close
  • Hu chevron_right

    Valérie Pécresse a "repris son souffle" après sa défaite et revient sur le terrain de l'Île-de-France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 13 May - 15:29 · 2 minutes

Photo d'illustration de Valerie Pécresse, dans un bureau de vote de Vélizy-Villacoublayle 10 avril 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes Photo d'illustration de Valerie Pécresse, dans un bureau de vote de Vélizy-Villacoublayle 10 avril 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes

POLITIQUE - Elle est de retour et elle a “beaucoup appris”. En retrait depuis sa défaite cinglante à la présidentielle, Valérie Pécresse est revenue ce vendredi 13 mai sur la scène publique dans son costume de présidente de la région Île-de-France.

“En politique, soit on gagne, soit on apprend. On va dire que j’ai beaucoup appris”, a déclaré en souriant Valérie Pécresse en marge de l’inauguration de la Biennale d’architecture et de paysage (Bac) de Versailles. Au premier tour de la présidentielle, elle n’avait recueilli que 4,78% des suffrages, le pire score de la droite pour cette élection.

Un mois après sa défaite, l’ex-candidate des Républicains a indiqué avoir “repris (son) souffle”. “Je suis partie marcher dans la nature, c’est ce qui ressource le mieux, je vous assure”, a-t-elle ajouté.

Dans son discours, Valérie Pécresse a affirmé sa détermination à “accélérer le rythme de la transition écologique” pour la région, en plaidant pour “une écologie des résultats” et non “punitive”.

L’objectif du Pécressethon presque atteint

Le score de Valérie Pécresse le 10 avril, inférieur à 5% des voix ne lui permet pas d’obtenir un remboursement de ses frais de campagne pour lesquels elle s’est “endettée personnellement à hauteur de cinq millions d’euros”.

L’appel de dons qu’elle a lancé pour combler ce trou, qui devait s’interrompre lundi, a été prolongé jusqu’au 31 mai, avec l’objectif de réunir le million d’euros qui manque, les sommes promises jusqu’à présent atteignant les 4 millions, selon son entourage. Selon BFMTV , 2,5 millions d’euros ont été réunis grâce à des donateurs privés, tandis que le parti a déboursé 1,5 million d’euros.

“Sa famille politique, un certain nombre, a contribué de manière significative”, a déclaré le président LR du Sénat Gérard Larcher sur franceinfo jeudi 12 mai. Un nom cependant n’apparaitra pas dans la liste des contributeurs: celui de Nicolas Sarkozy.

L’ancien président de la République a voulu contribuer à hauteur de 2000 euros, selon les révélations de la presse. Un don que Valérie Pécresse a refusé , sur fond de tensions avec l’ancien chef d’État. “Elle ne demande pas la charité, mais la solidarité et l’amitié”, avait fait savoir son entourage à l’AFP.

Valérie Pécresse est restée totalement silencieuse à propos des élections législatives. Gérard Larcher a cependant déclaré avoir pu constater “au travers d’un certain nombre de messages, qu’elle comptait s’impliquer aux côtés des candidats d’Île-de-France.”

À voir également sur Le HuffPost: Les résultats de Valérie Pécresse sont les pires à la présidentielle pour la droite

  • Hu chevron_right

    Pécresse a refusé un don de Sarkozy pour rembourser sa campagne

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 5 May - 09:25 · 2 minutes

Valerie Pecresse, head of the Paris Ile-de-France region and LR candidate in the 2022 French presidential election, looks on during a political campaign rally in Paris, France, April 3, 2022. REUTERS/Sarah Meyssonnier Valerie Pecresse, head of the Paris Ile-de-France region and LR candidate in the 2022 French presidential election, looks on during a political campaign rally in Paris, France, April 3, 2022. REUTERS/Sarah Meyssonnier

POLITIQUE - Non merci, Valérie Pécresse ne veut pas de l’aide de Nicolas Sarkozy . L’ancienne candidate LR à la présidentielle , qui a lancé un appel aux dons pour combler le trou de cinq millions d’euros laissé par sa défaite au premier tour, aurait refusé la contribution faite par l’ancien président qui ne l’a jamais officiellement soutenue.

Nicolas Sarkozy avait fait, il y a une dizaine de jours, un virement bancaire d’une somme à 4 chiffres (sans atteindre la limite légale de 4600 euros) en faveur de la présidente de la Région Île-de-France . Mais celle-ci l’a fait re-créditer dans la journée, a indiqué ce jeudi 5 mai à l’AFP l’entourage de Valérie Pécresse, confirmant une information de Politico.

“Elle ne demande pas la charité, mais la solidarité et l’amitié. C’est une femme d’honneur”, a expliqué cette source.

2,5 millions d’euros récoltés

Le fossé entre Nicolas Sarkozy et la candidate n’a cessé de se creuser pendant la campagne présidentielle, où il ne lui a jamais apporté son soutien. Selon des propos rapportés dans la presse, l’ancien chef de l’État, qui cultive une proximité avec Emmanuel Macron, s’est montré très dur envers la candidate: “inexistante”, “Valérie n’a rien compris”, “elle serait bien inspirée de me citer”... Il a même appelé le 12 avril à voter Emmanuel Macron au second tour , sans un mot pour son ancienne ministre.

Valérie Pécresse n’avait obtenu que 4,78% des voix au premier tour de la présidentielle, sous les 5% nécessaires pour obtenir un remboursement de ses frais de campagne pour lesquels elle s’est “endettée personnellement à hauteur de cinq millions d’euros”. Le parti du candidat Yannick Jadot, EELV, a aussi lancé une “souscription exceptionnelle” pour l’aider à rembourser sa campagne.

Valérie Pécresse a récolté ”à peu près 2,5 millions de dons”, a fait savoir dimanche Christian Jacob, le président du parti Les Républicains (LR). “Le parti va apporter huit millions d’euros sur une campagne qui en avait coûté 15 millions”, a précisé M. Jacob, jugeant que cet appel aux dons de la candidate avait été “compris de beaucoup de Français”.

L’ex-candidate LR avait relancé cet appel lundi, en invoquant “ceux qui partagent (ses) convictions” mais aussi ceux qui, “par peur des extrêmes ont choisi le vote utile dès le premier tour”.

À voir également aussi sur le Huffpost: L’ombre de Nicolas Sarkozy pèse sur Valérie Pécresse et sa campagne

  • Hu chevron_right

    Après la déroute de Pécresse, LR confronté à une vague de désistements pour les législatives

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 30 April - 17:06 · 5 minutes

Des candidats LR aux législatives 2022 renoncent actuellement, étant donné la situation politique du parti. Des candidats LR aux législatives 2022 renoncent actuellement, étant donné la situation politique du parti.

POLITIQUE - Il y a des réveils plus difficiles que d’autres. Celui des Républicains, dont la candidate Valérie Pécresse s’est écrasée en dessous de la barre des 5% au premier tour de la présidentielle le 10 avril dernier, en fait partie.

La formation de la rue de Vaugirard doit composer avec le non-remboursement de sa campagne, qui a coûté environ 15 millions d’euros, et trouver sa ligne politique dans un paysage en reconstruction à droite -ou décomposition, c’est selon-, le tout en préparant la bataille des élections législatives du mois de juin prochain.

Une échéance déterminante pour l’avenir du parti gaulliste, tant sur le plan financier, la somme allouée aux partis étant liée, entre autres, au nombre de députés, que sur celui de l’influence. C’est dans ce contexte périlleux, au bord du précipice, que certains candidats pourtant déjà investis choisissent de jeter l’éponge. D’autres sont tentés d’aller voir ailleurs, quitte à alimenter la fuite des élus qui rejoignent la majorité LREM liée à Emmanuel Macron.

Une vingtaine de candidats renoncent

Ils sont aujourd’hui une vingtaine du parti LR, selon le décompte du parti, à renoncer à la course des législatives. Plutôt “10%” souffle un élu dans les colonnes du Figaro samedi 30 avril, soit deux à trois fois plus des personnes. Parmi ces personnalités, des profils peu connus du grand public, comme Soizic Perrault, la vice-présidente du conseil départemental du Morbihan qui devait se présenter dans la 3 e circonscription, celle de Pontivy.

Qui voudrait aller s’abîmer dans une élection avec une candidate qui a fait moins de 5%? Maxence Henry, un candidat qui renonce, dans Le Parisien

“S’engager dans cette élection législative n’a plus de sens”, écrit l’élue locale dans un communiqué qui détaille les raisons de sa décision: “en effet, j’ai défendu une ligne politique pour la campagne présidentielle avec convictions. Après l’échec de Valérie Pécresse, il ne me semble pas possible de défendre son projet, dans ce contexte.”

Comme elle, plusieurs candidats, dans la Loire, en Gironde ou dans le Maine-et-Loire annoncent renoncer à briguer la députation. Deux facteurs semblent peser selon les différents témoignages publiés dans la presse: le risque financier et le spectre de la déroute. “Qui voudrait aller s’abîmer dans une élection avec une candidate qui a fait moins de 5%?”, résume Maxence Henry, un adjoint au maire d’Angers dans Le Parisien , ce samedi. Il renonce lui aussi.

Et ce n’est pas tout. Outre ces prétendants, plusieurs figures de la dernière campagne, ou du parti, ne seront pas de la fête non plus. Patrick Stefanini, le directeur de campagne de Valérie Pécresse lorgnait sur la 9e circonscription des Yvelines. Il s’est finalement rétracté, tout comme Nicolas Florian, l’ancien maire de Bordeaux. Christian Jacob, le patron des LR annonce pour sa part qu’il ne briguera pas sa succession : une décision “prise depuis deux ou trois ans”, assure l’élu qui siège à l’Assemblée depuis 1995.

Enlever le logo sur les affiches

Quant aux autres, ceux qui seront bien candidats, ils seraient tentés de ne pas en faire des caisses sur leur appartenance aux Républicains. “Des cadres de LR m’ont clairement dit d’enlever le logo de mes affiches et de faire campagne sur mon nom. C’est la stratégie assumée”, rapporte un prétendant dans les colonnes de Marianne .

Autant de signaux qui témoignent de la fébrilité qui règne rue de Vaugirard. Et rien n’indique que la situation va s’apaiser. L’état-major a beau avoir affirmé son “indépendance”, le 26 avril dernier face à la Macronie, après un conseil stratégique, les rumeurs de défections continuent de bruisser.

La droite républicaine n’a d’autre issue que d’être aux côtés de la majorité présidentielle. Marine Brenier, députée ex-LR des Alpes-Maritimes passée chez Horizons

La motion en question, qui confirme que le parti gaulliste “porte sa propre voix, celle d’une droite indépendante et populaire qui doit exister par elle-même” a d’ailleurs été votée à l’unanimité... moins deux abstentions, celles du patron des députés, Damien Abad, et du maire de La Garenne-Colombes, Philippe Juvin. Le premier est justement au centre de spéculations décuplées depuis la révélation d’une rencontre récente avec Thierry Solère, ex-LR devenu conseiller d’Emmanuel Macron.

Comme le duo réfractaire, d’autres élus, inquiets de leur survie, semblent eux aussi plus enclins à une coopération avec le président de la République. C’est le cas notamment des patrons ou patronne de région Jean Rottner (Grand Est) et Christelle Morançais (Pays-de-Loire) ou des maires Daniel Fasquelle et Gaël Perdriau.

Selon un élu LR, cité par l’AFP en milieu de semaine, “une vingtaine de députés sortants”, au total, “pourraient partir chez Macron”, sur la centaine que compte le groupe. Parmi eux, Marine Brenier, parlementaire des Alpes-Maritimes, a déjà franchi le rubicon.

“Mon parti s’est fait sortir du jeu et pour peser dans le débat national, la droite républicaine n’a d’autre issue que d’être aux côtés de la majorité présidentielle”, écrit l’élue, proche de Christian Estrosi, vendredi, pour justifier son départ chez Horizons, le parti fondé par Edouard Philippe. De quoi inspirer ce commentaire gourmand d’un ancien membre de la campagne de Valérie Pécresse, déjà passé de l’autre côté: “Attention ça commence (émoji popcorn).”

À voir également sur Le HuffPost: La proportionnelle aux élections législatives, ça changerait quoi?

  • Hu chevron_right

    Résultats présidentielle 2022: "Pour Valérie Pecresse", ces électeurs ont eu une pensée pour la candidate LR

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 April - 07:04 · 3 minutes

Valérie Pécresse (LR) au bureau de vote à Velizy-Villacoublay pour le 2nd tour le 24 avril 2022 Valérie Pécresse (LR) au bureau de vote à Velizy-Villacoublay pour le 2nd tour le 24 avril 2022

POLITIQUE - À chaque élection, son lot de bulletins insolites. Parmi les quelque 3 millions de Français qui ont voté blanc ou nul au second tour de l’élection présidentielle ce dimanche 24 avril, certains en ont profité pour glisser une petite blague à l’attention de Valérie Pécresse , candidate malheureuse des LR.

Lors du premier tour, la présidente de la région Île-de-France est arrivée en cinquième position. Avec 4,8% des voix , elle n’avait pas atteint le minimum requis pour prétendre au remboursement de sa campagne par l’État. Pour les candidats sous ce seuil fatidique, le remboursement ne s’élève qu’à 800.000 euros.

“La situation financière de ma campagne est désormais critique”, avait-elle déclaré au lendemain du 10 avril au siège des Républicains. “Nous n’avons pas atteint les 5% qui nous permettraient d’obtenir les 7 millions de remboursements de l’État que nous escomptions.” Elle avait alors lancé un “appel national aux dons”, assurant être “personnellement endettée à hauteur de 5 millions d’euros”.

Certains électeurs du second tour ont visiblement entendu son appel... et préféré s’en moquer. Assistant à un dépouillage dans le 19e arrondissement de Paris, le journaliste Nicolas Quénel partage une photo likée plus de 15.000 fois d’un bulletin sur lequel apparaît le nom de Valérie Pécresse “la pôvre”, sur lequel est scotché une pièce de 1 centime.

Un autre électeur partage lui ce qui semble être son propre vote, depuis l’isoloir. Cette fois, le bulletin au nom de Valérie Pécresse est accompagné d’un billet de 5 euros. “Quand tu veux voter ni Le Pen ni Macron, mais que tu veux faire une bonne action”, écrit-il ironiquement.

Depuis quinze jours et l’appel aux dons lancé par Valérie Pécresse alertant qu’il “en va de la survie des Républicains et au-delà, de la survie de la droite républicaine”, les moqueries vont bon train.

Le soir de la diffusion de “Koh Lanta” sur TF1, de nombreux internautes avaient ainsi imaginé Valérie Pécresse participant au jeu-concours de l’émission avec ses 100.000 euros. Le soir du débat d’entre-deux-tours ensuite, d’autres téléspectateurs avaient fait le parallèle entre la situation des LR et les propos de Marine Le Pen décrivant le Rassemblement national comme un “parti pauvre”.

Peu après 20h ce dimanche 24 avril et l’annonce de la réélection d’Emmanuel Macron pour un second mandat avec 58,5% des suffrages, Valérie Pécresse a adressé ses “félicitations républicaines à Emmanuel Macron”. Et d’ajouter: “Sa victoire ne doit pas masquer les fractures de notre pays conduisant Marine Le Pen à un score inédit. Cap sur les législatives avec une droite engagée pour défendre le projet de redressement dont la France a besoin.”

À voir également sur Le HuffPost: Mélenchon salue la défaite de Le Pen, “bonne nouvelle” pour la France

  • Hu chevron_right

    Philippe Poutou aussi prêt à faire un geste pour Valérie Pécresse

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 14 April - 08:49 · 2 minutes

Poutou aussi prêt à faire un geste pour Pécresse (photo d Poutou aussi prêt à faire un geste pour Pécresse (photo d'illustration prise lors de campagne présidentielle de 2017

POLITIQUE - L’occasion de moquer Valérie Pécresse était trop belle pour que le NPA s’en prive. Mercredi 13 avril, le candidat Philippe Poutou a ironisé sur l’appel aux dons de la représentante des Républicains , en difficulté pour rembourser ses frais de campagne.

“Pour aider mon ex-collègue Pécresse qui doit faire face à de grosses difficultés financières, liées à une surestimation de ses capacités, si ça peut l’aider, je veux bien lui prêter ma 308 pendant quelques jours”, tacle l’ancien représentant du NPA sur Twitter.

Avec moins de 5% des suffrages au premier tour, Valérie Pécresse ne peut pas prétendre au remboursement de sa campagne par l’État. Au lendemain du scrutin, elle s’est dite “personnellement endettée à hauteur de 5 millions d’euros” et a appelé les Français à l’aide. Ce qui lui a surtout provoqué les moqueries et l’agacement de ses détracteurs.

Selon sa déclaration de patrimoine, l’ex-candidate LR était la mieux lotie des prétendants à l’Élysée, avec un patrimoine estimé à environ 9,7 millions d’euros. À l’extrême opposé de Philippe Poutou, qui mentionnait comme seul bien de valeur sa Peugeot 308 SW de 2020, estimée à 22.500 à l’Argus.

Lassalle et Bayrou prêts à faire un geste

Philippe Poutou n’est pas le premier candidat à réagir à l’appel à l’aide de Valérie Pécresse. La veille, Jean Lassalle avait indiqué qu’il ferait “un don équivalent” aux Républicains, au Parti socialiste et à EELV “afin de respecter le principe d’égalité qui m’est si cher et qui a prévalu tout au long de cette campagne”. Là encore, la proposition est sarcastique: tout au long de la campagne, le candidat iconoclaste n’a cessé de critiquer l’absence d’égalité de traitement entre les candidats.

Seul François Bayrou n’a pas fait dans l’ironie. Ce jeudi 14 avril, le patron du MoDem s’est dit prêt à venir en aide aux partis et anciens candidats en difficulté. “J’ai fait ça assez souvent d’autres fois pour des forces politiques. Mais personne ne l’a su”, a-t-il déclaré sur RMC/BFMTV.

François Bayrou en a profité pour défendre à nouveau son projet de “banque de la démocratie”. “Il est totalement anormalement que ce soit des instances privées qui décident ou pas d’accorder les moyens nécessaires (...) à un candidat ou un mouvement politique”, estime-t-il.

Il plaide pour “une instance démocratique, sous le contrôle du Parlement et reliée à la Caisse des dépôts (...) qui ait pour mission de garantir les financements à la vie politique avec les garanties nécessaires”. Un organisme enterré par Emmanuel Macron au cours de son quinquennat.

À voir également sur Le HuffPost: Bulletin Macron, vote blanc ou abstention : pagaille chez les Républicains pour le second tour

  • Hu chevron_right

    Pendant "Koh-Lanta", Valérie Pécresse et son appel aux dons était dans les esprits

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 12 April - 22:15 · 1 minute

Pendant Pendant "Koh-Lanta", Valérie Pécresse et son appel aux dons était dans les esprits (photo du 29 mars 2012)

POLITIQUE - Valérie Pécresse s’est retrouvée au coeur des pensées des internautes devant “Koh-Lanta”, diffusé sur TF1 ce mardi 12 avril.

La candidate LR qui est sortie du premier tour de la présidentielle sous le seuil des 5% -ne déclenchant ainsi pas un remboursement par l’État des frais de campagne- avait lancé lundi un appel à “une aide d’urgence” des Français pour “boucler le financement” de sa campagne.

Elle faisait alors état d’une “situation critique” de LR qui ne sera pas remboursé de “7 millions d’euros” de frais. Elle avait aussi déclaré être “endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros”.

Certains fans du jeu d’aventure ont donc immédiatement pensé à la présidente de la région Île-de-France lors des coupures pub annonçant le jeu concours de l’émission, permettant de remporter plusieurs chèques de 100.000 euros après tirage au sort.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous , les utilisateurs de Twitter n’ont pas cessé de s’amuser à imaginer Valérie Pécresse participant à chaque occasion pour renflouer les caisses du parti.

À voir également sur Le HuffPost: Les résultats de Valérie Pécresse sont les pires à la présidentielle pour la droite

  • Hu chevron_right

    Résultats présidentielle 2022: l'extinction de voix du PS et LR en cartes et graphiques

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 11 April - 10:02 · 3 minutes

Valérie Pécresse et Anne Hidalgo photographiées ensemble en 2020 (illustration) Valérie Pécresse et Anne Hidalgo photographiées ensemble en 2020 (illustration)

POLITIQUE - À eux deux, ils représentent 6.53% des électeurs. Pourtant, Le Parti socialiste et Les Républicains ont longtemps régné sans partage sur la vie politique française. Or, ce dimanche 10 avril , les candidates de ces deux formations historiques ont recueilli des scores faméliques . Valérie Pécresse a obtenu 4,79% pour le parti gaulliste. Et Anne Hidalgo le score vertigineux de 1,74% des voix pour le parti de Jean Jaurès.

Conséquence immédiate de cette bérézina, aucun des deux partis ne peut prétendre au remboursement total de ses frais de campagne, puisqu’en dessous du seuil de 5%. À l’image de Nathalie Arthaud, Jean Lassalle, Nicolas Dupont-Aignan ou Philippe Poutou, Les Républicains et le Parti socialiste devront se contenter des 800.000 euros que met à disposition l’État pour venir en aide à ceux qui ont moins réussi à dépasser le seuil des 500 parrainages. Ce qui laisse entrevoir une grave crise économique pour ces deux formations historiques.

Selon certaines estimations , Les Républicains auraient dépensé près de 15 millions d’euros, même s’ils mettent pour l’instant en avant des frais avoisinant “7 millions d’euros”. “La situation financière de ma campagne est désormais critique”, a par ailleurs déclaré ce lundi 11 avril Valérie Pécresse, annonçant un endettement personnel de 5 millions. Pour combler les pertes, la présidente de la région Île-de-France a évoqué un “appel aux dons”.

Quant au Parti socialiste, dont les comptes étaient déjà le rouge , l’avenir financier s’annonce tout aussi tendu. Au-delà de ces problèmes de trésorerie, c’est la disparition politique de ces deux formations qui est en jeu. Comme le montre notre graphique ci-dessous, les deux partis historiques suivent, à cinq d’intervalle, la même trajectoire. Une chute vertigineuse qui s’explique par l’incapacité à se réinventer après le séisme provoqué par l’élection d’Emmanuel Macron en 2017, ayant conduit à une “tripolarisation” de la vie politique.

Même observation au niveau local. En 2017, François Fillon était arrivé en tête dans 5436 villes . Une performance sans commune mesure avec la déroute de Valérie Pécresse, qui n’est arrivée en tête que dans 30 villes. Ce qui est un camouflet pour une formation qui revendiquait “plus de la moitié des villes de plus de 9000 habitants” gagnées lors des dernières élections municipales et vante un ancrage local comme s’il s’agissait d’une rente éternelle. Au bout du compte, 6 villes conquises pour Valérie Pécresse... et 5432 de perdues.

François Fillon était aussi arrivé en première place dans cinq départements en 2017. Combien pour Valérie Pécresse en 2022? Zéro. En réalité, cela fait des années que le vote LR s’étiole à la présidentielle. En 2012, Nicolas Sarkozy était arrivé en tête dans une quarantaine de départements . La candidate LR ne fait que suivre un déclin enclenchée bien avant elle.

Dans les cinq départements qui avaient placé François Fillon en tête en 2017, c’est Emmanuel Macron qui est arrivé en pole position ce dimanche. Un signal qui révèle qu’une partie de la droite se sent désormais chez elle dans la majorité, et non plus chez LR.

Une disparition qui ne fait que suivre ce qu’a vécu le PS en 2017, qui n’était pas parvenu à arriver en tête dans un seul département, alors que François Hollande avait recouvert la majeure partie du territoire en rose . Anne Hidalgo démontre par ailleurs qu’après le cataclysme provoqué par le score de Benoît Hamon, le pire est encore possible. En 2017, le candidat PS était arrivé en tête dans 17 communes. C’est peu, mais c’est toujours mieux que les cinq communes qui ont placé Anne Hidalgo en tête dimanche.

À ce sujet, un chiffre est particulièrement intéressant: à Paris, où elle a été réélue maire sans difficulté, Anne Hidalgo n’a recueilli que 2,17%, derrière Marine Le Pen (5,54%) et devant Fabien Roussel (1,64%). Preuve s’il en est que les électeurs de gauche qui estiment le PS comme apte en gouverner représentent une infime minorité. Comme les électeurs de droite se détournent progressivement des Républicains, dont le destin semble suivre celui du parti à la rose .

À voir également sur Le HuffPost: Valérie Pécresse appelle à voter pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen

  • Hu chevron_right

    Valérie Pécresse, sous les 5%, lance un appel aux dons

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 11 April - 08:37 · 1 minute

Valerie Pécresse est arrivée 5e du premier tour de la présidentielle le 10 avril 2022.  Valerie Pécresse est arrivée 5e du premier tour de la présidentielle le 10 avril 2022.

POLITIQUE - “J’ai besoin de votre aide d’urgence.” Ce lundi 11 avril, la candidate de la droite Valérie Pécresse , arrivée 5e du premier tour de la présidentielle , lance un appel aux dons . Avec 4,8% des voix, elle n’atteint pas le minimum requis pour prétendre au remboursement de sa campagne par l’État.

“La situation financière de ma campagne est désormais critique”, déclare-t-elle ce lundi matin au siège des Républicains. “Nous n’avons pas atteint les 5% qui nous permettraient d’obtenir les 7 millions de remboursement de l’État que nous escomptions.”

“Les Républicains ne peuvent pas faire face à ces dépenses”, souligne-t-elle dans ce message, ajoutant qu’elle s’est “personnellement endettée à hauteur de 5 millions d’euros”. C’est pourquoi la présidente de la région Ile-de-France, qui a appelé à voter Emmanuel Macron au second tour, “lance un appel national aux dons”.

Plus d’informations à suivre...

À voir également sur Le HuffPost: Le nom de Nicolas Sarkozy sifflé par le public au meeting de Valérie Pécresse