close
  • Hu chevron_right

    Le contrôle technique des deux-roues va entrer en vigueur plus tôt que prévu

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 14:36 · 1 minute

Le contrôle technique des deux-roues avait été repoussé en août 2021 Le contrôle technique des deux-roues avait été repoussé en août 2021 "à la demande d'Emmanuel Macron", 24 heures seulement après la publication du texte le rendant obligatoire (photo d'illustration prise à Nantes en 2018 à l'occasion d'une manifestation de motards).

TRANSPORTS - C’est une victoire juridique majeure pour les associations. Le Conseil d’État a annoncé, ce mardi 17 mai, qu’ un report de l’entrée en vigueur du contrôle technique des deux-roues au-delà du 1er octobre 2022 “pour les véhicules les plus anciens” n’était “pas justifié”.

Le contrôle technique pour les deux roues devait, selon une obligation européenne, s’appliquer dès 2022, mais le gouvernement avait décidé l’an dernier par décret de repousser cette obligation à 2023 . C’est ce décret que le Conseil d’État a suspendu.

Rendue obligatoire par la législation européenne et finalement instaurée après des années de délais par décret mercredi pour une entrée en vigueur en 2023, cette mesure avait provoqué la grogne des fédérations de motards. De nombreuses personnalités d’extrême droite (Marine Le Pen, Sébastien Chenu , Julien Odoul notamment) avaient également fustigé la mesure, dénonçant une “soumission” à l’Union européenne.

>>> Plus d’informations dans les prochaines minutes...

À voir également sur Le HuffPost: Avec les enveloppes budgétaires, elles calment leur anxiété vis-à-vis de l’argent

  • Hu chevron_right

    Jean-Baptiste Djebbari n'a "aucun état d'âme" à partir dans le privé malgré les critiques

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 09:21 · 3 minutes

Jean-Baptiste Djebbari, le 20 avril 2022. Jean-Baptiste Djebbari, le 20 avril 2022.

POLITIQUE - Le remaniement n’est pas encore annoncé que sa reconversion dans la start-up privée française Hopium,  spécialisée dans les voitures à hydrogène, a fait des remous. Pourtant, Jean-Baptiste Djebbari se dit ce mardi 17 mai “parfaitement serein”.

″Ça ne me met pas du tout mal à l’aise, c’est normal de retrouver une activité normale après la politique, il y a des règles, il faut les respecter”, s’est défendu sur RMC le ministre qui s’apprête à quitter ses fonctions. Au ministère, “j’ai été pleinement au travail, sept jours sur sept, 24 heures sur 24”, a-t-il affirmé.

La start-up Hopium, qui prépare la production de voitures utilisant de l’hydrogène, l’une des pistes pour décarboner la mobilité, a annoncé lundi avoir proposé que Jean-Baptiste Djebbari la rejoigne quelques heures avant la nomination de la nouvelle cheffe du gouvernement, Élisabeth Borne .

Le ministre évoque un “hasard de calendrier”, Hopium étant tenue de communiquer sur cette proposition de nomination 35 jours avant son assemblée générale du 20 juin. Quand “vous êtes membre du gouvernement, vous pouvez tout à fait retourner dans le privé” sous réserve de respecter certaines règles, c’est ce que j’ai fait en sollicitant la HATVP”, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, a-t-il estimé.

L’opposition dénonce un pantouflage

Dans son avis, la HATVP a considéré que “le risque de prise illégale d’intérêts peut être écarté” mais émis une réserve lui en enjoignant de ne pas entreprendre de démarche notamment auprès du ministère des Transports pendant trois ans.

Pour Jean-Baptiste Djebbari, son cas pose la question des mandats politiques au cours d’une carrière. “C’est quoi le modèle? Si vous me dites que quand on vient en politique, le modèle c’est de rester 40 ans [...], je vous dis c’est pas le mien”, a-t-il plaidé.

La reconversion de Jean-Baptiste Djebbari, ancien pilote de ligne en poste au gouvernement depuis 2019, a fait réagir plusieurs responsables politiques sur les réseaux sociaux. L’eurodéputé écologiste David Cormand a dénoncé un “mélange des genres”, de l’“opportunisme” et des “conflits d’intérêts”.

L’Insoumis François Ruffin a, de son côté, accusé le ministre de placer sa “carrière avant les problèmes quotidiens des Français”. ”Ça ne choque personne? Même plus la décence d’attendre la fin de ses fonctions de ministre… s’est désolé Gilles Platret, maire LR de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Ces pratiques jettent un discrédit sur la République.”

Hopium, dont Jean-Baptiste Djebbari avait visité les locaux dans le cadre de ses fonctions en septembre 2021, a levé 16 millions d’euros et souhaite en trouver 100 supplémentaires en 2022 avec un objectif de commercialisation en 2025 sur le marché encore balbutiant des voitures à hydrogène.

À voir également sur Le HuffPost: Jean-Baptiste Djebbari ironise sur l’attente interminable du nouveau gouvernement

  • chevron_right

    Jean-Baptiste Djebbari se recycle dans l’hydrogène, mais ses mouvements seront surveillés

    news.movim.eu / Numerama · 2 days ago - 07:41

Hopium vient d’annoncer que le futur ancien ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, allait être proposé comme administrateur de l’entreprise. Une nomination qui fait réagir autant sur le calendrier des annonces que sur les possibles conflits d’intérêts qui pourraient en découler. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Avec la fin du port du masque dans les transports, des réactions mitigées des usagers

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 13:13 · 3 minutes

Le masque était encore obligatoire dans les transports en commun jusqu'à ce dimanche 15 mai en France.  Le masque était encore obligatoire dans les transports en commun jusqu'à ce dimanche 15 mai en France.

COVID - Bus, métro, train, taxis et même avion. Deux mois après la fin du port du masque en intérieur , une nouvelle étape a été franchie dans l’allègement des mesures sanitaires. Depuis ce lundi 16 mai, le masque n’est plus obligatoire dans les transports en commun . Une première depuis deux ans.

“C’est une bonne nouvelle, mais quand même il faut faire attention”, réagissait ce 16 mai un usager interrogé par BFM-TV , devant la gare Saint-Lazare, à Paris. Un commentaire qui reflète les réactions des internautes sur Twitter. Entre joie et prudence, ils sont nombreux à avoir exprimé leur ressenti sur cette première journée à visage découvert dans les transports.

Certains ont commencé à exprimer leur réjouissance dès la fin de la semaine dernière...

La mesure n’a néanmoins pas mise tout le monde d’accord ce lundi 16 mai. Si beaucoup sont ravis de retrouver leur “vie d’avant”, d’autres préfèrent continuer de porter le masque par précaution.

Peu importe le choix de chacun, nombreux sont les internautes à se sentir “nus”, voire “illégaux” dans les transports en commun. Une sensation qui peut faire écho au syndrome du “visage vide”, cette angoisse ressentie à l’idée de retirer le masque.

Autre interrogation partagée sur les réseaux sociaux ce matin: le port du masque en-dessous du nez. Une attitude qui rend d’autant plus perplexe que celui-ci n’est plus obligatoire.

Certains, enfin, redécouvrent les désagréments des transports en commun.

Si la fin du port du masque dans les transports marque la levée de la dernière grande restriction décrétée par les autorités face à la pandémie de Covid-19 , quelques limites subsistent. Un passe sanitaire reste demandé pour accéder aux établissements de santé et un isolement d’au moins une semaine est toujours imposé après un test positif.

A voir également sur Le HuffPost: “sur les variants après Omicron, à partir de quand s’inquiéter?”

  • Hu chevron_right

    Jean-Djebbari, toujours ministre, tient (déjà) sa reconversion

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 10:12 · 2 minutes

Terminés les TikTok, Djebbari tient (déjà) sa reconversion Terminés les TikTok, Djebbari tient (déjà) sa reconversion

POLITIQUE - La politique, c’est fini pour lui. Il y a quelques semaines que Jean-Baptiste Djebbari l’avait annoncé. Le ministre des Transports, toujours en poste à l’heure où nous écrivons ses lignes, a trouvé un nouveau poste.

Il devrait entrer au conseil d’administration d’Hopium, un constructeur de voitures à hydrogène, selon un communiqué publié ce lundi 16 mai, date potentielle de la démission du Premier ministre Jean Castex . “Hopium (...) annonce aujourd’hui le renforcement de sa gouvernance, avec la proposition de Jean-Baptiste Djebbari en qualité d’administrateur”, écrit la société dans un message envoyé à la presse et publié sur les réseaux sociaux.

Son PDG, Olivier Lombard, se dit quant à lui “honoré et fier d’accueillir Jean-Baptiste Djebbari dans cette formidable aventure industrielle et française”. Le recrutement de l’actuel ministre -et du carnet de contacts qui va avec- “constitue”, selon ses mots, “une étape majeure” du développement de la société.

L’impatience des marcheurs

Ancien pilote de ligne, élu député sous l’étiquette LREM en 2017, puis ministre des Transports de 2019 à aujourd’hui -et spécialiste des vidéos TikTok - Jean-Baptiste Djebbari s’apprête à retourner dans le privé. Un transfert, précoce diraient certains, qui s’accompagne d’une vague de critiques politiques sur les réseaux sociaux.

Pour l’eurodéputé David Cormand, ancien patron des Verts, cette nomination montre “toute la perversité de ‘la République en marche’”, entre “mélange des genres, opportunisme et conflits d’intérêts.” Le parti présidentiel n’aura, selon lui “jamais été autre chose qu’une république des marchands gangrenée par l’affairisme et les lobbys.” Ouch. L’entourage du ministre a fait savoir au Parisien que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a donné se retour dans le privé (on parle de pantouflage) et que ce sont des contraintes légales qui ont nécessité la publication de l’information avant le remaniement.

La patience est apparemment un plat qui manque à certains marcheurs. Comme Jean-Baptiste Djebbari, le député LREM Mickaël Nogal n’a pas attendu la fin de son mandat pour s’engager dans un nouveau rôle... celui de lobbyiste. Le député de Haute-Garonne a été nommé directeur général de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) le 6 janvier dernier, soit deux mois avant la fin de la session parlementaire.

S’il s’est laissé un peu plus de temps, le ministre des Transports n’a pas hésité, de son côté, à mettre en scène son impatience à l’idée de quitter son bureau ministériel. “Si ça continue, même Rihanna va sortir son album avant”, a-t-il écrit, début mai, en commentaire d’une vidéo publiée sur TikTok, son terrain de jeu favori. Qu’il se rassure, c’est pour bientôt.

A voir également sur Le HuffPost: Jean-Baptiste Djebbari ironise sur l’attente interminable avant le remaniement

  • Hu chevron_right

    Le masque contre le Covid-19 dans les transports n'est plus obligatoire

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 22:00 · 3 minutes

Le masque n'est plus obligatoire dans les transports en commun à partir de ce lundi 16 mai. Le masque n'est plus obligatoire dans les transports en commun à partir de ce lundi 16 mai.

COVID-19 - Depuis ce lundi 16 mai, les Français peuvent prendre les transports sans porter de masque, une première depuis deux ans. L’annonce avait été faite une semaine plus tôt par le ministre de la Santé Olivier Véran, jugeant que cette contrainte n’était “plus adaptée” alors que la vague actuelle de Covid-19 est en train de fortement diminuer dans le pays.

La mesure s’explique par la forte baisse des contaminations et les hospitalisations, même si les scientifiques préviennent que l’épidémie n’est probablement pas terminée , notamment face à la menace d’un nouveau variant. D’ailleurs, le cabinet du ministre de la Santé a précisé que le masque “reste recommandé”, notamment pour les personnes les plus fragiles. Sont concernés notamment le métro, le bus, le train, l’avion et les taxis.

La levée du port du masque marque la levée de la dernière grande restriction décrétée par les autorités face à la pandémie de Covid-19 qui avait frappé la France, comme ses voisins européens, voici plus de deux ans.

Le risque d’une nouvelle vague

La décision ne fait cependant pas l’unanimité. Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid-19 de l’académie nationale de médecine, a estimé sur BFMTV que c’était “une bonne nouvelle car cela traduit une situation plus favorable de l’épidémie”. Il reste néanmoins prudent, rappelant que le masque “sera toujours recommandé, notamment pour les personnes âgées et les personnes à risque”.

“En ce moment, on est dans un creux, mais il est très probable d’avoir une nouvelle vague et une forte résurgence dans les prochaines semaines”, a aussi prévenu Djillali Annane, médecin réanimateur, sur RMC .

Sur Twitter, Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, indique qu’il continuera à porter le masque et “invite tout le monde à le faire”. “On se protège mutuellement, avance-t-il. Pensons aussi aux personnes immunodéprimées et soyons solidaires avec elles.”

Les soignants non vaccinés pas réintégrés dans l’immédiat

Après la fin du masque dans les transports, quelques restrictions seront tout de même maintenues. Un pass “sanitaire” -distinct du pass vaccinal car il fonctionne aussi en cas de test négatif récent- restera demandé pour accéder aux établissements de santé, et un isolement d’au moins une semaine sera toujours imposé après un test positif.

Au niveau des hôpitaux, les soignants non vaccinés, qui ne peuvent actuellement pas exercer leur activité, ne seront pas réintégrés dans l’immédiat, mais le gouvernement va se poser la question.

Enfin, Olivier Véran avait évoqué la possibilité d’une nouvelle campagne de rappel de vaccination à l’automne, mais s’est gardé de donner tout détail, soulignant que tout dépendrait de l’apparition de nouveaux variants et de leur profil plus ou moins dangereux ou résistant aux vaccins existants.

À voir également aussi sur le Huffpost: Des manifestants anti-pass remobilisés après les propos de Macron

  • chevron_right

    Un pas de plus vers l’interdiction des voitures thermiques en 2035

    news.movim.eu / Numerama · 7 days ago - 15:29

Avec 46 voix pour, 40 contre et 2 abstentions, la commission environnement du Parlement européen vient d’approuver la fin des véhicules thermiques pour 2035. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Fin du masque dans les aéroports et les avions dans toute l'UE dès le 16 mai

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 11 May - 15:13

Fin du masque dans les aéroports et les avions dans toute l'UE dès le 16 mai Fin du masque dans les aéroports et les avions dans toute l'UE dès le 16 mai

MASQUES - Bat les masques en avion. L’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé ce mercredi 11 mai la levée à compter de lundi 16 mai de l’obligation de porter un masque dans les aéroports et à bord des avions dans l’UE, décrétée à la suite de la pandémie de Covid-19.

″À partir de la semaine prochaine, les masques faciaux n’auront plus besoin d’être obligatoires pour les voyages aériens”, a déclaré le directeur exécutif de l’AESA, Patrick Ky.

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost:Pourquoi on continue à nettoyer les surfaces contre le Covid (alors que ça ne sert à rien)