close

g

Je rappelle que c'est en "cas pour 10 Mio" et c'est estampillé Data.gouv.fr, FranceTV et Doctissimo compliant, siouplé.

Vaccinés : 1938 cas.

Non vaccinés : 6936 cas.

3,6 fois plus de cas pour 10 Mio d'habitants chez les personnes vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées.

#France, #Politique, #fr, #Covid, #Vaccin, #CréditSocial, #IlYaForcémentUneExplication.

  • Hu chevron_right

    Face à la variole du singe, l'OMS conseille de réduire le nombre de vos partenaires sexuels

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 27 July - 18:33 · 3 minutes

Face à la variole du singe, l'OMS conseille de réduire le nombre de vos partenaires sexuels. Face à la variole du singe, l'OMS conseille de réduire le nombre de vos partenaires sexuels.

SANTÉ - En attendant de pouvoir vacciner l’ensemble des personnes à risque face à la variole du singe , l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a clairement conseillé, ce mercredi 27 juillet, au groupe le plus touché par la maladie - les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes - de réduire le nombre de partenaires sexuels.

La maladie n’est pas en l’état actuel des connaissances considérée comme une maladie sexuellement transmissible et tout le monde peut la contracter. Le contact peau à peau direct mais aussi les draps ou vêtements infectés sont des vecteurs de transmission de la maladie . Mais dans la vague actuelle, dont l’Europe est l’épicentre, une large majorité des malades sont des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, relativement jeunes, vivant essentiellement en ville, selon l’OMS.

Plus de 18.000 cas de variole du singe détectés dans le monde

“Pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, cela veut aussi dire, pour le moment réduire le nombre de vos partenaires sexuels et échanger des informations avec tout nouveau partenaire pour être en mesure de les contacter” en cas d’apparition de symptômes, pour qu’ils puissent s’isoler, a expliqué le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’un point presse à Genève.

Samedi, il a déclenché le plus haut niveau d’alerte de son organisation pour tenter de juguler la maladie. Plus de 18.000 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début du mois de mai en-dehors des zones endémiques en Afrique. La maladie a été signalée dans 78 pays jusque-là et 70% des cas sont concentrés en Europe et 25% dans les Amériques, a précisé, le patron de l’OMS.

Cinq personnes sont mortes de la maladie -toutes en Afrique- et environ 10% des cas nécessitent une admission à l’hôpital pour tenter d’atténuer la douleur que connaissent les patients.

Une recommandation peu efficace sur une longue durée

“Ce message de réduction du nombre de partenaires vient des communautés elles-mêmes”, a expliqué Andy Seale, qui à l’OMS est chargé de faire passer le message auprès de la population qui est aujourd’hui presque exclusivement touchée: celle des hommes plutôt jeunes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et en particulier ceux qui multiplient le nombre de partenaires.

Andy Seale reconnaît que ce type de recommandation ne peut pas être efficace sur une longue durée et aussi qu’il doit s’accompagner d’informations précises sur les symptômes, de tests et d’un accès facile à un médecin en cas de doute pour s’isoler au plus vite.

Pour l’instant, l’OMS souligne qu’il n’y a pas de vaccins pour tout le monde et recommande donc de donner la priorité à ceux qui sont le plus à risque, ceux qui sont malades et ceux qui les soignent ou font de la recherche. “Il est important de souligner que la vaccination ne protège pas instantanément contre l’infection ou la maladie et cela peut prendre plusieurs semaines ”, a mis en garde le Dr. Tedros. Une fois vacciné il faut donc continuer à prendre des précautions.

Éviter les erreurs de gestion du Covid

La vaccination s’effectue avec deux doses, espacées d’au moins 28 jours. Pour les personnes vaccinées contre la variole dans leur enfance, une dose suffit. Pour les immunodéprimés une troisième dose est conseillée.

Quand à la disponibilité des doses du vaccin du laboratoire danois Bavarian Nordic, elle n’est pas immédiate, selon le chef de l’OMS. La plupart des 16 millions de doses sont en vrac et il faudra “plusieurs mois” pour qu’elles soient disponibles dans des fioles prêtes à l’usage. Deux autres vaccins LC16 et ACAM2000 sont aussi à l’étude.

L’organisation souligne qu’il serait bon d’éviter les erreurs commises dans la gestion de la pandémie de Covid-19, quand les pays riches se sont accaparé quasiment tous les vaccins disponibles pendant de long mois, et de partager équitablement les doses disponibles.

À voir également sur Le HuffPost: Variole du singe : pourquoi la communauté gay s’inquiète

  • Hu chevron_right

    Covid: La Haute autorité de santé défavorable à la réintégration des soignants non vaccinés

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 22 July - 09:15

Un centre de vaccination à Lille, le 27 janvier 2022 Un centre de vaccination à Lille, le 27 janvier 2022

CORONAVIRUS - La Haute autorité de santé (HAS) s’est prononcée, ce vendredi 22 juillet, contre la réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid-19 , en réponse à une saisine du ministère de la Santé. Son avis est crucial en plein débat sur l’opportunité de permettre aux non-vaccinés de reprendre leur activité.

La HAS , dont les avis servent de base aux décisions de santé publique du gouvernement, se dit “favorable au maintien de l’obligation de vaccination contre [le] Covid-19 des personnels exerçant dans les établissements de santé et médico-sociaux”.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost : Covid-19: La réintégration des soignants non vaccinés fait polémique à l’Assemblée

  • chevron_right

    Projet de loi sanitaire : en commission, les sénateurs rétablissent un contrôle aux frontières édulcoré

    eyome · Wednesday, 20 July - 20:44 · 2 minutes

Développement intéressant !

Parmi les modifications apportées au texte du gouvernement, les élus ont aussi avancé sur la réintégration des soignants non vaccinés.

Premier changement d'importance, un nouvel article est venu conforter le «retour au droit commun». Alors que le projet de loi prenait implicitement acte de la fin du régime exceptionnel de gestion de la crise sanitaire défini par les derniers textes,** Philippe Bas a introduit un amendement qui abroge «formellement ses dispositifs»**. Et ce, afin de ne pas «laisser le doute s'instiller sur la pérennisation des pouvoirs spéciaux» accordés à l'État durant la pandémie. En cas de nouvelle crise sanitaire, le gouvernement devra repasser devant le Parlement et ne pourra réactiver simplement ces dispositifs.

Autre apport des sénateurs, si le gouvernement souhaitait prolonger l'existence des fichiers de données Si-Dep et Contact Covid jusqu'à fin mars 2023, l'Assemblée nationale a revu ces ambitions à la baisse, en ramenant cette date à fin janvier prochain. Jugeant cette modification pertinente, la commission des Lois a cependant pointé du doigt l'inadéquation de cette nouvelle borne avec les règles européennes qui ont prolongé le certificat Covid des vingt-sept jusqu'en juin 2023. Les élus ont donc prolongé la durée pendant laquelle la «base juridique» de Si-Dep existera jusqu'en juin 2023, ainsi que le «suivi épidémiologique et la recherche sur le virus», sur la base des données collectées. «Toute finalité permettant d'assurer le “contact-tracing” serait en revanche supprimée, pour ne conserver que la base juridique strictement nécessaire pour permettre aux Français de voyager en se conformant aux obligations fixées par l'Union européenne», précise le rapport.

Supprimé par les députés dans un coup de théâtre, l'article 2 du projet de loi permettait à l'exécutif de rétablir un passe sanitaire aux frontières, pour faire face à d'éventuels nouveaux variants venus de l'étranger, jusqu'en mars 2023. Plus nuancés, les sénateurs ont jugé que «le maintien d'un tel dispositif se justifiait», mais en le restreignant «strictement», l'épidémie n'étant pas terminée.

Chier...

Le Sénat a également modifié l'intitulé du texte, rebaptisé «mettant fin aux régimes d'exception créés pour lutter contre l'épidémie liée à la covid-19».** Les élus ont aussi adopté un amendement mettant fin à l'obligation vaccinale pour les professionnels, dont les soignants, «dès que la situation sanitaire ou les connaissances médicales et scientifiques ne la justifieront plus»**. Les personnes suspendues depuis l'automne dernier, faute d'avoir respecté cet impératif, «seront immédiatement réintégrées». La Haute autorité de santé (HAS) devra être saisie ou pourra s'autosaisir pour tirer cette conclusion.

Ainsi modifié par la commission des Lois, le texte ne devrait pas changer profondément en séance publique, dans une chambre dominée par la droite. En cas d'adoption, la nouvelle mouture devra être discutée en commission mixte paritaire par les élus des deux chambres, en espérant trouver un compromis. Celle-ci est prévue le 26 juillet prochain.

Ca va plutôt dans le bon sens, pour une fois...

#France, #Politique, #fr, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial

  • Hu chevron_right

    Covid: Oui, les vaccins peuvent avoir des effets sur les règles

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 July - 12:27 · 3 minutes

Oui, les vaccins Les vaccins contre le Covid ont bien des effets sur le cycle menstruel Oui, les vaccins Les vaccins contre le Covid ont bien des effets sur le cycle menstruel

RÈGLES - Règles plus abondantes, cycles plus longs, douleurs plus fortes, menstruations en milieu de cycle... Depuis les premières campagnes de vaccination contre le Covid, de nombreux témoignages de femmes ou de personnes trans attestent de perturbations de leur cycle menstruel .

En France, un collectif portant la parole des personnes concernées a même été créé en 2021 : “Où est mon cycle?”. En décembre dernier, soit un an après le début des vaccinations contre le coronavirus, l’ANSM, l’agence française du médicament avait admis une éventuelle corrélation entre les deux , sans “déterminer précisément un rôle du vaccin dans la survenue de ces saignements menstruels/génitaux”.

42% de cycles plus abondants

C’est en cela donc que cette enquête menée par l’Université de l’Illinois de la Washington University School of Medicine , et publiée le 15 juillet dans la revue Science Advances est importante. Menée par Kathryn Clancy et Katharine Lee, deux chercheuses ayant observé elles-mêmes des dérèglements de leurs cycles, elle a été effectuée en ligne, sur près de 40 000 personnes entièrement vaccinées.

Et les résultats de l’enquête confirment bien le lien de cause à effet entre vaccination et dérèglement du cycle des personnes menstruées ou anciennement menstruées. L’étude rapporte que 42 % des personnes ayant des cycles menstruels réguliers ont eu des saignements plus abondants que d’habitude après avoir été vaccinées.

Parmi les personnes plus ou non menstruées -les hommes transgenres, les personnes sous contraceptif à longue durée d’action et les femmes ménopausées- la majorité (65,7 %) a également connu des saignements intermenstruels “inhabituels” après l’injection du vaccin.

Comme le souligne le New York Times , cette étude est la plus importante à ce jour et la plus inclusive: son échantillon ne se limite pas aux effets secondaires ressentis par des femmes cisgenres en âge de menstruer.

Appel à déclarer les troubles

L’ANSM a appelé mardi 19 juillet les femmes concernées par des troubles menstruels apparus après la vaccination contre le Covid-19 à les déclarer sur le portail du ministère chargé de la Santé (signalement.social-sante.gouv.fr), en apportant “les renseignements les plus détaillés possibles dans le formulaire de déclaration”.

Elle a mis en ligne un guide d’aide à la déclaration ainsi que des tutoriels à destination des patientes et des professionnels de santé. Les éléments recueillis doivent permettre “aux centres régionaux de pharmacovigilance de mener de la façon la plus efficace possible leur évaluation des cas déclarés”, indique-t-elle.

A ce stade, les événements indésirables restent le plus souvent “non graves” et se manifestent généralement de deux façons: par des saignements anormaux (métrorragies, ménorragies), et par des retards de règles ou aménorrhées, souligne l’agence.

Enfin, à ce jour, les données disponibles ne permettent pas de décrire le mécanisme de survenue de ces troubles du cycle menstruel, ajoute l’ANSM, qui cite toutefois plusieurs hypothèses comme la réactogénicité (fièvre, maux de tête, nausées, etc.). Cette dernière provoquée par la vaccination pourrait, comme lors d’une infection, influer sur les hormones impliquées dans le cycle menstruel. Ou encore un stress important.

À voir également sur Le HuffPost : Covid-19: La réintégration des soignants non vaccinés fait polémique à l’Assemblée

  • chevron_right

    Réintégrer les soignants non-vaccinés, c’est non pour l’Académie de médecine

    eyome · Tuesday, 19 July - 21:51 · 1 minute

L’Académie de médecine a exprimé mardi 19 juillet sa “ferme opposition” à une réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid, jugeant qu’un “revirement” nuirait au “climat de confiance” entre soignants et avec les patients, aux malades fragiles, sans résoudre les difficultés de l’hôpital.

"Tout refus de se faire vacciner motivé par des convictions personnelles est respectable, mais incompatible avec le métier de soignant ", plaide-t-elle d’abord.

Elle souligne aussi que “la baisse d’efficacité des vaccins pour prévenir l’infection et la contagion par les nouveaux variants du SARS-CoV-2 ne saurait justifier la réintégration des non vaccinés: les vaccins actuels conservent une efficacité résiduelle contre la transmission, qui doit être complétée par le respect strict des gestes barrière en milieux de soin”.

… “Une efficacité résiduelle”… RESIDUELLE !

résidu : nom masculin

(latin residuum, de residere, rester)

Matière qui subsiste après une opération physique ou chimique, une transformation industrielle, une fabrication, en particulier après extraction des produits de plus grande valeur.

Synonymes : débris - déchet

En raffinage, liquide lourd en fond de colonne.

Quantité d’urine qui reste dans la vessie après miction, chez les malades souffrant de rétention d’urine.

C’est un truc de dingue ! Ils avouent eux-mêmes que les vaccins marchent à peu près aussi bien qu’un bonbon à la menthe !

#France, #Politique, #fr, #Covid, #Vaccin, #PassVaccinal, #CréditSocial