close
  • Hu chevron_right

    Pour Gordon Ramsay le Covid a au moins permis de se débarrasser des "mauvais" restaurants

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 22 March - 14:56 · 2 minutes

Gordon Ramsay lors de la diffusion de son émission

CUISINE - Un peu de tri qui tombe à pic alors qu’en cuisine ce mardi est placé sous le signe des étoiles Michelin. Dans une interview accordée à Radio Times, le célèbre chef Gordon Ramsay a reconnu que le Covid avait été dévastateur pour la cuisine mais a néanmoins confié être ravi que la pandémie ait, aussi, fait le ménage dans les restaurants .

Selon lui, ces deux dernières années auront ainsi permis de se débarrasser des plus mauvaises cartes. Et il ne fait pas dans la dentelle. “Le secteur était sur les dents mais ça va mieux... Ces deux dernières années ont été dévastatrices. Les bailleurs ne sont pas du genre à dire ‘Prends des vacances pendant deux ans’. Mais je pense que c’est un peu évident pour le monde, tout ce qui était mauvais est parti”, tonne Gordon Ramsay.

Le chef est néanmoins resté assez vague sur les établissements et les chaînes visés par ses critiques, estimant par ailleurs que les clients étaient aussi devenus de meilleurs fins gourmets: “Les clients sont devenus beaucoup plus intelligents ces deux dernières années. Ils en savent plus que jamais sur la cuisine (...) Donc ça a forcé tout le monde (dans le secteur de la restauration) à faire mieux... Ca a complètement débarrassé ce secteur de son arrogance”.

Toujours plus loin derrière les fourneaux, et ailleurs...

Gordon Ramsay est en pleine promotion pour sa nouvelle émission Gordon Ramsay’s Future Food Stars , diffusée à partir du 31 mars 2022 sur BBC One. Le principe: 12 entrepreneurs sont mis à l’épreuve dans des challenges plus insolites les uns que les autres. Une compétition mélangeant cuisine et sensations fortes, avec 150.000 livres à la clé. Le trailer en dit déjà long sur le caractère déjanté de l’émission: des sauts dans le vide, des défis sportifs, et beaucoup de “Oh my god!”.

Selon le chef, le covid aura poussé tout le monde à “passer à la vitesse supérieure” dans l’industrie culinaire. Alors des candidats qui dépassent leurs limites oui, mais pas de mauvais cuisiniers chez Ramsay.

Eux, en revanche, n’auront certainement pas été éradiqués par la pandémie: les nouveaux étoilés du Guide Michelin 2022 sont annoncés ce mardi 22 mars. Et pour la première fois, la cérémonie ne se déroule pas à Paris, mais à Cognac, en Charente. Le but: mettre en valeur les régions françaises. 200 chefs étoilés et une centaine de journalistes sont attendus.

À voir également sur Le HuffPost : Le restaurant de Gordon Ramsay, “authentiquement asiatique”, ne réjouit pas tout le monde

  • chevron_right

    Google “hijacked millions of customers and orders” from restaurants, lawsuit says

    news.movim.eu / ArsTechnica · Monday, 14 March - 12:47

Google “hijacked millions of customers and orders” from restaurants, lawsuit says

Enlarge

Google is being sued by a Florida restaurant group alleging that the tech company has been setting up unauthorized pages to capture food orders rather than directing them to the restaurant’s own site.

Google uses “bait-and-switch” tactics to get customers to place takeout or pickup orders through “new, unauthorized, and deceptively branded webpages,” according to the lawsuit , filed on behalf of Left Field Holdings, a restaurant company that runs Lime Fresh Mexican Grill franchises. On those pages, customers are prompted with large buttons to order with food delivery companies like GrubHub, DoorDash , or Seamless.

“Google never bothered to obtain permission from the restaurants to sell their products online,” the lawsuit says. “Google purposefully designed its websites to appear to the user to be offered, sponsored, and approved by the restaurant, when they are not—a tactic, no doubt, employed by Google to increase orders and clicks.”

Read 10 remaining paragraphs | Comments

index?i=mkJdAVTx1Ao:RfTtScdNWl8:V_sGLiPBpWUindex?i=mkJdAVTx1Ao:RfTtScdNWl8:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Hu chevron_right

    La Maison de la Poutine obligée de rappeler qu'elle n'a rien à voir avec le président russe

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 3 March - 22:17 · 1 minute

La devanture d

RESTAURANTS - Les répercussions de la guerre en Ukraine, après le début de l’invasion russe le 24 février, se font ressentir jusqu’en France, notamment dans le domaine de la restauration .

Lettres et appels anonymes, mauvaises notes sur les plateformes en ligne ou pure désertification des établissements, le quotidien d’un certain nombre de restaurateurs russes installés en France témoignent ces derniers jours d’un climat de défiance accru, tendant parfois à la “russophobie”.

La Maison de la Poutine, qui a ouvert son premier restaurant à Paris en 2017 et qui possède désormais trois adresses dans la capitale ainsi qu’une à Toulouse, a pu en faire l’amer constat ces derniers jours. À ceci près que La Maison de la Poutine est une chaîne québécoise et non russe, qui met à l’honneur la poutine, un plat québécois composé -dans sa forme classique- de frites, de fromage en grains et de sauce brune. La confusion des personnes malveillantes provient donc du nom de l’établissement, qu’elles ont associé au nom de l’actuel président russe.

“Nous avons reçu des appels d’insultes et même de menaces”, déplore ainsi le restaurant sur ses réseaux sociaux ( un post à lire ci-dessous ), qui rappelle “que La Maison de la Poutine n’est pas liée au régime russe et à son dirigeant”.

“Notre plat est né au Québec dans les années 50” et “a été créé par des cuisiniers passionnés et soucieux d’apporter de la joie et du réconfort à leurs clients”, explique encore l’enseigne, qui apporte son “sincère soutien au peuple ukrainien qui lutte courageusement pour sa liberté”.

À voir également sur Le HuffPost : Menace nucléaire: la France peut-elle intercepter un missile russe?

  • Hu chevron_right

    Les restaurants russes de France face à un climat de défiance

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 3 March - 15:01 · 5 minutes

Un exemple de lettre de menace reçue par un restaurant lillois proposant des spécialités russes et ukrainiennes.

UKRAINE - Au huitième jour de la guerre en Ukraine , les répercussions du conflit se font ressentir jusqu’en France, notamment dans le domaine de la restauration . Lettres et appels anonymes, mauvaises notes sur les plateformes en ligne ou pure désertification des restaurants, le quotidien d’un certain nombre de restaurateurs russes installés en France témoignent ces derniers jours d’un climat de défiance accru, tendant parfois à la “russophobie”.

Un terme récemment employé par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov qui accusait l’Union européenne de “frénésie russophobe” ce mardi 1er mars. Mais dans les faits, ce phénomène semble prendre racine en France, sous différentes formes.

La guerre des étoiles Google

Si beaucoup hésitent ou semblent réticents à l’idée de témoigner dans la presse, plusieurs restaurateurs russes tirent la sonnette d’alarme quant à leur situation. C’est le cas de cette restauratrice basée à Paris qui a accepté de témoigner auprès du HuffPost de manière anonyme.

“Depuis quelques jours, on reçoit des notes à 1 étoile sur Google ”, explique-t-elle. Et d’après son témoignage, son restaurant n’est pas le seul: “On s’appelle entre restaurateurs et ce genre d’exemples se multiplie visiblement. Sans parler du téléphone qui ne sonne pas, il n’y a pas de réservations, les gens semblent réticents avec le contexte actuel”.

Elle raconte que certains des avis à 1 étoile laissés sur sa page Google sont accompagnés de clichés des conflits en Ukraine avec des photos de bâtiments éventrés, de villes recouvertes par une épaisse fumée ou de rues jonchées de débris. Un de ces avis, visible sur la photo ci-dessous, indique d’ailleurs en russe: “Le silence signifie le consentement”.

Un exemple d

Après une rapide recherche en ligne, ce compte semble cibler plusieurs restaurants identifiés comme russe en postant à chaque fois un court commentaire accompagné de dizaines de photos supposées représenter la guerre en Ukraine.

“Heureusement, ces avis de ‘hackeurs’ sont très vite supprimés sur la plateforme de Google”, assure la restauratrice qui tient à rappeler que comme le sien, “nombre de restaurants russes en France sont tenus par des familles comprenant des Russes et des Ukrainiens aussi”. Un peu dépassée par les événements, elle ne manque pas de souligner qu’avec deux ans de pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine, l’idée de changer de métier trotte actuellement dans les esprits de ce restaurant parisien.

“C’est pire que le coronavirus”

À Nice, Patrick, le gérant du restaurant russe Le Transsibérien confie également au HuffPost la période complexe et inédite que traverse son établissement. Si lui indique ne pas faire attention aux avis Google, il reconnaît une baisse conséquente de la fréquentation de son restaurant depuis le début de la guerre entre Ukraine et Russie.

“Plus personne ne vient. Actuellement, c’est pire qu’avec le coronavirus”, lâche-t-il. Et si les réservations ne se bousculent pas à la porte de son restaurant, il fait en revanche état d’un appel anonyme reçu ce mercredi 2 mars dans la soirée.

“C’était une personne très sympathique, raconte Patrick avec ironie, je vous épargne les détails, mais il m’a bien fait comprendre que je n’avais pas ma place ici en me disant: ‘Qu’est-ce que vous faites encore en France, vous devriez déjà être reparti dans votre pays’”.

“Vladimir vous expliquera”

Des témoignages comme celui de Patrick semblent en effet s’accumuler ces derniers jours. Comme le relate La Voix du Nord ce mardi 1er mars, le restaurant Baba Yaga à Lille a reçu une lettre de menace du même acabit. “Vous n’avez plus qu’à quitter la France dans les meilleurs délais, vous ferez ainsi coup double car votre présence n’est absolument plus souhaitée en France, Vladimir [Poutine] vous expliquera pourquoi”, est-il notamment écrit dans cette lettre tapée à l’ordinateur.

Après avoir souhaité “un bon voyage vers l’Est” accompagné d’un simple “Adieu” les auteurs du courrier se revendiquent comme “des Français adorateurs de la Démocratie et du respect des pays souverains”.

Les gérantes du restaurant d’origine russe et ukrainienne ont d’ailleurs décidé de partager cette lettre sur leur page Facebook pour témoigner de cette violence verbale à l’encontre des restaurateurs russes. Ils ont toutefois reçu une forte vague de soutien suite à cette publication sur les réseaux sociaux.

D’ailleurs, les gérantes avaient anticipé ce genre de réaction en précisant dès le 24 février dans un message que leur restaurant était détaché de toute volonté politique: “Malgré la situation et tous ces événements terribles, Baba Yaga est et reste apolitique. Nous faisons la cuisine, pas de politique et c’est déjà pas mal!”.

Des cas similaires sont également relevés ce mercredi 2 mars par Le Progrès à Lyon qui cite deux restaurants, la Volga et le Roi Alexandre. Ces deux établissements de cuisine russe d’une même avenue du 3e arrondissement sont eux aussi invités dans ce courrier à rejoindre la Russie: “Vladimir Poutine a besoin de vos services culinaires pour soutenir le moral de ses troupes”, est-il écrit.

Le journal local annonce d’ailleurs qu’une plainte a d’ores et déjà été déposée pour cet acte malveillant qui semble petit à petit se banaliser depuis le basculement du conflit en Ukraine dans une guerre ayant un impact dans toute l’Europe.

À voir également sur Le HuffPost: Allocution d’Emmanuel Macron sur l’Ukraine, 2 mars 2022

  • Hu chevron_right

    Pour la Saint-Valentin, ce restaurant vend des huîtres en forme de coeur

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 14 February - 13:37 · 1 minute

SAINT-VALENTIN - “L’huître c’est la princesse de la mer, on le sait. Le jour de la Saint-Valentin, la princesse et le prince à table: quelle belle histoire” s’enthousiasme Christophe Guinot. Cet ostréiculteur français a trouvé le moyen de raviver le romantisme de ces mollusques marins, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Il élève des huîtres en forme de coeur à Port Leucate, dans le sud de la France. “Elles ne sont vendues et servies que le jour de la Saint-Valentin, et uniquement sur des tables de restaurants étoilés. C’est une particularité rare, qui suscite un bel engouement. Imaginez deux belles huîtres pour un repas d’amoureux, bien posées dans une belle assiette...”.

Comment fait-il pour donner à ses produits une telle forme ? “C’est un secret”, affirme l’ostréiculteur, qui avait déjà dévoilé sa technique pour tracer les voleurs d’huîtres en décembre dernier.

Des huîtres en cœur jusque dans la couleur

Après la récolte, Christophe Guinot se rend directement dans l’un des restaurants avec lesquels il travaille: “La Balette”. L’établissement situé à Collioure est dirigé par le chef étoilé Laurent Lemal. Il ne travaille qu’avec des produits locaux, et sait déjà comment il va préparer les huîtres de Christophe Guinot.

“Pour la Saint-Valentin, on va faire un truc assez original. On va la rendre rouge, l’huître. On va la faire mariner avec un jus de betterave, quelques morceaux de yuzu , et un peu de tapioca pour amener un peu de texture.”

Le chef est fier de pouvoir cuisiner ces huîtres dans son restaurant, et se félicite de l’attrait qu’elles suscitent. “C’est vraiment un clin d’oeil sympa pour la Saint-Valentin. C’est vrai que quand les clients voient arriver ces belles assiettes, ils se disent, ‘bon dieu, comment c’est réalisé?’”

À voir également sur le HuffPost: Cet ostréiculteur de l’Aude est l’ennemi juré des voleurs d’huîtres

  • Hu chevron_right

    Face à Omicron, les PME de l'hôtellerie restauration toucheront une "aide exceptionnelle"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 18 January - 20:44 · 2 minutes

PME - Le Premier ministre a annoncé ce mardi 18 janvier un soutien renforcé pendant deux mois pour les entreprises de moins de 250 salariés des secteurs de l’hôtellerie, la restauration , des traiteurs, de l’événementiel et des agences de voyages, affectées par les restrictions liées à la crise sanitaire.

“En décembre et janvier”, ces entreprises de moins de 250 salariés perdant au moins 30% de leur chiffre d’affaires en raison des restrictions prises fin 2021 pour freiner la 5ème vague de Covid-19 auront droit à une “aide exceptionnelle au paiement des cotisations salariales”, d’un montant égal à 20% de leur masse salariale, a déclaré Jean Castex , lors d’un déplacement dans une brasserie parisienne.

Les entreprises concernées sont celles des secteurs de “l’hôtellerie, la restauration, des traiteurs, de l’évènementiel et des agences de voyages”, a-t-il précisé, qui “continuent d’être très fortement impactés par la crise sanitaire”, a souligné Jean Castex, au côté de la ministre du Travail Élisabeth Borne et du ministre délégué aux PME (Petites ou moyennes entreprises) et au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, au terme d’une rencontre avec les représentants des organisations patronales du secteur HCR (hôtels, cafés, restaurants).

Quant aux entreprises de moins de 250 salariés des mêmes secteurs qui perdront plus de 65% de leur chiffre d’affaires, elles recevront, en décembre et janvier, cette même aide au paiement des cotisations salariales de 20%, mais elles “seront également exonérées de charges patronales”, a annoncé le Premier ministre.

À l’heure actuelle, toutes les entreprises perdant 65% de leur chiffre d’affaires en raison des restrictions sanitaires ont accès au remboursement de l’activité partielle à 100% sans reste à charge, a-t-il rappelé. Celles du tourisme qui perdent au moins 50% de leur chiffre d’affaires voient l’intégralité de leurs coûts fixes pris en charge.

Pour l’heure, le nombre d’entreprises concernées ou le coût de ces nouvelles mesures, qui “restera modéré au regard de celles engagées par le passé”, n’est pas encore évalué, ont indiqué les services de Matignon.

À voir également sur Le HuffPost : Après Omicron, quels seront les futurs variants?

  • Hu chevron_right

    Dans les bars et restaurants, consommer "debout" sera interdit

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 27 December - 19:28 · 1 minute

Photo d

CORONAVIRUS - Il faudra rester assis. Pour freiner la progression fulgurante du variant Omicron , “la consommation dans les bars et cafés ne pourra plus se faire seulement debout, mais seulement de manière assise”, à compter du 3 janvier et pour “trois semaines”, a annoncé ce lundi 27 décembre le Premier ministre .

Et ce n’est pas la seule annonce concernant la consommation. En effet, dès la semaine prochaine, elle “sera interdite dans tous les cinémas, les théâtres, les équipements sportifs et les transports collectifs, y compris longue distance”, a indiqué le Premier ministre lors d’une conférence de presse à Matignon.

Revivez l’intervention d’Olivier Véran et Jean Castex en intégralité ci-dessous:

“Les secteurs économiques impactés par les décisions que la situation nous commande de prendre seront indemnisés dans le cadre de concertations qui seront sans délai, conduites par le ministre de l’Économie et des finances Bruno Le Maire”, a ajouté Jean Castex lors d’une conférence de presse à Matignon.

Dans cette “course contre-la-montre”, le gouvernement n’a toutefois pas choisi d’imposer un couvre-feu vendredi pour la Saint-Sylvestre, mais Jean Castex a une nouvelle fois répété les recommandations émises par les autorités sanitaires: “limiter les grandes fêtes, porter le masque, aérer, se tester”.

A voir également sur Le HuffPost: Comment bien réaliser un autotest? Notre tuto vidéo

  • Hu chevron_right

    Face au Covid, danser dans un bar ou un restaurant va être interdit

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 8 December - 13:49 · 2 minutes

La danse dans les bars et restaurants sera interdite jusqu

COVID-19 - Les patrons de boîtes de nuit ont été partiellement entendus. Il sera interdit de danser dans les bars et restaurants en France à partir de vendredi matin jusqu’au 6 janvier inclus, période durant laquelle les discothèques devront fermer leurs portes dans le cadre des nouvelles mesures anti-Covid décidées par le gouvernement français, selon un décret publié ce mercredi 8 décembre .

Les discothèques “ne peuvent accueillir du public jusqu’au 6 janvier inclus” à partir de vendredi 6h, selon le décret qui ajoute que “cette interdiction s’applique jusqu’à la même date aux activités de danse” des bars et restaurants.

Une étude parue en novembre dans la revue médicale The Lancet , l’étude ComCor de l’Institut Pasteur réalisée du 23 mai au 13 août, avait conclu que les boîtes de nuit étaient “des lieux à haut risque de transmission”, car ce sont des lieux clos mal ventilés, où le coronavirus peut rester plus facilement en suspension dans l’air. Les discothèques avaient rouvert en France le 9 juillet, avec pass sanitaire, après 16 mois de fermeture.

Les patrons de boîtes de nuit ont été indemnisés, et vont à nouveau l’être pour compenser les pertes des prochaines semaines, mais ils se plaignent de voir que d’autres lieux festifs allaient pouvoir rester ouverts.

1200 établissements fermés à partir de vendredi

Mardi, un patron de discothèque a interpellé le président Emmanuel Macron alors qu’il déambulait dans le centre de Vierzon (Cher), lui lançant “c’est encore nous que vous fermez, les 1.200 établissements” en France ,“on ne demande pas l’aumône, on veut travailler”.

“Il ne faut pas croire qu’on vous stigmatise”, lui a répondu Emmanuel Macron . Contrairement aux restaurants et aux bars, où “on est assis”, “la plupart du temps on n’est pas autour d’une table” dans les discothèques, a-t-il justifié devant le patron qui se plaignait d’une différence de traitement entre ces établissements.

“On va essayer de rouvrir au plus vite, je m’y engage”, a ajouté le président, en assurant que les discothèques seraient “indemnisées de manière exemplaire pour tenir durant cette période”.

Le Premier ministre Jean Castex avait relevé que le port du masque, qui était devenu obligatoire fin novembre dans tous les lieux fermés en France même avec le pass sanitaire, était “extrêmement difficile (à faire respecter) dans ces établissements”.

À voir également sur Le HuffPost: DJ et boîte de nuit pour la “longue nuit des vaccins” à Berlin