close
  • Hu chevron_right

    La prime d'activité bientôt relevée de 4%

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 16 June - 22:49 · 1 minute

Le gouvernement s'apprête, pour cet été, à relever la prime d'activité. (photo d'illustration) Le gouvernement s'apprête, pour cet été, à relever la prime d'activité. (photo d'illustration)

EMPLOI - La prime d’activité, versée aux travailleurs modestes, devrait être revalorisée de 4% cet été, a-t-on appris ce jeudi 16 juin de source gouvernementale, confirmant une information des Échos .

Selon le quotidien économique , cette prime, qui s’adresse aux salariés du public ou du privé, aux indépendants et aux agriculteurs, sera revalorisée par anticipation, à hauteur de l’inflation projetée sur 2022, soit 4%, tout comme les pensions et les minima sociaux. Cette hausse devrait intervenir “cet été avec effet rétroactif au 1er juillet”.

La prime d’activité, qui a pour objectif d’inciter les travailleurs les plus précaires à reprendre une activité professionnelle et dont le montant varie en fonction des revenus et de la composition familiale, a déjà augmenté de 1,8% au 1er avril, le montant forfaitaire pour une personne seule atteignant 563,68 euros par mois.

Le quotidien rappelle que, la prime étant calculée en référence au Smic , déjà revalorisé deux fois cette année et qui a franchi les 1300 euros net le 1er mai, le nombre de ses bénéficiaires devrait augmenter en raison d’un plus grand nombre de personnes éligibles. En mars, elle concernait 4,6 millions de foyers, pour un budget proche de 10 milliards d’euros.

À voir également sur Le HuffPost : Handicap: ces AESH épuisées d’être “maintenues dans la précarité”

  • Hu chevron_right

    Quand allez-vous recevoir le chèque énergie (si vous y avez droit)

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 30 March - 13:38 · 3 minutes

Quand allez-vous recevoir le chèque énergie (si vous y avez droit)

POUVOIR D’ACHAT - D’une valeur moyenne de 150 euros et pouvant atteindre 277 euros, les premiers chèques énergie ont été envoyés ce mercredi 30 mars. Quelque 5,8 millions de ménages devraient le recevoir dans les semaines à venir, selon un calendrier d’envoi précis.

Pour recevoir ce coup de pouce annuel, “aucune démarche n’est nécessaire”, rappelle le ministère de la Transition écologique dans un communiqué de presse. “Il suffit d’avoir déclaré ses revenus l’année précédente” pour en bénéficier. Le montant du chèque énergie, envoyé directement au domicile des bénéficiaires, est calculé “selon les revenus et la composition du ménage en question”. Un simulateur est disponible en ligne pour savoir si vous êtes éligible.

Il sera envoyé à partir de 30 mars directement au domicile des bénéficiaires. Les ménages qui ont déjà choisi d’attribuer automatiquement leur chèque énergie à leur fournisseur d’électricité ou de gaz naturel, s’ils sont encore éligibles à cette aide cette année, recevront une confirmation de la transmission de leur chèque 2022 entre le 11 et le 22 avril 2022.

Des envois étalés entre le 30 mars et le 30 avril

Le dispositif permet de régler les factures des fournisseurs de gaz naturel, d’électricité et d’autres combustibles, notamment le bois et le fioul domestique. Le chèque énergie peut aussi être utilisé pour payer des factures de chauffage dans les EHPAD, résidences autonomie, etc., Et certaines dépenses de rénovation énergétique. Il sera utilisable en ligne ou par courrier jusqu’au 31 mars 2023.

Le ministère de la Transition écologique souligne qu’un espace “bénéficiaire” sera mis en place au début du mois d’avril pour permettre aux bénéficiaires de gérer les démarches liées au chèque énergie, telles que son utilisation pour régler des factures en ligne ou la déclaration de sa perte ou de son vol.

Voici le calendrier des envois du chèque énergie, étalés entre le 30 mars et le 30 avril, selon le département de résidence:

Entre le 30 mars et le 1er avril , il sera envoyé aux départements suivant: Pas-de-Calais, Nord, Somme, Aisne, Oise et Ardennes.

Du 4 au 8 avril: Marne, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Territoire de Belfort, Vosges, Haut-Rhin, Haute-Marne, Aube, Haute-Saône, Doubs, Jura, Saône-et-Loire, Nièvre, Yonne, Côte-d’Or, Haute-Savoie, Ain, Savoie, Drôme, Allier, Haute-Loire, Rhône, Ardèche, Loire, Cantal, Puy-de-Dôme, Seine-et-Marne.

Du 11 au 14 avril: Yvelines, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Orne, Val-d’Oise, Seine-Maritime, Eure, Loir-et-Cher.

Du 19 au 22 avril: Calvados, Manche, Sarthe, Cher, Loiret, Inde, Mayenne, Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Vendée, Loire-Atlantique, Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor, Finistère, Morbihan, Creuse, Corrèze, Haute-Vienne, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Gers.

Du 25 au 29 avril: Dordogne, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Landes, Hautes-Pyrénées, Pyrénées Orientales, Haute-Garonne, Ariège, Lot, Aveyron, Tarn-et-Garonne, Tard, Aude, Hérault, Lozère, Gard, Mayotte, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Hautes-Alpes, Alpes de Haute Provence.

Entre le 30 mars et le 29 avril (5 envois étalés sur 5 semaines): Réunion, Guadeloupe, Corse, Eure-et-Loir.

Entre le 30 mars et le 15 avril (5 envois étalés sur 3 semaines): Isère, Bas-Rhin.

Entre le 30 mars et le 22 avril (4 envois étalés sur 4 semaines): Gironde.

Entre le 30 mars et le 29 avril (3 envois étalés sur 5 semaines): Guyane.

Entre le 4 et le 22 avril (3 envois étalés sur 3 semaines): Martinique.

Entre le 30 mars et le 8 avril (2 envois étalés sur 2 semaines): Deux-Sèvres.

Selon le ministère, les délais entre l’envoi et la réception du chèque énergie sont en général compris entre deux et quatre jours. Il vient en complément de l’“indemnité inflation” de 100 euros qui a suivi l’annonce du Premier ministre Jean Castex après la flambée des prix des carburants.

À voir également sur Le HuffPost: Le barème kilométrique augmenté de 10%, annonce Jean Castex

  • Hu chevron_right

    Les clichés sur la précarité que je vis avec mes enfants ne font qu'empirer notre situation - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 29 March - 09:50 · 7 minutes

Ce qui m’inquiète tous les jours en réalité, c’est de me demander à quel moment ils sauront que moi, leur maman, tous les jours je leur mens? Et surtout une fois qu’ils l’auront réalisé, comment je m’en sortirai?

PRÉCARITÉ - Être précaire en France aujourd’hui, c’est tout sauf une histoire de volonté. Vous pouvez ranger vos formulations toutes faites. Non, il ne suffit plus de le vouloir pour le pouvoir.

Sortir de la précarité prend des années si tant est que l’on y arrive un jour. Les mois passent ici pour moi et plus je vois de nouveau le jour se lever plus je vois l’espoir de nous en sortir réellement s’éloigner.

Parce que les factures non payées s’accumulent, parce que les problèmes s’accumulent avec encore plus de solutions à devoir trouver, mais surtout parce qu’il est beaucoup plus difficile de se réintégrer au système que l’on a dû un jour quitter.

Stoppons tout de suite surtout les clichés pensant que tous ces pauvres profitent littéralement du système en étant millionnaires grâce à des tonnes d’aides qui n’existent que dans l’esprit de tous celleux cherchant encore et toujours plus à les condamner.

Les gens qui pensent que l’argent ne fait pas le bonheur n’ont jamais dû en manquer et tant mieux pour eux, mais ils ne savent surtout pas ce que c’est que d’être pauvre réellement malgré la volonté de s’en sortir.

“Crever” de l’intérieur

Moi, je peux vous le dire parce que c’est ce que je ressens, ça vous fait crever littéralement de l’intérieur au fur et à mesure des mois passant.

Qui a envie un jour de se retrouver à devoir choisir entre donner à manger à ses enfants ou mettre de l’essence dans sa voiture?

Il faut arrêter de croire qu’il y a un profil type de pauvre. Aujourd’hui, en France la précarité touche des millions de personnes alors arrêtons de stigmatiser les gens.

Stoppons tout de suite surtout les clichés pensant que tous ces pauvres profitent littéralement du système en étant millionnaires grâce à des tonnes d’aides qui n’existent que dans l’esprit de tous celleux cherchant encore et toujours plus à les condamner.

Le poids de la honte et de la culpabilité

Penser que tous ces pauvres dont je fais partie se réjouissent quotidiennement d’aller manger grâce à des colis d’aides alimentaires, grâce aux épiceries solidaires ou encore grâce à des chèques d’aides alimentaires, c’est n’avoir absolument jamais, mais JAMAIS avoir dû vous retrouver à aller quémander l’une de ces aides et ne même pas être capable juste d’imaginer le poids de la honte et de la culpabilité de vous retrouver à justifier face à quelqu’un l’aide que vous êtes en train de demander.

Plus encore, c’est n’avoir jamais dû devoir faire seulement avec ça. Ce” ça” qui ne suffit parfois pas, mais sans avoir d’autres possibilités.

Moi, des fois, je pense à l’après qui un jour peut-être arrivera.

Vous savez ce que j’ai aussi perdu depuis tous ces mois que l’on vit dans la précarité? Je n’ai plus aucune idée de ce que j’aime manger.

Au-delà même du goût de certains aliments que j’ai littéralement oublié, si demain je me retrouvais avec suffisamment d’argent pour à nouveau nous nourrir sans devoir faire de choix, je serais seule dans un supermarché que je ne fréquente plus depuis si longtemps que je ne saurais juste plus quoi acheter.

Car je ne cuisine plus, j’ouvre des boîtes ou des sachets depuis bien trop longtemps maintenant sans avoir de choix, mais parce qu’il faut manger.

On parle encore moins de ça, jamais, de l’après, de comment on envisage de se réinsérer, de comment la vie peut redémarrer après avoir subi tout ça.

Parce qu’on le subit, croyez-moi. C’est tout sauf un choix encore une fois.

L’argent ne tombe pas du ciel parce que vous vivez dans la précarité

Mes allocations familiales ne sont pas plus élevées que les vôtres si vous avez deux enfants également parce que je suis précaire ou parce que je suis mère célibataire. La CAF me calcule les APL sur le même barème que vous. Parce que l’on habite en France, nous bénéficions de la CMU-C ou de la CSS suivant les années. Et heureusement, car rien que penser au fait que je ne pourrais même pas les soigner, je crois que je ne serais plus là.

Et c’est tout, ça s’arrête là.

Croyez-moi qu’il faut aller quémander la plupart des choses auxquelles vous pourriez avoir droit. Et plus encore, il faut les justifier, on ne vous donne pas tout ça juste parce qu’un jour, vous avez eu le courage de pousser la porte d’un.e travailleur.se sociale.

Et de vous à moi, je vous souhaite très sincèrement de ne jamais avoir à faire ça.

Vous savez ce que j’ai aussi perdu depuis tous ces mois que l’on vit dans la précarité? Je n’ai plus aucune idée de ce que j’aime manger.

Et pourtant.

Combien serons-nous dans cinq ans de plus si ce pays continue comme ceci?

Vous pensez réellement que c’est en construisant des murs aux frontières ou en continuant d’enrichir les plus riches que nous nous en relèverons?

C’est le contraire qui va se passer, je n’arrive pas à comprendre que presque 68% de la population, si on croit les derniers sondages, partent pourtant dans cette direction.

Non voter, ne changera pas tout, c’est même une certitude, mais ça donne quand même une sacrée direction aux prochaines années. Et je fais partie de celleux aujourd’hui qui en sont écœuré.es, affligé.es, dépité.es réellement probablement car faisant partie des plus pauvres, il y a une chose qui me paraît certaine, c’est que je ne m’en relèverai pas.

Survivre quotidiennement

Que jamais je ne pourrai me sortir suffisamment de tout ça pour pouvoir vivre dignement avec mes deux enfants. Nous devrons continuer de survivre quotidiennement.

C’est ça d’être pauvre, ce n’est certainement pas juste d’enjoliver la situation pour ses enfants, c’est surtout parce qu’ils sont à ma seule charge. Alors je dois leur mentir constamment.

Leur mentir pour leurs cours de gym où ils ne vont plus, leurs mentir pour le contenu du frigo, leur mentir pour les balades que l’on ne fait pas, leur mentir pour les vacances où l’on ne partira encore pas, ça ne fait que 6 ans, c’est pas très important.

Mentir, tous les jours

Moi, ce qui m’inquiète tous les jours en réalité, c’est de me demander à quel moment ils sauront que moi, leur maman, tous les jours je leur mens?

Et surtout une fois qu’ils l’auront réalisé, comment je m’en sortirai?

Je voudrais juste pouvoir vivre dignement, mais il faut croire encore qu’en France en 2022, la plupart d’entre vous n’estime pas cela important.

J’y penserai dans les prochaines semaines quand je rendrai mon logement pour dormir dans ma voiture.

L’injustice criante, puante de vérité de ce monde individualiste dans lequel on vit en réalité.

Chacun pour soi mais surtout pas en pensant à son/sa voisin.e, des fois que ça serait contagieux.

Vous pourrez mettre tous les masques et le gel que vous voudrez dans les prochaines années, je peux pourtant vous garantir que de la précarité, absolument rien ne vous en protégera et que vous vous joindrez juste à moi pour crever le plus silencieusement possible.

Ce billet, également publié sur le compte Instagram de Sylvie Longuet, a été reproduit sur Le HuffPost avec son accord.

À voir également sur Le HuffPost: “Ce quinquennat oublie les plus pauvres”, les assos attendent Macron au tournant sur l’insertion

  • Hu chevron_right

    Baisser les APL? La ministre du Logement dit ses regrets

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 2 February - 11:11 · 2 minutes

La ministre du Logement dit ses regrets sur la baisse des APL,

POLITIQUE - Suivez mon regard... Chargée de faire le service après-vente de l’action d’ Emmanuel Macron sur les dossiers liés au logement , la ministre Emmanuelle Wargon a inévitablement été interrogée, par franceinfo ce mercredi 2 février, sur la baisse des APL (les aides personnelles au logement) qui a marqué le début du mandat .

L’occasion pour l’ancienne lobbyiste chez Danone de dire ses regrets quant à cette décision conspuée, alors, par les jeunes et une large partie de la classe politique. Et de mettre la responsabilité sur le ministère de l’Économie.

“C’est une mesure qui avait été portée par Bercy, qui est une mesure de technicien, ce n’est pas une mesure... s’il fallait la reprendre, on ne la reprendrait pas aujourd’hui, clairement”, a-t-elle ainsi répondu, comme vous pouvez le voir ci-dessous , sans toutefois nommer les deux personnalités qui étaient en charge du budget et des finances en 2018, à savoir Gérald Darmanin et Bruno Le Maire.

Il n’empêche, selon la ministre du Logement, le gouvernement a fait mieux, depuis. “On a aussi réinvesti dans la rénovation énergétique, le chèque énergie pour les ménages les plus fragiles, le soutien au travaux de rénovation, le bouclier tarifaire”, a-t-elle ainsi listé, en citant, ce qui s’apparente, selon elle à des “mesures de rattrapage pour le pouvoir d’achat”.

Le rapport sévère de la Fondation Abbé Pierre

De quoi convaincre les spécialistes de la question? Sans doute pas. Dans son rapport 2022 sur le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre dresse un constat sévère du quinquennat d’Emmanuel Macron, “pas à la hauteur” des enjeux à ses yeux.

Si la fondation dénonce un “aveuglement des responsables politiques” en général sur la question du logement, c’est envers le gouvernement sortant qu’elle est la plus cinglante dans son volumineux et exhaustif rapport 2022. “De manière générale, il apparaît que le logement n’a jamais été une priorité de l’exécutif au cours de ce mandat”, dénonce-t-elle.

Dans le viseur de la FAP: les aides au logement, justement. Au-delà du sujet inflammable de leur réduction de 5 euros, que le président de la République “traîne comme un boulet” , selon ses propres mots, la Fondation fustige la réforme de leur mode de calcul. Les APL sont désormais versés en fonction des revenus récents, et non plus ceux remontant à deux ans auparavant.

Une disposition qui “fait surtout des perdants”, selon l’organisme reconnu d’utilité publique. À une exception près: le porte-monnaie de l’État. Ces nouvelles règles ont fait économiser 1,1 milliard d’euros en 2021.

À voir également sur Le HuffPost: Face à la question d’un lycéen, Macron refuse (encore) d’annoncer sa candidature

  • Hu chevron_right

    À Noël, cette année, je vais aider comme on a pu m'aider dans le passé - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 16 December, 2021 - 09:30 · 3 minutes

Quand t’es <a href=mère célibataire, tu te tapes la double peine, tu te retrouves seule, tes gosses, ton compte bancaire. Tu peux pas aller bosser, les frais de garde t’assassinent. Tu te contentes de jongler entre les recettes de pâtes dans ta cuisine. Tu avances sous un ciel gris qui devient noir une fois le loyer parti." data-caption="Quand t’es mère célibataire, tu te tapes la double peine, tu te retrouves seule, tes gosses, ton compte bancaire. Tu peux pas aller bosser, les frais de garde t’assassinent. Tu te contentes de jongler entre les recettes de pâtes dans ta cuisine. Tu avances sous un ciel gris qui devient noir une fois le loyer parti." data-rich-caption="Quand t’es mère célibataire, tu te tapes la double peine, tu te retrouves seule, tes gosses, ton compte bancaire. Tu peux pas aller bosser, les frais de garde t’assassinent. Tu te contentes de jongler entre les recettes de pâtes dans ta cuisine. Tu avances sous un ciel gris qui devient noir une fois le loyer parti." data-credit="Mariza Buron-Ruiz" data-credit-link-back="" />

SOLIDARITE - Y a eu ces fois où le caddie n’était pas rempli. J’ai vu ma fille se rouler par terre parce que je pouvais pas dire oui. Y a eu les paquets de couches piqués à Leclerc. 3 ans plus tôt, welcome in galère .

Y a eu les vêtements que je pouvais pas acheter. Les fringues qu’on m’a données, faire un sourire gêné. J’ai connu les paiements refusés, le mytho à la caisse et partir la tête baissée. Y a eu des coups dans ma fierté.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés. Pour savoir comment proposer votre témoignage, suivez ce guide !

La double peine de la mère célibataire

Quand t’es mère, c’est le genre de merde que tu dois épargner à tes gosses, mais quand l’épargne à fondu, ils sont là et t’as vidé tes poches.

Quand t’es mère célibataire , tu te tapes la double peine, tu te retrouves seule, tes gosses, ton compte bancaire. Tu peux pas aller bosser, les frais de garde t’assassinent. Tu te contentes de jongler entre les recettes de pâtes dans ta cuisine. Tu avances sous un ciel gris qui devient noir une fois le loyer parti. Tu divises ton budget en cent, en mille, il n’y a jamais assez.

La vie s’est montré clémente, je peux le dire on s’en est sorti, les rencontres et l’amour ont été une chance aussi.

Cette année, on va donner parce que c'est un juste retour des choses.

Demander de l’aide n’est pas une honte

Noël arrive, mais je sais d’o ù on vient. Je sais aussi que la mode de la seconde main n’arrange rien. Je sais que quand t’es vraiment pauvre , l’occase se retrouve inaccessible. Cette année, on va donner parce que c’est un juste retour des choses.

Les jouets en bon état inutilisés ne feront pas la joie de mon banquier. Y aura surement une mère qui va me faire un sourire gêné, le même rictus pincé que j’ai pu arborer. Y aura un sapin qui ne sera pas vide. Des enfants avec un sourire et une mère soulagée. Demander de l’aide n’est pas un honte en recevoir non plus. Il y a une histoire derrière chaque galère, une souffrance derrière la misère.

Noël c’est les cadeaux, c’est aussi aider, c’est aussi aimer, c’est aussi réaliser la chance qu’on a au sein de nos foyers. Si vous tendez la main, on ne va pas vous l’arracher.

_________

Ce témoignage, initialement publié sur le compte Instagram Callmequeenjosie , a été reproduit sur Le HuffPost avec l’accord de son auteure.

_________

À voir également sur Le HuffPost: Pour Noël, des boîtes cadeaux sont conçues en confinement pour les plus démunis

  • Hu chevron_right

    Ce qu'il faut savoir sur le "Contrat Engagement Jeune" pour en bénéficier

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 2 November, 2021 - 13:05 · 4 minutes

Le

JEUNES - C’est un nouveau geste pour “la génération confinement”, affirme le président de la République. Ce mardi 2 novembre, Emmanuel Macron a annoncé le déploiement en mars 2022 du “Contrat d’Engagement Jeune” promis il y a plusieurs mois. Un dispositif qui concernera finalement moins de personnes qu’espéré.

L’objectif du gouvernement est clair: faire baisser le taux de chômage national en réduisant celui des jeunes, “ceux qui sont aujourd’hui trop éloignés de l’activité pour trouver ou retrouver un emploi par leurs seuls moyens.” En visite dans le Val-de-Marne pour détailler le dispositif, Jean Castex a déploré “qu’un jeune sur cinq” soit au chômage, avec parmi eux “1 million” de jeunes dits “NEET ”, c’est-à-dire sans emploi, études ou ni formation.

C’est très précisément à une partie de ces jeunes que s’adresse le “Contrat Engagement Jeune”. Le dispositif à vocation à “remplacer, intégrer, harmoniser et renforcer” ceux déjà existants comme le programme “1 jeune/1 solution”. Le HuffPost fait le point sur ce qu’il faut savoir pour en bénéficier.

Qui pourra en bénéficier?

Le “Contrat Engagement Jeune” doit venir en aide en priorité aux 18-25 ans qui se retrouvent “durablement” sans emploi, formation ou études, selon le Premier ministre: des “diplômés” qui peinent à trouver un premier emploi, ceux au “parcours de vie heurté”, ceux qui ont “décroché du système scolaire” et se retrouvent “sans formation ou connaissance des démarches à mener” pour retourner dans la vie professionnelle. Cela représente environ 500.000 personnes.

Sont concrètement concernés: les jeunes déjà suivis par les missions locales et par Pôle Emploi. Les autres doivent se rapprocher de ces structures où ils passeront un entretien pour savoir s’ils peuvent intégrer le dispositif. Les jeunes de 16 à 18 ans peuvent aussi en bénéficier, après décision des accompagnants locaux.

Le gouvernement vise l’accompagnement “d’au moins 400.000” jeunes en 2022 (500.000 par an à terme), un “objectif très ambitieux, mais qui est à notre portée, grâce à l’investissement que nous consentons et grâce à la mobilisation et à l’engagement des entreprises, des collectivités, des associations”.

Le contrat engagement jeune rentrera en vigueur “progressivement, d’abord à titre de préfiguration à compter de janvier” 2022, avant un déploiement complet en mars.

À quoi les bénéficiaires auront-ils droit?

Le “Contrat Engagement Jeune” proposera des préparations pour entrer en formation ou en apprentissage, des formations qualifiantes, des mises en situation professionnelle ou encore des alternances sur 15 à 20 heures par semaine.

En contrepartie, ils recevront une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois - non imposable, mais dont le montant peut varier selon les critères suivants:

  • Les jeunes détachés fiscalement ou rattachés à un foyer non imposable pourront bénéficier de l’allocation de 500 euros

  • Les jeunes rattachés à un foyer fiscal imposable auront une allocation de 300 euros maximum

  • L’allocation peut-être diminuée, voire totalement supprimée, si le bénéficiaire dispose d’autres revenus “afin de limiter à 500 euros
    par mois le cumul des revenus.

Cette allocation sera versée sur la durée du parcours engagé, de 12 mois maximum. Elle pourra cependant être renouvelée pour 6 mois, dans ”dans des cas très particuliers”, a précisé le Premier ministre. “Certains jeunes sans ressource ne peuvent pas suivre un accompagnement exigeant intensif tout en subvenant par ailleurs à leurs besoins”, a-t-il expliqué.

Attention cependant. Pour bénéficier de l’allocation, des conditions strictes ont été fixées, selon “une logique de droits et de devoir.” “Le non-respect des engagements prévus par le Contrat Jeune Engagement ou encore le refus injustifié de prendre un emploi ou de suivre une formation qualifiante entraineront la rupture du contrat et de l’allocation”, a mis en garde le Premier ministre.

Comment ça doit fonctionner (en théorie)?

Le “Contrat Engagement Jeune proposera un accompagnement intensif et personnalisé” vante Matignon. Sur le papier, le gouvernement vend un dispositif renforcé, mais simplifié grâce auquel “chaque jeune, s’il s’adresse à la mission locale ou à Pôle Emploi, se verra proposer les mêmes choses.”

Concrètement, chaque personne sera suivie par un “référent unique” avec des rencontres “au moins une fois tous les 15 jours, et si possible une fois par semaine ”.

Le gouvernement mise également fortement sur le déploiement d’une application commune à tous les acteurs concernés, missions locales, Pôle Emploi et les jeunes suivis.

À voir également sur Le HuffPost: Bruno Le Maire vise le “plein emploi” d’ici à deux ans

  • Hu chevron_right

    Macron annonce une allocation pour les 16-25 ans les plus précaires en échange d'une formation

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 2 November, 2021 - 07:45 · 2 minutes

Emmanuel Macron à l

JEUNES - Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 2 novembre le lancement au 1er mars 2022 d’un “Contrat Engagement Jeune”, proposant aux moins de 26 ans sans formation ni emploi depuis plusieurs mois une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d’accompagnement .

S’inspirant de la Garantie jeunes, un parcours intensif d’accompagnement au succès reconnu, ce projet avait été annoncé le 12 juillet par Emmanuel Macron pour aider au retour à l’emploi de jeunes “sans ressources et sans perspectives” et “pour mettre fin à ce gâchis”, a précisé le chef de l’Etat sur Facebook .

Cette allocation sera versée “sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites”, souligne-t-il.

Pour éviter toute confusion avec un RSA jeunes dont il ne veut pas, l’exécutif a choisi le terme de “contrat d’engagement” plutôt que celui de “revenu d’engagement” utilisé le 12 juillet.

Cette mesure, en gestation depuis des mois, faisait l’objet d’une bataille entre d’une part le ministère du Travail, qui militait pour l’extension la plus large possible, et Bercy qui cherchait à en limiter le coût.

Le dispositif devrait concerner environ 500.000 jeunes de 16 à 25 ans par an, depuis un certain temps ni en emploi, ni en formation, ni en étude, au lieu du million voire plus envisagé cet été, lorsqu’était évoquée la possibilité d’y inclure aussi des travailleurs précaires et la totalité des jeunes sans emploi ni formation.

“Au plus haut de la pandémie, nous avons lancé la plateforme 1 jeune 1 solution et vous êtes 3 millions à avoir trouvé une formation, un stage ou un emploi”, écrit le chef de l’Etat en s’adressant directement aux jeunes, rappelant qu’un nombre record de 525.000 contrats d’apprentissage ont été signés en 2020.

“Grâce à toutes ces actions, le chômage des jeunes est plus faible aujourd’hui qu’avant la crise. Il n’a d’ailleurs jamais été aussi faible depuis 2008”.

“Il demeure toutefois trop élevé et je ne me résous pas à ce que plusieurs centaines de milliers d’entre vous soient depuis trop longtemps sans emploi, souvent sans ressources. Sans perspectives”, conclut-il, estimant que “la génération confinement peut être celle d’un nouvel élan”.

À voir également sur Le HuffPost: Bruno Le Maire vise le “plein emploi” d’ici à deux ans