close
  • Hu chevron_right

    L'Assemblée rejette une taxe sur les superprofits à dix voix près

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 23 July - 13:24 · 3 minutes

À dix voix près, l'Assemblée nationale rejette une taxe sur les superprofits le 23 juillet 2022. À dix voix près, l'Assemblée nationale rejette une taxe sur les superprofits le 23 juillet 2022.

POLITIQUE - L’Assemblée nationale a rejeté de peu ce samedi 23 juillet l’idée d’une taxe sur les “ superprofits ” ou “bénéfices exceptionnels” des grandes multinationales de transport de marchandises ou pétrolières, malgré les protestations de la gauche et du RN .

Les votes ont été très serrés (96 pour, 114 contre) pour rejeter des amendements principalement issus des rangs de l’alliance de gauche NUPES mais aussi du Rassemblement national. Quatre députés de la majorité se sont abstenus, parmi lesquels Sacha Houlié et Caroline Janvier, qui avaient défendu le principe de cette taxe. Un de leur collègue d’Horizons a voté pour.

“Il manquait 10 voix. Pour en finir avec cette politique qui aide sans contrepartie les entreprises faisant le + de bénéfices mais redistribuant en dividende. Celles qui usent de la spéculation, de l’optimisation pour ne pas payer justement l’impôt”, a regretté le député LFI Éric Coquerel .

Les députés de l’opposition souhaitaient une “taxe exceptionnelle de 25% sur les superprofits” des différentes sociétés, pétrolières et gazières, de transport maritime ou les concessionnaires d’autoroute.

Pression sur TotalEnergies et CMA CGM

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a critiqué le principe d’une taxe, de “l’emphase idéologique”, selon lui. “Y a-t-il des super profits ? Je me méfie de ces mots. La vérité, c’est que l’immense majorité des entreprises souffre de l’inflation, de l’augmentation des prix, de la pénurie de main-d’œuvre”,  a-t-il ajouté, saluant les gestes opportuns de TotalEnergies et de la CMA CGM.

Les géants de l’énergie et du transport maritime ont proposé vendredi une remise à la pompe de 20 centimes pour l’un et une réduction des taux de fret de 750 euros par conteneur de 40 pieds pour l’autre. “C’est un pur hasard que Total ait décidé de faire une ristourne sur le prix de l’essence, au moment où il y avait un amendement de la majorité”, a raillé Éric Coquerel.

Des députés de la majorité avaient déposé des amendements pour proposer cette taxe, retirés suite aux annonces des deux géants internationaux.  La majorité a pu compter sur l’appui des Républicains sur ce texte. “Notre ADN, c’est de taxer moins”, a déclaré Véronique Louwagie.

“Oui, la pression de l’Assemblée nationale sur Total et sur CMA CGM a été efficace et je remercie tous les parlementaires, tous bancs confondus”, s’est réjoui Bruno Le Maire, pour qui la contribution volontaire des deux groupes rend “plus d’argent aux Français”.

“Total est en train de se gaver”

Des propos qui ont déclenché l’ire de la gauche. “Le peuple français est en train de souffrir quand Total est en train de se gaver”, a tancé la cheffe de file des Insoumis Mathilde Panot .

“Vous vous refusez à une mesure légitime et qui se répand autour de nous”, a déploré la socialiste Christine Pires Beaune, citant les cas de l’Espagne, la Grande-Bretagne ou l’Italie qui ont adopté des taxes exceptionnelles sur les “superprofits”.

“Fut un temps, dans cet hémicycle au début de la IIIe République, où les grands patrons siégeaient directement pour défendre leurs intérêts, ça avait le mérite de la transparence, maintenant ils sont ministres”, a attaqué le RN Jean-Philippe Tanguy, parlant de “numéro indécent” entre “lobbying et la défense de la macronie”. “Le seul lobbyiste ici, c’est moi”, a balayé Bruno Le Maire.

À voir également aussi sur le Huffpost: La promesse de débats apaisés du RN n’aura pas tenu longtemps

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: Battue en Guadeloupe, Justine Bénin, secrétaire d'État Modem, devra démissionner

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 19 June - 07:19 · 2 minutes

Législatives: battue en Guadeloupe, Justine Bénin, secrétaire d'État Modem, devra démissionner (Justine Benin le 23 mai 2022. Par Gao Jing/Xinhua via Getty Images) Législatives: battue en Guadeloupe, Justine Bénin, secrétaire d'État Modem, devra démissionner (Justine Benin le 23 mai 2022. Par Gao Jing/Xinhua via Getty Images)

LÉGISLATIVES - La Secrétaire d’État à la mer, Justine Benin, a été battue samedi 18 juin au second tour des législatives dans la 2e circonscription de Guadeloupe, avec 41,35 % des voix derrière Christian Baptiste (DVG), soutenu par la Nupes, élu avec 58,65 % des voix, a annoncé la préfecture de Guadeloupe dans un communiqué.

Justine Benin, députée sortante, jouait son poste au gouvernement lors de ce scrutin. L’exécutif avait rappelé en amont du vote qu’en cas d’échec aux législatives le ministre candidat devrait quitter le gouvernement conformément à une règle non écrite mais déjà appliquée en 2017 par Emmanuel Macron.

Interrogée après son échec par la radio RCI sur son avenir au sein du gouvernement, Justine Benin a indiqué samedi soir qu’“en l’état actuel des choses [elle n’avait] pas encore eu de réponse à cela” et devrait être fixée “d’ici lundi”.

Christian Baptiste a déclaré de son côté dans les médias locaux que “l’intérêt de la Guadeloupe n’est pas de rester dans une politique verticale et brutale d’Emmanuel Macron ”.

La mobilisation d’“un front de Guadeloupéens”

Trois des quatre députés élus en Guadeloupe -Olivier Serva, Christian Baptiste et Elie Califer- étaient soutenus par l’alliance des partis de gauche Nupes lors de ce scrutin, marqué par une abstention très forte avec moins de 28,23 % de participation, contre 30,65 % en 2017.

Dans la première circonscription, le député sortant, Olivier Serva, ex-LREM et soutenu par LFI pour le deuxième tour , a été élu avec 74,04 %. Il souhaite créer “un groupe outremer à l’Assemblée Nationale” et “défendre la réintégration des soignants suspendus”.

Dans la troisième circonscription, le candidat du Rassemblement national, Rody Tolassy, n’a pas réussi à décrocher un mandat de député alors que c’est dans l’archipel que Marine Le Pen avait remporté son meilleur score (près de 70%) lors du deuxième tour de l’élection présidentielle.

Avec environ “1000 voix d’écart” grâce à “une alliance républicaine locale” selon les médias locaux, le député sortant Max Mathiasin, arrivé en deuxième position au premier tour, l’emporte donc finalement lors de ce second tour (52,12 % des voix). Ce dernier a salué dans les médias locaux la mobilisation d’“un front de Guadeloupéens”.

Dans la quatrième circonscription, sans suspense, Elie Califer, maire (PS) de Saint-Claude a été élu avec 100% des suffrages exprimés. Il était le seul candidat en lice après le désistement de son adversaire Marie-Luce Penchard.

À voir également sur Le HuffPost: Gouverner avec une majorité relative, est-ce déjà arrivé sous la Ve République ?

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: les bureaux de votes ouvrent à Saint-Pierre-et-Miquelon

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 18 June - 10:03 · 3 minutes

Les bureaux de votes ouvrent à Saint-Pierre-et-Miquelon, l'Outre-mer ouvre le bal du second tour (Photo d'illustration par Martin Bertrand / EyeEm via Getty Images) Les bureaux de votes ouvrent à Saint-Pierre-et-Miquelon, l'Outre-mer ouvre le bal du second tour (Photo d'illustration par Martin Bertrand / EyeEm via Getty Images)

LÉGISLATIVES - Les Français des territoires d’ Outre-mer et de l’étranger ouvrent dès ce samedi 18 juin le bal du second tour des élections législatives, qui diront si la coalition présidentielle reste devant celle de la gauche, si la majorité est absolue ou relative et si la RN obtient un groupe.

À midi ce samedi à Paris, il sera 8h à St-Pierre-et-Miquelon, qui sera le premier territoire d’Outre-mer à voter. Suivra à 13h heure de Paris l’ouverture des bureaux de vote en Guyane, puis à 14h, ceux de Martinique/Guadeloupe/Saint Martin et Saint Barthélemy. Voteront aussi dès samedi certains Français de l’étranger, notamment ceux de l’Amérique du Nord, dès 14h heure de Paris, et ceux de l’Amérique du Sud.

Dans le Pacifique, les électeurs votent dimanche, mais étant donné le décalage horaire, ils commenceront à se rendre aux urnes samedi soir heure de Paris. Ainsi samedi à 22H00 à Paris, les bureaux de vote ouvriront en Polynésie et à Wallis et Futuna. Et à 23H00 à Paris, ce sera le tour de Nouméa, où il sera 08H00 dimanche.

Dans l’Océan indien, où le décalage horaire est moindre, les électeurs voteront bien dimanche. À 6h à Paris ouvriront ainsi les bureaux de vote à La Réunion, suivi à 7h par ceux de Mayotte. Le reste des électeurs français voteront dimanche.

La grande interrogation sur la majorité absolue

Le scrutin déterminera quelle coalition, celle de la majorité présidentielle sortante Ensemble!, ou celle de la gauche Nupes, sera en pôle position, même si la majorité sortante reste favorite selon les instituts de sondage.

La question est surtout de savoir si cette majorité sera absolue (289 députés) ou relative, déterminant la capacité d’Emmanuel Macron à mettre en œuvre ses réformes. Les électeurs diront en outre si Les Républicains, qui se sont effondrés à la présidentielle, sont encore en capacité de peser à l’Assemblée, alors qu’ils sont donnés à la troisième place dans les intentions de vote.

Enfin le scrutin dira aussi si le Rassemblement national, parvenu au second tour à la présidentielle avec Marine Le Pen, obtient un groupe, soit au moins 15 députés, ce qui donne davantage de moyens et de temps de parole.

Remaniement attendu

L’avenir de plusieurs ministres est par ailleurs en jeu à ces élections. Car en cas d’échec aux législatives, le ministre candidat devra quitter le gouvernement, comme l’a rappelé l’exécutif en amont du scrutin.

Si la Première ministre Elisabeth Borne ne semble pas menacée dans le Calvados, la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin est en grand danger dans l’Essonne, tout comme le patron d’En Marche et ministre de la Fonction publique Stanislas Guerini, ou encore le ministre délégué à l’Europe Clément Beaune, tous deux à Paris.

Quoi qu’il en soit, un remaniement est attendu à l’issue du scrutin, ne serait-ce que pour les postes de secrétaires d’Etat, qui ne sont pas encore pourvus.

L’abstention et les reports de voix seront déterminants.

De retour d’Ukraine, le président Emmanuel Macron a plaidé pour une “France vraiment européenne”, après avoir accusé ses adversaires de la Nupes de vouloir sortir de l’UE, et réclamé une “majorité solide”. Élisabeth Borne a fustigé un projet de la Nupes aux “conséquences très négatives” sur l’économie, ainsi que les “mensonges” de Jean-Luc Mélenchon.

Le chef de file de la Nupes a lui aussi demandé un résultat “net” en sa faveur sinon ”ça sera la pagaille”.

Marine Le Pen a pour sa part appelé ses électeurs à faire d’Emmanuel Macron un “président minoritaire”, tout en fustigeant “une extrême gauche qui est la plus sectaire qui soit, la plus violente”.

L’abstention et les reports de voix seront déterminants. Moins d’un électeur sur deux s’était déplacé lors du premier tour et la tendance devrait se confirmer dimanche.

À voir également sur Le HuffPost: Gouverner avec une majorité relative, est-ce déjà arrivé sous la Ve République ?

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: couacs de bulletins de vote au premier tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 19:35 · 3 minutes

Couacs de bulletins de vote en série au premier tour des législatives Couacs de bulletins de vote en série au premier tour des législatives

LÉGISLATIVES - Des bulletins mélangés, mal distribués, absents... De nombreux couacs ont été recensés avec les bulletins de vote dans certaines circonscriptions au premier tour des élections législatives ce dimanche 12 juin, comme le rapportent plusieurs médias locaux.

Dans la Marne, plusieurs bulletins d’Anne-Sophie Frigout, candidate Rassemblement national dans la 2e circonscription, se sont retrouvés dans les piles de son homologue de la 3e circonscription, Jennifer Marc. L’Union , qui raconte l’histoire, précise que cette dernière a dû parcourir la zone toute la matinée afin d’enlever les mauvais bulletins de ses piles.

“Le problème a pu être réglé avant l’ouverture des bureaux de vote ce matin dans certaines communes, mais dans d’autres, il y avait des bulletins de Madame Frigout”, a déclaré Jennifer Marc au quotidien régional. Elle juge qu’une vingtaine de communes pourrait être concernées et se demande encore comment un tel imbroglio a pu advenir.

À Roubaix et à Foix, des bulletins mal acheminés

“Cela pourrait venir du routeur, du transporteur, de l’imprimeur. C’est l’affaire de la préfecture, mais le problème est identifié depuis jeudi. La préfecture a envoyé des mails aux mairies, mais apparemment, certains maires ne lisent pas leur messagerie”, a de son côté tenté d’expliquer Thierry Besson, délégué départemental RN de la Marne. L’erreur pourrait conduire à l’annulation du scrutin.

Couac de bulletins aussi en Ariège, rapporte La Dépêche . Dans la ville de Foix, la surprise était de mise lors du dépouillement de la 1ère circonscription, où ont été trouvés des bulletins de Quentin Charoy, qui est candidat du Parti animaliste non pas pour la 1ère, mais pour la 2e circonscription.

Jamais deux sans trois: à Roubaix, dans le Nord, une erreur de distribution dans les boîtes aux lettres est en cause. Dans certaines rues de la ville, des bulletins de la 7e circonscription se sont retrouvés dans les boîtes aux lettres d’électeurs de la 8e circonscription.

“Tous les bulletins concernés sont déclarés nuls…”, a indiqué le journaliste de la Voix du Nord présent lors du dépouillement. D’après la présidente du bureau de vote citée par le même journaliste, 10% des bulletins sont nuls en raison de cette erreur.

Des bulletins manquant en Charente et dans le Pas-de-Calais

Dans la Charente pas d’erreur d’aiguillage. Les bulletins de la candidate Reconquête! dans la 2e circonscription du département, Daphnée Goriaux, n’étaient tout simplement pas dans le bureau de vote numéro 1 de Mosnac-Saint-Simon, partage La Charente Libre . L’absence de sa pile de bulletins a été constatée par une électrice deux heures après le début du scrutin. La préfecture a été saisie.

Maxime Legrand, candidat du parti radical de gauche dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, a connu la même mésaventure. Ses bulletins n’étaient pas présentés aux électeurs dans la commune de Carvin, l’une des plus grandes villes de la circonscription, selon La Voix du Nord .

Le maire de la ville, le socialiste Philippe Kemel se dit “profondément désolé”. D’après lui, les bulletins auraient été envoyés dans une autre ville, à Rouvroy. De son côté, le candidat réfléchit à saisir le tribunal administratif pour faire annuler le scrutin voire à porter plainte au pénal .

À voir également aussi sur le Huffpost: Vous ne comprenez rien aux législatives? On vous décrypte le lexique

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: la participation 39,42 à 17h au premier tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 15:01

La participation à 17 heures aux législatives 2022. La participation à 17 heures aux législatives 2022.

LÉGISLATIVES - Vers une abstention record. Ce dimanche 12 juin à 17h, le taux de participation au premier tour des législatives s’élève à 39,42% en France métropolitaine, en baisse de 1,3 point. Cinq ans plus tôt, il était de 40,75% à la même heure. À midi, le taux s’élevait à 18,43%, en baisse de 0,8 point par rapport à 2017.

La participation est également en largement baisse par rapport au premier tour de l’élection présidentielle le 10 avril dernier, où 63,23% des Français avaient voté à 17h. Il est en revanche supérieur au premier tour des élections régionales et départementales de 2021, où la participation était de 26,72%.

>Plus d’informations à suivre...

À voir également aussi sur le Huffpost: Aux législatives, la candidature d’Éric Zemmour dans le Var divise l’extrême droite face à LREM

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: La participation à 18,43% à 12h au premier tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 10:00 · 2 minutes

Ce dimanche 12 juin, près de 50 millions d’électeurs sont appelés à se rendre aux urnes pour le premier tour des élections législatives. Ce dimanche 12 juin, près de 50 millions d’électeurs sont appelés à se rendre aux urnes pour le premier tour des élections législatives.

LÉGISLATIVES 2022 - La menace d’une faible participation plane sur le premier tour des élections législatives. Et ce la se confirme puisque ce dimanche 12 juin à la mi-journée, l’abstention est déjà la grande gagnante du scrutin .

Selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur , la participation à midi s’élève à 18,43%, en baisse d’un point par rapport au premier tour de la même élection en 2017. Elle s’élevait alors à 19,24 %.

Les Outre-mer, qui se sont rendus aux urnes samedi confirment déjà cette tendance avec des chiffres de participation assez faible et généralement inférieurs à ceux de 2017. En Guadeloupe , elle a été de 25,31 %, contre 25,61 il y a cinq ans. En Martinique, la participation s’élève à 21,37, soit presque cinq points de moins qu’en 2017. Un constat similaire à Saint-Martin (21,25%) alors que la Guyane a vu son taux de participation légèrement augmenté par rapport à 2017.

Vous ne comprenez rien aux législatives? Notre vidéo vous décrypte le lexique

Les candidats se sont rendues aux urnes

En attendant de connaître la participation globale ce premier tour, plusieurs candidats ont déjà passé la porte des bureaux de vote. Jean-Luc Mélenchon a voté à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, tout comme Marine Le Pen à Hénin-Beaumont.

Plusieurs membres du gouvernement, qui sont également candidats et mettent ainsi en jeu leur place au sein de exécutif, ont suivi le chemin des bureaux de vote pour glisser leur bulletin dans l’urne dans la matinée. Parmi eux, la Première ministre Elisabeth Borne ou Franck Riester, ministre au Commerce extérieur.

D’autres personnalités politique, comme l’ancien Premier ministre et chef du parti Horizons, Edouard Philippe, ont également voté ce dimanche matin. À Vélizy-Villacoublay, c’est la candidate LR à l’élection présidentielle Valérie Pécresse qui a partagé une photo de son passage devant l’urne.

Près de 50 millions d’électeurs sont appelés à se rendre aux urnes pour le premier tour des élections législatives ce dimanche. Au total, 577 scrutins ont lieu dans autant de circonscriptions.

À voir également sur Le HuffPost : Stéphane Vojetta, le dissident LREM face à Manuel Valls aux législatives

  • Hu chevron_right

    Les horaires d'ouverture et de fermeture des bureaux de vote diffèrent de la présidentielle

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 12 June - 05:30 · 1 minute

Contrairement à l'élection présidentielle, la plupart des bureaux de vote fermeront à 18h les dimanches 12 t 19 juin. Contrairement à l'élection présidentielle, la plupart des bureaux de vote fermeront à 18h les dimanches 12 t 19 juin.

POLITIQUE - Du changement par rapport à la présidentielle. Si votre bureau de vote est resté ouvert jusqu’à 19h, voire 20h, en avril dernier , il est possible que cela change pour les législatives. À quelques jours du premier tour du scrutin , le ministère de l’Intérieur rappelle en effet que la loi fixe une fermeture à 18h partout en France, “sauf exception”.

Dimanche, il vous sera possible de glisser votre bulletin dans l’urne à 8h tapantes, quel que soit son emplacement en France. En revanche, la plupart des bureaux de vote fermeront leurs portes dès 18h, alors qu’aucun n’avait fermé avant 19h pour la présidentielle les dimanches 10 et 24 avril.

Mais l’horaire peut varier, et l’isoloir peut être accessible jusqu’à 20h. Ce sera notamment le cas pour certaines municipalités comme Paris, Lyon ou encore Toulouse et Marseille. Si ce sont principalement les grandes villes qui ferment le plus tard, l’horaire n’est pas forcément lié à la taille de la commune.

En effet, le site du Service public précise que “des arrêtés peuvent être pris dans certaines communes ou circonscriptions administratives (...) pour faciliter aux électeurs l’exercice de leur droit de vote.” Il est toutefois impossible de fermer les portes des bureaux de vote après 20h, heure à laquelle les premiers résultats seront communiqués par le ministère de l’Intérieur et les estimations publiées par les médias.

Pour être certain de voter dans les temps, vous pouvez vérifier les horaires d’ouverture et de fermeture de votre bureau de vote sur le site internet de votre commune.

À voir également sur le HuffPost : Dans le Var, la candidature d’Éric Zemmour divise l’extrême droite face à LREM

  • Hu chevron_right

    Législatives 2022: les Outre-mer ont commencé à voter

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 11 June - 07:43 · 3 minutes

Un bureau de vote à Saint-Denis-de-la-Réunion, sur l'île française d'outre-mer de la Réunion, le 18 juin 2017, lors du second tour des élections législatives françaises. Un bureau de vote à Saint-Denis-de-la-Réunion, sur l'île française d'outre-mer de la Réunion, le 18 juin 2017, lors du second tour des élections législatives françaises.

A LÉGISLATIVES 2022 - Avec un jour d’avance sur la métropole, les Français d’outre-mer se rendent ce samedi 11 juin aux urnes pour le premier tour des élections législatives où Emmanuel Macron vise une majorité face à une gauche unie aux ambitions retrouvées.

En Polynésie française et dans les onze circonscriptions des Français de l’étranger, le premier tour a déjà eu lieu les 4 et 5 juin . Il a débouché sur l’élimination fracassante de l’ancien Premier ministre Manuel Valls et l’émergence de dix duels qui opposeront la majorité présidentielle à la coalition de gauche, la Nupes (Nouvelle union populaire et écologique), au second tour.

Place désormais au reste des Outre-mer avec, dans l’ordre des ouvertures des bureaux de vote selon le décalage horaire, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Guyane, les Antilles, Wallis et Futuna, la Nouvelle-Calédonie, La Réunion et Mayotte, avant la métropole dimanche à 8 heures.

Participation contrastée

A 12h, le taux de participation était en baisse en Martinique, à 7,2 % contre 9,52 % en 2017 à la même heure, et à Saint-Pierre-et-Miquelon (21,87% contre 22,80% en 2017.

En revanche, il était en progression en Guadeloupe (10,54% contre 8,34% il y a cinq ans) et en Guyane (12,05% contre 10,33%). C’est dans cette région que l’ancienne ministre Christiane Taubira a glissé son bulletin dans l’urne ce samedi.

Si le scrutin est différent, les trois candidats arrivés en tête à la présidentielle refont le match aux législatives, avec le vainqueur Emmanuel Macron qui affronte indirectement la finaliste RN Marine Le Pen et l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième le 24 avril.

Après la clôture de la campagne vendredi à minuit, plus de 48 millions de Français sont appelés aux urnes ce week-end et le suivant pour élire leurs députés, six semaines après la présidentielle qui a reconduit Emmanuel Macron à l’Elysée.

316 candidats pour 27 sièges à l’Assemblée

Pour obtenir la majorité absolue à l’issue du second tour le 19 juin, la confédération Ensemble! (LREM, MoDem, Horizons et Agir) doit décrocher au moins 289 des 577 sièges, un objectif que les sondages présentent comme incertain, même s’ils donnent la macronie en tête des projections de sièges au second tour.

Si Ensemble! arrive premier, mais sans atteindre la barre magique des 289 élus, Emmanuel Macron ne disposerait que d’une majorité relative à l’Assemblée nationale. Une perspective peu réjouissante pour le président de la République qui devra sans doute chercher le soutien d’autres groupes politiques pour approuver les textes.

Si, cas de figure le moins probable, la Nupes de Jean-Luc Mélenchon remporte la majorité absolue, Emmanuel Macron serait privé de pratiquement tous ses pouvoirs. C’est avec cet objectif en tête que Jean-Luc Mélenchon n’a cessé de répéter qu’il voulait faire de ces législatives “un troisième tour” qui lui permettra d’être élu “Premier ministre”, malgré un réservoir de voix qui risque de lui faire défaut au second tour.

En comptant Elisabeth Borne, quinze membres du gouvernement sont en lice aux législatives et devront quitter l’exécutif en cas de défaite conformément à une règle déjà appliquée en 2017 par Emmanuel Macron.

Près de 6.300 candidats briguent les 577 sièges, soit 20% de moins qu’en 2017, du fait notamment de l’accord à gauche. Concernant les Outre-mer, 27 circonscriptions, soit 27 sièges à l’Assemblée nationale sont en jeu pour un total de 316 candidatures validées par les représentants de l’État, les préfets et les Hauts-commissaires.

A voir également sur Le HuffPost: Vous ne comprenez rien aux législatives? On vous décrypte le lexique