close
  • Hu chevron_right

    Starliner, le concurrent de SpaceX vers l'ISS, n'a pas le droit à l'échec sur ce lancement

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 16:30 · 1 minute

ESPACE - Échec interdit. Dans la nuit du 19 au 20 mai, la capsule Starliner tentera de rejoindre la Station Spatiale Internationale . Un vol d’essai à vide qui n’a rien d’une promenade de santé pour le véhicule de Boeing, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Le concurrent de SpaceX et son Crew Dragon a en effet beaucoup à prouver. Développé depuis une dizaine d’années, le projet a été choisi par la NASA aux côtés de l’entreprise d’Elon Musk pour envoyer les astronautes dans l’ISS. Mais Starliner accumule les retards.

Boeing/SpaceX, la course à l’espace financée par la NASA

Après plusieurs délais, un premier vol d’essai avait eu lieu fin décembre 2019 à destination de la station. Propulsé par une fusée Atlas V, l’engin a bien été mis en orbite...mais n’a pas réussi à rencontrer l’ISS , en raison d’un système informatique défaillant.

Chez Boeing, cet échec particulièrement douloureux a entamé une remise en question générale du logiciel guidant Starliner: le bug responsable de l’essai n’aurait été en effet que la partie émergée d’un iceberg de vulnérabilités. La société américaine a alors annoncé une revue générale par la NASA de son système informatique.

Un an et demi et plus d’un demi-milliard de dépenses supplémentaires, revoilà Starliner sur le pas de tir. La capsule s’est équipée en cours de route d’un tout nouveau système de propulsion. Si tout se passe comme prévu, la capsule sera alors tout prêt de la certification lui permettant d’envoyer elle aussi des astronautes dans l’ISS. Il sera plus que temps: Crew Dragon, son concurrent, effectue son travail de taxi spatial depuis 2020.

À voir également sur Le HuffPost: Les magnifiques images de l’éclipse totale de Lune

  • Hu chevron_right

    Avortement aux États-Unis: comment les applis de règles pourraient servir à traquer les femmes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 7 days ago - 05:30 · 5 minutes

Des femmes pro-avortement manifestent devant la Cour suprême le 8 mai 2022. Des femmes pro-avortement manifestent devant la Cour suprême le 8 mai 2022.

ÉTATS-UNIS - “Si vous utilisez une application de suivi menstruel, ou si vous utilisez votre téléphone pour le faire, arrêtez et supprimez vos données. Maintenant”, alertait Elizabeth McLaughlin, une militante pro-avortement américaine, sur Twitter le 3 mai. Son message a été partagé plus de 70.000 fois.

Son appel faisait suite à la publication choc d’un avant-projet de la Cour suprême envisageant de supprimer le droit à l’avortement aux États-Unis . Dix jours plus tard, la possible utilisation des données personnelles extraites des applications téléphone pour traquer les femmes qui avortent est devenue l’une des craintes des “pro-choix” qui manifestent dans tout le pays ce samedi 14 mai pour défendre le droit à l’IVG .

Plusieurs millions de femmes dans le monde utilisent des applications telles Flo, Clue ou Ovia pour suivre leur cycle menstruel. En entrant des informations comme la durée et la date de leurs dernières règles, la couleur du sang, précisant leur flux ou encore leur libido, elles cherchent à savoir en avance quand elles auront leurs prochaines règles ou s’en servent pour calculer leur période de fécondité. L’appli, qui analyse les données, sait ainsi quand femme doit avoir ses règles, si elle est en retard, si elle ne les a pas. Et donc, si elle est enceinte ou ne l’est plus.

Ce sont précisément ces datas qui pourraient servir aux autorités américaines. “Les données collectées pourraient être utilisées soit pour identifier les femmes qui se font avorter, soit comme preuve qu’une femme a eu recours à l’avortement dans un avenir où celui-ci est criminalisé”, s’alarme sur le site TechCrunch Eva Galperin, membre de l’ONG de protection des libertés sur Internet, l’Electronic Frontier Foundation (EFF).

La police pourrait récupérer les données personnelles

En effet, les données personnelles entrées dans ces applications ne tombent pas sous le coup de la loi HIPAA qui régule le partage d’informations privées sur la santé aux États-Unis. Les applis de santé ont donc le droit de vendre les données des utilisateurs à des tiers, notamment des entreprises qui peuvent les exploiter pour faire de la publicité ciblée par exemple.

Les applis, comme celles pour le suivi du cycle menstruel, peuvent également donner des informations aux forces de l’ordre dans le cadre d’une enquête si ces dernières le demandent. India McKinney, également membre de l’EFF, remarque sur le site du New Scientist que les autorités pourraient même avoir accès aux données sans mandat ou ordre de la justice. Il suffit à la police de les acheter et elle l’assure, “c’est légal”.

C’est surtout très facile à faire. Pour le prouver, le site Vice a acheté pour 160 dollars (150 euros) à SafeGraph, une firme qui collecte puis revend des données de localisation, une liste de personnes qui se sont rendues dans un planning familial sur une semaine. Ces données précisaient d’où elles venaient, combien de temps elles sont restées, et où elles se rendaient ensuite.

Ces faiblesses dans la protection des données signifient que si la Cour suprême confirme la fin du droit à l’avortement, les détails du cycle menstruel d’une femme qui utilise Flo ou Clue pourront être achetés ou récupérés par la police des États anti-avortement, afin de prouver qu’elle a eu recours à l’IVG et la condamner.

La Cour suprême se prononcera cet été

Par ailleurs, comme l’a montré Vice, n’importe qui peut acquérir les datas pour un prix dérisoire. Cela pose de sérieuses questions dans le cas du Texas où la loi promet 10.000 dollars aux citoyens qui portent plainte contre une personne ou une organisation qui a participé à un avortement. Dans cet État, l’IVG est interdite après six semaines de grossesse.

Les applis de suivi du cycle menstruel ne sont toutefois pas les seules à inquiéter. Evan Greer, directrice de l’ONG Fight for the Future, explique à NPR qu’il y a différents moyens de connecter une personne à l’avortement puisque de nombreuses sociétés vendent les données de leurs utilisateurs. Evan Greer donne l’exemple d’une femme qui patiente dans une salle d’attente d’une clinique où l’avortement est pratiqué. Si elle joue sur son téléphone via une application qui récupère sa localisation et que cette donnée est vendue, un lien direct pourrait être fait entre elle et l’IVG.

Globalement, toutes les technologies, téléphones, ordinateurs ou autres tablettes pourraient devenir une source d’information avec les historiques de recherches ou les messages envoyés. Toutes les lois anti-avortement n’ont pas été votées ni même rédigées, mais dans les États très conservateurs, rien que de “faire des recherches Internet sur une clinique pourrait être interdit”, prévient Alan Butler, le président de l’Electronic Privacy Information Center au Washington Post .

La décision de la Cour suprême est attendue fin juin ou début juillet. Si elle annule l’historique décision Roe v. Wade, l’avortement pourrait être banni directement dans 13 États . En attendant ce potentiel séisme qui diviserait encore plus la société américaine, de nombreux experts demandent aux applications de réfléchir aux conséquences de leurs pratiques. L’Electronic Frontier Foundation a elle publié un article à destination des “produits et services” dans lequel elle liste une dizaine de conseils pour “minimiser les dommages qui peuvent être causés”.

À voir également aussi sur le Huffpost: Aux États-Unis, des milliers de manifestants défilent pour le droit à l’avortement

  • Hu chevron_right

    Elon Musk suspend la procédure de rachat de Twitter

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 13 May - 10:29 · 2 minutes

Elon Musk, à Washington le 9 mars 2020 (photo d'archives). Elon Musk, à Washington le 9 mars 2020 (photo d'archives).

RÉSEAUX SOCIAUX - Signaux contradictoires. Le patron de Tesla et homme le plus riche de la planète, Elon Musk , a indiqué ce vendredi 13 mai suspendre le rachat de Twitter dans l’attente de détails sur la proportion de faux comptes sur le réseau social. Il a cependant ajouté 2 heures plus tard qu’il était “toujours engagé dans l’acquisition” du groupe.

Après avoir perdu jusqu’à près de 25% à la mi-journée, l’action du réseau social remontait largement dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street.

Sur son compte Twitter, le magnat avait indiqué que l’accord était suspendu “dans l’attente de détails soutenant le calcul selon lequel les spams/faux comptes représentent effectivement moins de 5% des utilisateurs”. Contacté par l’AFP, Twitter n’a pas réagi dans l’immédiat.

Le conseil d’administration du réseau social aux gazouillis a accepté fin avril une offre de rachat de 44 milliards de dollars formulée par le fantasque dirigeant d’origine sud-africaine. Elon Musk avait alors promis de débarrasser Twitter des spams, d’authentifier les utilisateurs et de renforcer la transparence sans préciser comment il comptait mettre en œuvre ce projet.

L’entreprise a indiqué début mai, lors de la présentation de ses résultats trimestriels, compter en moyenne 229 millions d’utilisateurs quotidiens dit monétisables, c’est-à-dire exposés à de la publicité. Elle avait estimé à cette occasion que moins de 5% d’entre eux étaient des spams ou de faux comptes.

Elon Musk a également affirmé vouloir faire de la plateforme un bastion de la liberté d’expression et s’est dit prêt à réintégrer l’ancien président américain Donald Trump, dont le compte a été suspendu définitivement après l’attaque du Capitole en janvier 2021.

Depuis l’offre d’acquisition du patron de Tesla et SpaceX, la valeur boursière de Twitter a fondu de plusieurs milliards de dollars. Le titre s’échangeait vendredi à un peu plus de 36 dollars, bien en-dessous du prix d’achat de 54,20 dollars par action proposé par le milliardaire.

À voir également sur Le HuffPost: En 20 ans, SpaceX n’a pas toujours été l’entreprise à succès que l’on connaît

  • Hu chevron_right

    Aviez-vous remarqué cette nouveauté sur WhatsApp?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 11 May - 11:06 · 1 minute

WhatsApp a annoncé plusieurs nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme. WhatsApp a annoncé plusieurs nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme.

MESSAGERIE - WhatsApp a enfin adopté une fonctionnalité déjà déployée sur d’autres messageries, a annoncé il y a quelques jours Mark Zuckerberg , fondateur de Facebook et patron de Meta . En effet, les réactions aux messages ont fait leur apparition !

Les utilisateurs de WhatsApp ont désormais à leur disposition six émojis (pouce levé, cœur, visage mort de rire, visage surpris, visage en pleurs et mains jointes) pour réagir aux messages envoyés dans une conversation. Il leur suffit d’appuyer longuement sur le message auquel ils souhaitent réagir pour accéder à la fonctionnalité.

Le groupe Meta met également progressivement en place d’autres nouveautés sur WhatsApp. Les groupes pourront accueillir 512 participants à une même conversation, contre 256 actuellement.. WhatsApp a également annoncé l’augmentation conséquente de la taille des fichiers transférables à 2Go contre 100 Mo actuellement. Enfin, 32 personnes peuvent désormais participer au même appel.

À voir également sur Le HuffPost: “Tout simplement pas vrai”: Zuckerberg se défend après le réquisitoire de Frances Haugen

  • Hu chevron_right

    L'iPod d'Apple, c'est fini

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 10 May - 21:18 · 1 minute

Un iPod nano d'Apple de 7e génération. (photo d'illustration) Un iPod nano d'Apple de 7e génération. (photo d'illustration)

APPLE - Après une vingtaine d’années de commercialisation, l’iPod d’ Apple tire sa révérence.

La marque californienne en a fait l’annonce dans un communiqué publié ce mardi 10 mai.

“Depuis son introduction il y a plus de 20 ans, l’iPod a captivé les utilisateurs du monde entier qui apprécient de pouvoir emporter leur musique en déplacement. Aujourd’hui, l’expérience consistant à emporter sa bibliothèque musicale dans le monde entier a été intégrée à toute la gamme de produits Apple -de l’iPhone et l’ Apple Watch à l’iPad et au Mac- avec un accès à plus de 90 millions de chansons et à plus de 30.000 playlists disponibles via Apple Music” , écrit Apple sur son site .

Pour Greg Joswiak, vice-président du marketing mondial d’Apple, “l’iPod a redéfini la façon dont la musique est découverte, écoutée et partagée”.

Sorti en octobre 2001, le tout premier iPod pouvait stocker jusqu’à 1000 chansons pour une autonomie de 10 heures. L’iPod mini avait suivi en 2004, puis l’iPod shuffle et l’iPod nano en 2005, avant la sortie de l’iPod touch en 2007. Au fil des années, ces différentes gammes ont connu de multiples actualisations.

L’iPod touch, qui avait été renouvelé une dernière fois en 2019, sera encore disponible dans le commerce jusqu’à épuisement des stocks, précise Apple.

Au total, plus de 400 millions d’iPod, tous modèles confondus, ont été vendus dans le monde en un peu plus de vingt ans, selon le Journal du Geek .

À voir également sur Le HuffPost : En Inde, des ouvriers saccagent une usine d’iPhones pour dénoncer leur “exploitation”

  • Hu chevron_right

    Une gare de train modélisée dans un jeu vidéo plus vraie que nature

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 10 May - 17:21 · 1 minute

GRAPHISME - On a une idée visuelle du futur du jeu vidéo . Lorenzo Drago, un artiste 3D italien, a recréé numériquement la gare de Toyama située à l’ouest du Japon . Une représentation parfaite qui pourrait faire croire que les images sont réelles, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Pour réaliser cela, l’Italien s’est servi d’“Unreal Engine 5”. Il s’agit d’un moteur graphique principalement utilisé pour créer des jeux vidéo. Il a également utilisé de divers outils graphiques. Le tout basé à partir de véritables photographies de la station de train.

Lorenzo Drago qui utilise le pseudo de “subjectn” commente le déroulé de sa création sur la plateforme en ligné dédiée à l’art numérique “ ArtStation ”. “Pour ce projet, je voulais être aussi proche du photoréalisme que possible. J’ai utilisé la correspondance de la caméra pour obtenir des proportions précises”, explique-t-il.

Ces images de la gare plus que réalistes ne sont pas celles d’un jeu en cours de développement. Elles permettent tout de même de nous donner une idée du futur du jeu vidéo.

À voir également sur Le HuffPost : La Pixel War sur Reddit résumée dans un incroyable timelapse

  • Hu chevron_right

    Samantha Cristoforetti réalise le premier TikTok de l'espace à bord de l'ISS

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 6 May - 13:33 · 1 minute

ESPACE - C’est un petit TikTok pour l’homme, un TikTok de géant pour l’humanité. L’astronaute italienne Samantha Cristoforetti , qui a rejoint l’ ISS ce 28 avril, a mis en ligne le premier TikTok de l’histoire réalisé depuis l’espace comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Samantha Cristoforetti faisait partie du vol Crew-4 aux côtés des Américains Kjell Lindgren, Robert Hines et Jessica Watkins , surnomée “Watty” pour la mission Minerva . Le vol amenait les astronautes à la Station spatiale internationale grâce au vaisseau Crew Dragon de SpaceX . Le TikTok publié ce jeudi 5 mai retrace donc son arrivée ainsi que ses premiers jours au sein de la station.

Elle se présente comme “l’ami astronaute qui t’emmène à la frontière finale” à bord de la station spatiale. La native de Milan commence son TikTok par “De retour dans la Station spatiale internationale !” Elle y avait déjà réalisé une première mission nommée Futura en 2014. L’Italienne revient sur ses derniers pas sur Terre avant de s’envoler.

“La nuit du décollage était spectaculaire”, raconte-t-elle dans la vidéo. “Un dernier ‘au revoir’ émouvant à nos familles, puis un court trajet en voiture avec Watty en écoutant notre playlist pour enfin se diriger vers le ciel nocturne”, continue-t-elle.

Elle poursuit sa vidéo en racontant le moment où les astronautes ont passé le point de l’apesanteur. S’en suivent les détails des premiers instants dans l’ISS, notamment la passation avec les astronautes de Crew-3. “Nous essayons de tirer le meilleur parti de cette courte passation en essayant d’écouter et d’apprendre tous leurs trucs et astuces avant qu’ils ne nous quittent”, explique-t-elle.

L’astronaute de 45 ans conclut son TikTok en invitant ses abonnés à lui poser des questions sur la vie à bord de la station, avant de nous laisser avec un magnifique plan de la Terre pris à partir de la Cupola, la coupole d’observation panoramique de l’ISS.

À voir également sur Le HuffPost : Une chercheuse star de TikTok envoyée dans l’espace par Virgin Galactic

  • Hu chevron_right

    Fortnite de retour sur les iPhone

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 6 May - 08:38 · 2 minutes

Fortnite est de nouveau disponible sur les iPhone, grâce aux comptes Microsoft, qui permettent de contourner l'Apple Store.  Fortnite est de nouveau disponible sur les iPhone, grâce aux comptes Microsoft, qui permettent de contourner l'Apple Store.

JEUX VIDÉO - Les utilisateurs d’iPhone et amateurs du jeu phénomène Fortnite vont de nouveau pouvoir y jouer sur leur smartphone, via le service de jeu vidéo à distance de Microsoft, Xbox Cloud Gaming. Ce jeu devenu un univers ultra populaire n’était plus disponible sur les appareils de la marque à la pomme depuis août 2020, quand Apple était entré en conflit juridique avec Epic Games, la maison mère de Fortnite.

Mais les amateurs peuvent désormais retrouver le jeu de tir et survie directement sur un navigateur internet mobile, sans le télécharger sur l’App Store. Dans les 26 pays où il est possible de jouer via le cloud (en streaming, à distance), “vous avez juste besoin d’un compte Microsoft ”, explique un communiqué du groupe informatique, et d’un smartphone ou d’une tablette sous iOS (Apple) ou Android (Google), ou encore d’un ordinateur avec Windows (le système d’exploitation de Microsoft).

C’est le premier jeu “gratuit” (mais avec des options payantes) que Microsoft ajoute à sa plateforme Xbox Cloud Gaming, mais d’autres devraient suivre.

“Enorme nouvelle!” s’est exclamé Tim Sweeney, le patron d’Epic Games, ce jeudi 5 mai sur Twitter . “Fortnite est désormais disponible GRATUITEMENT en streaming sur les navigateurs sur les iPhone, iPad et Android via Xbox Cloud. Pas d’abonnement nécessaire, ni de taxe Apple à 30%”.

Un conflit juridique entre Epic Games et Apple

Apple avait retiré Fortnite de l’App Store quand Epic a cherché à contourner ses règles et son système de paiement, qui lui permet de prélever 30% des recettes réalisées par le jeu sur des ventes de bonus, costumes et autres objets virtuels.

L’éditeur de jeux vidéo avait alors porté plainte contre le groupe californien pour abus de position dominante, l’accusant d’exercer un monopole sur l’achat des biens et services dans sa boutique en ligne.

En novembre 2021, une juge fédérale américaine a sommé Apple d’autoriser un système de paiement alternatif au sein de l’App Store, mais a également estimé qu’Epic n’avait pas réussi à prouver qu’Apple avait enfreint le droit de la concurrence.

Le géant de l’électronique bataille également sur ce sujet avec plusieurs régulateurs européens. Il estime que l’App Store est la meilleure garantie possible en termes de sécurité des paiements et de confidentialité des données.

Plus d’un milliard de personnes dans le monde se servent d’un iPhone, d’après le cabinet Backlinko. Quant à Fortnite, c’est l’un des jeux vidéo les plus populaires au monde avec près de 200 millions de joueurs revendiqués.

À voir également sur Le HuffPost : Ce groupe rejoue les sons de Windows et Apple en beatbox et ne passe pas inaperçu