close
  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: à quoi joue la Turquie?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 16:33 · 6 minutes

(Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine le 29 septembre 2021 à Sochi en Russie par Vladimir Smirnov, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP) (Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine le 29 septembre 2021 à Sochi en Russie par Vladimir Smirnov, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

INTERNATIONAL - Le jeu d’équilibriste d’Erdogan. La Finlande et la Suède ont soumis leurs demandes d’adhésion à l’Otan ce mercredi 18 mai et des consultations sont en cours entre les Alliés pour lever l’opposition de la Turquie à l’intégration des deux pays nordiques dans l’Alliance. Le président Erdogan a affirmé lundi 16 mai au soir que la Turquie ne “cèdera(it) pas” sur l’adhésion de la Suède et de la Finlande, or tout élargissement est soumis à l’approbation unanime des membres de l’Alliance .

Pourtant, depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, la position de la Turquie dans cette affaire a été saluée par l’Otan puisqu’Ankara a montré ouvertement son soutien à l’Ukraine, désapprouvant l’acte de guerre commis par son allié russe. Mais d’un autre côté, elle a également refusé d’appliquer les sanctions décidées par les Occidentaux contre Moscou, et n’a cessé de jouer la carte de la médiation .

Ankara a communiqué des arguments officiels pour justifier cette levée de boucliers envers les deux pays nordiques . “Mais il y a d’autres raisons qu’on peut subodorer”, note auprès du HuffPost Jean Marcou, professeur à Science-Po Grenoble, spécialiste de la Turquie. Et la principale est qu’Ankara souhaite garder cette position ambivalente qu’elle tient depuis des mois, entre Russie et Otan. La question de l’adhésion à l’Otan n’est d’ailleurs qu’un des points sur lesquels la Turquie maintient sciemment le flou dans ce conflit. On vous explique à quel jeu joue Recep Tayyip Erdogan.

La Turquie grogne contre la Suède et la Finlande pour “capitaliser”

Le 13 mai dernier, la Turquie a dit ne pas être dans “un état d’esprit positif” concernant l’adhésion de la Suède et de la Finlande , mais n’a pas clairement annoncé qu’elle allait mettre son véto. Et cette situation de “flou” peut lui profiter de bien des manières.

“La Turquie doit penser avoir trouvé un levier pour obtenir des avantages. On peut penser notamment à l’achat d’avions de combat américains, puisqu’actuellement Ankara ne peut pas moderniser sa flotte de combat”, note le professeur à SciencePo Jean Marcou. En effet, Washington a décrété un embargo après l’achat par le gouvernement turc de missiles de défense aérienne russe S-400.

Pour Carole André-Dessornes, géopolitologue et chercheuse associée à la FRS contactée par Le HuffPost , cette tactique de souffler le chaud et le froid permet aussi à Ankara d’être en position de négocier avec la Suède et la Finlande au sujet des Kurdes du PKK, considérés comme “terroristes”, que les deux pays du Nord refusent d’extrader. Ou encore de demander à la Suède de lever la suspension de ventes d’armes de 2019, décision prise en représailles à l’opération turque dans le nord de la Syrie.

Aussi, il ne faut pas perdre de vue la dimension de la politique intérieure, puisque les élections présidentielles et législatives auront lieu en juin 2023, en plein centenaire de la République turque. “En créant cette crise artificielle, Erdogan cherche aussi à atteindre sa base électorale et montrer qu’il ne se laisse pas faire”, analyse la spécialiste.

“Erdogan est connu pour souffler le chaud et le froid, pour au final se rallier au consensus. Non sans avoir entre-temps capitalisé sur la situation. Et c’est ce qu’il fait ici, il capitalise sur la guerre en Ukraine pour servir ses intérêts”, poursuit Carole André-Dessornes. Aussi, pour Jean Marcou, il serait de toute façon très risqué pour Ankara de dégainer la carte “veto”, sous peine d’être mise au ban de l’Otan. “Je ne suis pas sûr qu’elle peut se permettre une telle manœuvre, Ankara n’est pas dans un bon rapport de force politique, être isolée ne ferait que la desservir”, explique-t-il.

En équilibre sur une (étroite) ligne de crête

Ménager la chèvre et le chou, la Turquie le fait depuis le 24 février. Soutenir l’Ukraine, ne pas froisser la Russie , rester en bons termes avec l’Otan: telle est sa très étroite ligne de crête.

La diplomatie turque a qualifié d’“inacceptable” et de “grave violation du droit international” l’invasion de l’Ukraine. Quatre jours plus tard, Ankara a accédé à la demande de Kiev de reconnaître le conflit comme une guerre. Conformément à la convention de Montreux de 1936, la Turquie a alors fermé l’accès, pour la plupart des navires de guerre, aux détroits du Bosphore et des Dardanelles.

Parallèlement, elle s’est toutefois opposée aux sanctions occidentales contre Moscou et a notamment déclaré que les oligarques russes restaient “bien sûr” les bienvenus en Turquie et libres d’y faire des affaires, dans le respect du droit international. C’est d’ailleurs là qu’ont trouvé refuge plusieurs yachts possédés par des milliardaires russes tels que Roman Abramovitch.

Pour ce nouveau volet sur la Suède et la Finlande, la réponse de la Turquie a été plusieurs fois saluée par la Russie, ainsi que son refus d’appliquer les sanctions. Du côté ukrainien, l’implication turque est également chaleureusement saluée: “Nous apprécions l’appui, humanitaire, diplomatique, moral, militaire, offert par la Turquie, quand bien même elle n’applique pas les sanctions. Pour soutenir l’Ukraine, elle a fait plus que n’importe quel autre pays de l’OTAN”, explique au Monde un diplomate ukrainien en poste à Ankara, sous couvert d’anonymat. Et les deux camps ont tout intérêt à rester en bons termes avec elle, aucun ne voulant perdre le soutien relatif qu’elle leur apporte.

Garder ses alliés et faire la paix

Évidemment, pour la Turquie, l’enjeu est également de taille puisqu’elle a des intérêts économiques et politiques aussi bien avec l’Ukraine qu’avec la Russie.

Kiev représente 15 % des importations de blé d’Ankara, ce qui en fait son deuxième plus gros fournisseur après la Russie. L’Ukraine est aussi la troisième source de tourisme de la Turquie: quelque 2 millions de personnes y sont venues en vacances en 2021. Aussi, parmi les multiples partenariats avec Ankara, Kiev a construit sur son sol en 2021 une usine pour la coproduction du drone de combat Bayraktar TB2 – conçu par la société Baykar, dont le directeur de la technologie est le gendre de Recep Tayyip Erdogan. Ces drones sont d’ailleurs utilisés aujourd’hui en Ukraine contre la Russie. Kiev a également signé des contrats pour la fabrication de moteurs qui serviront à la fois aux nouveaux modèles du drone TB2 et à un futur hélicoptère militaire turc.

Concernant la Russie, cette dernière fournit à Ankara 45 % de sa consommation de gaz naturel et 70 % de son blé. Les Russes sont aussi importants pour le secteur du tourisme turc : 4,7 millions de visiteurs (soit 19 % du total en 2021) s’y sont rendus l’année dernière, note France 24 .

Enfin, la Turquie peut également profiter du conflit pour améliorer ses relations avec l’Otan, notamment avec Washington. “En se positionnant comme médiateur de ce conflit, Ankara sort d’une longue période d’isolement. Avec la guerre en Syrie notamment, est entrée dans une période d’isolement régional et a amorcé des relations conflictuelles avec plusieurs pays, nous explique Carole André-Dessornes. Cette guerre en Ukraine est un ticket d’entrée pour améliorer ses relations avec l’Occident”.

À voir également sur Le HuffPost: À Marioupol, l’aciérie d’Azovstal frappée par une “pluie de feu” russe

  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: la Suède va aussi demander à adhérer à l'Otan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 13:27

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson, à droite, et le chef du Parti modéré, Ulf Kristersson, lors d'une conférence de presse à Stockhom où le gouvernement suédois a décidé de demander son adhésion à l'OTAN. La Première ministre suédoise Magdalena Andersson, à droite, et le chef du Parti modéré, Ulf Kristersson, lors d'une conférence de presse à Stockhom où le gouvernement suédois a décidé de demander son adhésion à l'OTAN.

GUERRE EN UKRAINE - Stockholm suit Helsinki. La Suède va demander son adhésion à l’Otan , a annoncé officiellement ce lundi 16 mai la Première ministre Magdalena Andersson, évoquant une nouvelle ”ère” pour le pays scandinave dans le contexte de la guerre en Ukraine .

“Le gouvernement a décidé d’informer l’ Otan de la volonté de la Suède de devenir membre de l’alliance”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. “Nous quittons une ère pour entrer dans une nouvelle”, selon la dirigeante suédoise.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Ukraine: l’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

  • Hu chevron_right

    La Turquie ne bloquera pas l'adhésion de la Finlande à l'Otan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 5 days ago - 15:18 · 3 minutes

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, ici en avril 2022, a assuré ce 15 mai que la Turquie ne bloquerait pas l'adhésion de la Finlande et de la Suède dans l'Alliance. Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, ici en avril 2022, a assuré ce 15 mai que la Turquie ne bloquerait pas l'adhésion de la Finlande et de la Suède dans l'Alliance.

INTERNATIONAL - La Turquie a “clairement indiqué son intention de ne pas bloquer” l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan . C’est ce qu’a assuré le Secrétaire général du traité de l’Atlantique Nord Jens Stoltenberg lors d’une conférence de presse ce dimanche 15 mai. Il a aussi dit être “confiant” sur le fait de trouver un compromis avec la Turquie .

Jens Stoltenberg a assuré que l’Otan allait “répondre aux préoccupations de la Turquie”, qui accuse les deux pays nordiques d’être des bases arrières du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Ce dernier est considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l’Union européenne et les États-Unis.

“Lorsqu’un allié fait part de ses préoccupations, nous avons montré ces dernières décennies que nous sommes capables de trouver des manières de s’entendre, et c’est ce que nous souhaitons faire”, a souligné le secrétaire générale de l’organisation.

La Turquie a affiché ces derniers jours sa réticence quant à la possible entrée de la Suède et de la Finlande, qui se jugent en danger après l’invasion russe en Ukraine, dans l’alliance militaire occidentale. Vendredi, Ankara avait même menacé de bloquer le processus d’élargissement de l’Otan à ces deux pays nordiques, qui requiert l’unanimité des membres de l’Alliance.

Les frictions persistent avec la Suède

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s’est montré plus conciliant ce dimanche envers la Finlande, lors des discussions à Berlin sur l’adhésion des deux pays à l’Otan. Il a qualifié Helsinki de “très respectueuse” face aux “inquiétudes” d’Ankara. En revanche, a-t-il estimé, “les déclarations de la ministre des Affaires étrangères de Suède ne sont malheureusement pas constructives. Elle continue de tenir des propos provocants”.

“Nous soutenons depuis toujours la politique de portes ouvertes de l’Otan. (...) Mais le fait que ces deux pays soient en contact avec les membres d’une organisation terroriste, que la Suède leur envoie des armes et qu’ils imposent des restrictions aux exportations de matériel de défense vers la Turquie vont à l’encontre de l’esprit d’alliance”, a affirmé Mevlut Cavusoglu.

“Il faut absolument mettre fin au soutien aux organisations terroristes et lever les restrictions aux exportations vers la Turquie. Je ne dis pas cela comme un élément de marchandage, mais parce que c’est ce que signifie être des Alliés”, a-t-il insisté.

Une intégration de la Suède et de la Finlande “en bonne voie”

Plusieurs pays membres de l’Otan ont néanmoins jugé ce dimanche être “sur la bonne voie” pour trouver un consensus sur l’intégration de la Finlande et de la Suède, Berlin assurant même que leur adhésion pourrait intervenir “très rapidement”.

Un avis partagé par Jens Stoltenberg. “Nous voulons faire en sorte que ce processus soit rapide et efficace. Ensuite, nous voulons parler à la Finlande et la Suède pour convenir d’un protocole d’accession et travailler à une candidature rapide. Cela prendra un certain temps, c’est inévitable mais c’est ce que nous voulons faire pour l’instant”, a-t-il déclaré.

La candidature annoncée de la Finlande et de la Suède constitue la preuve qu’“une agression ne paie pas”, a-t-il ajouté. “Ce serait un moment historique” si les deux pays nordiques demandaient officiellement à adhérer à l’Alliance. “Leur adhésion renforcerait notre sécurité commune, démontrerait que la porte de l’Otan est ouverte et qu’une agression ne paie pas.”

À voir également aussi sur le Huffpost: Ukraine: l’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

  • Hu chevron_right

    La Finlande annonce qu'elle va demander à adhérer à l'Otan

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 5 days ago - 10:21

La Finlande annonce qu'elle va demander à adhérer à l'Otan (Le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une conférence de presse en février 2022. Seppo Samuli/Lehtikuva/via REUTERS) La Finlande annonce qu'elle va demander à adhérer à l'Otan (Le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une conférence de presse en février 2022. Seppo Samuli/Lehtikuva/via REUTERS)

INTERNATIONAL - La Finlande a pris la décision de demander son adhésion à l’Otan , ont annoncé ce dimanche 15 mai le président et la Première ministre du pays nordique, une conséquence directe de l’invasion russe en Ukraine.

“C’est un jour historique. Une nouvelle ère s’ouvre”, a déclaré le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une conférence de presse.

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: Marioupol: Le régiment ukrainien Azov diffuse des images d’enfants réfugiés dans un bunker

  • Hu chevron_right

    La Finlande veut adhérer à l'Otan, la Russie coupe sa livraison d'électricité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 7 days ago - 16:27 · 4 minutes

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe avec le président finlandais Sauli Niinisto le 21 août 2019 à Helsinki en Finlande. Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe avec le président finlandais Sauli Niinisto le 21 août 2019 à Helsinki en Finlande.

INTERNATIONAL - Première réponse du Kremlin. La Russie va suspendre ses livraisons d’électricité à la Finlande à partir de ce samedi 14 mai, en raison d’impayés, a annoncé ce vendredi 13 mai le fournisseur RAO Nordic Oy, détenu à 100% par l’entreprise russe InterRAO. De son côté, l’opérateur du réseau finlandais assure pouvoir se passer de l’électricité russe.

Cette annonce intervient sur fond d’une montée de tensions entre Moscou et Helsinki , qui a annoncé sa volonté d’adhérer “sans délai” à l’Otan sous l’influence de l’ offensive russe en Ukraine . Une intention vue d’un très mauvais œil par Moscou qui a d’ores et déjà menacé d’une riposte “militaro-technique”.

Basé à Helsinki, RAO Nordic Oy n’a pas reçu de paiement pour l’ électricité fournie à la Finlande depuis le 6 mai, a affirmé ce groupe dans un communiqué, en évoquant un manque de moyens pour payer l’électricité importée de Russie.

“Cette situation est exceptionnelle et a lieu pour la première fois en plus de 20 ans”, selon le communiqué. “Nous sommes donc obligés de suspendre l’importation d’électricité à partir du 14 mai”, explique le fournisseur qui espère “que la situation va bientôt s’améliorer” et que les livraisons en provenance de Russie reprendront.

Pas d’inquiétudes côté finlandais

L’opérateur du réseau électrique finlandais a assuré pouvoir se passer des importations de courant venues de Russie. “Nous étions préparés à cela et ce ne sera pas difficile. On peut gérer avec un peu plus d’importations de Suède et de Norvège”, a déclaré vendredi à l’AFP Timo Kaukonen, un responsable des opérations de l’opérateur Fingrid.

Le président et la Première ministre de la Finlande se sont dit favorables jeudi à une adhésion “sans délai” à l’Otan , précisant que la décision du pays nordique serait annoncée dimanche à l’organisation.

L’entrée de la Finlande à l’Otan serait “assurément” une menace pour la Russie , avait alors réagi le Kremlin. La diplomatie russe a affirmé pour sa part que la Russie sera “obligée de prendre des mesures réciproques, militaro-techniques et autres, afin de mettre fin aux menaces à sa sécurité nationale”, en cas d’adhésion de la Finlande à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord.

La Turquie fait (déjà) barrage

Dans ce contexte de rapprochement de la Finlande et de la Suède à l’Alliance atlantique, le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé ce vendredi son hostilité à l’adhésion des deux pays nordiques à l’Otan, au risque de bloquer l’ensemble du processus qui requiert l’unanimité des membres de l’Alliance atlantique.

“Nous n’avons pas un avis positif”, a déclaré Erdogan, expliquant qu’il ne “veut pas voir se répéter la même erreur que celle commise lors de l’adhésion de la Grèce”. Le chef de l’État turc a notamment reproché à ces deux pays nordiques de servir d’“auberge aux terroristes du PKK”, le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l’Union européenne et les États-Unis.

“Nous suivons actuellement les développements concernant la Suède et la Finlande, mais nous n’avons pas un avis positif, parce qu’ils ont fait une erreur à l’Otan concernant la Grèce auparavant, contre la Turquie ”, a déclaré le chef de l’État à la sortie de la prière du vendredi à Istanbul. “Nous ne voulons pas commettre une deuxième erreur”, a-t-il insisté.

Ankara jette un froid sur l’Otan

Cette déclaration jette un froid immédiat sur un processus appuyé jusqu’ici par la plupart des membres de l’Otan et par le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, qui s’est dit prêt à les accueillir ”à bras ouverts”.

De son côté, Washington “travaille à clarifier la position de la Turquie”, a dit la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki ce vendredi. Les États-Unis cherchent ”à mieux comprendre la position de la Turquie”, a précisé le porte-parole du Pentagone, John Kirby, affirmant que le pays était “un allié précieux de l’Otan” et que cela n’avait “pas changé”.

La Turquie “a été impliquée et efficace pour tenter d’établir un dialogue entre la Russie et l’Ukraine, et elle a apporté une assistance à l’Ukraine”, a-t-il ajouté. “Donc rien ne change quant à sa position dans l’alliance de l’Otan.”

À voir également sur Le HuffPost : Ukraine: l’armée française ravitaille des avions de l’Otan en plein vol, au-dessus de la Pologne

  • Le chevron_right

    Ukraine : les États-Unis comptent faire la guerre « jusqu’au dernier ukrainien »

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Thursday, 5 May - 09:57 · 19 minutes

Vladimir Poutine est entièrement responsable de la guerre qu’il a déclenchée en Ukraine et devra répondre d’accusations de crimes de guerre. Mais l’approche américaine n’ouvre aucune perspective de sortie de crise – bien au contraire. Depuis le début du conflit, les États-Unis ont refusé de prendre part aux pourparlers de paix. Après avoir fermé la porte à des négociations qui auraient peut-être pu éviter ce conflit, ils ont rapidement adopté une politique visant à affaiblir la Russie, dans l’optique à peine voilée d’obtenir l’effondrement du régime de Poutine. Un objectif qui nécessite d’intensifier le conflit, au risque de provoquer une escalade nucléaire dont les Ukrainiens seraient les premières victimes. En attendant, l’implication militaire américaine devient de plus en plus directe, tandis que la perspective d’un accord de paix s’éloigne de jour en jour.

La violence de l’invasion russe a choqué les opinions publiques occidentales. Au-delà de l’ampleur de l’attaque initiale, il y a les pillages et les viols généralisés , les massacres à Butcha, le ciblage d’infrastructures et des bâtiments civils . Les bombes tombant sur des hôpitaux et écoles. Des villes transformées en tas de ruines où se terrent des dizaines de milliers de civils affamés. L’exode de 7 millions de réfugiés. Les dizaines de milliers de morts de part et d’autre de la ligne de front.

La solution avait été résumée par Hillary Clinton dans un interview tragi-comique : faire de l’Ukraine un nouvel Afghanistan pour les Russes, en armant une insurrection

Le tribunal de Nuremberg, dans le procès des atrocités commises par les dignitaires nazis, avait estimé que l’agression d’une nation constitue le « crime international suprême » car « il contient tous les autres ». À ce titre, l’invasion et les opérations menées par des militaires russes relèvent pour de nombreux observateurs du crime de guerre. Face aux horreurs perpétrées en Ukraine, envisager une résolution négociée au conflit peut paraître insupportable. Mais sauf à vouloir risquer une guerre ouverte avec la Russie, seconde puissance nucléaire mondiale, l’Occident devra tôt ou tard signer un accord de paix avec Moscou. Or, la politique menée par les États-Unis, déjà critiqués pour leur manque de détermination à éviter le conflit, ne semble pas dessiner de porte de sortie pacifique à la crise.

Une guerre inévitable ?

Selon le renseignement américain, Vladimir Poutine a pris la décision d’envahir l’Ukraine au dernier moment . Malgré les déploiements massifs de troupes russes à la frontière ukrainienne et les menaces en forme d’ultimatum, l’invasion était potentiellement évitable , selon plusieurs membres des services secrets américains cités par The Intercept [1].

La Russie avait posé ses conditions à plusieurs reprises. En particulier, que l’OTAN renonce à intégrer l’Ukraine et retire ses armements offensifs déployés à la frontière russe. L’administration Biden a refusé de négocier sérieusement, fermant la porte à une résolution diplomatique de la crise. Or, en affirmant que les États-Unis ne participeraient pas à un éventuel conflit – ce qui s’est avéré faux – et en évacuant tout son personnel administratif, la Maison-Blanche a potentiellement encouragé le président russe à envahir l’Ukraine. C’est du moins ce que lui ont reprochés son opposition et une partie de la presse américaine.

Indépendamment de ce que l’on peut penser des demandes russes présentée sous forme d’ultimatum, l’approche des États-Unis en Ukraine paraît difficilement défendable.

Depuis la chute de l’URSS, de nombreux experts et diplomates américains ont averti que l’expansion de l’OTAN risquait de provoquer un conflit. Robert McNamara et Henry Kissinger, les deux principaux architectes de la politique étrangère américaine de la seconde moitié du XXe siècle, ont prévenu publiquement et par écrit que l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN constituerait une grave erreur. Le premier en 1997 , le second en 1997 et 2014 .

George F. Kennan, le responsable de la stratégie américaine pendant la fin de la guerre froide, avait également alerté dès 1997, dans une lettre adressée au président Bill Clinton et signée par cinquante diplomates et anciens hauts responsables américains : « L’extension de l’OTAN, à l’initiative des États-Unis, est une erreur politique d’ampleur historique. » En 2008, l’ancien ambassadeur américain en Russie et désormais directeur de la CIA William Burns multiplie les avertissements. En particulier, il écrit un câble diplomatique à l’administration W.Bush : « L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus rouge des lignes rouges pour l’élite russe, pas seulement pour Poutine » .

Pour Fionna Hill, experte particulièrement reconnue de la Russie de Poutine, ancienne conseillère des présidents Bush et Obama, le renseignement américain avait déterminé en 2008 « qu’il y avait un risque sérieux et réel que la Russie conduise une attaque préventive, pas limitée à l’annexion de la Crimée, mais une opération militaire majeure contre l’Ukraine » si la politique d’expansion de l’OTAN aux frontières russes était poursuivie.

Confronté aux événements de 2014, Obama avait refusé de livrer des armements modernes à l’Ukraine en évoquant sa crainte que « cela accroisse l’intensité du conflit » et « donne un prétexte à Poutine pour envahir l’Ukraine ». Trump au pouvoir, Washington a changé de position. Les États-Unis ont armé et formé l’armée ukrainienne afin de mener une « guerre par procuration » contre la Russie, selon les propres mots d’un haut responsable de l’administration Trump. Ce changement de ligne est conforme aux promesses de deux sénateurs républicains néoconservateurs, qui déclaraient en 2017 à la télévision ukrainienne : « Nous sommes avec vous, ce combat est notre combat, et on va le gagner ensemble ».

Les efforts américains ont achevé de convaincre le Kremlin que l’objectif de Washington était de « préparer le terrain pour un renversement du régime en Russie », a averti un rapport du renseignement américain daté de 2017 . En janvier 2020, lors de l’ouverture du procès en destitution de Donald Trump, le démocrate et président du jury Adam Schiff déclarait au Congrès : « Les États-Unis arment l’Ukraine et aident son peuple afin que l’on puisse combattre la Russie en Ukraine et qu’on n’ait pas à le faire ici [à Washington]. »

Le 8 juin 2021, l’administration Biden a affirmé, par la voix d’Anthony Blinken, le secrétaire d’État, lors d’une audition au Congrès : « nous soutenons l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN. (…) Selon nous, l’Ukraine dispose de tous les outils nécessaires pour continuer dans cette direction. Nous y travaillons avec eux, quotidiennement ». Une déclaration reprise à son compte par Volodymyr Zelensky, annonçant triomphalement l’entrée imminente de l’Ukraine dans l’OTAN :

Malgré les demandes russes pour une désescalade, Washington a poursuivi sa guerre de procuration avec la Russie en Ukraine. Le 10 novembre 2021, un accord officiel est signé par Anthony Blinken et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba, dans lequel les États-Unis explicitent leur position et s’engagent, entre autres, à défendre l’Ukraine contre la Russie ; lui fournir armes, experts et entrainement ; accélérer ses capacités d’interopérabilité avec les forces de l’OTAN via des transferts technologiques et des manœuvres militaires régulières et mettre en place une coopération renforcée dans les domaines du renseignement et de la cybersécurité. L’accord reprend les termes détaillés lors d’un communiqué joint publié le 1er septembre, officialisant une ligne politique qualifiée par le très conservateur The American conservative de « potentiellement très dangereuse ».

Pourtant, la Maison-Blanche avait affirmé à Zelensky que « L’Ukraine ne rentrera pas dans l’OTAN, mais publiquement, nous gardons la porte ouverte » comme l’a récemment expliqué le président ukrainien sur CNN. Les Américains ont donc joué un double jeu : face aux Russes, ils ont refusé d’acter le fait que l’Ukraine ne serait pas intégrée à l’OTAN, tout en multipliant les actes indiquant que cette adhésion était imminente. Mais face à Zelensky, ils ont reconnu que ce projet n’avait aucune chance d’aboutir.

Tout semble indiquer que l’administration Biden a préféré risquer une invasion de l’Ukraine plutôt que de perdre la face en cédant sur la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Négocier avec Moscou n’aurait pas nécessairement permis d’éviter un conflit. Mais lorsqu’on tient à la paix, il paraît logique d’épuiser tous les recours.

Outre-Atlantique, le débat se limite presque exclusivement à la question du degré d’engagement des États-Unis en Ukraine. Des dizaines d’éditorialistes payés par l’industrie de l’armement ont exigé l’instauration d’une no fly zone – même si cela devait provoquer un conflit nucléaire.

Avant l’invasion, l’un des principaux arguments avancés par les défenseurs d’une ligne ferme face à Poutine reposait sur le principe du droit des peuples à l’autodétermination. Sans s’arrêter sur le fait que les États-Unis violent ce principe en permanence – par leurs propres sanctions qui affament la population afghane ou en soutenant militairement l’Arabie saoudite dans ses multiples crimes de guerre au Yémen – pouvoir rejoindre une alliance militaire ne constitue pas un droit fondamental.

On ne saura jamais si la voie diplomatique pouvait éviter l’invasion russe. Mais force est de constater que du point de vue de Washington, l’heure n’est toujours pas à la négociation.

« Combattre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien »

La position officielle des États-Unis a été explicitée par le Conseiller spécial à la sécurité Jake Sullivan, lors d’une interview à la chaîne NBC le 10 avril dernier : « Ce que nous voulons, c’est une Ukraine libre et indépendante, une Russie affaiblie et isolée et un Occident plus fort, uni et déterminé. Nous pensons que ces trois objectifs sont atteignables et à notre portée . »

En déplacement à Kiev le 25 avril, le ministre américain de la Défense Lyod Austin a confirmé cette ligne en affirmant : « Nous voulons que la Russie soit affaiblie, incapable de reconstruire son armée ». Une position que le New York Times a qualifiée de « plus audacieuse » que la stricte défense de l’Ukraine avancée jusqu’ici. Il n’est pas question de processus de paix, ni de simple défense du territoire ukrainien, mais bien de destruction de l’appareil militaire russe. Ce qui implique la poursuite du conflit. Le 30 avril, en visite officielle à Kiev, la présidente de la Chambre des représentants et troisième personnage d’État Nancy Pelosi a ainsi tenu à réaffirmer le soutien américain à l’Ukraine « jusqu’à la victoire finale ».

Pour l’ex-ambassadeur et diplomate américain Charles Freeman, cette ligne politique équivaut à « combattre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien ». Comme de nombreux analystes l’ont noté, la résolution du conflit ne peut prendre que deux formes : la capitulation sans conditions d’un belligérant, ou un accord de paix qui nécessitera un compromis peu reluisant. Pour Freeman, la Russie ne peut pas être totalement battue. Elle peut encore déclarer la mobilisation générale (officiellement, elle n’est pas en guerre) ou recourir à des tactiques et armes de plus en plus destructrices pour défendre la Crimée et les territoires du Donbass. Les alternatives sont la destruction complète de l’Ukraine ou une guerre sans fin.

Depuis le début du conflit, les États-Unis ont refusé de prendre directement part aux pourparlers de paix. Selon le Financial Times , Poutine était ouvert à un accord, mais a changé de position au cours du mois d’avril. Initialement, l’approche de Washington se fondait sur l’hypothèse que l’armée russe se rendrait tôt ou tard maître du terrain. La solution avait été résumée par Hillary Clinton dans un interview tragi-comique : faire de l’Ukraine un nouvel Afghanistan pour les Russes, en armant une insurrection.

Une stratégie qui a fait ses preuves pendant le premier conflit afghan, selon l’ancienne ministre des Affaires étrangères, qui évoquait simplement quelques « conséquences indésirables » – à savoir plus d’un million de civils afghans tués entre 1979 et 1989, les attentats du 11 septembre 2001 puis vingt ans de guerre en Afghanistan.

Le président Zelensky tient une ligne plus nuancée, évoquant fréquemment les négociations en vue d’accord de paix. S’il demande une implication militaire plus importante des Occidentaux et le renforcement des sanctions économiques, il a mentionné à de nombreuses reprises être favorable à un statut neutre pour l’Ukraine, reconnaît que la Crimée ne fera pas partie des pourparlers et reste ouvert à une solution négociée au Donbass. Sa position évoluera nécessairement avec la situation militaire sur le terrain, mais la perspective d’un accord de paix fait toujours partie de son discours.

Pour l’administration Biden, à l’inverse, le but est de provoquer un changement de régime à Moscou, potentiellement suivi de la traduction de Vladimir Poutine devant le tribunal de La Haye pour crimes de guerre.

« La seule issue désormais, c’est la fin du régime de Poutine » expliquait un haut responsable de l’administration Biden à Bloomberg News . Boris Johnson, le Premier ministre britannique, totalement aligné sur Washington, a confirmé cette ligne, affirmant que la stratégie occidentale avait pour but de « provoquer l’effondrement du régime de Poutine ». Il faisait ainsi écho au ministre de la Défense britannique, pour qui « son échec doit être total (…) les jours de Poutine seront compté, il va perdre le pouvoir et ne sera pas en mesure de choisir son successeur ». Des déclarations qui s’ajoutent aux propos de Joe Biden lui même, accusant Poutine de commettre un génocide et évoquant l’impossibilité qu’il reste au pouvoir.

De fait, les États-Unis refusent d’offrir une porte de sortie au régime de Poutine – le contraignant à choisir entre le prolongement de la guerre quoi qu’il en coûte ou la prison à perpétuité ! Les voix qui s’élèvent contre la stratégie de Joe Biden sont rares outre-Atlantique. Le débat se limite presque exclusivement à la question du degré d’engagement des États-Unis en Ukraine. La presse et des dizaines d’éditorialistes payés par l’industrie de l’armement ont exigé l’instauration d’une no fly zone même si cela devait provoquer un conflit nucléaire . Jen Psaki, la porte-parole de la Maison-Blanche, a ironisé sur la quantité de questions qu’elle recevait dans ce sens. Mais face au seul journaliste l’interrogeant sur les pourparlers de paix, elle a confirmé que les États-Unis ne participaient pas aux discussions avec la Russie.

La fin justifie les moyens ?

Comme le rapportait l’Associated Press , la prolongation du conflit aggrave les comportements des militaires et accroît le risque de crimes de guerre. Face aux atrocités, la communauté internationale reste divisée. À l’exception des alliés de l’OTAN, la plupart des pays ont choisi la neutralité. Une des causes de ce manque de mobilisation vient du fait que les crimes russes restent comparables à ceux commis par les États-Unis et ses alliés dans l’Histoire récente, estime Noam Chomsky.

Les États-Unis ont refusé de signer la convention de Genève sur les armes chimiques et les bombes à sous-munition. Ils en ont fait usage contre les populations civiles en Irak. Washington ne reconnait pas le tribunal international de La Haye. Le Congrès a même signé une loi autorisant l’invasion des Pays-Bas si des ressortissants américains étaient forcés de comparaître devant cette juridiction. Comme les Russes, l’armée américaine a délibérément ciblés des bâtiments civils.

Le New York Time s rapportait récemment les propos d’un stratège militaire russe, selon lequel « de la campagne de l’OTAN en Serbie, la Russie a retenu que la fin justifiait les moyens ». Les multiples crimes de guerre commis par l’Occident dans les Balkans auraient encouragé la Russie à adopter les tactiques sanglantes observées en Syrie et en Ukraine, selon ce stratège. Pour rappel, l’OTAN se justifiait de ne pas prévenir les civils des zones bombardés « pour réduire le risque pour nos avions ». Tony Blair avait estimé que les bombardements des bâtiments de télévision publique et la mort de dizaines de techniciens étaient « entièrement justifiés » car « ces médias participent à l’appareil de communication de Milosevic ».

Difficile, dans ses conditions, d’adopter une posture morale susceptible de rallier l’ensemble de la communauté internationale. Si sanctionner le régime de Poutine et aider l’Ukraine semble justifié, y compris aux yeux des critiques de Biden, la manière dont sont conduites ces politiques interrogent. Tout comme leur efficacité réelle.

Les armes livrées à l’Ukraine « disparaissent dans un trou noir géant » selon de hauts responsables de l’administration Biden. Cette dernière reconnaît être incapable de savoir où vont les armes, et est consciente du risque qu’elles tombent dans de mauvaises mains : crime organisé, réseaux terroristes et organisations néonazies . Avant le début du conflit, l’Ukraine était déjà un régime considéré comme corrompu et autoritaire, accueillant la principale plaque tournante du trafic d’armes international.

De même, les sanctions économiques renforcent le pouvoir de Vladimir Poutine plus qu’elles ne l’affaiblissent. Les oligarques russes passent largement à travers des mailles du filet – les cibler de manière efficace nécessiterait de recourir à des moyens jugés inquiétants par les oligarques occidentaux ! Ainsi, les premières victimes des sanctions économiques restent les classes moyennes russes, qui se sont logiquement rapprochées de Poutine. Indirectement, cette guerre économique touche également les populations des autres pays via l’hyperinflation des prix de l’énergie et des produits alimentaires, au point de provoquer un début de récession en Europe. Enfin, le statut de monnaie de réserve du dollar pourrait faire les frais de la politique de Washington, selon de nombreux économistes américains proches du pouvoir.

Au delà de ces conséquences indésirables, la stratégie américaine présente un risque d’escalade du conflit en Europe. Soit en acculant la Russie à recourir à des armes ou stratégie plus violentes, ou par simple engrenage militaire sur les théâtres d’opérations. Des perspectives qui inquiètent les experts du risque nucléaire , et des stratèges européens .

Les États-Unis ont joué un rôle déterminant dans le succès militaire ukrainien, dès les premières heures du conflit . Il est désormais question de livrer des armes plus perfectionnées à l’Ukraine, potentiellement pour porter le combat sur le territoire russe, comme l’a reconnu le ministre de la Défense britannique à la BBC. Cela s’ajoute aux déploiements de forces spéciales occidentales en Ukraine, au partage des informations brutes obtenues en temps réel par les services de renseignement et à la formation de soldats ukrainiens en Pologne et en Allemagne. Des efforts remarquablement efficaces sur le front, mais qui risquent de compliquer un futur accord de paix.

Le New York Times révèle ainsi une forme de dissonance entre la stratégie officielle de Washington et ce que les décideurs admettent en off . Poutine serait « un individu rationnel » qui chercherait à éviter une escalade du conflit dans l’espoir de trouver une porte de sortie, ce qui expliquerait le fait que « l’armée russe se comporte moins brutalement que prévue », selon les responsables occidentaux cités par le Times .

La position américaine officielle évoluera peut-être en faveur d’une résolution pacifique du conflit, en particulier si l’armée russe est défaite au Donbass. Mais rien ne garantit qu’une telle humiliation sera acceptée par Moscou. Pour l’instant, les États-Unis estiment que la Russie n’ira pas jusqu’à employer l’arme nucléaire, et agissent en conséquence, repoussant toujours plus loin la notion de guerre par procuration. Après avoir demandé 33 milliards de dollars de plus au Congrès américain pour soutenir l’Ukraine, Joe Biden va proposer un texte de loi visant à attirer les meilleurs scientifiques russes sur le sol américain.

Quid de ceux qui espèrent profiter de cette invasion injustifiable pour se débarrasser de Vladimir Poutine ? Joe Biden lui-même a expliqué que cela prendrait du temps – au moins un an. Des milliers de vies ukrainiennes en feraient les frais, et la hausse des prix des matières premières frapperait plus durement encore les populations qui y sont exposées à travers le globe. Tout cela pour poursuivre un but – le changement de régime – dont l’histoire macabre reste à écrire de manière exhaustive. De telles opérations ont-elles jamais abouti à autre chose que la mise en place d’un État failli ? La perspective d’une nouvelle Libye ou d’un nouvel Afghanistan, mais avec 6 000 ogives nucléaires et des dizaines de missiles hypersoniques, n’a pas vraiment de quoi rassurer.

Notes :

[1] L’information est d’autant plus crédible qu’elle provient du journaliste spécialiste des questions de sécurité et renseignement James Risen, prix Pullitzer du temps où il travaillait au New York Times pour son investigation sur la NSA.