close
  • Hu chevron_right

    Jérémy Ferrari charge le gouvernement après les annonces sur les salles de spectacle

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 28 December - 16:14 · 4 minutes

CULTURE - L’anaphore de la honte. Jérémy Ferrari n’a pas envie de rire: l’humoriste pousse un coup de gueule contre le gouvernement, ce mardi 28 décembre, au lendemain des annonces de Jean Castex . Le Premier ministre a annoncé de nouvelles restrictions en raison de la flambée de l’épidémie de Covid-19 et le monde du spectacle est encore touché par ce nouveau tour de vis.

Jean Castex a en effet annoncé le retour des jauges, fixées à 2000 personnes maximum en intérieur et 5000 en extérieur. Et les concerts debout seront tout bonnement interdits. Ces mesures sont appliquées depuis lundi 27 décembre pour une durée de trois semaines.

Sur Instagram, le comédien a partagé un message de soutien aux artistes qui vont devoir annuler leurs représentations dès cette semaine. Il précise toutefois qu’il n’est pas concerné par ces annulations puisque sa “tournée des zéniths” est prévue pour la saison prochaine.

Mais dans la seconde partie du message, l’humoriste se fait incisif et dénonce une privation des “libertés fondamentale”. Il rappelle également qu’il a été démontré que ces lieux de culture “ne sont pas dangereux”.

En effet, le secteur du spectacle vivant dans les musiques actuelles croyait avoir fourni des garanties avec le concert test d’Indochine au printemps dernier. La présence ”à un concert n’a pas été associée à un sur-risque de transmission du (Covid-19) lors d’un concert en configuration debout, sans distanciation physique, chez des personnes masquées avec un test antigénique négatif dans une salle fermée”, avait précisé à l’époque l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Ce concert avait eu lieu avant la flambée de l’épidémie provoquée par les variants Delta et Omicron. “On avait prouvé qu’on ne prenait pas plus de risque en venant chez nous qu’en prenant le métro”, a rappelé Malika Seguineau du Prodiss (syndicat national du spectacle musical et de variété), qui rappelle que les “pertes de chiffre d’affaires du secteur sont estimées à 80-85% en 2021″.

L’absence de jauge dans les meetings politiques ne passe pas

Jeremy Ferrari n’en reste pas là. Usant d’une anaphore, il pointe du doigt la politique de fermeture des lits d’hôpitaux par le gouvernement et la dégradation de la situation dans l’hôpital public. Enfin, il dénonce la décision de ne pas imposer de jauges lors des meetings politiques , comme l’ont fait nombre d’artistes ces dernières heures:

“Honte à eux qui brandiront ensuite la Constitution pour s’autoriser des salles de milliers de personnes debout sans pass ni jauges afin d’expliquer, avec beaucoup d’émotion, qu’ils ont fait le maximum et qu’il faudrait voter pour eux.”

Plusieurs artistes se sont moqués de ce “deux poids, deux mesures” et ont annoncé avec humour qu’ils se lançaient désormais en politique . C’est le cas de Julien Doré qui ne se dit plus “en concert” mais “en meeting”, Hoshi qui pose déjà à l’Élysée dans un montage photo, ou Grand Corps Malade et Eddy de Pretto qui se présentent à l’élection présidentielle...

Déjà plus aucun créneau de disponible en 2022 pour les reports

“On redevient un secteur interdit, c’est le désespoir de nouveau”, a déploré auprès de l’AFP Malika Seguineau. “On a bien conscience de ce qui se passe avec la crise sanitaire, mais on a joué le jeu du pass sanitaire depuis cet été - et on jouera celui du pass vaccinal - et on a joué le jeu du masque. C’est terrible. Nous n’avons pas été consultés”, a encore regretté la responsable du Prodiss.

“J’échangeais avec des producteurs concernés par des tournées: elles vont être annulées car il n’y a plus aucune disponibilité sur l’année 2022 entre toutes les dates reportées et les nouveaux spectacles”, a-t-elle ajouté.

“Nos entreprises sont fragilisées, souligne-t-elle. On nous dit que ces mesures sont pour trois semaines, mais on n’a aucune certitude”. Et de marteler: “Dans notre secteur, on ne redémarre pas en 48 heures, il faut relancer l’intégralité de la machine et réhabituer le spectateur à revenir dans nos lieux”.

“On espère que les tournées de printemps et les festivals d’été ne seront pas en difficulté. On va vite se retourner vers le ministère de la Culture et le ministère à Bercy pour réactiver les mesures de soutien”, conclut-elle.

“L’État va demeurer aux côtés de ceux qui seront impactés par ces nouvelles mesures, circonscrites dans le temps et adaptées à l’évolution de la situation sanitaire”, a réagi lundi soir la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur son compte Twitter, saluant le “courage” et la “responsabilité” du monde de la culture face à la crise sanitaire.

À voir également sur Le HuffPost: Télétravail, jauges, pass vaccinal... Les annonces de Jean Castex face au variant Omicron

  • Hu chevron_right

    Pass sanitaire: les lieux culturels boudés par un Français sur deux

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 27 October - 15:45 · 4 minutes

La pyramide du musée du Louvre pendant le premier confinement, le 8 avril 2020, à Paris, en France. 

COVID-19 - Le secteur de la culture n’est pas encore sorti d’affaire. Le Monde révèle ce mercredi 27 octobre que, d’après une étude réalisée au début du mois de septembre 2021 sur le comportement des Français en matière de sorties, près d’un sur deux n’est pas retourné dans un lieu culturel (musée, cinéma, théâtre...) depuis l’instauration du pass sanitaire .

Et à première vue, cette étude menée du 31 août au 3 septembre, réalisée par l’institut Harris Interactive et commandée par le gouvernement à la fin de l’été semble plutôt corroborer les ressentis des professionnels du milieu. Les chiffres semblent aussi confirmer une étude que Le HuffPost avait fait réaliser en septembre par l’institut YouGov concernant le retour au musée.

Le secteur culturel le plus en souffrance est le spectacle vivant . Seuls 27% des Français ont confié être retournés à un concert, c’est 2% de plus que le théâtre, mais moins que la danse ou le cirque, qui séduisent 31% et 28% des spectateurs.

De tous les secteurs, c’est le cinéma qui s’en sort le mieux. 51% des Français qui allaient au moins une fois par an au cinéma disent y être retournés depuis le 12 juillet 2021. Les habitués des musées et des monuments historiques ne sont qu’entre 40% et 45% à avoir repris leurs habitudes d’avant la pandémie. En septembre le HuffPost signalait que près de sept Français sur dix n’étaient pas retournés dans un musée ou une fondation depuis le déconfinement du 19 mai 2021, alors même que les mesures étaient déjà en place pour respecter les règles sanitaires.

La peur du virus est encore là

Près de 68% des habitants de l’Hexagone sont vaccinés, et depuis le 15 octobre, les tests exigés, à défaut de vaccination complète, sont devenus payants. Pourtant la mise en place le 21 juillet du pass sanitaire ne semble pas être la principale raison de ce lent retour des Français dans les lieux culturels.

La cause majeure de la baisse de la fréquentation des lieux culturels tiendrait cependant aussi à la peur du virus. Le rapport commandé par le gouvernement indique que, par peur d’attraper le Covid, 52 % des personnes interrogées souhaitent éviter les lieux fréquentés comme les musées ou les salles de spectacle. 74% disent préférer des sorties en extérieur.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot indiquait lundi 18 octobre au micro de France Inter que pour “52% des gens, c’est la peur de se faire contaminer qui prévaut”. Elle estimait que “le pass sanitaire apporte au contraire une sécurité pour beaucoup de personnes”. Un avis que ne partage pas Sébastien Beslon, directeur du théâtre L’Européen à Paris. Il confie au Monde que le pass sanitaire est “un frein psychologique parce qu’il donne l’image que les salles de spectacle restent des lieux dangereux”. Même réflexion pour Hélène Herschel, déléguée générale de la Fédération nationale des Éditeurs de Films, qui déclarait en août à BFM Business que cette mesure avait signé un “coup d’arrêt très fort sur la fréquentation” des salles de cinémas.

Les Français se concentrent sur des “valeurs sûres”

La tendance à la baise de la fréquentation des lieux culturels avait déjà été remarquée lors des Journées du Patrimoine en septembre 2021. L’institut YouGov révélait au HuffPost que 31% des Français avaient l’intention de visiter un ou plusieurs lieux, avec une grande préférence pour les châteaux et les musées. En 2019, ils étaient 40% à vouloir prendre part aux Journées du Patrimoine.

“Le public a tendance à privilégier les valeurs refuge, les noms connus, les spectacles qui ont déjà été joués et qui ont eu du succès, raconte Pierre-Yves Lenoir, codirecteur du Théâtre des Célestins, à Lyon, au Monde . “En revanche, avec Love , d’Alexander Zeldin, pourtant un des spectacles majeurs de ces dernières années, cela a été très difficile: ce n’est pas encore un nom connu du grand public, le spectacle est en anglais surtitré, c’est une écriture d’aujourd’hui… On sent chez les spectateurs une volonté de limiter les risques, de sécuriser leur soirée”, conclut-il.

À voir également sur Le HuffPost: Macron inaugure le musée Dreyfus et appelle à ne pas oublier les “humiliations”

  • Hu chevron_right

    Netflix ne retirera pas le spectacle de Dave Chappelle malgré des blagues jugées transphobes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 12 October - 08:48 · 4 minutes

Dave Chappelle avant de recevoir le prix Mark Twain de l

POLÉMIQUE - Netflix a défendu lundi 11 octobre son choix de diffuser un spectacle de l’humoriste américain Dave Chappelle dans lequel il tient des propos accusés de transphobie , selon des médias américains. Le géant du streaming a aussi suspendu trois de ses employés qui s’étaient invités à une réunion virtuelle interne afin de protester contre cette diffusion, d’après les mêmes sources.

Ce n’est pas la première fois que le comique de 48 ans, récompensé plusieurs fois aux Emmy et Grammy Awards et connu pour ses sketches sur le racisme, est critiqué pour des propos jugés homophobes ou transphobes. Il est cette fois au centre d’une polémique suite à des blagues sur le genre dans son show “The Closer”, sorti la semaine dernière aux États-Unis.

“Le genre est un fait. Chaque être humain dans cette pièce, chaque être humain sur Terre a dû passer entre les jambes d’une femme pour être sur Terre. C’est un fait”, dit-il notamment. Il y prend au passage la défense de l’auteure britannique J.K. Rowling, accusée par certains l’an dernier d’avoir tenu des propos insultants à l’égard des personnes transgenres sur Twitter.

Netflix défend sa programmation

Ces déclarations n’ont pas été du goût d’associations de défense des LGBT+, comme la National Black Justice Coalition, qui a demandé à Netflix de déprogrammer ce spectacle. Mais dans un mémo adressé aux salariés, Ted Sarandos, co-directeur exécutif du groupe, a déclaré que le travail de Dave Chappelle ne s’apparentait pas à de la “haine” et que la société ne retirerait pas le programme, selon Variety, qui a pu consulter le document.

“Certains talents pourraient se joindre à des tiers pour nous demander de supprimer l’émission dans les jours à venir, ce que nous ne ferons pas”, indique le mémo, ajoutant que Dave Chappelle est l’un des artistes les plus populaires du moment. “Nous n’autorisons pas (sur) Netflix les programmes conçus pour inciter à la haine ou à la violence, et nous ne pensons pas que ‘The Closer’ franchisse cette limite.”

“Je reconnais cependant qu’il est difficile de faire la distinction entre le commentaire et l’insulte, surtout avec le stand-up qui existe pour repousser les limites”, lit-on encore.

Selon Variety , trois employés qui s’étaient invités à une réunion virtuelle de cadres afin de protester contre ce spectacle ont été suspendus. Selon le média américain, cette liste comprend l’ingénieure Terra Field, qui s’identifie comme transgenre et avait affirmé sur Twitter la semaine dernière que Dave Chappelle attaquait “la communauté trans et la validité même de la transidentité”. Ils ont été sanctionnés pour avoir participé à une réunion à laquelle ils n’étaient pas invités, et non pour avoir critiqué le programme, avance Variety .

Une décision qui suscite de vives réactions

La réponse de Netflix n’a pas tardé à susciter des réactions. Les internautes et téléspectateurs se sont indignés de la décision de maintenir le show de Dave Chapelle sur la plateforme et de la suspension des trois employés. Certains accusent Netlix de ne s’intéresser qu’aux revenus que lui apporte la diffusion de “The Closer”, niant ainsi la communauté LGBT+ et ses revendications.

“Alors, @netflix, l’argent est plus important que l’éthique? #DaveChappelle
Une communauté entière est offensée et vous la niez? La satire consiste à démolir les entités puissantes, pas à détruire ceux qui sont déjà dans une mauvaise situation. J’envisage d’annuler mon abonnement”, écrit un internaute.

“Cher @netflix Puisque c’est une question d’argent, pourquoi ne pas vendre l’émission de #DaveChappelle à une autre chaîne qui divise pour récupérer votre investissement? Ce n’est pas si difficile de donner l’impression de faire ce qu’il faut au moins #stopthehate”, déclare un autre.

Quant à cette téléspectatrice, elle annonce : “C’est une chose pour Netflix d’ignorer la communauté trans qui souligne la nocivité de la transphobie de Dave Chapelle. Mais suspendre des employés transgenres qui se sont exprimés et ont cherché à rectifier le tir... Je supprime Netflix et j’espère que vous le ferez aussi. #cancelnextflix”.

À voir également sur Le HuffPost : “Ma mère est revenue vers moi”: Comment la vie d’Olivia Ciappa a changé avec sa transition de genre

  • Ko chevron_right

    Haroun – 2 nouveaux spectacles à regarder gratuitement

    news.movim.eu / Korben · Wednesday, 15 September - 08:38

Si comme moi, vous aimez l’humoriste Haroun , sachez qu’il vient de rendre disponibles gratuitement 2 nouveaux spectacles sur le net. Ils sont sur YouTube, mais je vous mets les liens vers son site Pasquinade sur lequel vous pouvez le soutenir si vous avez aimé le spectacle .

J’aime beaucoup son humour pince-sans-rire et je voulais partager ça avec vous.

Le premier date de 2019 et s’appelle « En Vrac « .

Je vous mets un petit extrait :

Le second est un peu plus ancien (2018) et il s’appelle « Internet, etc. «

Je pense que vous passerez un bon moment.

En bonus, il y a également son spectacle spécial élection de 2017 qui était déjà dispo sur Pasquinade.

Sachez que Haroun est également en tournée avec son nouveau spectacle baptisé « Seul(s) » donc n’hésitez pas !

KorbensBlog-UpgradeYourMind?d=yIl2AUoC8zAKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=QLyuVnfCOQo:Xj-31IhbeBs:D7DqB2pKExkKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=QLyuVnfCOQo:Xj-31IhbeBs:GG6oivYVkFsKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=qj6IDK7rITsKorbensBlog-UpgradeYourMind?i=QLyuVnfCOQo:Xj-31IhbeBs:gIN9vFwOqvQKorbensBlog-UpgradeYourMind?d=7Q72WNTAKBA
  • Hu chevron_right

    La vaccination va devenir obligatoire à New York pour aller au restaurant et dans plusieurs lieux clos

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 3 August - 15:34 · 1 minute

Les rues de New York City le 9 novembre 2020.

VACCINATION - C’est la première ville des Etats-Unis à mettre en place une telle mesure. Une preuve de vaccination sera exigée à New York pour accéder à l’intérieur des restaurants , des salles de sport et de spectacle, a annoncé ce mardi 3 août le maire démocrate Bill de Blasio.

Ce dispositif, baptisé “Key to NYC pass”, “exigera la vaccination des salariés et des clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle”, a expliqué le maire lors d’un point presse, précisant qu’il faudrait “au moins une dose” de vaccin.

“Si vous êtes vaccinés (...), vous avez la clé, vous pouvez ouvrir la porte. Mais si vous n’êtes pas vaccinés, malheureusement, vous ne pourrez pas participer à beaucoup d’activités”, a ajouté Bill de Blasio.

Premiers contrôles mi-septembre

Il a précisé que le dispositif serait lancé le 16 août, mais que les premiers contrôles pour le faire respecter auraient lieu à partir du 13 septembre.

Depuis quinze jours, le maire et le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, ont multiplié les annonces pour renforcer la vaccination des fonctionnaires et recommander le port du masque , face à la résurgence du nombre de cas de Covid due au variant Delta .

A New York, ville de plus de 8 millions d’habitants, 71,8% des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres de la mairie.

A voir également sur Le HuffPost: Le maire de New York brandit frites et burger pour pousser à la vaccination

  • Hu chevron_right

    Le pass sanitaire, nouveau coup dur pour les cinémas et salles de spectacle

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 13 July, 2021 - 11:21 · 4 minutes

Les organisateurs du festival d

COVID-19 - Un coup dur. Ce mardi 13 juillet, alors que le président de la République a annoncé l’imposition du pass sanitaire dans tous les lieux de culture accueillant plus de 50 personnes à compter du 21 juillet, c’est la douche froide chez les cinémas .

Ces derniers se sentent “punis”, comme l’a déclaré à l’AFP Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français. Il dit ne pas comprendre cette mesure ni son calendrier, alors qu’elle est repoussée au mois d’août pour les restaurants et transports longue distance, notamment en train . “Le problème c’est la stigmatisation, une fois de plus, des établissements culturels”, a-t-il confié.

“Pourquoi on nous l’impose avant tout le monde, alors que dans les cinémas il y a des protocoles stricts, alors que depuis le début de l’épidémie nous n’avons pas eu un seul foyer d’infection, et alors que nous avons de très bons films programmés pendant l’été? Cela sert à quoi, cela va sauver qui?”, a-t-il lancé.

Aujourd’hui, le pass sanitaire est déjà demandé aux Français pour entrer en discothèque, aller dans des événements de plus de 1000 personnes ou encore voyager à l’étranger. Le Conseil scientifique prônait, dans son dernier avis, un abaissement de la jauge (actuellement fixée à 1000 personnes) pour les événements soumis à ce pass, ainsi que des “mesures partielles de restrictions” dans les zones géographiques les plus touchées, “y compris en juillet et août”. Emmanuel Macron a donc suivi cette option plutôt que de réduire encore plus les jauges dans ces lieux voire d’ordonner leur fermeture.

“C’est brouillon”

Richard Patry a pris l’exemple des familles ayant des adolescents âgés de 12 à 17 ans, pour qui la vaccination ne s’est ouverte qu’en juin, et qui sont très peu nombreux à être vaccinés en ce début d’été. “Cette problématique des familles, on en a parlé au gouvernement, on l’a longuement expliquée, et ils n’en tiennent pas compte. Concrètement ils privent ces familles de cinéma. Personne ne va faire un test PCR pour aller voir un film”, a-t-il déploré.

Selon lui, “si le président de la République avait annoncé que le pass sanitaire s’appliquait partout en août, on aurait évidemment adhéré. Mais là, il s’applique dans huit jours pour nous. C’est brouillon, ce n’est pas réfléchi. Ça ne sert à rien de dire que la France a fait beaucoup pour la culture. Nous demandons seulement à être traités comme tout le monde.”

À Tours, la déception est similaire. “On a eu beaucoup de coups durs, commente le patron du CGR, dans les colonnes de La Nouvelle République . Mais, même si le rythme des entrées n’est pas tout à fait revenu à la normale, le marché commençait à reprendre, on recommençait à faire de belles séances.” Pour l’heure, il attend “le décret et les modalités précises”.

Une mesure “dramatique”

Côté spectacles, même son de cloche. À Avignon, où le festival est programmé jusqu’au 25 juillet, “il y a déjà moins de monde, alors la dernière semaine avec le pass, ça va être très compliqué. On va avoir besoin de l’aide du ministère de la Culture”, indique au Parisien Sébastien Benedetto, le président de l’association AF&C, coordinatrice de l’événement. “Je ne suis pas fondamentalement opposé à la mesure, mais l’instaurer en plein milieu du festival, c’est dramatique. Ça va faire fuir le public”, regrette Thibaud Houdinière, producteur et codirecteur du Théâtre Actuel (189 places).

Sur les sept derniers jours, 98,8% des tests réalisés en France sont négatifs, d’après Santé publique France. Centres de dépistage, distribution d’autotests, aération des salles pendant 40 minutes, masque obligatoire dans la rue... Annulé en 2020 en raison de la crise sanitaire, le Festival d’Avignon a mis en place, en 2021, un protocole sanitaire adapté à la pandémie de Covid-19.

Pour la partie “off” du Festival de théâtre d’Avignon, programmée jusqu’au 31 juillet, la mesure change complètement la donne. “On a peur que ça ne provoque un coup d’arrêt au niveau de la fréquentation, explique à l’AFP Sébastien Benedetto. Les festivaliers n’étaient pas préparés à ce qu’on leur demande un vaccin, sauf pour la Cour d’honneur.”

Quid des annulations?

Jean-Marc Dumontet, lui, voit le verre à moitié plein. “Je préfère que ça arrive maintenant qu’au mois d’octobre, assure-t-il, interrogé par Le HuffPost . Sur mes six théâtres parisiens, seuls deux sont ouverts, car je ne pouvais pas programmer. Puis, pour nous, l’été n’est pas une saison forte.”

Le directeur du Point Virgule, proche d’Emmanuel Macron, est conscient que cette mesure est contraignante. ”Ça fait un an et demi qu’on vit avec des contraintes, plus ou moins fortes. Celle-là n’est pas la pire, mais c’en est une supplémentaire”, reconnait-il.

“J’espère que ça ne va pas être un frein”, a-t-il nuancé. Les annulations vont-elles avoir lieu? La journée de ce mardi risque de donner la couleur. Jean-Marc Dumontet garde espoir: “Pour les quelques prochains jours et semaines à venir, ce n’est pas une bonne nouvelle, mais ça augure un ciel bleu dégagé, un appel d’air.”

À voir également sur Le HuffPost : Cafés, cinés, trains... La liste des lieux où le pass sanitaire sera demandé

  • Hu chevron_right

    La citadelle d'Ajaccio ouvre enfin au public, 530 ans après

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 12 July, 2021 - 13:19 · 2 minutes

La première édition de ce spectacle est consacrée à la célébration du “bicentenaire de la mort de Napoléon”. (Photo d

PATRIMOINE - La citadelle Miollis d’Ajaccio, construite par les Génois au XVe siècle et propriété de l’armée jusqu’en juillet 2019, date de sa cession à la ville, ouvre ses portes au public durant la période estivale , pour la première fois depuis 1492.

Pour les trois étés de 2021 à 2023, un show visuel évolutif intitulé “Mémoires d’Ajaccio”, transforme chaque soir ces vieilles pierres en “scène à ciel ouvert de la Corse ”.

La première édition qui vient de s’ouvrir est consacrée à la célébration du “bicentenaire de la mort de Napoléon”. À raison de trois représentations par soirée, ce spectacle audiovisuel de 45 minutes retrace les grandes heures de Napoléon, né à quelques centaines de mètres de là.

Le 4 juillet 2019, Édouard Philippe, alors Premier ministre, avait officiellement remis les clefs de l’ancien édifice militaire à Laurent Marcangeli, maire (Les Républicains) de la ville, concrétisant symboliquement la cession pour 1,3 million d’euros par le ministère de la Défense à Ajaccio de cet édifice de 2,5 ha au coeur de la vieille ville.

La citadelle, futur quartier ajaccien

Le Premier ministre avait alors souligné que l’aménagement pour la revalorisation du site allait demander du temps et de nombreux travaux afin de réaliser notamment la dépollution des lieux et la restauration des remparts.

La citadelle, dont certaines parties sont classées aux Monuments historiques, abrite la première pierre de la ville ainsi que la cellule où s’est suicidé le 19 mars 1943, au lendemain de son arrestation, un héros de la Résistance, Fred Scamaroni, afin de ne pas parler à ses tortionnaires italiens, rappelle la mairie.

Alors que le lieu fait l’objet de fouilles archéologiques préventives et qu’il doit être dépollué avant de “devenir un nouveau quartier ajaccien accueillant à terme de multiples activités”, la mairie a voulu en faire “un terrain de jeux pour les artistes, les commerçants, les Ajacciens, les touristes, les étudiants”.

Pendant le temps de sa transformation, la citadelle s’“active” avec “l’art au centre du dispositif”, a résumé le maire.

Chacun peut déambuler librement dans l’enceinte et y découvrir, entre autres, une exposition photographique.

À voir également sur Le HuffPost: En Corse, un incendie change la couleur du ciel de Solenzara