close
  • Hu chevron_right

    Florian Thauvin s'excuse après ses propos hors antenne sur Marseille

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 25 June - 11:25 · 3 minutes

FOOTBALL - “Je le vis comme une trahison”. Florian Thauvin n’a pas tellement apprécié la manière dont s’est déroulée son interview sur RMC ce vendredi 24 juin. Des propos tenus hors antenne sur la ville de Marseille ont été diffusés sans son avertissement, le poussant à s’excuser rapidement sur les réseaux sociaux, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Le milieu de terrain des Tigres de Monterrey, au Mexique, échangeait en “off” avec le journaliste Jean-Louis Tourre sur les raisons de son départ de l’Olympique de Marseille en juin 2021. Il évoquait notamment la vie privée du joueur et la scolarité de son fils. “En vrai, tu ne t’imaginais pas l’élever à Marseille? Au milieu des dingos (sic) et tout non”, a ironisé le journaliste de RMC dans “Rothen s’enflamme”.

“Ce n’est pas possible que mon fils aille à l’école à Marseille”

Croyant l’interview terminée, le joueur lui a répondu sans aucun filtre. “Je suis honnête, ça je ne peux pas le dire à l’antenne, mais c’est vrai que quand j’ai eu l’offre de prolongation de l’OM (...), je me suis dit ‘mon fils a 2 ans, ce n’est pas possible qu’il aille à l’école à Marseille comme ça. Même moi et ma femme on n’en pouvait plus”.

Une réponse qui a particulièrement choqué les supporters de l ’Olympique de Marseille sur les réseaux sociaux.

Quelques heures après l’interview, Florian Thauvin a décidé de réagir sur les réseaux sociaux, en présentant ses excuses aux supporters marseillais, ne manquant pas au passage de dénoncer les propos méprisants du journaliste Jean-Louis Tourre.

“Je n’aurais pas dû laisser passer ça”

“Je suis vraiment déçu, dégoûté, je le vis comme une trahison car on ne dévoile pas une conversation privée publiquement”, a-t-il expliqué dans une vidéo postée sur Twitter. “J’ai commis une erreur parce que je n’ai pas réagi. J’aurais dû réagir tout de suite et nous défendre. Je n’aurais pas dû laisser passer ça et pour ça je présente toutes mes excuses à tous les Marseillais.”

Le coéquipier d’André-Pierre Gignac, un autre ex-joueur de l’OM, a ensuite expliqué pourquoi il avait décidé de quitter la cité phocéenne. “J’avais fait le tour à Marseille, j’avais besoin d’un changement dans ma vie, que ça soit professionnel ou de ma vie privée et j’étais fier et content de pouvoir offrir l’opportunité à mon fils de découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture et le fait qu’il puisse apprendre plusieurs langues.”

La polémique a pris une dimension plus politique lorsque le maire de Marseille, Benoît Payan, a réagi aux propos du journaliste Jean-Louis Tourre, qui qualifie les habitants de la ville de “dingos” dans cet échange.

Le journaliste de RMC a fini par s’excuser publiquement sur Twitter dans la soirée. “Je regrette le mot ‘dingos’ pour qualifier les Marseillais. Une familiarité pour désigner le contexte particulier que l’on doit gérer quand on joue à l’OM.”, s’est-il justifié.

À voir également sur Le HuffPost: Lionel Messi devient acteur pour la série argentine “Los Protectores”

  • Hu chevron_right

    Marseille sera touché par un tsunami d'ici 30 ans, c'est quasi sûr selon l'Unesco

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 24 June - 12:28 · 4 minutes

Un équipement d'alerte aux tsunamis. Ce genre de dispositif devrait se développer sur les côtes méditerranéennes françaises. Cinq centres d'alerte sont placés en Grèce, Turquie, Italie, France et Portugal. Un équipement d'alerte aux tsunamis. Ce genre de dispositif devrait se développer sur les côtes méditerranéennes françaises. Cinq centres d'alerte sont placés en Grèce, Turquie, Italie, France et Portugal.

DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE - Un tsunami pourrait bientôt frapper de grandes villes méditerranéennes , comme Marseille. Il s’agit même d’une quasi-certitude comme l’expliquait le 21 juin dernier lors d’une conférence de presse Vladimir Ryabinine, secrétaire exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale de l’Unesco.

Ce dernier a affirmé que les scientifiques estiment à plus de 95% la probabilité qu’un “tsunami ait lieu au cours des 30 prochaines années en mer Méditerranée”. Dès lors, de nombreuses villes se retrouvent en première ligne pour faire face à la catastrophe à venir , dont Marseille, Cannes, Alexandrie ou encore Istanbul.

Problème, si les communautés du Pacifique et de l’océan Indien, où se produisent la plupart des tsunamis, sont conscientes des dangers , il reste généralement sous-estimé en Méditerranée. Un travail de prévention et préparation semble alors nécessaire. C’est d’autant plus vrai que le risque de tsunami devrait augmenter avec l’élévation du niveau de la mer.

Extension du programme “Tsunami Ready” de l’Unesco

Afin d’aider à la protection face aux Tsunamis, l’Unesco a décidé d’étendre son programme nommé “Tsunami Ready” à toutes les zones à risque dans le monde d’ici à 2030. Plusieurs milliers de sites seront ainsi concernés contre 40 villes situées dans 21 pays actuellement.

L’objectif est de “s’assurer que 100% des populations côtières à risque soient prêtes à réagir” face à une catastrophe. Concrètement, cela signifie dresser un plan d’identification de la menace, de sensibilisation et de préparation des populations pour y faire face.

“Les tsunamis de 2004 et 2011 ont été un signal d’alarme”, a déclaré pour The Guardian Bernardo Aliaga, expert en chef des tsunamis à l’Unesco. Balayant de nombreuses côtes de l’Océan Indien le 26 décembre 2004, le tsunami le plus meurtrier de l’histoire, avait tué environ 230.000 personnes dans 14 pays. En 2011, suite à un tremblement de terre au large du Japon, des vagues de près de 40 mètres ont tué environ 18.000 personnes.

Ces catastrophes ont servi d’apprentissage dans la douleur. Comme l’explique pour The Guardian Bernardo Aliaga, “nous avons parcouru un long chemin depuis 2004. Nous sommes plus en sécurité aujourd’hui. Mais il y a des lacunes dans la préparation et nous devons nous améliorer. Nous devons nous assurer que les avertissements sont compris par les visiteurs et les communautés”.

Manque actuel de préparation

Pour se préparer au mieux, il faut tout d’abord pouvoir anticiper les tsunamis. À ce niveau, “des travaux ont été réalisés pour établir 12 centres d’alerte aux tsunamis couvrant la majeure partie de l’océan, y compris la Méditerranée”, relate Bernardo Aliaga. Parmi eux, cinq sont placés en Grèce, Turquie, Italie, France et Portugal.

Néanmoins, le risque est régulièrement sous-estimé en Méditerranée. La cause? “Les événements ne sont pas très fréquents et le risque ne se traduit pas d’une génération à l’autre”, explique l’expert en chef des tsunamis à l’Unesco. Or, la question n’est plus si, mais quand aurait lieu un tsunami sur les côtes méditerranéennes.

Car l’avertissement ne fait pas tout, il est aussi essentiel de préparer les populations en cas de catastrophe. Et c’est peut-être là qu’il reste le plus de chemin à faire, car les habitants des villes côtières n’ont jamais vraiment eu à faire face au risque de tsunami. Afin d’y remédier, en novembre dernier, la préfecture marseillaise a réalisé un exercice grandeur nature dans plusieurs communes (à Fos-sur-Mer et Martigues notamment).

Concrètement, il s’agit de mettre en place des plans d’évacuation, avec des alertes via haut-parleurs ou même par message Whatsapp. L’objectif est d’évacuer rapidement. “S’il s’agit d’un tsunami local, vous avez 20 minutes maximum avant que la première vague ne frappe. La deuxième vague est plus importante et survient 40 minutes après la première”, synthétise Bernardo Aliaga.

Dangerosité accrue par le dérèglement climatique

Ces mises en situation sont essentielles, alors que la menace se précise. Depuis la catastrophe de 2004, le centre d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique de l’Unesco (hébergé par les États-Unis), en a recensé 125 pour une moyenne de sept par an. Or, avec le dérèglement climatique et l’élévation du niveau des mers, les tsunamis voient leur dangerosité augmenter.

C’est notamment ce qu’a présenté une étude de 2018 modélisant les tsunamis à Macao, en Chine. Elle a révélé que l’élévation du niveau de la mer permettait aux tsunamis de se déplacer plus loin à l’intérieur des terres. Même son de cloche pour Pascal Roudile, responsable du centre national d’alerte aux tsunamis (Cenalt) interrogé par Le Figaro durant l’exercice marseillais de novembre 2021.

“Ce ne sont pas que des études . En mars 2021, un tremblement de terre de magnitude 6 dans le nord de l’Algérie a provoqué des vagues (...). Un degré de plus pourrait impacter nos côtes, avec une vague de plus d’un mètre qui (...) emporterait notamment voitures et piétons”. D’où l’importance de prendre conscience de la menace que représente un tsunami.

À voir également sur Le HuffPost: Face à la canicule, les astuces pour se rafraîchir sans réchauffer la planète

  • Hu chevron_right

    Marseille veut transformer le bassin du Mucem en piscine d'eau de mer

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 15 June - 15:42 · 2 minutes

La mairie de Marseille veut transformer le bassin du Mucem en piscine d'ici un an. La mairie de Marseille veut transformer le bassin du Mucem en piscine d'ici un an.

MARSEILLE - Après plus d’un an de mobilisation citoyenne, la mairie de Marseille se jette à l’eau et annonce vouloir transformer le bassin du Mucem en piscine d’eau de mer. Situé au pied du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée , le bain est pour le moment dédié à l’ancrage des bateaux de plaisance , et la baignade y est interdite.

La ville veut désormais y remédier en aménageant le lieu “dans des conditions de sécurité et sanitaires les plus positives possibles”, selon les propos du maire de la ville, Benoît Payan, rapportés par le média Made In Marseille. L’adjoint au littoral Hervé Menchon l’a également confirmé sur France Bleu Provence ce mercredi 15 juin. Néanmoins, c’est la métropole Aix-Marseille-Provence qui détient responsabilité du bassin. La collectivité “nous a donné des signes plutôt positifs lors de notre proposition”, affirme Hervé Menchon.

Si tout se déroule comme prévu, les Marseillais pourront y nager d’ici un an. “On a commencé à tester la qualité des eaux, poursuit Benoît Payan. “Les résultats sont aujourd’hui positifs et laissent penser qu’on va y arriver”, précise-t-il.

La mairie va continuer de réaliser ces tests durant tout la saison estivale. Pour vérifier la qualité de l’eau, mais également sur “le fond, les sédiments et les forages dans les sols. Cet endroit a quand-même été la sortie du Grand port maritime pendant très longtemps”, fait remarquer le maire. Une fois achevé, Benoît Payan promet “le plus beau spot de baignade du monde”.

Les Libres nageurs sur le front depuis plus d’un an

Cet aménagement est réclamé depuis plus d’un an par l’association Les Libres nageurs, un collectif rassemblant des personnes qui désertent les piscines pour nager dans la mer et les lacs.

Ses membres suggèrent depuis bien longtemps la création d’un espace de baignade ”à destination des baigneurs du centre-ville et des quartiers Nord”, peut-on lire sur leur site Internet . “Il faut retrouver l’ancien usage de cet endroit. Il était dédié à la baignade depuis le début du 19 e siècle”, explique Florence Joly, l’une des membres du collectif, à M ade In Marseille .

Les Libres Nageurs réfléchissent à un projet de transformation du bassin du MUCEM en piscine naturelle depuis plus d'un an. Les Libres Nageurs réfléchissent à un projet de transformation du bassin du MUCEM en piscine naturelle depuis plus d'un an.

Les Libres nageurs ont même fait appel à un architecte spécialisé pour appuyer leur demande, et ont publié une visualisation du projet. En mars dernier, l’association a organisé une baignade qu’elle décrivait comme “revendicati[ve], illicite et solidaire” dans le bassin, pour attirer l’attention des pouvoirs publics.

À voir également sur Le HuffPost : Elle traverse 44 fois la Manche à la nage et bat le record du monde

  • Hu chevron_right

    Zidane au PSG? Les supporters marseillais déjà dans tous leurs états

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 10 June - 14:40 · 4 minutes

Natif de Marseille, le génie du football s'attire déjà les foudres du public phocéen alors que sa venue sur le banc du PSG n'est pour l'instant qu'une rumeur. Natif de Marseille, le génie du football s'attire déjà les foudres du public phocéen alors que sa venue sur le banc du PSG n'est pour l'instant qu'une rumeur.

FOOTBALL - Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Ce vendredi 10 juin, certains médias français annoncent l’arrivée imminente de Zinédine Zidane sur le banc du Paris Saint-Germain la saison prochaine. Et même s’il ne s’agit encore que de spéculations à ce stade - d’ailleurs démenties par l’un des conseillers de l’ex-entraîneur du Real Madrid, Zizou et sa famille subissent déjà les conséquences du public marseillais, effondré à l’idée de voir le Phocéen rejoindre le club de la capitale et rival historique de l’Olympique de Marseille .

Le “Z5” criblé d’avis négatifs sur Google

Outre les habituels messages furieux sur les réseaux sociaux, le complexe sportif “Z5”, créé par la star du football et sa famille en 2011 à Aix-en-Provence, est déjà la cible de nombreux avis négatifs depuis ce vendredi. Comme le signale un journaliste du Figaro sur Twitter, des centaines d’avis “une étoile” ont fleuri sur la page Google du complexe de futsal d’Aix (il en existe deux autres, à Istres et à Turin en Italie).

Les sous-entendus ne laissent que peu de doute sur l’origine des messages, abreuvés de références négatives sur le Qatar, Paris et son club de foot.

“Payet est meilleur que le propriétaire”, “Sordide endroit. Aurait plutôt sa place dans le 16e arrondissement à Paris. Ou à Doha”, “Materazzi avait finalement raison” ou encore “Décevant, qu’il déménage dans le nord”, peut-on notamment lire parmi les derniers avis postés en ligne.

Certains avis se veulent moqueurs ou provocateurs, mais d’autres tendent déjà vers une forme de harcèlement en ligne pour une simple rumeur footballistique. D’ailleurs, le complexe Z5 installé à Istres n’échappe pas à la colère marseillaise.

Certains avis visible sur la page Google dédiée au complexe sportif Z5 de la ville d'Istres. Certains avis visible sur la page Google dédiée au complexe sportif Z5 de la ville d'Istres.

Inauguré le 22 mai, cette autre antenne appartenant à Zinédine Zidane a vu sa note globale s’effondrer en quelques heures sous le poids des avis négatifs.

Zidane, un marseillais ”à vie”

Mais d’où la colère marseillaise provient-elle? Si Zinédine Zidane n’a jamais joué à l’Olympique de Marseille au cours de sa carrière de joueur, il y est né et n’a jamais renié son amour pour sa ville d’origine et le club qui y est rattaché.

Celui qui a grandi dans la cité de la Castellane à Marseille, y était retourné en février 2022 dans le cadre de l’inauguration d’un cabinet de téléconsultation. À l’époque, la rumeur l’envoyait déjà coacher les joueurs du PSG, ce qui n’avait pas manqué de faire réagir les nombreux fans de l’OM rassemblés pour apercevoir “ZZ” ce jour-là.

Surtout qu’à différents stades de sa carrière, Zidane a toujours marqué son attachement profond à l’OM. “Pendant ma carrière, je n’ai pas eu de regrets. Parce que j’étais occupé et j’ai joué dans des clubs où j’étais bien. Mais avec le recul, c’est vrai qu’en tant que Marseillais j’étais dans les tribunes très jeune... Pendant longtemps, j’ai dit que mon rêve était d’être là”, confiait-il en novembre dans le journal La Provence .

“Je suis Marseillais, c’est sûr et certain. Même s’il peut se passer beaucoup de choses... Je suis parti très jeune, je ne vis pas ici... Mais je reviens de temps en temps et je sais que je suis Marseillais et que je le resterai à vie”, déclarait-il encore, sans fermer la porte à une éventuelle venue sur le banc de l’OM dans un avenir plus ou moins lointain.

Des déclarations que n’ont sûrement pas oubliées les spectateurs du Vélodrome, qui se vengent aujourd’hui après les nouvelles rumeurs qui affolent le monde du foot français. Pourtant, Zidane a toujours été le premier à entretenir la rivalité footballistique entre Paris et Marseille.

Quand il était interrogé en tant que coach du Real Madrid avant un match au Parc des Princes en Ligue des Champions en 2018, voici ce qu’il répondait à une question sur le potentiel accueil chaleureux du public parisien à son égard: “Mais on est à Paris ici, moi je suis Marseillais”, lâchait-il avec un grand sourire aux lèvres.

À voir également sur Le HuffPost: Zemmour et son équipe virés d’un terrain de foot créé par Zidane

  • Hu chevron_right

    Au stade Vélodrome, Jul arrive en scooter... par les airs

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 4 June - 21:41 · 1 minute

MARSEILLE - À domicile, Jul a fait les choses en grand ce samedi 4 juin.

Pour son concert événement au stade Vélodrome , le rappeur marseillais a tout simplement fait son entrée par les airs, sur un scooter.

Attaché à des fils, celui-ci est descendu progressivement à la verticale d’une bonne vingtaine de mètres, comme on peut le voir sur les images ci-dessous .

Jul, qui a dévoilé début mai son nouvel album , Extraterrestre, était très attendu par les 60.000 fans de son show marseillais. Avant le concert, le rappeur de 32 ans avait confié à Brut ne se languir “que d’une chose, c’est d’être sur scène”. “J’ai fait de la boxe thaï. Beaucoup de cardio, a-t-il confié sur sa préparation. Là, je vole sur la scène. Y a des surprises, y a tout qui va péter.”

Pour le scooter sur scène, ce n’est toutefois pas une première pour lui. En 2017 à Bercy , Jul avait fait son entrée sur un deux-roues, en roue arrière.

À voir également sur Le HuffPost : Jul chante Jean-Claude Van Damme et Jean-Claude Van Damme danse sur Jul

  • Hu chevron_right

    Concert de Jul à Marseille: la préfecture alerte à nouveau sur les risques de faux billets

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 4 June - 13:25 · 2 minutes

PARIS, FRANCE - NOVEMBER 13: Jul performs at AccorHotels Arena on November 13, 2019 in Paris, France. (Photo by David Wolff - Patrick/Redferns) PARIS, FRANCE - NOVEMBER 13: Jul performs at AccorHotels Arena on November 13, 2019 in Paris, France. (Photo by David Wolff - Patrick/Redferns)

MUSIQUE - Anticipation des arrivées, risque de faux billets, pré-filtrage... Une semaine après le fiasco de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, la préfecture des Bouches-du-Rhône veut, de son côté, prévenir plutôt que guérir. Dans un communiqué de presse, elle alerte à nouveau sur de possibles faux billets pour le concert du rappeur marseillais Jul , organisé ce samedi 4 juin au stade Orange Vélodrome de Marseille à partir de 21h.

Afin de prévenir d’éventuels incidents, la préfecture préconise aux spectateurs d’anticiper leur arrivée en se rendant “sur place dès 18 heures” et de privilégier les transports en commun. Une mise en garde similaire avait été adressée aux spectateurs il y a quelques jours.

“Y a des surprises, y a tout qui va péter”

Prévenant que le concert de Jul est complet et qu’“il n’y aura pas de billetterie au stade pour l’achat de billets”, les autorités déconseillent aux fans qui n’ont pas obtenu de place d’acheter “des billets auprès de particuliers” car “le risque de faux billets est important”. “Les personnes détentrices de ce type de places seront détectées dès le pré-filtrage et ne pourront pas accéder au périmètre autour du stade”, met en garde la préfecture.

Elle a également rappelé cette semaine que, la revente à la sauvette est punie de 6 mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

Le concert de Jul, qui vient de dévoiler son 25e projet, Extraterrestre , est très attendu par ses 60.000 fans qui assisteront au show ce samedi au Vélodrome. Le Marseillais de 32 ans a confié à Brut ne se languir “que d’une chose, c’est d’être sur scène”. “J’ai fait de la boxe thaï. Beaucoup de cardio, a-t-il confié sur sa préparation. Là, je vole sur la scène. Y a des surprises, y a tout qui va péter.”

À voir également sur Le HuffPost: PNL fait son grand retour pour sa tournée après 3 ans d’inactivité

  • Hu chevron_right

    Comment Emmanuel Macron a fait de Marseille sa destination fétiche

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 2 June - 04:30 · 4 minutes

Emmanuel Macron lors de son discours Palais du Pharo en septembre 2021 (illustration) Emmanuel Macron lors de son discours Palais du Pharo en septembre 2021 (illustration)

POLITIQUE - Difficile de trouver une ville qui attire autant, et comme un aimant, Emmanuel Macron . Ses toutes premières vacances de chef de l’État? À Marseille . Son club de foot préféré? L’Olympique de Marseille . Une visite de trois jours au format inédit? Pour Marseille . Une entorse aux traditions pour un rendez-vous diplomatique avec Angela Merkel ailleurs qu’à Paris? Encore Marseille . Une visite surprise en pleine crise du Covid? Toujours Marseille .

Le seul meeting de l’entre-deux tours? Bref ... Ce jeudi 2 juin, le chef de l’État reprend la direction du Vieux-Port, pour une visite placée sous le thème (brûlant sur place) des écoles, en compagnie de son nouveau ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye .

Une thématique qui était déjà à l’ordre du jour lors de son déplacement du mois de septembre, et qui répond aux nombreuses alertes émises par le maire socialiste de la cité phocéenne, Benoît Payan. “Le chef de l’État visitera l’école Menpenti et son laboratoire de mathématique, projet pédagogique innovant, mis en place dans le cadre de l’expérimentation ‘école du futur’ lancé en septembre 2021 avec le plan ‘Marseille en Grand’”, fait savoir l’Élysée.

La présidence précise que la séquence se clôturera par un échange avec les équipes éducatives, les parents d’élèves et les associations. L’occasion pour Emmanuel Macron d’écrire un nouveau chapitre de la relation si particulière qu’il entretient avec la plus vieille ville de France.

“Je suis amoureux de Marseille”

L’anecdote est racontée dans le livre Emmanuel Macron, vérités et légende s (éd. Perrin), écrit par Arthur Berdah, journaliste au Figaro . Quand l’intéressé n’était encore que ministre de l’Économie, il s’imaginait conquérir la cité phocéenne: “si je devais me lancer en politique, ce serait pour prendre la mairie de Marseille”. Le destin en a voulu autrement, mais cette attirance est restée intacte.

“Je suis amoureux de Marseille, parce que j’aime les villes tragiques, méditerranéennes. Parce que tout y est à la fois complexe, et possible. Parce qu’il y règne une générosité folle”, justifie le président dans cet ouvrage, affichant l’ambition de faire de la préfecture des Bouches-du-Rhône “la capitale de la Méditerranée”.

D’où cette volonté, affichée de longue date, de faire de Marseille un laboratoire des solutions pour le pays. “Si on arrive à régler les problèmes de Marseille, on réussira dans d’autres territoires qui souffrent”, expliquait au HuffPost Saïd Ahamada, député LREM de Marseille, au sujet de “l’attention particulière” que conserve le chef de l’État à l’égard de cette “ville monde”. Raison pour laquelle l’État mise 3,6 milliards d’euros pour la rénovation de la deuxième ville de France, où les plaies liées à la ( mauvaise ) gestion de l’ère Gaudin sont encore vives, notamment sur le logement .

“On se parle franchement”

Un volontarisme bien aidé par la bonne relation qu’il entretient avec Benoît Payan, âgé comme lui de 44 ans. “On fonctionne un peu de la même manière. On se parle franchement, on cherche l’efficacité. Et puis on a les mêmes envies pour Marseille”, admettait le maire socialiste dans Le Point au mois de novembre.

“Il y a une volonté commune entre Payan et Macron : il ne s’agit pas de gentrifier les quartiers nord, mais de créer une communauté en réduisant la fracture”, notait dans Les Échos , Jean-Marc Borello, qui a la spécificité d’être à la fois proche du chef de l’État et de l’édile marseillais.

Une convergence que les deux ne manqueront pas d’afficher ce jeudi puisque Benoît Payan a justement fait de la rénovation des écoles une priorité pour sa ville. Une cause pour laquelle l’État a engagé 400 millions d’euros et 650 millions d’euros de garanties de prêts de l’État dans le cadre de “Marseille en Grand”.

Si Emmanuel Macron n’est pas avare en preuves d’amour à l’égard de la ville provençale, celle-ci n’est pas pour autant devenue macroniste. Au premier tour de l’élection présidentielle, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé (largement) en tête dans la cité phocéenne, avec 31,1%, loin devant le président sortant (22,6%). Ce qui n’a pas empêché Emmanuel Macron d’y retourner dans l’entre deux tours pour tenir son meeting.. et de multiplier les allusions à l’Olympique de Marseille .

À voir également sur Le HuffPost: Mort d’un journaliste français en Ukraine : “Ce sujet ne peut pas rester impuni”, affirme Emmanuel Macron

  • Hu chevron_right

    Un mariage posthume demandé à Emmanuel Macron par une Marseillaise

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 23 May - 10:48 · 2 minutes

Une Marseillaise demande à Macron de pouvoir se marier avec son conjoint décédé (Photo Cavan Images via Getty Images) Une Marseillaise demande à Macron de pouvoir se marier avec son conjoint décédé (Photo Cavan Images via Getty Images)

SOCIÉTÉ - Poursuivre leur rêve, malgré la mort. Une Marseillaise fait aujourd’hui appel à Emmanuel Macron pour pouvoir se marier avec l’homme qu’elle aime. Une histoire peu banale alors que l’homme en question est décédé le 24 décembre 2021 dans un accident de la route. Un mariage à titre posthume est une procédure rare, mais qui a des chances d’aboutir, note France Bleu , citant l’avocat de la femme endeuillée.

En effet, Laëtitia, atteinte d’une maladie auto-immune , vivait en couple depuis dix ans avec Maxime et le couple avait bâti un projet d’entreprise commun et comptait se marier: tout avait d’ailleurs été préparé à cette occasion. La date était arrêtée, les invitations envoyées, les bagues et les tenues achetées.

Malheureusement, le soir de Noël, un chauffard ivre, sous l’emprise de la drogue et roulant en contresens, a fauché Maxime à Marseille. Aujourd’hui, pour surmonter sa douleur, Laëtitia veut au moins concrétiser le projet de mariage qu’ils ont eu ensemble. “Comme on voulait se marier, surtout lui, il faut que j’aille jusqu’au bout. L’histoire continue”, explique-t-elle à France Bleu .

“Il m’a tellement apporté. Il m’a aidé à surmonter ma maladie, et puis il faut savoir que je suis une enfant de la DASS, adoptée, et porter le nom de Max, c’est me construire une identité, m’enraciner. Je suis la femme de cet homme, et c’est un honneur.”

Prouver que le mariage était un projet commun

Concrètement, même si un mariage posthume n’entraîne pas le versement des droits de succession, il pourrait permettre à Laëtitia d’obtenir des réparations dans le cadre des suites, pénales ou civiles, de l’accident de la route qui a coûté la vie de son mari.

Selon son avocat, interrogé par France Bleu , la demande de Laëtitia a de bonnes chances d’être acceptée, car elle remplit toutes les conditions nécessaires: “D’abord, la cause grave, à savoir l’accident en lui-même et ses conséquences psychologiques. Ensuite, il faut pouvoir prouver le consentement des futurs époux, qui ne fait aucun doute: il avait acquis son costume et réservé la salle pour le mariage, lancé des invitations. On a tous les éléments qui prouvent qu’il s’agissait d’un projet commun”.

L’étape suivante consiste à adresser cette demande au président de la République. C’est ce qu’a fait Laëtitia au début du mois d’avril, soutenue par la députée LREM des Bouches-du-Rhône Alexandra Louis. Si la demande aboutit, elle sait déjà comment elle compte organiser ce nouveau mariage: “En portant les alliances, avec une cérémonie de bénédiction devant sa tombe. Je porterai une jolie robe et j’irai là où on avait l’habitude de s’enlacer l’été”.

À voir également sur Le HuffPost: Muriel Robin en larmes pour un hommage à “l’immense Michel Bouquet”