close
  • Th chevron_right

    Polyworking and Zoombies: welcome to the new home office jargon

    news.movim.eu / TheGuardian · Monday, 13 December - 16:48

One good thing that could have come from home working? The end of ridiculous corporate speak. But new words have emerged to describe our blurry, zombie, Zoom-call days

Name: Zoombies.

Age: They are products of our times.

Continue reading...
  • Th chevron_right

    Better.com CEO to take time off after firing hundreds of employees over Zoom

    news.movim.eu / TheGuardian · Friday, 10 December - 19:41

Vishal Garg apologizes for failing ‘to show the appropriate amount of respect and appreciation’ for laid-off staff

The CEO of online mortgage lender Better.com will be “taking time off” from his role after he abruptly fired more than 900 employees via a Zoom call last week, according to an email from the company’s board of directors to employees Friday.

Vishal Garg, who founded the company in 2016, told the employees on the call that they “are part of the unlucky group that is being laid off”.

Continue reading...
  • Hu chevron_right

    Après avoir licencié 900 salariés sur Zoom, un patron présente ses excuses

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 8 December - 20:53 · 3 minutes

INTERNATIONAL - Vivement critiqué pour avoir licencié 900 salariés via la plateforme de téléconférence Zoom début décembre, le patron d’un site américain de crédits immobiliers a présenté ses excuses mardi 7 décembre, reconnaissant la brutalité de ses méthodes.

“Je n’ai pas suffisamment fait preuve de respect et de reconnaissance envers les personnes affectées et envers leurs contributions”, a reconnu mardi dans un courriel adressé à ses employés Vishal Garg, directeur général de Better.com.

“J’assume la responsabilité des licenciements, mais en matière de communication, j’ai commis un impair et ce faisant, je vous ai offensés”, a poursuivi Vishal Garg. “Je réalise que la manière dont j’ai communiqué la nouvelle a rendu une situation déjà difficile encore pire. Je suis profondément désolé et je vous promets de tirer les leçons de cette situation, de faire mieux pour être le leader que vous attendez que je sois”, a-t-il encore ajouté.

Enregistrée le 1er décembre, la vidéo où le patron annonçait aux salariés la mauvaise nouvelle avait été largement partagée par les médias américains et sur les réseaux sociaux , suscitant l’indignation de nombreux internautes.

“La dernière fois que j’ai fait ça, j’ai pleuré”, expliquait le patron de 43 ans d’un ton distant. “J’espère être plus fort cette fois-ci”, ajoutait-il, invoquant des évolutions du marché pour justifier sa décision. Puis, il leur expliquait sans émotion: “si vous participez à cette réunion, c’est que vous faites partie du groupe des malchanceux qui sont licenciés”. Avec effet immédiat.

Quelques jours après l’appel sur Zoom, le patron avait accusé une partie des salariés licenciés d’avoir “volé” l’entreprise “en travaillant en moyenne deux heures par jour tout en enregistrant huit heures de travail dans le registre du personnel” dans un article de blog anonyme, mais authentifié par le magazine Fortune.

Un précédent avec Uber

Fondée en 2016, Better.com propose à ses clients d’obtenir des crédits hypothécaires en ligne avec des taux d’intérêt avantageux.

En mai, l’entreprise a annoncé son intention d’entrer en Bourse grâce à une fusion avec une société d’acquisition à vocation spécifique (Spac), espérant une valorisation à 7,7 milliards de dollars.

Pour financer cette opération, Better.com a levé fin novembre un total de 1,5 milliard de dollars en prêts-relais et en obligations convertibles auprès d’investisseurs, dont le fonds japonais SoftBank.

Ce n’est pas la première fois qu’une entreprise utilise des manières brutales pour remercier ces salariés. En 2020, les employés d’Uber ont appris leur licenciement lors d’un appel vidéo de trois minutes avec une responsable de l’entreprise via l’application de vidéoconférence Zoom . “Aujourd’hui est votre dernier jour de travail pour Uber (...) Je sais que c’est extrêmement dur à entendre. Personne ne veut être dans un appel vidéo comme ça”, dit la responsable, des larmes dans la voix.

À voir également sur Le HuffPost: Les quotas pour plus de femmes dans les directions d’entreprises validés avec émotion à l’Assemblée

  • Ga chevron_right

    Infinix’s new Zero X series comes with high refresh rate displays and 5x periscope zoom camera - Zoom is probably the next Frontier for Mobile Phone Cameras

    Danie van der Merwe · news.movim.eu / gadgeteerza-tech-blog · Monday, 13 September - 15:13

Megapixels are increasing, and we've seen wider angles, but the next differentiator will probably be optical zoom capability, as megapixels can only do so much without real optical capability. Optical zoom, along with really wide angle, and macro capability are what holds mobile phone cameras well back from DSLRs, yet many prefer to use their phones as they always have them close but due to their compact size.

So we see Infinix's Zero X now has a 5x optical zoom, and tomorrow will tell if Apple has made any real differences to their iPhone.

See https://www.xda-developers.com/infinix-zero-x-series-announced/

#technology #cameras #mobilephone #photography #zoom

  • Nu chevron_right

    Au fait, pourquoi Zoom s'appelle Zoom ?

    news.movim.eu / Numerama · Sunday, 5 September - 18:12

Quand un petit livre pour enfants devient une source d'inspiration pour trouver un nom à Zoom, l'une des plus grandes plateformes de visioconférence du monde. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

L'article Au fait, pourquoi Zoom s’appelle Zoom ? est apparu en premier sur Numerama .

  • Ar chevron_right

    Zoom to pay $85M for lying about encryption and sending data to Facebook and Google

    news.movim.eu / ArsTechnica · Monday, 2 August - 19:51 · 1 minute

A computer screen with a Zoom call showing the faces of a dozen participants.

Enlarge / Technical preview of Zoom's end-to-end encryption, made available months after Zoom was caught lying to users about how it encrypts video calls. (credit: Zoom )

Zoom has agreed to pay $85 million to settle claims that it lied about offering end-to-end encryption and gave user data to Facebook and Google without the consent of users. The settlement between Zoom and the filers of a class-action lawsuit also covers security problems that led to rampant "Zoombombings."

The proposed settlement would generally give Zoom users $15 or $25 each and was filed Saturday at US District Court for the Northern District of California. It came nine months after Zoom agreed to security improvements and a "prohibition on privacy and security misrepresentations" in a settlement with the Federal Trade Commission, but the FTC settlement didn't include compensation for users.

As we wrote in November , the FTC said that Zoom claimed it offers end-to-end encryption in its June 2016 and July 2017 HIPAA compliance guides, in a January 2019 white paper, in an April 2017 blog post, and in direct responses to inquiries from customers and potential customers. In reality, "Zoom did not provide end-to-end encryption for any Zoom Meeting that was conducted outside of Zoom's 'Connecter' product (which are hosted on a customer's own servers), because Zoom's servers—including some located in China—maintain the cryptographic keys that would allow Zoom to access the content of its customers' Zoom Meetings," the FTC said. In real end-to-end encryption, only the users themselves have access to the keys needed to decrypt content.

Read 19 remaining paragraphs | Comments

index?i=ybovdTlVCqE:NK-t8OgAKLA:V_sGLiPBpWUindex?i=ybovdTlVCqE:NK-t8OgAKLA:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA