close
  • Hu chevron_right

    Pour Borne, l'obligation du masque dans les transports n'est pas à l'ordre du jour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 19:22 · 1 minute

Pour Borne, l'obligation du masque dans les transports n'est pas à l'ordre du jour Pour Borne, l'obligation du masque dans les transports n'est pas à l'ordre du jour

COVID - Elisabeth Borne a appelé ce mercredi 6 juillet à la “vigilance” face à la remontée de l’épidémie de Covid , et au port du masque dans les “espaces fermés où il y a beaucoup de monde”, mais elle n’en fera pas une “obligation” nationale.

“L’épidémie repart. Donc moi j’appelle chacun à la vigilance . (...) Quand on est dans des espaces fermés, où il y a beaucoup de monde, il faut porter le masque, notamment dans les transports”, mais “nous n’avons pas l’intention d’avoir une mesure nationale d’obligation” parce que “les Français connaissent aujourd’hui les bons gestes”, a déclaré la Première ministre sur TF1.

Face à la remontée des cas de Covid-19 , le maire de Nice Christian Estrosi a confirmé, ce mercredi 6 juillet, que le port du masque allait redevenir obligatoire dans les bus et le réseau de tramway.

Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: Avec la 7e vague de Covid, remettre le masque dans ces lieux est une bonne idée

  • Hu chevron_right

    Covid: Le port du masque redevient obligatoire à Nice

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 07:51 · 2 minutes

Le masque redevient obligatoire dans les transports de Nice et sa métropole. Le masque redevient obligatoire dans les transports de Nice et sa métropole.

CORONAVIRUS - À compter de lundi 11 juillet, les usagers des transports de la métropole de Nice sont priés de se couvrir de nouveau le nez et la bouche. Face à la remontée des cas de Covid-19 , le maire de Nice Christian Estrosi a confirmé, ce mercredi 6 juillet, que le port du masque allait redevenir obligatoire dans les bus et le réseau de tramway.

“J’ai pris mon arrêté avec d’autres maires de la métropole de Nice”, a indiqué Christian Estrosi dans la matinale de RTL. Ce retour obligatoire du masque dans les transports de la métropole de Nice est la conséquence de la septième vague de Covid qui déferle actuellement sur la France.

200.000 cas en 24 heures

Si le gouvernement ne fait que recommander, à ce stade, le port du masque dans les transports à l’échelle nationale, Christian Estrosi estime “qu’il serait obligé d’y venir parce que 200.000 cas de plus en moins de 24 heures, on voit bien que nous sommes sur une septième vague qui monte en flèche”. Cette hausse des contaminations “nous amène vers une rentrée scolaire à haut risque”, ajoute l’ancien LR.

Mardi, le ministre de la Santé François Braun a annoncé que la France avait franchi un cap plus atteint depuis trois mois dans l’épidémie de Covid. En effet, en 24 heures ce sont plus de 200.000 cas qui ont été recensés, a annoncé François Braun en ouverture d’une discussion sur le projet de loi de veille et de sécurité sanitaire ”.

Le ministre a invité de nouveau la population à porter le masque “dans les lieux bondés, comme ici par exemple, les transports en commun, les transports pour les vacances” et incité au deuxième rappel vaccinal pour les plus fragiles. Il n’a, pour l’heure, toutefois pas évoqué d’obligation.

À voir également sur le HuffPost : Pourquoi la vaccination des plus de 60 n’a rien de superflu

  • Hu chevron_right

    Covid-19: La majorité exclut le retour du pass vaccinal

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 12:07 · 2 minutes

Malgré la hausse des contaminations et la 7e vague, le gouvernement exclut à ce stade le retour au pass vaccinal ou sanitaire. Malgré la hausse des contaminations et la 7e vague, le gouvernement exclut à ce stade le retour au pass vaccinal ou sanitaire.

PASS VACCINAL - La 7e vague de Covid-19 continue de passer sur la France. Samedi 1er juillet, 125.000 cas positifs ont été recensés, en hausse de 57,8% sur sept jours, selon Santé publique France . Pour autant, le gouvernement n’a pas l’intention de remettre en place des restrictions.

Interrogée ce dimanche 2 juillet sur le plateau de Dimanche en politique, la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a assuré que le retour du pass vaccinal ou sanitaire n’était pas sur la table. “Ce n’est pas ce qui est prévu dans le texte de loi qui va être soumis au Parlement cette semaine”, a-t-elle affirmé.

Ce projet de loi “de veille et de sécurité sanitaire” veut être un relais à l’état d’urgence sanitaire qui prendra fin le 31 juillet prochain. Il vise à maintenir un dispositif de traçage des cas positifs jusqu’en mars 2023 grâce à l’outil SiDep et à TousAntiCovid, qui permettent d’identifier les malades, détaille LCI .

Contrôles sanitaires aux frontières?

Un autre point concerne la mise en place de contrôles sanitaires aux frontières, “si la situation s’impose”, précise une source gouvernementale à la chaîne. Cela signifie qu’il pourrait être demandé aux voyageurs un test négatif et/ou une preuve de vaccination pour entrer sur le territoire.

Malgré l’explosion des contaminations et la hausse des hospitalisations -5133 hospitalisations au 28 juin, en hausse de 18,1% sur sept jours- l’exécutif ne compte pas pour l’instant rétablir l’ obligation du port du masque . La ministre de la Santé Brigitte Bourguignon a tout de même recommandé aux voyageurs dans les transports en commun de le remettre, tout comme la Première ministre Élisabeth Borne.

Quid du masque dans l’hémicycle, premier foyer de contamination en France en mars 2020, comme le rappelle le journaliste Francis Letellier sur France 3? Yaël Braun-Pivet indique “qu’il n’en est pas question. Maintenant, en fonction de l’évolution de l’épidémie, il faudra voir ce qu’il convient de faire”.

À voir également aussi sur le Huffpost: Avec la 7e vague de Covid, remettre le masque dans ces lieux est une bonne idée

  • Hu chevron_right

    Variants, Omicron, symptômes, vaccins... Face à la 7e vague, posez-nous vos questions

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 6 days ago - 09:47 · 1 minute

(image d'illustration) (image d'illustration)

CORONAVIRUS - Vacances scolaires ça rime avec R. Alors que l’été a bien entamé sa course, la 7e vague de Covid aussi: entre fin mai et fin juin, le taux de reproduction du virus a été multiplié par deux. Selon le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, le pic de la vague devrait être atteint fin juillet.

Faut-il s’inquiéter d’un été gâché par le coronavirus? A priori pour le moment, non, dit aussi Jean-François Delfraissy qui rappelle qu’une majorité de Français sont désormais vaccinés.

Dans ce contexte, vous vous posez certainement des questions: le masque va-t-il redevenir obligatoire, comment reconnaître les symptômes des nouveaux variants, faut-il me faire tester plus régulièrement...?

Autant d’interrogations auxquelles Le HuffPost se propose de répondre dans de prochains articles. Envoyez-nous vos questions à l’adresse: vosquestions.coronavirus@huffpost.fr

En attendant, voici quelques articles, qui permettront, nous l’espérons, d’éclairer certains points:

À voir également sur Le HuffPost: Les liens entre variole du singe et Covid ne sont pas ceux auxquels vous pensez

  • Hu chevron_right

    Covid-19: Le masque n'est plus obligatoire, mais deux tiers des Français ont continué à le porter - EXCLUSIF

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 6 days ago - 07:26 · 2 minutes

Ce sondage montre que ce sont surtout les personnes de plus de 55 ans qui ont continué à le porter: ils sont 75%, contre 51% des 18-24 ans. Ce sondage montre que ce sont surtout les personnes de plus de 55 ans qui ont continué à le porter: ils sont 75%, contre 51% des 18-24 ans.

COVID - On commence à connaître cette petite chanson par cœur. Le nombre de cas Covid-19 recommence à augmenter, des estimations sont faites autour du pic de la vague en cours, la question de la prochaine dose se pose, et le port du masque est à nouveau recommandé dans les transports.

Mais certains Français n’avaient jamais cessé de se couvrir la moitié du visage depuis la fin de l’obligation dans les transports le 16 mai dernier. Selon un sondage réalisé par YouGov pour Le HuffPost , que nous dévoilons ce vendredi 1er juillet, ils sont même près de deux tiers (63%) à affirmer avoir continué de porter le masque en dehors de chez eux. Un tiers (35%) ne l’a en revanche jamais remis.

Ce sondage montre que ce sont surtout les personnes de plus de 55 ans qui ont continué à le porter: ils sont 75%, contre 51% des 18-24 ans.

Magasins et transports en commun

C’est avant tout dans les magasins (56%) et les transports (54%), que les personnes interrogées ayant déclaré continuer à le porter ont vêtu leur masque. Viennent ensuite le travail (18%) et la rue (12%).

Quant aux raisons qui les ont poussés à continuer à porter le masque, vient tout d’abord le fait d’éviter d’être contaminé soi-même. Ils sont près de trois quarts (74%) à l’affirmer. Pour un peu plus de quatre personnes sur dix (43%), il s’agit avant tout d’éviter de contaminer les autres. Pour 18% des personnes interrogées, enfin, le port du masque est une habitude.

Le 27 juin dernier, ministre de la Santé Brigitte Bourguignon a demandé aux Français de remettre le masque dans les transports , sans pour autant les y obliger. Selon notre sondage, une personne sur deux (51%) envisage de le porter à nouveau dans les transports en commun. Un peu moins de la moitié (47%) dans les magasins. Et seulement 18% au travail.

Le pic de la septième vague en cours devrait arriver d’ici fin juillet , selon le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy. Ce dernier a toutefois tenté de rassurer: “Ça ne va pas gâcher l’été car nous sommes vaccinés”.

Enquête réalisée du 27 au 28 juin 2022 auprès de 1059 personnes représentatives de la population nationale âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. En partenariat avec:

À lire également sur Le HuffPost: Avec la 7e vague de Covid, remettre le masque dans ces lieux est une bonne idée

  • Hu chevron_right

    Covid-19: Ces lieux où remettre le masque est une bonne idée

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 28 June - 16:13 · 3 minutes

CORONAVIRUS - Des “recommandations”, toujours sans “caractère obligatoire”. Reprenant les préconisations envoyées lundi par la ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon , Élisabeth Borne a demandé ce mardi 28 juin aux préfets et autorités sanitaires d’encourager le port du masque “dans les lieux de promiscuité” et les “espaces clos”, en particulier “les transports en commun”.

La Première ministre a appelé à “amplifier les messages de prévention”, avec comme autres consignes et rappels: “se laver fréquemment les mains”, “aérer régulièrement les espaces clos”, “se tester dès les premiers symptômes” - (au choix mal de gorge, toux, nez qui coule, fatigue, fièvre) - et “s’isoler immédiatement en cas de positivité”.

Des “mails de sensibilisation” à la vaccination

Élisabeth Borne a également demandé aux Français de “vérifier son schéma vaccinal”, notamment les Français de plus de 60 ans et les plus fragiles qui “doivent bénéficier de la deuxième dose de rappel”, c’est-à-dire leur quatrième injection. Ceux-ci doivent d’ailleurs recevoir “dans les prochains jours des mails de sensibilisation” de la part de l’ Assurance maladie , a précisé Matignon.

Cette 7e vague de Covid-19, portée notamment par le sous-variant d’Omicron BA.5 et la baisse de l’immunité face à l’infection. “Si l’impact de l’épidémie sur les services hospitaliers reste faible à ce stade, la circulation virale est forte avec un taux de reproduction de 1,4”, précise Matignon. “Le taux d’incidence de la Covid-19 a doublé en une semaine sur la quasi-totalité du territoire métropolitain et dans l’ensemble des classes d’âge de la population”.

La reprise épidémique a également lieu alors que quasiment toutes les restrictions liées à l’épidémie ont été levées. La plus emblématique, le port du masque obligatoire, n’existe plus depuis le 16 mai, sauf dans les hôpitaux. Mais, comme expliqué dans la vidéo en tête de l’article , ce n’est pas parce qu’une mesure n’est plus obligatoire qu’il ne faut pas s’y conformer.

De nombreuses études ont montré que le masque, notamment le FFP2, permettait de diminuer le risque d’infection et de freiner la propagation de l’épidémie. Quoi qu’il en soit sur l’efficacité générale du seul port du masque pour juguler l’épidémie, son utilisation au bon moment à titre individuelle doit être rappelée car elle peut vous protéger mais, surtout, protéger les autres. Notamment dans les lieux les plus propices au coronavirus: les espaces fermés, peu aérés, où de nombreuses personnes sont présentes et où l’on reste longtemps.

Difficile de savoir avec certitude à quel point une telle mesure freinerait l’épidémie. Le Portugal, où BA.5 s’est implanté plus tôt, a connu ces dernières semaines une vague épidémique alors que le port du masque restait obligatoire dans les transports (mais venait d’être levé dans les lieux publics).

Comme le rappelle le graphique ci-dessous, pour endiguer le Covid-19, aucune mesure n’est efficace à 100%. C’est un assemblage d’entre-elles qui, cumulées, permettent d’endiguer l’épidémie.

Alors qu'une 7e vague de Covid-19 touche la France, le masque, comme d'autres mesures barrière, s'il n'est pas obligatoire, ne doit pas être oublié. Alors qu'une 7e vague de Covid-19 touche la France, le masque, comme d'autres mesures barrière, s'il n'est pas obligatoire, ne doit pas être oublié.

Parallèlement, l’exécutif travaille à un nouveau projet de loi , qui doit être présenté et examiné en juillet, visant à maintenir “un dispositif de veille et de sécurité sanitaire” jusqu’en mars 2023.

À voir également sur Le HuffPost : les liens entre variole du singe et Covid ne sont pas ceux auxquels vous pensez

  • Hu chevron_right

    Masques: l'État fautif de ne pas avoir fait assez de stocks avant le Covid, dit la justice

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 28 June - 14:41

JUSTICE - L’État a commis une faute en ne maintenant pas un stock suffisant de masques chirurgicaux avant l’épidémie de Covid-19, puis en laissant penser que leur port était inutile, a estimé mardi le tribunal administratif de Paris.

“L’État a commis une faute en s’abstenant de constituer un stock suffisant de masques permettant de lutter contre une pandémie liée à un agent respiratoire hautement pathogène”, a affirmé le tribunal dans sa décision, estimant en revanche que cette faute ne pouvait être jugée à l’origine de cas spécifiques de Covid

>> Plus d’informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost:

  • Hu chevron_right

    Covid: Le masque doit être remis dans les transports, mais sans obligation, estime la ministre de la Santé

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 27 June - 17:30 · 1 minute

Elisabeth Bourguignon sur RTL, le 27 juin Elisabeth Bourguignon sur RTL, le 27 juin

COVID - La ministre de la Santé Brigitte Bourguignon “demande aux Français de remettre le masque dans les transports ”, par civisme, face à la remontée des cas de Covid 19 , a-t-elle plaidé ce lundi 27 juin, sur la radio RTL.

La ministre a évoqué le “devoir citoyen”, consistant à “se protéger soi-même, face à un variant très transmissible”, mais aussi à “protéger les autres et notamment les plus fragiles” dans les endroits confinés . Le tout sans “aller jusqu’à l’obligation” du port du masque.

La France, comme les pays européens, est confrontée à un regain de contaminations, notamment avec le variant BA.5. Me Bourguignon en avait déjà appelé jeudi dernier à la “responsabilité citoyenne ” pour y faire face.

Elle a aussi réitéré son appel à un nouveau rappel de vaccination avec la quatrième dose pour certaines catégories de la population. “Je fais un appel pour que les personnes qui n’y ont pas eu recours le fassent très vite”, a-t-elle dit en citant les plus de 60 ans et les personnes immunodéprimées .

Le Pr. Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, a appelé dimanche ces personnes à se faire administrer leur deuxième rappel de vaccination. A cet égard Brigitte Bourguignon a indiqué qu’on “viendra probablement” à une quatrième dose de vaccin pour tous.

La ministre, qui devrait quitter son poste avec l’annonce d’un nouveau gouvernement, attend pour “probablement jeudi” la remise de la mission sur les services d’urgence confiée au président de l’association Samu-Urgences de France, François Braun.

Il y aura alors des “mesures que l’on prend pour l’été, qui seront annoncées la semaine prochaine je pense et des mesures plus pérennes ensuite parce que nous devons travailler avec les territoires”, a-t-elle dit.

À voir également sur Le HuffPost: Après les scandales, ces salariés d’Ehpad Orpéa en colère face au non-versement de prime