close
  • Hu chevron_right

    Harry Styles s'engage contre les tueries de masse aux États-Unis

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 10:30 · 2 minutes

Harry Styles, ici le 19 mai 2022, s'engage avec l'association de lutte contre les armes à feu Everytown après le drame dans l'école d'Uvalde. Harry Styles, ici le 19 mai 2022, s'engage avec l'association de lutte contre les armes à feu Everytown après le drame dans l'école d'Uvalde.

ÉTATS-UNIS - “Mettez fin à la violence par armes.” Dans un post Instagram, le chanteur britannique Harry Styles a annoncé s’engager avec l’association “ Everytown ” lors de sa tournée nord-américaine, en réponse à la tuerie d’Uvalde, au Texas , qui a fait 21 morts dont 19 enfants mardi 24 mai.

“Comme vous tous, j’ai été dévasté par les tueries de masse à la chaîne en Amérique, dont le point culminant est celle à l’école élémentaire Robb à Uvalde, au Texas”, a-t-il écrit sur le réseau social. Les fusillades sont tristement nombreuses aux États-Unis. Deux semaines avant Uvalde, un jeune de 18 ans a ouvert le feu dans un supermarché de Buffalo , dans l’État de New-York, tuant dix personnes.

C’est pourquoi, poursuit-il, “pour notre tournée en Amérique du Nord, nous avons conclu un partenariat avec Everytown, qui travaille afin de mettre fin à la violence par armes, en faisant des dons pour soutenir leur effort et partager leurs idées qui permettraient d’agir”. L’ex-membre des One Direction , qui vient de sortir son troisième album Harry’s House , est attendu à partir d’août aux États-Unis.

Un don d’un million de dollars

Une deuxième photo choc suit ce premier message. Sur fond noir, il est écrit: “Les armes à feu sont la première cause de mort pour les enfants et adolescents américains”. Les fusillades dans les milieux scolaires sont en effet un fléau dans le pays. D’après le groupe Education Week , 27 fusillades ont eu lieu à l’école en 2022 aux États-Unis, 119 depuis 2018.

Et malgré les drames de Columbine en 1999, Sandy Hook en 2012 ou encore Parkland en 2018, la législation sur les armes à feu peine à avancer. Les Républicains, attachés au deuxième amendement de la Constitution, préfèrent armer les enseignants plutôt que d’accepter des vérifications d’antécédents avant l’achat d’une arme.

L’entreprise qui organise les concerts Live Nations rejoint également Harry Styles dans son engagement. Sur Twitter, elle promet de donner “plus d’un million de dollars à Everytown”.

À voir également aussi sur le Huffpost: Devant la NRA, Donald Trump appelle à armer enseignants et citoyens après la tuerie au Texas

  • Hu chevron_right

    Tuerie au Texas: la police a pris une "mauvaise décision", concède un responsable

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 18:39 · 4 minutes

Tuerie au Texas: la police a pris une Tuerie au Texas: la police a pris une "mauvaise décision", concède un responsable (Steven McCraw, directeur du département de la sécurité publique du Texas le 27 mai 2022. REUTERS/Marco Bello)

TEXAS - La police a pris une “mauvaise décision” en n’entrant pas rapidement dans l’école d’Uvalde, où s’était retranché dans une classe un tireur qui y a commis un massacre, a affirmé ce vendredi 27 mai Steven McCraw, directeur du département de la sécurité publique du Texas.

“Avec le recul, maintenant, bien sûr que ce n’était pas la bonne décision. C’était la mauvaise décision, point final”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, interrogé sur le délai d’intervention des forces de l’ordre , très critiqué. “Si je pensais que ça pouvait aider, je m’excuserais”, a-t-il dit, très ému.

Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d’intervention de la police aux frontières , environ une heure après que le tireur, Salvador Ramos, se fut introduit mardi dans le bâtiment. L’adolescent d’à peine 18 ans a tué 19 enfants et deux enseignantes.

“S’il vous plaît, envoyez la police maintenant”

Pressé par les journalistes d’expliquer ce délai d’intervention, très critiqué, le responsable a affirmé que les forces de l’ordre pensaient “qu’il n’y avait peut-être plus de survivant”.

La police a néanmoins reçu de nombreux appels de plusieurs personnes se trouvant dans les deux salles de classe touchées, dont un d’une enfant à 12H16, plus d’une demi-heure avant l’intervention de la police à 12H50, prévenant que “huit à neuf élèves étaient vivants”, a déclaré Steven McCraw.

Lors d’un de ses premiers appels, cette élève, qui avait prévenu qu’il y avait plusieurs morts, a demandé: “s’il vous plaît, envoyez la police maintenant”.

La NRA maintient sa convention annuelle et se dédouane de toute responsabilité

À quelques heures de route de là, le premier lobby américain des armes, la National Rifle Association, tenait sa convention annuelle à Houston, secouée par une polémique due au timing de l’événement, ce qui a poussé des politiciens et des stars de la musique country à annuler leur venue.

La NRA a promis que cette grand-messe serait l’occasion de “réfléchir” à ce qui s’est produit à Uvalde - un drame à propos duquel l’organisation s’était dédouanée de toute responsabilité.

Si l’ancien président Donald Trump sera bien présent , tout comme le sénateur conservateur de l’État, Ted Cruz, le gouverneur républicain, Greg Abbott, donnera à la place une conférence de presse à Uvalde.

Greg Abbott, grand défenseur du droit à détenir une arme à feu et candidat à sa réélection cette année, s’exprimera tout de même devant les membres de la NRA, dans une vidéo pré-enregistrée, a précisé un de ses porte-parole au journal Dallas Morning News.

Son adjoint, Dan Patrick, ne se montrera pas non plus afin d’éviter “d’ajouter à la douleur des familles”, a-t-il dit dans un communiqué.

“J’ai des armes à feu dans chaque pièce de ma maison”

En fin de matinée, des milliers d’amateurs d’armes à feu déambulaient déjà dans le vaste palais des congrès rempli de stands de fabricants, exposant fusils semi-automatiques et équipements de chasse. “J’ai des armes à feu dans chaque pièce de ma maison”, répondait en riant un sexagénaire, quand on lui demandait si le fusil qu’il envisageait d’acheter serait son premier.

Signe du malaise, plusieurs stars de la country ont aussi choisi de ne pas venir. Parmi elles, le chanteur Don McLean, connu pour sa chanson “American Pie”, qui a jugé qu’il serait “irrespectueux” pour lui de s’y produire.

L’artiste Lee Greenwood, dont le tube patriotique “God Bless the USA” rythme les meetings de Donald Trump, a lui aussi préféré annuler son concert. Autre absent notable, le fabricant du fusil semi-automatique AR-15 utilisé par l’auteur de la fusillade.

La NRA, qui revendique 5 millions de membres, a d’ailleurs précisé que pour assurer la sécurité de Donald Trump - à qui l’organisation a donné des dizaines de millions de dollars lors de ses deux campagnes présidentielles -, les armes à feu seraient interdites dans la salle.

“Arrêtez de tuer des enfants”

A l’extérieur du bâtiment, des manifestants se sont rassemblés avec des pancartes appelant à l’interdiction des fusils d’assaut ou demandant “arrêtez de tuer des enfants”.

Le démocrate Beto O’Rourke, qui affrontera Greg Abbott aux élections pour le poste de gouverneur en novembre, devrait se joindre à eux.

Dans une scène inhabituelle, signe de la tension grandissante sur la question des armes, il avait interrompu le gouverneur mercredi, en pleine conférence de presse, l’accusant d’être responsable du drame .

La fusillade, qualifiée de “nouveau Sandy Hook” dans la presse américaine, en référence à l’effroyable massacre dans une école primaire du Connecticut en 2012, a réveillé les traumatismes de l’Amérique.

Les visages des très jeunes victimes, âgées de 11, 10, 9 et ans, diffusés en boucle à la télévision, et les témoignages de leurs proches effondrés ont ému le pays, relançant une vague d’appels à mieux réguler les armes à feu.

Ce mouvement a peu de chances de se traduire en actes, étant donné l’absence d’espoir d’une adoption par le Congrès d’une loi nationale ambitieuse sur la question.

À voir également sur Le HuffPost: Meghan Markle rend visite au mémorial des victimes de la fusillade au Texas

  • Hu chevron_right

    Fusillade au Texas: le mari d'Irma Garcia, morte dans la tuerie, décède "de chagrin"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 10:11 · 2 minutes

Un croix pour la professeure Irma Garcia devant l'école Robb d'Uvalde, au Texas. Un croix pour la professeure Irma Garcia devant l'école Robb d'Uvalde, au Texas.

UVALDE - Peut-on mourir d’avoir le cœur brisé? C’est la conviction de la famille de Joe Garcia, mort deux jours après sa femme Irma tuée mardi 25 mai dans la fusillade de l’école d’ Uvalde au Texas . Cette tuerie, l’une des pires des États-Unis , a fait 21 morts dont 19 enfants.

Irma Garcia enseignait à l’école d’Uvalde lorsque Salvador Ramos , un jeune de 18 ans, est entré dans une salle de classe et a tué la professeure de 48 ans. Un drame pour la nation ainsi que pour Joe Garcia, le mari d’Irma depuis 24 ans. Il aurait même avoué à sa famille que la tristesse le rendait malade, rapporte son neveu, John Martinez.

J’ai le coeur brisé. Je vous annonce avec une profonde tristesse que le mari de ma tante Irma, Joe Garcia, est décédé à de chagrin, je suis vraiment à court de mots pour dire ce que nous ressentons tous, VEUILLEZ PRIER POUR NOTRE FAMILLE, que Dieu ait pitié de nous, ce n’est pas facile”

Ce dernier explique dans le Washington Post que Joe Garcia s’est rendu jeudi 26 mai au mémorial de l’école Robb, où s’est déroulé le drame, pour déposer des fleurs en hommage à sa femme, mais aussi à l’ autre enseignante décédée Eva Mireles , et aux 19 enfants tués. De retour chez lui, l’homme de 50 ans a eu une crise et est tombé sur le sol.

Leurs quatre enfants désormais orphelins

La mère de John, sœur de Joe Garcia, était dans la maison. Elle a tenté de faire un massage cardiaque le temps que les secours arrivent et le transportent à l’hôpital. Il n’a pas survécu. Le couple avait quatre enfants désormais orphelins: Cristian, 23 ans; Jose, 19 ans; Lyliana, 15 ans; et Alysandra, 12 ans.

Après ces deux drames consécutifs, une cousine d’Irma Garcia, Debra Austin, a lancé une cagnotte. “Elle aimait sa classe, les enfants, et est morte en essayant de les protéger. S’il-vous-plaît, donnez ce que vous pouvez pour aider sa famille”, écrit-elle sur le site Go Fund Me.

“Je suis tout aussi dévastée de vous annoncer la mort du mari d’Irma, Joe, qui est tragiquement décédé ce matin (jeudi 26 mai) après une urgence médicale. (...) Je pense sincèrement que Joe est mort d’avoir le cœur brisé après avoir perdu l’amour de sa vie de plus de 25 ans. C’était trop dur pour lui”, ajoute-t-elle.

En une journée, 1,8 million de dollars ont été récoltés.

À voir également sur le HuffPost : Meghan Markle rend visite au mémorial des victimes de la tuerie au Texas

  • Hu chevron_right

    Après la tuerie au Texas, le lobby des armes cible des manifs étudiantes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 08:58 · 4 minutes

Des membres de Des membres de "Youth Over Guns" manifestent après la tuerie à Uvalde, le 24 mai 2022.

UVALDE - Deux jours après la tuerie dans une école du Texas, à Uvalde, qui a fait 21 morts dont 19 enfants , les étudiants ont exprimé leur colère. En Californie , dans le Vermont, le Michigan ou encore en Caroline du Sud... à travers tous les États-Unis, les jeunes Américains ont exprimé leur tristesse et leur ras-le-bol jeudi 26 mai.

Les manifestations ont été organisées par l’association Student demand action (“les étudiants demandent d’agir”), qui appelait les jeunes à sortir de cours et à se rassembler pour dénoncer les tueries en série et surtout demander à limiter l’accès aux armes à feu.

Car les massacres se succèdent dans le pays. Le drame d’Uvalde, perpétré par Salvador Ramos qui venait de fêter ses 18 ans, s’est déroulé seulement deux semaines après un autre drame dans un supermarché de Buffalo , dans l’État de New-York. Dix personnes sont décédées, tuées par un suprémaciste blanc du même âge.

Le T-shirt orange, symbole du mouvement anti-armes

Alors jeudi, plusieurs dizaines de jeunes ont répond à l’appel des associations. Sur les pancartes, des slogans comme “encore combien d’enfants”, “maintenant ça suffit” ou encore “va te faire foutre, NRA [National Rifle Association, nom du lobby pro-armes, NDLR ]”. Certains portaient T-shirt orange, couleur symbole du mouvement anti-armes.

“Les lycéens de l’école Mustang et les écoliers de l’école élémentaire Mary Ellen Henderson dehors pour soutenir les lois sur les armes. Je suis tellement fière de nos étudiants.”

“Cinq élèves ont été abattus et deux tués au lycée de Saugus en 2019. C’est le #walkout là-bas aujourd’hui. Remarquez le grand panneau fait maison que montre l’élève.”

″Ça se passe maintenant: l’association “les étudiants demandent” dans le Piedmont, en Californie, et à travers tout le pays, en a marre. Mettez fin à la violence par arme.”

“Maintenant ça suffit. Le Congrès doit voter des lois sur la sécurité des armes à feu et mettre fin à cette épidémie de violence par armes dans notre pays, maintenant”, écrit le sénateur du Massachusetts Ed Markey.

“Plus de 200 adolescents sont rassemblés devant le lycée Ridgewood pour protester contre la violence des armés à feu après le massacre à l’école Uvalde qui a tué 19 enfants et deux professeures”, rapporte une journaliste du New Jersey.

“Je ne pourrais pas être plus fier de nos élèves qui ont parlé avec éloquence des horreurs des fusillades dans les écoles aujourd’hui. Je sens que nous sommes entre de bonnes mains avec cette jeune génération”, félicite le principal du lycée Columbia, dans le New Jersey

“Le lycée Charlottesville organise une marche dans le cadre de Students Demand Action. Ils marchent pour les victimes de la fusillade de l’école primaire du Texas à Uvalde”, rapporte encore une reporter de Virginie.

La tuerie de Uvalde, au Texas, est l’une des pires de ses dernières années. Si des voix s’élèvent pour limiter l’accès aux armes à feu, l’ opposition des Républicains freine les actions. Attachés au deuxième amendement de la Constitution qui garantit le droit de posséder une arme, ces derniers veulent plutôt répondre à la menace en armant les personnels de sécurité, voire les professeurs.

À voir également aussi sur le Huffpost: Après la tuerie au Texas, Joe Biden partage sa peine et son expérience de père endeuillé

  • Hu chevron_right

    Après la tuerie au Texas, Jimmy Kimmel en pleurs dans son émission

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 10:53 · 3 minutes

Jimmy Kimmel en larmes après la tuerie d'Uvalde, le 25 mai 2022. Jimmy Kimmel en larmes après la tuerie d'Uvalde, le 25 mai 2022.

ÉTATS-UNIS - “Nous en sommes là encore fois. Encore un jour de deuil dans ce pays.” En pleurs et en colère, le présentateur américain Jimmy Kimmel a dénoncé mercredi 25 mai les élus de son pays qui n’agissent pas afin de mettre fin aux tueries de masse. Une prise de parole au lendemain de la mort de 21 personnes dont 19 enfants dans une école élémentaire d’ Uvalde, au Texas , où un jeune homme de 18 ans, Salvador Ramos , a ouvert le feu avec des fusils directement dans les salles d’école.

“Ces vies ont été volées, les familles sont détruites pendant que nos leaders à droite, le Congrès, [la chaîne conservatrice] Fox News et d’autres nous ont dit de ne pas politiser ce sujet. Ils ont même immédiatement critiqué notre président qui s’est exprimé afin de faire quelque chose pour arrêter cela”, a-t-il déclaré en ouverture du Jimmy Kimmel Live!. D’après l’animateur, c’est “parce qu’ils savent ce qu’ils ont fait et ce qu’ils n’ont pas fait. Ils savent que ce n’est pas défendable donc ils balayent ça sous le tapis”.

L’intégralité de l’intervention de l’animateur américain est à voir dans la vidéo ci-dessous. Si vous ne comprenez pas l’anglais, nous vous conseillons d’activer les sous-titres automatiques de Youtube en français, dans les paramètres de la vidéo.

Aux États-Unis, les tueries dans les écoles sont un fléau. À chaque nouveau drame, les appels se multiplient pour limiter la détention des armes à feu protégée par le deuxième amendement de la Constitution. Les Républicains, très attachés à ce droit constitutionnel, refusent de voter des lois restreignant leur accès. Pourtant, souligne Jimmy Kimmel, “87% des Américains veulent une vérification des antécédents avant qu’une arme puisse être achetée”.

Il poursuit en colère, rappelant qu’un “projet de loi est coincé au Congrès depuis un an parce que nos lâches élus ne nous écoute pas. Ils écoutent la NRA (puissant lobby pro-armes, NDLR ), les gens qui signent les chèques pour les maintenir au pouvoir”.

“Admettez que vous avez fait une erreur”

Pour les Républicains, dont le gouverneur du Texas Greg Abbott et le sénateur Ted Cruz, la solution n’est pas une restriction sur les armes mais au contraire, équiper les personnels de sécurité. Le procureur général de l’État a même proposé -et ce n’est pas une première- d’armer les enseignants.

Ce n’est pas la solution, juge Jimmy Kimmel. “Vous n’avez pas bien compris ce qu’il se passe. Il y avait un garde armé à Buffalo [où 10 personnes sont mortes dans un supermarché début mai, NDLR ], il y en avait un à Parkland [un lycée où 17 personnes ont été fusillées en 2018, NDLR ], il y en avait un à Uvalde. Et ces meurtres continuent d’arriver”, pointe-t-il, désabusé.

Jimmy Kimmel se dit persuadé que le sénateur Ted Cruz, qui a des enfants “ne se fiche pas” de ce qu’il s’est passé mardi à Uvalde. “Je parie qu’il s’est couché et qu’il se sentait mal la nuit derrière.” C’est pourquoi il l’interpelle Ted Cruz et Greg Abbott qui doivent se rendre à l’assemblée annuelle de la NRA prévue vendredi:

“Je voudrait dire à Ted Cruz, l’être humain, et au gouverneur Greg Abbott: tout ira bien si vous admettez que vous avez fait une erreur. En fait, il est même nécessaire d’admettre que vous avez fait une erreur quand cette erreur est la mort d’enfants dans votre État. Faire cela est une preuve de courage.”

La tuerie d’Uvalde est l’une des pires tueries aux États-Unis depuis plusieurs années. Le tueur, Salvador Ramos , avait acheté deux fusils et 375 munitions peu après don 18e anniversaire et avait annoncé sur les réseaux sociaux qu’il allait se rendre dans une école avec une arme. Il a été tué par la police.

À voir également aussi sur le Huffpost: Après la tuerie au Texas, Joe Biden partage sa peine et son expérience de père endeuillé

  • Hu chevron_right

    Après la tuerie au Texas, une veillée nocturne remplie de colère et d'émotion

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 08:03 · 6 minutes

Dans une salle publique d'Uvalde (Texas), où des centaines de personnes se sont rassemblées mercredi 25 mai, au lendemain du terrible massacré perpétré dans une école élémentaire de la ville. Dans une salle publique d'Uvalde (Texas), où des centaines de personnes se sont rassemblées mercredi 25 mai, au lendemain du terrible massacré perpétré dans une école élémentaire de la ville.

ÉTATS-UNIS - Accablées de chagrin, des centaines de personnes se sont rassemblées pour pleurer les 19 enfants et les deux enseignantes victimes d’un effroyable massacre dans leur école d’Uvalde , au Texas, commis par un jeune homme de 18 ans à l’aide d’un fusil d’assaut acheté légalement.

La tragédie, qui repose l’éternelle question de la limitation des armes à feu aux États-Unis, a assommé de douleur cette petite ville de 16.000 habitants en majorité hispaniques. Un millier de personnes se sont réunies mercredi 25 mai au soir pour une veillée dans une salle de rodéo d’Uvalde.

“J’ai le cœur brisé”, sanglotte Ryan Ramirez, qui a perdu sa fille Alithia, 10 ans, lors de la tuerie. À ses côtés, son épouse Jessica pleure doucement, leur autre fille dans les bras.

“Je ne serai plus jamais heureux comme avant”

“Elle était une très bonne artiste” et aspirait à la grandeur, raconte Ryan Ramirez en feuilletant un portfolio des peintures colorées d’Alithia et des cartes d’anniversaire qu’elle dessinait pour sa mère. “Ma fille aurait voulu que toutes les personnes touchées soient fortes, qu’elles restent unies. C’est ce que nous essayons de faire”.

Esmeralda Bravo, pour sa part, tient une photo de Nevaeh, sa petite-fille décédée. “Il n’y a pas d’explication”, dit-elle. “C’était une bonne petite fille, très timide et très jolie. (...) Avoir le soutien de la communauté compte beaucoup pour moi, mais je préférerais que ma petite fille soit ici à mes côtés”.

Esmeralda Bravo avec une photo de sa petite-fille Nevaeh, tuée à l'école d'Uvalde le 24 mai 2022. Esmeralda Bravo avec une photo de sa petite-fille Nevaeh, tuée à l'école d'Uvalde le 24 mai 2022.

“Mon petit amour vole maintenant haut dans le ciel avec les anges au dessus”, a écrit sur Facebook Angel Garza, dont la fille Amerie Jo venait juste de fêter son dixième anniversaire. “Je t’aime Amerie Jo”, a-t-il ajouté. “Je ne serai plus jamais heureux ou plus jamais comme avant”.

Angel Garza a également témoigné à la télévision. “J’étais en train d’aider une petite fille couverte de sang des pieds à la tête. Elle était hystérique et me disait qu’il avaient tiré sur sa meilleure amie, qu’il l’avait tuée, qu’elle ne respirait plus”, raconte-t-il des larmes dans la voix. “J’ai demandé le nom et elle a dit ‘Amerie’”, poursuit-il avant se s’effondrer. “Comment pouvez-vous regarder à cette petite fille et lui tirer dessus? Oh mon bébé.”

En hommage, les visages de 17 victimes et leurs noms sont en Une du New York Times ce jeudi 26 mai.

Le tueur a d’abord tiré sur sa grand-mère

Depuis la tuerie, des détails troublants n’ont cessé d’apparaître. Il aurait raconté le tir sur sa grand-mère de 66 ans, chez qui il vivait depuis quelques mois, puis son intention de se rendre dans une école à une jeune fille de 15 ans vivant en Allemagne avec qui il avait commencé à discuter sur Internet le 9 mai, selon CNN .

Avant la tuerie, il l’aurait appelée alors qu’il était dans un magasin pour acheter l’arme du crime, un fusil AR-15, précise le New York Times . Jamais elle n’aurait cru qu’il était sérieux, ajoute-t-elle, culpabilisant de ne pas avoir prévenu les autorités plus tôt.

Le tueur avait également annoncé sur Facebook son intention d’attaquer sa grand-mère laquelle, bien que grièvement blessée, a réussi à alerter la police. Il a ensuite publié un nouveau message pour dire qu’il l’avait fait. Puis, au moins 15 minutes avant le massacre, un troisième pour faire savoir que sa prochaine cible était une école. Il s’y est rendu vêtu d’un gilet pare-balles et d’un AR-15, version civile d’un fusil d’assaut militaire conçu pour faire le plus de victimes possible en un temps record.

Les forces de l’ordre ont tenté de l’empêcher d’entrer dans l’école, mais après un échange de coups de feu, il est parvenu à se barricader dans une salle de classe. Outre les 21 morts, la tragédie a fait 17 blessés.

Le jeune homme n’avait pas d’antécédents judiciaires chez les mineurs ou de problèmes psychologiques connus des services de santé locaux, avait précisé le gouverneur, le qualifiant pourtant de “dément”.

Le fléau des fusillades dans les écoles

Il s’agit d’une des pires tueries de ces dernières années aux États-Unis. Dans le pays, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu’à présent été impuissants à endiguer. Le débat sur la régulation des armes à feu dans le pays tourne pratiquement à vide, étant donné l’absence d’espoir d’une adoption par le Congrès d’une loi nationale ambitieuse sur la question.

“Je suis triste et en colère contre notre gouvernement qui n’en fait pas assez pour limiter l’accès aux armes”, fustige Rosie Buantel, une habitante d’Uvalde, à la sortie de la messe mercredi. “Nous avons vécu cela trop de fois, et rien n’est fait”, assène cette quinquagénaire.

Signe de la tension autour du sujet, la conférence de presse du gouverneur Greg Abbott, un républicain, a été interrompue par son opposant Beto O’Rourke , qui l’a accusé d’avoir sa part de “responsabilité”. “Vous dites que cela n’était pas prévisible, c’était complètement prévisible à partir du moment où vous avez décidé de ne rien faire”, a déclaré cette figure du parti démocrate au Texas.

Le président Joe Biden a annoncé qu’il se rendrait dans cet État avec son épouse “dans les prochains jours”. La veille, il avait livré une allocution émue depuis la Maison Blanche, appelant à “transformer la douleur en action”. “Quand, pour l’amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes?”, avait-il lancé, se disant ”écœuré et fatigué” face à la litanie des fusillades en milieu scolaire.

Un fusil AR-15 acheté pour ses 18 ans

Le puissant lobby pro-armes, la NRA, s’est dédouané mercredi de toute responsabilité, dénonçant “l’acte d’un criminel isolé et dérangé”. “Je considère que cette personne était le mal absolu”, a déclaré pour sa part Greg Abbott, exprimant une position courante chez les républicains américains, à savoir que l’accès illimité aux armes n’est pas en cause dans l’épidémie de violence qui frappe le pays.

Le jeune meurtrier, de nationalité américaine et qui avait abandonné l’école, s’était tout récemment acheté deux fusils d’assaut et 375 cartouches, juste après son 18e anniversaire.

Le fusil AR-15, arme extrêmement létale, est funestement connu pour avoir déjà été utilisé dans d’autres fusillades aux lourds bilans, comme la tuerie en 2018 dans un lycée de Parkland en Floride , qui avait fait 17 morts, dont une majorité d’adolescents.

Un ancien ami du tireur, Santos Valdez, a confié au Washington Post que Salvador Ramos avait été harcelé enfant à cause d’un défaut d’élocution, et qu’il s’était un jour entaillé le visage “juste pour s’amuser”.

À voir également aussi sur le Huffpost: Après la tuerie au Texas, Joe Biden partage sa peine et son expérience de père endeuillé

  • Hu chevron_right

    Cette année encore, j'ai demandé ma mutation pour mieux enseigner. Cette année encore, c'est un refus - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 9 May - 11:15 · 6 minutes

Les dernières années été ont été éprouvantes à bien des égards pour notre profession et nous ne nous sentons ni estimés, ni respectés par notre ministère. Qu’avons-nous bien pu faire pour mériter un tel acharnement? Les dernières années été ont été éprouvantes à bien des égards pour notre profession et nous ne nous sentons ni estimés, ni respectés par notre ministère. Qu’avons-nous bien pu faire pour mériter un tel acharnement?

ENSEIGNEMENT - Monsieur Blanquer, je me permets de vous adresser cette lettre pour vous signaler ma déception et mon incompréhension.

Je fais partie des milliers d’ enseignants qui tentent vainement de muter d’année en année.

Un résultat qui sonne comme un verdict

Tous les ans, nous attendons avec fébrilité le mail qui nous annoncera le compte à rebours pour notre participation aux mutations interdépartementales du premier degré.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés. Pour savoir comment proposer votre témoignage, suivez ce guide !

Les résultats tant attendus apparaissent comme un verdict, verdict qui nous semble de plus en plus acéré, catégorique et qui nous pousse vers la porte de sortie.

Personnellement, je demande simplement à rentrer chez moi auprès de mon conjoint et de ma famille.

Un grand nombre d’entre nous sait qu’à partir du 1er mars de cette année, nous nous retrouverons face au mur.

Néanmoins, nous ne souffrons pas d’une perte de vocation . Nos profils sont divers et variés certains en poste, d’autres non. Certains en situation de handicap, d’autres conjoints de personnes mutées par leur entreprise quand certains souhaitent juste pouvoir choisir leur lieu de vie.

Nous ne pouvons plus justifier de remettre en question nos couples, nous ne pouvons plus justifier de laisser nos parents souffrants seuls, nous ne pouvons plus supporter de sécher nos larmes et celle de nos proches les dimanches quand nous partons.

Autant de profils différents qui sont tous toujours animés par l’envie d’enseigner

De perpétuer ou de retrouver ces moments partagés avec nos élèves. Cette fierté dans le regard de celui qui réussit à déchiffrer ses premiers mots, ses premières phrases.

L’exaltation des élèves après la présentation de la pièce de théâtre devant le public.

La première, mais pas la dernière participation de cette élève en mathématiques . Lui qui était persuadé d’être “mauvais”, c’est d’ailleurs souvent la première chose qui nous aura dite…

Le regard confiant des parents lorsque leurs enfants leur diront pour la première fois à quel point ils adorent l’école. Les larmes parfois quand nous sommes les témoins de bouleversements dans leur vie.

Des instants fugaces qui s’enchaînent inlassablement de jour en jour, de semaine en semaine, deux mois en mois, d’année en année. Tous ces instants qui donnent du sens à notre fonction, qui nous construisent en même tant que nos élèves.

Tous les ans, le doute et l’injustice

Pourtant, tous les ans, le doute nous envahit à l’approche de cette période de mutation. Au fil des ans, nous constatons que le que le nombre de postes proposés chute dramatiquement, tout comme le taux de satisfaction.

En 2021, sur 17.179 participants (5% des professeurs d’école), seulement 3614 mutations ont été accordées, soit un taux de satisfaction de 21,04%. En 2020, ce taux était de 23,31% et en 2019 de 23,47%. Ce taux de satisfaction n’a plus dépassé les 30% depuis 2010.

En 2010, le taux de satisfaction pour les personnes handicapées bénéficiant des 800 points était de 96,22%, celui des agents séparés de leur conjoint atteignait 65,9 %.

Aujourd’hui les barèmes d’entrée dans une grande partie des départements sont tellement hauts que 800 points peuvent être considérés comme un “petit” score. Ces barres d’entrées sont élevées car le nombre d’entrées et de sorties est de plus en plus limité. On enregistre pourtant un nombre de participants sensiblement similaire chaque année (entre 16.000 et 17.000 depuis 2010).

Personnellement, je demande simplement à rentrer chez moi auprès de mon conjoint et de ma famille.

Le département de la Creuse est pourtant favorable à ma demande de retour face au cruel manque d’enseignants dans ses écoles. Cependant, le département de l’Essonne dans lequel j’exerce est également déficitaire il devient rare d’avoir l’accord d’une mutation. Ayant “seulement” 300 points, je sais d’avance que je vais devoir continuer à vivre à plus de 300 kilomètres de ma famille et j’ai bien peur de ne pas en être capable moralement, physiquement et financièrement.

Démissions, absence de remplaçants, classes vides...

Le Ministère est le seul à décider du nombre de postes ouverts au mouvement dans les départements. Autour de nous, nous observons des classes sans enseignants, des demandes par petites annonces de personnes non formées. Et ce, bien avant la crise du Covid.

Depuis quelques semaines, nous recevons dans nos boîtes mail académiques les circulaires pour les démissions, les ruptures conventionnelles, les mises à disposition, des congés parentaux… Des classes donc partiellement vides à la rentrée de septembre.

Nous savons pertinemment que les départements sont en flux tendu, qu’il manque des remplaçants partout et qu’à la semaine de la rentrée, nous verrons sur Pôle emploi ou Le bon coin pulluler des annonces pour recruter des remplaçants et nous… Rien.

Néanmoins vous annoncez le recrutement tous les ans de nouveaux enseignants alors que le dédoublement des classes de grande session/CP/CE1 n’est pas achevé. Nous retrouvons tous dans notre entourage un collègue qui a abandonné, qui est parti. Le nombre de démissions dans l’Éducation nationale a triplé en quelques années et comprenez bien que nous ne démissionnons qu’en dernier recours. En 2016, 3,18% de démissions sur l’ensemble de la profession.

Épuisement et incompréhension

Pour rappel, les professeurs des écoles correspondent à la moitié des effectifs de l’enseignement public et nous sommes 5% vouloir muter tous les ans. Il n’est pas difficile de faire le lien entre le manque de mobilité et l’augmentation des démissions.

Le ton de cette lettre semble certes accusateur mais entendez bien nous sommes juste épuisés et nous ne comprenons pas le choix qui est fait de bloquer la mobilité des personnels.

Les dernières années été ont été éprouvantes à bien des égards pour notre profession et nous ne nous sentons ni estimés, ni respectés par notre ministère. Qu’avons-nous bien pu faire pour mériter un tel acharnement?

Nous avons répondu présents pour assurer nos élèves le moins de rupture dans leur scolarité, pour limiter les effets délétères de la situation sanitaire sur la santé psychique, pour assurer le respect des valeurs de la République et former nos futurs concitoyens.

Est-ce trop de demander un geste en notre faveur? Ne suffirait-il pas pourtant d’augmenter la dotation de postes au mouvement interdépartemental pour régler bon nombre de problèmes? Pourquoi pas nous? Nous sommes titulaires, présents, volontaires, formés…

____________

Ce témoignage, initialement publié sur le compte Instagram de Maîtresse Agate , a été republié sur Le HuffPost avec l’accord de son autrice.
____________

À voir également sur Le HuffPost: Ces profs en colère ont manifesté pour la première fois

  • Hu chevron_right

    En Isère, dans la grotte des Cuves de Sassenage, une spéléogue meurt après une montée des eaux

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 6 May - 07:08 · 1 minute

Une classe de collège surprise par la montée des eaux dans une grotte, leur guide décède (Photo d'illustration: des personnes visitant les Cuves de Sassenage. Par Andia/Universal Images Group via Getty Images) Une classe de collège surprise par la montée des eaux dans une grotte, leur guide décède (Photo d'illustration: des personnes visitant les Cuves de Sassenage. Par Andia/Universal Images Group via Getty Images)

ACCIDENT - Une spéléologue professionnelle qui encadrait une sortie de collégiens, jeudi 5 mai dans une grotte de l’Isère , a été retrouvée morte par les secours après une montée des eaux, les autres participants étant sains et saufs, a annoncé la préfecture.

Trois adultes étaient restés bloqués sous terre. Les deux autres, un second spéléologue professionnel et une enseignante, ont été secourus. Les élèves qui participaient à la visite, scolarisés en cinquième dans un collège de Saint-Ismier (Isère), avaient pu sortir à temps auparavant.

En fin de matinée, lors de sa remontée vers la surface, le groupe a été surpris par la montée des eaux dans les Cuves de Sassenage, grotte proche de Grenoble. Les adultes ont fait sortir tous les enfants mais sont restés bloqués sous terre.

L’enseignante et le deuxième guide ramenés à la surface

Une opération d’évacuation a été lancée “dès qu’une fenêtre météo favorable s’est présentée”, après 19H30, indique la préfecture dans un communiqué.

“Lors de leur progression, les secours ont découvert un corps identifié comme celui d’un des deux guides”, ajoute-t-elle. L’enseignante et le second guide, réfugiés dans une cavité souterraine, ont été retrouvés sains et saufs, et ramenés à la surface.

Le parquet de Grenoble a ouvert une enquête sur les circonstances de l’accident.

L’intervention a mobilisé le Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux (Grimp), les pompiers et le secours spéléo de l’Isère, la CRS Alpes, le SAMU, le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) ainsi que le groupement de gendarmerie de l’Isère.

À voir également sur Le HuffPost: Le nuage de sable du Sahara est-il dangereux pour la santé?