close
  • Le chevron_right

    L’invention du « en même temps » par Élie Decazes – Entretien avec Jean-Baptiste Gallen

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Monday, 31 January - 01:11 · 12 minutes

Et si Emmanuel Macron n’était pas l’inventeur du « en même temps » ? La paternité de cette politique revient sans doute à Élie Decazes, ministre de Louis XVIII et favori du roi. C’est en tout cas la thèse de Jean-Baptiste Gallen qui fait paraître ce mois-ci aux éditions du Cerf L’Invention du « en même temps ». La chute d’un ambitieux (1818-1820) , un essai dans lequel l’auteur exhume la figure de Decazes. Oublié par les livres d’histoire, il a pourtant régné sur la France trois ans durant. Deux siècles avant Emmanuel Macron, le jeune ministre aux allures de Rastignac se fraie un chemin entre la droite et la gauche, se pose comme seul rempart face à l’extrême droite, joue sur tous les tableaux et engage la dérive autoritaire de son gouvernement sur fond de montée des incivilités et d’épidémie : et à la fin, il chute, et les ultras l’emportent. Si donc les mêmes causes produisent les mêmes effets, faire un détour par l’histoire de la Restauration peut permettre d’éclairer le présent. Entretien.

LVSL – Votre livre évoque une période peu connue de l’histoire de France. Quelle est la situation du pays dans les années 1818-1820 ?

Jean-Baptiste Gallen – En effet, la Restauration est probablement la période la moins étudiée de notre époque contemporaine ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai souhaité y consacrer une grande partie de mes études. En réalité, cette période est véritablement fascinante. Le retour du roi sonne comme l’heure du bilan. Après 25 années de troubles révolutionnaires, Louis XVIII, frère de Louis XVI, revient dans un pays qu’il ne connaît plus. Il ne peut pas nier les évènements révolutionnaires et leurs conséquences, mais en même temps, s’il souhaite restaurer son trône, il doit rétablir certains principes de l’Ancien régime.

Pour éviter que le pays renoue avec ses pulsions révolutionnaires, les Européens décident en 1815 d’occuper militairement la France pendant cinq ans. Cela leur permet de garantir une certaine stabilité dans ce pays aux mémoires complètement fracturées. C’est finalement au bout de trois ans que les alliés quittent le territoire. En 1818, les Français se retrouvent enfin entre eux dans un pays durablement en paix. C’est la première fois depuis la Révolution et c’est à ce moment précis que s’ouvre mon livre.

La scène politique française offre une grande diversité d’opinions politiques. La droite est divisée en deux : il y a d’un côté les partisans d’un rétablissement pur et simple de l’Ancien régime, nommés les ultras . Ils veulent « dérouler la révolution en sens contraire » selon une expression du temps. Mais il y a aussi une droite modérée qui, à l’inverse, considère qu’un retour dans le passé est impossible. Pour elle, tout n’est pas à jeter dans ce que la Révolution a apporté.

La gauche de son côté est profondément divisée. Elle se fait extrêmement discrète, car une partie non négligeable de ses membres a soutenu Napoléon Bonaparte lors de son retour de l’île d’Elbe en mars 1815. Elle est composée de Bonapartistes qui attendent le retour de l’Empereur – toujours en vie à Sainte-Hélène, rappelons-le –, de partisans d’une monarchie parlementaire, et de quelques républicains qui attendent leur heure. Au fil des années, les rangs de cette dernière catégorie tendent à grossir, ce qui inquiète profondément les royalistes.

Et enfin, entre la droite et la gauche, il existe une force politique dite du « juste-milieu », que l’on pourrait aujourd’hui appeler centriste bien que ce terme soit anachronique.

LVSL – Vous exhumez la figure d’Élie Decazes, jeune ministre de Louis XVIII qui arrive trop tôt, trop vite, au sommet du pouvoir. Pouvez-vous présenter son parcours ? Pourquoi avoir fait le choix de le comparer à Emmanuel Macron ?

J.-B. G. – Élie Decazes est véritablement un personnage balzacien. Il naît dans une famille de roturiers à Libourne et monte à Paris en 1800 pour entamer une carrière d’avocat. Il se plaît énormément dans cette société parisienne, il apprécie cette mondanité, il sent qu’il est fait pour ça ! Rapidement, il rentre dans une loge maçonnique pour étendre son réseau dans cette société impériale et au bout de quelques années, il fréquente les plus hautes sphères de l’État. Il intègre le cercle le plus intime de Napoléon en devenant l’un des secrétaires de la mère de l’Empereur. On lui prête même une liaison avec sa sœur, Pauline Bonaparte.

Cette proximité avec les membres de la famille Bonaparte ne l’empêche pas de retourner sa veste très rapidement à la chute de l’Empire. Lorsque le roi Louis XVIII monte sur le trône, Decazes va user des mêmes stratagèmes que sous Napoléon, car le personnel politique est demeuré pratiquement le même.

Et peu à peu, par des méthodes qui le distinguent du reste du Tout-Paris, Decazes obtient l’écoute du monarque. Il entre progressivement dans son cercle intime, même très intime, car il devient le favori du roi ! Louis XVIII apprécie sa jeunesse – il n’a que 35 ans – et son charisme : il est, selon les chroniques de son temps, très bel homme.

Il plaît à Louis XVIII car il incarne la nouveauté et le sang neuf dans cette classe politique vieillissante. Et à ce moment précis, de façon surprenante, Louis XVIII décide de nommer ce jeune courtisan au gouvernement. Tout le monde s’interroge, mais qui est donc ce jeune de 35 ans propulsé ministre de la Police ?

Au début, personne ne se méfie de lui. Mais en sous-main, de par sa proximité avec le monarque, le favori du roi remplace un à un les membres du ministère pour composer progressivement un cabinet à son image. Il n’hésite plus à s’opposer frontalement au président du Conseil qui se trouve être un lointain petit neveu du duc de Richelieu.

En seulement quelques années, il parvient à concilier ses volontés et la politique du gouvernement. Decazes ne se revendique ni de la droite ni de la gauche, il veut dépasser ces clivages qu’il estime obsolètes. Ce jeune homme qui est désormais âgé de 37 ans, à l’immaturité politique assumée, devient l’homme le plus puissant du pays.

Decazes réalise ce qu’on appelait alors la politique de bascule : un coup à droite, un coup à gauche.

Lorsque j’ai commencé mes recherches sur ce personnage méconnu de l’histoire de France, je me suis vite aperçu du nombre incroyable de points communs qu’il y a entre son époque et la nôtre, et puis, surtout, des très nombreux parallèles qui existent entre Élie Decazes et Emmanuel Macron. Comme j’apprécie l’idée que le passé éclaire le présent, faire un parallèle entre différentes époques pourrait nous éviter de commettre de nouveau certaines erreurs.

LVSL – En quoi peut-on faire de lui l’inventeur du « en même temps » ?

J.-B. G. – Élie Decazes ne propose pas une nouvelle vision du monde. Il ne tente pas de créer une troisième voie. Il tente uniquement de rallier les déçus de la droite et de la gauche pour faire une politique qui se veut pragmatique.

Lorsqu’il arrive au pouvoir à la fin de l’année 1818, il forme un ministère qui rassemble des personnalités politiques venant de la droite et de la gauche. Ces hommes, idéologiquement, ont peu de choses en commun, et pendant toute la durée de vie du ministère, ils vont s’opposer constamment sur des sujets primordiaux.

Lorsqu’il est aux affaires, Decazes réalise ce qu’on appelait alors la politique de bascule : un coup à droite, un coup à gauche. Pour plaire à tout le monde et éviter de décevoir, il tente de concilier en même temps des idées antagonistes.

Mais évidemment, bien loin de satisfaire tous les camps, sa politique déplaît à tout le monde. La politique de Decazes varie au gré de ses intérêts électoraux. Ce qui était défendu hier par le gouvernement, est délaissé le lendemain.

La pratique du pouvoir de Decazes est avant tout mue par un grand cynisme. Si je devais présenter des points communs sur ce plan entre Decazes et Macron, je donnerais deux exemples.

Lorsque Decazes présente des candidats pour les élections législatives, il adapte leur profil au gré des territoires. Dans les départements acquis à la gauche, les candidats ministériels émanent de la gauche, et à l’inverse, dans les territoires favorables à la droite, le ministère présente des figures de droite. Emmanuel Macron a fait exactement la même chose : allez voir les députés En Marche des Yvelines et comparez-les avec ceux du Finistère, et voyez combien ceux-ci sont issus de deux univers politiques contraires.

Deuxième exemple, qui concerne d’ailleurs encore le choix des candidats pour les législatives : Decazes choisit ses candidats sur des rapports qui lui ont été faits sur eux précédemment. Il faut que ces personnes soient idéologiquement assez souples, capable de défendre « en même temps » des idées contraires.

LVSL – Vous insistez sur la dérive autoritaire du régime, comment l’expliquer ? Faut-il y voir une réaction à la montée aux extrêmes qui caractérise l’époque ?

J.-B. G. – C’est là tout le paradoxe de cette politique du « en même temps » : loin de réconcilier un pays, elle attise les rancœurs et fait émerger la violence.

Avec cette stratégie, toute forme de débat devient impossible. On ne peut pas échanger intelligemment avec quelqu’un qui affirme tout et son contraire. Le débat suppose la clarté et l’honnêteté des convictions. Or, cette stratégie du en même temps que mettent en œuvre Élie Decazes et Emmanuel Macron va contre ces deux conditions.

Lorsque les mots sont vidés de leur sens, de leur substance, plus aucun dialogue n’est possible. Et lorsque le débat contradictoire est irréalisable, la violence ressurgit.

Lorsque les idées se taisent, les intérêts particuliers prennent le dessus et le pays sombre dans la guerre de tous contre tous. La politique ne devient qu’une succession de crises, où le dialogue étant rompu, chacun en vient à défendre son intérêt particulier, alors que la politique devrait être, dans l’idéal, la recherche du Bien commun.

À 200 ans d’écart, la même politique produit les mêmes effets.

Je consacre toute une partie de l’ouvrage à étudier les effets de la politique de Decazes sur l’état de la France. Le pays était déjà morcelé, il devient un archipel. À 200 ans d’écart, la même politique produit les mêmes effets, ce serait amusant si ce n’était pas sérieusement inquiétant.

À ce moment-là, la France fait même face à une épidémie qui provient d’Espagne. Le gouvernement tente de lutter contre la hausse des cas positifs, mais sans succès.

Dans ce contexte de crise et d’épidémie, Decazes voit bien que sa politique ne fonctionne pas. S’il souhaite conserver le pouvoir, il doit agir, vite et fort. Il va ainsi radicaliser sa politique jusqu’à faire passer les propositions des ultras – l’extrême droite de l’époque – pour un peu molles.

Devant ce chaos grandissant, devant la hausse des incivilités et après un assassinat politique retentissant, il prend expressément des édits liberticides en février 1820 : la mise en détention de tous devient possible sur simple décision du gouvernement et la censure des journaux est rétablie.

Ces décisions sont prises en partie pour rassurer son électorat bourgeois des centres-villes qui s’inquiète de voir l’agitation gagner tout le pays. Pour des raisons électorales, Decazes est prêt à bafouer les libertés publiques que la monarchie restaurée avait assurées.

LVSL – « Nos larmes, nos gémissements, nos sanglots ont étonné un imprudent ministre : les pieds lui ont glissé dans le sang ; il est tombé. » Le mot de Chateaubriand, aussi laconique que cruel pour Decazes, referme votre ouvrage. Qu’est-ce qui a causé sa chute ?

J.-B. G. – La première cause de la chute de Decazes est sa propre politique et ses effets néfastes sur le pays. Sur la fin, Decazes était haï. Presque tous les jours il recevait des menaces de mort. Jamais un président du Conseil n’avait suscité autant de rancœur et de haine.

Afin de conserver le pouvoir, le président du Conseil pratique la politique du pire. Il affirme à tout le monde que s’il perd le pouvoir, c’est l’extrême droite qui le remplacera.

Decazes est jeune, brillant, mais il termine emporté par son hubris. À ses débuts il fascinait, il engrangeait des soutiens de tous bords. Il incarnait une nouveauté qui plaisait beaucoup au sein de cette classe politique vieillissante. Mais, au fil des années, sa stratégie du en même temps s’essouffle et plus personne ne le rejoint. Ses dernières décisions radicales font chuter le nombre de ses soutiens.

Afin de conserver le pouvoir, le président du Conseil pratique la politique du pire. Il affirme à tout le monde que s’il perd le pouvoir, c’est l’extrême droite qui le remplacera. « Moi ou les extrêmes » : voilà le jeu dangereux auquel jouait Decazes il y a deux cents ans, la même tactique que l’on retrouve aujourd’hui chez Emmanuel Macron. Sauf que cette stratégie est extrêmement dangereuse : elle fait de l’extrême droite la seule alternative à sa politique. Ainsi, tous ceux qui tentent d’avoir un discours modéré et qui s’opposent à Decazes se retrouvent dépassés par les extrêmes, qui prolifèrent dans ce climat d’hystérisation généralisée.

Et parce que la chute de Decazes devenait inéluctable, parce que sa personne était honnie, l’extrême droite a pris le pouvoir après lui.

Le vide de sa pensée ne pouvait que laisser la place à la radicalité de l’extrême droite, qui semblait répondre à toutes les craintes du temps.

L’Invention du « en même temps ». La chute d’un ambitieux (1818-1820)
Jean-Baptiste Gallen
Les éditions du Cerf, février 2022
18 €

  • Le chevron_right

    Jacques Généreux : « Il faut prendre au sérieux la connerie économique néolibérale »

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Wednesday, 26 January - 10:01 · 18 minutes

La science économique contemporaine est dominée par une théorie néolibérale hégémonique qui laisse peu de places aux approches alternatives, alors même qu’elle n’a pas su prédire, entre autres, la crise de 2008. Comment expliquer la survivance de cette théorie inadaptée et dangereuse ? Est-ce la preuve que les idées économiques ne sont que des discours légitimant la domination d’une classe sur une autre ? Ou bien peut-on imaginer que tous les promoteurs de ce paradigme s’entêtent dans leurs erreurs, envers et contre toutes les données empiriques ? Jacques Généreux, économiste et maître de conférence à Sciences Po Paris, invite à considérer sérieusement l’hypothèse de la bêtise dans son dernier ouvrage, Quand la connerie économique prend le pouvoir (Seuil, octobre 2021). Entretien réalisé par Lisandru Laban-Giuliani.

LVSL – Au fil de vos essais, une de vos lignes directrices a été d’argumenter patiemment et méthodiquement contre les théories néoclassiques et néolibérales qui dominent le monde académique et les politiques publiques. Pour quelles raisons ces théories peuvent-elles être très sérieusement qualifiées d’âneries, de bêtises voire de conneries économiques ?

J.G. Pour faire simple : tous les postulats fondamentaux de la science économique néoclassique, puis néolibérale, enseignée dans les grands départements d’économie sont faux. La psychologie sociale et cognitive ainsi que l’économie comportementale l’ont démontré, il n’y a plus de doute là-dessus. Les gens ne sont pas des calculateurs rationnels comme le prétendent ces théories dominantes mais des êtres sociaux avec des interactions subjectives. Or, les émotions humaines n’existent pas dans la micro-économie néoclassique.

Puisque les postulats de départ sont faux, les conclusions sont nécessairement viciées. Toutes les politiques économiques qui s’en inspirent, autour de l’idée de marché auto-régulé, ne fonctionnent pas. Et pour cause : ces marchés n’existent même pas. Dans l’économie réelle, il n’y a pas de « marché » où se rencontrent l’offre et la demande pour établir un prix d’équilibre à chaque seconde. Un tel fonctionnement n’existe que sur les marchés financiers. Mais, manque de chance pour la théorie des marchés efficients, il se trouve que là où les marchés financiers fonctionnent librement, des catastrophes s’ensuivent. L’auto-régulation est un déséquilibre automatique permanent. Le problème est que la logique de ce marché financier a colonisé depuis une trentaine d’années toute une série de biens qui autrefois n’étaient pas financiarisés. Dans cette jungle financière, vous pouvez spéculer sur la valeur future d’un silo de grains, et donc affamer les gens en le stockant plutôt que de le mettre sur le marché. C’est une folie.

La théorie est fausse, ses postulats sont faux, ses conclusions sont contredites à chaque fois par la réalité. Ca fait longtemps qu’on le sait. À ce niveau, on peut parler de connerie pour désigner une bêtise entêtée. Tout le monde peut se tromper, avoir un modèle qui est faux et mettre du temps à s’en apercevoir. Mais quand toutes les preuves sont là…

LVSL Votre objectif avec ce nouvel essai, Quand la connerie économique prend le pouvoir , était donc de comprendre pourquoi ces théories demeurent en vigueur bien qu’ayant fait la preuve de leur inadéquation ?

J.G. En effet. Je veux d’abord préciser qu’il n’y a aucune vulgarité dans cet ouvrage, même si le titre pourrait le laisser croire. La connerie est un sujet sérieux, de plus en plus étudié en sciences sociales [1]. Ce terme issu d’un langage populaire me semblait le seul à même d’exprimer l’encroutage dans l’erreur permanente, bien plus qu’une simple bêtise. La connerie économique a deux sens : à la fois cette bêtise de la science économique mainstream et la colonisation des logiques économiques à toutes les sphères sociales, logique de compétition qui nous rend idiots.
Ce livre ne traite pas directement de théorie économique ou d’économie politique, même s’il en est question en tant qu’instruments de l’analyse. C’est plutôt un livre de sociologie, d’anthropologie, de psychologie sociale et politique, portant sur la croyance en des théories économiques.

Mon premier but est de montrer l’importance des questions d’intelligence et de connerie. Mon second est de comprendre comment toute une génération d’élites politiques, médiatiques, intellectuelles, diplômées des meilleures universités, parfois agrégées, parfois même Prix Nobel, peuvent croire à des théories dont on sait scientifiquement et rigoureusement qu’elles sont fausses. Il y a là un vrai mystère.

La réponse facile d’une certaine partie de la pensée critique a été de nier l’irrationalité des élites, en disant qu’ils ne croyaient pas en des absurdités mais en leurs intérêts. Dans cette approche, ces élites seraient prêtes à défendre leurs théories, tout en sachant qu’elles sont fausses, pour maintenir la domination de leur classe. C’est sans doute vrai pour un certain nombre de cyniques égoïstes qui se fichent de la communauté, de la nation, des gens, du monde. Mais on ne peut suivre l’hypothèse que tout le monde est un salaud. La psychologie et l’anthropologie nous enseignent qu’en règle générale, les gens ne sont pas des salauds. Les gens croient à ce qu’ils font, ils adhèrent véritablement aux idées de leurs partis politiques. On peut croire vraiment à des bêtises. C’est le sujet de mon analyse.

« Comment une génération entière d’élites peut-elle croire à des théories rigoureusement fausses ? »

LVSL Vous exposez une série de biais cognitifs à l’origine de notre propension à la bêtise. Lorsque la psychologie est mobilisée pour éclairer les phénomènes sociaux, comme les croyances en des théories économiques erronées, un risque existe d’évacuer par ce fait les déterminants historiques et les rapports de force sociaux qui se cachent derrière ledit phénomène. Explications psychologiques et historiques sont-elles compatibles ?

J. G. Elles sont absolument compatibles. En m’appuyant sur les travaux de la psychologie, je montre comment notre fonctionnement intellectuel n’est pas fait pour aller spontanément vers la rationalité et la vérité. Nous avons une inclination à la bêtise. Mais mon but n’est pas de dire que tout peut s’expliquer par des biais cognitifs ! Cela effacerait les phénomènes historiques et sociaux. Bien au contraire. Pour intégrer les forces sociales dynamiques à l’analyse historique, il ne faut pas avoir la même conception de l’être humain qu’ont les néolibéraux qui réduisent les gens à des machines rationnelles ! Il faut assumer d’ouvrir la boîte noire du cerveau. Les théories néo-classiques ignorent la psychologie et l’anthropologie. Ce serait grotesque de reproduire leur erreur. La pensée critique ne peut se contenter de faire une histoire des forces dynamiques matérielles en oubliant que ces forces matérielles incluent des intelligences humaines dont il faut connaître les fonctionnements et dysfonctionnements. D’ailleurs, ceux qui invoquent Marx pour mépriser le rôle des idées dans l’histoire se fourvoient. Dans les écrits de Marx et Engels, les idées font partie de la réalité humaine matérielle et doivent être prises au sérieux.

En résumé, je cherche dans ce livre à comprendre comment des évolutions de rapports sociaux, de structures, de systèmes économiques, ont plus ou moins tendance à favoriser l’intelligence ou son contraire.

LVSL Quelles sont donc les conditions sociales et historiques qui ont rendu possible cette « connerie économique » depuis les années 1980 ?

J.G. Depuis la généralisation planétaire d’une logique capitaliste ultra-libérale, plusieurs transformations ont détruit les éléments qui favorisent l’intelligence. La logique de la compétition étendue à tous les domaines de la vie sociale est la cause de cette épidémie de bêtise.

La psychologie sociale nous montre que notre cerveau est fait spontanément pour chercher la survie, la réussite dans la compétition sociale, raisonner pour montrer aux autres que nous avons toujours raison. Autant de biais cognitifs qui nous inclinent à penser de travers. Mais ces défauts peuvent devenir utiles dans certains cadres sociaux. La discussion entre des individus soutenant des idées contradictoires peut mener à des découvertes collectives d’une vérité et d’un intérêt commun. Cela vient du fait que nous sommes très doués pour découvrir les erreurs des autres. Les discussions apaisées entre des gens qui n’ont pas entre eux une rivalité de pouvoir peuvent conduire à une intelligence collective. Dès lors que nous sommes en situation de rivalité, de compétition, le cerveau primitif prend le dessus : on agit comme une proie menacée, on est dans la réaction immédiate et émotive. En un mot, la rivalité rend stupide.

« La rivalité, généralisée par la logique néolibérale, rend stupide. »

Sur le plan des rapports de force sociaux, les actionnaires prennent le dessus avec la généralisation d’un capitalisme actionnarial débridé à partir des années 1980. Dès lors, ils ont tout pouvoir d’organiser la société selon leurs vues et d’imposer partout la logique de la compétition, entre les individus, entre les régions, entre les pays. Là est le mal. La connerie économique n’a pas pris le pouvoir à cause d’une défaillance du cerveau humain. Elle prend le pouvoir à partir d’une évolution des rapports de force dans les années 1980, lorsque ceux qui ont intérêt à ré-instaurer le pouvoir du capital, battu en brèche pendant une trentaine d’années, y parviennent. Ils imposent que tout ce qui était à l’abri de la compétition rentre sur le marché, prétendument efficace. Les services publics sont soumis à la concurrence, la santé est propulsée dans une logique concurrentielle, les hôpitaux doivent suivre le modèle managérial des entreprises privées… La compétition s’infiltre partout et partout elle produit la bêtise.

LVSL Paradoxalement, le champ scientifique, qui devrait être en mesure de contourner ce que vous appelez le biais « méta-égocentrique » en confrontant les différentes thèses à l’examen critique des pairs, n’est pas épargné par cette épidémie. Comment l’expliquez-vous ?

J.G. Précisément à cause de cette compétition pour les postes qui a envahi le monde universitaire au détriment de la recherche scientifique. La logique du publish or perish qui contraint les chercheurs à publier un certain nombre d’articles chaque année est parfaitement absurde. Einstein n’a écrit que trois ou quatre articles importants. Ce système ne valorise pas du tout la qualité des recherches et de l’enseignement. Les chercheurs sont évalués selon la quantité d’articles publiés par année et la qualité des revues. Or, en économie, les bonnes revues qui apportent beaucoup de « points » sont de grandes revues américaines ou anglo-saxonnes, toutes mainstream . Ces revues sont fermées à toute sorte de pensée qui oserait critiquer les fondements du modèle théorique orthodoxe.

LVSL Une des thèses centrales de votre essai est que le slogan de « président des riches » ne sied pas à Emmanuel Macron. Vous estimez qu’il cherche sincèrement à faire le bien de la société dans son ensemble, même si au final ses politiques servent les plus favorisés. Comment en arrivez-vous à ce diagnostic ? Pourquoi n’est-ce pas le « président des riches » mais le « roi des imbéciles » ?

J.G. Quand je dis que Macron n’est pas le président des riches, cela ne veut pas dire qu’il ne fait pas une politique pro-riche. Inutile de revenir là-dessus, c’est une évidence. La politique d’Emmanuel Macron est la caricature d’une politique favorable aux riches. « Président des riches » peut être à la rigueur un slogan pour dénoncer sa politique. Mais si c’est une analyse, si la thèse est de dire qu’il fait délibérément une politique au service de sa classe dont il tire son pouvoir, alors cette expression est incorrecte. Cela sous-entendrait qu’il a été élu par ces riches et qu’il travaille consciemment à leurs intérêts. Or, la sociologie de son électorat met en évidence qu’il n’est pas élu par les riches [2]. La majorité de son électorat est issu d’une classe moyenne voire populaire et de professions intermédiaires. Les cadres supérieurs, qui gagnent plus de 3000€ par mois, votent préférentiellement pour le candidat de la droite. Il n’est pas le candidat préféré des riches, il n’a pas été élu par eux. Dès lors, on peut réfléchir aux raisons de sa politique. Je ne crois pas aux procès d’intentions. Il est stupide de prêter à Emmanuel Macron une intention fondamentalement malveillante vis-à-vis des plus pauvres. Il faut se pencher sur ce qu’il a dit. Je me suis intéressé à ses écrits publiés avant de rentrer en politique.

« Ce n’est pas le président des riches mais le représentant d’une idéologie néolibérale stupide qui croit sincèrement être dans l’intérêt public. »

Son cap n’a jamais changé, malgré ses discours pendant le premier confinement. Il est fondamentalement convaincu des bien-fondés de ce que l’on appelle la politique de l’offre : il y aurait trop d’entraves à l’initiative individuelle, à l’investissement privé, trop d’assistance qui nuirait à l’incitation au travail, trop de secteurs où la concurrence est insuffisante… Il n’a jamais dévié de cette doctrine néolibérale, malgré les changements de court-terme pour sauver l’économie quand tout était à l’arrêt. On sait très bien que ces politiques ne fonctionnent pas : même l’OCDE et le FMI reconnaissent que la baisse des charges patronales, la libéralisation du licenciement, entre autres, n’ont aucun effet sur le chômage et la croissance. Si Emmanuel Macron était un malveillant cynique qui voulait se maintenir au pouvoir coûte que coûte, il aurait accepté le rapport de force, plutôt que l’entêtement idéologique ! Un opportuniste n’a pas d’idéologie. Mais lui a refusé tous les rapports de force. Rien ne le fait céder ! Aux Gilets Jaunes, il a lâché des miettes, pour qu’on ne remette pas en cause sa logique et son idéologie. S’il voulait uniquement s’assurer d’être réélu, il accepterait peut-être de faire des réformes plus agréables pour la population.

J’essaie de montrer dans ce livre qu’il est un véritable idéologue qui se croit investi d’une mission : réussir à mettre en place les réformes néolibérales pour faire la prospérité du pays. Il veut être reconnu pour avoir eu le courage de mener ses réformes impopulaires qu’il estime salutaires. Ce n’est pas le président des riches mais le représentant d’une idéologie néolibérale qui croit sincèrement être dans l’intérêt public. Il faut aussi comprendre que l’on n’est pas président tout seul, on ne gouverne pas tout seul. Il y a beaucoup de gens qui le soutiennent en croyant véritablement à cette politique de l’offre. On ne peut pas faire l’hypothèse que tous les élus de La République en Marche soutiennent cette idéologie par intérêt individuel. D’ailleurs il y a très peu de grands patrons parmi ces élus. Il en va de même des journalistes et commentateurs favorables à sa politique : ils croient en son bien-fondé. Il faut prendre au sérieux le fait que la plupart des professeurs d’économie, la plupart des journalistes, des militants, croient fondamentalement à cette politique de l’offre. Donc, ils croient à des bêtises. D’où l’importance d’étudier la bêtise.

LVSL Sur le plan du combat idéologique, comment mener efficacement la bataille culturelle dès lors que les adversaires ont des œillères cognitives telles que vous les décrivez ?

J.G. Je n’ai pas de recettes toutes faites. Mon approche est très gramscienne, dans une certaine mesure. Comme Gramsci, je me sens à ce moment de l’histoire où l’on a toutes les raisons d’être pessimiste, étant donnés tous les pièges systémiques qui bloquent notre société dans une direction. Nous ne sommes pas privés de moyens. Le problème est celui de la gestion de l’abondance. En dépit du fait que les moyens soient disponibles et connus, il y a des blocages sociaux, culturels, politiques, qui empêchent la mise en œuvre de ces solutions. Au niveau même de la lutte politique qui devrait permettre la conquête d’un pouvoir pour changer, les choses sont bloquées. Malheureusement, je n’ai pas d’exemple en tête de société bloquée ou dans une impasse qui s’en serait sortie par la délibération, la discussion rationnelle. C’est uniquement à l’occasion d’une grande crise, d’une catastrophe, d’une guerre, que peuvent s’opérer des changements de cap suffisamment radicaux, pour le pire ou le meilleur. La situation est gramscienne dans le sens où l’on voit bien les éléments de blocage alors que la solution est là. On sait comment faire la transition écologique. On sait comment trouver du travail pour tout le monde. On n’a pas besoin pour cela d’abolir les libertés économiques, de tout planifier. On peut garder la liberté, et même l’essentiel de la liberté économique. Non seulement cela est su, mais c’est également voulu par la plupart des gens.

Cette situation de blocage est évidente. Pour autant il ne faut pas désespérer dans l’action. Cela n’empêche pas de dénoncer et de se battre. C’est pour cela que je me suis longuement engagé en politique. Le travail de l’intellectuel n’est pas seulement de faire le diagnostic de ce blocage. Ma position méthodologique, et non politique !, n’est plus de se demander ce que l’on va faire maintenant, mais de poser la question des échecs passés : pourquoi, après des chocs qui ont produit des amorces de changement, n’a-t-on pas continué sur cette voie ? Pourquoi ces basculements qui nous replongent dans des impasses d’où seul un choc pourra nous tirer ? A mon sens, lorsque ce moment arrivera, lorsque les circonstances historiques seront réunies, il faudra s’occuper de deux problèmes fondamentaux pour empêcher la répétition des erreurs passées : les institutions et la bêtise.

« Il faudra assurer l’éducation à l’intelligence d’un peuple de citoyens et fonder des institutions pour lui donner les clés la décision politique. »

Sur le plan institutionnel, il faudra admettre que la délibération collective des citoyens est bien plus efficace que la compétition entre partis. Face à un problème donné, les citoyens comprennent qu’il faut faire des arbitrages, trouver des moyens de répartir les coûts, concilier des intérêts en apparence incompatibles… Je cite les résultats de conférences de citoyens qui ont été consultées depuis une trentaine d’années en Europe, dans lesquelles des gens de classes, d’âges et de préférences politiques très différents passent du temps ensemble à enquêter, à s’informer, à débattre et à émettre des avis sensés, de manière presque consensuelle. Nous avons fondamentalement la capacité à accéder à cette forme d’intelligence collective quand on est dans ce cadre social où la seule compétition est une émulation commune pour trouver la vérité. Le but n’est pas de battre l’autre, puisqu’il n’y a rien à gagner, mais de coopérer pour atteindre une vérité. Une telle démocratie aurait sans doute des défauts. Mais jamais autant que notre système actuel qui aboutit à l’enfermement pendant 40 ans dans des politiques absurdes, dans l’inaction et dans le sentiment anti-politique nourrissant la bêtise.

La démocratie délibérative n’a jamais été vue comme une priorité au moment des crises qui ont découlé sur des transformations économiques, comme après la seconde guerre mondiale. A gauche aussi on a trop ignoré l’importance des institutions dans la préservation des bonnes politiques. Cela découle parfois d’une mauvaise lecture de Marx qui ramène tout à la lutte des classes. Il y a longtemps eu une sorte de mépris pour la réflexion institutionnelle. C’est pourtant une priorité fondamentale. Il faut profiter des moments révolutionnaires pour instaurer des institutions durables et intelligentes.

Pourtant, même avec un système qui remet la délibération collective au cœur du système de décisions, on n’est pas à l’abri de la connerie économique. Il faut enseigner aux gens à débattre, à discuter. Pour que les citoyens délibèrent, il faut qu’ils comprennent la politique, l’économie, la psychologie humaine, la société. Il faut qu’ils aient appris très tôt à discuter, à écouter l’autre, à argumenter intelligemment. Il faut qu’ils aient été sensibilisés à leurs biais cognitifs. C’est ainsi que l’on forme un peuple citoyen. Le goût de la vérité et de la discussion argumentée sont des priorités. Se concentrer sur ces deux priorités est le seul moyen de garantir qu’après une transition vers un modèle économique plus vertueux, une nouvelle génération ne vienne saccager tous les acquis antérieurs.

Notes :

[1] Voir par exemple Marmion, J. et al. (2018). Psychologie de la connerie . Éditions Sciences Humaines.

[2] Martial Foucault, « Un vote de classe éclaté », L’enquête électorale française : comprendre 2017. Sciences Po-Cevipof. mars 2017. Ou encore : Ipsos, « 1er tour. Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes ». Avril 2017.

  • Co chevron_right

    Non, le libéralisme n’est pas mort avec la crise sanitaire

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Sunday, 15 August, 2021 - 02:30 · 11 minutes

libéralisme

Par Johan Rivalland.

Nous avons déjà rappelé dans le volet précédent de cette série les origines de la terrible catastrophe qui est survenue et de la crise profonde qui en découle . Nous avons aussi montré en quoi le libéralisme ne pouvait en aucun cas y être lié et que, au contraire, c’est bien la gestion calamiteuse des États qui est plutôt en cause.

Loin de partager ce diagnostic, l’époque semble au contraire se présenter comme une fantastique opportunité, de toutes parts, de rêver le « monde d’après », selon le mode bien connu du « jamais rien ne sera plus comme avant ». S’ensuit alors le procès de la mondialisation, du capitalisme , du libéralisme (qu’il soit néo, ultra, ou tous les préfixes que vous voudrez), des grandes multinationales, de l’Homme responsable de la pollution de la planète, et de tout ce à quoi nous sommes déjà bien habitués.

Encore faudrait-il que notre monde soit effectivement mené par le libéralisme. Ce que nous avons maintes fois eu l’occasion de contester fermement, à travers de très nombreux articles disponibles sur ce site notamment.

En réalité, une fois de plus nous nageons en pleine confusion. Et surtout en pleins fantasmes. Avec tout ce qu’ils comportent comme dangers…

Seizième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Cette grande fiction : le néolibéralisme

Une fois de plus, l’obsession du « néolibéralisme », qui joue le rôle d’un épouvantail bien commode en tant que cause de tous les dysfonctionnements de la société, bat son plein. Et je me trouve quelque peu dépité en découvrant l’interprétation ahurissante d’une Barbara Stiegler, certainement de bonne foi , sur les origines de la crise sanitaire.

L’interprétation de cette « intellectuelle » (j’ajoute des guillemets pour exprimer le fait que je déplore toujours le fait que quelqu’un qui travaille dans le domaine de la recherche ou de la connaissance manque, sur certaines questions, totalement de rigueur dans son approche, ce qui est un comble à un tel niveau) est tellement confuse qu’elle en vient à assimiler le néolibéralisme à « un État très fort, tatillon et bureaucratique […] , qui est dans le contrôle de tout », et à le distinguer de l’ultralibéralisme « trumpien » (un autre épouvantail bien connu), qui serait une force dangereuse qui « abandonne les populations aux forces sauvages du privé ou du marché ».

Elle parle même de « planificateurs » au sujet de ces mystérieux néolibéraux qui n’existent pas (ou auxquels il faudrait qu’elle colle une autre étiquette). Quoi de plus contraire au libéralisme que la planification ?

Bâtir un « nouveau monde »

Mais surtout, tout est prétexte à l’idée de bâtir un nouveau monde. Sur les décombres de celui que nous connaissions (comme si tout y était négatif). Tout jeter, et tout refaire. Même notre Président n’est pas le dernier à s’y mettre .

Avec toutes les inquiétudes que nous pouvons avoir à l’égard de ce que cela suppose. Greta Thunberg et autres militants de l’écologisme (rejointe aussi par un grand nombre de nos politiques, journalistes, syndicalistes ou intellectuels de toutes sortes) tout autant.

Et que dire de ce que toutes ces personnes si bien intentionnées suggèrent ? Rejoints par des Français qui, pêle-mêle, à en juger par ce sondage réalisé pour Libération , rivaliseraient eux aussi de propositions :

Les personnes interrogées se prononcent pour la relocalisation en Europe des filières de production installées en Asie (84 %) ; pour reprendre la construction européenne sur de nouvelles bases (70 %) ; pour réduire l’influence des actionnaires et de la finance sur la vie des entreprises (70 %) ; pour ralentir le productivisme et la course à la rentabilité (69 %) ; pour nationaliser les secteurs stratégiques tels que le transport, l’énergie, l’eau (68 %) ou la pharmacie (60 %) ; pour instaurer un protectionnisme aux frontières de l’Europe (65 %) et même à l’échelle de la France (54 %). Enfin quand on leur demande s’il faut que l’État soutienne les entreprises nationales ou pas, les sondés répondent de manière positive (56 %).

Les relocalisations ? Comme si nous pouvions imaginer tout faire nous-mêmes, que les Français étaient tous prêts à payer plus chers leurs produits, que les charges et réglementations qui pèsent lourdement sur la production n’étaient pas un problème.

Reprendre la construction européenne sur de nouvelles bases ? Très bien. Lesquelles ?

Réduire l’influence des actionnaires et de la finance sur la vie des entreprises ? Qui financerait les entreprises, donc l’économie, donc les emplois ? L’État, certainement… Ah oui, c’est vrai, on a désormais le sentiment qu’il peut tout.

Ralentir le productivisme et la course à la rentabilité ? Vu les pourcentages de réponses pour chacune de ces modalités (et l’incapacité que l’on sait pour un très grand nombre de personnes à pouvoir définir ces termes), on peut s’interroger sur la manière dont ce sondage a été mené.

Nationaliser les secteurs stratégiques tels que le transport, l’énergie, l’eau, la pharmacie ? Encore une fois s’en remettre à l’État, ce merveilleux gestionnaire que l’on connait et qui dispose d’une manne infinie (qui est l’État, déjà ? Ah oui, c’est nous, les contribuables…). Le communisme comme voie d’avenir et comme perspective de nouveau monde ?

Instaurer un protectionnisme aux frontières de l’Europe et même de la France ? Gare au retour de bâton… (et demandez à Kim Jong-un si cela fonctionne). Ceux qui proposent cela sont-ils conscients de l’effondrement des échanges qui en découlerait et ne manquerait pas de se retourner contre l’emploi ?

Le soutien de l’État aux entreprises nationales ? Ne nous plaignons pas ensuite si nous perdons des centaines de milliers d’emplois dans les secteurs où nous exportons, si nos habituels partenaires font la même chose (car, là encore, cela rejoint le protectionnisme).

On voit bien que tout cela n’est pas bien sérieux.

Quel monde voulons-nous vraiment : libéral ou autoritaire ?

La vérité est certainement plus proche de ce que nous décrivait de manière éblouissante Johan Norberg dans son ouvrage Non, ce n’était pas mieux avant . Car la plupart des idées qu’on nous suggère ici ne sont qu’un simple retour au passé. Et ils ne tiennent pas compte des fantastiques progrès que nous avons connus depuis plus de deux siècles maintenant en de très nombreux domaines (et je ne parle pas que d’économie, mais d’espérance de vie, de santé, de maladies, de niveaux de vie, de famines, de pauvreté, de violences et de guerres, de droits humains, etc.).

Alors, faut-il tout jeter ? Faut-il vraiment se lancer dans la construction d’un « monde nouveau » ? (avec le rapprochement que l’on ne peut s’empêcher d’établir avec toutes ces théories qui ont, depuis longtemps, été fondées sur l’idée de créer un homme nouveau ). C’est à un véritable choix entre libertés et autoritarisme que nous sommes en réalité ici confrontés.

Car ce que l’on nomme « libéralisme », n’en déplaise à ses nombreux contempteurs n’est autre que ce sur quoi nos sociétés occidentales se sont fondées petit à petit après de nombreux siècles de maturation : accès aux libertés individuelles, à la liberté de conscience, à la liberté de choisir, de créer, de coopérer, au respect de la dignité de chacun et des droits fondamentaux, pas du tout l’anarchie .

Mais aussi au respect profond de l’individu, impliquant néanmoins le sens des responsabilités, le sens du devoir (et non pas l’égoïsme effréné, comme on voudrait le faire croire), la nécessité du régalien mais le refus de l’autoritarisme.

Et contrairement à ce que beaucoup croient, la volonté d’aider les plus fragiles et non de les laisser tomber. Est-ce là ce à quoi nous serions prêts à renoncer ?

Au lieu de cela, ce qui semble se profiler tout d’un coup en beaucoup d’endroits du monde est l’idée, que l’on essaye d’imprimer dans les esprits, qu’il vaut peut-être mieux abandonner un certain nombre de nos libertés et faire confiance à des régimes autoritaires (qui peuvent tout aussi bien exister dans des régimes démocratiques).

Mais n’y a-t-il pas contradiction ? Est-ce à dire, en effet, que nous serions prêts à reporter notre confiance vers des autorités centrales ? Car c’est bien là vers quoi nous mèneraient toutes les « bonnes idées » recueillies dans le sondage évoqué plus haut. Et ce n’est pas ce que, parmi tant d’autres, la philosophe Barbara Stiegler évoquée en début d’article dit vouloir non plus.

La route de la servitude , en quelque sorte, ou la fameuse servitude volontaire qu’évoquait Étienne de La Boétie en son temps…

Alors, est-ce la fin du libéralisme ?

Non, je ne le crois pas. Si nos sociétés sont bâties sur les principes des démocraties libérales, peu de monde serait en réalité prêt, en France, à y renoncer. Quant au libéralisme économique, il n’était déjà pas de rigueur dans notre société gangrénée par l’État-providence, on voit donc mal comment on pourrait le remettre encore plus en question, sauf à passer du socialisme au communisme (ce qui prend du temps).

Alors, peut-on dire qu’« il faut tout changer », comme l’écrit Jack Dion dans l’article de Marianne porté en lien hypertexte plus haut au sujet du sondage ? Tout ? Vraiment ? J’observe que ce doit être vraiment tout, car le journaliste n’en dit pas plus.

Je pense au contraire que le libre-échange est la clef. C’est le signe de la coopération, de l’harmonie, de ce qui mène aux rapprochements et à la paix. La mondialisation , tant décriée, recèle de nombreuses vertus, et n’est pas ce qu’on en dit trop souvent. Elle est d’ailleurs un processus, et non une construction ou une idéologie ou je ne sais quoi d’autre. Il s’agit d’un simple mouvement spontané, et non organisé, d’échanges entre des entités indépendantes.

Je serais bien curieux, d’ailleurs, de savoir si tous ces donneurs de leçons qui passent leur temps à décrier la mondialisation accepteront réellement de renoncer aux beaux voyages que beaucoup d’entre eux sont certainement très heureux d’effectuer à l’étranger. Envisagent-ils de se replier à vie sur leur territoire national ? Sont-ils prêts à renoncer à tous leurs achats de biens achetés à l’étranger (smartphones, vêtements à moindre prix, etc.) ? Je n’en crois rien.

Et, on a beau dire, le commerce adoucit les mœurs. Le monde n’a jamais été autant en paix que lorsque les échanges internationaux sont développés, les interdépendances fortes. Cela n’empêche évidemment pas la guerre économique. Mais cela ne vaut-il pas bien mieux que les guerres physiques ?

La vérité est que rien n’est jamais statique. Et qu’il est tout à fait naturel de vouloir toujours progresser, améliorer les choses, chercher à se remettre en question. Mais « du passé faisons table rase », non merci. Ce n’est pas sur cette base que nous parviendrons à un monde meilleur, pas du tout. Imaginer que ce serait donc la fin du libéralisme n’a aucun sens.

Il convient, au contraire, de veiller à ne pas s’enfermer dans des utopies dangereuses, qui pourraient bien nous mener à des formes d’enfermement et une société de surveillance que nous serions les premiers à regretter.

Gare à ne pas nous laisser déposséder des libertés chèrement acquises (et bien fragiles, comme nous pouvons nous en rendre compte), auxquelles nous tenons tant, en s’en remettant à des formes de collectivisme sans nom régies par des gouvernants dont pourtant les mêmes qui le réclament semblent se méfier.

Un article initialement publié le 25 avril 2020.

À lire aussi :

Un article publié initialement le 11 mai 2021

  • Le chevron_right

    Verts, sociaux-démocrates : et soudain, tout le monde devint progressiste…

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Sunday, 1 August, 2021 - 23:55 · 16 minutes

À l’heure où la question de l’union de la gauche agite les partis politiques français, il n’est pas inutile de se tourner de l’autre côté du Rhin, où cet enjeu est plus brûlant encore. Ni les Verts allemands, ni les sociaux-démocrates du SPD, ni la gauche post-communiste de Die Linke ne sont particulièrement enthousiastes à l’idée d’une coalition verte-rose-rouge. Néanmoins, cette alliance de centre-gauche n’est pas formellement exclue. Pourra-t-elle entamer le statu quo néolibéral pour autant ? L’agenda politique des Verts et des sociaux-démocrates permet, à tout le moins, d’en douter — qui plus est, dans un contexte de retour en force de la crainte de l’inflation au sein de la population allemande.

Il est redevenu possible de rêver de folles utopies — du moins celle de ne pas être gouverné par la CDU d’Angela Merkel. Depuis que les Verts ont décidé de faire d’Annalena Baerbock leur candidate à la chancellerie, ils connaissent un nouvel essor dans les sondages, comme à l’hiver 2019, avant que la pandémie n’éclate. Quelques sondages montrent une majorité théorique, bien que très mince et fragile, pour une alliance de centre-gauche sans la CDU. Mais une coalition verte-rose-rouge a-t-elle une réelle chance ? La coalition noire-verte [CDU et Verts] n’est-elle pas déjà une fatalité ? Le scepticisme et le cynisme sont tout à fait justifiés.

L’option verte-rose-rouge reste plutôt improbable à l’heure actuelle. Mais indépendamment de ce que l’on pense d’une telle alliance, les circonstances dans lesquelles elle pourrait se réaliser devraient être examinées de plus près.

Si une coalition verte-rose-rouge était arithmétiquement possible et que la CDU/CSU obtenait plus de voix que les Verts, Mme Baerbock devrait décider si elle préfère devenir la première chancelière écologiste d’Allemagne ou ministre sous Armin Laschet [le candidat de la CDU] . Malgré toute la distance qui la sépare de Die Linke sur le plan des idées, il se pourrait que ses ambitions personnelles l’emportent et que, pour cette seule raison, elle se décide en faveur du poste de chancelier — et donc aussi en faveur d’une alliance gouvernementale de gauche. Il en va de même pour Olaf Scholz si le SPD se retrouve inopinément devant les Verts.

Si une coalition verte-rose-rouge était possible et que la CDU/CSU obtenait plus de voix que les Verts, Mme Baerbock devrait décider si elle préfère devenir la première chancelière écologiste d’Allemagne ou ministre sous Armin Laschet.

On pourrait rétorquer que Baerbock, en tant que “reala” [l’aile droite des Verts], est probablement plus désireuse d’une coalition centriste fermement ordolibérale avec la CDU/CSU et éventuellement le FDP [ ndlr : parti ultra-libéral]. Mais même si Mme Baerbock se classe bien dans cette catégorie sur le papier, quiconque connaît les rouages internes des Verts sait à quel point ces étiquettes ne signifient rien. La direction du parti Habeck-Baerbock a réussi ce dont les principaux politiciens verts rêvaient depuis des décennies : une synthèse idéologique qui satisfait une grande partie de la base du parti. L’ancien rassemblement disparate de mouvements écologistes est devenu un parti de masse cohérent comptant plus de 100 000 membres.

Sur l’ordolibéralisme allemand, lire sur LVSL l’article de Jean-Baptiste Bonnet : « Ordolibéralisme : comprendre l’idéologie allemande »

Les critiques de gauche à l’égard des Verts suivent généralement un même schéma : avec les méfaits du gouvernement fédéral rose-vert de Gerhard Schröder, le parti a trahi ses principes fondateurs [ ndlr : de 1998 à 2005, les Verts participent en tant que partenaires du SPD aux lois Hartz qui dégradent les droits des travailleurs précaires et à l’intervention de l’Allemagne au Kosovo et en Afghanistan, à l’opposé du pacifisme radical traditionnel des Verts] . Cependant, ces tentatives de “démasquer” le parti ne semblent jamais aboutir. Les partisans des Verts, en particulier, ne sont guère impressionnés par ces attaques.

Cette critique, souvent formulée sur un ton très moralisateur, repose sur l’hypothèse que le parti n’existe que pour absorber les votes des personnes “plutôt de gauche” qui souhaiteraient en fait des politiques vraiment radicales, voire socialistes. Cette clientèle confuse serait simplement éblouie par le marketing très professionnel des Verts, mais ne se sentirait pas idéologiquement attachée au parti. Cependant, cette analyse ne fonctionne plus depuis longtemps. Si les Verts ont autant de succès, c’est aussi parce que leurs électeurs obtiennent d’eux exactement les politiques qu’ils souhaitent.

Les administrateurs du capitalisme

Le successeur malheureux de Jeremy Corbyn, Keir Starmer, et le courant travailliste de la “soft left” dont il est proche, la candidate à la présidence américaine Elizabeth Warren, la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern et maintenant aussi les Verts allemands, tous font partie d’une Internationale progressiste centriste nouvellement constituée, qui est en lice pour hériter du néolibéralisme progressiste de Clinton, Schröder, Blair et plus récemment Obama. Une partie des conseillers de Biden peut également être affiliée à ce nouveau courant. La gauche radicale est quelque peu perplexe face à ce phénomène et a jusqu’à présent lutté sans succès pour trouver la bonne réponse politique.

Qui sont ces nouveaux “progressistes” et que veulent-ils ? Remarquablement, en-dehors de Starmer, il y a peu de différences entre le personnel politique et son électorat. L’adhérent moyen des Verts pense comme Baerbock ; la vision du monde d’un électeur de Warren ne diffère généralement pas beaucoup de celle de Warren. Ce n’était pas encore le cas du New Labour et du SPD de Schröder, ni des démocrates de Clinton dans les années 1990. Avec un mélange de rhétorique de modernisation et de véritables progrès de société, leurs successeurs se présentent aujourd’hui comme des “forces progressistes” à leur électorat politiquement incertain et désorienté, et en profitent pour leur imposer des réformes néolibérales.

Derrière les nouveaux centristes progressistes se rassemble une nouvelle classe composée des couches les plus diplômées — la “classe professionnelle-managériale” (PMC), décrite pour la première fois par Barbara et John Ehrenreich dans les années 1970. Pendant des décennies, elle a constitué une composante importante des coalitions progressistes-néolibérales. Cette époque est révolue. Aujourd’hui, la PMC ne se contente plus de faire partie d’un grand compromis de classe. Elle veut se tenir debout sur ses propres bases politiques.

L’électorat des Verts, et en particulier leurs adhérents, provient en grande partie des couches les plus diplômées de la fonction publique et des secteurs parapubliques : enseignants, cadres moyens et supérieurs de la fonction publique, travailleurs sociaux, personnel scientifique et employés d’organisations de la société civile [ONG, associations et autres structures qui composent le secteur non-marchand] donnent le ton au sein du parti. La vision du monde des Verts reflète in fine leur position de classe.

Ceux qui travaillent du côté “social” de l’État, plutôt que dans la police, la justice et l’armée, ont pour mission principale de prévenir et de régler les conflits sociaux. Que ce soit dans les écoles, les services d’urbanisme ou les centres de conseil en matière de drogues, le quotidien professionnel de cette classe se caractérise par la conciliation des intérêts, la compréhension et l’empathie, associées à un recours possible à la coercition (aussi douce que possible) à tout moment. Si les conflits n’apparaissent pas ou peuvent être résolus par un processus de médiation sans causer de problèmes à la société dans son ensemble, cela est considéré dans ces professions comme l’expression d’un travail accompli avec succès.

Derrière les nouveaux centristes progressistes se rassemble une nouvelle classe composée des couches les plus diplômées — la “classe professionnelle-managériale” (PMC) — […] Le quotidien professionnel de cette classe se caractérise par la conciliation des intérêts, la compréhension et l’empathie, associées à un recours possible à la coercition (aussi douce que possible) à tout moment

Par rapport à la périphérie européenne et à l’espace anglo-saxon, ce secteur professionnel est encore relativement important en Allemagne. La vague d’austérité et de privatisation ayant été moins brutale ici, des parts moins importantes du secteur public ont été confiées à des prestataires de services privés. La PMC américaine comprend donc davantage d’employés du secteur privé sans lien direct avec l’État, comme les employés des universités privées ou les fameux “départements des ressources humaines”, l’énorme secteur de l’économie américaine dont la tâche principale est la gestion des conflits sur le lieu de travail. La relation au secteur public et à l’austérité est donc clairement plus ambivalente chez les PMC anglo-saxons.

Chez les Verts, en revanche, les attitudes à l’égard des largesses publiques se sont considérablement assouplies. Au niveau de la base, on n’entend guère parler en bien du néolibéralisme progressiste classique des années 1990. Le parti et le programme électoral veulent s’éloigner de Hartz IV [loi votée par le SPD et les Verts durcissant considérablement les conditions de versement des allocations-chômage et de l’assistance sociale] et s’orienter vers davantage d’assistance aux plus démunis. La protection du climat passe avant la règle d’or [règle constitutionnelle interdisant un déficit supérieur à 0,5% du PIB hors période exceptionnelle]. C’est du moins ce qui est promis.

Cela aussi reflète les priorités d’un électorat dont les emplois dépendent souvent directement ou indirectement du secteur public. La démocratie interne du parti est prise au sérieux, et Mme Baerbock devra probablement soumettre un éventuel accord de coalition avec la CDU au vote des membres. Un programme d’austérité brutal est donc sûr d’échouer sur cet écueil. Ce frein que constitue la démocratie de base chez les Verts a déjà fait dérailler les négociations sur une coalition Jamaïque en 2017 [première tentative de coalition entre les Verts, la CDU et le FDP].

Une grande partie des membres des Verts s’accommoderaient très bien d’un peu plus de redistribution et d’un programme d’investissement public généreux. La coalition verte-rose-rouge n’échouera donc pas sur les questions financières et macroéconomiques, ne serait-ce que parce qu’une protection efficace du climat l’exige de manière évidente.

Bien sûr, cela ne fait pas des Verts et de leurs alliés progressistes des socialistes. La tâche principale déclarée de ce centrisme progressiste est de gérer le capitalisme et d’aplanir ses contradictions. L’idée d’une classe ouvrière organisée agissant comme un sujet politique indépendant qui pourrait changer fondamentalement l’ordre économique dans son intérêt leur est étrangère. Leur optimisme quant à la possibilité de contenir le capital par un État régulateur provient également du fait qu’ils ne croient tout simplement pas à de réelles alternatives.

Du point de vue du centrisme progressiste, le capitalisme ne peut plus survivre sans l’intervention régulière de l’État — personne ne peut plus le nier. Il reste pourtant le seul système possible selon eux. Les alternatives socialistes sont elles rejetées comme des rêveries sans lendemain.

« Surtout, pas de populisme »

Néanmoins, ces centristes progressistes ne sont pas essentiellement ouverts qu’à des alliances avec le capital, mais également avec la gauche. Starmer est le seul, parmi ces nouveaux progressistes, à avoir ouvertement déclaré la guerre à la gauche. Cette stratégie lui a valu d’enchaîner défaite sur défaite. Biden et Ardern, en revanche, sont, chacun à leur manière, très habiles à jauger la force de la gauche et à lui offrir des compromis qu’elle aura du mal à refuser. Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez ne critiquent Joe Biden qu’avec des gants de velours — même quand ces précautions ne se justifient pas. Ils savent qu’ils ont beaucoup à perdre en attaquant trop Biden.

Rien ne permet de penser que les Verts allemands suivront la même voie que Starmer et chercheront à entrer en conflit ouvert avec la gauche. Après tout, ils savent que les préoccupations fondamentales de la gauche, comme le développement du logement public et la démilitarisation conséquente de la politique étrangère allemande, sont extrêmement populaires, même si l’impopularité générale des partis, des politiciens, des activistes ou des sous-cultures de gauche ne faiblit pas.

Si Die Linke reste ferme dans les négociations de coalition, elle pourrait certainement obtenir beaucoup de choses en termes de politique intérieure : des programmes d’investissement dans le logement, la protection du climat et les transports publics, un revenu minimum [à l’image du RSA en France] et la fin des sanctions Hartz IV sont envisageables avec les Verts et le SPD, tout comme un retour modéré de l’impôt sur la fortune. La coalition verte-rouge se heurte à des barrières ailleurs. À côté de préoccupations réelles concernant le climat et d’un enthousiasme nouveau pour plus “de reconnaissance et de justice”, l’éco-système des Verts s’appuie sur un troisième pilier idéologique : un anti-populisme forcené.

Pour une analyse des événements récents qui ont secoué le SPD, lire sur LVSL l’article de Jean-Baptiste Bonnet : « Congrès du SPD : dernière chance pour la social-démocratie ? »

La base des Verts est tout aussi inquiète des “populistes” que de la crise climatique. Le rejet démonstratif du populisme est un excellent exemple de l’ambiguïté congénitale avec laquelle la nouvelle synthèse idéologique est maintenue. Car si les Verts de gauche n’ont que l’AfD en tête, pour les centristes, cela signifie aussi Die Linke. Cependant, cette différence d’opinion ne conduit pas à un conflit, car il existe un accord sur un principe de base : le “populisme” en tant que force socialement corrosive est craint et détesté par les Verts.

La base des Verts est tout aussi inquiète des “populistes” que de la crise climatique. Le rejet démonstratif du populisme est un excellent exemple de l’ambiguïté constructive avec laquelle la nouvelle synthèse idéologique est maintenue. Car si les Verts de gauche n’ont que l’AfD en tête, pour les centristes, cela signifie aussi Die Linke

Les Verts ont une aversion pour les conflits, non pas principalement en raison de leur préoccupation pour leur sécurité matérielle, mais en raison de leur éducation et de leur pratique professionnelle. En tant que cadres et travailleurs du secteur social, ils pensent que les conflits et les agressions doivent être gérés et aplanis plutôt que traités ouvertement. Bien sûr, ils sont également gênés par le programme inhumain de l’AfD. Néanmoins, la condamnation esthétique d’un front populiste perçu comme agressif et incivilisé joue un rôle tout aussi important pour leur identité politique.

Cet anti-populisme virulent légitime également la politique étrangère verte, dont la défense contre les menaces idéologiques extérieures constitue l’élément central. Brexit, Trump, Poutine, Bolsonaro, Hamas : le “populisme” se répand dans le monde entier, les “démocrates” doivent faire front pour se défendre. Ce ne sont plus les conflits armés de la périphérie mondiale qu’il faut pacifier, mais notre propre société, au mieux européenne, dans laquelle des forces extérieures dressent les populations les unes contre les autres. Il est vrai que la fondation Heinrich Böll, affiliée au parti, qui reprend les positions de l’establishment de Washington avec un zèle presque religieux, a une importante fonction de légitimation. Mais les membres des Verts n’ont souvent pas besoin d’être convaincus sur ces questions. Leur anti-populisme transatlantique s’est développé de manière organique. Ils se sentent confortés par l’élection de Joe Biden, qui a rendu les États-Unis à nouveau “respectables”. Sa prétention impérialiste au leadership est acceptée avec un haussement d’épaule. Dans la “lutte contre le populisme”, il est permis de se salir les mains.

Il ne faut pas se faire d’illusions : idéologiquement, les membres des Verts sont rigoureusement unis sur ces questions. Mme Baerbock sait qu’on lui demandera d’adopter une ligne dure contre certains “populistes” de Die Linke. La gauche doit être consciente qu’elle a peu d’alliés parmi la base des Verts sur ces questions. Tant la direction du parti que la base insisteront pour obtenir des sacrifices, tant symboliques que substantiels, de la part d’un potentiel partenaire de coalition de gauche. Ce n’est pas tant parce qu’ils sont de fervents partisans du libéralisme mais parce que l’image qu’ils ont d’eux-mêmes repose sur l’obligation de ne pas céder aux “populistes”.

Le marche vers le progrès passe par le centre

Pour la gauche anti-libérale à travers le monde, traiter avec les nouveaux progressistes pourrait devenir une question centrale en matière de crédibilité politique. L’extrême-gauche américaine souligne à juste titre que certains des critiques internes les plus puissants du Parti démocrate font peu de bruit. Ils ne parviennent pas à exercer une pression publique significative sur le président. Néanmoins, des structures indépendantes de gauche, voire explicitement socialistes, se sont établies et peuvent jouer ce rôle dans une certaine mesure. Une partie de la vérité, cependant, est que la classe ouvrière n’est pas suffisamment bien organisée, où que ce soit dans le monde occidental, pour réaliser une politique transformatrice par elle-même à l’heure actuelle. Les projets sociaux de la gauche seront presque impossibles à mettre en œuvre sans un pacte au moins temporaire avec le centre progressiste.

Un gouvernement vert-rose-rouge, s’il se concrétise, pourrait apporter en Europe la politique du début de la présidence Biden : à l’intérieur, un renouveau de l’État interventionniste, notamment en matière de politique commerciale et industrielle, et une timide redistribution des richesses et à l’extérieur, le risque d’une nouvelle guerre froide.

Pour un premier bilan de l’action de Joe Biden, lire sur LVSL cet article de Politicoboy : « Après 100 jours, pourquoi Joe Biden impressionne la presse française »

Il n’est pas encore certain que les partis puissent s’entendre sur des projets de politique intérieure transformatrice et sur une ligne de politique étrangère commune [ndlr : lire à ce sujet l’article de Serge Halimi sur les divisions géopolitiques de la gauche en France paru dans le Monde diplomatique ], et quels compromis devraient être faits à cet égard. Beaucoup dépendra également de la situation politique mondiale à l’automne. La question de savoir si le programme de politique intérieure d’une alliance gouvernementale de gauche est justifié dans de telles circonstances deviendra un point de discorde au sein de la gauche en cas d’urgence. Il est impossible de répondre à cette question de manière définitive à l’heure actuelle. Et une coalition noire-verte reste toujours beaucoup plus probable.

  • Le chevron_right

    Réintégration des tribunaux d’arbitrage : la nouvelle victoire des multinationales en Équateur

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Tuesday, 20 July, 2021 - 16:40 · 12 minutes

Les multinationales confrontées à des gouvernements soucieux de leur imposer des régulations sociales ou environnementales disposent de leviers juridiques décisifs pour les faire plier : les mécanismes d’arbitrage. Ceux-ci leur permettent d’attaquer un État en justice auprès d’un tribunal international, dont l’un des plus importants, le CIRDI (Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements), appartient au groupe de la Banque mondiale. L’Équateur a longtemps été à la pointe de la lutte contre ces mécanismes sous la présidence de Rafael Correa (2007-2017). Aujourd’hui, ce pays réintègre les tribunaux d’arbitrage et accepte de payer des sommes astronomiques aux entreprises qui l’ont attaqué en justice. La dernière en date : Perenco, multinationale française possédant des filiales aux Bahamas, qui a infligé a l’Équateur une amende de 412 millions de dollars. Par Guillaume Long, ex-ministre des Affaires étrangères équatoriennes et Andrés Arauz, candidat à l’élection présidentielle équatorienne de 2021.

Depuis son investiture il y a deux mois, le président Guillermo Lasso multiplie les démarches visant à réintégrer les mécanismes d’arbitrage que l’Équateur dénonçait auparavant [ NDLR : Investor-State Dispute Settlement Mechanisms en anglais, connus sous le sigle ISDS] . Le 21 juin, l’ambassadeur d’Équateur à Washington a acté le retour du pays dans le CIRDI (Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, tribunal de la Banque mondiale), que le pays avait récusé en 2009. Incroyable mais sans doute peu surprenant : la Cour constitutionnelle équatorienne a affirmé que cette décision ne requerrait aucune ratification législative. À présent, le gouvernement fait pression pour une réinterprétation de la Constitution qui autoriserait le retour de l’Équateur dans les Traités bilatéraux d’investissements (TBI).

NDLR : Pour une analyse de la fonction géopolitique des TBI, lire sur LVSL l’article de Vincent Arpoulet : « Les traités bilatéraux d’investissement, entraves à la souveraineté des États – le cas équatorien »

Quand l’Équateur rejetait les TBI et dénonçait les mécanismes d’arbitrage

Le retrait de l’Équateur du CIRDI était partie intégrante d’un processus plus vaste qui a abouti à la dénonciation de l’ensemble des TBI. L’article 422 de la Constitution équatorienne adoptée par référendum en 2008 dispose : « L’État équatorien n’intégrera pas des traités ou des organisations internationales qui ont pour effet de déposséder l’État équatorien de sa juridiction souveraine au profit d’entités d’arbitrage internationales dans des disputes commerciales (…). »

Le consensus autour des mécanismes d’arbitrage semblait ébranlé. Avec l’aval du parlement et la décision antérieure de la Cour constitutionnelle, l’Équateur a finalement récusé les 16 TBI auxquels il était encore lié en mai 2017

En conséquence, le gouvernement de Rafael Correa (2007-2017) s’est retiré d’un premier groupe de TBI en 2008. Quelques mois plus tard, il quittait le CIRDI. En 2013, le gouvernement équatorien faisait appel à un groupe d’experts afin de soumettre arbitrages et TBI à un audit, incluant l’analyse de la légalité de leur ratification et leurs répercussions sur le pays. La commission d’audit, constituée d’universitaires, d’avocats, de responsables gouvernementaux et de représentants de la société civile, a conclu que bien des TBI n’avaient pas été ratifiés de manière adéquate. Ils ont également découvert que ces traités avaient échoué à attirer davantage d’investissements internationaux en Équateur.

Le rapport de la commission identifiait également les problèmes habituels que soulevaient les mécanismes d’arbitrage : des avocats aux liens étroits avec les firmes, recrutés au cas par cas et payés de manière informelle pour faire office d’arbitres de ces mécanismes ; la défaite fréquente des pays du Sud lors des arbitrages contre les entreprises transnationales. Le rapport confirmait que les investissements étrangers affluaient vers les pays dotés d’une croissance économique soutenue, d’institutions solides et d’un système politique et social stable. Il mettait à mal, une fois encore, le mythe en vertu duquel dérégulation forcenée et cessions de souveraineté conduisent magiquement sur la voie des investissements. Il démontrait enfin que les TBI constituaient une garantie d’impunité pour les entreprises transnationales coupables de dommages environnementaux ou d’évasion fiscale.

L’Équateur capitalisait alors sur un consensus global croissant quant aux effets négatifs des mécanismes d’arbitrage – que bien des pays avaient accepté de la fin des années 1980 au début de la décennie 2000, au zénith de la dérégulation et du nivellement par le bas visant à attirer les investissements.

NDLR : Pour une mise en perspective des mécanismes d’arbitrage et des frictions qu’ils génèrent avec les États, lire sur LVLS l’article de Simon-Pierre Savard-Tremblay, auteur de l’ouvrage Despotisme sans frontières : « Les ravages du nouveau libre-échange »

Plusieurs pays émergents, non des moindres, avaient pavé la voie à l’Équateur : l’Afrique du Sud avait mis fin à ses engagements auprès des TBI en 2012, l’Indonésie en 2014 et l’Inde en 2017. Parmi les pays d’Amérique latine, le Brésil n’avait jamais ratifié aucun traité incluant des mécanismes d’arbitrage, et la Bolivie avait quitté ses TBI en 2008.

L’Union européenne elle-même formulait des doutes, plusieurs de ses États-membres ayant été sanctionnés par des cours d’arbitrages pour avoir respecté la loi du continent. C’est ainsi que Jean-Claude Juncker a été jusqu’à écrire : « Je n’accepterai pas que la juridiction des cours des États-membres soit limitée par des régimes spéciaux relatifs aux conflits avec les investisseurs. »

Puis ce fut le tour de Donald Trump d’annoncer qu’il se livrerait à une révision des clauses relatives aux mécanismes d’arbitrage contenues dans l’ALENA, quand Démocrates et Républicains voulaient mettre fin à ces clauses dans le nouveau traité (USMCA) entre les États-Unis, le Canada et le Mexique qui allait remplacer celui-là.

Le consensus autour des mécanismes d’arbitrage semblait ébranlé. Avec l’aval du parlement et la décision antérieure de la Cour constitutionnelle, l’Équateur a finalement récusé les 16 TBI auxquels il était encore lié en mai 2017 – signés avec plusieurs poids lourds : États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Chine, Pays-Bas, etc.

Garantie d’impunité pour les multinationales : le cas Perenco

Le successeur de Rafael Correa, Lenín Moreno (2017-2021), ne partageait pas cette opposition aux mécanismes d’arbitrage. Pressé de revenir aux politiques néolibérales des années 1990, et sous l’effet du lobbying intense des entreprises transnationales, le gouvernement Moreno a demandé à la Cour constitutionnelle de réinterpréter l’article 422, arguant qu’il ne s’appliquait qu’aux différends commerciaux. Une démarche qui ne manquait pas d’audace : cet article, qui mentionne le terme générique de contrat, a indubitablement pour fonction de prohiber les mécanismes d’arbitrage.

Le CIRDI a donné raison à l’entreprise pétrolière franco-anglaise Perenco dans son procès contre l’Équateur. La multinationale s’est vue gratifiée de 412 millions de dollars, que l’État équatorien a été condamné à lui payer ; en cause : le viol par le pays d’un TBI signé avec la France

Il ne revient plus à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur cet article, mais le nouveau gouvernement de l’intégriste néolibéral Guillermo Lasso, qui souhaite accélérer le retour dans les mécanismes d’arbitrage, fait à présent pression sur elle – qui, du reste, n’oppose pas une résistance farouche. Afin de statuer sur la constitutionnalité du retour de l’Équateur dans le CIRDI, la Cour a fait appel à Teresa Nuques, que son curriculum – ancienne directrice du centre d’arbitrage de la Chambre de commerce de Guayaquil, et fervent soutien des mécanismes d’arbitrage – aurait dû disqualifier .

Deux juges ont finalement fait valoir que la Constitution requerrait l’aval législatif pour l’approbation de n’importe quel traité impliquant l’abandon de prérogatives judiciaires nationales au profit d’un organisme supranational. Mais ils sont demeurés minoritaires. Le 30 juin, la Cour tranchait : l’approbation législative de l’appartenance de l’Équateur au CIRDI n’était pas requise.

Le contexte de ce retour dans le CIRDI ne peut laisser indifférent. Tout juste trois semaines plus tôt, ce même CIRDI donnait raison à l’entreprise pétrolière franco-anglaise Perenco dans son procès contre l’Équateur. L’entreprise s’est vue gratifiée de 412 millions de dollars, que l’État équatorien a été condamné à lui payer ; en cause : le viol par le pays d’un TBI signé avec la France, dont l’une des clauses prohibait “l’expropriation indirecte” des entreprises françaises.

NDLR : Pour une synthèse sur le cas Perenco, lire sur LVSL l’article de Vincent Arpoulet et Vincent Ortiz : « Quand la loi française permet à une entreprise des Bahamas d’extorquer 400 millions de dollars à l’Équateur »

En quoi cette « expropriation indirecte » consistait-elle ? En 2006, l’Assemblée équatorienne avait voté à l’unanimité en faveur d’une loi qui imposait le partage des revenus exceptionnels des entreprises générés par l’explosion du cours des matières premières [ NDLR : qui dure jusqu’en 2014 pour le pétrole].

En 2007, le gouvernement avait modifié plus avant la régulation afin de maximiser les revenus de l’État [portant finalement à 80% la taxe sur les bénéfices exceptionnels NDLR ] . Alors que la plupart des entreprises présentes en Équateur acceptaient le nouveau cadre, Perenco se refusait à payer la somme requise. Et lorsque les autorités fiscales l’ont réclamée en se saisissant d’une quantité équivalente de pétrole, Perenco a quitté le pays. Si le CIRDI a reconnu que la taxe sur les bénéfices exceptionnels ne pouvait être assimilée à une “expropriation”, elle a bel et bien déclaré que la poursuite des opérations de Perenco par l’État équatorien – qui faisait suite au départ de l’entreprise du pays – pouvait l’être.

Le cas Perenco est un condensé des problèmes que soulèvent les mécanismes arbitrages. La filiale équatorienne de Perenco ne siège pas en France ou en Angleterre ; elle se trouve aux Bahamas, qui étaient reconnus comme un paradis fiscal par l’Équateur comme par la France au moment des faits. Elle possède qui plus est quatre entités basées aux Bahamas dans sa chaîne de sociétés-écrans, avant que l’on puisse identifier qui que ce soit comme détenteurs de capitaux. Bien sûr, il n’existe aucun traité entre l’Équateur et les Bahamas. C’est donc à un véritable abus de traité ( treaty shopping ) que s’est livré Perenco, dirigé par la riche famille Perrodo (dix-neuvième fortune française). Une pratique courante chez les entreprises établies dans les paradis fiscaux, qui leur permet de bénéficier des TBI signés par d’autres pays, et d’avoir accès au meilleur des deux mondes : la protection et l’impunité.

Le président Guillermo Lasso a émis un décret promouvant la privatisation graduelle de l’industrie pétrolière, précisant que les mécanismes d’arbitrage constitueront la pierre angulaire de cette politique

La France pourrait se saisir de cette opportunité pour brider ses entreprises et leur interdire le beurre et l’argent du beurre – la protection des traités signés par la France et l’évasion fiscale. Le président Emmanuel Macron a critiqué à plusieurs reprises l’évasion fiscale. Son ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a quant à lui déclaré : “L’évasion fiscale, ça n’est pas seulement une attaque contre le Trésor fiscal. C’est une attaque contre la démocratie”. Le cas Perenco offre l’occasion idoine pour jauger du sérieux de la France en la matière – qui pourrait défendre une interprétation strictement bilatérale des TBI.

Derrière les mécanismes d’arbitrage : retour au consensus néolibéral

Le ministre équatorien de la Communication a récemment annoncé que le gouvernement paierait l’amende à Perenco. L’Équateur pourrait bien sûr activer plusieurs leviers pour éviter le paiement – ou du moins le délayer de manière significative, dans un contexte d’une crise économique aigüe (l’Équateur possède l’un des plus hauts taux de mortalité provoqué par le Covid-19, et l’économie s’est effondrée de 9% en 2020).

Le gouvernement pourrait requérir l’annulation du jugement sur la base des activités de Peter Tomka, l’arbitre principal du cas Perenco, qui officiait simultanément comme juge à plein temps auprès de la Cour internationale de justice (CIJ), qui interdit à ses juges de percevoir des revenus complémentaires dans une autre institution. Il pourrait également effectuer une requête en exequatur, un procédé par lequel les cours nationales décident si elles appliquent – ou non – les décisions d’une juridiction étrangère.

Le cas Perenco est atypique, dans la mesure où l’arbitrage a été rendu après que l’un des États a quitté le CIRDI et récusé les TBI, qui en sont pourtant le fondement. Perenco devrait donc avoir recours à une cour étrangère, puis faire reconnaître l’arbitrage par les cours équatoriennes, en vertu de la Convention de New York , un traité international qui pose les fondements des réquisits pour la validité des décisions juridiques étrangères. Mais le gouvernement de Guillermo Lasso a déjà fait comprendre en rejoignant le CIRDI que son gouvernement n’escomptait pas contester le paiement de l’amende à l’entreprise.

La Cour constitutionnelle laissera-t-elle les mains libres au gouvernement lorsqu’il cherchera à revenir dans les TBI signés avec les autres pays ? Il lui sera plus difficile d’arguer que de telles décisions peuvent faire l’impasse sur un vote parlementaire – comme ce fut le cas lorsque l’Équateur est revenu dans le giron du CIRDI. Mais les puissances économiques en faveur des mécanismes d’arbitrage sont considérables, et le lobbying visant à contourner le parlement intense. Des firmes intimement liées au pouvoir politique sont d’ores et déjà impatientes de profiter des privatisations qui découleraient de la signature de nouveaux traités d’investissements contenant des clauses d’arbitrage. Le gouvernement Lasso, de son côté, est enthousiaste à l’idée de vendre les biens étatiques à perte. Nulle coïncidence, donc, dans le fait qu’une semaine après l’aval de la Cour constitutionnelle pour le retour de l’Équateur dans le CIRDI, Lasso émette un décret promouvant la privatisation graduelle de l’industrie pétrolière, précisant que les mécanismes d’arbitrage constitueront la pierre angulaire de cette politique.

Les opposants à ces mécanismes d’arbitrage, qui infligent des saignées aux pays du Sud au bénéfice du capital, devraient considérer l’Équateur comme un cas paradigmatique de la lutte contre les privilèges des multinationales et leur mépris absolu pour la protection de l’environnement, les droits des travailleurs et des peuples.

  • Le chevron_right

    L’euro, catastrophe moderne et tragédie antique

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Monday, 19 July, 2021 - 11:03 · 28 minutes

S’il est difficile de critiquer la monnaie unique sur le Vieux continent, on trouve pléthore d’ouvrages sur le sujet dans le monde anglo-américain, souvent rédigés par des économistes mainstream ou orthodoxes 1 . C’est le cas d’Ashoka Mody, professeur d’économie à l’Université de Princeton, ancien représentant-en-chef du FMI dans le cadre du « renflouement » irlandais en 2009 par la Troïka, qui publie EuroTragedy: A Drama in Nine Acts 2 . Loin d’être une redite des ouvrages publiés auparavant, l’auteur nous plonge dans l’histoire de la monnaie unique, parvenant à combiner le détail de chaque évènement avec un esprit synthétique et global pour dérouler sa tragédie haletante. Tragédie : le mot est tout sauf anodin. Il s’agit bien sûr d’un clin d’œil espiègle aux Grecs – à la fois inventeurs du genre théâtral sous la plume d’Eschyle et Sophocle et victimes du diktat européen de l’austérité – mais aussi d’une lecture fine de l’histoire de l’euro. L’occasion de constater que les analyses d’Ashoka Mody rejoignent certains constats posés par des économistes français hétérodoxes favorables à une sortie de l’euro.

Ashoka Mody, en bon orthodoxe souhaitant incarner la raison économique au-dessus des logiques partisanes et géopolitiques, narre l’histoire de l’euro à la manière d’une tragédie. Associé au sacrifice dans sa version grecque, ce genre littéraire se caractérise par le fait que la catastrophe finale est connue à l’avance du spectateur qui assiste, impuissant, aux mécanismes qui la mettent en place 3 . On comprend rapidement que pour l’auteur, l’euro constitue un sacrifice de quelques 340 millions d’européens au profit d’un agenda personnel : celui de François Mitterrand et d’Helmut Kohl, tous deux gouvernés par leurs « passions » – passions partagées par les hauts fonctionnaires français pour une monnaie forte, hubris personnelle du chancelier allemand.

L’auteur manifeste une obsession particulière pour le protagoniste allemand de ce couple, probablement parce qu’il incarne, mieux que quiconque, l’ hubris de ce projet défiant l’orthodoxie économique. Contrairement au mythe selon lequel ce couple aurait accepté le compromis réunification allemande contre euro 4 , Mody montre en réalité l’impuissance de Mitterrand devant la réunification 5 , le sort de l’euro étant réservé entre les mains du chancelier. Opposé à une union monétaire jusqu’en décembre 1989, Helmut Kohl opère un revirement inexpliqué à l’issue du sommet de Strasbourg. Si l’auteur explore quelques pistes – les souvenirs de la guerre, la conception dans son esprit de ce compromis – le silence demeure.

Ces non-dits, caractéristiques aussi des tragédies, se répètent inévitablement, avec un impact décisif. Par exemple, que se serait-il passé si Kohl ne s’était pas tu lorsque, pendant le débat opposant François Mitterrand à Philippe Séguin 6 , le président français affirmait que la Banque centrale européenne (BCE) serait soumise au pouvoir politique, alors même que le chancelier avait exigé l’indépendance de cette institution, symbole s’il en est de la victoire des principes de l’ordolibéralisme allemand 7 ?

Pour une synthèse sur l’ordolibéralisme allemand, lire sur LVSL l’article de Jean-Baptiste Bonnet : « Ordolibéralisme : comprendre l’idéologie allemande »

De la même manière, les actions du chancelier allemand furent elles aussi empreintes d’une dimension tragique. Mody raconte que, seul contre tous en Allemagne et notamment face à la puissante Bundesbank, il insista pour l’admission dans la zone euro d’une Italie minée par la corruption systémique 8 . Cette hamartia – les erreurs de jugement dans la tragédie grecque – doit mener fatalement le personnage au malheur dans la tragédie grecque. C’est ainsi que le chancelier s’inclina en 1998 devant les suffrages allemands et un an plus tard, un scandale éclatait sur des financements opaques de son parti 9 . Pourtant, telle la malédiction des Atrides qui frappe chaque génération successivement, la tragédie de l’euro ne s’arrête pas à la sortie de scène du duo Kohl-Mitterand.

Une histoire longue de déni

Selon l’économiste indien, l’irrationalité de l’euro trouve ses racines dans les années 1970, avec la publication du rapport Werner, acte de naissance de l’idéologie européenne de la stabilité. Il pointe les raisons pour lesquelles une union monétaire s’avère impossible… tout en appelant à la réaliser, dans l’esprit de la « fuite en avant » de Jean Monnet, et au nom d’une conception constructiviste de la monnaie : l’euro amènerait l’union budgétaire, marchepied vers l’union politique. Mais Mody montre avec brio qu’au contraire, cette union monétaire, par ses multiples inachèvements, de l’absence d’union budgétaire à l’immobilité des travailleurs en passant par le défaut d’union politique démocratique, risquait plutôt de freiner la construction européenne.

Plus irrationnel, encore, l’auteur cite Nicholas Kaldor, économiste majeur du XXe siècle, qui, tel Cassandre, reprenait prophétiquement ces critiques dans un article publié en 1971 : une union monétaire incomplète « empêcherait le développement d’une union politique et non l’inverse », la zone euro devenant une maison qui, « divisée contre elle-même, ne pourrait pas tenir ». Ce reproche d’un économiste post-keynésien élucide l’histoire de l’euro que nous raconte Mody : celle d’une monnaie se construisant à l’abri des regards démocratiques et des économistes. Il est vrai, la France ratifia à l’arraché par référendum le traité de Maastricht. Mais Mody montre très bien que ce vote reflète le clivage éducatif naissant dans la société française (analyse auparavant menée par des chercheurs comme Thomas Piketty et Emmanuel Todd), les plus diplômés étant les plus favorables au traité et inversement. En 2005, l’auteur remarque que la défiance s’accentua avec le non au Traité Constitutionnel pour l’Europe, marqué en particulier par un scepticisme grandissant chez les jeunes. Là encore la métaphore de la tragédie prend corps : les créateurs de l’euro se moquent des multiples avertissements pourtant émis avec clarté.

Mody démonte également les avantages supposés de l’euro. L’augmentation du commerce au sein de la zone grâce à la réduction de l’incertitude sur les taux de change et la baisse des coûts de transaction ? Rigoureux, l’auteur montre qu’en réalité, la part des exportations de l’Italie, de l’Allemagne ou encore de la France vers la zone euro a diminué. Avec la compression de la demande intérieure, l’Allemagne – ayant paradoxalement soutenu ces politiques de rigueur – a cherché à exporter en-dehors de la zone euro, et bientôt la République tchèque, la Hongrie et la Pologne pourraient bien acheter plus de produits allemands que la France et l’Italie réunies 10 .

Plus irréel encore fut le soutien du FMI envers l’euro, utilisant le même argumentaire, quand des recherches économiques – notamment de Barry Eichengreen – avaient montré que le type de régime de change ne modifiait pas le volume de commerce international. Dans un déni du réel stupéfiant, Mody montre que certains chercheurs, s’ils reconnaissaient cette donnée en premier lieu, utilisaient l’argument de « l’exceptionnalisme européen » – curieux terme aux allures d’ethnocentrisme – pour appuyer le projet.

Inéluctablement, comme dans toute tragédie, le réel allait rattraper la zone euro. Peut-être encouragée par l’aveuglement des protagonistes de l’euro – objet de la seconde partie – la nemesis s’abat en effet et traduit l’état quasi-constant de crise de cette zone. Durant la seule période d’accalmie, entre 2004 et 2007, l’auteur explique dans un chapitre entier qu’il s’agit en fait d’une phase « d’exubérance irrationnelle », les régulateurs européens laissant les banques prendre de plus en plus de risques.

Les critiques que Mody émet à l’égard de la zone euro risquent cependant de dérouter le lecteur habitué à la littérature eurosceptique française. Alors que la critique hétérodoxe s’attarde sur les ravages du libre-échange, institutionnalisé par les directives européennes, accru par la suppression des taux de change consécutive au passage à l’euro, la critique orthodoxe reproche à la zone euro d’avoir laissé filer l’inflation dans les pays du Sud via des taux d’intérêt trop bas.

L’analyse de Mody, s’appuyant sur des travaux d’Alan Walters, tente d’établir que la structure de l’euro a facilité cette situation : dans le cadre d’une politique monétaire unifiée, les taux d’intérêt nominaux payés dans les pays membres convergent. Seulement, avec les différentiels d’inflation, les taux d’intérêt réels, qui déterminent les décisions économiques, divergent quant à eux. Dans la plupart des pays de la périphérie, où l’inflation était forte, les taux d’intérêt s’avérèrent trop bas et encouragèrent le boom du crédit – dans un contexte de grande inégalité de répartition des revenus et de pauvreté persistante, pourrait-on ajouter -, précipitant la crise financière. Jusqu’en 2008, pour ces pays de la périphérie, l’inflation érodait la valeur de la dette plus rapidement que les paiements d’intérêts n’augmentaient. Pour les prêteurs allemands et français, l’augmentation des prix et des salaires dans la périphérie garantissait que les emprunteurs de cette région disposeraient d’une abondance d’euros pour rembourser leurs dettes. Les capitaux étrangers affluèrent alors vers les pays ayant des taux d’inflation élevés, cet afflux accroissant encore les taux d’inflation, ce qui, à son tour, provoquait un afflux de capitaux plus important dans un processus d’auto-renforcement. Au même moment, l’inflation allemande et même française restait relativement faible, parce que leurs banques poussaient les fonds vers la périphérie et en raison de l’effet de la politique budgétaire et salariale restrictive allemande initiée par Gerhard Schröder.

Pour freiner la frénésie du crédit de la périphérie, la BCE aurait dû relever les taux d’intérêt à un point tel que les Allemands et les Français s’y seraient opposés – par crainte d’une récession chez eux : la politique monétaire de la zone euro, mal adaptée à tous les pays membres, révélait ses défaillances funestes. La divergence de l’inflation persista en raison de la faible mobilité de la main-d’œuvre, des transferts fiscaux étant pratiquement inexistants et, surtout, les responsables politiques de la zone euro semblant ignorer le cycle en cours d’expansion du crédit et d’inflation. Pour aggraver le tout, les emprunteurs surendettés étaient de moins en moins capables de rembourser leurs dettes. La hausse de l’inflation avait entraîné une augmentation des coûts de production et des signes de baisse de la compétitivité internationale – accru par l’impossibilité pour les pays de la périphérie de dévaluer – étaient déjà évidents.

Les exportateurs des pays de la périphérie étaient écartés de leurs marchés étrangers par des concurrents de Chine et d’Europe de l’Est. Les taux de croissance des exportations des pays de la périphérie diminuaient. Leurs importations augmentaient rapidement et, par conséquent, leurs déficits des comptes courants ne cessaient de se creuser, entraînant mécaniquement selon Alan Walters un déficit public pour empêcher des faillites massives. La baisse de la compétitivité internationale due à la persistance d’une forte inflation finissait par réduire les bénéfices des entreprises nationales et augmenter leur risque de défaillance. Le risque était particulièrement aigu parce que la croissance de la productivité en était venue à une quasi-stagnation dans les économies périphériques de la zone euro. En particulier dans le boom entre 2003 et 2008, alors que le capital avait afflué vers la périphérie, la croissance de la productivité dans ces pays était proche de zéro. En fait, pendant de courtes périodes, la productivité avait même diminué.

Les pays de la périphérie voyaient les booms du crédit s’étendre plus facilement car les taux d’intérêt nominaux – similaires pour tous les membres de la zone – étaient trop bas pour ces pays. La politique one size fits none inhérente à l’euro créa donc la dette des pays du Sud et facilita, à cause de la perception illusoire que l’euro avait éliminé tout risque, le développement de bulles financières dans la périphérie, surtout en Espagne et en Irlande.

La pensée de groupe au cœur du drame

Au-delà de l’aspect purement économique, l’apport de l’ouvrage d’Ashoka Mody se manifeste dans l’analyse psychologique des protagonistes de l’euro. Régulièrement, il fait référence à l’expression de groupthink , terme inventé par le chercheur Irving Janis décrivant « l’engagement sans réserve d’un groupe envers une idéologie ou une ligne de conduite. » En français, on parlerait de « pensée de groupe » ou « bulle cognitive », caractérisée ainsi par un refus de se confronter aux opinions contraires et un déni potentiel du réel quand celui-ci détrompe l’idéologie.

Pour l’auteur, Helmut Kohl – encore lui – serait à l’origine de ce phénomène, en développant un récit classique assimilant l’euro à la paix, comme si le partage d’une monnaie pouvait empêcher une guerre civile, pointe avec une touche d’humour Ashoka Mody. Mais un homme ne peut pas suffire à convertir une élite à ce récit.

De fait, la structure des institutions européennes facilite le phénomène de pensée de groupe. L’auteur insiste sur l’hyper-indépendance de la banque centrale et montre comment celle-ci résulte à la fois de l’impossibilité de combiner les différents intérêts nationaux et de la méfiance des Allemands vis-à-vis d’une potentielle influence française sur la politique monétaire. On voit ici le paradoxe mortifère de la construction européenne : dans un but proclamé ad nauseam d’unité et d’uniformisation, elle se se réalise et prend une forme antidémocratique à cause des intérêts divergents et de la méfiance entre les États-membres. L’objectif premier de l’indépendance des institutions européennes, dans le cas banque centrale, demeure, écrit Mody, « de s’assurer qu’un État membre ne puisse pas [la] contrôler ».

En l’absence de responsabilité démocratique devant un Parlement européen par ailleurs peu mentionné par Mody – preuve de son rôle moindre – le directoire de la BCE s’est enfermé dans une idéologie de la stabilité 11 avec de lourdes conséquences, comme un retard dans la baisse de ses taux au moment de la crise des subprimes, faisant de la zone euro une zone quasi-déflationniste – Mody parle de lowflation , une inflation basse.

Au-delà de la BCE, les autres protagonistes affichent un déni saisissant. Toujours au moment de la crise financière de 2008, on retrouve ainsi en janvier Jean-Claude Juncker, alors à la tête du groupe des ministres des Finances européens – Ecofin –  déclarer : « Nous devons être inquiets, mais beaucoup moins que les Américains, sur lesquels les déficiences contre lesquelles nous avons mis en garde à plusieurs reprises se vengent amèrement ». Les Américains allaient pourtant bien mieux s’en sortir que l’Europe en refusant l’austérité et grâce à une Fed au double objectif de plein emploi et de stabilité des prix. À l’inverse, la BCE s’était fixée – et se fixe toujours – comme objectif seul la stabilité des prix, dans la logique de l’idéologie ordolibérale. Pour l’auteur, c’est ainsi elle qui « infligea une blessure grave » à la zone euro en rehaussant les taux d’intérêt directeurs le 7 juillet 2011 et annonçant de futures nouvelles hausses, aggravant la crise financière. À ce déni s’ajoute un dédain ironique de ces protagonistes : par exemple, Mody nous raconte qu’en pleine violation des traités, le président de la BCE Jean-Claude Trichet envoie des lettres aux chefs de gouvernement espagnol et italien – élus – exigeant des réductions des déficits publics de leur pays, en d’autres termes outrepassant le mandat de la BCE qui est celui de la politique monétaire.

On pourra bien sûr regretter que l’auteur privilégie parfois l’idée de déni ou d’incompétence des gouverneurs de la BCE au lieu de montrer des intérêts particuliers défendus par ceux-ci, dont témoigne la dépendance grandissante des banques centrales vis-à-vis des marchés financiers 12 . Pour autant, Mody a le mérite de dresser ce constat pour les intérêts nationaux particuliers, l’Allemagne en tête. Cette Allemagne, qui avait exigé l’indépendance de la BCE, n’a pourtant pas hésité à exhorter cette dernière à baisser ses taux d’intérêts directeurs durant la chancellerie de Gerhard Schröder.

L’auteur conclut ainsi avec l’ironie suivante : « L’indépendance de la BCE était destinée à préserver ses décisions techniques de toute influence politique et à leur conférer une crédibilité à toute épreuve. Au lieu de cela, la prétendue indépendance de la BCE a caché des intérêts nationaux non réglementés, ce qui a maintenu les actions de la BCE en dehors des besoins économiques de la zone euro et a sapé sa crédibilité ». Ces lignes soulignent le paradoxe de la construction européenne : devant servir les Européens, celle-ci semble en fait avoir caché les intérêts propres à l’Allemagne, quitte à produire des effets néfastes sur ses « partenaires », tout en lançant d’incessants appels à l’unité du Vieux continent.

Une tragédie toujours inachevée

La plus grande frustration à l’issue de la lecture de cet ouvrage tient dans la résistance de l’euro qui, curieusement inébranlable, survit. Dans la tragédie grecque, l’ hamartia du personnage ne cause-t-elle pas sa chute ? La catharsis ne doit-elle pas prendre toute sa force à l’issue de la tragédie et agir comme une leçon pour le futur ? Avec l’euro, c’est une forme d’irrationalité permanente qui s’abat sur l’Europe.

L’auteur a certes le mérite de fournir une explication psychologique, se basant sur les travaux de Thomas Schelling et écrit dans l’introduction : « Il est dans la nature des êtres humains d’oublier que nous oublions sans cesse. Dans la zone euro, des efforts répétés, libérés du poids de la mémoire des échecs passés, reviennent tourner autour des mêmes thèmes ; à chaque fois, avec les mêmes mots et les mêmes arguments, l’espoir est que le dernier effort sera enfin récompensé. Mais au lieu d’une progression, l’involution se poursuit ». Alors que dès l’origine de la construction européenne Mody montre qu’aucun pays ne comptait s’engager dans une « fédération » européenne, cette idée-là a survécu chez certains dirigeants européens niant le réel. De la même manière, Mody déconstruit la théorie de Jean Monnet de la « fuite en avant » du projet européen : avec l’exemple du New Deal aux États-Unis, il montre que celui-ci représenta une réelle fuite en avant pour le pays, l’augmentation majeure du budget fédéral s’avérant décisive pour permettre la reprise économique. À l’inverse, le maigre et insuffisant budget communautaire de la zone euro aggrave les différences entre les pays membres – et n’a jamais connu de hausse substantielle lors des différentes crises.

On observe aussi que les héros de la tragédie – qui, selon Aristote, « sans être éminemment vertueux et juste, [tombent] dans le malheur non à raison de [leur] méchanceté et de [leur] perversité mais à la suite de l’une ou l’autre erreur [qu’ils ont] commise » 13 – de l’euro ont peu de repentance. Qui imagine Jean-Claude Juncker se crever les yeux, tel un Œdipe se lamentant lorsqu’il découvre la vérité ? Cette ignorance de la fatalité met un terme à la métaphore filée de la tragédie, même si les non-héros – à prendre ici dans le sens donné par Aristote – de l’euro, c’est-à-dire les peuples partageant la monnaie unique, ne l’ignorent pas et se révoltent spontanément 14 .

On regrettera par ailleurs que la lucidité remarquable de l’auteur dans son récit de l’euro disparaît lorsqu’il évoque ses deux scénarios pour le futur de l’Europe. Dans la première hypothèse, la zone euro continue de fonctionner sans ajustements, business as usual . Mody se montre défavorable à une sortie de l’Italie de l’euro, car, du fait de la reconversion de la dette en lire, celle-ci exploserait au point de devenir insoutenable. Ce raccourci simpliste, qui apparaît de façon surprenante après plus de 400 pages d’érudition, a notamment été démenti par Jacques Sapir 15 . Mody convient tout de même qu’une sortie de l’Allemagne serait fort bénéfique, contribuant à apprécier le mark et à baisser le monstrueux excédent commercial de la première puissance européenne.

Dans la seconde hypothèse, une contradiction majeure émerge : en plein élan de politique-fiction, Mody nous offre un discours fantaisiste tenu par Angela Merkel, peu connue au cours de ses quinze années de chancellerie pour son hétérodoxie : celle-ci proposerait d’annuler une partie de la dette grecque, d’émettre une dette à cinq ans pour faire connaître clairement les risques aux créanciers privés, et d’abandonner les règles budgétaires restrictives de Maastricht. Le lecteur attentif s’avérera surpris de ne pas voir apparaître le démantèlement de la zone euro dans ses propositions. Mais ce n’est pas tout : le discours de Merkel se poursuit ensuite longuement par l’ambition affichée de construire une « République des Lettres » basée sur la coopération des Européens dans le domaine de l’éducation. Enfin, la sympathique chancelière achève son discours par l’insistance sur les valeurs européennes que sont « la démocratie, la protection sociale, la liberté de voyager et la diversité culturelle » ; « Dans cette Europe, tous les Européens se retrouvent dans des espaces communs pour réaffirmer leurs valeurs universelles ».

En réalité, cette fantaisie s’apparente à une chimère digne des discours réformistes pro-européens, alors que Mody rappelle quelques lignes plus tôt que « plus d’Europe » ne sera pas la solution. Si, par un bref retour à la lucidité, il écarte l’idée d’une union politique et budgétaire, ce discours imaginé de Merkel ne tient pas debout. Mody lui-même explique plus tôt dans l’ouvrage que la protection sociale et la démocratie ont justement été mises à rude épreuve par les institutions européennes. Ensuite, restituer la prérogative budgétaire aux États sans leur rendre l’outil monétaire équivaut à une nouvelle forme de compromis incomplet et néfaste, à l’image de l’euro conçu sans union budgétaire et politique. C’est aussi négliger le point pourtant fondamental qu’une politique budgétaire doit se concevoir avec l’outil monétaire pour assurer son efficacité 16 . Pourtant, Mody montre excellemment au fil du livre l’absurdité du slogan « unis dans la diversité », slogan fort sympathique pour des intellectuels qui articulent des concepts mais aux conséquences concrètes nocives. De même qu’il affirme que les « États-nations réclament davantage de souveraineté » 17 , qu’il montre que l’euro ne sera jamais une zone monétaire optimale 18 , Mody refuse d’exiger la restitution du droit de battre monnaie aux nations, droit pourtant fondamental dans l’affirmation de la souveraineté d’un État. N’est-ce pas une curieuse illustration d’aveuglement dans le raisonnement, s’assimilant à l’hubris des dirigeants européens paradoxalement démontré dans ce même livre ?

S’il reconnaît que le niveau des universités européennes baisse par rapport à celles d’Asie et d’Amérique, ses invitations à une coopération européenne dans l’éducation ignorent les politiques déjà entreprises par l’Union européenne dans ce cadre-là, notamment par le processus de Bologne dénoncé pour sa conception néolibérale de l’éducation et son principe de concurrence entre les universités 19 .

Au-delà de la question de l’éducation vue comme centrale par Mody – qui analyse notamment le ralentissement des gains de productivité comme conséquence de la stagnation des dépenses publiques en R&D depuis 1997 – l’allusion au Marché unique s’avère rare dans cet essai, alors qu’il ne peut être séparé de la question de l’euro. L’Acte unique de 1986, avec ses « quatre libertés », entérine la suppression des tarifs douaniers et la libre circulation des capitaux. Avec la monnaie unique quelques années plus tard, les États-membres perdent toute possibilité de protection de leur économie nationale dans un espace où la concurrence libre et non faussée s’applique brutalement. La suppression du filtre monétaire expose alors davantage la France.

D’où le recours à la flexibilisation du marché du travail – le mythe des réformes Hartz est cependant bien déconstruit par Mody 20 dans l’ouvrage – pour opérer une dévaluation interne en lieu et place d’une dévaluation monétaire : baisse des salaires et de la fiscalité des entreprises pour compresser les coûts de celles-ci et préserver leur compétitivité.

Enfin, l’erreur la plus saisissante du discours imaginaire de Merkel est l’affirmation de valeurs européennes universelles. Si Mody souligne très bien la diversité des profils et besoins économiques des membres de la zone euro, il révèle une ignorance surprenante quant à la diversité anthropologique du Vieux Continent. À cela s’ajoutent des dynamiques démographiques propres à chaque nation qui renvoient à des cultures différentes. Face à une Allemagne 21 attachée à la stabilité monétaire pour des raisons historiques évidentes, l’euro ne pouvait prendre qu’une forme ou une autre, et il est devenu le deutschemark déguisé au profit de l’Allemagne qui se débarrasse des désavantages du deutschemarks réel – il ne s’apprécie pas -, notamment grâce à la soumission de la classe dirigeante française aux principes ordolibéraux allemands 22 . Même si Mody tente une analyse psychologique des protagonistes de l’euro, on peut regretter son raisonnement économiciste écartant les variables anthropologiques.

Dans la même logique, l’auteur tend parfois au simplisme quant à sa classification des pays, entre les vertueux au nord de la zone et ceux du Sud, gangrenés par des institutions et un système éducatif défaillants. S’il montre bien que l’euro a aggravé cette divergence, la France basculant par ailleurs avec les pays du Sud, il semble particulièrement réducteur quant à l’Italie, attribuant la corruption généralisée dans le pays à ses dirigeants politiques et sa culture, alors qu’elle résulte en fait d’une absence d’alternance avec le Parti Communiste Italien lors de l’après-guerre, absence en partie permise par les États-Unis et les autres pays européens. Malgré ses contradictions finales qui apparaissent comme un comble après avoir démontré avec talent l’irrationalité de l’euro, EuroTragedy demeure un ouvrage de référence et relativement accessible pour découvrir l’euro, son histoire notamment, sa conception et ses sérieuses limites. Le profil de l’auteur, universitaire américain anciennement membres du FMI, permettra aussi de détromper certains europhiles faisant passer une sortie de l’euro comme une proposition d’extrême-gauche. Ashoka Modi, qui plus est, est loin d’être le seul économiste orthodoxe du monde anglo-saxon à afficher son scepticisme vis-à-vis de la monnaie unique 25 .

Ce récit ne prendra cependant toute sa saveur que lorsque cette tragédie s’achèvera.

Notes :

1 Joseph Stiglitz The Euro. How a Common Currency Threatens the Future of Europe et Marvyn King The End of Alchemy: Money, Banking and the Future of the Global Economy , tous deux publiés en 2016.

2 L’ouvrage, hélas, n’a pas été traduit en français pour le moment.

3 trágos (« bouc ») et ᾠδή, ôidế (« chant, poème chanté »). D’où le sens « chant du bouc », désignant le chant rituel qui accompagnait le sacrifice du bouc aux fêtes de Dionysos à l’époque archaïque.

4 Bien que ce compromis soit aussi étrange : comment Mitterrand pouvait penser contrer la puissance allemande par le partage d’une même monnaie ? On en revient ici au complexe d’infériorité historique de la classe politique française vis-à-vis de l’Allemagne, qui remonte à la guerre de 1870. Mody nous apprend d’ailleurs que le projet de l’euro naît dès la présidence de Georges Pompidou.

5 La réunification était déjà soutenue par les États-Unis et approuvée par l’URSS.

6 A propos du traité de Maastricht, le 20 septembre 1992 à la Sorbonne.

7 L’ordo-libéralisme est une doctrine économique dont le mot-clé de stabilité va se retrouver dans la conception de l’euro : équilibre des comptes, stabilité des prix. Pour assurer cette stabilité, l’État doit se cantonner à un rôle d’organisateur des règles du marché, passant par une banque centrale indépendante du pouvoir politique. Ces principes vont guider la construction européenne, quitte à rendre invisible l’ajout des principes égalitaires et dirigistes français. Pour approfondir, voir : https://lvsl.fr/ordoliberalisme-comprendre-lideologie-allemande /

8 Cette position alla y compris à l’encontre de l’ambassadeur allemand à Rome qui voyait bien que l’Italie, empêtrée dans l’opération « Mains propres » au début des années 1990,était loin de mener les réformes structurelles de réduction des dépenses publiques exigée par le traité de Maastricht. L’Italie avait alors une dette publique équivalant à 120% de son PIB quand la limite fixée par le traité était de 60%.

9 https://www.la-croix.com/Archives/2000-01-25/L-Allemagne-decouvre-avec-stupeur-le-systeme-Kohl-_NP_-2000-01-25-100333

10 La Pologne vient d’ailleurs de dépasser la France dans son commerce avec l’Allemagne : https://visegradpost.com/fr/2021/02/17/la-pologne-depasse-la-france-dans-le-commerce-avec-lallemagne/

11 Idéologie qui rejoint les principes ordo-libéraux de stabilité des prix et d’équilibre des comptes.

12 Cette tribune de Michael Vincent le montre bien : https://0vinz.files.wordpress.com/2020/07/europe-_bce_mv.pdf

13 Poétique

14 Jacques Ellul disait ainsi : « Lorsqu’il y a le risque d’une fatalité, à ce moment-là l’homme doit se révolter et refuser que ce soit un destin. Dans toutes les tragédies grecques, c’est en présence de la fatalité que l’homme dit qu’il veut que l’humanité existe ». ( https://www.youtube.com/watch?v=01H5-s0bS-I ) Dans le cadre de l’euro, la seule affirmation d’humanité provient des peuples des différents États-membres.

15 https://www.les-crises.fr/leuro-contre-leurope-par-jacques-sapir/ , voir la partie « Une sortie de la zone Euro entraînera-t-elle une catastrophe ? »

16 Comme le faisait remarquer Jacques Sapir dans cette émission à propos du dernier plan de relance français, l’euro surévalué pour la France constitue un frein majeur à la volonté du gouvernement d’accroître la compétitivité des entreprises du pays, même en débloquant des aides budgétaires : https://www.youtube.com/watch?v=knb5p7QRCFw

17 Formulation par ailleurs maladroite, la souveraineté étant une notion indivisible.

18 Due à l’immobilité indépassable du facteur travail considérée dans son modèle (s’inspirant de celui de Robert Mundell) comme critère indispensable d’une zone monétaire optimale.

19 Voir par exemple cette tribune à l’occasion des dix ans du processus : https://www.lemonde.fr/idees/article/2009/04/10/le-processus-de-bologne-attise-la-fronde-universitaire-par-brigitte-perucca_1179139_3232.html . Par ailleurs, l’idée d’une éducation européenne n’est pas neuve et avait été cruellement critiquée ainsi par Romain Gary dans Education européenne : « en Europe on a les plus vieilles cathédrales, les plus vieilles et les plus célèbres Universités, les plus grandes librairies et c’est là qu’on reçoit la meilleure éducation – de tous les coins du monde, il paraît, on vient en Europe pour s’instruire. Mais à la fin, tout ce que cette fameuse éducation européenne vous apprend, c’est comment trouver le courage et de bonnes raisons, bien valables, bien propres, pour tuer un homme qui ne vous a rien fait, et qui est assis là, sur la glace, avec ses patins, en baissant la tête, et en attendant que ça vienne ».

20 Page 367 : ces réformes de « flexibilisation » du marché du travail, ralentissant les hausses de salaires, ont été associées à la reprise économique de l’Allemagne alors que Mody montre que la reprise a en réalité été permise par la délocalisation de certaines activités industrielles dans les économies européennes à bas salaire et des avantages structurels dans la formation professionnelle des ouvriers, n’empêchant pas la précarisation des employés dans le tertiaire subissant les effets des réformes Hartz et dont les gains de productivité furent plus faibles. Ces réformes inspirèrent le Jobs Act en Italie en 2015, accroissant le nombre de travailleurs contrats temporaires.

21 Voir par exemple L’invention de l’Europe d’Emmanuel Todd.

22 C’est bien la commission dirigée par le français Jacques Delors qui recommanda l’application de ces principes.

23 Menace pour l’instant écartée : https://lvsl.fr/congres-de-la-cdu-allemande-beaucoup-de-bruit-pour-rien/

24 Helmut Kohl pour l’Italie, Valéry Giscard d’Estaing pour la Grèce.

25 Dès 1992 d’ailleurs, la plupart des économistes américains de l’ establishment étaient sceptiques à propos de l’euro : https://ec.europa.eu/economy_finance/publications/pages/publication16345_en.pdf

  • Le chevron_right

    POLANYI, LA « GRANDE TRANSFORMATION » : DE L’ÉCONOMIE À LA SOCIÉTÉ (NÉO)LIBÉRALE

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Sunday, 11 July, 2021 - 17:51 · 21 minutes

Historien et anthropologue de l’économie, Karl Polanyi publiait en 1944 sa grande œuvre La Grande Transformation . Aux origines politiques et économiques de notre temps . Il s’agit pour lui de comprendre comment l’économie de marché a cherché à s’étendre à toute la société, à partir de la Révolution industrielle jusqu’à l’avènement politique et économique du fascisme. Polanyi pourfend le mythe d’un marché spontané et auto-régulé, démontrant que le capitalisme est le fruit d’une construction politique, qui a nécessité des siècles de législation et d’institutionnalisation. Refusant la dichotomie entre libre marché et interventionnisme étatique, le second étant la condition du premier, il offre de précieuses clefs de lecture pour comprendre le néolibéralisme. Le Vent Se Lève revient sur le regard de ce penseur critique de l’économie libérale et de ses prétentions hégémoniques.

Polanyi publie La Grande Transformation alors que les feux de la Seconde Guerre mondiale n’ont pas encore cessé. Face à la violence des conflits guerriers et politiques, il ressent l’impératif de chercher l’origine de cette instabilité pour éviter la reproduction d’une telle situation. Il voit dans la naissance et le développement du libéralisme économique l’origine de la crise mondialisée des années 30, une « grande transformation » qui, en radicalisant ses principes, a conduit au fascisme.

Le système politico-économique dont il prétend définir l’organisation est construit autour de quatre composantes. Au premier chef figure le marché autorégulateur, puis l’équilibre international des grandes puissances, l’étalon-or de la monnaie et l’État libéral. Ces quatre facteurs apparaissent comme de véritables institutions étroitement liées, qui ont servi de piliers à ce qu’il appelle la civilisation du XIX ème siècle.

Aujourd’hui encore, nous pouvons mesurer le poids de cette tradition dans le champ politique, à la manière dont certains libéraux s’insurgent contre la moindre remise en cause du dogme de la non-intervention de l’État dans l’économie, contre les manipulations de la masse monétaire, en somme contre les atteintes à l’autorégulation des marchés.

Le système économique du libéralisme a tenu pendant un siècle autour de quatre facteurs étroitement imbriqués : dès que l’étalon-or a été abandonné, l’édifice entier du libre-marché s’est effondré, entraînant le monde entier dans la crise.

Face à l’échec de la promesse du libéralisme de maintenir la stabilité politique et économique à l’échelle nationale et mondiale en 1929 comme plus récemment en 2008, il est crucial de voir comment s’est développée l’hégémonie de ce système au détriment des économies précédentes, et comment sa faillibilité « congénitale » aurait mené à la naissance d’autres économies politiques alternatives excluantes : le socialisme et le fascisme. Tout l’enjeu des travaux de Polanyi est de montrer que, dès le début de sa mise en place, la généralisation du marché autorégulateur prônée par les économistes classiques depuis Adam Smith était « purement utopique », et que cette folie ne pouvait que détruire l’homme et la nature.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:AdamSmith1790b.jpg Adam Smith, auteur de la Richesse des Nations , gravure de John Kay (1790) ©Photographie conservée dans la Library of Congress

Refuser la naturalisation du libéralisme économique

Depuis les idées du philosophe écossais Adam Smith – qui est par ailleurs en voie de réhabilitation du fait de son soutien aux coalitions ouvrières de son siècle, mais reste le père fondateur du libéralisme économique – l’économie se réduit à l’échange entre individus dans un espace donné, dont le marché est la forme essentielle. Selon ses mots, l’homme a naturellement une « propension à échanger bien contre bien, bien contre service, chose contre autre chose » [1] , ce qui justifie la généralisation de l’économie de marché à la société toute entière. L’auteur de la Richesse des nations fait ainsi de la recherche du profit individuel, qui caractérise le modèle du marchand, une fatalité anthropologique. En systématisant cette propension à l’échange, Smith explique alors la spontanéité de l’apparition des marchés de manière simplifiée, sans se préoccuper de la réalité historique. Les premiers hommes auraient ainsi fatalement eu recours au modèle du troc pour échanger leurs ressources en surplus.

Néanmoins, ces hypothèses sur la nature mercantile de l’homme sont réfutées par Polanyi à l’aide des apports de chercheurs en anthropologie sociale et en histoire des premières civilisations. L’un d’eux, Bronislaw Malinowski, chercheur polonais considéré comme l’un des pères de l’ethnologie, s’appuie sur des études ethnographiques pour insister sur la nécessité de « discréditer une fois pour toutes [la notion] de l’Homme économique primitif que l’on rencontre dans quelques manuels d’économie politique » [2] . L’exemple de l’observation des indiens trobriandais oblige en effet à refuser de réduire l’économie à la seule institution marchande et au seul motif du profit.

Le marché et la dynamique du profit n’ont toujours rempli qu’un rôle restreint dans la vie économique des hommes, avant que les théoriciens modernes ne forgent artificiellement le mythe fondateur du libéralisme.

Suivant les études de terrain de Malinowski réalisées dans l’archipel des îles Trobriand de Mélanésie, Polanyi définit trois autres types d’économies, outre l’économie de marché. L’économie de « réciprocité » fonctionne sur le principe selon lequel ce qui est donné aujourd’hui sera compensé par ce qui sera donné demain. Elle se fonde sur le principe de symétrie, qui permet l’action du don et du contre-don. Par exemple dans la récolte des ressources aux îles Trobriand, à chaque village côtier de pêcheurs de poissons correspond un village de cueilleur de fruits de l’arbre à pains à l’intérieur des terres.

Quant à l’économie de « redistribution » ( redistributive economy ), elle se retrouve plutôt dans les structures politiques qui comportent un chef, et se fonde sur le principe de centralité ( centricity ). Chez les Trobriand, les chefs locaux remettent au chef de l’île le produit de la chasse ou de la cueillette de leur village, emmagasiné près de sa demeure à la vue de tous. Au-delà de la distribution équitable que cela permet, ce stockage commun fournit les ressources nécessaires à l’organisation de festivités, du commerce avec l’étranger, et de constitution de réserves de guerre.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Wmalinowski_trobriand_isles_1918.jpg Bronislaw Malinowski avec des habitants des îles Trobriand, octobre 1918 ©Collections de la London School of Economics Library

Le troisième type d’économie se retrouve plus près de l’Occident. Il s’agit de « l’administration domestique » ( householding ) dont l’exemple type est le domaine grec ( oikos ), ou bien le manoir seigneurial de la société féodale. Son modèle est le « groupe clos ». Elle se fonde sur un principe autarcique, le but étant de subvenir aux besoins de sa famille ou de ses sujets par la production agricole du territoire. Ainsi, l’examen anthropologique permet de distinguer trois formes d’économies qui ne sont pas réductibles au troc : la tendance à la recherche du profit serait une invention sociale bien plus récente que ce qu’affirmaient les économistes classiques.

En plus de réfuter cette prétendue véritable nature de l’ homo œconomicus – faire le moindre effort et réaliser le plus de profit –, Polanyi s’attaque au préjugé selon lequel il aurait existé naturellement un marché unifié, libre et concurrentiel. L’analyse historique des lois et des normes qui restreignent les marchés permet en effet de souligner qu’ils sont systématiquement régulés, n’en déplaise à Adam Smith. Un marché est, en effet, toujours strictement localisé, « contenu » ( contained ) dans la société au sens propre comme au sens figuré, c’est-à-dire à l’intérieur de la société et sous la juridiction de sa coutume, enveloppé par elle et empêché de se développer. Par exemple, dans les centres urbains médiévaux, le marché des productions agricoles locales réglementait « la publicité obligatoire des transactions et l’exclusion des intermédiaires, méthodes propres à contrôler le commerce », tandis que le commerce au long cours de produits non périssables était interdit d’accès au marché local. En ce qui concerne les produits manufacturés, ils étaient gérés par les corporations de métiers, et sur le marché local, « la production était réglée en fonction des besoins des producteurs : elle était limitée à un niveau rémunérateur. » Tout marché était réduit à un niveau non concurrentiel par les règles des habitants des bourgs.

Le marché national ne naît que par une décision arbitraire aux XV-XVI ème siècles, lorsque « l’action délibérée de l’État impose le système mercantile contre le protectionnisme acharné des villes et des principautés ». Dès lors que l’État-nation force son territoire à embrasser la doctrine du mercantilisme, ce qui signifie pour ce premier le développement d’une centralisation bénéfique. C’est un véritable « deus ex machina » économique qui a lieu dans des territoires où jusque-là seules les cités décidaient des règles du marché. Cependant, l’union des marchés locaux qui prit en France la forme de la généralisation des corporations de métiers sur tout le territoire du pays n’alla pas sans poursuivre la politique des villes médiévales, qui avaient l’intuition qu’il fallait empêcher les monopoles et réglementer la concurrence. Quelle que fût la forme d’économie choisie par les sociétés – redistribution, réciprocité, administrative, mercantile –, l’économie restait toujours « encastrée » ( embedded ) dans la société. L’utopie de la tendance spontanée à échanger est donc dénoncée par Polanyi comme une « interprétation erronée du passé ». Au contraire, le marché est toujours imposé par l’État.

DÉSENCASTREMENT DE L’ÉCONOMIE ET MARCHANDISATION DE LA SOCIÉTÉ

Un problème plus profond réside dans la dimension quasi-performative du mythe ainsi créé, qui s’est imposé comme une réalité alternative « annonciatrice de l’avenir ». L’absence de reconnaissance de « l’encastrement » de toute économie dans une société présente un risque : que, dans une logique de profit, toute chose se voit assigner un prix. La réduction de l’économie au marché entraîne alors une marchandisation généralisée qui va bien au-delà de la seule dérégulation. En plus d’abroger les lois qui porteraient atteinte à la libre-concurrence, le libéralisme cherche à altérer la coutume qui interdit formellement de mettre en circulation certains biens et services.

D’où la création de « marchandises fictives » ( fictitious commodities ) : tout se passe comme si l’on décidait un beau jour que l’activité humaine, la terre et la monnaie étaient échangeables et que l’on pouvait en tirer profit, alors que le travail et la nature ne sont pas des productions, et que l’argent n’est pas supposé faire l’objet de commerce [3] . En introduisant le salaire, la rente ou le loyer et les taux d’intérêts, l’économie de marché peut désormais comprendre toute chose : on assiste à une véritable marchandisation du monde. C’est en ce sens que Polanyi parle de « désencastrement » ( disembedding ), soulignant la révolution qui a lieu avec l’autonomisation de la sphère économique par rapport à la société.

Sacraliser le marché change le rapport de l’homme à son environnement social et écologique : la dérégulation générale mène à une mise en commerce totale du monde, jusqu’à reléguer le tissu social au statut d’antiquité.

Comment une telle révolution a donc pu avoir lieu, et être acceptée par la société de l’époque ? C’est ici qu’intervient la révolution industrielle, qui a pris le pas sur les habitudes économiques de l’Angleterre du XVIII ème siècle : face à elle et aux mutations sociales qu’elle entraîne, Adam Smith et les économistes classiques sont victimes d’un biais historique et idéologique. Il ne leur était en fait pas difficile de développer leur théorie libérale du marché autorégulateur, en se concentrant sur la tendance à l’échange faussement naturelle développée par la société marchande dans laquelle ils baignaient.

C’est d’ailleurs le développement de la révolution industrielle qui a nécessité la création de marchandises fictives : le fondement théorique n’est venu que dans un second temps. Auparavant, les ouvriers tisserands travaillaient à domicile ( putting-out ) à partir des ressources fournies par le drapier et de machines simples qu’ils louaient ou possédaient, et étaient payés à la pièce. Mais l’invention de machines complexes très coûteuses, nécessitant de lourds investissements, implique que les ouvriers travaillent sans s’arrêter dans un lieu rassemblant ces machines pour que l’affaire soit rentable – ainsi naquit l’usine. De là, la nécessaire généralisation du salaire, des taux d’intérêts et des loyers : si l’on ne pouvait réellement transformer la terre, la monnaie et l’humain en marchandises, « la fiction qui voulait qu’il en fût ainsi devint le principe organisateur de la société. » En plus d’être une utopie, la tendance anthropologique à l’échange que prônent les économistes libéraux est donc un mythe auquel certains ont pu trouver une utilité toute particulière : légitimer et naturaliser l’évolution arbitraire vers le libre-marché, afin de permettre aux propriétaires des moyens de production de réaliser des profits.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Polányi_Károly.jpg Karl Polanyi en 1918 ©Photographie conservée au Karl Polanyi Institute of Political Economy

LA PROMESSE FASCISTE : MENER À SON TERME L’ÉCONOMIE LIBÉRALE MAINTENUE DANS L’IMPASSE

En revanche, du point de vue de l’ouvrier plutôt que du marchand, la question de l’acceptabilité du désencastrement est toute autre, leurs intérêts étant contradictoires. Le désencastrement de l’économie se traduit en effet concrètement par un abandon des pratiques sociales traditionnelles, et peut être vécu comme un écartèlement des relations sociales. Dès lors, il semble impossible que l’ouvrier accepte d’être instrumentalisé voire survive à cette marchandisation, du fait de « l’entité physique, psychologique et morale ‘homme’ qui s’attache à cette force [de travail]. Dépouillés de la couverture protectrice des institutions culturelles, les êtres humains périraient, ainsi exposés à la société ». D’autre part, « la nature serait réduite à ses éléments, l’environnement naturel et les paysages souillés, (…) le pouvoir de produire de la nourriture et des matières premières détruit. » [4] Misère sociale et environnementale se mêlent rarement ainsi sans l’ombre d’une révolution.

Partant de ce constat essentiel, Polanyi introduit le terme de « contre-mouvement » pour désigner l’autoprotection de la société essayant de « réencastrer » le marché dans le social pour lutter contre les effets destructeurs inhérents au capitalisme libéral. En Angleterre, c’est ce countermovement parfois inconscient qui a freiné le développement de la Révolution industrielle. L’un des meilleurs exemples est la loi de Speenhamland de 1795, abrogée par le nouveau gouvernement bourgeois quarante ans plus tard qui, en garantissant le versement d’un revenu minimal aux pauvres, empêchait ainsi la création d’un véritable marché du travail. D’autres politiques, dénoncées par les tenants du libéralisme comme relevant d’un interventionnisme ou d’une ingérence de l’État dans l’économie, peuvent également être mises sur le compte de cette autoprotection. Cette dénonciation est d’ailleurs absurde, puisque le libéralisme est également un interventionnisme, l’État devant régulièrement maintenir la concurrence pure et parfaite, par exemple au moyen de lois anti-trusts.

[Lire sur LVSL la réactualisation de l’analyse du concept de marchandisation et de contre-mouvement dans un article de la philosophe Chantal Mouffe.]

C’est donc un « double mouvement » qui a lieu tout au long du XIX ème siècle, notamment grâce à la généralisation du suffrage universel. On assiste à un affrontement politique perpétuel entre, d’une part, la classe commerçante du « mouvement » défendant le libéralisme économique, et d’autre part, la classe ouvrière du « contre-mouvement » prônant la protection sociale. Il s’agit d’un affrontement de deux classes aux intérêts opposés, que le jeu électoral est incapable de dépasser. Ce qu’un gouvernement libéral fait, un gouvernement socialiste peut le défaire dès son arrivée au pouvoir : l’alternance gouvernementale finit par se muer en immobilisme.

Toute dialectique entre libéraux et socialistes devenue impossible, écrit Polanyi. « On usait et abusait de deux fonctions vitales de la société, la politique et l’économique, en tant qu’armes dans une lutte sectorielle. C’est de cette impasse qu’a surgi au XX ème siècle la crise fasciste. »

C’est à la faveur du double mouvement de libéralisation et de protection, radicalisé par le contexte de la crise politico-économique des années 30 (chômage, tension des classes, pression sur les échanges, rivalités impérialistes) que deux solutions antinomiques apparaissent. Pourtant, elles visent toutes deux à réencastrer l’économie dans la société. Tandis que le fascisme tend à imposer par la force la réalisation effective de l’économie de marché, le socialisme souhaite non seulement réfréner le marché autorégulateur par la protection sociale, mais aspire aussi à développer une économie entièrement planifiée, allant parfois jusqu’à employer la même violence. Suivant les mots de Polanyi, « il y avait une ressemblance [dans les années 30] entre les régimes naissants, le fascisme et le socialisme […], mais elle tenait uniquement à leur commun abandon des principes du laissez-faire. » [5] La différence relève de la nature de cet abandon : pour l’URSS, il était total, et pour l’Allemagne nazie, il fallait interrompre le laissez-faire le temps de refonder l’organisation économique sur des bases assainies, pour parvenir à une réelle autorégulation du marché.

INSTITUER SOCIALEMENT LE MARCHÉ : RÉÉDUCATION FASCISTE, ADAPTATION NÉOLIBÉRALE

Avant d’aller plus loin, il semble important de préciser le sens que revêt le « fascisme » aux yeux de Polanyi. Selon ses propres termes, l’apparition du fascisme « n’aurait jamais dû être attribuée à des causes locales, à des mentalités nationales ou à des terrains historiques, comme les contemporains l’ont fait avec tant de constance ». Il faut bien garder à l’esprit que « le fascisme était une possibilité politique toujours prête, une réaction sentimentale presque immédiate dans toutes les communautés industrielles depuis les années trente. On peut l’appeler une impulsion, une motion ( move ), plutôt qu’un mouvement ( movement ), pour indiquer la nature impersonnelle de la crise dont les symptômes étaient fréquemment vagues et ambigus. » [6] Dans cette optique, cette « motion » fasciste doit être comprise comme une « réponse objective » à l’impasse où est rentrée le libéralisme.

Si donc derrière le discours libéral classique il y avait une propension à croire qu’une « main invisible » autorégulait le monde, étant donné que les individus étaient naturellement dans une situation de concurrence, le discours fasciste est, lui, d’un cynisme noir, qui a pris conscience des freins que représentent les forces du contre-mouvement. Dans cette mesure, le fascisme semble plus proche du néolibéralisme qui recherche une « rééducation » de l’homme que des institutions trop socialisantes auraient perverti. Le néolibéralisme d’un Walter Lippmann assume ainsi la nécessité « d’adapter » l’homme à l’exigence concurrentielle et spencérienne d’une prétendue loi de la nature étendue à l’humanité, que ce soit par l’éducation, le droit ou la santé.

[Lire sur LVSL notre entretien avec Barbara Stiegler, qui traite plus précisément de la pensée néolibérale de Lippmann et de ses origines socio-darwiniennes, ainsi que notre recension de son ouvrage Il faut s’adapter .]

Si l’on applique la logique de Polanyi au néolibéralisme, il faut reconnaître que l’encastrement de l’économie dans la société est en effet un facteur-clef du bon fonctionnement de cette économie. Nous avons vu que chacun des systèmes précapitalistes disposait en ce sens d’une institution sociale particulière (symétrie, centralité ou autarcie). Dans ces conditions, il est évident qu’une « économie de marché ne peut fonctionner que dans une société de marché. » Tout le problème réside justement dans cet encastrement social spécifique, qui impose l’échange marchand comme fondement des relations économiques en lieu et place du don ou du partage. Pour que l’homme soit véritablement un loup pour l’homme et que le marché s’autorégule, le néolibéralisme doit faire évoluer cet homme en loup (le langage ordinaire admet d’ailleurs cette acception, ainsi dans le film Le Loup de Wall Street ).

C’est ici le tour de force théorique de l’ouvrage, qui anticipe les réflexions de Michel Foucault, puis de Pierre Dardot et Christian Laval, sur le néolibéralisme. Ces penseurs ont en effet compris que le néolibéralisme, contrairement à l’idée couramment avancée, ne consiste pas en un retour aux principes du laissez-faire du XIXème siècle. Cette doctrine, plutôt que de rejeter l’État et son interventionnisme, entend les utiliser pour maximiser l’efficience des marchés. Pour réemployer des concepts polanyiens, on pourrait dire que le néolibéralisme consiste en un réencastrement de l’économie dans la société, non pas pour limiter ses mécanismes de concurrence, mais au contraire pour les accroître. Polanyi évoque, en effet, à côté des interventions visant à « protéger la société » contre les abus du marché, les interventions visant au contraire à permettre « fonctionnement du marché ». Un État fort pour une économie libre, une politique interventionniste visant à faire émerger un marché concurrentiel : le paradoxe n’est qu’apparent.

https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/146 Felix Albrecht, « Travail, Liberté, Pain ! Votez pour le parti national-socialiste » (1932) ©Affiche conservée au Imperial War Museum

C’est en gardant en tête les fondements théoriques du fascisme que l’on peut comprendre pourquoi Polanyi insiste tellement sur le fait qu’il soit une réponse objective des contemporains à la situation des années 30, et non un évènement arbitraire ou illogique. La solution fasciste est un phármakon , remède tout autant que poison : c’était la « manière d’échapper à une situation institutionnelle sans issue » qui touchait un grand nombre de pays. La seule manière de sauver le marché était d’en passer par la violence pour intervenir une fois pour toutes et refonder les bases d’une économie « purifiée ». Dans le cas contraire, l’économie serait restée immobilisée par le double mouvement politique. Il fallait pour cela payer le prix de « l’extirpation de toutes les institutions démocratiques » [7] , et procéder à « une rééducation destinée à dénaturer l’individu et à le rendre incapable de fonctionner comme unité responsable du corps politique. Cette rééducation [fasciste], comportant les dogmes d’une religion politique qui rejetait l’idée de fraternité humaine sous toutes ses formes, fut réalisée par un acte de conversion de masse, imposée aux récalcitrants par des méthodes scientifiques de torture. »

[Lire sur LVSL nos entretiens de 2017 et 2020 avec l’historien Johann Chapoutot à propos des influences du darwinisme social sur le national-socialisme, ainsi que ses liens avec le libéralisme.]

L’utopie du libéralisme économique, mythifiée alors que la Révolution industrielle faisait miroiter une productivité formidable aux grands propriétaires, a été le fondement de toute la politique des grandes puissances du XIX ème siècle – dont l’exemple le plus emblématique est l’Angleterre. Toutefois, le désencastrement consubstantiel au marché a provoqué un contre-mouvement de protection de la société, qui a mené la situation politico-économique dans l’impasse. L’échec des deux forces relativement pacifiques de ce double mouvement a restreint le champ des possibles, laissant la place à la barbarie fasciste qui promettait de ramener l’ordre naturalisé du capitalisme concurrentiel une fois payé le prix du sang.

La lecture de La Grande Transformation laisse entendre qu’avant d’être une conception politique empreinte de nationalisme et d’antisémitisme, le fascisme se nourrit d’un darwinisme social latent et fait l’éloge du libre marché. Autant de similarités à tout le moins troublantes avec le néolibéralisme…

Notes :

[1]Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), cité par Karl Polanyi, La Grande Transformation (1944), Paris, Gallimard, 1983, p.88.

[2] Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental (1930), Paris, Gallimard, 1963, p.117.

[3] Sur la question du caractère inédit de la marchandisation du travail, Polanyi cite l’article de l’ethnologue américain Robert Lowie « Social Organization », in Encyclopedia of the Social Sciences , vol. XIV, p.14 : « Nulle part dans une société qui n’a pas été influencée nous ne rencontrons le travail associé à l’idée de paiement. » « Même au Moyen-Âge, la rémunération du travail, pour des étrangers, est quelque chose d’inouï. » « L’étranger n’a pas de lien personnel de devoir et il doit donc travailler pour l’honneur et la reconnaissance. » Les ménestrels, eux qui étaient des étrangers, « acceptaient d’être payés, et par conséquent on les méprisait. »

[4] Karl Polanyi, ibid., p.123.

[5] Karl Polanyi, ibid., p.331.

[6] Karl Polanyi, ibid., p.324.

[7] Karl Polanyi, ibid., p.322.

  • Le chevron_right

    Esther Duflo et Abhijit Banerjee : pourquoi un tel engouement médiatique ?

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Saturday, 20 March, 2021 - 14:28 · 13 minutes

Esther Duflo et Abhijit Banerjee ont décidément le vent en poupe. Récemment invités à conseiller nul autre que le pape François, ils hantent les colonnes des médias depuis que le prix Nobel d’économie leur a été attribué en 2019. Cet engouement n’épargne pas le vieux continent : les médias européens recueillent comme parole d’évangile le moindre de leur propos, conseil ou saillie. Entre réinvention de l’eau chaude et dépolitisation des problèmes économiques, leurs recherches ne se démarquent pourtant pas par leur originalité. Ce que confirme la lecture de leur dernier livre, Économie Utile pour des Temps Difficiles en France (2020).

Esther Duflo est une économiste franco-américaine, professeure au MIT, connue pour avoir travaillé dans la deuxième administration Obama sur les politiques d’aides au développement. Depuis le début des années 2010, elle fait partie du cercle très sélectif des économistes français en vue aux États-Unis avec Thomas Piketty ou Gabriel Zucman. Son heure de gloire est arrivée en 2019 lorsqu’elle a reçu le prix Nobel d’économie avec son mari Abhijhit Banerjee et Michael Kremer. Quelques mois plus tard, elle publiait avec son mari Good Economics for Hard Times aux États-Unis traduit début 2020 sous le titre Économie Utile pour des Temps Difficiles en France .

Comme Thomas Piketty, Esther Duflo s’est fait connaître grâce à une approche nouvelle des sciences économiques et par sa volonté de s’adresser au grand public. En 2013, Thomas Piketty lance un pavé dans la mare : Le Capital au XXIe siècle . L’ouvrage de presque 1000 pages montre à grand renfort de chiffres une explosion des inégalités dans les pays occidentaux depuis les années 1980. A tel point que leur niveau est aujourd’hui presque similaire à ce qu’il était au XIXe siècle. Ce travail de chiffrage des inégalités est notamment poursuivi par Gabriel Zucman et Emmanuel Saez qui ont publié Le Triomphe de l’injustice en 2020 (traduit de l’anglais), et aidé à concevoir les propositions d’impôt sur la fortune d’Elizabeth Warren et Bernie Sanders.

Part des 1% les plus riches dans le total des revenus aux Etats-Unis entre 1910 et 2010. En 2007, les 1% des américains ont reçu 23,5% du total des revenus distribués ©RoyBoy/Wikimedia Commons

Esther Duflo quant à elle œuvre avec Abhijhit Banerjee dans le champ de l’économie du développement. En 2004, elle devient professeur au MIT et y participe à la création du Poverty Action Lab . C’est là qu’elle expérimente et popularise une méthode nouvelle en économie : les « essais randomisés contrôlés » ou ERC. Importée de la biologie, elle consiste à constituer deux groupes-test identiques auxquels on applique deux traitements différents, dont un placebo. On observe ensuite les différences de réaction entre les groupes et on en déduit si le traitement est efficace ou non.

Mieux vaut ne pas mettre tous ses ERC dans le même panier

Même si cette méthode est très reconnue et particulièrement utilisée dans les procédures d’approbation des médicaments, les ERC connaissent certaines limites. Les conditions de l’étude peuvent fausser ses résultats, par exemple si les critères de représentativité occultent des groupes sociaux importants ou si l’environnement de l’étude est trop différent de celui dans lequel le traitement doit réellement s’appliquer. Pour des raisons de coûts, ils permettent rarement des évaluations au-delà du moyen terme et leur conception est en partie dirigée par les financeurs, conduisant à limiter les critères observés et à interrompre et ne pas publier les expériences ratées. Sur le plan éthique enfin, si des effets positifs ou négatifs clairs apparaissent, poursuivre l’expérience commence à poser question. Ces limites n’empêchent pas néanmoins les ERC d’être une méthode ayant fait ses preuves dans la recherche de médicaments efficaces.

Ils sont aussi utilisés en sciences sociales depuis les années 1960. Néanmoins, cela implique une réflexion méthodologique sérieuse sur les limites particulières de la méthode dans un contexte social. Ce n’est pourtant pas l’impression que donnent Esther Duflo et Abhijhit Banerjee. La revue Contretemps et Le Monde Diplomatique ont tous deux publié des critiques au vitriol des ERC en matière de politiques sociales et économiques. En premier lieu, ils condamnent leurs utilisateurs à se contenter d’une approche micro-économique puisque les politiques macroéconomiques (tarifs douaniers, nationalisations ou plan de relance) peuvent difficilement être testées sur des populations ciblées. Cette absence de position sur les grandes questions économiques permet sans doute d’expliquer une bonne partie de l’engouement institutionnel pour cette méthode. Les ERC permettent de dépolitiser la lutte contre la pauvreté en préservant l’idée que les politiques ultra-libérales imposées aux pays du Sud (austérité, privatisation, libéralisation) seraient compatibles avec la réduction de la pauvreté si elles étaient accompagnées de programmes empiriquement testés.

“Les ERC permettent de dépolitiser la lutte contre la pauvreté en préservant l’idée que les politiques ultra-libérales imposées aux pays du Sud (austérité, privatisation, libéralisation) seraient compatibles avec la réduction de la pauvreté”

Ensuite, on l’a évoqué, les ERC sont confrontés à des faiblesses méthodologiques particulières en sciences sociales. L’impact des différences culturelles sur les réactions est évidemment bien plus fort en économie qu’en biologie, ce qui limite la possibilité de généraliser des résultats. Les ERC souffrent aussi de biais liés à leur concentration sur de petits groupes. Ainsi, lorsque des études montrent une hausse des revenus pour les personnes ayant accès à une éducation de meilleure qualité, on peut supposer que tout ou partie de cet effet disparaitrait si l’ensemble de la population avait accès à une meilleure éducation.

Enfin, il n’est pas possible d’administrer un placebo comme en médecine. Chaque expérience est donc constituée d’un groupe qui ne reçoit rien et de groupe auxquels on applique les traitements. Le problème, c’est que les groupes sont bien conscients de participer à une expérience et que cela peut donc affecter leurs réactions. On peut en trouver un exemple récent avec l’expérimentation en Finlande d’un revenu de base auprès d’un groupe de demandeurs d’emplois. Les deux principales observations de l’expérimentation ont été une amélioration du bien-être du groupe-test et un taux d’activité resté stable. Cette seconde observation a pourtant une limite évidente : les participants sachant que l’expérience ne durerait que quelques années, ils avaient largement intérêt à continuer à chercher du travail, une situation qui serait bien différente si le revenu de base devenait une prestation sociale durable. Quoi qu’il en soit, le gouvernement finlandais a depuis perdu les élections et la nouvelle coalition au pouvoir ne souhaite pas généraliser la mesure.

Méthode de la pauvreté et pauvreté de la méthode

La pauvreté théorique des travaux de Duflo et Banerjee les conduit à oublier qu’il n’existe pas de concept neutre. Dans une récente vidéo pour le Gravel Institute , Richard Wolff explique ainsi que le seuil de 1,90$/jour fixé par la Banque Mondiale montre une chute de 80 à 90% de la grande pauvreté dans le monde. Le problème, c’est qu’en utilisant le seuil de 7,40$/jour fixé par l’ONU, la proportion de personne vivant dans la grande pauvreté a très peu diminué depuis 40 ans et leur nombre a augmenté, les seuls progrès significatifs ayant eu lieu en Chine. Or, le seuil de l’ONU est fondé sur une estimation du minimum nécessaire à une alimentation basique et une espérance de vie normale là où on peut juger que celui de la Banque Mondiale est plus arbitraire.

Cette opposition n’est pas que méthodologique. Le seuil de la Banque Mondiale vend en effet, une brillante success story dans laquelle capitalisme mondialisé et programmes humanitaires ont quasiment mis fin à la grande pauvreté. En revance, le seuil de l’ONU montre que les seuls pays ayant réussi à réduire massivement la pauvreté sont ceux dans lesquels les investissements publics et les programmes de sécurité sociale jouent un rôle central, notamment Cuba et la Chine.

“le seuil [pour la grande pauvreté] de l’ONU montre que les seuls pays ayant réussi à réduire massivement la pauvreté sont ceux dans lesquels les investissements publics et les programmes de sécurité sociale jouent un rôle central, notamment Cuba et la Chine”

Plus encore, la dépolitisation de la lutte contre la pauvreté présentée par Duflo et Banerjee cache aussi une logique technocratique et paternaliste. En effet, comme l’expose l’article de Contretemps « les pauvres sont des patients dont la subjectivité et la souveraineté sont niées. Ex ante , ils ne participent pas à la définition des problèmes explorés et peuvent rester ignorants des tenants et des aboutissants des tests menés ; ex post , ils n’ont pas accès aux données recueillies. La légitimité de l’intervention en surplomb des experts peut ainsi être contestée dans la mesure où elle implique une dépossession méthodique des droits politiques des sujets participant à l’expérimentation ».

Des temps difficiles pour l’humilité scientifique

Tout n’est pas noir cependant, Économie Utile pour des Temps Difficiles évitant le principal écueil de Poor Economics en ayant seulement comme ambition de faire un état des lieux de la recherche en économie dans le domaine des ERC plutôt que de faire l’apologie de la méthode elle-même. Sur plus de 500 pages, les auteurs couvrent donc des dizaines d’études dans le monde entier portant sur l’immigration, la croissance ou encore l’environnement.

Cet éclectisme est d’ailleurs sans doute la faiblesse la plus évidente du livre. Si la plupart des études se situent dans le champ économique, Duflo et Banerjee citent aussi des travaux plus proches des sciences politiques, quand ils ne s’essaient pas eux-mêmes au commentaire politique. La diversité géographique des travaux recensés laisse aussi perplexe : il est certes intéressant de découvrir les mécanismes d’intégration des migrants sur les marchés du travail en Inde ou au Népal mais que nous disent-ils des mêmes problèmes en Amérique Latine, en Europe ou en Afrique ?

Duflo et Banerjee n’échappent donc pas au penchant impérialiste des sciences économiques qui tentent régulièrement des incursions sur le terrain des autres sciences sociales. Gary Becker avait ainsi reçu le prix Nobel d’économie en 1992 « pour avoir étendu le domaine de la théorie économique à des aspects du comportement humain jusqu’ici ignorés par les autres sciences humaines » . En appliquant le concept d’ homo economicus à des domaines aussi variés que la criminalité ou le divorce, la controverse était déjà forte, notamment sur la déconnexion entre les attentes de la théorie et les comportements réels. Mais en s’exprimant sur des domaines dont ils ne sont pas spécialistes, dans un ouvrage qui se veut un exposé du meilleur de la recherche en ERC, on peut légitimement s’interroger sur le peu d’intérêt de la démarche.

Reste la question centrale : ce livre apporte-t ’il un éclairage novateur sur les problèmes économiques ? Malgré quelques pointes de bravoures, Duflo et Banerjee rappellent essentiellement des faits établis depuis longtemps par d’autres sciences sociales, ce qui peut nous amener à relativiser la révolution méthodologique que seraient les ERC.

“Malgré quelques pointes de bravoures, Duflo et Banerjee rappellent essentiellement des faits établis depuis longtemps par d’autres sciences sociales”

Rien de nouveau mais il y a du soleil

Élément surprenant, Esther Duflo et Abhijhit Banerjee étrillent les vieux économistes libéraux. Ils leur reprochent d’ignorer les travaux empiriques récents en science économique ayant démontré que les baisses d’impôts pour les grandes entreprises et les plus fortunés ne stimulent pas la croissance. De manière générale, ils se montrent sévère avec la représentation médiatique de la science économique qui n’a pas intégré les recherches empiriques récentes. Partant de là, Duflo et Banerjee prennent des positions qu’on n’attendrait pas forcément de la part de prix Nobel. Ils affirment notamment que les économistes sont incapables de déterminer les facteurs de croissance à long terme et, dans leur chapitre consacré à l’environnement, que la croissance économique n’apporte peut-être plus rien aux économies développées. Si ces déclarations sont effectivement très fortes, ce sont paradoxalement des questions traitées avec d’autres méthodes que les ERC. En effet, bien que l’essentiel du livre déroule un grand nombre d’études utilisant les ERC, les auteurs s’appuient aussi sur des études employant d’autres méthodologies, pour aborder les nombreux thèmes dans lesquels les ERC ne peuvent pas être employées.

Le principal constat que les auteurs présentent à l’aide des ERC est que, malgré les préjugés, les pauvres sont les personnes les plus compétentes pour gérer leur argent. La meilleure façon de lutter contre la pauvreté est donc de leur en donner sans les assommer de contrôles moralisateurs. Si le constat n’est pas désagréable à lire, il n’est pas vraiment nouveau et a déjà été posé depuis un certain temps en sociologie .

Alors faut-il acheter Économie Utile pour des Temps Difficiles ? Le livre offre une approche généraliste de l’économie, abordable pour les néophytes. Le prix Nobel des auteurs donnent aussi du poids aux critiques qu’ils font de la science économique dominante. Cependant, ces critiques ne doivent pas conduire à croire que Duflo et Banerjee sont des économistes hétérodoxes. Au contraire, comme Ulysse devant choisir entre perdre son navire face à Charybde ou sacrifier quelques marins à Scylla, ils sacrifient quelques principes de l’économie orthodoxe pour mieux sauver l’ensemble. Après Contretemps et Le Monde Diplomatique , Le Vent Se Lève avait aussi publié un article sur le naufrage méthodologique des ERC .

Pour conclure, il faut en finir avec le biais « apolitique » de Duflo et Banerjee qui, à force de refuser de voir les structures de domination et les rapports de force, en deviennent aveugles. On pourrait noter à ce titre l’absence totale de mention des syndicats malgré leur rôle évident dans la construction des États-providence. Mais les auteurs donnent un autre exemple frappant avec les politiques de redistribution des terres et de droit au travail en Inde. Ces dernières ne fourniraient pas la fluidité nécessaire pour que des activités innovantes et la productivité agricole se développent. Duflo et Banerjee déplorent que les tentatives de remplacer ces aides en nature par des prestations sociales n’aient rencontré que défiance et mobilisations sociales. Ils en tirent la conclusion assez molle qu’il faudrait améliorer la confiance entre les citoyens et les décideurs politiques. Il réagissent ainsi comme s’il n’y avait pas de conflit politique sous-jacent entre des élites économiques cherchant à maximiser leurs profits et leur pouvoir et des travailleurs pauvres ruraux qui s’inquiètent de leur capacité à préserver une aide sociale dont le contrôle serait entre les seuls mains du pouvoir politique.

L’article Esther Duflo et Abhijit Banerjee : pourquoi un tel engouement médiatique ? est apparu en premier sur lvsl.fr - Tout reconstruire, tout réinventer .