close
  • Hu chevron_right

    Vacances: Pourquoi il faudra arriver en avance à l'aéroport cet été

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 10 May - 11:13 · 4 minutes

Des passagers en attente à l'aéroport de Manchester, le 5 avril 2022.  Des passagers en attente à l'aéroport de Manchester, le 5 avril 2022.

VACANCES - Plus que jamais, il vous faudra respecter les horaires d’arrivée à l’aéroport si vous prenez l’avion cet été. Avec la forte hausse du nombre de voyageurs en raison de la reprise post-Covid et le manque de personnel dans le secteur aérien, les délais dans les files d’attente risquent d’exploser pour les vacances .

C’est ce qui s’est passé ce lundi 9 mai à Birmingham, où les queues s’allongeaient sur plusieurs centaines de mètres, allant jusqu’à l’extérieur de l’aéroport. Ce jour-là, sur les 7500 voyageurs, 23 ont raté leur avion, a indiqué la direction, citée par la BBC . Même jour, même problème à Manchester. Sur les réseaux sociaux, des passagers ont fait part de leur exaspération et l’un d’entre eux a même promis de ne plus jamais prendre l’avion dans cette ville du nord-ouest de l’Angleterre.

“La file d’attente pour la sécurité à l’aéroport de Manchester s’étend maintenant à l’extérieur du bâtiment du terminal. En tant qu’utilisateur régulier de l’aéroport, je pourrais décrire mes expériences ces derniers temps, mais je m’abstiens généralement de jurer sur Twitter.”

“Je n’utiliserai plus jamais l’aéroport de Manchester. Une expérience absolument épouvantable [...].

Les embouteillages ne sont pas seulement constatés au Royaume-Uni. Le premier week-end de mai, la compagnie KLM a annulé 70 de vols depuis et vers Amsterdam-Schiphol à cause d’une trop forte affluence, ainsi qu’au manque de bagagistes et d’agents de sécurité. Résultat, décrit Le Monde , les pompiers ont dû intervenir pour distribuer de l’eau aux voyageurs patients. Un peu plus tôt, autour de Pâques, Lufthansa a aussi dû supprimer une centaine de vols à l’aéroport de Francfort... Les exemples sont nombreux depuis le début de l’année.

Il manquera du personnel dans les aéroports cet été

La situation ne risque pas de s’arranger pour les vacances d’été. Eurocontrol, l’organisme de surveillance du trafic aérien européen, a calculé un nombre de vols équivalent à 83% du niveau de 2019 lors de la semaine de 21 au 27 avril dernier. Ce chiffre pourrait monter jusqu’à 95% en août, selon ses prévisions.

“Le défi dans l’immédiat est de gérer la hausse soudaine du trafic, étant donné que la pandémie a eu pour effet d’énormément réduire les ressources des aéroports et de la manutention au sol”, a reconnu dans un communiqué publié Olivier Jankovec, le directeur général d’ACI Europe, la principale association des aéroports européens. Pour répondre à la nouvelle demande post-Covid, il faut donc recruter.

C’est là que le bât blesse. Olivier Jankovec explique que le “marché du travail européen” est “extrêmement tendu” en ce moment. “Le fait que les agents de sécurité et au sol soient restés au bas de l’échelle des salaires et qu’il faut travailler tous les jours de la semaine dans ces métiers est clairement un handicap pour attirer de la main d’œuvre”, souligne-t-il. S’ajoute la durée de formation d’environ 16 semaines, qui rend impossible l’arrivée de personnel d’ici à la pause estivale.

Les passagers devront être patients

Les métiers les plus recherchés sont “les postes qu’on appelle dans le jargon ‘l’inspection filtrage’, c’est-à-dire tous les contrôles [de sécurité] qui sont effectués, que les passagers connaissent bien avant de rejoindre les salles d’embarquement”,  a détaillé sur Europe 1 lundi 9 mai Thomas Juan, président de l’Union des aéroports français. “Ce sont des emplois en horaires décalés au travail le week-end, mais qui sont essentiels pour toute l’organisation aéroportuaire.”

C’est cette main d’œuvre dont manquent cruellement les aéroports parisiens. Orly et Roissy Charles-de-Gaulle ont besoin de 4000 personnes pour les postes de filtrage, a affirmé le PDG du Groupe ADP sur BFM Business. Augustin de Romanet a assuré avoir des difficultés ”énormes” à recruter, alors que le trafic a augmenté de 211,8% le premier trimestre 2022 dans ces deux aéroports. Ils ont accueilli 14,6 millions de passagers sur cette période contre 4,7 millions un an plus tôt.

Les voyageurs devront donc ”être patients” cet été car “il y aura des attentes supplémentaires aux contrôles et ailleurs”, a averti Thomas Juan interrogé sur Franceinfo ce mardi 10 mai. Il prévient qu’il faudra “bien regarder les délais de présentation à l’enregistrement qui sont indiqués par les compagnies aériennes. On va ajuster cela avec les compagnies. Si la situation se crispe, il faut que les passagers respectent bien les consignes”.

À voir également aussi sur le Huffpost: Maya Bay de “La Plage” rouvre aux touristes en Thaïlande

  • Hu chevron_right

    "Infiniti" sur Canal +, "Destination Cosmos", Dans les yeux de Thomas Pesquet... Notre sélection culture pour prendre de la hauteur

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 23 April - 09:30 · 6 minutes

ESPACE - Le mois d’avril aura été rythmé par une actualité politique intense avec l’élection présidentielle , mais il est également riche en sorties culturelles sur le thème de... l’espace.

Alors pour prendre un peu de hauteur en cette période de vacances scolaires, voici une sélection spéciale cosmos . Film, BD, exposition, documentaire, podcast, musique ou série... il y en a pour tous les goûts, et pour tous les âges.

  • Apollo 10 ½

Et si une fusée avait été envoyée sur la Lune juste avant la célèbre mission Apollo 11 ? C’est ce que va s’imaginer Stan, un jeune garçon de Houston, au Texas, en l’été 1969. Et c’est lui, bien sûr, qui sera sélectionné par deux agents de la Nasa , pour le lancement Apollo 10 et demi. Recruté en plein milieu de la cour de récré, Stan est le seul espoir du programme pour ce premier voyage lunaire, car le module conçu est trop petit pour un adulte. Avant même Neil Armstrong, le garçon se lance alors dans une aventure top secrète inédite.

Au-delà de ces rêves enfantins, ce film d’animation nous ramène tout droit vers les années 60, rythmées par une conquête spatiale acharnée et omniprésente, faisant rêver toute une jeune génération. Inspiré des souvenirs d’enfance de son réalisateur oscarisé Richard Linklater.

Apollo 10 ½ est disponible sur Netflix depuis le 1er avril.

  • Dans les yeux de Thomas Pesquet

Un nouveau documentaire dédié à Thomas Pesquet est prévu au cinéma pour le mercredi 27 avril 2022. Durant ses six mois passés sur l’ISS , à 400 km d’altitude, l’astronaute français a enregistré de nombreuses images de sa mission. Il a travaillé à distance avec Jürgen Hansen et Pierre-Emmanuel Le Goff, les réalisateurs. “Il se filmait lui même et ses équipiers (...) On échangeait par emails. Je lui envoyais une liste de plans à filmer, et on faisait des points réguliers”, explique Pierre-Emmanuel Le Goff au micro de TV5 Monde .

Ensemble, ils ont alors sélectionné des images révélant la fragilité de notre planète, vue depuis l’espace. “Aller dans l’espace permet d’avoir un recul que l’on ne peut pas avoir sur Terre”, explique l’astronaute dans le teaser du documentaire.

Dans les yeux de Thomas Pesquet sera accompagné d’autres petits films venus compléter la séance: Johnny Express de Woo Kyungmin (5′20), Voyage dans la lune de Georges Méliès (12′46), Le Goût framboise de David Noblet (17′06), Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (15′30) et Sidéral de Carlos Segundo (15′19).

Dans les yeux de Thomas Pesquet , au cinéma le 27 avril

  • Destination Cosmos à l’Atelier des lumières

Après Klimt, Van Gogh, Dali ou encore Cézanne, l’Atelier des lumière change de registre avec Destination Cosmos , une exposition réalisée en collaboration avec le Centre National d’Études Spatiales (Cnes). Le centre d’art numériques, situé dans le 11ème arrondissement de Paris, plonge le visiteur en plein cœur du cosmos avec des images à couper le souffle projetées tout autour de lui.

Après avoir quitté la Terre, il est invité à sillonner les canyons martiens aux côtés des rovers (véhicules conçus pour explorer la surface d’un corps céleste), plonger au cœur de Jupiter, survoler les anneaux de Saturne puis dépasser les frontières de notre système solaire afin d’explorer l’immensité de notre univers.

Cette exposition, qui a déjà été proposée en octobre 2021, avait rencontré un grand succès. Alors elle est de retour pour 14 soirées spéciales du 22 avril au 7 mai 2022.

Destination Cosmos , à l’Atelier des lumières du 22 avril ay 7 mai

  • Infiniti

Au Kazakhstan, un corps décapité est découvert sur le toit d’un immeuble qui semble avoir été plongé dans la cire. L’enquête déjà macabre le devient encore plus lorsque le cadavre est identifié comme étant celui d’Anthony Kurz, un astronaute censé être en mission dans la Station Spatiale Internationale (ISS). Et comme si cela ne suffisait pas, la Terre a perdu tout contact avec la fameuse station suite à un accident d’arrimage. La spationaute Anna Zarathi va alors tenter de résoudre ce paradoxe, avec l’aide d’Isaak Turgun, un flic kazakh.

Avec ce scénario complexe venu retourner le cerveau des téléspectateurs, Canal + signe une nouvelle série originale, dévoilée le 4 avril sur la plateforme. Entre la science fiction et le polar, elle instaure une ambiance très particulière et une intrigue sombre menée par un casting international.

Infiniti , depuis le 4 avril sur Canal+

  • La nouvelle odyssée de l’espace

Après avoir créé une chaine YouTube de vulgarisation scientifique nommée Balade Mentale qui compte près de 700 000 abonnés, Théo Drieu se lance dans un podcast dédié à l’espace.

Passionné par l’astronomie et les récits cosmiques, il décrypte tous les enjeux de la conquête spatiale moderne dans La nouvelle odyssée de l’espace , disponible sur Spotify. Pour cela, il part à la rencontre d’astronautes, de chercheurs, d’ingénieurs, et d’autres acteurs concernés par les mutations de l’industrie spatiale.

À ce jour, deux épisodes de 20 minutes ont été dévoilés. Dans le premier, publié le 12 avril 2022, Théo Drieu introduit la notion de “NewSpace”, qui désigne tous les nouveaux acteurs privés de l’industrie, dont Elon Musk ou Jeff Bezos font partie. Et dans le second, ce sont les fusées qui sont mises à l’honneur, dont les décollages se sont multipliés ces dernières années. Le podcast tente alors de retracer leur histoire pour mieux comprendre cette révolution.

La nouvelle odyssée de l’espace , disponible sur Spotify depuis le 12 avril

  • Space Reich

Space Reich, Tome 5 Space Reich , Tome 5

Une bande dessinée fictive basée sur des faits historiques: c’est l’idée qu’a eu Richard D. Nolane, l’auteur de la BD Space Reich . Le récit se déroule en pleine guerre mondiale, à l’été 1945. Les Américains envoient une fusée dans l’espace pour défier l’Allemagne nazie. Mais face à eux se trouve un adversaire de taille: Werner von Braun, l’un des principaux ingénieurs du Troisième Reich, qui rêve depuis longtemps de conquête spatiale.

Dans un premier tome sorti en 2015, Richard D. Nolane s’amuse à modifier l’Histoire: Pétain est mort, une base spatiale est construite par les Allemands en Bretagne, et Rudolf Hess est le dauphin d’Hitler... Et c’est déjà le cinquième tome qui vient tout juste d’être dévoilé le 20 avril 2022, dans lequel ce dernier personnage devient le nouveau Führer, et fait également du cosmos une obsession. Mais pour le freiner, De Gaulle décide d’une mission suicide contre leur base en France.

Space Reich , publié le 20 avril

  • Playlists spatiales

Playlist spotify Playlist spotify "pov: ur watching the earth from space"

Côté musique, les plateformes de streaming ne manquent pas de playlists sur le thème de l’espace. Spotify en propose notamment une remplie de sons qui pourraient tous faire partie de la BO d’ Interstellar . Nommée pov: ur watching the earth from space , elle propose littéralement la mise en situation “tu regardes la terre depuis l’espace”. Casque sur les oreilles, on aurait presque l’impression d’être un astronaute en sortie extravéhiculaire.

Autre playlist pour prendre de la hauteur, dévoilée par Thomas Pesquet lorsqu’il était perché sur l’ISS en 2021. Chaque jour durant sa mission spatiale, il ajoutait une nouvelle musique dans Space Vibes , publiée sur Deezer. De Angèle à Metronomy en passant par Phoenix, on y retrouve tous les artistes dont les musiques ont réellement été écoutées depuis l’espace.

À voir également sur Le HuffPost: Des poussières de Lune recueillies par Neil Armstrong à vendre

  • Hu chevron_right

    Les prévisions de circulation pour le weekend de Pâques

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 15 April - 10:10 · 2 minutes

Les prévisions de circulation pour le weekend de Pâques (photo du 11 juillet 2020) Les prévisions de circulation pour le weekend de Pâques (photo du 11 juillet 2020)

VACANCES - Il faudra comme chaque année s’armer de patience. “Le weekend de Pâques sera le plus difficile de toutes les vacances scolaires de printemps sur le plan de la circulation routière”, a d’ores et déjà annoncé Bison futé ce mercredi 13 avril.

“Ce sera le début des vacances scolaires pour la zone A, la deuxième semaine pour la zone B. Cette période marque également la fin des congés scolaires du Luxembourg et de la Belgique. Les déplacements familiaux concerneront quasiment l’ensemble des grands axes de liaison du pays. La circulation sera donc dense dans toutes les régions”, prévient le site du gouvernement.

Les prévisions de circulation pour le weekend de Pâques Les prévisions de circulation pour le weekend de Pâques

Dans le détail, vendredi 15 avril sera probablement perturbé par de nombreux bouchons pour quitter les grandes métropoles, “les départs de ce long weekend viennent s’ajouter à la circulation habituelle d’un vendredi, déjà très difficile en milieu urbain et périurbain”. “La circulation sera très difficile sur les autoroutes A7 et A9 en direction du sud et sur l’A13 vers la Normandie. En Île-de-France, des difficultés supplémentaires à celles habituellement observées pourraient apparaître dès la fin de matinée sur les autoroutes A6b et les rocades (BP et A86) qui rejoignent les autoroutes A6 et A10″, explique-t-on.

Pour samedi 16 avril, “les bouchons seront liés aux départs et concentrés sur les grands axes vers la Normandie et la Bretagne (A13, A11, N12, N157) et vers la Méditerranée (A7, A8, A9, A61). En Île-de-France, la circulation sera très dense dès le début de la matinée en direction des barrières de péage des autoroutes A10 et A6. Des difficultés de circulation sont attendues également sur l’autoroute A13 dès le milieu de la matinée”.

Si dimanche sera vert dans les deux sens, lundi sera compliqué dans le sens des retours. Les difficultés débuteront à la fin de la matinée au plus près des zones côtières du pays et se rapprocheront petit à petit des grandes métropoles. Les difficultés devraient disparaître vers 20 heures aux abords de ces métropoles. En Île-de-France, des difficultés de circulation sont attendues tout au long de l’après-midi jusque tard dans la soirée sur les autoroutes A10, A6 et A13.

À voir également sur Le HuffPost: Elon Musk inaugure une usine Tesla au Texas et voit les choses en grand

  • Hu chevron_right

    Pas de vacances au ski pour ma charge mentale et moi - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 18 February - 07:00 · 7 minutes

La charge mentale est une réalité qui évolue. Lentement. Et je ne suis pas la plus à plaindre. Cependant, et parce que nous sommes habituées à assumer, elle ne suffit pas à gâcher les moments spéciaux. Et ce séjour était spécial. Probablement nos dernières vacances à cinq…

FAMILLE - Nous avons passé une semaine au ski et ce n’était que détente, amusement et bonheur… L’euphorie enivrante, la parfaite perfection.

Qui me croit? Alors oui, nous avons passé une semaine au ski et nous avons vécu détente, amusement et bonheur. Mais pas seulement, tu t’en doutes. Rien n’est jamais si idéal, à part les intérieurs et les vies de certaines influenceuses…

D’abord, les vacances en général, et le ski en particulier, demandent anticipation et organisation . Tu ne vas pas à la montagne comme tu pars à la plage.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés. Pour savoir comment proposer votre témoignage, suivez ce guide !

Autant, lorsque les enfants sont petits, chaque sortie est une expédition à grand coup de sac à langer, celui qui ressemble au sac magique de Mary Poppins, la magie en moins: couches, doudou, tétine, goûter, Xanax, chapeau, vêtements de rechange, lunettes, jouets, porte-bébé… Mais même quand tes petits ont grandi, le ski demande de la rigueur.

Et généralement-presque-toujours, c’est maman qui s’y colle: penser à tout pour tout le monde. Un classique. Un basique. Un incontournable. L’insidieuse charge mentale rode…

Alors, vous le savez si vous me suivez de près, chéri n’a pas les deux pieds dans la même Crocs. Il aide, il fait, il participe. C’est un homme moderne. Mais qui dit moderne, soyons honnêtes, dit: un homme moins macho qu’hier et plus que demain.

La question, je vous l’écris, n’est pas de savoir s’il est capable de le faire. Evidemment qu’il l’est. La question est précisément de savoir si l’homme en général fait les choses quand il a (l’extrême chance d’avoir) une femme.
Et je vous laisse deviner la réponse (Attention, j’ai parfaitement conscience qu’il y aura toujours des exceptions pour confirmer la règle. Et si vous pensez vivre l’exception, je vous dis “tant mieux!” Mais en êtes-vous si certaines mesdames?).

Donc, l’homme peut, il sait, et il le ferait s’il n’avait pas le choix. Mais pourquoi a-t-il le choix? Parce qu’il a une femme? Ou parce que la femme prend les choses en main?

Je suis en partie responsable, car finalement je n’imagine pas le laisser faire.
Est-ce que c’est dû à mon tempérament? Ou tout simplement sommes-nous formatés ? Quelle que soit la raison, les faits sont là. Toutefois très relativisés par l’âge de mes enfants, les faits se sont imposés à moi.

Préparer les vêtements de ski

J’ai délégué la partie où on doit sortir toutes les planches de surf de chéri de devant la trappe, s’accroupir pour entrer dans le grenier, nettoyer les toiles d’araignée avec sa chevelure et sortir les 27 valises d’affaires de ski (bon, en fait il n’y en avait que 5 ou 6).

J’ai en revanche imposé la séance essayages. Et pour être bien efficace, j’ai fait une liste des indispensables : au-delà de la combi, il faut bien s’assurer d’avoir les chaussettes, le tour de cou, les gants, les t-shirts, les masques…

Et hop, je coche ce qui manque. J’interroge les amis et la famille pour savoir si on peut nous prêter. Et puis j’amène l’enfant acheter ce qui manque tout de même.

Prévoir les vêtements, tout court, et le nécessaire

Mes enfants pourraient bien se débrouiller mais la place est comptée dans la voiture. Je leur ai donc donné une liste avec le minimum. Et malgré ça, j’ai quand même eu droit à « j’ai oublié ma brosse à cheveux et à dents, tu peux m’en acheter ? ». Il faut dire que je n’avais pas listé le contenu de la trousse de toilettes. Je pensais que « affaires de toilette » suffirait. Je suis encore naïve.

Il a fallu rappeler à la petite de prendre sa console de jeu qui serait restée sur le canapé et ses devoirs (qui seraient restés dans la chambre, tu penses bien).

Et j’ai naturellement fait l’inspection des bagages mais désormais seulement pour la plus jeune. Cela permet de retirer trop de cela et de ne pas oublier ceci.

Prévoir les à-côtés

Torchon, pastilles pour le lave-vaisselle (déjà un luxe), sacs poubelle et PQ, éponge et produit vaisselle : histoire de ne pas à avoir acheter tout le nécessaire sur place. Mais encore, jeux de société, appareils photo, feuilles et stylos, chargeurs, papiers d’identité… Mais aussi le premier litre de lait qui dépannera avant qu’on fasse les courses et la petite boîte de chocolat en poudre assortie, la crème solaire, le carnet de l’école de ski…

Penser aux menus et au programme

Alors cette année, nous sommes allés quelques fois au restaurant ou au snack. Mais en général, je prévois les menus. Cela permet de ne pas s’encombrer inutilement, ne pas acheter pour rien (et avoir soit à gaspiller soit à ramener) et ne pas non plus se poser la question tous les jours.

Même si nous skions tous les jours et presque toute la journée lorsque le virus le permet (l’année dernière fut une découverte de la montagne autrement. Un régal !), il faut prendre quelques renseignements. Par exemple, pour ce séjour, nous avions prévu de profiter de la plus longue piste de luge de France. Cela s’anticipe un peu : lieu, tarif, horaires… Mais pour le lieu, j’avoue, je suis le cliché absolu : aucun sens de l’orientation, mon homme est ma boussole. D’ailleurs, je me laisse porter concernant les pistes et les remontées mécaniques que nous empruntons. Voilà au moins un élément qui ne vient pas peser sur ma charge mentale.

Et la sécurité?

J’entends par là tout ce qui préserve le précieux corps de mes enfants.

La crème solaire (il a fallu penser à l’acheter, l’amener mais aussi à l’étaler sur les bouts de nez). Emmitouflés dans nos bonnets, j’ai parfois oublié. Je confesse.

Le tour de cou qui devient barbe, le bonnet et les gants : il faut parfois encore répéter.

Les mises en garde: “A ttention! Ne va pas trop vite! Regarde bien avant de croiser une piste…” Et tant d’autres qui sont sujet à discussion. Chéri me trouve trop prudente (enfin, il dirait pessimiste) et les enfants lui donnent raison. Mais je ne peux m’empêcher de veiller à leur intégrité et d’autant plus que chéri, lui, est plus détendu sur la question.

Le retour

On a fait en sorte de ne pas trop s’éparpiller. Chéri et moi avons à peu près réussi. Il faut dire qu’à cinq dans 30 mètres carré (et c’est déjà pas mal), il vaut mieux être un peu discipliné. Mais chez les enfants, c’était un peu plus free style. Il faut donc leur dire, puis leur répéter, insister et leur rerereredire de bien tout ranger. Ne rien oublier. Vérifier dans la salle de bain.

Vous l’aurez deviné (et vous faites certainement pareil) : je suis passée derrière. Et j’ai un peu râlé et j’ai trouvé 2 ou 3 trucs qui, sans mon intervention, allaient prolonger leur séjour incognito (enfin, incognito …jusqu’à ce que ça manque).

Et une fois à la maison, il faut tout recommencer à l’envers avec le petit plus : les machines à laver. Déballer, enfourner dans la machine (au bout de 48 heures, j’en suis déjà à 5 ou 6 lavages et il en reste beaucoup), étendre, plier, trier par personne et ranger dans les valises. Je délèguerai certainement une nouvelle fois le passage dans le grenier.

Et puis je trouverai une paire de chaussettes ou un t-shirt qui aura échappé au grenier parce que l’enfant l’aura jeté dans un coin de sa chambre avant de le descendre des jours ou des semaines après.

La charge mentale est une réalité qui évolue. Lentement. Et je ne suis pas la plus à plaindre.

Cependant, et parce que nous sommes habituées à assumer, elle ne suffit pas à gâcher les moments spéciaux. Et ce séjour était spécial. Probablement nos dernières vacances à cinq…

Allez, je vous laisse, j’ai du linge qui m’attend.

________________

Ce billet, initialement proposé par Le HuffPost à l’autrice est également publié sur le blog Mi-maman, Mi-moi . Vous pouvez retrouver Raphaëlle sur ses comptes Facebook et Instagram .

_______________

À voir également sur Le HuffPost: Voilà pourquoi les parents sont si fatigués après les vacances d’été

  • Hu chevron_right

    Grève RATP: trafic fortement perturbé vendredi 18 février

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 16 February - 17:11

TRANSPORTS - La circulation du métro parisien sera fortement perturbée ce vendredi 18 février en raison d’un mouvement de grève des employés de la RATP lié aux salaires, avec huit lignes de métro fermées et six autres partiellement ouvertes seulement aux heures de pointe.

La circulation sera interrompue toute la journée sur les lignes 2, 3bis, 5, 7bis, 8, 10, 11 et 12, a prévenu l’entreprise publique dans ses prévisions de trafic publiées ce mercredi 16 février.

Les lignes 3, 4, 6, 7, 9 et 13 ne seront ouvertes qu’aux heures de pointe (6h30-9h30/16h30-19h30) avec une circulation allant de 1 train sur 2 à 1 train sur 4. Seules les lignes 1 et 14 rouleront normalement mais la RATP conseille aux voyageurs de différer leurs déplacements en raison des “risques de saturation”.

Plus d’informations à venir ...

À voir également sur Le HuffPost: Joséphine Baker a désormais une station du métro de Paris à son nom

  • Hu chevron_right

    Comment éviter les blessures au ski après deux ans sans activité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 5 February - 07:15 · 3 minutes

“Plus que les années précédentes, les blessures sont un vrai sujet à l’ESF en raison de l’abstinence et des confinements successifs”, fait remarquer Jérémie Noyrey.

SPORT - La dernière fois que vous avez dévalé une piste bleue remonte à deux ans. Après la saison blanche de l’année 2020-2021 à cause de l’épidémie de Covid, votre enthousiasme quant à la reprise du ski ou du snowboard est à son maximum. Mais on ne peut pas en dire autant de votre condition physique , après deux années de confinements et un certain temps passé en intérieur, pour ne pas dire sur le canapé.

Alors que les vacances d’hiver ont commencé ce samedi 5 février pour la zone B, pile en même temps que les Jeux olympiques de Pékin , Le HuffPost a demandé à Jérémie Noyrey, directeur général adjoint de l’École du Ski Français (ESF), comment mettre toutes les chances de votre côté pour éviter les blessures lors de vos vacances à la montagne.

“Plus que les années précédentes, les blessures sont un vrai sujet à l’ESF en raison de l’abstinence et des confinements successifs”, confirme-t-il.

Échauffement, étirements

Si vous arrivez dans votre station préférée ce samedi, il est désormais trop tard pour vous lancer dans une préparation physique. Mais tout n’est pas perdu: vous pouvez préparer votre corps chaque matin, et l’aider à récupérer chaque soir.

En ski comme en snow, on se met dans des positions inhabituelles pour son corps et qui peuvent donc être agressives pour les muscles et les articulations. “En cours adultes, notamment les premier et deuxième jours, on propose un peu d’échauffement. Mais les gens peuvent faire eux-mêmes ce réveil musculaire: de l’assouplissement, des flexions... Chaque exercice en amont, c’est ça de gagné en souplesse”, explique-t-il.

Au cours de la journée, il est impératif de s’hydrater. “On est en altitude, sur des skis, ce qui est moins propice à l’hydratation, mais il faut vraiment boire beaucoup d’eau”, ajoute Jérémie Noyrey.

Et après l’effort, ne vient pas encore tout de suite le réconfort. À la fin de votre journée sur les pistes, il faut penser à faire des étirements. Les courbatures feront leur apparition bien assez vite, alors autant limiter la casse.

Reprendre confiance

Si vous craignez de manquer de confiance après deux ans d’interruption, prendre ne serait-ce qu’une ou deux heures de cours peut être une bonne manière de la regagner. “Le moniteur vous aidera aussi à mieux découvrir le domaine, les pistes accessibles à votre niveau, celles qui peuvent être privilégiées en fonction de l’heure ou de la météo”, estime Jérémie Noyrey. Si vous préférez skier tout seul, “mettez-vous en jambes progressivement, sans vous surpasser, car c’est là qu’on prend des risques”, ajoute-t-il.

Par ailleurs, il faudra veiller sur votre matériel. “Celui-ci doit être bien réglé, bien entretenu, à la bonne taille.”

Port du casque

Quant aux protections, le port du casque est évidemment recommandé, pour ne pas dire indispensable. Pour les débutants en snowboard, d’autres protections, comme les protège-poignets, peuvent permettre d’éviter les blessures. Pour la pratique du freestyle ou le hors-piste, la dorsale n’est pas à exclure.

Jérémie Noyrey précise que “le casque ne fait pas tout”, et attire l’attention sur le fait que “les gens qui le portent peuvent avoir un sentiment d’isolement et de confiance un peu surdéveloppé. Attention à ne pas prendre de risques inconsidérés”, conseille-t-il.

Si vous partez plus tard dans la saison, il est encore temps d’anticiper une préparation physique. “On recommande la préparation, notamment aux adultes: refaire un peu de cardio pour travailler le souffle, très important en altitude, du renforcement musculaire des abdominaux, des jambes ou du dos”, conseille Jérémie Noyrey.

Voici quelques vidéos réalisées par l’ESF pour vous aiguiller:

Il ne vous reste plus qu’à enfiler vos chaussures de ski ou vos boots de snowboard!

À voir également sur Le HuffPost: Avant les JO de Pékin 2022, ces sports qui ont disparu des Jeux d’hiver

  • Hu chevron_right

    Les vacances, même incertaines, une des bouées qu'il nous reste pour se projeter

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 21 January - 17:43 · 5 minutes

“Je me tiens prêt. Tout comme je me tiens prêt, comme les 2 années passées, à des solutions alternatives de plus ou moins dernière minute”, déclare Romain, fonctionnaire territorial de 47 ans. 

SOCIÉTE - Cette année-ci, ce sera sûrement la bonne pour partir en vacances . Mais, en fait, on n’est pas si sûr... On reporte ou on annule? Depuis le début de la pandémie il y a deux ans, prendre des vacances relève du défi.

Frontières fermées, motifs impérieux, règles au niveau des vaccins et des pass vaccinaux qui diffèrent, beaucoup de nouvelles règles ont contraint les Français à faire attention avant de s’évader. Les périodes de restrictions et de retour à plus de liberté se succèdent sans qu’on puisse les anticiper. Si Jean Castex a donné des perspectives lors de ses dernières annonces , avec l’expérience des deux dernières années, pas simple de se dire, “cette fois c’est la bonne”.

“Je me tiens prêt. Tout comme je me tiens prêt, depuis deux ans, à des solutions alternatives de plus ou moins dernière minute”, raconte ainsi Romain, fonctionnaire territorial de 47 ans, rempli d’incertitude à l’approche de ses prochaines vacances . Pourtant, il continue, comme d’autres, d’espérer et oser se projeter en vacances. Les projets de l’an dernier, voire d’il y a deux ans deviennent ceux de demain ou des mois à venir.

Les vacances comme une visualisation

Jean-Loup, journaliste de 30 ans, lui a tout prévu. Le Mexique, New York, ses projets sont ambitieux et précis. Avec ses amis, il a décidé de prévoir des voyages jusqu’en septembre. “Cette année, je me suis dit: ‘Non mais là, on va redevenir ambitieux dans nos projets, dans nos rêves et on arrête de se dire ‘on ne sait jamais’”, déclare-t-il. Parce qu’en 2020 et en 2021, c’est tout ce qu’il a fait, attendre avant de (ne jamais) saisir l’opportunité de partir. “J’ai un sentiment de gâchis, de perdre du temps et ça m’énerve beaucoup”.

Pour Jérôme Palazzolo, psychiatre et psychothérapeute contacté par Le HuffPost , l’envie de vouloir constamment anticiper est tout à fait humaine. “L’anticipation est normale et marqueuse d’une bonne santé mentale. Préparer ses vacances est d’ordre conjuratoire. On se dit: ‘Je sais que je vais partir à telle date, à tel endroit’. On a besoin d’être dans une dynamique d’anticipation, note-t-il. Commencer à préparer ses vacances relève aussi de processus thérapeutiques similaires à la visualisation et à l’imagerie mentale”.

Pour Samuel Dock, psychologue, nos difficultés, voire notre incapacité à nous projeter, relèvent des contraintes de mouvement - confinements, lieux clos, frontières fermées, etc. “Le temporel n’existe que dans une spatialité. Sans espace, avec des mouvements réduits, bien sûr que notre perception de l’avenir est réduite. On existe dans un continuum temporel parce qu’on peut se mouvoir. Quand ailleurs disparaît, demain disparaît aussi”, explique-t-il.

Prévoir les créneaux, réserver les billets, prévoir les visites et les loisirs nous permet donc de nous faire une idée de ce qu’il y a à venir, de s’accrocher à des choses agréables.

Des incertitudes qui planent toujours

Si prévoir des vacances permet donc de se projeter, cela ne se fait pas toujours dans la sérénité. “Cela peut être difficile de programmer des choses dans ce contexte. À force d’être confronté à l’échec, on finit par abandonner”, détaille Jérôme Palazzolo pour expliquer cette envie mêlée à une certaine retenue.

Malgré ses projets déjà couchés sur le papier, Alicia, employée administrative de 22 ans, a toujours peur de voir son voyage annulé. Son voyage en Guadeloupe, prévu depuis un an a été repoussé à cause de la crise sanitaire. Sur son billet, elle peut encore modifier les dates si, toutefois, des restrictions l’empêchent de se rendre sur l’île. “Je me dis: ‘et si le motif impérieux est remis en vigueur?’ Je crois que tant que je ne suis pas dans l’avion, je ne suis pas sûre d’y aller”, déclare-t-elle.

Un stress partagé par Jean-Loup: “Par rapport à avant, les projets sont remplis d’incertitude. On vise New York en avril, avec mes amis. En 2019, on aurait déjà tous posé nos congés et réserver. Là, il y a un peu cette peur de s’emballer pour rien”, explique-t-il. Pour aller au Mexique, il va donc prendre ses billets mi-février pour partir en mars.

Des vacances anticipées pour rêver, pensées en fonction des vagues de l’épidémie et organisées en dernière minute. Une adaptation nécessaire pour rendre ces congés possibles. “On a du recul maintenant et on sait que l’été, ça passe, glisse Jean-Loup. Les nouvelles sont enfin bonnes sur l’épidémie et on se dit que pour mars, ça peut aller”.

Même son de cloche pour Romain qui attendait son voyage en Croatie depuis deux ans. “Fin 2019, j’avais planifié (trajets, logements, avion et location de voiture) un séjour de 10 jours en Croatie pour mai 2020. En plein confinement, tout ça a bien entendu été balayé”, raconte-t-il. Sceptique face au climat qu’il trouve “incertain”, il prévoit de replanifier ce voyage en mai 2022 mais ne s’organise plus du tout comme avant. “Tout prévoir et planifier, cela me sécurise. D’où 2 années de Covid particulièrement compliquées pour moi. Tout ça nous a imposé de voir “moins loin” et d’être réactif. Je m’adapte malgré moi”, constate-t-il.

Avec l’expérience des voyages annulés, certains ont décidé également de prévoir des solutions alternatives, moins lointaines, moins chères mais qui permettent comme le rappelle Jérôme Palazzolo “de se projeter dans le futur tout en sachant que ça peut changer”. Comme le résume Jean-Loup, désormais les vacances pour beaucoup c’est “on tente et on verra bien”. Et en cas de vacances lointaines annulées, “au pire, on peut se rabattre après en Europe ou en France”.

À voir également sur Le HuffPost: Face au Covid, l’immunité ce n’est pas tout ou rien

  • Hu chevron_right

    Quels jours fériés et ponts en 2022? Les jours à poser pour avoir des vacances

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 1 January - 21:40 · 1 minute

NOUVEL AN - Qui dit nouvelle année, dit nouveaux ponts à poser. Du moins pour celles et ceux qui en ont l’opportunité.

Comme chaque année , Le HuffPost s’est donc penché sur le calendrier de l’année qui débute ce samedi 1er janvier et sur les possibilités qu’offrent les jours fériés pour optimiser ses congés . Et 2022 ne commence pas sur les chapeaux de roues sur ce point. Sept des onze jours fériés tombent en semaine, soit le minimum possible. Certaines années, ce nombre augmente jusqu’à dix.

Découvrez ci-dessous notre calendrier avec les fériés, en rouge, et les jours à poser, en orange, pour bénéficier de ponts (en jaune avec les samedis, vert clair pour les dimanches).

Quels jours fériés et ponts en 2022? Les jours à poser pour avoir des vacances

On dénombre en 2022 trois grands ponts grâce au jeudi de l’Ascension, la Fête nationale et la Toussaint. Restent quatre petits ponts avec le lundi de Pâques, le lundi de la Pentecôte, l’Assomption et l’Armistice.

Ne comptez par contre ni sur ce 1er janvier qui tombe un samedi, ni sur les 1er et le 8 mai ou le 25 décembre qui tombent un dimanche.

À voir également sur Le HuffPost: L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont fêté le Nouvel an malgré Omicron