close
  • Hu chevron_right

    Toyota, le numérique au service de la mobilité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 6 May - 12:46 · 2 minutes

Rares sont les grandes organisations qui n’intègrent pas une dimension logicielle, qui peuvent survivre sans algorithmes puissants, ou qui n’embauchent aucun développeur. Toyota ne déroge pas à la règle et s’impose aujourd’hui comme un acteur des technologies numériques à part entière, toujours dans l’optique de faciliter les mobilités pour tous.

Toyota Toyota

Le numérique est partout

Le logiciel est devenu le centre névralgique de nos mobilités. Quelle que soit l’application, les technologies numériques permettent aujourd’hui d’optimiser le fonctionnement ou l’usage des véhicules. La connexion est devenue la norme et une voiture contemporaine compte environ 50 unités de commande électronique pour plus de 1000 puces.

Les apports de cette “technologisation” des mobilités sont fondamentaux. Les données sont mises à profit dans l’optimisation de la consommation des véhicules, en particulier électriques. L’intelligence artificielle permet d’anticiper les accidents et d’automatiser les réactions des véhicules. Enfin, le smartphone est devenu la télécommande de nos mobilités à la demande, à travers des applications dédiées et multimodales.

Toyota en pionnier

L’internalisation des compétences les plus importantes est un des grands principes de Toyota. Comme l’explique Keiji Yamamoto, Président de Connected Company, “il faut d’abord essayer par soi-même afin de comprendre les grands principes” . Fort de ce mantra, le groupe a mis en œuvre les moyens nécessaires au développement de technologies performantes. À terme, 18 000 personnes travailleront au développement de logiciels chez Toyota Motor Corporation, Toyota Connected, Woven Planet ou au Toyota Research Institute.

Dans les faits, ces déploiement technologiques doivent être mis au service des personnes en proposant une véritable plus-value ou une expérience plus humaine. Toyota développe par exemple un système de gestion de flotte capable de répartir les véhicules en fonction des besoins réels. Les technologies de maintenance prédictive laissent imaginer une durée de vie allongée pour les véhicules. Le groupe s’est associé à la startup Aurora afin de développer des robotaxis autonomes. L’application MyT propose toute une gamme de services pour planifier les trajets, localiser les véhicules ou optimiser la conduite…

Destinées à l’usager final ou cachées sous le capot des véhicules, les technologies connectées doivent cependant rester un outil, mis au service d’un projet global : la construction d’une véritable entreprise de mobilité.

Ce contenu de marque fait partie de notre rubrique “En Transit.ion” soutenue par Toyota.
60097aadc5b62c0057c3edb2.jpg
  • Hu chevron_right

    “Supermarket Kuzumaki” : leçon de mobilité, leçon d’humilité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 April - 13:05 · 2 minutes

Toyota Toyota

Pour Toyota, qui se positionne comme une “entreprise de mobilité”, le Genba est incontournable afin de rester en empathie avec la réalité du terrain. A ce titre, l’histoire de Kuzumaki, une petite ville rurale du Japon, illustre bien l’importance d’une approche humble et pragmatique des mobilités.

“Supermarket Kuzumaki”

Pour Toyota, le lien local a toujours eu une importance centrale. Avant de devenir le “meilleur au monde”, il faut être capable d’être le meilleur de la ville ou du village. C’est pourquoi le groupe s’engage localement où il est présent. Au Japon, dans la région de Tohoku, particulièrement touchée par le tremblement de terre de 2011, cela se traduit par un “engagement non-temporaire”. Dans la localité de Kuzumaki en particulier, Toyota a souhaité lutter contre l’enclavement de populations vieillissantes. Avec un âge moyen en hausse et une population déclinante, cette petite ville de montagne compte plus de bovins que d’habitants. Cette dépopulation est accompagnée par la fermeture des commerces, qui peut avoir de graves conséquences pour les populations les moins mobiles. En 2019, à Koyase, un des districts de la ville, la dernière épicerie a fermé ses portes. Pour pallier cette catastrophe locale, Toyota et la municipalité ont lancé “Supermarket Kuzumaki”, une petite boutique ouverte le samedi et en mesure de réaliser des livraisons.

L’empathie au cœur des mobilités de demain

La belle histoire ne s’arrête pas là. En plus d’incarner l’engagement sur le terrain de Toyota, cette boutique a donné une belle leçon d’humilité aux équipes du groupe, et en particulier Keiji Yamamoto, Président de Connected Company chez Toyota, venu visiter le village. Les échanges menés avec la population locale ont montré que l’on ne peut construire les mobilités de demain sur des idées préconçues, ou de simples intuitions. Dans le contexte de Kuzumaki, c’est la digitalisation de la nouvelle épicerie qui a permis de mettre en valeur l’importance du terrain et de la proximité. En effet, le service de livraison via smartphone, imaginé pour être le plus pratique possible, était très peu utilisé. Une rapide conversation avec les utilisateurs a permis de comprendre qu’il s’agissait d’un manque d’habitude des outils numériques et d’un besoin de contact humain pour des personnes isolées, qui préfèrent un long déplacement en bus au contact impersonnel du téléphone. Pour Toyota, c’est la confirmation du besoin d’empathie avec les utilisateurs, et d’une “praticité” qui ne peut pas être imposée, mais doit suivre la variété des profils et des personnes. C’est riche de cette nouvelle leçon que le groupe va continuer à faire évoluer son support à la petite communauté de Kuzumaki…

Ce contenu de marque fait partie de notre rubrique “En Transit.ion” soutenue par Toyota.
60097aadc5b62c0057c3edb2.jpg
  • chevron_right

    Test Motron Vizion : la moto électrique petite et nerveuse

    news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 12 April - 10:22

La Vizion de Motron est une moto électrique ultra réactive et très plaisante à manier, qui offre un plaisir de conduite indéniable. Reste à savoir quel public elle peut toucher, limitée par sa faible autonomie et sa batterie amovible difficile à détacher. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    « Trop chère », « peu d’autonomie » : pourquoi les Français ne sont pas prêts pour la voiture électrique

    news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 12 April - 08:39

Sur le salon automobile de Lyon, nous sommes allés au contact de visiteurs et visiteuses. L'occasion de dresser un classement des principaux freins à l'achat pour un véhicule électrique — alors même que le rapport du GIEC vient de conseiller l'automobile électrique comme l'une des solutions les plus efficaces pour réduire les émissions de CO2 dans l'atmosphère. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Unu a compris que ses scooters électriques étaient trop chers

    news.movim.eu / Numerama · Thursday, 7 April - 05:00

Au lieu de faire payer très cher ses scooters électriques, Unu a décidé de baisser le prix à l'achat, mais de forcer la location de la batterie qui le fait fonctionner. Un système d'abonnement complexe qui n'existe nulle par ailleurs, et interroge sur son intérêt. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Ce que l’on apprend dans la toute première image de la DeLorean électrique

    news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 6 April - 09:29

La DeLorean 100 % électrique n'est plus un mythe : son concept fini sera dévoilé en août. En attendant, DeLorean Motor Company a teasé la toute première photo de l'engin. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    Le nombre d’immatriculations de voitures électriques n’a jamais été aussi proche des Diesel

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 1 April - 16:19

De mois en mois, la part des immatriculations des voitures diesel ne cesse de chuter, alors que de son côté, l’électrique commence à trouver un rythme de croisière. Si la tendance se poursuit, on pourrait bien voir les ventes d’électriques dépasser celles des diesels dès le mois prochain. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Ce harnais intelligent pourrait changer le quotidien des personnes aveugles

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 24 March - 08:00 · 4 minutes


Une intelligence artificielle utilisée dans les véhicules autonomes

Depuis, l'appareil de 900 grammes en est à son quatrième prototype. Composé de trois caméras stéréos, pour la profondeur de champ, et infrarouges pour une vision de nuit, il utilise une intelligence artificielle capable de prédire les flux à la manière des véhicules autonomes. Les données sont transformées en sons 3D dans le casque de l'utilisateur.

"ll y a trois grandes catégories d'obstacles: les véhicules, les personnes et les mobiliers urbains." détaille Bruno Vollmer, "Nous utilisons la technique HRTF, fonction de transfert relative à la tête (ndlr), pour donner une sensation de sons 3D et que la personne comprenne ainsi son environnement."

Vers un remboursement par l'Assurance Maladie

Le harnais a déjà été testé par plus de soixante-dix personnes aveugles ou malvoyantes aux États-Unis et en Europe avec la participation d'associations et ainsi que l'hôpital ophtalmique de Lausanne. Son objectif n'est pas de remplacer la canne ou le chien guide mais d'apporter "une aide complémentaire, notamment lors de déplacements dans des environnements nouveaux et inconnus " précise Maël Fabien.

L'appareil sera proposé à un prix unique de 2900 euros ou via un abonnement d'une centaine d'euros par mois jusqu'au remboursement. Mais dans plusieurs pays européens, comme la France, " Biped" pourrait être remboursé par la sécurité sociale. "Nous travaillons à la classification du harnais en dispositif médical de classe 1, c'est-à-dire un détecteur d'obstacle" détaille le jeune entrepreneur, "les premiers pays concernés devraient être la Suisse, les Pays-Bas ou encore la France. "

Son logiciel continuera être modifié et amélioré en prenant en compte les remarques des utilisateurs qui feront eux-même les mises à jour via le bluetooth de leur téléphone. La commercialisation en Europe de "Biped" devrait commencer en septembre 2022 avant de s'attaquer au marché américain.">

MOBILITÉ - Piétons, trottoirs, véhicules ou encore mobiliers urbains... Il n’est pas toujours aisé pour une personne malvoyante de se déplacer dans un nouvel environnement, encore moins lorsque la ville n’est pas pensée pour elles. Une invention pourrait changer la donne et permettre plus d’ indépendance et de liberté dans cette situation : “Biped”, un harnais ultra technologique.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article , “Biped” a été imaginé par deux ingénieurs, Maël Fabien, jeune Breton de 25 ans, et Bruno Vollmer, un Allemand de 28 ans. Les deux hommes se rencontrent en Suisse au cours de leurs études et créent leur start-up en janvier 2021 à Lausanne qui compte aujourd’hui 5 salariés.

Une intelligence artificielle utilisée dans les véhicules autonomes

Depuis, l’appareil de 900 grammes en est à son quatrième prototype. Composé de trois caméras stéréos, pour la profondeur de champ, et infrarouges pour une vision de nuit, il utilise une intelligence artificielle capable de prédire les flux à la manière des véhicules autonomes. Les données sont transformées en sons 3D dans le casque de l’utilisateur.

“ll y a trois grandes catégories d’obstacles: les véhicules, les personnes et les mobiliers urbains.” détaille Bruno Vollmer, “Nous utilisons la technique HRTF, fonction de transfert relative à la tête (ndlr), pour donner une sensation de sons 3D et que la personne comprenne ainsi son environnement.”

Le harnais a déjà été testé par plus de soixante-dix personnes aveugles ou malvoyantes aux États-Unis et en Europe avec la participation d’associations et ainsi que l’hôpital ophtalmique de Lausanne. Son objectif n’est pas de remplacer la canne ou le chien guide mais d’apporter “une aide complémentaire, notamment lors de déplacements dans des environnements nouveaux et inconnus”, précise Maël Fabien.

Vers un remboursement par l’Assurance Maladie

L’appareil sera proposé à un prix unique de 2900 euros ou via un abonnement d’une centaine d’euros par mois jusqu’au remboursement. Mais dans plusieurs pays européens, comme la France, ”Biped” pourrait être remboursé par la sécurité sociale .

“Nous travaillons à la classification du harnais en dispositif médical de classe 1, c’est-à-dire un détecteur d’obstacle” détaille le jeune entrepreneur, “les premiers pays concernés devraient être la Suisse, les Pays-Bas ou encore la France. ”

Son logiciel continuera d’être modifié et amélioré en prenant en compte les remarques des utilisateurs qui feront eux-même les mises à jour via le bluetooth de leur téléphone. La commercialisation en Europe de “Biped” devrait commencer en septembre 2022 avant de s’attaquer au marché américain.

Cette vidéo fait partie de notre série de vidéos “En Transit.ion” . Comment se déplacera-t-on (mieux) demain? Retrouvez nos sujets et reportages sur cette page . Cette série de vidéos est soutenue par Toyota. Vous pouvez consulter notre charte des partenariats ici. Une idée, une information à partager pour cette série de reportages? Vous pouvez nous écrire à l’adresse entransition@huffpost.fr

Tous nos épisodes ci-dessous: