close
  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 103

    Angélique Andthehord · Friday, 16 September - 14:10 edit

Le tumulte de voix redoubla pour couvrir la mienne. Je n'entendais plus que :

« Jette dans la poubelle ! Jette dans la poubelle ! »

répété et répété encore, de sorte à empêcher mon cerveau de penser autre chose que ces quatre mots. Je ne pouvais rien faire, j'étais complètement déstabilisée par ces voix imaginaires qui me remplissaient la tête.

Ben, j'comprends qu'la plupart des filles, à ma place, èes iraient vite se débarrasser d'leur balle dans c'te fichue poubelle publique et partiraient en courant. Tu m'étonnes ! Ouais mais là, c'est la balle à Olivier que j'tiens et il est pas question d'en faire cadeau aux serpents. Ça, non ! Dans la cour de récréation, c'est Olivier l'plus fort pour prendre ma défense contre Gildas mais dans l'monde des cauchemars, c'est moi la plus forte parce que moi, j'ai pas peur. J'ai combattu des monstres bien plus terribles, à Courbevoie. C'est moi qui dois protéger Olivier.


extrait de : Petit cauchemar de bébé


#ennui #peur #cauchemar #mystère #angoisse #école #récréation #balle #poubelle #serpents #garçons #intimidation #entêtement #tumulte #pression #volonté #fermeté #raison

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 101

    Angélique Andthehord · Tuesday, 13 September - 17:26 edit

Les serpents s'étaient trahis devant mon aplomb et il m'apparut que mon seul et pire cauchemar de Cesson, ce n'étaient rien que des enfants, une bande de mauvais garnements qui s'amusaient à faire peur aux filles.

Se voyant démasqués, ils se dirent entre eux :

« Faut qu'elle ait peur de nous ! Faut lui faire peur ! Faut pas la laisser partir avec c'qu'èe tient dans la main ! Faut qu'èe nous l'donne ! »

Alors ça, c'est c'qu'on va voir !


extrait de : Petit cauchemar de bébé


#Cesson #peur #cauchemar #mystère #désagrément #poubelle #serpents #garçons #enfants #intimidation #pression #volonté #vision

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 97

    Angélique Andthehord · Thursday, 8 September - 11:41

Le lendemain matin, quand j'arrivai à l'école, dans la cour de récréation, Olivier vint à ma rencontre, la vieille balle de tennis dans la main, et m'annonça gravement :

« J'ai mis la balle dans ma chambre pour dormir et j'ai fait des cauchemars. Elle est ensorcelée. Reprends-la !

- Mais ! ça s'peut pas, pour de vrai. J'disais ça pour rigoler.

- Je sais pas. J'ai peur. Reprends-la, s'il te plaît ! »

Devant son insistance, je repris la balle, blessée que mon cadeau me fût retourné et Olivier me demanda :

« Tu vas la ramener chez toi ?

- Ben oui. »

Pourquoi y m'demande ça ?


extrait de : Malédiction


#contrariété #ennui #peur #cauchemar #mystère #école #tristesse #balle #cadeau #blague #balivernes #malédiction

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 92

    Angélique Andthehord · Saturday, 3 September - 08:29 · 1 minute

Petit à petit, les enfants de la classe se mirent à jouer tous ensemble au ballon. C'était sympa, comme ambiance, mais moi, je ne savais pas jouer au ballon ; je ne savais d'ailleurs pas jouer du tout dans une cour de récréation.

J'avais quitté les débats politiques de la ville pour les jeux de ballon de la campagne et je me sentais bien incapable d'y participer. Je n'étais pas sportive et j'avais la vue abîmée par les traumatismes que j'avais subis quand j'avais cinq ans. Je n'étais pas au niveau pour jouer avec les autres et j'étais bien trop timide pour oser entrer dans le groupe mais, toujours, du milieu du terrain, une voix appelait mon prénom et il n'y avait pas d'autre Angélique. Alors, je venais me placer dans le groupe et je restais là, debout. Je ne jouais pas, je ne savais pas. Je me sentais incapable de jouer et j'étais pétrifiée par la timidité mais j'étais là, au milieu des autres qui jouaient, au lieu d'être toute seule dans mon coin.


extrait de : La Courbevoisienne de Cesson


#Cesson #solution #peur #angoisse #appel #école #gentillesse #ambiance #timidité #ballon #récréation #jeu #solitude #traumatisme #tristesse #balle #maladresse #attention #chagrin

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 91

    Angélique Andthehord · Thursday, 1 September - 19:05 · 1 minute

… par un instituteur qui, lui, n'intervenait jamais pour empêcher que je fusse victime de violences à l'école. Pourtant, en classe, il me traitait comme si j'étais sa chouchoute, faisant preuve, continuellement, d'une injustice grossière en ma faveur. Moi, la chouchoute de l'instit ? Non mais c'est le monde à l'envers, sans déconner ! On aurait dit qu'il faisait ça exprès pour tenter de monter les enfants de Cesson contre moi. J'avais honte ! D'autant que, quand il me regardait, il m'a déjà semblé voir de la haine dans ses yeux mais jamais de tendresse. Même qu'au début de l'année, il m'avait rejetée dédaigneusement par un :

« Toi, j't'apprendrai rien. T'en sais déjà trop. »

alors que tout ce que l'école et lui-même étaient supposés connaître de moi, c'était mon bulletin scolaire de l'année précédente, lequel était tellement moyen que la directrice de l'école de Courbevoie m'avait prévenue que mon passage en CM2 n'allait peut-être pas être accepté dans ma nouvelle école.

Mon maître du CM2, lui aussi, était nouveau à l'école de Cesson, tout comme le directeur qui, d'ailleurs, m'avait aussi dit des trucs bizarres à l'oreille, le jour de la rentrée, avant de m'envoyer dans l'autre classe de CM2 : il m'avait dit qu'il attendait de moi mieux que la perfection.


extrait de : La Courbevoisienne de Cesson


#ennui #Cesson #peur #mystère #angoisse #école #ambiance #timidité #solitude #traumatisme #tristesse #désagrément #balivernes #rejet #dédain #instituteur #enseignement #favoritisme

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 90

    Angélique Andthehord · Wednesday, 31 August - 11:53 · 1 minute

Je voulais aussi me faire d'autres amis mais j'étais trop timide, je n'y arrivais pas. Dans la cour de récréation, Muriel était toujours avec moi et la conversation ne tarissait jamais entre nous deux et, en plus, elle était copine avec tout le monde mais moi, dès qu'une de ses copines venait lui parler, c'était plus fort que moi, la timidité reprenait le dessus et j'étais muette.

Olivier, il était à l'opposé de moi. D'ailleurs, il habitait loin de chez moi, je ne le voyais pas, en dehors de l'école. Bien que nouveau, il entraînait derrière lui des garçons de la classe dans ses jeux parce qu'il était joyeux et plein d'entrain mais il était agité, le maître le punissait tout le temps.

Par contre, dans la classe, y a un méchant qui s'appelle Gildas. Même, un jour, dans la rue, y m'a donné un coup de pied et j'ai saigné. En récréation aussi, y voudrait bien m'embêter mais y peut pas parce qu'à chaque fois, Olivier vient prendre ma défense et c'est toujours Olivier l'plus fort. En plus, il est beau. Mais, après, y s'fait tout l'temps punir pour s'être battu…


extrait de : La Courbevoisienne de Cesson


#contrariété #ennui #Cesson #peur #angoisse #école #gentillesse #ambiance #discussion #copine #amie #rentrée #tempérament #timidité #garçon #méchant #gentil

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 81

    Angélique Andthehord · Saturday, 20 August - 17:22

« C'est des cauchemars ! »

hurlai-je pour alerter tout le monde.

« Ben, qu'est-ce qui t'prend ? Ça va pas, non ! Tais-toi ! Baisse la tête ! »

gronda Maman à voix basse.

J'insistai, persuadée qu'il y avait danger et qu'il fallait prendre la poudre d'escampette mais ma mère me força à me taire et la messe se poursuivit exactement comme si je n'étais pas intervenue.

À l'issue de la cérémonie, lorsque nous sortîmes de l'église, Papa, Maman, Tonton et Tata s'accordèrent à dire qu'il était tard et que j'étais fatiguée.

C'était quand j'avais quatre ans.


extrait de : La messe de Cesson


#contrariété #ennui #solution #peur #cauchemar #mystère #messe #angoisse #alerte #réprimande #méfiance

  • chevron_right

    chapitre 16 On ne peut vivre qu'une destinée à la fois extrait 80

    Angélique Andthehord · Friday, 19 August - 22:51 · 1 minute

Tandis que, jusque-là, la messe s'était déroulée paisiblement, comme à l'accoutumée, le prêtre, debout face à l'assemblée, étendit ses deux bras sur les côtés, laissant flotter sous eux le tissu des larges manches de son vêtement de prêtre et ça me donna subitement un drôle de sentiment d'angoisse. On aurait dit une chauve-souris géante.

Je clignai des yeux en secouant la tête un coup bref, de sorte à chasser cette vilaine impression et regardai mieux ces larges manches que le prêtre étendait et qui me faisaient penser à des ailes de chauve-souris. J'en vis sortir des fluides chargés d'angoisse et d'épouvante. Rouges, bleus, noirs, gris, aux couleurs de l'orage, ces fluides, une fois libérés, se déplaçaient dans l'église à vive allure. J'en suivis certains du regard et les vis s'engouffrer dans des crânes qui s'offraient à eux bêtement.

Tous les crânes de l'assemblée s'offraient bêtement à ces fluides cauchemardesques parce que tous les fidèles étaient debout, tête baissée, selon le rituel de la messe. Face à eux, face à nous, le prêtre continuait à faire sortir des cauchemars de ses manches et les jeter, par les paumes de ses mains ouvertes, sur ces pauvres gens qui continuaient, confiants, à lui offrir leurs crânes.


extrait de : La messe de Cesson


#problème #peur #cauchemar #agression #mystère #messe #église #prêtre #angoisse #épouvante