close
  • Hu chevron_right

    La popularité de Macron au plus bas depuis un an - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 1 July - 15:00 · 3 minutes

EXCLUSIF - La popularité de Macron (ici le 8 mai 2021) au plus bas depuis un an après sa défaite aux législatives EXCLUSIF - La popularité de Macron (ici le 8 mai 2021) au plus bas depuis un an après sa défaite aux législatives

POLITIQUE - La dégringolade continue. Emmanuel Macron chute à nouveau dans le baromètre réalisé par YouGov pour Le HuffPos t dans les derniers jours de juin et publié ce vendredi 1er juillet. Le chef de l’État , dont le parti a été défait aux élections législatives , sans majorité absolue à l’Assemblée nationale, voit sa cote de popularité reculer de deux points en un mois.

Seuls 29% des Français interrogés par le sondeur les 27 et 28 juin disent avoir une opinion favorable de son action à l’Élysée. Ils étaient 31% à être dans ce cas à la fin du mois de mai, après sa réélection, mais avant la campagne -difficile- de la majorité pour les législatives.

Une nouvelle baisse, la quatrième de suite, qui fait tomber Emmanuel Macron a son plus bas niveau depuis presque un an. Il faut effectivement remonter au mois d’août 2021 pour trouver pire indicateur, comme vous pouvez le voir ci-dessous . Le président de la République, alors mesuré à 28%, venait tout juste d’étendre le pass sanitaire aux activités du quotidien.

Dans le détail, c’est auprès de ses propres électeurs que le locataire de l’Elysée semble le moins convaincre depuis les dernières échéances électorales. Si sa côte de popularité grimpe chez les sympathisants des Républicains ou de la NUPES (+5% d’opinion favorable), elle s’érode de 7 points auprès de sa base. Les conséquences d’une forme d’immobilisme et du blocage apparent à l’Assemblée nationale?

La popularité de Borne en berne

La situation n’est pas meilleure pour Elisabeth Borne, la cheffe du gouvernement la moins solide, en terme de popularité, depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir. La première ministre suit la trajectoire du président de la République et recule d’un point en un mois.

Seules 19% des personnes interrogées par YouGov sont convaincues par son action à Matignon à l’heure où elle tente de former un gouvernement capable de trouver des majorités au Palais Bourbon. Plus délicat encore, il semblerait que les Français ne lui accordent pas un grand crédit pour ces tractations. S’ils ont tendance à se réjouir de la configuration politique actuelle , ils font davantage confiance à l’opposition (30%) qu’à la Première ministre (15%) pour nouer les alliances ponctuelles nécessaires à l’adoption des textes à l’Assemblée.

Dans ce contexte, une responsable politique semble mieux s’en sortir que les autres: Marine Le Pen. Son entreprise de dédiabolisation porte ses fruits, à l’Assemblée nationale où elle est parvenue à obtenir deux sièges de vice-présidents , une première pour l’extrême droite, et dans la population.

Selon la même étude , 30% des Français ont une “opinion positive” de la cheffe de file du Rassemblement national... loin devant tous les autres. Edouard Philippe, qui demeure malgré tout la personnalité politique préférée de notre baromètre -il recueille moins d’opinion négative que Marine Le Pen- est neuf points derrière en terme d’adhésion. La majorité toute entière semble pâtir de la situation.

Enquête réalisée du 27 au 28 juin 2022 auprès de 1018 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec:

À voir également sur Le HuffPost: Les trois images historiques d’une première semaine sous tension à l’Assemblée

  • Hu chevron_right

    La popularité de Macron et Castex glisse d'un point - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 1 October, 2021 - 15:00 · 2 minutes

Petite chute de popularité de Macron et Castex

POLITIQUE - Une petite glissade automnale pour le couple exécutif. Selon le baromètre YouGov réalisé pour Le HuffPost , la popularité d’Emmanuel Macron a baissé d’un point en un mois, pour s’établir à 32% d’opinions favorables, après un fort rebond observé à la rentrée . Une chute du même ordre pour le Premier ministre Jean Castex, qui voit lui sa cote s’établir à 28%, contre 29% début septembre.

Dans le détail, il est intéressant de constater que le chef de l’État gagne à gauche, progressant de 5 points chez les électeurs de la gauche modérée et de 5 points également chez ceux d’extrême gauche. Une hausse que l’on peut interpréter comme résultant des nombreuses dépenses annoncées à la rentrée par Emmanuel Macron, qui assume dans cette période de reprise de ne pas respecter la sacro-sainte règle du déficit inférieur à 3% du PIB.

Des “investissements”, selon le terme élyséen, qui ont valu au président de la République d’être accusé par la droite de “cramer la caisse” en vue de l’élection présidentielle.

Ce qui peut également expliquer pourquoi Emmanuel Macron perd 16 points ce mois-ci chez les sympathisants LR, un électorat très sensible à la dette et aux dépenses publiques. En tout cas, cette perte sèche montre que son discours martial en clôture du Beauvau de la sécurité ne lui a pas permis de conserver l’ensemble de son bloc de droite.

Sans dévisser complètement, Jean Castex n’arrive pas à rattraper le retard qui le sépare du président de la République, accusant de son côté une baisse de 4 points auprès des sympathisants du centre et de 2 points chez ceux de la droite modérée. Comme le chef de l’État, il progresse surtout à gauche ce mois-ci, mais dans des proportions moindres.

En résumé, ni le chèque énergie , ni son plan pour la formation des chômeurs longue durée, ni les 400 millions d’euros débloqués pour l’aide à domicile n’ont permis au locataire de Matignon de remonter la pente. À voir si le “bouclier tarifaire” annoncé pour geler les prix du gaz en augmentation provoquera son petit effet le mois prochain. Ce qui, au regard de ce qui s’est observé ce mois-ci, paraît loin d’être gagné.

Enquête réalisée du 27 au 28 septembre 2021 auprès de 1001 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec: Fermer les écoles pour freiner le Covid-19, les Français sont pour -

À voir également sur Le HuffPost: Macron promet le remboursement des consultations chez le psychologue dès 2022

  • Hu chevron_right

    La popularité de Macron grimpe de cinq points pour la rentrée - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 3 September, 2021 - 17:11 · 3 minutes

Fort rebond de la popularité de Macron (ici en mai 2021 à Porto) pour la rentrée - SONDAGE EXCLUSIF

POLITIQUE - Il y a des rentrées moins difficiles que d’autres. Emmanuel Macron , de retour aux affaires depuis la dernière semaine d’août, entame cette année présidentielle avec une cote de popularité en nette hausse dans notre baromètre mensuel exclusif publié ce vendredi 3 septembre, en partenariat avec YouGov.

Selon l’institut de sondage, 33% des Français ont une opinion favorable du président de la République, contre 28% le mois dernier. Un rebond presque inédit, qui lui permet de retrouver sa popularité du mois de mars 2021, quand il refusait de prononcer un reconfinement général de la population, comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous .

Logiquement, les mécontents vis-à-vis d’Emmanuel Macron reculent. Ils ne sont plus que 57% à avoir une opinion défavorable de son action, soit un peu plus d’un Français sur deux, contre 63% en août. La cote de popularité du Premier ministre, elle, plafonne à 29%. (-1 en un mois)

Les anti-pass dans le rétro?

De quoi donner de l’air au locataire de l’Élysée? L’extension du pass sanitaire, et le mouvement social durable, mais fléchissant, qu’il a engendré ne semblent en tout cas plus avoir de prise sur lui. Emmanuel Macron efface effectivement le petit gadin de trois points que sa popularité avait subi en août , après l’entrée en vigueur du fameux sésame pour les activités du quotidien, et en gagne deux de plus ce mois-ci.

Dans le même temps, les manifestations des “anti” perdent en intensité au fil des semaines et les indicateurs épidémiques, toujours inquiétants dans certaines régions, repartent à la baisse.

Les voyants passent donc progressivement au vert pour le président de la République, lequel entend bien occuper le terrain en cette rentrée, comme s’il était en campagne. D’autant que sa cote de popularité grimpe auprès de toutes les sensibilités politiques... à l’exception du centre, (-2 points), le camp qui lui est acquis.

La droite modérée en renfort

Dans le détail, Emmanuel Macron enregistre une hausse impressionnante auprès des sympathisants de la droite modérée. Ils sont 48% à approuver son action dans notre baromètre du mois de septembre, alors qu’il n’étaient que 23% à le faire lors du précédent. En d’autres termes: la part d’opinions favorables à l’égard du chef de l’État a plus que doublé, en un mois, chez les Français proches des Républicains.

Son discours de fermeté sur les flux migratoires en lien avec l’Afghanistan, bien que largement critiqué par la gauche , a sans doute trouvé un certain écho chez ces électeurs qui en font une question primordiale.

Un camp dont les leaders politiques pourraient commencer à s’inquiéter. Pendant qu’Emmanuel Macron déroule ses sujets régaliens, la droite est toujours engluée dans sa pré-campagne: Xavier Bertrand, le favori, ne veut pas entendre parler de la primaire que ses concurrents appellent de leurs vœux. Difficile, dans ce contexte d’éparpillement, d’engager une dynamique.

Dans notre baromètre de septembre, le président de la région Hauts-de-France perd trois points d’opinions positives (13%). Il se classe tout juste devant son homologue en Île-de-France, Valérie Pécresse (12%), qui en laisse un en route également, par rapport au mois dernier. Il y a des rentrées moins faciles que d’autres.

Enquête réalisée du 30 au 31 août 2021 auprès de 1081 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec: 5fca295ac5b63a1534512124.png

À voir également sur Le HuffPost: Macron depuis l’Irak prévient que l’État islamique “demeure une menace”

  • Hu chevron_right

    La popularité de Macron perd trois après l'extension du pass sanitaire - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 13 August, 2021 - 15:00 · 3 minutes

Emmanuel Macron

POLITIQUE - Le tee-shirt n’a pas fonctionné. Mais était-ce d’ailleurs son but? En ce début du mois d’août, la popularité du chef de l’État perd trois points et retombe à un niveau qu’il n’avait plus connu depuis le printemps 2020, en plein cœur de la crise sanitaire et au moment du premier déconfinement .

Selon notre baromètre mensuel exclusif publié ce 13 août en partenariat avec YouGov, Emmanuel Macron atteint 28% d’opinions favorables, contre 31% au mois de juillet. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous , il faut remonter à avril et juin 2020 pour retrouver un niveau aussi bas.

Les mécontents vis-à-vis de l’action du président de la République sont encore plus nombreux qu’avant: 63% portent un jugement “défavorable” sur son action, contre 59% en juillet. Le chef de l’État conserve tout de même un large socle qui pourra l’aider à sa réélection. Le chiffre est impressionnant chez les sympathisants du centre puisque 89% des sondés se disent satisfaits de son action, deux points de plus qu’en juillet.

Pas d’“effet TikTok” chez les jeunes

Malgré une séquence de pédagogie sur la crise sanitaire et le vaccin à destination des jeunes sur les réseaux sociaux TikTok et Instagram, on n’observe pas “d’effet TikTok” dans cette catégorie, puisque le président perd deux points chez les jeunes de 18-34 ans. Il reste tout de même à un bon niveau dans cette partie de la population, après quatre ans d’exercice du pouvoir, avec 29% de satisfaits.

Cette enquête a été réalisée les 11 et 12 août, soit quelques jours après la mise en place du pass sanitaire , appliqué dans les lieux de la vie quotidienne depuis lundi 9 août. Le chef de l’État doit pâtir à la marge de cette mesure qui a des répercussions sur la vie quotidienne des Français et des gestionnaires des lieux concernés.

Même si l’écrasante majorité soutient toujours la mesure, un affaissement du soutien se fait sentir pour des points particuliers, par exemple chez les enfants ou adolescents. Dans notre enquête YouGov du même mois , ils n’étaient que 35% à soutenir le fait que les élèves non vaccinés restent à la maison en cas de présence du virus à l’école, annoncé fin juillet par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Même chose pour la nécessité du pass sanitaire en sortie scolaire qui ne convainc que 47% des sondés.

Plus sobre, Jean Castex engrange un point

Emmanuel Macron a durci le ton, mercredi, en introduction du Conseil de Défense, à propos de la pandémie est des anti-pass ou anti-vaccins qui se mobilisent chaque semaine dans les rues. Est-ce ce ton martial qui explique la hausse de quatre points chez les mécontents de son action, une simple lassitude en raison de la pandémie qui repart à la hausse dans le sud de la France et en outre-mer ou la séquence adressée aux jeunes qui n’a pas plu?

Le Premier ministre, resté plus en retrait dans la période, gagne lui un point d’opinion favorable et un parmi ceux qui ne sont pas satisfaits de son action. Une stabilité qui le place à 30% de satisfaits, soit deux points de plus que le chef de l’État. C’est la deuxième fois que le Premier ministre passe devant le président dans notre baromètre. La dernière remonte au 4 juin dernier. Jean Castex capitalisait 31% de bonnes opinions ; Emmanuel Macron, 30%.

Est-ce pour enrayer une forme de grogne qui monterait dans le pays que le président de la République a décidé de ne pas faire appliquer le décret prévoyant un contrôle technique pour les deux-roues? Une source proche de l’exécutif nous assurait jeudi 12 août, au moment de cette décision, qu’en effet l’heure n’était pas à celle “ d’embêter les Français ”. Et les trois perdus ce mois-ci vont dans le même sens...

Enquête réalisée du 11 août au 12 août 2021 auprès de 1107 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec:

Fermer les écoles pour freiner le Covid-19, les Français sont pour -

À voir également sur Le HuffPost : Macron sur TikTok, ultime étape d’un gouvernement d’“influenceurs”

  • Hu chevron_right

    La popularité de Macron dépassée par celle de Castex, qui s'envole - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 4 June, 2021 - 15:00 · 2 minutes

Emmanuel Macron et Jean Castex lors d

POLITIQUE - Jean Castex retrouve son plus haut niveau depuis sa nomination. Selon le baromètre YouGov pour Le HuffPost révélé ce vendredi 4 juin, le chef du gouvernement voit sa cote bondir de quatre points en un mois , alors que celle-ci avait plutôt pour habitude de suivre celle du Président de la République. Pas ce mois-ci, donc, puisqu’à l’inverse, Emmanuel Macron voit sa cote baisser d’un point.

Ce qui, sur la ligne d’arrivée, donne 31% d’opinions favorables pour le chef du gouvernement contre 30% pour le locataire de l’Élysée. “Le Premier ministre enregistre une forte hausse auprès des électeurs de l’extrême gauche (28% d’opinions favorables, +13 points), mais progresse également nettement auprès de la droite modérée puisqu’il gagne 9 points”, détaille l’institut de sondages, soulignant que Jean Castex progresse également de 5 points auprès des électeurs de l’extrême droite.

De son côté, Emmanuel Macron dévisse surtout du côté des sympathisants de droite (-9 points) et de l’électorat centriste (-7 points). Un signal plutôt inquiétant pour le chef de l’État, puisqu’il s’agit de son cœur de cible électoral. À noter que la popularité du Président de la République semble ces derniers mois plafonner autour de 30%, ce qui correspond à ce qui était observé à date équivalente chez Nicolas Sarkozy en 2011 (et qui était à l’époque perçu comme un record d’impopularité). Mais cinq ans plus tard, dans notre baromètre YouGov, François Hollande était nettement plus bas puisque le président socialiste touchait le fond à 11% d’opinions favorables ; Manuel Valls était à 14%.

Ci-dessous, l’évolution de la cote du couple exécutif depuis le début du quinquennat.

Remontada de Castex chez les jeunes

Si le Premier ministre observe un bond inédit depuis sa nomination, difficile de dire avec précision à quoi cette progression est due. Pour autant, les efforts faits par Jean Castex en termes de communication peuvent fournir une piste d’explication, à l’image de son trajet (très médiatisé) dans le train de nuit Paris Nice à l’occasion de la réouverture de la ligne. Tout comme un effet déconfinement qui pourrait lui bénéficier, notamment auprès des jeunes.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que Jean Castex progresse de 8 points sur la tranche 18-34 ans, passant de 25% à 33% d’opinions favorables en un mois. À l’inverse, et malgré l’annonce du Pass culture de 300 euros à tous les jeunes de 18 ans et de sa vidéo avec les youtubeurs avec McFly et Carlito , Emmanuel Macron chute de trois points sur cette même tranche d’âge. Preuve s’il en est qu’il en faut sans doute plus pour séduire la jeunesse.

Enquête réalisée du 31 mai au 1er juin 2021 auprès de 1003 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec:

Fermer les écoles pour freiner le Covid-19, les Français sont pour -

À voir également sur Le HuffPost: Sur les retraites, Macron annonce une réforme différente de celle d’avant le Covid-19

  • Hu chevron_right

    La popularité de Jean Castex retrouve son plus bas niveau - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 2 April, 2021 - 15:02 · 2 minutes

Le premier ministre Jean Castex lors d

POLITIQUE - Retour à la case départ pour le Premier ministre. Selon le baromètre réalisé par YouGov pour Le HuffPost et révélé ce vendredi 2 avril, la popularité de Jean Castex dévisse de deux points ce mois-ci, pour atteindre le score de 25% d’opinions favorables, soit son plus bas niveau déjà mesuré à deux reprises, aux mois de décembre et janvier.

Alors que le sondage a eu lieu du 29 au 30 mars, soit avant l’annonce du troisième confinement, difficile de ne pas voir dans ce décrochage les effets liés aux atermoiements de l’exécutif concernant la gestion de la crise sanitaire , qui a parfois viré à la cacophonie ces dernières semaines.

“Malgré une hausse significative auprès de la droite modérée (34% d’opinions favorables, +8 points) et une petite hausse auprès des sympathisants de l’Extrême droite (13% d’opinions favorables, +2 points), le chef du gouvernement plonge auprès des autres franges de l’opinion”, note l’institut de sondages, qui souligne que le chef du gouvernement perd également un point de popularité auprès des sympathisants du centre, soit le cœur de cible électoral de la macronie.

La glissade est plus importante pour Emmanuel Macron, qui chute de trois points sur le mois, et ce après un léger décrochage observé en mars . Plus inquiétant pour le chef de l’État, la baisse s’observe sur toutes les franges de l’opinion, y compris chez les sympathisants du centre où il enregistre un recul de cinq points. Emmanuel Macron voit aussi son score diminuer à droite, en dépit du virage régalien négocié par l’exécutif, offrant la part belle aux thématiques chères à cet électorat.

À noter surtout que cette baisse a été mesurée avant son allocution, durant laquelle il a annoncé de lourdes restrictions, dont la fermeture des écoles, impliquant d’importants sacrifices pour les Français. Ce qui peut laisser penser que cette baisse aurait pu être plus importante, surtout au regard des résultats du sondage publié mercredi, dans lequel 6 sondés sur 10 estiment que le chef de l’État aurait dû reconfiner dès le mois de janvier.

Autre enseignement que l’entourage du chef de l’État pourrait prendre en compte, la constante popularité d’Édouard Philippe, lequel opère un retour médiatique particulièrement bien préparé cette semaine. Selon le baromètre des personnalités , l’ex-Premier ministre est (encore) la personnalité préférée des Français, comme le mois dernier . De quoi alimenter une “Doudou nostalgie” dont l’Élysée se passerait bien.

À voir également sur Le HuffPost: Ces députés refusent de voter une “mascarade”, et ça n’a pas plu à Castex

  • Hu chevron_right

    Sans reconfinement général, la popularité de Macron évite le pire - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 5 March, 2021 - 16:00 · 2 minutes

Emmanuel Macron photographié lors d

POLITIQUE - En dépit de la lassitude liée à la crise sanitaire et une campagne de vaccination jugée toujours trop lente , la popularité du couple exécutif résiste plutôt bien, selon le baromètre mensuel réalisé par YouGov pour Le HuffPost , dont nous dévoilons les résultats ce vendredi 5 mars.

Seul signal à prendre en compte du côté de l’Élysée, la baisse d’un petit point pour Emmanuel Macron en comparaison du mois dernier. Le chef de l’État voit sa cote de popularité se figer à 33% d’opinions favorables, contre 34% en février . Ce qui, à égalité avec novembre 2020, constituait son meilleur score depuis trois ans. Un contrecoup qui est donc à relativiser.

Alors que l’étude s’est déroulée du 1er au 2 mars, et que l’hypothèse d’un reconfinement était à l’ordre du jour, le président de la République semble ainsi sauver les meubles en ne perdant qu’un point. Un résultat qui semble confirmer que le refus d’augmenter trop brutalement les restrictions sanitaires lui épargne -pour le moment- un mécontentement trop bruyant.

De son côté, Jean Castex voit sa cote stagner à 27%. Ce qui, comme le montre le graphique interactif ci-dessous, marque une première pour le locataire de Matignon, qui était habitué depuis sa nomination au mois de juillet à suivre l’évolution du président de la République.

Dans le détail -et de façon assez surprenante après des jours de polémiques sur “l’islamo-gauchisme”- Emmanuel Macron progresse fortement auprès des sympathisants d’extrême gauche, chez lesquels il enregistre une hausse de neuf points sur le mois. Dans le même temps, “il maintient son score du mois dernier auprès des sympathisants de la gauche modérée (33% d’opinions favorables) et de la droite modérée (38% d’opinions favorables)”, tout en observant une chute de 4 points auprès de son électorat.

Même chose chez Jean Castex, qui voit lui aussi une progression à la gauche de la gauche de l’échiquier politique, avec un bond de 5 points chez cette frange de la population. Le Premier ministre “enregistre une baisse de 3 points auprès des sympathisants du centre (59% d’opinions favorables) et régresse de 8 points auprès des sympathisants de l’extrême droite (11% d’opinions favorables). De la même manière, le Premier ministre voit sa popularité chuter fortement auprès des sympathisants de la droite modérée (26% d’opinions favorables, -12 points)”, note encore l’institut de sondages.

Enquête réalisée du 1er au 2 mars 2021 auprès de 1084 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec: 5fca295ac5b63a1534512124.png

Pour en savoir plus sur cette étude, contactez YouGov ici .

À voir également sur Le HuffPost: L’hypothèse d’un reconfinement sème la zizanie à la mairie de Paris

  • Hu chevron_right

    Macron comprend la "détestation" à son égard, mais rejette la "haine"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 14 July, 2020 - 11:49 · 1 minute

POLITIQUE - “Le pays a ça dans ses tripes.” Interrogé par Léa Salamé et Gilles Bouleau à l’occasion de ce mardi 14 juillet, Emmanuel Macron s’est exprimé sur sa popularité. Plus précisément sur “la détestation” personnelle qu’il peut susciter “au-delà” des idées, pour reprendre les mots du journaliste de TF1.

Un sentiment que le chef de l’État dit pouvoir “comprendre.” “Nous sommes dans un pays qui a ça dans son histoire, dans ses tripes”, a-t-il avancé, avant de livrer un nouveau mea culpa.

“J’ai sans doute laissé paraître quelque chose que je ne crois pas être, profondément, mais que les gens se sont mis à détester, ce président qui voudrait tout réformer pour que ce ne soit que les meilleurs qui puisse réussir”, a-t-il expliqué, regrettant également “le jeu des maladresses, parfois des phrases sorties de leur contexte d’autrefois.”

En revanche, si le président de la République dit “comprendre” les contestations, il rejette toute forme de haine et de violence: “on peut critiquer mais la haine n’est pas acceptable, la violence dans les manifestations, la haine dans les discours ne peut être acceptée.”

Quant à sa promesse originelle de réconcilier les Français avec les dirigeants, Emmanuel Macron concède avoir échoué. “Je n’y suis pas parvenu. Est ce que ça veut dire que je vais arrêter de me battre, d’essayer de convaincre de porter un tel projet? Non”, a-t-il argué, répétant le regret de certaines “erreurs” qui ne lui ont “pas permis d’y parvenir.”

À voir également sur Le HuffPost: En marge du 14 Juillet, ballons anti-Macron et gilets jaunes