont avec la famille et on prie Dieu pour qu’il retrouve ses proches au plus vite”, a assuré le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, qui a exhorté la foule présente ”à laisser les secouristes travailler pour sauver cet enfant”.

Cet accident fait écho à un drame survenu début 2019 en Espagne, en Andalousie. Un enfant de deux ans avait trouvé la mort après avoir chuté dans un puits abandonné de 25 centimètres de diamètre et plus de 100 mètres de profondeur, creusé pour trouver de l’eau. Le corps du petit Julen avait été retrouvé au bout de treize jours de recherches d’une ampleur exceptionnelle.

À voir également sur Le HuffPost: De l’Algérie au Maroc, la colonisation cachait aussi un grand marché sexuel

  • Hu chevron_right

    Au Maroc, les secours s'activent pour sauver Rayan, 5 ans, coincé dans un puits

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 4 February - 09:08 · 2 minutes

Les opérations de secours pour sauver Rayan, 5 ans, près de la localité de Bab Berred dans la province rurale de Chefchaouen, le 3 février 2022.

MAROC - Depuis quatre jours, le Maroc retient son souffle. Les opérations de secours se poursuivent, ce vendredi 4 février, pour sauver le petit Rayan, 5 ans, coincé, depuis mardi, dans un puits profond d’un village du nord du royaume . Le ballet des engins mécaniques déployés pour déblayer le terrain autour du puits de 32 mètres de profondeur n’a pas cessé toute la nuit, a constaté l’AFP.

Selon les autorités locales, les bulldozers ont déjà creusé jusqu’à 28 mètres de profondeur et les préparatifs sont en cours pour creuser une brèche horizontale de quelques mètres en direction du puits pour atteindre le petit Rayan.

Un puits étroit et difficile d’accès

Mais la phase est délicate vu le risque d’ éboulement , ont-elles ajouté. L’opération est très complexe en raison de la nature du sol, car certaines couches sont sableuses et d’autres rocheuses.

Le garçonnet, dont le sort émeut tout le pays et au-delà, est tombé accidentellement mardi après-midi dans le puits asséché, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans un village non loin de la localité de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen.

“Dans un moment d’inattention, le petit est tombé dans le puits”, a témoigné le père du garçon. Pour l’heure, on ignore s’il est toujours vivant mais de l’eau et de l’oxygène lui ont été acheminés jusqu’au fond du puits exigu.

Vive émotion sur les réseaux sociaux

Une équipe médicale a été dépêchée sur les lieux afin de “réaliser les examens initiaux et les interventions de réanimation à l’enfant une fois secouru”. Un hélicoptère médicalisé est également sur place pour le prendre en charge.

L’épreuve du petit Rayan suscite énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux. Pour le deuxième jour consécutif, le hashtag #sauvezrayan (en arabe) figure parmi les principales tendances de Twitter au Maroc.

Le footballeur Houssem Aouar, qui évolue à l’OL, a publié une photo de l’enfant sur Twitter en adressant ses prières à l’aide de l’émoji mains jointes. Dans une story sur Instagram, l’international marocain du PSG Achraf Hakimi a également eu une pensée pour Rayan.

En outre, les habitants de la région sont aussi nombreux sur le lieu de l’accident, ce qui entrave parfois le travail des équipes de secours. Le porte-parole du gouvernement Mustapha Baitas a exhorté, jeudi, la population ”à laisser [les secours] travailler pour sauver cet enfant”.

À voir également sur Le HuffPost: Né sans jambes ni bras, ce coach de football marocain est surnommé “l’entraîneur miracle”

  • Hu chevron_right

    Le Maroc rouvre les vols en avion après deux mois de fermeture

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 28 January - 00:32 · 2 minutes

Des avions de la compagnie Air France à l

INTERNATIONAL - Le gouvernement marocain a décidé de rouvrir à compter du 7 février l’espace aérien aux vols au départ et à destination du pays, après plus de deux mois de fermeture , selon un communiqué diffusé ce jeudi 27 janvier par l’agence MAP.

Les autorités étaient sous la pression d’un secteur touristique en faillite et des Marocains bloqués à l’étranger afin de débloquer des frontières closes depuis le 29 novembre en raison de la flambée du variant Omicron .

“Cette décision intervient conformément aux dispositions juridiques relatives à la gestion de l’état d’urgence sanitaire et suite aux recommandations de la commission scientifique et technique et prenant en considération l’évolution de la situation épidémiologique dans le royaume ”, indique le communiqué.

“Pour accompagner la mise en oeuvre de cette décision, une commission technique se penche actuellement sur l’examen des mesures à adopter au niveau des postes-frontière et les conditions requises pour les voyageurs, qui seront annoncées ultérieurement”, précise la même source.

Industrie du tourisme frappée

Le gouvernement a par ailleurs prolongé jeudi l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis 2020, sur l’ensemble du territoire, jusqu’au 28 février prochain. La fermeture des frontières a frappé de plein fouet l’industrie du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, un secteur vital pour l’économie du royaume.

Malgré l’annonce d’un plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d’euros), les opérateurs touristiques ont manifesté mercredi à travers le royaume pour réclamer la réouverture des frontières.

La fermeture de l’espace aérien a soulevé de vives protestations auprès de l’importante diaspora marocaine, d’autant que certaines compagnies de jets privés opéraient des liaisons vers le Maroc à des prix exorbitants -plus de 10.000 euros par passager pour un aller simple-, selon des sites d’information et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Si le pic des contaminations au variant Omicron semble avoir été atteint pendant la semaine du 17 au 23 janvier, selon le ministère de la Santé, les autorités s’inquiètent néanmoins d’une hausse des cas en réanimation.

À voir également sur Le HuffPost: À Bruxelles, des heurts éclatent lors d’une manif “européenne” anti-pass sanitaire

  • Hu chevron_right

    CAN 2022: Hakimi excelle avec le Maroc sur coup franc et va en parler à Messi et Neymar

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 26 January - 08:22 · 2 minutes

Depuis le début de la Can 2022, Achraf Hakimi a fait des coups francs sa spécialité. 

FOOTBALL - La délivrance est venue d’un coup franc magnifique. Le Maroc avait fort à faire pour ne pas réitérer son précédent échec, en huitième de finale de la Can 2019. Mais un joueur du PSG a tout changé.

Élu homme du match, Achraf Hakimi est certainement le héros de cette soirée victorieuse pour le Maroc face au Malawi (2-1) ce mardi 25 janvier, permettant aux Lions de l’Atlas de rallier les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations , après un match très disputé.

Encore auteur d’un coup franc sublime lors de cette rencontre, l’arrière droit du Paris-Saint-Germain a démontré ses qualités de frappeur dans ce domaine durant la compétition, s’étant déjà illustré dans cet exercice face au Gabon en poule.

En zone presse après la rencontre, son coéquipier en sélection, le joueur du SCO d’Angers, Sofiane Boufal, n’a pas hésité à mettre en lumière son coéquipier, traduisant même pour lui les questions du journaliste. La séquence, visible dans la vidéo ci-dessous, a donné lieu à un échange savoureux entre les deux joueurs.

D’abord chambré par Sofiane Boufal sur ses magnifiques coups francs pour lesquels “il ne travaille jamais à l’entraînement”, Hakimi est ensuite interrogé par le journaliste sur ses ambitions de devenir, peut-être, le tireur de coup-franc attitré du PSG, malgré la rude concurrence dans ce rôle, au milieu de stars comme Lionel Messi , Neymar, Kylian Mbappé ou encore Angel Di Maria.

Sofiane Boufal insiste alors pour que Hakimi réponde un grand “oui” au fait de s’imposer pour tirer les coups francs au PSG. “Je vais essayer d’en parler avec Léo Messi et Neymar ”, finit alors par lâcher le Marocain, tout sourire après cette belle performance.

Avant d’avoir les échos de ses coéquipiers Messi et Neymar à Paris, Achraf Hakimi peut déjà se satisfaire de la réaction de Kylian Mbappé , qui a visiblement été impressionné par le pied droit redoutable du Marocain: ”Achraf Hakimi, meilleur arrière droit du monde. Bonne nuit les gars”, a-t-il écrit sur Twitter pour féliciter son partenaire de jeu au PSG.

Qualifiée pour les quarts de finale de la CAN 2022, l’équipe du Maroc doit maintenant attendre son futur adversaire. Les Lions de l’Atlas affronteront le 30 janvier le vainqueur du match Côte d’Ivoire-Égypte qui doit avoir lieu ce mercredi 26 janvier.

À voir également sur le HuffPost: Les supporters des Comores en France ont célébré la qualification comme il se doit