close
  • chevron_right

    Valérie Pécresse candidate LR à la présidentielle, vous n'avez pas fini d'entendre cette punchline

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 14:18 · 2 minutes

POLITIQUE - “Cramer la caisse”. Sur les sujets de pouvoir d’achat , de finances ou si vous l’interrogez sur le bilan de son prédécesseur, il y a de grandes chances pour que Valérie Pécresse vous parle du mandat d’ Emmanuel Macron en ces termes: “Il a cramé la caisse”.

La présidente de la région Ile-de-France , désignée candidate à la primaire LR pour l’ élection présidentielle 2022 ce samedi 4 décembre, use et abuse de l’expression. Tant et si bien qu’on lui en avait fait la remarque lors du dernier débat entre les 5 compétiteurs du Congrès, à l’issue duquel elle a largement devancé Eric Ciotti au second tour. “Vous l’aimez bien cette expression?”, soulignait, amusée, Sonia Mabrouk sur CNews le 21 novembre.

Trois fois en un débat

Valérie Pécresse l’aura répété trois fois ce soir-là: “Emmanuel Macron a cramé la caisse”. La première fois c’était le 17 septembre, au micro de BFMTV . Le 19 octobre, elle le redit en conférence de presse . Puis pendant les deux débats qui suivent.

La seule femme à se présenter à l’investiture LR mise sur une image sérieuse, de celle qui a déjà dû gérer des “caisses” justement. Va-t-elle à nouveau ressortir son expression préférée pour tancer l’actuel président, maintenant qu’elle est la candidate de son parti?

Mauvais souvenirs

Quoi qu’il en soit, la femme politique a déjà revendiqué la maternité de sa punchline favorite. La formule, dans le texte, est toutefois à attribuer à Laurent Wauquiez , comme l’avait fait remarquer Éric Ciotti lors du dernier débat LR .

En 2018, devant des étudiants de l’EM Lyon, l’actuel président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait en effet dézingué certains membres de sa famille politique dans des propos enregistrés à son insu, ensuite rendus publics. Il y critiquait notamment la gestion financière d’ Alain Juppé à Bordeaux, l’accusant d’avoir “totalement cramé la caisse” de sa ville. De mauvais souvenirs que Les Républicains, qui jouent désormais l’union et l’apaisement, préféreront oublier.

À voir également sur Le HuffPost : “Stéphane Ravier… euh Julien”: Ce lapsus d’Éric Ciotti n’est pas passé inaperçu

  • chevron_right

    Résultat du Congrès LR: Pécresse l'emporte face à Ciotti

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 13:30

Valérie Pécresse (ici le 24 juin 2021) remporte la primaire de la droite face à Eric Ciotti

POLITIQUE - La droite a désormais sa candidate: Valérie Pécresse. La présidente de la région Île-de-France est déclarée vainqueur du Congrès des Républicains . Elle portera donc les couleurs de son camp à la prochaine élection présidentielle , au printemps 2022.

Selon les résultats annoncés par Christian Jacob ce samedi 4 décembre peu avant 14h30, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a recueilli 61% des voix face au député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (39%). C’est lui, pourtant, qui était arrivé en tête du premier tour, jeudi . Valérie Pécresse a ainsi bénéficié du report des voix des candidats malheureux, Michel Barnier, Xavier Bertrand et Philippe Juvin. Les trois avaient appelé à voter pour la patronne de région, “la mieux placée pour battre Emmanuel Macron.”

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Valérie Pécresse et son expression préférée...

  • chevron_right

    Valérie Pécresse ou Eric Ciotti, qui serait le meilleur candidat pour Macron?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 10:29 · 4 minutes

Qui de Valérie Pécresse ou d’Eric Ciotti, les prétendants arrivés en tête du premier tour jeudi, décrochera la timbale? Réponse samedi 4 décembre 2021 à 14h30.

POLITIQUE - Une certitude: le ou la gagnant(e) sera une surprise. Les 140.000 adhérents Les Républicains sont appelés à choisir leur candidat à la présidentielle 2022. Qui de Valérie Pécresse ou d’ Eric Ciotti, les prétendants arrivés en tête du premier tour jeudi , décrochera la timbale? Réponse ce samedi 4 décembre à 14h30.

Sorti en première position, le député très droitier, chantre d’un “Guantanamo à la française”, fait une nouvelle fois figure de challenger face à la présidente de la région Île-de-France, soutenue par les trois candidats malheureux . Lors d’un entre-deux-tours éclair, volontairement réduit à sa plus brève durée pour éviter les déchirements mortifères, la candidate a enregistré le ralliement de 170 parlementaires, selon son équipe.

Les deux affichent en tout cas un argument massue: ils seraient, chacun dans leur genre et avec leur ligne, le ou la seule capable de renverser Emmanuel Macron au printemps prochain.

Qui peut battre Emmanuel Macron?

Ce mantra, répété à l’envi par certains, n’a pas porté chance à Xavier Bertrand. Le mieux placé à droite selon les sondages a été éliminé au premier tour du Congrès, les adhérents LR ne lui ayant visiblement pas pardonné son départ fracassant du parti en 2017.

Qu’importe, c’est là-dessus qu’Eric Ciotti a axé son discours post-premier tour. Pour lui, seul un projet radical, le sien en l’occurrence, peut contrecarrer les plans d’un président sortant qui caracole en tête dans les sondages à cinq mois de l’élection suprême.

Le député de 56 ans, qui “ne s’excuse pas d’être de droite”, prône la “rupture”, notamment sur le régalien, avec des propositions choc: priorité nationale sur l’emploi et le logement, retour au droit du sang, prison inspirée de Guantanamo. Autant d’idées propres à séduire l’aile dure des Républicains, aussi tentée par Eric Zemmour. Pour lui, un positionnement “trop proche du macronisme ne permettra en aucun cas de battre le président de la République sortant.”

Valérie Pécresse, au contraire, voit la force de sa candidature dans sa “capacité à rassembler toutes les sensibilités de la droite”. Et, elle aussi, estime être “la seule à pouvoir battre Emmanuel Macron”. “Je sais ce que sont les combats difficiles, je sais les remporter, je suis une femme qui gagne et qui fait”, a-t-elle lancé, jeudi, juste après la publication des résultats, sous les regards approbateurs de Philippe Juvin et Xavier Bertrand, avant d’insister quelques heures plus tard, sur Cnews: “du côté de l’Elysée, ils vont devoir réécrire leur scénario.” Un nouvel épisode de la méthode Coué?

A l’Elysée, on craint Pécresse

Pas tout à fait. Force est de constater que l’entourage du président de la République lorgne bien davantage sur la candidature de la présidente de région que sur celle du député des Alpes-Maritimes.

“Emmanuel Macron a envoyé cinq ministres contre moi pour me faire battre aux élections régionales”, rappelait d’ailleurs jeudi soir celle qui a totalisé 25% des suffrages au premier tour de la primaire LR. “C’est vous dire qu’il me craint, qu’il me redoute, parce qu’il sait que je peux le battre, parce qu’il sait que mon programme est un programme assumé, puissamment réformateur, qui va répondre aux problèmes que lui-même a créés”.

Elle est “un danger réel”, confessent des macronistes restés anonymes, à Challenges , à propos de celle qui est créditée de 10 à 11% des voix dans les sondages (contre 5 à 6% pour Eric Ciotti). “C’est la plus dangereuse”, souffle encore un marcheur dans les colonnes du Parisien , en marge du second tour, estimant que la présidente de région “a une image de nouveauté, une vraie équipe, un potentiel plus large.”

Une autre difficulté semble poindre dans l’esprit de la majorité: Valérie Pécresse est une femme. “Elle va être beaucoup plus difficile à taper que Bertrand, Barnier ou Ciotti... On va nous taxer de misogynie si on y va trop fort”, estime ainsi un proche du président de la République dans les colonnes de La Dépêche . Un argument qui ne devrait pas en être un... mais qui pourrait s’avérer crucial, à l’heure où la majorité se met en ordre de marche autour d’une brochette bien masculine.

À voir également sur Le HuffPost : Au congrès LR, Éric Ciotti savoure sa victoire après le premier tour

  • chevron_right

    Jean #Quatremer : "Il faut vraiment en vouloir pour rester Européen… Cette bulle irresponsable est mortifère"

    eyome · 09:43

Oui, oui, pour ceux qui connaissent les positions de Quatremer vis-à-vis de l'UE, c'est assez comique.

Bien moins con que la moyenne nationale sur la crise "hypocondrique" ambiante, il va finir par devenir intéressant, le correspondant UE pour Libération.

#France, #Politique, #fr, #UE

  • chevron_right

    Autriche, Allemagne et bientôt toute l’Europe contrainte à la vaccination ?

    eyome · 09:31

Attention, pour éviter toutes syncopes, je tiens à avertir que le protagoniste de cette vidéo est le dangereux Asselineau.

Heureusement, ceux à qui nous avons donné le pouvoir sont bien plus raisonnables et modérés...

#France, #Politique, #fr, #UE, #Vaccins, #PassSanitaire, #Covid.

  • Autriche, Allemagne et bientôt toute l’Europe contrainte à la vaccination?

    La vaccination sera-t-elle bientôt obligatoire en Europe? L’Autriche a déjà introduit la mesure et l’Allemagne vient de décréter un confinement des non-vaccinés en vue d’une prochaine obligation vaccinale. Et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a tapé du poing sur la table le 1er décembre. «Une discussion (...) doit avoir lieu», a-t-elle affirmé. François Asselineau, président de l’UPR, y est fermement opposé. Il nous explique pourquoi. S’agissant d’un sujet en lien avec le Covid-19, Sputnik rappelle que l’OMS a mis à la disposition des internautes une rubrique Questions-Réponses dispensant des informations en lien avec la pandémie: évolution du virus, port du masque, sécurité des vaccins https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub Plus d'infos : https://fr.sputniknews.com/20211202/von-der-leyen-envisage-de-discuter-de-la-vaccination-obligatoire-asselineau-farouchement-oppose--1053769742.html Retrouvez toute l’actualité, les reportages, les analyses et les chroniques sur notre site : https://fr.sputniknews.com/ Suivez-nous sur : Télégram : https://t.me/sputnikfrance_officiel Facebook : https://www.facebook.com/sputnik.france Twitter : http://twitter.com/sputnik_fr Instagram : http://www.instagram.com/sputnik_france Abonnez-vous au podcast pour ne jamais manquer un épisode : ▶ iTunes : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/sputnik-france/id1479208886 ▶ Google Podcasts : https://podcasts.google.com/?feed=aHR0cDovL3NwdXRuaWstZnJhbmNlLmxlcG9kY2FzdC5mci9yc3M%3D ▶ Spotify : https://open.spotify.com/show/1RztntZFbIlO8tmrcO9or9?si=Nw_kxWznReOgOy3ofc4epg ▶ Deezer : https://www.deezer.com/show/506972 ▶ Ou copiez l’adresse du flux RSS dans votre application de podcast : http://feeds.soundcloud.com/users/soundcloud:users:157604951/sounds.rss

  • chevron_right

    Éric Zemmour: les dessous d'une candidature pas comme les autres - DOSSIER DU HUFFPOST

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 09:00 · 3 minutes

Éric Zemmour lors d

POLITIQUE - Après des mois de faux suspense, la candidature d’ Eric Zemmour a été officiellement annoncée par l’intéressé, mardi 30 novembre, dans une vidéo d’une dizaine de minutes diffusée en direct sur Youtube. Cette vidéo ( qui reprend par ailleurs des images publiées par Le HuffPost sans notre autorisation ) a été le reflet de ce qu’Eric Zemmour a largement diffusé dans les médias et réunions publiques ces dernières semaines: un enfilage de poncifs s’appuyant sur les symboles d’une France passée , qu’il entend sauver face à de prétendus “dangers”, sans pour autant esquisser de programme politique complet.

Cette candidature est la première portée par un éditorialiste politique et journaliste en France. Elle s’appuie sur des idées d’extrême droite qui poussent encore plus loin le rejet de tout ce qui est étranger ; des idées contre lesquelles une vigilance particulière s’impose, alors qu’elles étaient déjà véhiculées par Marine Le Pen et le Rassemblement national.

C’est pour cette raison que le service politique du HuffPost a, ces dernières semaines, épluché plusieurs aspects de la mobilisation politique portée par cette candidature inédite, afin d’en comprendre au mieux tous les ressorts. Alors qu’Eric Zemmour doit faire son premier meeting officiel de candidat à Villepinte ce dimanche 5 décembre , nous vous proposons de relire ces articles qui font prendre la mesure des valeurs et des risques véhiculés par cette candidature à l’élection présidentielle de 2022.

Éric Zemmour photographié lors d

On a relu le “Premier sexe” d’Eric Zemmour et on a quelques questions à lui poser . Dans cet ouvrage paru en 2006, Eric Zemmour encense le patriarcat et la domination masculine. Notre journaliste Astrid de Villaines, cheffe du service politique au HuffPost, a reparcouru, à l’aune de 2021, la centaine de pages qui éclairent les positions du candidat d’extrême droite sur les femmes, les personnes LGBT, et celles issues de l’immigration, qu’il décrit souvent comme “alliés objectifs”, toujours avec des mots péjoratifs, violents, voire humiliants.

Ce que révèlent les études qui dissèquent l’électorat de Zemmour . La Fondation Jean-Jaurès et l’Ifop ont publié, fin octobre, deux études poussées proposant une “radioscopie d’un nouvel électorat national-populiste” qu’ambitionne de capter Eric Zemmour. Notre journaliste Romain Herreros a décortiqué ses études, qui montrent que le candidat s’appuie avant tout sur des postures anti-immigration.

Les fans de Zemmour reprennent sans filtre son discours anti-islam . Lundi 4 octobre, le polémiste a réuni près de 4000 personnes pour un débat avec le philosophe Michel Onfray à Paris. “Remigration”, “tri” des “bons” ou “mauvais musulmans”, interdiction de certains prénoms (“surtout les musulmans”)... Le discours d’Éric Zemmour férocement hostile à l’immigration et à l’islam a été repris ouvertement, sans filtre ni précaution, par ses sympathisants réunis sur place, comme l’a constaté notre reporter Pierre Tremblay.

Comment les fans d’Éric Zemmour se mobilisent sur les réseaux sociaux. Influences suprémacistes, propos xénophobes et connexions douteuses... L’observation des canaux de diffusion en ligne (Discord, TikTok, Facebook...) utilisés par les cyber-militants et soutiens d’Eric Zemmour avait révélé d’autres types de propos xénophobes ou racistes, sur les immigrés, les musulmans ou l’islam, afin de mobiliser autour de l’intéressé.

Les médias ultra-conservateurs, arbitres du match Le Pen/Zemmour. C’est l’histoire d’un match dans le match. Dans la course à l’élection présidentielle, le duel entre Marine Le Pen et Éric Zemmour a retenu ces dernières semaines l’attention des commentateurs. Dans ce feuilleton, les médias ultra-conservateurs jouent un rôle prépondérant. CNews, Valeurs actuelles, Livre Noir (une plateforme vidéo à forte audience récemment lancée par des proches de Marion Maréchal) et dans une certaine mesure Europe 1, ont en commun le fait d’être proches des idées défendues à la fois par le Rassemblement national et par Éric Zemmour.

À voir également sur Le HuffPost : Désormais candidat, Zemmour va devoir clarifier ces trois points clés

  • chevron_right

    "Le non vacciné est moins dangereux qu'un vacciné"

    eyome · Yesterday - 22:34

Un commentaire en dessous :

Un covidiste AVANT 2020 s'appelait un HYPOCONDRIAQUE C'était un trouble qui touchait 8 millions de personnes et nécessitait une psychothérapie 🤨 En 2020, ces 8 millions de malades ne nécessitent plus de soins et sont devenus la norme pour tous !!

#France, #Politique, #fr, #Covid, #Vaccin, #PassSanitaire, #JeSuisOlivOliv

  • Davy tweet 🥕 🥕 🥕 (@BiketteClash)

    🔴Un covidiste AVANT 2020 s'appelait un HYPOCONDRIAQUE C'était un trouble qui touchait 8 millions de personnes et nécessitait une psychothérapie 🤨 En 2020, ces 8 millions de malades ne nécessitent plus de soins et sont devenus la norme pour tous !!🤪