close
    • chevron_right

      La fumée des incendies du Canada arrive en France : quels risques pour la santé ?

      news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 28 June - 09:59

    NASA Johnson

    Des nuages causés par les immenses feux de forêt au Canada traversent l'océan Atlantique. Un pic de particules est attendu en milieu de semaine. Le point sur l'effet que ces fumées peuvent avoir sur la santé. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Un incendie ravage l'Hérault, plus de 500 hectares déjà brûlés

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 July, 2022 - 16:14 · 3 minutes

    500 hectares ont brûlé ce mardi près de Montpellier. 500 hectares ont brûlé ce mardi près de Montpellier.

    INCENDIES - Le département de l’ Hérault est en proie, ce mardi 26 juillet, à un violent incendie après que deux feux distincts se sont rejoints dans la journée. Plus de 500 hectares de végétation ont déjà brûlé. Des évacuations sont en cours à titre préventif, a indiqué la préfecture du département dans un communiqué.

    Deux départs de feu ont été enregistrées en fin de matinée dans les communes de Gignac et de Saint-Bauzille-de-la-Sylve, toutes deux situées à une trentaine de kilomètres de Montpellier . “Les deux feux se sont réunis, et l’incendie se dirige actuellement vers Aumelas dans le sens est/ouest”, a expliqué dans l’après-midi la préfecture de l’Hérault.

    Selon les autorités, environ 30 personnes ont été évacuées. Ces évacuations, à titre préventif, concernent “les habitations situées aux ‘Mas Arnaud’ et ‘Mas Encoste’ sur la commune d’Aumelas”. La préfecture annonce également l’évacuation de 150 personnes qui étaient réunies dans un château pour un mariage. “Ordre du sous-préfet: évacuation totale du village, direction salle polyvalente de Vendemian”, une localité voisine, a pour sa part indiqué sur Facebook la mairie d’Aumelas.

    Face à cet incendie, près de 500 pompiers, deux Canadairs, un avion bombardier Dash et deux avions de la cellule départementale des pompiers de l’Hérault sont mobilisés. “Trois colonnes de renforts zonaux sont attendues sur site”, ajoute la préfecture dans son communiqué.

    “Les moyens sont montés en puissance depuis ce matin”, a constaté au micro de BFMTV Grégory Bro, maire de Saint-Bauzille-de-la-Sylve, qui évoque notamment l’impact de la sécheresse qui frappe le département.

    La sécurité civile avait alerté, ce mardi , sur un risque d’incendie “très élevé dans les départements du pourtour méditerranéen”. “La problématique, c’est le vent”, a alerté Grégory Bro, en référence à la tramontane qui souffle actuellement sur le département. Les routes départementales D139 et D114 ont été fermées à la circulation.

    Interrogé par France Bleu , le maire de Gignac, Jean-François Soto, estime que la probabilité d’incendies d’origine criminelle est “très très importante”, compte tenu des deux départs de feux distants de 1,5 km. “C’est une vraie souffrance pour le maire, pour tous les maires, tous les habitants. Bien sûr, ça nous fait très, très mal au cœur et à nos tripes parce qu’on aime notre territoire, a-t-il poursuivi. Surtout s’il est avéré que c’est un acte volontaire, c’est impardonnable.”

    À voir également aussi sur le Huffpost: Canicule aux États-Unis: un feu “explosif” se propage près du Yosémite”

    • chevron_right

      En Gironde, la dune du Pilat va rouvrir ce mercredi après l'incendie à La Teste-de-Buch

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 July, 2022 - 14:54 · 2 minutes

    La dune du Pilat, avec ebn arrière-plan la forêt détruite par les flammes (photo prise le 24 juillet 2022). La dune du Pilat, avec ebn arrière-plan la forêt détruite par les flammes (photo prise le 24 juillet 2022).

    INCENDIE - Les touristes vont pouvoir de nouveau arpenter la dune du Pilat à partir de ce mercredi 27 juillet, a indiqué mardi la préfecture de la Gironde . Une annonce qui intervient deux semaines après le déclenchement de l’incendie hors norme qui a ravagé 7000 hectares de forêt à La Teste-de-Buch .

    La réouverture de l’accès grand public se fera “dans des conditions sécurisées et avec des cheminements guidés”, a souligné la préfète de Gironde Fabienne Buccio dans un communiqué. La décision a été prise avec les collectivités locales, les pompiers, la police et l’office national des forêts . La commune de La Teste-de-Buch et le syndicat mixte gestionnaire du site de la dune du Pilat seront chargés d’organiser la sécurité des visiteurs.

    Néanmoins, la dune ne sera accessible que par bus car le parking est endommagé à plus de 60%, a précisé à la presse le maire de La Teste-de-Buch Patrick Davet, avec un accès très encadré. Les visiteurs ont l’interdiction d’aller sur les versants endommagés par le feu. “Il faudra respecter à la lettre les consignes” pour espérer un allègement de l’encadrement, a ajouté l’édile. “On veut desserrer l’étau au fur et à mesure mais au début les flux seront forcément limités, a-t-il poursuivi. Il faut tout faire pour rouvrir ce symbole.”

    La route départementale 218 reste fermée

    La préfète a précisé en revanche qu’en “l’absence à cette heure de sécurisation suffisante, l’accès aux massifs brûlés reste interdit” dans cette forêt qui s’étend depuis la dune, où 7000 ha sont partis en fumée. La route départementale 218, qui relie La Teste-de-Buch à Biscarrosse (Landes) en longeant la dune, restera fermée jusqu’à la complète sécurisation de la chaussée et des abords.

    Après douze jours et treize nuits de lutte, les deux incendies “hors norme” qui ont ravagé près de 21.000 hectares de forêts en Gironde, à La Teste-de-Buch et à Landiras ont été officiellement déclarés “fixés” lundi, même si le travail pour les éteindre complètement va encore se prolonger pendant des semaines.

    Les deux incendies n’ont fait aucune victime mais ont contraint plus de 36.000 personnes à quitter leur logement, dont 6000 vacanciers évacués des cinq campings de la dune du Pilat qui ont ensuite été détruits par les flammes.

    À voir également aussi sur le Huffpost: Airbus se prépare à lutter lui aussi contre les feux de forêts

    • chevron_right

      L’incendie en Californie est si vaste qu’on le voit depuis l’espace

      news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 26 July, 2022 - 08:40

    L'incendie « Oak Fire » qui s'est déclaré en Californie est si gigantesque que sa fumée est observable depuis l'espace. L'ISS a obtenu des images inquiétantes en passant au-dessus de la zone. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      En Californie, le mégafeu "Oak Fire" est hors de contrôle

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 26 July, 2022 - 06:36 · 5 minutes

    Un avion survole l'incendie Oak Fire en Californie, le 24 juillet 2022 près du parc Yosemite. Un avion survole l'incendie Oak Fire en Californie, le 24 juillet 2022 près du parc Yosemite.

    ÉTATS-UNIS - 2.500 pompiers, près de 300 camions, 17 hélicoptères... Les forces étaient encore nombreuses lundi 25 juillet pour combattre les flammes d’un incendie “explosif” qui continuait de se propager à un rythme toujours “très rapide” dans les collines boisées du centre de la Californie , près du célèbre parc national de Yosemite.

    L’incendie, baptisé “Oak Fire”, s’est déclaré vendredi près de la petite ville de Midpines et avait déjà parcouru quelque 7.000 hectares de végétation. Les pompiers de France, qui sont toujours en train de lutter contre le feu en Gironde - même s’il a été fixé -, ont posté une photo spectaculaire de la fumée du feu californien à 2.500 pieds du sol.

    Déjà devenu le plus gros feu de forêt californien de la saison, “il avance très rapidement et la fenêtre de réaction pour évacuer les gens est limitée”, a expliqué sur la chaîne CNN Jon Heggie, un responsable des soldats du feu californiens.

    Selon l’expert, la vitesse de progression et le comportement de cet incendie sont “vraiment sans précédent”. “Ca va tellement vite que les gens doivent évacuer parfois avec seulement avec le T-shirt qu’ils ont sur le dos”, a-t-il décrit, tout en soulignant que “leur vie, leur sécurité est évidemment le plus important”.

    Des milliers d’habitations menacées

    “Les flammes atteignaient jusqu’à 30 mètres de haut”, a assuré David Lee, un évacué, au journal Santa Cruz Sentinel . L’homme de 55 ans figurait parmi les premières personnes évacuées vendredi et pense que sa maison a été engloutie par l’incendie.

    “Il fonçait droit vers nous. Ce feu est de loin le plus rapide que j’ai jamais vu”, a ajouté M. Lee. Le “Oak Fire” n’était contenu qu’à hauteur de 10% lundi, après avoir détruit une dizaine de bâtiments mais les secours redoutent que ce bilan ne s’alourdisse rapidement.

    L'incendie Oak Fire en Californie, au 25 juillet 2022. L'incendie Oak Fire en Californie, au 25 juillet 2022.

    L’incendie menace quelques milliers d’habitations dans de petites localités rurales du comté de Mariposa, sur les contreforts de la Sierra Nevada, où plusieurs milliers de personnes restaient sous le coup d’ordres d’évacuation. Selon les autorités citées par AP, 55 maisons ont brûlé. Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a déclaré l’état d’urgence de le comté.

    Lundi, le Department of Forestry and Fire Protection (département de sylviculture et de protection de feux) était toutefois optimiste à la fin de la journée: “C’était une journée pleine de succès pour les avions et les pompiers. avec un agrandissement minimal du feu.” Une enquête est ouverte pour connaître les causes du départ de l’incendie.

    Près des séquoias géants du parc Yosemite

    L’incendie, qualifié de “mégafeu” par Jon Heggie, est notamment alimenté par les arbres morts et buissons desséchés dans cette région soumise, comme la majeure partie de la Californie, à une sécheresse chronique. “C’est un résultat direct du changement climatique ”, a estimé le responsable des pompiers. “On ne peut pas avoir dix ans de sécheresse en Californie et s’attendre à ce que les choses ne changent pas.”

    Jonathan Pierce, un porte-parole des pompiers, a déclaré qu’une faible humidité et des températures élevées alimentaient l’incendie. “Nous avons également une forte ‘mortalité’ des arbres dans le comté de Mariposa, donc beaucoup d’arbres morts sur pied, beaucoup d’arbres morts qui sont au sol”, a-t-il ajouté. Quelque 3.000 personnes ont été évacuées jusqu’à présent, ont déclaré des responsables.

    Le parc de Yosemite, l’un des plus célèbres du monde, avait subi mi-juillet un incendie dont les flammes avaient menacé ses séquoias géants. Ces arbres pour certains millénaires ont été dans l’ensemble préservés grâce notamment à des feux dirigés menés depuis des décennies dans ces bosquets pour diminuer le combustible au sol. Déclaré le 7 juillet, l’incendie en question n’était toujours pas totalement éteint lundi.

    L’Ouest américain a déjà connu ces dernières années des feux de forêt d’une ampleur et d’une intensité exceptionnelles, avec un très net allongement de la saison des incendies, phénomène que les scientifiques attribuent principalement au changement climatique.

    Sécheresse et canicule

    L’“Oak Fire” est l’une des manifestations les plus dramatiques de la vague de chaleur qui a touché les États-Unis ce week-end. A proximité de l’incendie, les températures devraient atteindre les 37°C lundi, selon les prévisions.

    Des températures similaires voire supérieures étaient encore prévues dans le centre des États-Unis (Oklahoma, Kansas, Arkansas) et même la côte du nord-ouest du pays, généralement fraîche et très humide, n’était pas épargnée.

    Les services météorologiques ont ainsi lancé une alerte aux fortes chaleurs à Seattle cette semaine et des records pourraient y être battus mardi. La ville est si peu accoutumée à la chaleur que nombre de logements sont dépourvus de climatisation, fait très rare aux États-Unis.

    La région avait connu un pic de chaleur historique en juin 2021 , avec des températures qui avaient atteint par endroits 47°C dans le nord-ouest des États-Unis et au Canada voisin. Les autorités estiment que des centaines de personnes avaient trouvé la mort à cause de cette vague de chaleur sans précédent dans la zone.

    À voir également aussi sur le Huffpost: Canicule aux États-Unis: un feu “explosif” se propage près du Yosémite”

    • chevron_right

      Canicule aux États-Unis: un feu "explosif" se propage près du Yosémite"

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 24 July, 2022 - 09:29 · 4 minutes

    INTERNATIONAL - Une vague de “chaleur extrême” frappe des dizaines de millions d’Américains ce week-end, avec de nombreux records de températures attendus dans le centre et le nord-est et un feu de forêt se propageant de manière alarmante en Californie .

    L’incendie “Oak Fire”, décrit comme “explosif” par les autorités, s’est déclaré ce vendredi 22 juillet dans le comté de Mariposa, près du Parc national de Yosémite et de ses séquoias géants. Il s’est déjà déplacé sur quelque 4 800 hectares, détruisant dix propriétés et en endommageant cinq autres, selon un bulletin samedi du Département californien des forêts et de la protection contre le feu.

    Plusieurs routes ont été coupées et plusieurs zones ont reçu l’ordre d’évacuer, alors que le feu, d’une “activité extrême” et combattu par plus de 500 pompiers, n’était pas maîtrisé samedi, selon la même source.

    Des responsables cités par le journal Los Angeles Times ont estimé qu’il faudrait sans doute une semaine pour le circonscrire.

    Plus de 6.000 personnes ont été évacuées, selon un porte-parole des pompiers de Californie, précisant que des employés de différents services affluaient de tout l’État pour prêter main-forte.

    État d’urgence déclaré

    Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a proclamé l’”état d’urgence” samedi dans le comté de Mariposa, en raison d’une situation de “péril extrême pour la sécurité des personnes et des biens”. Cela permet notamment de débloquer des financements.

    D’après un climatologue de l’université de Californie à Los Angeles, Daniel Swain, le feu “s’est propagé de manière importante dans presque toutes les directions”, “dans un contexte de forte charge combustible et de sécheresse extrême”. “La série d’incendies de forêt relativement modestes et non destructeurs qui a sévi en Californie jusqu’à présent cette saison semble terminée”, a-t-il ajouté sur Twitter.

    L’Ouest américain a déjà connu ces dernières années des feux de forêt d’une ampleur et d’une intensité exceptionnelles, avec un très net allongement de la saison des incendies, phénomène que les scientifiques attribuent au changement climatique .

    Vague de chaleur dans tout le pays

    Ce feu est l’une des conséquences les plus dramatiques de la vague de chaleur qui touche les États-Unis ce week-end, dans une zone localisée entre la Californie et l’Oregon à l’ouest mais de manière beaucoup plus étendue dans le centre et le nord-est.

    Si les températures dans ces deux régions devraient atteindre leur pic dimanche au plus tôt, une chaleur étouffante était déjà ressentie dans la capitale Washington DC, où la température a flirté avec la barre symbolique des 100 degrés Fahrenheit (38 degrés Celsius). Une seuil qu’elle devrait atteindre ou dépasser dimanche pour la première fois depuis des années. New York n’était pas épargnée, avec des températures proches de 35 degrés.

    La vague de chaleur a déjà entraîné une augmentation du nombre d’appels aux services d’urgence pour des malaises liés aux fortes températures. “La chaleur est le tueur numéro un lié à la météo aux États-Unis. Elle dépasse de loin toute autre cause de mortalité liée à la nature”, a déclaré Joseph Kralicek, directeur de l’agence de gestion des urgences de la région de Tulsa, en Oklahoma, à CNN.

    Le changement climatique est là

    Cette semaine, le président américain Joe Biden a une nouvelle fois souligné le “danger clair et immédiat” que représente le changement climatique, “une menace existentielle pour notre nation et le monde”. Mais ses marges de manoeuvre sont limitées au Congrès et par la Cour suprême.

    La planète a déjà enregistré cette année plusieurs canicules, comme en juillet en Europe occidentale ou en Inde en mars-avril. Leur multiplication est un signe indubitable du changement climatique, selon les scientifiques.

    En juin 2021, un “dôme de chaleur” d’une intensité rarissime avait semé le chaos sur toute la côte ouest des États-Unis et du Canada, faisant plus de 500 morts et causant d’importants incendies, avec des températures frôlant les 50 degrés.

    À voir également sur Le HuffPost: Incendies en Gironde: Macron promet “un grand chantier pour rebâtir” la forêt

    • chevron_right

      En Gironde, les feux ne progressent plus en Gironde mais "ne sont toujours pas fixés"

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 21 July, 2022 - 10:04 · 4 minutes

    A firefighter sprays water as smoke rises at a forest fire near Louchats, 35 kms (22 miles) from Landiras in Gironde, southwestern France, Monday, July 18, 2022. France scrambled more water-bombing planes and hundreds more firefighters to combat spreading wildfires that were being fed Monday by hot swirling winds from a searing heat wave broiling much of Europe. With winds changing direction, authorities in southwestern France announced plans to evacuate more towns and move out 3,500 people at risk of finding themselves in the path of the raging flames. (Philippe Lopez/Pool Photo via AP) A firefighter sprays water as smoke rises at a forest fire near Louchats, 35 kms (22 miles) from Landiras in Gironde, southwestern France, Monday, July 18, 2022. France scrambled more water-bombing planes and hundreds more firefighters to combat spreading wildfires that were being fed Monday by hot swirling winds from a searing heat wave broiling much of Europe. With winds changing direction, authorities in southwestern France announced plans to evacuate more towns and move out 3,500 people at risk of finding themselves in the path of the raging flames. (Philippe Lopez/Pool Photo via AP)

    INCENDIES - L’accalmie se confirme en Gironde. Les deux feux , qui ont détruit 20.800 hectares de forêts depuis 10 jours et entraîné l’évacuation de plus de 36.000 personnes, n’ont pas progressé dans la nuit, les pompiers traitant toujours quelques reprises de feu, a indiqué la préfecture de Gironde , ce jeudi 21 juillet au matin. Le HuffPost fait le point sur la situation.

    Les pompiers et les forestiers ont ainsi pu continuer leur travail de “protection des points sensibles” notamment grâce à la création et consolidation de pare-feux -longues bandes de terre rase-, et au mouillage ou noyage de la végétation.

    “Il n’y a plus de mur de flamme qui progresse sous l’effet du vent et crée des sautes de feu”, a expliqué à la presse un des porte-parole des pompiers, le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse. Cependant, il subsiste des “points chauds” qui peuvent provoquer des reprises de feu.

    36.750 personnes évacuées

    Malgré une légère hausse des températures, “la journée d’aujourd’hui devrait ressembler à celle d’hier”, a déclaré Arnaud Mendousse. Les feux ne sont toujours pas fixés, et ne le seront “probablement pas aujourd’hui”, a-t-il précisé, évoquant des “feux contenus”.

    Mercredi, les quelque 2000 sapeurs-pompiers engagés avaient réussi à empêcher la progression des feux grâce à une météo plus favorable, avec une baisse des températures et un air plus humide. La préfecture avait néanmoins prévenu dans un communiqué que les près de 36.750 personnes évacuées ne pouvaient pas encore rejoindre leur domicile.

    “L’ensemble des conditions de sécurité pour envisager [leur] retour n’est pas encore rempli, a expliqué la préfecture. Le dispositif sera réévalué de manière quotidienne, et la réintégration des populations sera effectuée secteur par secteur en fonction de la situation.”

    Macron promet un “grand chantier national pour rebâtir” la forêt

    En visite mercredi sur les deux sites des incendies, à La Teste-de-Buch, sur le bassin d’Arcachon, puis à Landiras, à 40 km au sud de Bordeaux, Emmanuel Macron a rendu hommage à toutes les personnes mobilisées contre les incendies.

    Il a également promis un “grand chantier national” pour reconstruire la forêt . Il a aussi reconnu la nécessité de disposer de davantage de moyens aériens pour lutter contre les incendies, tout en soulignant que les 22 avions dont disposent la protection civile étaient “suffisants ces dernières années”.

    ″Ça ne me semble pas possible” de replanter les forêts brûlées en Gironde à l’identique, a de son côté jugé le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu sur RTL, ce jeudi matin. Selon lui, “les essences qui résistent le mieux sont celles de type méditerranéen”. Critiqué pour sa discrétion depuis le début des incendies, il a fait valoir que son ministère est “celui de la prévention , pas celui qui éteint les incendies quand ils ont commencé”.

    Pour le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, il y a “une conjonction de facteurs qui doit nous interroger, y compris dans le futur” sur l’origine de ces incendies monstres. “On n’est plus dans l’anticipation, on doit tenir compte du dérèglement climatique, a-t-il avancé sur Europe 1, ce jeudi. Il va falloir qu’on évolue sur la nature des essences qu’on plante, la manière dont on organise la forêt, la manière dont on organise la mobilisation du bois en forêt.”

    À voir également sur Le HuffPost: Incendies en Gironde: Macron promet “un grand chantier pour rebâtir” la forêt

    • chevron_right

      Incendies en Gironde: Jérémy Frérot et Laure Manaudou ont quitté leur maison

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 July, 2022 - 13:44 · 3 minutes

    Le chanteur Jérémy Frérot, tout comme ses parents et grands-parents, vivent sur le bassin d'Arcachon (en photo à Roland Garros, le 23 mai 2022 à Paris) Le chanteur Jérémy Frérot, tout comme ses parents et grands-parents, vivent sur le bassin d'Arcachon (en photo à Roland Garros, le 23 mai 2022 à Paris)

    INCENDIE - La fumée “rentrait dans la maison, impossible de s’endormir, on a eu peur de s’intoxiquer et de ne jamais se réveiller”. Le chanteur Jérémy Frérot , habitant de La Teste-de-Buch avec sa femme Laure Manaudou, et leurs enfants, témoigne dans les colonnes du Parisien de son choc et de sa tristesse alors que le bassin d’Arcachon est ravagé par un immense incendie depuis plusieurs jours.

    “Ici, avant cela, on n’avait jamais vu d’incendie, ni mes parents, ni ma grand-mère. Cela me rend vraiment triste, on n’est pas habitués, on ne sait pas comment le gérer, et on se disait que cela n’arriverait qu’aux autres”, assure l’artiste de 32 ans ce mardi 19 juillet. La veille, il a pris la décision de quitter dans la précipitation sa maison alors qu’il voyait “les flammes de la forêt” s’approcher de plus en plus.

    “Cette nuit, on a dû évacuer, il y avait trop de fumée, c’était intenable. Cela rentrait dans la maison, impossible de s’endormir, on a eu peur de s’intoxiquer et de ne jamais se réveiller”, raconte-t-il encore “choqué” au Parisien . “Nous avons trois enfants avec Laure, et on n’avait pas envie qu’on vienne nous réveiller à 4 heures du matin. Donc, on a joué la précaution. Puis le maire a ensuite demandé à toute la zone d’évacuer”.

    ″Ça crame, ça crame”

    “Halluciné” de voir partir en fumée le bassin d’Arcachon - “le plus bel endroit de France” pour lui, qu’il cite souvent dans ses chansons - Jérémy Frérot et Laure Manaudou ont trouvé refuge à quelques encablures de là, dans la commune de Gujan-Mestras. “Et depuis ça crame, ça crame, et on voit encore ces nuages de fumée en face de nous”, décrit-il. “J’ai des potes pompiers qui sont sur le front et nous donnent des infos, et c’est horrible. Ce mardi a été une journée affreuse, car on sent qu’ils étaient impuissants et dégoûtés de ne rien pouvoir faire, c’est très dur. Ils font un travail de dingue.”

    Depuis plus d’une semaine, un immense incendie brûle en Gironde. Selon un dernier bilan, 7.000 hectares ont été détruits à La Teste-de-Buch et 13.300 dans le secteur de Landiras. Au pied de la dune du Pilat, le feu a notamment emporté les cinq campings évacués de leurs 6.000 occupants le 13 juillet, dont celui de la Dune-Les Flots Bleus , immortalisé par les films Camping . “Patrick pleure”, a tweeté l’acteur Franck Dubosc, qui interprète le personnage principal, Patrick Chirac.

    Environ 2.000 sapeurs-pompiers, de toute la France, et d’importants moyens aériens (8 Canadair et 2 Dash) ont été mobilisés mardi pour ces feux qui “ont été et resteront des méga-feux”, selon le commandant Sébastien Castel, commandant adjoint du Codis 33 à l’AFP. Ce mardi 19 juillet au soir, une odeur de brûlé et des fumées avaient même atteint Paris.

    Le président Emmanuel Macron est en Gironde ce mercredi pour rencontrer “les sapeurs-pompiers, les personnels de la sécurité civile, les forces de l’ordre, les élus et l’ensemble des personnes mobilisées” contre ces incendies gigantesques.

    Ils sont notamment le résultat d’une longue sécheresse couplée à une canicule sèche (et le réchauffement climatique n’y est pas pour rien), auquel il faut rajouter l’agrandissement des forêts françaises et leur “continuum” permettant aux feux de se répandre.

    “Pompiers ou pas pompiers, le problème, c’est bien avant que se déclenche un tel brasier”, insiste encore Jérémy Frérot. “Là, le réchauffement climatique, on le prend en pleine gueule. Hier, on ressentait 50 °C comme température, et il faisait officiellement 43 °C, c’est le record historique de la ville, c’était intenable dans le sud du bassin d’Arcachon. C’est très concret maintenant”.

    À voir également sur Le HuffPost: À cause des incendies en Gironde, Bordeaux se réveille dans le brouillard

    • chevron_right

      Les incendies en Gironde et Bretagne se calment, l'homme interpellé mis "hors de cause"

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 20 July, 2022 - 10:51 · 4 minutes

    Accalmie dans les incendies en Gironde et Bretagne, l'homme interpellé mis hors de cause (photo prise près de Landiras, le 18 juillet 2022) Accalmie dans les incendies en Gironde et Bretagne, l'homme interpellé mis hors de cause (photo prise près de Landiras, le 18 juillet 2022)

    INCENDIES - Depuis une semaine, la Gironde fait face à deux incendies géants qui ont détruit plus de 20.600 hectares de forêts, selon le dernier bilan. Le président de la République Emmanuel Macron est attendu, ce mercredi 20 juillet, dans le département , alors que la progression des feux ralentit. En Bretagne aussi, le feu qui a ravagé les Monts d’Arrée , dans le Finistère, connaît un fléchissement. Le HuffPost fait le point sur la situation.

    • Plus de 20.6000 hectares de forêts détruits en Gironde, où un suspect a été libéré

    L’homme de 39 ans, placé lundi en garde à vue lundi dans l’enquête sur l’origine du feu à Landiras (Gironde), a été “remis en liberté” dans la nuit, a annoncé le parquet de Bordeaux ce 20 juillet. “Les expertises, analyses des éléments recueillis et auditions réalisées, [le] mettant hors de cause”.

    “Les investigations se poursuivent dans le cadre de la flagrance qui a été prorogée pour huit jours supplémentaires”, selon le parquet, alors qu’une enquête a été ouverte pour “destruction par incendie de bois, forêt, lande, maquis ou plantation d’autrui pouvant causer un dommage aux personnes”. Le parquet avait annoncé vendredi privilégier la “thèse criminelle” pour expliquer le déclenchement de cet incendie. Quelque 13.600 hectares de forêt ont été détruits à Landiras depuis le 12 juillet.

    Emmanuel Macron est attendu ce mercredi en Gironde, où deux incendies géants ont ravagé plus de 20.600 hectares de forêts, dont 7000 à la Teste-de-Buch. 36.750 personnes ont dû être évacuées au total en six jours. Le chef de l’État doit se rendre dans l’après-midi à la Teste-de-Buch, sur le bassin d’Arcachon, et Landiras, à 40 km au sud de Bordeaux, “aux côtés des sapeurs-pompiers, des personnels de la sécurité civile, des forces de l’ordre, des élus et de l’ensemble des personnes mobilisées”, selon l’Élysée.

    Les deux feux ont “très peu progressé”, selon le dernier bilan de ce mercredi matin. Avec 300 hectares détruits ces dernières heures, “le bilan est plutôt positif, la situation s’est améliorée pendant la nuit mais les deux feux ne sont toujours pas fixés”, a indiqué à la presse le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse, un porte-parole des pompiers de Gironde.

    Les “conditions météo sont un peu moins défavorables. L’air est plus humide, ce qui est un atout par rapport à la progression de cet incendie”, a ajouté le sous-préfet de Langon Vincent Ferrier à propos du feu de Landiras, évoquant des “points de vigilance” à surveiller dans le sud en raison du vent.

    Environ 2000 sapeurs-pompiers, de toute la France, et d’importants moyens aériens (8 Canadair et 2 Dash) sont mobilisés. Les fumées de ces feux sont remontées jusqu’à Paris , à plus de 500 km de là, et y ont affecté la qualité de l’air, a indiqué mardi soir l’observatoire de la qualité de l’air en région parisienne.

    • Accalmie en Bretagne, où 500 personnes ont été évacuées

    En Bretagne, l’incendie qui a ravagé des centaines d’hectares de landes dans les Monts d’Arrées depuis lundi était toujours en cours mercredi matin mais sa progression ralentissait, a indiqué la préfecture du Finistère. La surface brûlée était, pour l’heure, de 1725 hectares, contre 1700 hectares la veille à 17 heures.

    Quelque 278 sapeurs-pompiers et 60 véhicules de lutte contre les incendies étaient présents sur place pour combattre les flammes, selon la préfecture. Plusieurs routes étaient toujours fermées à la circulation.

    Au total, 500 personnes ont dû être évacuées à cause de l’incendie qui s’est déclenché sur la commune de Brasparts (Finistère), au cœur des Monts d’Arrée, dans un site naturel connu pour sa biodiversité. La commune de Botmeur a notamment été évacuée par les autorités. Des centres d’hébergement ont été mis en place à Sizun et Landivisiau.

    Avec la vague de chaleur qui frappe l’Europe de l’Ouest, de nombreux records de température ont été battus lundi en Bretagne. Plus de 40°C ont notamment été relevés dans le nord-Finistère, selon Météo France, mais la température est depuis retombée à des niveaux plus conformes à la normale.

    À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi l’origine des départs de feu doit devenir le centre du débat