close
  • Hu chevron_right

    "Top Chef 2022": Louise, Arnaud et les autres candidats ont un tatouage en commun

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 15 June - 18:00 · 3 minutes

TÉLÉVISION - Un souvenir gravé à vie. Dans Top Chef , chaque saison réserve son lot de surprises. Et depuis plusieurs saisons, les candidats tatoués se succèdent dans les cuisines du programme. Pour cette treizième édition , ils ont décidé de passer un cap et de conserver une marque indélébile de leur aventure. Interrogés par Le HuffPost dans une interview vidéo à voir en tête d’article , Louise Bourrat et Arnaud Delvenne , les deux finalistes de cette saison 2022, sont revenus sur la bonne entente de cette promotion.

“C’était un beau bordel. Si on ne peut pas déconner ça ne sert à rien. C’est comme une cuisine sans sel” , explique Arnaud Delvenne avant de préciser que cette étape dans sa vie de cuisiner n’aura été “que du bonheur” . “À la base, la cuisine ce n’est pas de la compétition. Ce n’est pas censé être un tel est meilleur qu’un autre , souligne Louise. Ce sont des valeurs familiales, des valeurs de partage et de convivialité. Si tu es entouré de personnes qui ont la même passion que toi, qui aiment cuisiner et bien bouffer, que demande le peuple?”

(Presque) tous tatoués

Pour marquer cet esprit “colonie de vacances” , la grande majorité des candidats de cette treizième saison a accepté de suivre une idée proposée par Louise. Comme l’expliquait Ambroise Voreux au HuffPost , la candidate “a des talents cachés dans le tatouage” .

“En partant pour le tournage, je savais qu’on aurait beaucoup de temps libre. Je me suis dit que ça pouvait être un truc cool de tatouer les autres. Je pense qu’à la base, on a initié ça avec Ambroise” , se souvient la candidate franco-portugaise qui aime réaliser des tatouages pendant son temps libre. “C’était quand même un truc que j’avais en tête depuis le début” .

“Franchement elle l’a bien fait, selon les règles d’hygiène en vigueur dans ce pays” , s’amuse Arnaud qui fait partie des tatoués de la saison. Et il semblerait que tous aient décidé de sauter le pas, même les premiers sortants, à l’exception de Sébastien et Lilian. “Ils n’ont pas souhaité le faire parce qu’ils n’en ont pas et ne voulaient pas. Il n’y a pas de problème avec ça” , précise Louise.

Un tatouage parié entre Louise et Hélène Darroze

Les talents de tatoueuse de la Franco-portugaise auraient également séduits Hélène Darroze. Dans les pages de Télé 7 jours , la cheffe étoilée a expliqué avoir promis à Louise qu’elle pourrait la tatouer en cas de victoire. Je lui ai quand même fait la promesse, peut-être qu’elle va réussir à ce que je la tienne! ″, indiquait-elle.

Et ce pari ravit Louise: “D’un côté ce serait hyper cool que je lui fasse, mais c’est une grosse pression. C’est Hélène Darroze, je n’ai pas envie de faire de la merde (rires)” . Interrogée sur le dessin qu’elle réaliserait sur Hélène Darroze, la candidate informe que ce serait trois étoiles. “En fait, c’est son équipe à Londres au Connaught, qui s’est fait tatouer trois étoiles lorsqu’ils ont obtenu la troisième. Mais elle a refusé de le faire. Là, elle a aussi récupéré trois étoiles à Paris donc l’idée la titille.” Louise va-t-elle relever le défi? Encore quelques heures avant de le découvrir.

A voir également sur Le HuffPost: Sur le tournage de “Top Chef”, que mangent Stéphane Rotenberg et les chefs?

  • Hu chevron_right

    L'interdiction de pigments dans les encres de tatouage inquiète

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 4 January - 15:15 · 3 minutes

L

TATOUAGE - Les tatoueurs européens ne voient plus la vie en couleurs. Depuis ce mardi 4 janvier, ils ont l’interdiction d’utiliser 25 pigments considérés comme toxiques ou cancérogènes pour réaliser leurs dessins sur la peau des clients. Sont concernées des teintes de jaune, rouge ou encore orange auxquelles s’ajoutent 4000 substances chimiques qui ne pourront être utilisées que dans d’infimes quantités.

“Certaines de ces substances présentent des propriétés dangereuses qui posent un risque potentiel pour la santé humaine. En outre, le métabolisme des colorants dans la peau ainsi que la décomposition à la suite de l’exposition au rayonnement solaire et de l’irradiation par laser peuvent également entraîner la libération de produits chimiques dangereux”, justifie la Commission européenne dans son règlement signé et publié le 14 décembre 2020. Peuvent en résulter des allergies ou pire, des cancers, alerte l’ European Chemicals Agency .

Mais cette décision ne passe pas chez les professionnels, qui sont vent debout depuis plusieurs semaines. “On ne va plus pouvoir travailler, c’est n’importe quoi! C’est comme si tout à coup, on retirait les ciseaux aux coiffeurs”, a dénoncé dans Les Échos l’artiste tatoueur Tin-Tin , président du SNAT, le syndicat national des tatoueurs. Sur RMC , il ajoute: “Aujourd’hui, tous les tatoueurs de France sont hors-la-loi.” D’après lui, 70% des pigments utilisés dans ses tatouages sont désormais interdits.

Le bleu et le vert interdits en 2023

Pour justifier leur colère, les artistes assurent qu’il n’y a aucun lien entre le risque de cancer et le tatouage, citant le médecin spécialisé Nicolas Kluger. D’après ce dernier, “en ce qui concerne le cancer de la peau, on sait aujourd’hui qu’il n’existe aucun lien avec le tatouage. On sait néanmoins que des encres peuvent créer des allergies”, a-t-il déclaré à Libération .

Si le règlement a été signé en décembre 2021, les fabricants de pigments n’ont-ils pas trouvé la parade? Non, et c’est bien ce qui inquiète encore plus les tatoueurs. “En ce qui concerne les pigments, ils peuvent théoriquement être remplacés. Mais là-dessus, nous n’avons aucune visibilité au niveau des producteurs et des distributeurs”, pointe Karine Grenouille, secrétaire du SNAT, dans 20 Minutes . D’autant, précise-t-elle, qu’il faudrait entre cinq et dix ans pour créer de nouveaux pigments.

Le règlement, voté par l’UE, concerne tous les professionnels européens et ces derniers ont bien l’intention de peser de tout leur poids. Le tatoueur autrichien Erich Mähnert a lancé une pétition largement partagée dans le milieu, et qui aurait récolté 175.000 signatures au 27 décembre.

Les artistes espèrent notamment une révision du texte qui prévoit également l’interdiction de pigments bleu et vert en 2023. Car à terme, le risque est de voir toutes les couleurs interdites sans que l’industrie parvienne à se renouveler, faisant disparaître la profession. Mais il reste un espoir: le SNAT a annoncé être en contact avec le ministère de la Santé, et est “invité à un échange” avec lui dans les prochains jours.

À voir également sur Le HuffPost: Cette journaliste néo-zélandaise est la première à présenter le JT avec un tatouage traditionnel Maorais

  • Hu chevron_right

    Cette journaliste néo-zélandaise est la première à présenter le JT avec un tatouage traditionnel maori

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 31 December, 2021 - 15:27 · 1 minute

NOUVELLE-ZÉLANDE - Semaine historique et symbolique à la télévision néo-zélandaise. Pour la première fois, une personne avec un tatouage maori au visage présente les informations en prime time, depuis le 25 décembre.

Oriini Kaipara a cet honneur. Profitant du congé maternité de sa collègue, la présentatrice âgée de 37 ans a pris les rênes de “Newshub Live at 6pm” sur la chaîne “Three”. À titre de comparaison, il s’agit de l’équivalent de notre JT de 20H en France.

Un rite chez les femmes maories

Depuis le 25 décembre, elle arbore fièrement son moko kauae, un tatouage maori traditionnel sous le menton. Celui-ci est un rite chez les femmes maories, marquant le passage de l’enfance à l’âge adulte. Il est utilisé pour représenter l’héritage familial et le statut social du porteur. La journaliste a décidé de se faire ce tatouage il y a trois ans après avoir appris par un test ADN qu’elle comptait 98% d’ancêtres maoris.

Oriini Kaipara présentait déjà des bulletins d’informations depuis 2019 sur la chaîne TVNZ (Television New Zealand), mais pas à une heure de grande écoute comme elle le fait désormais depuis le 25 décembre.

Elle est consciente de la symbolique très forte de son passage à l’antenne. “Chaque étape que je franchis est comme une brèche dans un plafond de verre”, a-t-elle déclaré aux médias locaux. “C’est un nouveau terrain pour nous, les Māori, mais aussi pour les personnes de couleur. Que vous ayez un moko kauae ou non”.

Comme le rappellent nos confrères de “Courrier International” , les Maoris ont commencé à s’installer en Nouvelle-Zélande à partir du VIIIe siècle. Ils sont aujourd’hui environ 850.000, soit 17% de la population néo-zélandaise.

À voir également sur Le HuffPost: 5 détails de “Don’t Look Up” (Netflix) que vous avez peut-être manqués

  • Hu chevron_right

    En Chine, les footballeurs n'ont désormais plus le droit d'avoir des tatouages

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 30 December, 2021 - 09:51 · 2 minutes

Les joueurs de la sélection chinoise posent lors du match de football des qualifications asiatiques de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

FOOTBALL - Le ministère chinois des Sports a interdit les tatouages aux footballeurs de la sélection nationale et prié ceux qui en ont de les “enlever”. L’objectif du pouvoir communiste est de mettre un frein aux tendances jugées vulgaires.

De la musique aux jeux en ligne, en passant par la téléréalité et les cours particuliers, la Chine tente ces derniers mois de reprendre en main sa jeunesse et d’imposer des valeurs jugées viriles , par opposition à une décadence morale qui viendrait de l’étranger.

Dans le viseur également, les contenus “vulgaires” diffusés sur le petit écran et les réseaux sociaux, appelés à privilégier plutôt les valeurs “patriotiques”. Le régulateur de l’audiovisuel chinois a ainsi appelé ces derniers mois à établir des critères de beauté “corrects” et à bannir les hommes “efféminés” et les “influenceurs vulgaires”.

Les footballeurs de l’équipe nationale ont dorénavant “l’interdiction formelle d’avoir de nouveaux tatouages [...]. En cas de circonstances particulières [ils] devront être couverts” durant les entraînements et compétitions, a précisé le ministère dans un communiqué, qui interdit le recrutement de tout sportif tatoué.

“Un bon joueur ou un saint?”

Les tatouages sont généralement mal perçus en Chine, qui reste très majoritairement une société conservatrice. Mais ils ont un certain succès dans les grandes villes en particulier auprès de la jeune génération.

La mesure était diversement appréciée par les fans de football. “Est-ce qu’on doit choisir un bon joueur ou un saint?”, s’interrogeait ainsi un supporter sur le réseau social Weibo. Ce n’est pas la première fois que l’esthétisme s’invite dans le foot chinois. La Fédération ordonnait déjà ces dernières années aux joueurs de couvrir leurs tatouages.

La légende du football David Beckham était ainsi apparu flouté l’an dernier dans un documentaire de la télévision publique chinoise. Une rencontre de football universitaire féminin avait par ailleurs été annulée l’année dernière... après une interdiction faite aux joueuses de se teindre les cheveux.

À voir également sur le HuffPost: En Chine, cette course de 100m est remportée par… le caméraman

  • Hu chevron_right

    Le Mondial du tatouage de Paris ne survit pas au Covid-19

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 3 November, 2021 - 13:57 · 1 minute

Un homme se fait tatouer au Mondial du tatouage à Paris, le 10 mars 2018.

TATOUAGE - Clap de fin pour les amateurs d’encre. Tin-Tin, organisateur du Mondial du tatouage, a annoncé ce lundi 1er novembre sur Facebook que la société derrière l’événement “mettait la clef sous la porte”. Le festival, annulé en 2020, puis en 2021 à cause de la pandémie de Covid-19, n’y aura pas survécu.

Le Mondial du tatouage se tenait chaque année depuis 2013 à la Grande Halle de la Villette. Organisé pour la première fois en 1999 au Bataclan, puis en 2000 au Trianon, l’événement avait disparu pendant 13 ans, jusqu’à ce que Tin-Tin, décide en 2013 de remonter ce festival. L’emblématique artiste tatoueur de 56 ans exerce à Paris, dans le quartier de Pigalle.

Ce festival était l’occasion pour les passionnés de tatouages de se réunir mais également pour les curieux de venir admirer les créations. Certains, au début hésitants à laisser une marque indélébile sur leur corps, se laissaient convaincre et repartaient avec une œuvre d’art inscrite dans la peau. Le festival était aussi un rendez-vous d’artistes, puisqu’y étaient organisés des concerts, des concours et des expositions.

Le festival a subi deux annulations en deux ans à cause de la pandémie, “chacune à une semaine de l’ouverture des portes”, peut-on lire dans le post Facebook annonçant la fin du Mondial du tatouage. La société en charge d’organiser l’événement devait fêter ses 10 ans. Mais Tin-Tin indique qu’elle ne peut “plus tenir financièrement sans aucune date en vue”, et doit donc “mettre la clé sous la porte”.

L’organisateur a promis de “revenir très vite sur Paris, avec un nouvel événement qui continuera encore et toujours de [nous] mettre des étoiles plein les yeux…”.

À voir également sur Le HuffPost: Il se fait tatouer... le QR code de son pass sanitaire sur le bras