close
  • Hu chevron_right

    Ski Alpin: l'émotion de Tessa Worley au moment de son sacre en slalom géant

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 20 March - 13:04 · 2 minutes

L

SPORT - La Française Tessa Worley a remporté à 32 ans son deuxième petit globe de slalom géant à domicile après sa quatrième place du géant des finales de Coupe du monde de ski alpin remporté par l’Italienne Federica Brignone dimanche à Méribel.

Ce petit globe a été accueilli par des larmes dans le clan français, celle de son compagnon, l’ex-slalomeur Julien Lizeroux, mais aussi de sa coéquipière Clara Diez.

Après ses Jeux olympiques ratés à Pékin, marqués par une sortie de piste, la double championne du monde de géant (2013 et 2017) a fini la saison en trombe pour s’imposer une deuxième fois dans le classement général de la spécialité après 2017.

Depuis son immense déception en Chine pour ses derniers Jeux, la porte-drapeau a remporté le géant de Lenzerheide puis signé une quatrième place à Are et donc une nouvelle à Méribel dimanche, sous un soleil éclatant et une chaude ambiance à l’image des fumigènes dans l’aire d’arrivée.

La championne olympique Sara Hector, leader pour cinq points avant cette ultime étape, ne s’est classée que quatorzième à 1 sec 49/100. Une place rédhibitoire pour la Suédoise sortie de piste à domicile à Are lors du précédent géant.

Quant à Mikaela Shiffrin, leader après la première manche avec 82/100e de secondes d’avance sur sa première poursuivante Brignone, elle s’est effondrée, finissant seulement septième à 67/100e de l’Italienne.

L’Américaine, passée elle aussi à côté de ses Jeux, avait toutefois déjà remporté jeudi le gros globe de cristal récompensant la lauréate du classement général de la Coupe du monde.

À voir également sur Le HuffPost: Pékin a cloturé les JO d’hiver 2022 avec un feu d’artifice dément

  • Hu chevron_right

    Victoire de l'Arménie à l'Eurovision junior 2021, le Français Enzo termine 3e

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 19 December - 19:07 · 2 minutes

Capture d

EUROVISION - Après la victoire de Valentina en novembre 2020 , la France rêvait de remporter une nouvelle fois l’ Eurovision junior . C’est finalement l’Arménie qui a gagné l’édition 2021 du show, organisé pour la première fois dans l’Hexagone, à la Seine musicale, ce dimanche 19 décembre et retransmis en direct sur France 2.

La chanteuse Maléna, qui a chanté son morceau “Quami Quami”, a remporté l’Eurovision un total de 224 points, devant la Polonaise Sara James avec 218 points et le Français Enzo donc, avec 187 points et son morceau “Tic Tac”.

Ce dernier est né en 2008 dans les Yvelines et a ensuite grandi entre la France, Macao et Hong Kong. “Son énergie, son talent, sa voix unique font de (lui) un superbe représentant de la France”, écrivait Alexandra Redde-Amiel cheffe de la délégation française à l’Eurovision et directrice des variétés, jeux et divertissements de France Télévisions dans un communiqué publié avant la soirée.

Comme le notent nos confrères de 20 minutes , “la délégation française avait misé sur un tableau lorgnant l’univers de ‘Gatsby le magnifique’, avec une touche années folles, et l’ambiance des spectacles de cabaret”.

“Un grand bravo à Enzo”

“Félicitations à l’Arménie qui remporte l’Eurovision junior 2021, a écrit le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes Clément Beaune sur Twitter. Et un grand bravo à Enzo qui arrive à la 3ème place avec sa chanson Tic Tac”.

L’Eurovision junior est réservé aux chanteurs de 9 à 14 ans et a mis cette année en compétition les représentants de 19 pays participants d’Europe et d’Asie centrale.

Enzo est-il déçu après sa troisème place? Quelques jours avant la soirée, il avait assuré que quoi qu’il arrive, ”ça resterait l’une des meilleures expériences” de sa vie.” D’ailleurs, depuis sa sélection, “tous les jours, c’est la meilleure journée de [sa] vie.”

À voir également sur Le HuffPost : Tim Dup, le chanteur français passionné par la question du temps qui passe

Des électeurs étrangers derrière la victoire de Valérie Pécresse
  • Hu chevron_right

    Copa America: Messi gagne son premier titre avec l'Argentine à 34 ans

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 11 July, 2021 - 06:46 · 4 minutes

Lionel Messi à la Copa America le 10 juillet 2021.

Coup de tonnerre au Maracana! Lionel Messi a enfin remporté son premier titre avec l’Argentine en domptant le Brésil de Neymar en finale de la Copa America (1-0) ce samedi 10 juillet, mettant ainsi fin à une disette de 28 ans de son pays.

La cinquième était la bonne: après quatre finales de tournois majeurs perdues avec l’Albiceleste (Mondial-2014, Copa America 2007, 2015 et 2016), le sextuple ballon d’or a enfin soulevé un trophée avec le maillot de son pays.

Porté en triomphe par ses coéquipiers après le coup de sifflet final, Messi, 34 ans, termine meilleur buteur et passeur du tournoi (4 buts et 5 passes décisives).

Mais le héros de la finale se nomme Angel Di Maria: le joueur du Paris SG a marqué le but de la victoire argentine d’un splendide lob après une ouverture lumineuse de Rodrigo De Paul, lui-aussi excellent au Maracana.

“On a tellement rêvé de ça, on s’est tellement battu”, a déclaré Di Maria après le match.

Neymar, lui, n’a pas su peser sur le match et a fondu en larmes après le coup de sifflet final, avant d’être réconforté par une accolade de Messi, son ancien coéquipier au FC Barcelone.

A Buenos Aires et dans toute l’Argentine, la victoire de l’équipe nationale a été saluée par des pleurs et des cris de joie, après 28 ans de défaites pour l’Argentine.

“Enfin, enfin !”, a lancé le commentateur argentin de ce match, Juan Pablo Varsky, à l’unisson de millions d’Argentins, libérés par le coup de sifflet final de l’arbitre uruguayen Esteban Ostojich, et dont plusieurs milliers sont aussitôt sortis dans les rues pour fêter cette victoire.

“C’est un titre énorme, tout particulièrement pour le peuple (...) Je crois qu’ils (les supporteurs) se sentent proches de cette équipe qui n’a jamais baissé les bras”, a déclaré le sélectionneur argentin Lionel Scaloni.

Pour le Brésil, on est loin du traumatisme du Maracanazo de 1950 face à l’Uruguay ou de l’humiliation du 7-1 infligé par l’Allemagne en demi-finale du Mondial-2014, mais cela reste une cruelle désillusion pour les tenants du titre, qui avaient triomphé lors des cinq autres éditions de la Copa jouées à domicile.

Les hommes de Tite étaient invaincus en matches officiels depuis le quart de finale de la Coupe du Monde 2018 contre la Belgique (1-2).

Ils avaient battu leurs grands rivaux argentins lors de leurs deux dernières confrontations en finale de Copa América (2004, 2007) et lors de la demi-finale de la dernière édition, en 2019.

L’Argentine, qui ne remportait pas le moindre trophée depuis la Copa America de 1993, en Equateur, a rejoint l’Uruguay en tête du palmarès de la compétition, avec 15 trophées, maintenant les Brésiliens à distance (9).

Pour ce match de gala, la mairie de Rio avait permis la présence de quelques milliers de supporters, avec un jauge de 10% au Maracana pour le point d’orgue d’une compétition dont tous les matches précédents avaient été joués à huis clos en raison de la pandémie de Covid-19 qui a fait plus de 530.000 morts au Brésil.

Venu spécialement à Rio pour la finale, le président de la Fifa Gianni Infantino était aussi de la fête.

Tension palpable

Le sélectionneur argentin Lionel Scaloni avait décidé d’aligner une équipe résolument offensive, avec Di Maria, remplaçant lors des trois derniers matches, aux côtés de Messi et Lautaro Martinez en attaque.

Comme tout “superclassico” entre les deux monstres sacrés du football sud-américain, la tension était palpable dès le coup d’envoi.

La Seleçao a commencé à imposer un gros pressing, avec une agressivité vite sanctionnée par un carton jaune pour Fred dès la troisième minute de jeu.

Neymar a aussi voulu marquer aussitôt son territoire, avec un coup du sombrero sur son ex-coéquipier du PSG Lo Celso au niveau de la ligne médiane (7e).

Mais après un début de match haché, avec un grand nombre de fautes des deux côtés, l’éclair est venu de Di Maria.

Bien lancé par De Paul sur la droite à limite du hors-jeu, l’ailier parisien a pris de vitesse Renan Lodi avant de tromper le gardien Ederson d’un lob de toute beauté (22e).

Ce but a quelque peu assommé le Brésil et les vagues argentines ont continué à déferler, avec des frappes de Di Maria (28e) et Messi (30e).

Tite a tenté le tout pour le tout en faisant rentrer un attaquant supplémentaire à la mi-temps, Firmino, à la place de Fred et la Seleçao a retrouvé de l’allant.

Richarlison s’est vu refuser un but pour hors-jeu (52e) et a buté sur le gardien Martinez (53e) après une belle ouverture de Neymar dans la surface.

Gabigol s’est créé deux occasions en fin de match (82e, 86e), mais l’Argentine a tenu bon pour triompher dans le temple du football brésilien.

À voir également sur Le HuffPost: Pour l’Euro, Arsène Lupin s’invite jusque dans les posts Instagram des joueurs

  • Hu chevron_right

    Le gardien de Liverpool, Alisson, marque un but capital à la dernière minute

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 16 May, 2021 - 19:53 · 2 minutes

Le gardien de but de Liverpool, le Brésilien Alisson Becker, célèbre son but le 16 mai 2021.

VICTOIRE - Sur le fil. Au bout du temps additionnel, le gardien de but brésilien Alisson Becker a inscrit un but qui pourrait bien être un tournant majeur dans la saison des Reds .

Monté dans la surface adverse pour le corner de la dernière chance, il a superbement dévié de la tête, au premier poteau, le ballon qui est allé se ficher dans le petit filet de West Brom (2-1, 90+4).

Un but qui change tout puisque Liverpool revient à une longueur de Chelsea (4e) et trois de Leicester (3e) à deux journées de la fin.

Or, ces deux équipes s’affrontent mardi pour la 37e journée, et Liverpool aura donc forcément l’occasion de dépasser l’une des deux et de s’emparer d’une place qualificative pour la C1, s’il l’emporte mercredi à Burnley.

“Je suis trop ému. Ces derniers mois, avec tout ce qui s’est passé pour moi, pour ma famille..., a-t-il commencé au micro de Sky Sports après le match. Le football, c’est ma vie. J’y ai toujours joué dans mes plus lointains souvenirs, avec mon père et j’espère qu’il était là pour le voir”, a-t-il poursuivi.

Victoire arrachée dans les dernières secondes

Cette victoire arrachée dans les dernières secondes, comme tant d’autres la saison passée et qui l’avaient conduit au titre, traduit le spectaculaire regain de forme des Reds qui ont pris 20 points sur 24 lors des 8 dernières journées, pour reprendre leur destin en main.

Il a fallu batailler sur le terrain des Baggies qui redescendront en Championship à la fin de la saison, mais qui avaient ouvert le score par Hal Robson-Kanu (1-0, 15e) et ont eu un but annulé par la VAR pour le hors-jeu d’un joueur qui ne faisait pas action de jeu, mais gênait peut-être Alisson (71e).

Les Reds étaient revenus à hauteur entre-temps par Mohamed Salah, servi par Sadio Mané (1-1, 33e) après une action confuse.

Il s’agissait de la première passe décisive du Sénégalais pour l’Egyptien en championnat cette saison, mais elle permet à Salah de rester à la hauteur de Harry Kane en tête du classement des buteurs, avec 22 réalisations.

À voir également sur Le HuffPost: À l’Inter Milan, Lautaro Martinez et Antonio Conte apaisent leurs tensions dans un combat de boxe