close
  • chevron_right

    L’Europe veut lutter contre la pédopornographie, quitte à faire une croix sur la vie privée

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 6 days ago - 08:00

christian-lue-8yw6tsb8tnc-unsplash-e1650871714318-158x105.jpg Drapeau de l'Union Européenne

Pour lutter plus efficacement contre la diffusion de contenu pédopornographique, l'Europe veut mettre les bouchées doubles, au point d'envisager de lourdes conséquences sur la vie privée des utilisateurs.

L’Europe veut lutter contre la pédopornographie, quitte à faire une croix sur la vie privée

  • +18 chevron_right

    La stratégie de l’UE contre les contenus pédopornographiques menace la vie privée des internautes

    news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 11 May - 16:33

Ordinateur PC

L'Union européenne souhaite actualiser la réglementation concernant la protection des mineurs. Parmi les mesures envisagées figure une nouvelle consigne qui rend obligatoire l'analyse de tous les messages, y compris chiffrés, pour traquer les contenus pédopornographiques. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • chevron_right

    La Russie est officiellement accusée d’une cyberattaque contre un satellite européen

    news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 10 May - 16:29

Ka-Sat

Le réseau internet du satellite Ka-Sat opéré par des entreprises européennes et américaines est tombé en panne le 24 février dernier. Le Kremlin serait à l'origine de cette opération. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Mélenchon voit dans le discours de Macron une "Europe à la carte" sauf que...

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 10 May - 14:08 · 5 minutes

Emmanuel Macron devant le Parlement européen de Strasbourg lundi 9 mai.  Emmanuel Macron devant le Parlement européen de Strasbourg lundi 9 mai.

POLITIQUE - “Macron déclare l’obsolescence des traités européens”. Sur son blog ce mardi 10 mai, Jean-Luc Mélenchon ne boude pas son plaisir après le discours prononcé la veille par Emmanuel Macron devant le Parlement européen. Une allocation durant laquelle le chef de l’État s’est prononcé pour la révision des traités de l’Union européenne .

“C’est un désaveu cinglant pour tous ses propagandistes qui viennent de passer des jours entiers à expliquer sur tous les tons qu’être contre les règles européennes actuelles était être ‘anti-européen’. Leur argument principal contre la Nouvelle Union populaire s’effondre sous l’effet d’une déclaration de leur propre chef. Trop comique”, écrit le chef de file de la France insoumise, pour qui “Emmanuel Macron lui-même a explicitement plaidé pour une Europe à la carte”.

Une interprétation confirmée par Alexis Corbière: “La parole d’Emmanuel Macron valide le fait que les traités européens ne vont pas”, a-t-il soutenu sur France 2 , considérant que le locataire de l’Élysée est bousculé par les propositions de l’Union populaire à ce sujet.

Mais est-ce vraiment le cas? Emmanuel Macron a-t-il changé son discours, alors que la position européenne de la France insoumise a refait surface à l’aune de l’accord scellé par la NUPES ? Pas vraiment.

Lors de son discours de la Sorbonne prononcé en septembre 2017, et au cours duquel le chef de l’État a multiplié les propositions visant à renforcer l’intégration européenne , il était déjà question d’une révision des traités. “Je suis prêt à l’assumer”, affirmait-il , considérant que le changement des règles n’était pas “une fin en soi” mais “un instrument au service d’une ambition”.

Ce lundi, en s’appuyant sur les propositions formulées dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe , Emmanuel Macron a déclaré: “il faudra réformer nos textes, c’est évident. L’une des voies de cette réforme est la convocation d’une convention de révision des traités”. Soit un processus plutôt éloigné de “l’Europe à la carte” pour laquelle, selon Jean-Luc Mélenchon, le Président de la République a “implicitement plaidé”.

“Boîte de Pandore”

C’est en tout cas ce que rétorque aujourd’hui le gouvernement. “On peut nous targuer de beaucoup de choses, mais pas d’avoir varié sur le domaine de l’Europe. Dès 2017, pendant sa conférence à la Sorbonne, le président de la République a proposé cette révision des traités. Il a dit clairement que ce n’était ni un totem, ni un tabou”, a répliqué sur LCI ce mardi le secrétaire d’État aux affaires européennes, Clément Beaune.

Surtout, la Macronie fait valoir que réformer ne signifie pas désobéir. Dans une lettre ouverte adressée à Julien Bayou et Olivier Faure, coupables aux yeux de LREM d’avoir pactisé avec Jean-Luc Mélenchon, le président du groupe Renew au Parlement européen, Stéphane Séjourné, considère que “la désobéissance anti-européenne dans sa conceptualisation et son application n’est qu’un aveu d’égoïsme, de faiblesse et une terrible imposture”.

Selon lui, “quand on n’aime pas des règles démocratiquement adoptées, on se bat et on les change de l’intérieur”. Raison pour laquelle il considère que la désobéissance “créerait un précédent” qui pourrait s’appliquer sur des règles autres que budgétaires adoptées par les 27, ce qui conduirait à ouvrir “une boîte de Pandore” en Europe.

L’un des gros clivages pour les législatives

Des nuances de taille qui révèlent une différence d’approche: quand la Macronie entend réformer (ce que la France insoumise juge impossible au regard de l’inertie de l’UE) Jean-Luc Mélenchon entend désobéir (ce que LREM juge irresponsable compte tenu des risques que cette manœuvre implique).

Mais alors, si les différences sont si évidentes, pour Jean-Luc Mélenchon affirme que le discours du chef de l’État confirme sa position? La réponse tient en deux mots: élections législatives.

Comme expliqué précédemment, EELV et le PS ont été accusés par la Macronie (mais pas seulement) de renier leurs engagements européens en apposant leur signature sur un accord prônant la “désobéissance” à l’Europe. Des critiques qui s’accompagnent d’appels aux électeurs socialistes et écologistes à venir grossir les rangs de l’aile gauche de la majorité .

Ce dont ne veut pas Jean-Luc Mélenchon, bien décidé à entraîner l’ensemble de la gauche derrière lui, en dépit de l’épouvantail du “Frexit” agité par la Macronie pour détourner les électeurs de écolos et socialistes de la NUPES.

D’où l’intérêt de faire du discours du chef de l’État une validation de la désobéissance, même si les deux méthodes n’ont absolument rien à voir si ce n’est la nécessité -évidente et partagée par l’ensemble des forces politiques- de faire évoluer l’Europe. Même la présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, est favorable à une révision des traités. Et on peut difficilement la qualifier d’insoumise.

À voir également sur Le HuffPost: Comment prononcer NUPES? Ces militants ne sont pas (encore) d’accord

  • Hu chevron_right

    Au Parlement européen, avant le discours de Macron, ces jeunes ont "dansé l'Europe"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 13:28 · 2 minutes

Ursula Von der Leyen, Emmanuel Macron et Roberta Metsola regardent la Ursula Von der Leyen, Emmanuel Macron et Roberta Metsola regardent la "Danse de l'Europe" lors de la Conférence sur l'avenir de l'Europe ce lundi 9 mai 2022.

UNION EUROPÉENNE - En prenant la présidence de l’Union Européenne, la France a, comme le veut la coutume, offert une œuvre à l’UE . Pas un tableau, ni une sculpture, mais bien une danse, interprétée ce lundi 9 mai au Parlement européen avant la prise de parole d’ Emmanuel Macron .

Des danseurs du Centre Chorégraphique National - Ballet de Lorraine et des jeunes du collège de La Providence de Starsbourg ont ainsi interprété la “Danse de l’Europe”, une chorégraphie du Français Angelin Preljocaj sur une musique de Jeanne Added. Comme le montrent ces images d’un journaliste de LCI et d’une eurodéputée, le spectacle s’est déroulé dans les allées de l’hémicycle en clôture de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, une vaste consultation citoyenne à l’échelle de l’UE.

À l’occasion de la présidence française, “le ministère de la Culture et l’Elysée ont eu le désir d’offrir quelque chose de plus inclusif qui permet aux citoyens de l’UE de se l’approprier, donc ils ont décidé que ça serait une chorégraphie”, expliquait en février à l’Agence-France Presse Angelin Preljocaj.

“C’est une manière de se réapproprier son corps, quel que soit son niveau de danse ou son niveau sportif, tout âge confondu. Comme il n’y a pas de visuel, il n’y a pas d’autocritique, il faut laisser son imaginaire, précisait le chorégraphe. Ce qui est beau, c’est que, quand on a fait des tests, il y a eu des résultats différents”.

Le chorégraphe rêvait pour marquer la Journée de l’Europe ce lundi d’une “communion” de danseurs professionnels et amateurs à travers les 27 pays de l’UE. En France mais aussi en Italie, certains ont joué le jeu, comme le montrent les publications ci-dessous.

Initiateur de la conférence pour l’avenir de l’Europe en 2021, Emmanuel Macron a clos l’évènement ce lundi. Comme la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen, il s’est “favorable” à une “révision des traités” de l’Union européenne, en proposant que les dirigeants des 27 en discutent à leur sommet de juin.

La présidente de la Commission européenne s’est prononcée aussi pour l’abandon du vote à l’unanimité des 27 pays membres dans des domaines clés. “J’ai toujours soutenu que le vote à l’unanimité dans certains domaines clés n’a tout simplement plus de sens”, a déclaré Ursula von der Leyen au Parlement européen.

À voir également sur Le HuffPost: Devant le Parlement européen, Macron défend l’avortement et l’environnement

  • Hu chevron_right

    EN DIRECT. Suivez le discours d'Emmanuel Macron au Parlement européen

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 11:58 · 1 minute

UNION EUROPÉENNE - Un calendrier qui tombe à pic pour un président qui a fait de l’Europe l’un de ses thèmes de prédilection en vue de sa réélection. A l’occasion de la Journée de l’Europe, Emmanuel Macron prononce au Parlement européen de Strasbourg, ce lundi 9 mai, le premier grand discours de son second mandat .

Celui qui préside le Conseil de l’Union européenne pour le premier semestre de l’année 2022 clôturera la “Conférence sur l’avenir de l’Europe”, une initiative lancée il y a un an sous l’impulsion d’Emmanuel Macron et à travers laquelle des contributions de 800 citoyens ont débouché sur 49 propositions concrètes pour l’Europe.

Un contexte marqué par la guerre en Ukraine

“C’est la première occasion pour le président de prononcer un discours européen non seulement depuis sa réélection, mais également depuis le début de la guerre en Ukraine le 24 février”, a fait savoir la présidence française en amont de ce déplacement. D’autant que sa prise de parole intervient quelques heures après celle de Vladimir Poutine à Moscou pour le défilé militaire marquant la victoire soviétique sur les Nazis.

La question de l’entrée dans l’UE de l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie doit aussi être “abordée par le président”, a assuré l’Élysée, alors que le conflit avec la Russie se poursuit. L’entourage d’Emmanuel Macron utilise le mot de “face à face” et confirme que l’objectif côté européen est de montrer “la force des démocraties libérales” contre “l’affirmation d’un modèle de révisionnisme historique qui, aujourd’hui, verse le sang sur la terre ukrainienne”. Une unité européenne qu’Emmanuel Macron veut également démontrer avec un déplacement à Berlin dans la foulée, aux côtés du chancelier Olaf Scholz.

Suivez le discours en direct sur le HuffPost avec la vidéo située en tête de cet article.

  • Hu chevron_right

    Emmanuel Macron choisit l'Europe pour les premiers déplacements de second mandat

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 04:20 · 4 minutes

Quatre mois après son discours à Strasbourg, Emmanuel Macron revient dans la capitale de l'Europe pour la Journée de l'Europe. Quatre mois après son discours à Strasbourg, Emmanuel Macron revient dans la capitale de l'Europe pour la Journée de l'Europe.

POLITIQUE - Macron, l’Européen. Après une campagne de 2017, un quinquennat et une campagne de réélection imprégnés par les thèmes liés à l’Union européenne , Emmanuel Macron poursuit sur sa lancée à peine réélu et deux jours après sa cérémonie d’investiture .

Ce lundi 9 mai, date fondatrice de la construction européenne (le 9 mai 1950, Robert Schuman pose les fondations de l’UE), le président de la République se rend à Strasbourg pour célébrer la “Journée de l’Europe” et dans la foulée à Berlin pour rencontrer le chancelier allemand Olaf Scholz.

Défense, énergie et souveraineté

Ce sont ses deux premiers déplacements au plan international depuis sa réélection, le 24 avril dernier. À Berlin, le chef de l’État a prévu d’aborder “les questions liées à la guerre en Ukraine et les enjeux de souveraineté européenne”, a fait savoir l’Élysée, notamment sur “les aspects de défense et d’énergie”, alors que la crise ukrainienne est toujours au centre de l’actualité et face au risque de pénurie et de hausse du prix du gaz qui en découle.

L’objectif est aussi de poursuivre la consolidation du couple franco-allemand et de démontrer sa “force”, a fait savoir la présidence. Depuis Nicolas Sarkozy en 2007, la tradition des présidents élus est de se rendre en Allemagne, ce qu’avait fait le président Emmanuel Macron en 2017 avec une visite à Angela Merkel le lendemain de son investiture. Ce nouveau voyage -avec un nouveau chancelier- est l’occasion pour lui de marquer son attachement à l’Union européenne dont il assure encore la présidence tournante jusqu’au 30 juin et qu’il place au centre de son projet politique.

Face à face avec la Russie

Le même jour, la Russie a prévu son traditionnel défilé militaire pour célébrer le “Jour de la victoire” sur l’Allemagne nazie. Le 9 mai est férié en Russie et considéré comme l’un des plus importants jours de l’année. Beaucoup craignent que Vladimir Poutine profite de ces commémorations patriotiques pour annoncer de nouvelles offensives, déclarer officiellement la guerre à l’Ukraine, organiser un défilé à Marioupol ou relancer un autre point clé du conflit alors que la “star” de son défilé sera “ l’avion de l’apocalypse ”, censé l’accueillir cas de conflit nucléaire.

Côté européen, la célébration de la journée de l’Europe, 72 ans après la déclaration de Robert Schuman le 9 mai 1950 qui donne naissance un an plus tard à la CECA (confédération européenne du charbon et de l’acier), entend aussi être une réponse à cette démonstration patriotique russe.

Le président de la République prononcera à Strasbourg un discours en clôture de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe débutée il y a un an. “C’est la première occasion pour le président de prononcer un discours européen non seulement depuis sa réélection, mais également depuis le début de la guerre en
Ukraine le 24 février”, a fait savoir la présidence française en amont de ce déplacement.

La question de l’entrée dans l’UE de l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie doit aussi être “abordée par le président lundi”, a assuré l’Élysée, alors que le conflit avec la Russie se poursuit. L’Élysée utilise le mot de “face à face” et confirme que l’objectif côté européen est de montrer “la force des démocraties libérales” contre “l’affirmation d’un modèle de révisionnisme historique qui, aujourd’hui, verse le sang sur la terre ukrainienne”.

Erasmus en médecine, protection de la biodiversité, droit à la déconnexion...

Cette conférence sur l’Avenir de l’Europe a été initiée par Emmanuel Macron dès 2019 et a débuté officiellement l’an dernier. L’idée était d’y associer un panel de 800 citoyens européens qui seront pour certains invités à intervenir lors de la journée du 9 mai.

Ils ont formulé plusieurs propositions au cours de l’année. Parmi elles, un Erasmus pour les étudiants de médecine, le droit à la déconnexion et surtout la protection du climat et de la biodiversité. L’Élysée en parle comme d’une “respiration démocratique” en marge des institutions plus traditionnelles de l’UE.

Emmanuel Macron qui a promis que son second quinquennat serait plus vert que le précédent pourrait en profiter pour affirmer sa volonté sur le sujet du réchauffement climatique au plan européen.

À voir également sur Le HuffPost : Toutes ces fois où Emmanuel Macron a promis de changer sa manière de gouverner