close
  • Hu chevron_right

    Nouveau gouvernement: Le pouvoir d'achat comme priorité

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 13:59 · 3 minutes

Le pouvoir d'achat, priorité affichée du nouveau gouvernement à peine nommé Le pouvoir d'achat, priorité affichée du nouveau gouvernement à peine nommé

POLITIQUE - Les réformes impopulaires, ce n’est pas pour tout de suite. La “priorité” du nouveau gouvernement sera la “protection des Français contre l’inflation”, proche de 5% sur un an en avril, a assuré ce samedi 21 mai le numéro 2 de l’exécutif Bruno Le Maire, dans la lignée des déclarations de la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne.

La veille, celle qui occupe désormais l’hôtel de Matignon a également fait du porte-monnaie des Français son premier dossier. “Je suis bien consciente qu’il y a beaucoup d’inquiétudes”, a-t-elle expliqué sur le plateau de TF1 , vendredi soir, à l’heure où Emmanuel Macron est déjà attaqué sur les atermoiements de son début de mandat.

“Tout au long de ces derniers mois, nous avons pris des mesures fortes pour protéger le pouvoir d’achat des Français (...). Je peux vous assurer qu’on a bien entendu le message, le premier projet de loi qui sera examiné par la nouvelle Assemblée portera sur ces sujets.” Cette promesse pourrait donc se concrétiser rapidement, après les élections législatives du mois de juin.

Le projet de loi ‘pouvoir d’achat’ à l’étude

Le travail, quant à lui, commence dès maintenant. C’est en tout cas le message que Bruno Le Maire a voulu faire passer dès la passation de pouvoir à Bercy ce samedi matin. “Dès demain (dimanche) nous allons donc nous atteler (...) à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat”, a affirmé le ministre de l’Economie et des Finances, reconduit dans ses fonctions avec un portefeuille élargi .

“Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étudier avec eux comment ils peuvent aussi participer à la protection des Français contre la hausse des prix”, a-t-il ajouté en accueillant Gabriel Attal, désormais ministre des Comptes publics et en remerciant Olivier Dussopt, en partance pour le ministère du Travail.

Comme Elisabeth Borne, Bruno Le Maire a cité plusieurs leviers pour améliorer le pouvoir d’achat des Français: prime “Macron”, hausses de salaires, chèque carburant ou chèque alimentation.

“Nous travaillons sur le chèque alimentation, il fera partie de ce projet de loi. Il y a les mesures pour le bouclier tarifaire mis en place sur l’énergie pour stabiliser prix du gaz et de l’électricité. Il y a la réduction sur les carburants qui sera prolongée”, a ainsi engrené la Première ministre sur TF1, samedi, comme vous pouvez le voir ci-dessous, avant d’évoquer des mesures “très attendues” comme “la revalorisation des retraites ou des minimas sociaux.”

Malgré les nouvelles dépenses qui s’annoncent pour atténuer les effets de l’inflation, “premier défi politique et économique”, selon les mots de Bruno Le Maire, “la maîtrise des comptes publics” reste dans “l’ADN” de la majorité, a-t-il affirmé. Le fameux “en même temps”.

“Les dépenses que nous engageons” pour le pouvoir d’achat “ne nous empêcheront pas de respecter les engagements du président de la République sur la baisse de la dette publique et la réduction des déficits”, a ainsi promis le ministre. Un défi de taille puisque le déficit était encore de 6,5% du PIB fin 2021 et la dette publique de 112,9%, du fait de la crise sanitaire liée au Covid-19 .

À voir également sur Le HuffPost: Mélenchon fustige le nouveau gouvernement mais épargne Ndiaye

  • chevron_right

    Bruno Le Maire devient le ministre de la souveraineté numérique

    news.movim.eu / Numerama · 5 days ago - 16:38

Le poste de Cédric O disparait. La compétence du numérique revient à Bruno Le Maire. Il n'est désormais plus question de transition, mais de souveraineté numérique. [Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

  • Hu chevron_right

    Législatives: Bruno Le Maire ne se représentera pas

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 5 May - 08:38

Le ministre de l'Economie a été élu dans l'Eure pour la première fois en 2007. Le ministre de l'Economie a été élu dans l'Eure pour la première fois en 2007.

ÉLECTIONS - “Je ne solliciterai pas de nouveau un mandat de député de l’Eure.” Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a annoncé ce jeudi 5 mai à Evreux qu’il ne se représenterait pas aux élections législatives de juin .

“J’ai toujours dit que je ne ferai pas plus de trois mandats. Je respecte mes promesses”, a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

Cette annonce intervient alors qu’une première salve d’investiture de la majorité est attendue ce jeudi. Prenant les devants également, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a pour sa part annoncé qu’il serait candidat , contrairement aux législatives de 2017.

Plus d’informations à venir...

  • Hu chevron_right

    La réforme des retraites, première polémique après la victoire de Macron

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 25 April - 09:49 · 4 minutes

Quelques heures après la réélection d Quelques heures après la réélection d'Emmanuel Macron, son ministre Bruno Le Maire évoque le 49/3 comme possibilité pour faire passer la réforme des retraites.

POLITIQUE - Le ministre de l’Économie signe la première polémique post-élection présidentielle. Invité de franceinfo après la réélection d’Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, Bruno Le Maire n’a pas fermé la porte à un recours au fameux “49-3” pour faire passer la réforme des retraites souhaitée par le président ce lundi 25 avril.

“Je ne peux pas donner cette garantie, mais je ne le souhaite pas”, a réagi Bruno Le Maire au lendemain de l’élection, répondant à une question sur un possible recours à cet article de la Constitution qui permet le passage en force de cette réforme sur l’allongement de l’ âge de départ à la retraite ,  l’un des chantiers du nouveau quinquennat.

“J’ai toujours dit que cette réforme devait faire l’objet -le plus possible- de discussions et de dialogue avec l’espoir de parvenir à un compromis”, a ensuite nuancé l’actuel ministre de l’Économie. Pas suffisant, au lendemain d’une élection présidentielle marquée par la défiance envers le président fraîchement réélu, qui indiquait d’ailleurs vouloir gouverner “autrement” lors de son discours de victoire sur le Champ de Mars ce dimanche.

Pour rappel, l’article 49 alinéa 3 de la Constitution peut permettre l’adoption sans vote d’une loi. Cette procédure donne ainsi la possibilité au Premier ministre (après délibération du Conseil des ministres) d’engager la responsabilité du gouvernement sur le vote d’un projet de loi de finances ou de financement de la sécurité sociale, ou d’un autre projet ou une proposition de loi en débat à l’Assemblée nationale.

Mélenchon y voit une raison de plus de voter pour lui

Le timing de la déclaration de Bruno Le Maire n’a pas manqué de faire réagir dans l’opposition. Du côté de la France Insoumise, cette petite phrase a fait mouche, remobilisant les forces de Jean-Luc Mélenchon pour son projet de “Premier ministre aux élections législatives” pour faire barrage à cette réforme à laquelle LFI est farouchement opposée.

Le candidat arrivé troisième au premier tour de la présidentielle a exprimé sa colère sur Twitter après la sortie de Bruno Le Maire. “Macron à peine réélu, il veut déjà passer par 49-3 la retraite à 65 ans”. Il souligne d’ailleurs, dans son désir d’occuper le poste de Matignon, que “seul le Premier ministre déclenche les 49-3, pour l’empêcher donc, une solution: l’Union Populaire à Matignon”.

L’idée du 49-3 suscite également la colère de ses soutiens comme le député LFI Eric Coquerel ou l’eurodéputé Manuel Bompard, tous deux utilisant l’idée d’une cohabitation à l’Assemblée nationale après les élections législatives pour “empêcher” qu’Emmanuel Macron n’impose la retraite à 65 ou 64 ans.

“Imposons-lui un 49-3 populaire: donnons une majorité à la nouvelle union populaire, élisons Mélenchon à Matignon pour la retraite à 60 ans!”, lance Eric Coquerel sur Twitter. “Dès le lendemain du second tour, le naturel revient au galop” pour l’eurodéputée insoumise Manon Aubry sur Twitter.

L’idée d’un “49-3 populaire” pour s’opposer à la réforme des retraites est également partagée par le Collectif Nos retraites sur Twitter. “Les citoyens.ne.s ‘peuvent donner la garantie’ à Bruno Le Maire d’une mobilisation massive en préparation”.

Même Nadine Morano , eurodéputée Les Républicains, s’est levée contre cette déclaration, moins de 24 heures après la réélection d’Emmanuel Macron: “Ce qu’à refuser de faire Nicolas Sarkozy! Nous avons mené le débat parlementaire avec courage et concertation”, écrit-elle sur Twitter. C’est tout de même, à ce stade, le souhait principal de Bruno Le Maire et de la Macronie.

À voir également sur Le HuffPost: À peine les résultats révélés, les élections législatives sont sur toutes les lèvres

  • Hu chevron_right

    Le cabinet McKinsey "paiera ce qu'il doit à l'État français", assure Bruno Le Maire

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 20 March - 21:32 · 2 minutes

Bruno Le Maire, ici lors d

MCKINSEY - Le cabinet McKinsey, accusé d’optimisation fiscale par une commission d’enquête du Sénat, “paiera ce qu’il doit aux contribuables et à l’État français”, a affirmé ce dimanche 20 mars le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire .

“Nous allons nous assurer que McKinsey paie les impôts qu’il doit à la France, comme toutes les entreprises”, a-t-il déclaré au “Grand Jury” RTL/Le Figaro/LCI.

“Toutes les procédures sont déjà engagées par la direction générale des Finances publiques, McKinsey paiera”, a ajouté le ministre.

Dans un document diffusé jeudi, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil sur les politiques publiques a accusé les entités françaises du cabinet McKinsey de n’avoir versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020.

Réagissant à ces accusations, McKinsey a assuré respecter “l’ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables” et dit avoir payé l’impôt sur les sociétés “les années où le cabinet a réalisé des bénéfices en France”.

Macron avait jugé “légitime” le recours aux cabinets privés

Trois jours après la publication du rapport final de la commission d’enquête du Sénat, qui qualifiait le recours aux cabinets de conseil de “phénomène tentaculaire” au sein de l’État, Bruno Le Maire a jugé “légitime” de faire appel à ces derniers pour des “missions ponctuelles”.

“Pour certaines prestations, par exemple de l’aide informatique, il est plus judicieux de faire appel à un prestataire extérieur plutôt que d’avoir des fonctionnaires qui s’occupent pendant des années de la mise à jour de telle ou telle procédure informatique”, a estimé le ministre.

“Un État qui fonctionne bien, c’est un État recentré sur ses missions essentielles. Qu’on fasse appel à des spécialistes sur certains sujets, ça me paraît aussi un principe de bonne gestion”, a-t-il poursuivi.

Mais “s’il y a des dérives, qu’on estime que ces prestations vont trop loin, que le recours aux cabinets de conseil est excessif, nous recentrerons ces activités”, a concédé Bruno Le Maire.

Jeudi, le président Emmanuel Macron avait déjà jugé “légitime” le recours aux cabinets privés, tout en insistant sur le contrôle et sur la transparence des appels d’offre.

Selon le rapport du Sénat, les dépenses de conseil des ministères ont bondi de 379,1 millions d’euros en 2018 à 893,9 millions d’euros en 2021.

À voir également sur Le HuffPost : Comment la Macronie veut montrer que le programme de Macron n’est pas que de droite

  • Hu chevron_right

    Guerre en Ukraine: plus de 10 millions de déplacés, la Turquie pense un accord "proche"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 20 March - 15:10 · 9 minutes

À la gare de Lviv, dimanche 20 mars 2022, une mère prend dans ses bras son fils qui a fui la ville assiégée de Marioupol.

GUERRE EN UKRAINE - Au 25e jour de l’invasion russe en Ukraine , la situation humanitaire est “catastrophique” ce dimanche 20 mars et empire dans de grandes villes ukrainiennes, toujours sous le feu des frappes de la Russie. Selon un dernier décompte de l’ONU, 10 millions de personnes, soit plus d’un quart de la population en Ukraine, ont désormais fui leurs foyers, tandis que la Turquie assure que la Russie et l’Ukraine sont “proches d’un accord”.

Retrouvez ci-dessous les dernières évolutions sur le terrain de la guerre en Ukraine au 25e jour des combats:

Évolution sur le terrain

  • Une école d’art servant de refuge bombardée, des civils sous les décombres selon les autorités

L’armée russe a bombardé une école d’art servant de refuge à plusieurs centaines de personnes à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, ont accusé dimanche les autorités locales, ajoutant que des civils étaient coincés sous les décombres.

“Hier (samedi), les occupants russes ont largué des bombes sur l’école d’art G12 située sur la rive gauche de Marioupol, où 400 habitants de Marioupol -des femmes, des enfants et des personnes âgées- s’étaient réfugiés”, a déclaré la municipalité de cette cité portuaire assiégée par les forces de Moscou.

“Nous savons que le bâtiment a été détruit et que des gens pacifiques sont toujours sous les décombres. Le bilan concernant le nombre de victimes est en train d’être clarifié”, a-t-elle ajouté dans un communiqué publié sur Telegram. Ces déclarations ne pouvaient pas être vérifiées de manière indépendante dans l’immédiat.

  • Pénuries multiples à Marioupol

À Marioupol, ville et port stratégique dans le sud-est de l’Ukraine - bombardée depuis plusieurs semaines et souffrant d’une pénurie d’eau, de gaz et d’électricité - des familles ont raconté les cadavres gisant plusieurs jours dans les rues, la faim, la soif et le froid mordant des nuits passées dans des caves avec des températures inférieures à zéro degré.

Un groupe de 19 enfants, pour la plupart orphelins, y sont “en grand danger”, bloqués dans un sanatorium, leurs tuteurs n’ayant pu les récupérer en raison des combats, ont affirmé samedi leurs proches et des témoins à l’AFP.

Marioupol: première analyse satellite des dégâts

Infliger “une chose pareille à une ville paisible (...), c’est un acte de terreur dont on se souviendra même au siècle prochain”, s’est indigné dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelenski, dans un discours. Le siège de Marioupol “entrera dans l’histoire pour répondre de crimes de guerre”, a-t-il déclaré.

  • Utilisation de missiles hypersoniques russes

Pour la première fois dans ce conflit, la Russie a déclaré samedi avoir utilisé en Ukraine un missile hypersonique , un type d’arme défiant tous les systèmes de défense anti-aérienne, selon Moscou. Dans l’ouest du pays, le ministère russe de la Défense a affirmé samedi avoir utilisé la veille des nouveaux missiles hypersoniques “Kinjal” pour détruire un entrepôt souterrain d’armements.

“L’Ukraine est malheureusement devenue un terrain d’essai pour tout l’arsenal russe de missiles”, a déclaré au site Ukraïnska Pravda le porte-parole des forces aériennes ukrainiennes, Iouri Ignat.

Ce dimanche, la Russie a annoncé avoir à nouveau utilisé ce type de missile, cette fois pour détruire une réserve de carburant de l’armée ukrainienne dans le sud du pays. “Une importante réserve de carburant a été détruite par des missiles de croisière ‘Kalibr’ tirés depuis la mer Caspienne, ainsi que par des missiles balistiques hypersoniques tirés par le système aéronautique ‘Kinjal’ depuis l’espace aérien de la Crimée”, a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué, sans préciser la date de cette frappe.

  • Une des plus grandes usines sidérurgiques d’Europe endommagée à Marioupol

L’usine sidérurgique et métallurgique Azovstal de Marioupol, une des plus grandes d’Europe, a été fortement endommagée par des bombardements, ont affirmé dimanche des responsables ukrainiens.

“Une des plus grandes usines métallurgiques d’Europe est détruite. Les pertes économiques pour l’Ukraine sont immenses”, a affirmé la députée Lesia Vasylenko, qui a publié sur son compte Twitter une vidéo montrant d’épaisses colonnes de fumée s’élevant d’un complexe industriel. Un autre député, Serhiy Taruta, a écrit sur sa page Facebook que les forces russes, qui assiègent Marioupol, “ont pratiquement détruit l’usine”.

Le directeur général d’Azovstal, Enver Tskitishvili, a indiqué dans un message vidéo publié sur Telegram que son entreprise avait pris des mesures de précaution dans l’usine dès le début de l’invasion russe le 24 février, pour prévenir tout dommage à l’environnement.

“Les batteries de fours à coke ne représentent plus de danger pour la vie des habitants. Nous avons également arrêté correctement les hauts fourneaux”, a-t-il assuré. “Nous retournerons dans la ville, reconstruirons et ressusciterons l’entreprise”, a-t-il promis, sans préciser l’étendue des dégâts.

L’usine Azovstal de Marioupol appartient au groupe Metinvest, contrôlé par l’homme le plus riche d’Ukraine, Rinat Akhmetov.

  • La progression russe sur le terrain plus difficile que prévu

Pour le ministère britannique de la Défense, la Russie “n’a pas réussi à prendre le contrôle de l’espace aérien et s’appuie largement sur des armes à distance lancées depuis la sécurité relative de l’espace aérien russe pour frapper des cibles en Ukraine”, a-t-il analysé dans un communiqué.

Selon le ministère ukrainien de la Défense, les troupes russes, dont la progression sur le terrain a été beaucoup plus difficile que prévu face à la résistance acharnée des Ukrainiens, ont effectué 291 frappes de missiles et 1403 raids aériens depuis le début de l’invasion le 24 février.

Diplomaties et sanctions

  • La Turquie assure que la Russie et l’Ukraine sont “proches d’un accord”

La Turquie a assuré dimanche que la Russie et l’Ukraine avaient fait des progrès dans leurs négociations pour mettre un terme à l’invasion russe et étaient proches d’un accord. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s’est rendu cette semaine en Russie et en Ukraine.

La Turquie, membre de l’Otan, multiplie les efforts de médiation entre Moscou et Kiev et a refusé de s’aligner sur les sanctions occidentales visant la Russie. a Turquie s’est dite prête à accueillir une rencontre entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président russe Vladimir Poutine.

  • Près de 850 millions d’avoirs russes immobilisés en France

La France a immobilisé près de 850 millions d’euros d’avoirs d’oligarques russes -yachts, appartements, comptes bancaires- sur son territoire, a affirmé ce dimanche le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.

  • La Chine exhortée à prendre position

Face à la poursuite des bombardements meurtriers et à des négociations qui s’éternisent - le quatrième round entre Kiev et Moscou s’est ouvert lundi - la présidence ukrainienne a exhorté Pékin à prendre position.

La Chine, allié stratégique de Moscou et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, figue parmi les grands absents, avec l’Inde, du concert de condamnations et de sanctions qui s’est abattu sur la Russie.

“La Chine peut être un élément important du système de sécurité mondial si elle prend la bonne décision de soutenir la coalition des pays civilisés et de condamner la barbarie russe”, a tweeté Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de M. Zelensky et un des participants aux négociations avec la Russie.

Le président américain Joe Biden s’était entretenu vendredi avec son homologue chinois Xi Jinping, pour lui exposer “les conséquences si la Chine fournissait un soutien matériel à la Russie”, selon la Maison blanche. Mais Xi Jinping a maintenu l’ambiguïté, se bornant à souligner que les conflits militaires n’étaient “dans l’intérêt de personne”, selon la télévision chinoise.

Le bilan humain

  • Plus de 10 millions de déplacés

Dix millions de personnes, soit plus d’un quart de la population en Ukraine, ont désormais fui leurs foyers -“soit déplacées à l’intérieur du pays, soit réfugiées à l’étranger” en raison de la guerre “dévastatrice” menée par la Russie, a déclaré, ce dimanche, le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés Filippo Grandi.

L’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a indiqué ce dimanche que plus de 3,3 millions d’Ukrainiens ont quitté le pays depuis le début de l’invasion russe et que 60.352 autres ont pris la route de l’exode.

Environ 90% des personnes qui ont fui sont des femmes et des enfants. Les hommes âgés de 18 à 60 ans peuvent être appelés sous les drapeaux et ne peuvent pas partir.

  • Les couloirs humanitaires toujours instables

Olena Zelenska, la femme du président ukrainien, a appelé le Conseil œcuménique des Églises, une organisation représentant 580 millions de chrétiens à travers le monde, à contribuer à organiser de “véritables couloirs humanitaires”.

Les couloirs d

“Mais les occupants continuent de bloquer l’aide humanitaire, tout particulièrement autour des zones sensibles. C’est une tactique très connue. (...) C’est un crime de guerre”, a lancé samedi Volodymyr Zelensky.

Selon les autorités ukrainiennes, 6623 personnes ont été évacuées par les couloirs humanitaires samedi, dont 4128 fuyant Marioupol et 1820 fuyant Kiev. Depuis le 24 février, plus de 3,2 millions d’Ukrainiens ont pris les routes de l’exil, dont près des deux tiers vers la Pologne, parfois seulement une étape avant de continuer leur exode.

L’Unicef, l’agence des Nations unies pour l’enfance, a déclaré de son côté que plus de 1,5 million d’enfants faisaient partie de ceux qui ont fui à l’étranger, et a prévenu que les risques de traite et d’exploitation des êtres humains auxquels ils sont confrontés étaient “réels et croissants”.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies a également indiqué qu’à la date de mercredi, 162.000 ressortissants de pays tiers avaient fui l’Ukraine vers les États voisins.

À voir également sur Le HuffPost : En Ukraine, un hommage aux “109 enfants morts” depuis le début de la guerre

  • Hu chevron_right

    Le Smic augmentera de 25 euros cet été, annonce Bruno Le Maire

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 18 March - 07:00 · 1 minute

Bruno Le Maire, ici en février 2022, a annoncé une hausse du Smic de 25 euros nets le 17 février 2022.

SMIC - Face à l’inflation galopante, le salaire minimum va augmenter, a annoncé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire jeudi 17 mars sur le plateau de TF1 . “il va être revalorisé, sans doute avant l’été, pour un montant de 25 euros nets”, a-t-il précisé.

Cette hausse s’ajoute à celle du début d’année , automatique. En janvier, le Smic avait en effet été augmenté de 0,9%, passant à 1.603,12 euros brut pour 35 heures hebdomadaires. À l’été, le nouveau montant s’élèvera donc à environ 1630 euros brut.

Cela s’inscrit dans la continuité de la note de l’Insee publiée mercredi, dans laquelle l’organisme anticipait une hausse du Smic de 2%, soit 35 euros brut, au vu de l’inflation qui avait atteint 3,6% en février et qui pourrait même s’élever 4,5% fin mars à cause du conflit en Ukraine.

Ce n’est cependant pas un coup de pouce accordé par le gouvernement, comme les mesures prises en faveur des ménages et des entreprises face à l’augmentation du prix des énergies, puisque le Smic augmente systématiquement dès que l’inflation dépasse 2% par rapport à la dernière revalorisation. C’est déjà ce qu’il s’est passé en octobre dernier.

Le jour même de l’annonce de Bruno Le Maire, à moins d’ un mois de la présidentielle , des milliers de manifestants ont battu le pavé pour justement réclamer une revalorisation des salaires un contexte marqué par la guerre en Ukraine.

À voir également sur Le HuffPost: EDF nationalisée? Bruno Le Maire n’écarte “aucune option”

  • Co chevron_right

    Le bilan de Emmanuel Macron vu par un entrepreneur

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Thursday, 3 March - 04:15 · 10 minutes

Mon parcours professionnel m’a enseigné à ne me fier qu’au concret. En effet, j’ai créé et développé une PMI durant 40 ans et j’ai pu constater le fossé existant entre les paroles et les actes de nos différents gouvernants.

Il y a une trentaine d’années, j’ai été sollicité pour témoigner de mon expérience de créateur d’entreprise sur France bleu Belfort.

À la question en forme de conclusion du journaliste : « Si vous aviez un conseil à donner à un jeune qui veut se lancer, quel serait-il ? » ma réponse a été spontanée, je leur ai dit de ne surtout pas croire sur parole nos gouvernants ni leur administration !

C’est actuellement toujours le cas, entre ce que nous affirment nos hommes politiques en campagne et ce que l’ administration est censée reproduire, il y a un grand fossé.

La révolution de Macron

Dans son livre de campagne , il avait promis une Révolution, et nous n’avons eu droit qu’à une toute petite évolution.

En 2014 j’ai rencontré Macron alors conseiller de Hollande lors d’une réunion organisée par le mouvement ETHIC auquel j’ai adhéré. Nous étions une centaine de chefs d’entreprise très impressionnés par le personnage qui n’était déjà plus trop en odeur de sainteté auprès du président Hollande.

Il nous a alors confirmé son opposition aux 35 heures et aux contraintes inutiles ainsi que son attachement à la libéralisation de l’économie qui nous permettraient enfin d’être compétitifs, un discours que tout chef d’entreprise à envie d’entendre.

Le 10 juin 2014 il quitte le cabinet de François Hollande, confirme à Sophie de Menthon qu’il est prêt à rejoindre la famille des créateurs d’entreprise. Dans Le Point du 20 août 2014 il affirme au journaliste Étienne Gernelle qu’ il n’était de toute évidence pas son état d’esprit de devenir ministre , il a exprimé ce qu’il pensait en tant qu’observateur.

À peine une semaine plus tard, le 26 août, imposé par le Premier ministre Manuel Valls, il est nommé ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. C’est alors que son discours change complètement sur le sujet des 35 heures qui ne deviennent pas si mal que ça et ses convictions pour une économie libérale sont oubliées voire même critiquées.

C’est à partir de ce moment que mon opinion sur le personnage a été faite : incapable d’assumer et de mettre en application ses convictions, à moins qu’il nous ait menti lors de notre première rencontre.

Son bilan soutenu par la macronie est surestimé et je vais me faire le plus objectif possible pour l’analyser en le regroupant par degré de pertinence.

Quelques réformes certes mais limitées

Impôt sur la fortune

Il s’agit d’une demi réforme puisqu’il l’a transformé en impôt sur la fortune immobilière .

Flat tax sur les revenus du capital

Il a enfin mis un arrêt à la folie taxatrice de Hollande à laquelle il a participé puisqu’il était son conseiller économique. Le taux unique de 30 % est une avancée indéniable, mais bien au-dessus du taux moyen pratiqué en Europe.

Prime de licenciement

C’est une bonne décision de limiter le niveau des primes de licenciement qui restent néanmoins au bon vouloir des juges.

Le diable se trouve souvent dans les détails et le fait de donner une limite haute fait que celle-ci devient trop souvent la règle avec pour conséquence malheureuse l’augmentation du coût moyen d’un licenciement en France.

Suppression de la taxe d’habitation

On peut se réjouir de la suppression d’une taxe dans un maquis de quelques 483 taxes, impôts, contributions et cotisation .

Malheureusement, sa suppression s’accompagne d’une augmentation de la taxe foncière actuelle et à venir. Le seul indice à retenir c’est le niveau des prélèvements obligatoires qui reste, avec 44,5 % du PIB en 2020 un des plus élevés au monde.

Baisse du chômage en trompe-l’œil

Le taux passe à 7,4 % de chômeurs, au plus bas depuis 2008 (7,2 %). Ce sera sans doute le thème de campagne du putatif candidat Macron, mis en avant actuellement par le ministre de l’Économie.

Ce chiffre ne peut être satisfaisant alors que le taux de chômage se situe en dessous de 5 % pour les pays dits performants.

Mais ce taux est tout d’abord la suite logique d’un « quoiqu’il en coûte » extravagant qui a permis aux entreprises de booster temporairement leurs marges et donc leur capacité à embaucher, les deux tiers des 700 000 emplois créés le sont avec des intérimaires… Attention au retour à la normale.

Ne sont pas comptabilisés comme chômeurs les personnes en formation : de 517 000 en 2019 à 984 000 en 2020 (étude de la Dares) soit 467 000 de plus dont beaucoup ne retrouveront pas un emploi.

Il y a eu une forte augmentation des créations de micro-entreprises en 2021 : 641 543 selon l’Insee, dont d’après le même organisme la moitié auront disparu au bout de 5 ans.

N’oublions pas que nous sommes en période électorale, attendons fin 2022 pour connaître la véritable situation !

Des engagements non tenus

Maîtriser le déficit en dessous de 3 %

Cet engagement a été pris lors de sa campagne de 2017 avec un objectif de 1,8 % en fin de mandat. En 2021 nous sommes à 7 %. Le covid n’explique pas tout.

Baisse de la dépense publique

Macron s’était engagé à une baisse de la dépense publique de 3 points de PIB pour son quinquennat, soit une baisse de 60 milliards d’euros . Elle aura finalement augmenté de 190 milliards de 2017 à 2021.

La Cour des comptes vient d’émettre une alerte sur les comptes publics.

Réforme des retraites

La réforme phare du gouvernement a fait pschitt . Aucune réforme ni structurelle ni conjoncturelle, c’est donc un zéro pointé.

Gouvernement limité à 15 ministres et une réduction massive des effectifs des cabinets

Le 26 juillet 2020 le gouvernement Castex comptait 42 membres, soit l’effectif le plus important depuis le gouvernement Juppé en 1995.

Si l’effectif des cabinets a bien diminué en début de mandat, celui de Castex (571 au 18 août 2021) est devenu le plus cher de la Vème République .

Ces informations sont reprises de l’interview d’Emmanuel Macron « Mon projet économique » au journal Les Échos du 23 février 2017.

Ses contradictions

L’énergie nucléaire

C’est uniquement pour mettre Nicolas Hulot à son tableau de chasse qu’Emmanuel Macron a validé la fermeture de 14 centrales nucléaires d’ici 2035, avec effet immédiat pour Fessenheim.

Aujourd’hui il veut lancer 14 EPR dont 6 rapidement pour 2035 et augmenter la durée de vie de ceux censés être démantelés.

Son revirement est une bonne chose, mais que de temps perdu et de milliards gaspillés.

Baisse du nombre de fonctionnaires

Macron candidat proposait une réduction bien timide du nombre de fonctionnaire, à hauteur de 120 000 postes… L’ effectif de la fonction publique est passée de 5,53 millions en 2017 à une prévision de 5,7 millions en 2022, soit une augmentation de 170 000.

Start Up nation

Ce devait être le renouveau de la France. À ce jour le pays compte 26 licornes , c’est-à-dire des nouvelles entreprises valorisées à plus de un milliard. Mais alors que la désindustrialisation de la France est devenue le problème économique numéro un, seule EXOTEC contribue à la réindustrialisation avec la fabrication de robots d’entrepôts.

Fibre écologique pas très claire

Selon certains experts, la maîtrise du réchauffement climatique nécessite de taxer tout ce qui émet du CO2 afin d’en réduire drastiquement les émissions. L’énergie fossile serait donc la première victime et pour cela Macron a fait une première expérience qui a entraîné la révolte des Gilets jaunes . Il a donc vite fait marche arrière. Il devrait donc être satisfait de l’augmentation du prix du carburant basée sur celui du baril. Pourtant non : d’un côté il veut réduire la consommation et d’un autre il envoie des chèques carburant aux Français.

Ses erreurs

Le dossier Alstom

Après avoir poussé à la vente la filière énergie d’ Alstom à General Electric en 2014 , Emmanuel Macron ministre de l’Économie, l’a bradé, pensant ainsi échapper à la forte amende pour corruption réclamée par les États-Unis.

General Electric n’a pas respecté son engagement de solder cette amende ni son engagement sur la création de 1000 emplois à Belfort.

Aujourd’hui Macron Président est fier d’annoncer le rachat de cette filière à GE … Cherchez l’erreur !

En même temps

En même temps de gauche et de droite. Il condamne ce pognon de dingue et il explose les déficits. Il veut donner du pouvoir d’achat aux Français et annonce que la transition écologique va coûter très cher et transfère le remboursement de nos dettes sur la génération suivante qui devra rembourser nos dettes. Il souhaite maîtriser l’immigration et maintient un environnement favorable à ce phénomène. Il soutient les policiers et les traite de racistes. Il dénonce l’excès d’administration et il embauche de nouveaux fonctionnaires. Il s’entoure d’une équipe pléthorique de hauts fonctionnaires et sous-traite leur travail à des sociétés de conseil privées…

Quand on veut tout et son contraire il ne faut pas s’étonner que rien ne marche !

La réindustrialisation

Le grand déclassement de la France est bien réel. Le pays régresse dans tous les domaines et le plus spectaculaire concerne le secteur industriel passé de 24 % du PIB avant 2000 à tout juste 10 % aujourd’hui. Il continue de baisser malgré les incantations d’un Bruno Le Maire qui veut nous faire croire le contraire  :  -3 % au second semestre de 2021. La cause est connue, il s’agit de la surtaxation des entreprises en général et des impôts de production à hauteur de 80 milliards pour l’industrie, presque 6 fois plus élevés qu’en Allemagne.

Les dix milliards de diminution en 2022 sont inopérants. Ce sont au total 150 milliards qu’il conviendrait de réduire pour revenir au niveau de nos voisins ; et pas étalé sur 20 ans !

Pour cela il faut le courage de réduire d’autant les dépenses de l’État et le coût de notre système social.

La santé

Encore une désillusion des Français devant le spectacle catastrophique d’un système de santé présenté comme le meilleur du monde. Ce ne sont pas les moyens alloués qui sont en cause mais la suradministration qui représente 35 % des dépenses et sclérose tout le système.

Emmanuel Macron n’est certes pas le seul responsable mais il a laissé dériver ce système jusqu’à l’absurde.

Quoiqu’il en coûte

Ce système inflationniste n’a pas du tout été calibré. Comme souvent en France on veut faire plus que les autres alors qu’il aurait été possible de faire mieux pour beaucoup moins cher.

Macron s’est inspiré du chômage partiel que les Allemands ont mis en place lors de la crise de 2010 mais eux ont limité les allocations à 60 % contre 84 % en France. Le pouvoir d’achat a augmenté de plus de 1 % en temps de crise, ce qui est merveilleux pour un salarié qui a compris que l’on peut gagner plus sans travailler. En deux années, l’épargne des Français avoisine 200 milliards .

Nos petits-enfants devront rembourser la dette consécutive à ces décisions.

C’est la même dérive pour les entreprises qui, en revanche, devront rembourser leurs dettes prochainement… Ou seront déclarées en faillite.

Un  bilan peu reluisant

Sécurité

Les chiffres de la délinquance ont augmenté.

Endettement

Bientôt 120 % du PIB .

Balance commerciale dans le rouge vif

Le déficit commercial s’élève à 85 milliards , le plus mauvais de tous les temps et d’Europe, alors que cette dernière annonce un excédent par pays de presque 30 milliards.

Sous le mandat Macron la France est bien devenue l’homme malade de l’Europe.