close
  • Hu chevron_right

    Emmanuel Macron choisit l'Europe pour les premiers déplacements de second mandat

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 04:20 · 4 minutes

Quatre mois après son discours à Strasbourg, Emmanuel Macron revient dans la capitale de l'Europe pour la Journée de l'Europe. Quatre mois après son discours à Strasbourg, Emmanuel Macron revient dans la capitale de l'Europe pour la Journée de l'Europe.

POLITIQUE - Macron, l’Européen. Après une campagne de 2017, un quinquennat et une campagne de réélection imprégnés par les thèmes liés à l’Union européenne , Emmanuel Macron poursuit sur sa lancée à peine réélu et deux jours après sa cérémonie d’investiture .

Ce lundi 9 mai, date fondatrice de la construction européenne (le 9 mai 1950, Robert Schuman pose les fondations de l’UE), le président de la République se rend à Strasbourg pour célébrer la “Journée de l’Europe” et dans la foulée à Berlin pour rencontrer le chancelier allemand Olaf Scholz.

Défense, énergie et souveraineté

Ce sont ses deux premiers déplacements au plan international depuis sa réélection, le 24 avril dernier. À Berlin, le chef de l’État a prévu d’aborder “les questions liées à la guerre en Ukraine et les enjeux de souveraineté européenne”, a fait savoir l’Élysée, notamment sur “les aspects de défense et d’énergie”, alors que la crise ukrainienne est toujours au centre de l’actualité et face au risque de pénurie et de hausse du prix du gaz qui en découle.

L’objectif est aussi de poursuivre la consolidation du couple franco-allemand et de démontrer sa “force”, a fait savoir la présidence. Depuis Nicolas Sarkozy en 2007, la tradition des présidents élus est de se rendre en Allemagne, ce qu’avait fait le président Emmanuel Macron en 2017 avec une visite à Angela Merkel le lendemain de son investiture. Ce nouveau voyage -avec un nouveau chancelier- est l’occasion pour lui de marquer son attachement à l’Union européenne dont il assure encore la présidence tournante jusqu’au 30 juin et qu’il place au centre de son projet politique.

Face à face avec la Russie

Le même jour, la Russie a prévu son traditionnel défilé militaire pour célébrer le “Jour de la victoire” sur l’Allemagne nazie. Le 9 mai est férié en Russie et considéré comme l’un des plus importants jours de l’année. Beaucoup craignent que Vladimir Poutine profite de ces commémorations patriotiques pour annoncer de nouvelles offensives, déclarer officiellement la guerre à l’Ukraine, organiser un défilé à Marioupol ou relancer un autre point clé du conflit alors que la “star” de son défilé sera “ l’avion de l’apocalypse ”, censé l’accueillir cas de conflit nucléaire.

Côté européen, la célébration de la journée de l’Europe, 72 ans après la déclaration de Robert Schuman le 9 mai 1950 qui donne naissance un an plus tard à la CECA (confédération européenne du charbon et de l’acier), entend aussi être une réponse à cette démonstration patriotique russe.

Le président de la République prononcera à Strasbourg un discours en clôture de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe débutée il y a un an. “C’est la première occasion pour le président de prononcer un discours européen non seulement depuis sa réélection, mais également depuis le début de la guerre en
Ukraine le 24 février”, a fait savoir la présidence française en amont de ce déplacement.

La question de l’entrée dans l’UE de l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie doit aussi être “abordée par le président lundi”, a assuré l’Élysée, alors que le conflit avec la Russie se poursuit. L’Élysée utilise le mot de “face à face” et confirme que l’objectif côté européen est de montrer “la force des démocraties libérales” contre “l’affirmation d’un modèle de révisionnisme historique qui, aujourd’hui, verse le sang sur la terre ukrainienne”.

Erasmus en médecine, protection de la biodiversité, droit à la déconnexion...

Cette conférence sur l’Avenir de l’Europe a été initiée par Emmanuel Macron dès 2019 et a débuté officiellement l’an dernier. L’idée était d’y associer un panel de 800 citoyens européens qui seront pour certains invités à intervenir lors de la journée du 9 mai.

Ils ont formulé plusieurs propositions au cours de l’année. Parmi elles, un Erasmus pour les étudiants de médecine, le droit à la déconnexion et surtout la protection du climat et de la biodiversité. L’Élysée en parle comme d’une “respiration démocratique” en marge des institutions plus traditionnelles de l’UE.

Emmanuel Macron qui a promis que son second quinquennat serait plus vert que le précédent pourrait en profiter pour affirmer sa volonté sur le sujet du réchauffement climatique au plan européen.

À voir également sur Le HuffPost : Toutes ces fois où Emmanuel Macron a promis de changer sa manière de gouverner

  • Hu chevron_right

    Le journal "20 Minutes" va disparaître à Nantes, Rennes, Nice et Strasbourg

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 31 March - 16:00 · 2 minutes

Une personne lit le quotidien gratuit

MÉDIAS - Le journal 20 Minutes va cesser d’être distribué à Nantes , Rennes, Nice et Strasbourg pour se réorienter sur les autres villes où il est implanté (Paris, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Montpellier), a appris l’AFP ce jeudi 31 mars, au lendemain d’un Comité social et économique (CSE) du journal.

En outre, la direction du média gratuit va lancer un plan social, d’ici fin mai qui doit conduire à la suppression d’environ 30 postes, soit environ 15% des effectifs de l’entreprise. Quinze jours seulement après avoir fêté les 20 ans de “20 Minutes” , “on est abasourdis”, commente auprès de l’AFP Gilles Durand, délégué syndical SNJ-CGT du journal et également membre du CSE du journal, auquel la direction a annoncé son intention de réduire les effectifs.

“Une annonce dans le mépris des élus et des salariés”

À l’issue de cette réunion, la direction a informé les salariés de son projet, un an après avoir supprimé six postes au sein du groupe. Ce dernier est en proie depuis plusieurs années à des difficultés financières, notamment en raison de la pandémie de Covid-19 et l’effondrement du marché publicitaire.

“Cette annonce de plan de licenciements a été faite prématurément, dans le mépris des élus et des salariés”, estime Gilles Durand qui souligne que “le plan de sauvegarde de l’emploi, en gros tout le volet social” n’a pas été communiqué aux organisations syndicales. Sollicitée par l’AFP, la direction n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

“On savait qu’un projet de réorganisation était en réflexion mais on ne s’imaginait pas que cela allait entraîner une suppression de postes et surtout de cette ampleur”, a commenté auprès de l’AFP une journaliste du journal.

10 éditions locales supprimées?

Selon une note de présentation du projet, consultée par l’AFP, la direction entend supprimer 30 postes et réduire le nombre d’éditions du journal. Elle compte ainsi passer de 12 éditions - actuellement 11 locales et une édition nationale numérique - à deux éditions imprimées, soit une pour Paris/Île-de-France et une édition nationale distribuée en régions, qui paraîtront trois fois par semaine.

L’objectif pour la direction étant de renforcer son positionnement auprès des jeunes urbains entre 18 et 30 ans, de regagner du terrain dans la région parisienne et de développer son activité numérique.

Ce plan social intervient alors que fin novembre, le journal gratuit CNews avait fermé brutalement en raison de la baisse brutale des investissements publicitaires et de la hausse du prix du papier. Une décision portée par la volonté de concentrer les efforts du groupe sur le web et sur la chaîne de télévision, en croissance.

Créé en 2002, 20 Minutes s’est fortement développé sur internet. En février, près de 842.000 exemplaires ont été distribués, tandis que le site internet du média a enregistré plus de 17 millions de visiteurs uniques.

À voir également sur Le HuffPost: Xavier Niel mis à la porte par le PDG de “La Provence”

  • Hu chevron_right

    Le rayon vert de la cathédrale de Strasbourg a disparu

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 21 March - 19:45 · 2 minutes

Photographie prise en mars 2009 illustrant le phénomène de lumière verte qui se produisait lors de chaque équinoxe dans la cathédrale de Strasbourg.

STRASBOURG - Émoi dans la cité strasbourgeoise. Le célèbre “rayon vert” de la cathédrale de Strasbourg , qui illuminait les jours d’équinoxe un Christ en pierre, pourrait ne plus jamais apparaître, la partie du vitrail qui le produisait ayant été “définitivement obstruée” lors d’une restauration, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

L’information était passée inaperçue, pourtant elle figure sur le site internet de la cathédrale à la rubrique “Le saviez-vous?” , au paragraphe consacré au rayon vert : “Avertissement : ce qui suit, a pris fin le mercredi 16 mars 2022. Le ‘verre brut’, laissant entrevoir jusqu’à cette date un ‘rayon de couleur verte’, a définitivement été obstrué”.

Sollicitée par l’AFP, la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) du Grand Est a indiqué que le verre en question avait effectivement été remplacé lors d’une “restauration”, confirmant une information du quotidien régional Les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA).

Une attraction prisée des touristes et habitants

Ce “rayon vert”, qui attirait des centaines de touristes et de curieux, apparaissait lors des équinoxes de printemps (le 20 ou 21 mars à 11h38) et d’automne (le 22 ou 23 septembre à 12h24) et “illuminait le Christ crucifié de la chaire” de la cathédrale, rappelle le site de l’édifice religieux.

Le vitrail en question y avait été installé en 1876. Le soleil y traversait le pied gauche de Juda, ancêtre du Christ et fils de Jacob, pour produire le fameux rayon. Mais “la projection du soleil en un rayon de couleur verte était apparue très vraisemblablement à la suite d’une restauration datant de 1972 au cours de laquelle le pied de Juda aurait été remplacé par un verre brut et, de ce fait, très transparent”, explique encore le site internet.

C’est en effet cette année-là que le phénomène a été découvert par Maurice Rosart, un ingénieur-géomètre. Ce dernier a aussitôt crié au “scandale” lorsqu’il a appris que le rayon n’était pas au rendez-vous ce week-end : il “a été purement et simplement supprimé”, s’est-il offusqué dans un courriel transmis à l’AFP.

“Cet acte est un mauvais coup porté aux Strasbourgeois, à la Culture, à la Laïcité, aux Lumières”, a-t-il encore déploré, rappelant qu’un cache avait déjà été brièvement apposé au printemps 1990 sur le vitrail, empêchant le rayon de se former.

Ce phénomène a longtemps alimenté les polémiques, entre partisans d’explications ésotériques et autorités ecclésiastiques qui n’ont longtemps vu derrière lui qu’un simple “hasard”.

À voir également sur Le HuffPost: Le marché de Noël de Strasbourg, le plus grand de France, a ouvert

  • Hu chevron_right

    Nouvel An 2022 sous tension à Strasbourg, des interpellations

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 1 January - 03:05 · 2 minutes

Nouvel An 2022 sous tension à Strasbourg (photo d

NOUVEL AN - La nuit de la Saint-Sylvestre est marquée par une “forte activité” à Strasbourg où douze personnes ont été interpellées pour cette soirée , dont quatre pour des “violences urbaines”, et deux policiers ont été légèrement blessés, a-t-on appris ce samedi 1er janvier auprès de la préfecture et de la police.

Il y a une “forte activité”, a indiqué vers 00H30 à l’AFP la préfecture, selon laquelle les forces de l’ordre ont fait “usage de grenades” dans le quartier populaire de Hautepierre “pour riposter aux tirs de mortiers et disperser les personnes” lors du Nouvel An .

“Jusqu’ici, 12 personnes ont été interpellées, quatre dans le cadre de violences urbaines”, a indiqué sur Twitter la police du Bas-Rhin. “Nous déplorons 2 policiers légèrement blessés par jets de pétards et un véhicule de police dégradé, mais nous resterons mobilisés, plus forts que jamais!”, a-t-elle tweeté vers 01H20.

À Lingolsheim, en périphérie de la capitale alsacienne, un homme a été “rapidement interpellé” après avoir tiré “sur un véhicule de la BAC avec un mortier”, selon la même source. Des véhicules ont été incendiés dans plusieurs quartiers, a indiqué une autre source policière.

“Une fête organisée avec 200 à 300 personnes” a été constatée dans un restaurant “sous-loué” à Schiltigheim, près de Strasbourg. Des “tirs de mortiers sur des policiers” ont également eu lieu sur le parking d’un supermarché de cette commune de la périphérie, selon la même source.

“Des individus viennent à l’affrontement, il y a une très grande défiance contre les forces de l’ordre, une envie d’en découdre. Aucune des mesures prises n’est respectée, le couvre-feu des mineurs, le port et l’usage d’artifices, rien n’est respecté”, a déploré cette source.

Six unités de forces mobiles (UFM), soit 360 fonctionnaires, sont mobilisées pour la nuit du Nouvel An, ainsi que près de 400 policiers et une “centaine” de militaires de l’opération Sentinelle, avait détaillé mercredi la préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier.

Sur l’ensemble du département, un total de 1950 policiers, pompiers et militaires, selon Chevalier. Quatre arrêtés préfectoraux ont par ailleurs été pris récemment, dont l’un interdisant la vente et l’utilisation de pétards et de feux d’artifice, très populaires en Alsace et en Allemagne voisine lors de la Saint-Sylvestre où ils occasionnent pourtant de nombreuses blessures ou mutilations. L’an passé, un jeune homme était mort, la tête arrachée par un mortier.

Un autre instaure à Strasbourg et dans six communes limitrophes un couvre-feu pour les mineurs de moins de 16 ans non accompagnés d’un parent.

À voir également sur Le HuffPost: Après une année éprouvante, pourquoi il faut dire “oui” aux paillettes

  • Hu chevron_right

    Au Nouvel An, un couvre-feu à Strasbourg pour les moins de 16 ans

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 13 December - 21:31 · 2 minutes

Au Nouvel An, un couvre-feu pour les moins de 16 ans imposé à Strasbourg (photo à Strasbourg du 12 décembre 2019)

NOUVEL AN - Un couvre-feu pour les moins de 16 ans sera instauré à Strasbourg et dans six villes de son agglomération la nuit de la Saint-Sylvestre , marquée depuis de nombreuses années par des violences urbaines, a annoncé ce lundi 13 décembre la préfecture du Bas-Rhin.

“Des phénomènes de violences et de dégradation urbaines sont régulièrement observés dans l’agglomération (...) la nuit du Nouvel An depuis 1997”, notamment l’usage “d’artifices pouvant entraîner de graves blessures, l’incendie de véhicules et de mobilier urbain” ou encore “des agressions sur les sapeurs-pompiers et les forces de l’ordre”, rappelle dans un communiqué la préfecture.

Cette dernière avait déjà pris début décembre un arrêté interdisant durant tout le mois la vente et l’utilisation “d’artifices de divertissement”, très prisés en Alsace et en Allemagne voisine lors des fêtes de fin d’année et qui occasionnent régulièrement des blessures graves, voire des morts.

“Chaque année, les mineurs sont particulièrement impliqués dans ces troubles à l’ordre public”, particulièrement ceux âgés de “13 à 16 ans”, selon la préfecture qui souligne que “le contexte sanitaire actuel, avec une circulation importante du virus parmi les jeunes, incite à limiter les rassemblements importants sur la voie publique”.

De 22h00 à 6h00

En conséquence, “la circulation et le stationnement sur la voie publique de mineurs de moins de seize ans non accompagnés par l’un de leurs parents ou d’un représentant de l’autorité parentale sont interdits la nuit du 31 décembre 2021 à partir de 22 heures jusqu’au 1er janvier 2022 à 6 heures” à Strasbourg et six communes proches (Hoenheim, Bischheim, Schiltigheim, Illkirch-Graffenstaden, Lingolsheim et Ostwald), selon le communiqué.

Les mineurs en infraction “pourront être reconduits à leur domicile par les forces de l’ordre” qui informeront le parquet de Strasbourg “de tous les faits susceptibles de donner lieu à l’engagement de poursuites ainsi qu’à la saisine du juge pour enfants”, prévient la préfecture.

L’an dernier, un jeune homme de 25 ans avait eu la tête emportée par un mortier d’artifice lors du réveillon de la Saint-Sylvestre. Quelques dizaines de véhicules avaient également été incendiés mais, en raison du couvre-feu, les incidents avaient été moins nombreux que l’année précédentes quand les forces de l’ordre et les pompiers avaient été pris à partie.

A voir également sur Le HuffPost: 5 conseils pour choisir ses cadeaux de Noël de seconde main

Le GCO est la deuxième autoroute la plus chère de France
GCO : panique chez les usagers, la M35 va passer à 70 km/h !
  • Hu chevron_right

    Le marché de Noël de Strasbourg, le plus grand de France, a ouvert

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 27 November - 16:40 · 3 minutes

NOËL - Encore un Noël pas comme les autres. Le Marché de Noël de Strasbourg a ouvert ses portes vendredi 26 novembre dans l’après-midi, avec masque obligatoire et pass sanitaire nécessaire afin d’accéder aux espaces de restauration, pour les près de deux millions de visiteurs attendus jusqu’au 26 décembre.

“C’est un très beau moment, de joie et d’intense émotion pour nous tous puisque ce sont les grandes retrouvailles avec le Marché de Noël de Strasbourg ”, s’est réjouie la maire écologiste Jeanne Barseghian, au milieu d’une chorale itinérante et de comédiens qui ont illuminé peu à peu les différents quartiers de la ville.

“Ce marché depuis 1570 a vu défiler des générations de Strasbourgeois et de visiteurs. Il n’a eu de cesse d’évoluer et il était important de montrer que ce Marché de Noël peut continuer à se réinventer, qu’il est vivant, vibrant, comme l’est notre ville”, a-t-elle poursuivi.

“Un immense défi d’organiser cette édition 2021”

Endeuillée en 2018 par un attentat qui avait fait cinq morts, entravée l’année suivante par d’importantes mesures de sécurité, cette manifestation emblématique de la capitale européenne avait été purement et simplement annulée l’an dernier en raison de la crise du Covid-19 .

“C’était un immense défi que d’organiser cette édition 2021, le contexte ne rend pas les choses les plus simples, notamment la crise sanitaire, mais c’était aussi ce défi de pouvoir le réinventer, avec des nouveautés, des formats différents”, a encore souligné Jeanne Barseghian.

Cette année, situation sanitaire oblige, le retour de cette manifestation se fera au prix de mesures strictes, sur lesquelles ont planché pendant des semaines la préfecture du Bas-Rhin et la mairie écologiste.

Si le pass sanitaire ne sera pas exigé pour accéder au périmètre du Marché de Noël, il le sera pour aller déguster bretzels, bredeles et autres vins chauds dans des zones délimitées. Le masque sera lui obligatoire. Des contrôles seront menés et des médiateurs déambuleront dans les allées pour rappeler l’importance des gestes barrière.

Un marché étalé sur 13 places

Le “Christkindelsmärik” (“Marché de l’enfant Jésus” en alsacien), qui accueille 300 chalets et génère quelque 250 millions d’euros de retombées, a également été étalé sur 13 places de la ville et réparti dans des allées plus larges pour fluidifier la circulation des visiteurs et éviter les effets d’engorgement.

“J’adore, ça me met dans l’esprit de Noël, j’en avais vraiment besoin”, s’enthousiasme Diana Eisenhagger, une touriste venue du Canada.

Son mari Graham, qui termine son verre de vin chaud, n’est pas très inquiet malgré la situation sanitaire compliquée: “Je suis très confiant, on vient d’un pays où la situation vaccinale est similaire à celle de la France, vous prenez ça au sérieux, comme nous. Donc c’est moins perturbant qu’on l’imagine. On pourrait être à la maison et prendre plus de risques qu’ici”.

Au niveau sécuritaire, finis les contrôles systématiques sur des “check-points” aux abords du marché, remplacés par des “contrôles aléatoires, nombreux et dynamiques” dans les allées, pour lesquels plus de 700 personnes sont mobilisées, a souligné la préfecture.

À voir également sur Le HuffPost: “Quand Harry rencontre le père Noël”, l’adorable pub de la poste norvégienne pour les fêtes