close
  • chevron_right

    OpenHV – Hard Vacuum sur le moteur OpenRA

    news.movim.eu / Korben · 5 days ago - 07:00 · 1 minute

Quand j’étais collégien, l’un de mes jeux préférés c’était Red Alert. Évidemment pour Tania, mais surtout le jeu de stratégie temps réel qui nous occupait pas mal même sans Internet.

Depuis de l’eau a coulé sous les ponts et des passionnés ont crée un portage open source du moteur de Red Alert baptisé OpenRA dont je vous ai déjà parlé ici . Et récemment, j’apprends l’existence de OpenHV (Open Hard Vacuum), qui est un mod d’OpenRA.

Hard Vacuum est un RTS qui n’est jamais sorti et dont le développement avait débuté en 1993. L’action se déroule dans un futur lointain où le monde est tenu par d’énormes corporations (les GAFAM ^^) qui s’affrontent sur le champ de bataille.

Comme dans Red Alert, il y a des histoires de ressources à collecter (ici du minerai), des bâtiments à construire et des unités telles que des tanks ou des soldats prêts à se sacrifier pour la victoire et le plaisir de dominer le monde.

Le jeu est jouable en solo contre une IA, mais également en LAN ou via Internet. J’ai fait une petite partie où je me suis fait défoncer, mais c’était bien cool quand même malgré les graphismes d’un autre âge.

Le jeu est dispo sous Linux, macOS et Windows à cette adresse .

  • chevron_right

    Qui connaît la console rétro PICO-8 ?

    news.movim.eu / Korben · 7 days ago - 07:00 · 1 minute

Avez-vous déjà entendu parler de la PICO-8 ?

Et bien il s’agit d’une console qui a la particularité de ne pas vraiment être une console. Je m’explique. La PICO-8 se présente comme une console ordinaire, mais sans avoir l’inconvénient du hardware.

En effet, la PICO-8 possède tout ce qui fait d’une console une console tels que des outils de dev, une plateforme de distribution, un format d’affichage, des specs machines bien précises et bien sûr une communauté de gamers sauf que la console est totalement virtuelle. C’est si vous voulez, un émulateur de jeu rétro pour une machine qui n’a jamais existé physiquement.

Elle a donc sa propre identité et ses propres spécificités et à la place des traditionnelles cartouches physiques, les programmes conçus pour PICO-8 sont distribués sur des images PNG qui ont des têtes de cartouches, avec des étiquettes et une capacité de stockage de 32k.

Que du bonheur !

En suivant les spécs, chacun peut donc développer ses propres jeux. Et on trouve des trucs très cool sur la PICO-8 comme un jeu Ghostbusters nommé Bustin’, un street fight nommé Fighter Street II ou encore un pacman nommé Picoman. Bref, vous l’aurez compris, c’est pour le fun, le challenge mais également pour le plaisir des joueurs.

Si vous voulez tester la console sur macOS, Windows ou Linux, vous pouvez la télécharger contre une quinzaine de dollars ou tout simplement vous rendre ici pour jouer à une version online .

Un super projet auquel je vous invite à jeter un œil et pourquoi pas commencer à développer des jeux .

  • chevron_right

    NeoGB Printer – Émulateur d’imprimante GameBoy

    news.movim.eu / Korben · Saturday, 30 July - 07:00 · 1 minute

J’sais pas si vous vous souvenez, mais à une époque, Nintendo avait sorti une imprimante thermique pour sa Game Boy. L’engin était conçu pour fonctionner avec la caméra GameBoy et permettait d’imprimer ce qu’il y avait à l’écran sur une espèce de papier au dos adhésif.

Comme vous pouvez le voir dans ce test vidéo, c’était pas ouf. Les impressions étaient quand même de très mauvaise qualité.

Mais cela n’a pas découragé une bande de joyeux codeurs qui ont mis au point un clone open source de l’imprimante GameBoy, baptisée la NeoGB. Il s’agit en réalité d’un émulateur qui utilise un Arduino, une carte SD et quelques composants électroniques pour la modique somme de 15 $.

Cela se branche à la GameBoy et sera compatible avec tous les jeux et la caméra GameBoy qui à l’époque étaient utilisables avec l’imprimante GameBoy.

Alors évidemment, comme vous l’aurez compris, ça n’imprime pas sur du papier, mais cela fera un export fichier sur la carte SD. Toutefois le rendu sera le même que celui proposé par l’imprimante de Nintendo sortie en 1998.

Si le projet vous intéresse, tout est là.

  • chevron_right

    Retrouve ton summer body de geek !

    news.movim.eu / Korben · Thursday, 7 July - 06:31 · 2 minutes

— Article rédigé par l’ami Remouk (DansTonChat) – Merci à lui —

À ce qu’il paraît, notre corps a besoin d’un minimum d’exercice. 🤓 Mais quand on n’y connaît rien, on fait quoi ? Par où commencer ? Aussi, trouver la motivation de sortir courir ou d’aller à la salle n’est pas toujours une mince affaire, on ne va pas se mentir. 😀

Pour ma part j’ai commencé à m’y mettre à la maison grâce à quelques applis sur mon téléphone. Malheureusement, à moins de payer un abonnement, on se retrouve limité un jour ou l’autre. Aussi c’est à nous de juger si on fait bien un mouvement ou pas. C’est pour ça qu’aujourd’hui j’aimerais vous présenter Let’s get fit sur Nintendo Switch !

Plutôt qu’un mélange entre sport et jeu, comme Ring Fit Adventure ou l’illustre Wii Fit , on a affaire à une « appli » dédiée au fitness et à la musculation. En ce sens, ça ressemble beaucoup à ce qu’on trouve sur smartphone : des exercices, combinés dans des programmes que l’on peut personnaliser et adapter à souhait.

On peut choisir ses objectifs, le style de sport qu’on préfère pratiquer, il y a aussi des défis et tout un système de suivi assez sympa pour garder la motivation sur le long terme. Bref là dessus c’est super complet et personnalisable à souhait. On peut même choisir entre plusieurs profs, c’est rigolo. En revanche, les musiques sont horribles. 😀

Vous vous en doutiez, c’est payant… Mais ici pas d’abonnement, tout est dans la cartouche. Ce que j’ai bien aimé aussi, et qui fait la différence selon moi, ce sont les sangles fournies dans le bundle physique . Positionnées sur une cuisse et un poignet, elles permettent à la console de juger l’amplitude et l’angle de nos mouvements. Ensuite le jeu nous force à bouger en rythme et nous donne des conseils quand il faut ajuster notre position.

Ce n’est pas d’une précision redoutable mais pour moi ça marche ! 😁 Bon à savoir : les entrainements s’enchainent rapidement sans perte de temps inutile. J’ai eu quelques plantages à déplorer, lors du lancement uniquement et pas en pleine session, donc rien de grave, mais je préfère le préciser, en espérant qu’un patch viendra bientôt corriger ça. 🤞

Vous l’avez compris, moi j’aime bien. 🙂 Si vous cherchez une appli pour vous remettre en forme tranquillement sans vous ruiner , je conseille ! 👍

Acheter Let’s get fit sur Nintendo Switch

  • Hu chevron_right

    FIFA, le célèbre jeu de football, change de nom

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 11 May - 06:41 · 2 minutes

Image promotionnelle du jeu vidéo FIFA 22. Image promotionnelle du jeu vidéo FIFA 22.

JEU VIDÉO - C’est la fin d’une ère dans le jeu vidéo. Après 30 ans, le célèbre jeu de simulation de football FIFA va changer de nom et être rebaptisé EA Sports FC, a annoncé ce mardi 10 mai l’éditeur américain de jeux vidéos Electronic Arts. Cette décision marque la fin du partenariat avec la fédération internationale , sur fond de dissensions.

Lancé en 1993, FIFA, de son nom complet EA Sports FIFA, s’est écoulé depuis à plus de 325 millions d’exemplaires, selon des chiffres publiés par EA début 2021, ce qui en fait la simulation sportive la plus vendue de l’histoire. Le jeu a dégagé, en quasiment 30 ans, plus de 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires, selon le New York Times . EA revendique plus de 150 millions de comptes joueurs pour son jeu de simulation.

En octobre dernier plusieurs médias avaient rapporté que la Fédération internationale de football amateur (Fifa), qui chapeaute les fédérations nationales de chaque pays membre, avait demandé que l’enveloppe allouée par EA pour l’utilisation de son nom soit relevée de 150 à 250 millions de dollars.

Un chiffre d’affaires total en hausse

Déjà insatisfaits du partenariat avant cette nouvelle demande, selon le New York Times , les dirigeants d’Electronic Arts ont décidé d’y renoncer et de changer le nom du jeu, pour l’édition 2024, le millésime 2023, qui sortira cet automne, conservant le nom FIFA.

Malgré ce changement, EA a conservé ses accords avec l’ensemble des autres ligues et fédérations qui lui permettent de proposer de choisir parmi plus de 19.000 joueurs existants, a expliqué l’éditeur dans un communiqué publié mardi.

Avec EA Sports FC, Electronic Arts veut “créer le plus influent et le plus grand club du monde, au centre des supporteurs”, a déclaré le directeur général d’Electronic Arts, Andrew Wilson, cité dans le communiqué.

“Nous nous engageons à faire en sorte que le prochain FIFA soit le plus accompli de tous les temps, avec plus de fonctionnalités, de modes de jeu, de contenu sur la Coupe monde, de clubs, de ligues, de compétitions et de joueurs que n’importe quel autre titre FIFA”, peut-on également lire dans le communiqué.

Electronic Arts a su saisir l’une des tendances fortes de l’industrie des jeux vidéos, à savoir les jeux en ligne, qui ont représenté 76% de son chiffre d’affaires lors du quatrième trimestre de son exercice décalé 2021/22, achevé fin mars. L’éditeur a publié mardi un chiffre d’affaires total de 1,82 milliard de dollars pour ce trimestre, en hausse de 35%.

Les commandes nettes, indicateur le plus suivi dans l’industrie des jeux vidéo, ont atteint 1,75 milliard de dollars, soit légèrement moins que les attentes des analystes. EA a dégagé un bénéfice net de 225 millions de dollar sur la période, assez sensiblement inférieur aux prévisions une fois rapporté par action. Malgré cette déception, l’action était en hausse de 1,24% dans les échanges électroniques postérieurs à la clôture de Wall Street.

À voir également sur Le HuffPost: les studios de jeux vidéo à l’offensive contre la guerre en Ukraine

  • Hu chevron_right

    Une gare de train modélisée dans un jeu vidéo plus vraie que nature

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 10 May - 17:21 · 1 minute

GRAPHISME - On a une idée visuelle du futur du jeu vidéo . Lorenzo Drago, un artiste 3D italien, a recréé numériquement la gare de Toyama située à l’ouest du Japon . Une représentation parfaite qui pourrait faire croire que les images sont réelles, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Pour réaliser cela, l’Italien s’est servi d’“Unreal Engine 5”. Il s’agit d’un moteur graphique principalement utilisé pour créer des jeux vidéo. Il a également utilisé de divers outils graphiques. Le tout basé à partir de véritables photographies de la station de train.

Lorenzo Drago qui utilise le pseudo de “subjectn” commente le déroulé de sa création sur la plateforme en ligné dédiée à l’art numérique “ ArtStation ”. “Pour ce projet, je voulais être aussi proche du photoréalisme que possible. J’ai utilisé la correspondance de la caméra pour obtenir des proportions précises”, explique-t-il.

Ces images de la gare plus que réalistes ne sont pas celles d’un jeu en cours de développement. Elles permettent tout de même de nous donner une idée du futur du jeu vidéo.

À voir également sur Le HuffPost : La Pixel War sur Reddit résumée dans un incroyable timelapse

  • chevron_right

    Remnants of the Precursors – Le remake de Master of Orion, le jeu de stratégie spatial

    news.movim.eu / Korben · Tuesday, 10 May - 07:00 · 1 minute

R emnants of the Precursors de Ray Fowler est une adaptation moderne d’un jeu de stratégie sorti en 1993 et nommé « Master of Orion ». Dans ce jeu de conquête spatiale, vous débutiez avec un vaisseau de colons et deux vaisseaux d’exploration en orbite autour de votre planète. Vous partiez alors à la découverte de nouveaux mondes, pour les coloniser et éventuellement mener la guerre à de nouvelles races extraterrestres, avec en toile de fond des tas de légendes sur les Orions, une race maîtresse qui contrôlait la galaxie.

Remnants of the Precursors est donc un jeu indépendant qui reprend le gameplay et l’univers de Master of Orion. Vous pourrez y incarner l’une des 10 races aliens pour la mener à la victoire afin de dominer la galaxie.

Évidemment, l’interface a été repensée pour que ce soit plus simple, l’AI du jeu est beaucoup plus compétitive et vous pouvez choisir son niveau. Le système diplomatique a également été revu pour autoriser plus d’interactivité qu’à l’époque et les cartes sont beaucoup plus grandes pour accueillir encore plus de vaisseaux afin que les combats spatiaux soient encore plus épiques.

Bref plein de trucs cools qui vous plairont sans toutefois dénaturer l’esprit d’origine de Master of Orion. Remnants of the Precursors c’est comme un bon vieux jeu rétro sorti récemment :-).

Il est dispo sous Linux, Windows et macOS et est totalement gratuit (mais vous pouvez faire un petit don). Et si au premier abord le jeu vous semble complexe, rassurez-vous, il y a un mode d’emploi disponible ici .

À télécharger ici

  • chevron_right

    Vous allez manger du Kirby

    news.movim.eu / Korben · Tuesday, 3 May - 06:45 · 2 minutes

— Article rédigé par l’ami Remouk (DansTonChat) – Merci à lui —

Plus de 25 ans après Mario dans Super Mario 64, c’est enfin au tour de Kirby d’avoir son propre jeu de plateforme en 3D ! C’est fou quand on y pense. 🤯 Bien sûr la petite boule rose est déjà sortie de son carcan en deux dimensions, mais jamais pour son aventure principale et avec de véritables déplacements dans toutes les directions. Est-ce que cette transformation est réussie ? Nous allons voir ça en détail.

Oui.

Bon OK je détaille un peu plus ! 😀 Tout d’abord, il faut reconnaître que le charme de Kirby, dans son univers ultra mignon, opère immédiatement. Soyons clairs, on est loin d’un Elden Ring car ici tout est bucolique, apaisant, enchanteur.

Grâce à un aspect technique extrêmement soigné, l’expérience est satisfaisante à chaque instant. Chaque personnage est joli, les animations parfaites, les bruitages, les musiques, je me sens un peu idiot à lister tout ça, mais vraiment, on sent l’amour du travail bien fait et on est toujours surpris par de petits détails.

Manette en main, pareil, c’est un bonheur. Tous les mouvements sont fluides, la caméra est toujours parfaitement placée… Certains pouvoirs demanderont plusieurs essais avant d’être maîtrisés, mais il s’agit surtout de bien comprendre leur fonctionnement.

Et oui, j’ai parlé de pouvoirs ! Si vous ne le saviez pas, Kirby peut (quasiment) tout avaler, même les ennemis, et ainsi copier leurs capacités spéciales : épée, feu, foreuse, bombe… Non seulement il y a beaucoup de possibilités, mais en plus on peut les améliorer en retournant dans le village Waddle Dee qui nous sert de base.

D’ailleurs, d’autres activités y seront débloquées au fur et à mesure de votre progression. En plus de l’aventure principale, il y a plein de petites choses à faire ! Tout comme dans chaque niveau, il y a plein de petits secrets à découvrir… Sans parler des épreuves bonus, ou encore du transmorphisme , qui permet d’utiliser certains objets d’une manière… Heu… Très originale !

Vous l’avez compris, c’est un jeu généreux. On peut même jouer à deux, en coopération ! Comme tout jeu Kirby, c’est parfaitement adapté aux enfants, mais on peut y trouver son compte à tout âge : si finir tous les niveaux est à la portée des moins habiles, libérer tous les Waddle Dee et dénicher tous les secrets demandera un peu plus de réflexion et de dextérité. 🙂 Une chose est sûre : l’aventure n’est jamais frustrante.

Acheter Kirby et le monde oublié sur Nintendo Switch

Si vous ne me croyez pas, il vous suffit de tester par vous-même : une démo est disponible sur l’eShop de Nintendo !