• chevron_right

      Les sites porno devront bientôt vérifier votre âge avec votre carte bancaire

      news.movim.eu / Korben · 5 days ago - 07:34 · 3 minutes

    Je pense que cette news va faire mal aux fesses de beaucoup d’entre vous (désolé ^^) ! Figurez-vous que très bientôt, pour mater votre petite vidéo X sur vos sites de cul préférés, va falloir sortir la carte bleue . Et ouais, c’est la nouvelle lubie de nos chers dirigeants qui veulent à tout prix nous protéger, enfin surtout protéger les enfants de toutes ces cochonneries qui pullulent sur la toile.

    Certes, on est tous d’accord sur le principe, mais est-ce qu’on a vraiment besoin de fliquer tout le monde comme ça ? Et surtout, est-ce que c’est vraiment efficace comme méthode ?

    Parce que bon, soyons honnêtes deux minutes, un ado un peu dégourdi qui veut à tout prix mater un film de boules, va forcement trouver un moyen de contourner la censure hein. Quitte à piquer la carte de papa et maman pendant qu’ils ont le dos tourné. Ou alors il ira sur des sites plus underground, pas forcément très recommandables, et là bonjour les dégâts…

    Mais bon, c’est comme ça, c’est la loi, et va falloir faire avec. L’ Arcom , le gendarme de l’audiovisuel, vient donc de pondre son fameux référentiel (docx) qui détaille toutes les mesures que les sites pornos devront mettre en place pour vérifier que leurs utilisateurs ont bien la majorité sexuelle. Et autant vous dire que ça rigole pas !

    Déjà, va falloir prouver son âge avec sa carte bancaire . Alors ok, c’est pas forcément l’idéal niveau vie privée, mais au moins c’est efficace. Enfin, en théorie , parce qu’en pratique, rien n’empêche un ado de 16-17 ans d’avoir une carte bleue. Ensuite, les sites devront mettre en place un contrôle d’âge dès la page d’accueil , avant même d’afficher le moindre contenu olé olé. Et ça, ça va en faire râler les plus pressés d’entre vous ^^.

    Et attention, c’est pas fini ! Les sites devront aussi s’assurer que leur système de vérification d’âge est fiable à 100% . Alors là, bon courage… Parce qu’entre ceux qui vont essayer de gruger avec de fausses cartes d’identité, des scans retouchés ou je ne sais quoi encore, ça va pas être de la tarte. Mais les éditeurs n’auront pas le choix, car si jamais l’un de leurs sites se fait gauler par l’Arcom en train de diffuser du contenu pornographique à un mineur, c’est pas juste une petite tape sur les doigts qu’ils vont se prendre. Non non, ce sera carrément une amende qui peut aller jusqu’à 250 000 euros, ou 4% du chiffre d’affaires mondial. Autant dire que ça calme direct !

    Et si jamais le site fait le mariole et refuse d’obtempérer malgré les mises en demeure, et bien ce sera le blocage pur et simple qui l’attendra. Son nom de domaine sera bloqué par les FAI grâce à la toute POUISSANCE DU BLOCAGE PAR DNS (ah-ah), et basta. Pas de pitié pour les contrevenants !

    Bon, et sinon, ça va se passer comment concrètement tout ce bordel ?

    Eh bien figurez-vous que l’Arcom, dans son immense bonté, a prévu une période de transition de 6 mois . Pendant ce temps-là, les sites porno pourront se contenter d’une simple vérification de la carte bancaire, sans forcément aller jusqu’à l’authentification forte avec le fameux 3D Secure. Mais, ils devront tous avoir mis en place des solutions qui respecteront le cahier des charges strict de l’Arcom, avec notamment une sécurisation sans faille des données personnelles des utilisateurs. Je sais d’avance comment ça va se terminer… loool.

    Enfin, dernière petite subtilité, et non des moindres : ce contrôle d’âge ne s’appliquera pas seulement aux sites basés en France, mais aussi à tous ceux installés à l’étranger et accessibles depuis la France. Alors ok, pour les gros sites genre Jacquie et Michel ou Dorcel, ça devrait pas poser trop de problèmes, mais pour les petits sites plus modestes, ça risque d’être une autre paire de manches…

    Au moins vous savez maintenant ce qui vous attend.

    Source

    • chevron_right

      Pornographie en ligne : la Cnil pourrait valider l’analyse faciale

      news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 28 February, 2023 - 10:30

    template-jdg-67-158x105.jpg Facebook reconnaissance faciale

    Le gendarme de la vie privée n'est pas totalement opposé à l'utilisation de la reconnaissance faciale pour vérifier l'âge des internautes sur les sites pornographiques.

    Pornographie en ligne : la Cnil pourrait valider l’analyse faciale

    • chevron_right

      Cette fois c’est la bonne, la France va bloquer l’accès à certains sites pornographiques

      news.movim.eu / JournalDuGeek · Monday, 6 February, 2023 - 09:00

    template-jdg-2022-08-01t115156-898-158x105.jpg Android pornographie

    Pornhub, Youporn, Tukif et les autres sites pornographiques gratuits sont plus proches que jamais de l'interdiction totale sur le territoire français.

    Cette fois c’est la bonne, la France va bloquer l’accès à certains sites pornographiques

    • chevron_right

      Canal+ suspend la diffusion de la chaîne porno Jacquie et Michel TV

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 20 June, 2022 - 19:46 · 2 minutes

    L'entrée du siège de Canal+, à Boulogne-Billancourt, le 16 avril 2021. (photo d'illustration) L'entrée du siège de Canal+, à Boulogne-Billancourt, le 16 avril 2021. (photo d'illustration)

    MÉDIAS - Canal+ a suspendu la diffusion de la chaîne porno Jacquie et Michel TV sur ses bouquets après la mise en examen pour complicité de viol vendredi du propriétaire du site du même nom, a annoncé ce lundi 20 juin le groupe.

    “Compte tenu des éléments d’actualité concernant le groupe éditant la chaîne Jacquie et Michel TV et dans l’attente d’informations complémentaires, le groupe Canal+ a décidé d’en suspendre la diffusion”, indique ce dernier dans un communiqué.

    Cette suspension “est effective en France depuis vendredi 17 juin”.

    Sollicité par l’AFP, le groupe Canal+ n’a pas souhaité préciser combien de personnes étaient abonnées à la chaîne. Elle avait été lancée le 23 juin 2020 et était diffusée en exclusivité sur les bouquets de Canal+.

    Incluse dans l’offre la plus complète (Intégrale+) et intégrée au sein d’un pack de chaînes pour adultes à 18 euros par mois, Jacquie et Michel TV était également disponible en option seule à 6 euros par mois.

    Du contenu de minuit à 5h du matin

    Selon le descriptif des offres Canal+, Jacquie et Michel TV était diffusée “tous les jours, de minuit à cinq heures du matin”, et proposait des vidéos amateurs ainsi que des reportages et interviews sur le monde du porno.

    Interpellé le 14 juin avec son épouse et trois hommes dans le cadre d’une vaste enquête sur des soupçons de dérives dans le porno amateur, le propriétaire du site Jacquie et Michel, Michel Piron, 64 ans, a été mis en examen vendredi pour complicité de viol et traite d’être humain en bande organisée.

    L’avocat du groupe Arès, présidé par Michel Piron et détenteur du site pornographique, a affirmé qu’il était reproché à Michel Piron “des faits -contestés- concernant une seule plaignante, en 2013”.

    Fondé en 1999, Jacquie et Michel a bâti son succès sur l’achat à petits prix de vidéos amateur en France, avant de professionnaliser peu à peu sa production pour en venir à concurrencer Dorcel parmi les leaders de l’industrie pornographique.

    À voir également sur Le HuffPost : Une boutique Jacquie & Michel à Paris visée par une manif anti-porno

    • chevron_right

      Le propriétaire du site porno "Jacquie et Michel" mis en examen

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 17 June, 2022 - 23:03

    Le propriétaire du site porno Le propriétaire du site porno "Jacquie et Michel" a été mis en examen. (photo d'illustration)

    JUSTICE - Le propriétaire du site pornographique “Jacquie et Michel”, Michel Piron, a été mis en examen vendredi pour complicité de viol et traite d’être humain en bande organisée, et placé sous contrôle judiciaire, a appris l’AFP lors d’une audience publique devant le juge des libertés et de la détention (JLD).

    Trois autres hommes ont également été mis en examen dans ce dossier. L’épouse de M. Piron, interpellée en même temps que son mari mardi, a pour sa part été placée sous le statut intermédiaire de témoin assisté et est donc ressortie libre vendredi du tribunal judiciaire de Paris.

    Plus d’informations à venir...

    • chevron_right

      Nikita Bellucci réagit à l'affaire Jacquie et Michel et demande que "cela cesse"

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 15 June, 2022 - 07:03 · 3 minutes

    L'actrice X Nikita Bellucci dénonce L'actrice X Nikita Bellucci dénonce "le modèle" de Jacquie et Michel, dont le propriétaire Michel Piron a été placé en garde à vu le 14 juin 2022.

    PORNOGRAPHIE - “Il faut que cela cesse définitivement.” Quelques heures après le placement en garde à vue du propriétaire de Jacquie et Michel et de quatre autres personnes pour “viols” et “proxénétisme, l’actrice de films X Nikita Bellucci a dénoncé les pratiques du site de porno amateur.

    “J’ai travaillé pour Jacquie et Michel en 2012. Le caméraman est d’ailleurs en prison dans le cadre de l’affaire French Bukkake (...) Ce fameux caméraman, en marge d’un salon, a servi de l’alcool, et une fois que tout le monde était un peu éméché, a allumé la caméra. En plein milieu de cette scène, le réalisateur a réalisé un acte sexuel sur moi”, a-t-elle raconté ce mardi 14 juin sur BFMTV.

    .

    D’après l’actrice, le site Jacquie et Michel ne peut pas dire qu’il n’était pas au courant de ce qu’elle avait subi, car la description de la vidéo précisait: “Nikita Bullucci, jeune écervelée, dans un état second abusée par telle et telle personne”, assure-t-elle.

    “On demande des excuses à Jacquie et Michel”

    Si l’actrice refuse de parler de viol, elle rappelle que “le consentement ne s’obtient pas avec une bouteille d’alcool” et que les lieux de tournages sont censés être régis par des règles. Elle-même défend un modèle porno dit ”éthique” qui est “en fait un porno normal, où on prend soin des gens”. Ce n’est pas le cas de Jacquie et Michel, dénonce-t-elle.

    “Ils ont inventé un modèle de production avec des scènes achetées à bas prix. (...) Avec ce genre de tarifs, forcément il va y avoir des dérives. Ils vont donner tout ça à des sous-mains, des petits réalisateurs, qui sont tout simplement des prédateurs”, regrette-t-elle. Un constat partagé par la réalisatrice et ancienne actrice Liza Del Sierra également sur BFMTV: “Il y a un problème. Sous couvert d’amateur, on se permet de faire n’importe quoi.”

    Nikita Bellucci dit malgré tout aimer son métier: “Je n’ai pas rencontré des personnes mauvaises sur tous mes tournages. (...) On essaie de se battre pour faire de jolies choses, un porno n’est pas sale. Ce qu’on demande à Jacquie et Michel, c’est des excuses par rapport au victime, par rapport à notre profession et tout ce modèle qu’ils ont mis en place.”

    Michel Piron, sa femme et trois acteurs en garde à vue

    Le propriétaire de Jacquie et Michel Piron est en garde à vue notamment pour agressions sexuelles ainsi que pour complicité de plusieurs infractions parmi lesquelles viols aggravés, proxénétisme aggravé et traite des êtres humains, selon le parquet de Paris. Sa femme a également été placée en garde à vue.

    Trois hommes, présentés comme des “acteurs” par une source proche du dossier, sont notamment en garde à vue pour viols aggravés ou en réunion, traite des êtres humains ou encore proxénétisme, selon le parquet. L’enquête avait été ouverte en juillet 2020, après les témoignages de plusieurs femmes qui se disaient victimes de pratiques sexuelles sont consenties.

    “Il s’est toujours dit du côté des victimes si des actrices ont subi des actes de violences sexuelles qu’il ignorait parfaitement”, a de son côté assuré l’avocat du groupe Arès, qui détient le site. Et de souligner que “le groupe ‘Jacquie et Michel’ n’a jamais produit ou réalisé de film et n’est que diffuseur de films réalisés par des producteurs indépendants”.

    À voir également aussi sur le Huffpost: Une boutique Jacquie & Michel à Paris visée par une manif anti-porno

    • chevron_right

      "Jacquie et Michel", “French Bukkake”: Ces enquêtes qui font vaciller le porno français

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 14 June, 2022 - 16:17 · 5 minutes

    En France, le porno amateur fait l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires après plusieurs vagues de révélations sordides sur les dessous de l'industrie. (Photo d’illustration) En France, le porno amateur fait l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires après plusieurs vagues de révélations sordides sur les dessous de l'industrie. (Photo d’illustration)

    PORNOGRAPHIE - Le travail de la justice suit son cours dans le milieu français du X. Ce mardi 14 juin, le label pornographique français Jacquie et Michel est de nouveau dans le viseur de la justice française, après la garde à vue du propriétaire du site , Michel Piron, ainsi que de quatre autres personnes.

    Ces mesures font suite à une enquête ouverte en 2020 après de nombreux signalements d’associations comme Osez le féminisme, les Effronté-es et le Mouvement du Nid au sujet de pratiques sexuelles abusives contre des actrices dénonçant des “pratiques sexuelles hors normes et douloureuses” alors qu’elles n’étaient pas consentantes.

    Les cinq personnes placées en garde à vue ce mardi sont entendues dans le cadre d’une enquête préliminaire “pour des faits supposés de proxénétisme, complicité de viol et complicité d’agressions sexuelles entre 2009 et 2015”. Un épisode judiciaire qui remet le sujet des dérives du secteur au centre du débat dans l’Hexagone.

    Jacquie et Michel, “tête de gondole du secteur pro-amateur”

    C’est en 2020 que cette question a trouvé une première caisse de résonance avec la publication en février d’une vidéo par Konbini , dévoilant “les coulisses sordides” de l’industrie du porno dite “amateur”. La grande spécialité du site Jacquie et Michel , qui a fondé son succès et sa réputation sur l’achat de vidéos amateur à petit prix pour les diffuser ensuite sur son site.

    Mais le site avait été épinglé dès 2018 par le journaliste Robin d’Angelo dans le cadre du livre-enquête “Judy, Lola, Sofia et moi”. Il racontait comment il s’était introduit dans l’industrie, avant de gravir les échelons pour atteindre finalement les plateaux de tournage du site français, que Robin d’Angelo décrit comme “la tête de gondole du secteur ‘pro-amateur’”.

    Son enquête dénonçait l’absence récurrente du consentement des actrices sur les tournages et le non-respect du droit du travail. Il évoquait aussi dans ce livre la situation de grande précarité et de vulnérabilité d’un grand nombre d’ entre elles , contraintes d’accepter des situations de domination extrêmes sans avoir été prévenues à l’avance. Des faits révélateurs de pratiques devenues courante dans ce milieu. “Les actrices n’ont pas le pouvoir de dire non”, expliquait le journaliste du JDD dans une interview accordée à Hugo Clément .

    Pour se dédouaner, le site fondé en 1999 utilise son statut de diffuseur pour rejeter à chaque fois les accusations à son encontre. “Le groupe Jacquie et Michel n’a jamais produit ou réalisé de films et n’est que diffuseur de films réalisés par des producteurs indépendants”, expliquait ainsi Nicolas Cellupica, l’avocat de la marque “J&M”, propriété du groupe Arès, détenteur de nombreux sites et revues autour du X.

    “J&M”, la partie émergée de l’iceberg

    D’un côté, le sombre quotidien des actrices, de l’autre, le rôle prépondérant des producteurs. Fin 2021, Le Monde s’était également penché sur cette industrie. Dans une enquête au long cours intitulée “Plaintes contre X”, le quotidien tentait notamment de comprendre le rôle des producteurs dans les dérives du porno, entre méthodes proches du proxénétisme pour recruter des filles sur les tournages “par des stratagèmes élaborés” et extorsion d’argent auprès d’actrices pour retirer des vidéos mises en ligne sans leur consentement.

    Car au-delà de la tête de gondole “J&M” se cache une autre affaire emblématique. Depuis fin 2020, une enquête agite tout particulièrement l’industrie du X. Elle concerne la plateforme “French Bukkake” , spécialiste du porno amateur trash. Après des révélations du Parisien , le site a lui aussi fait l’objet de mises en examen contre ses producteurs. Plus d’une cinquantaine de victimes ont depuis été identifiées par les enquêteurs.

    Et ce sont pas moins de douze personnes, dont les producteurs stars “Pascal OP” et “Mat Hadix” (par ailleurs producteur pour “J&M”) qui sont poursuivies dans ce dossier exceptionnel par son ampleur. Parmi les chefs d’accusation: “traite d’être humains aggravée”, “viol en réunion” ou “proxénétisme aggravé”. Des qualifications criminelles que l’on retrouve dans les affaires liées au porno français ces dernières années, tant le besoin de faire toujours plus trash prédomine pour attirer plus de visiteurs.

    De timides solutions mises en place

    “Les enquêtes judiciaires sur Jacquie & Michel et French Bukkake ont mis quelques types hors d’état de nuire, mais d’autres vont arriver, prophétisait l’actrice et productrice Nikita Bellucci lors d’une enquête de 20 Minutes en 2021. Il ne faut pas se faire d’illusions. Tout le monde serre les fesses en attendant que cela se tasse. Mais il y aura d’autres dérives…”

    Pour contrebalancer ces scandales qui agitent l’industrie porno, une première mais timide “révolution” du secteur à vue le jour: la mise en place de chartes déontologiques pour défendre un porno plus ”éthique”. À commencer par Jacquie et Michel. Le site indiquait le 20 novembre 2020 que sa charte aurait pour but de “protéger l’ensemble des participants à la réalisation de contenus susceptibles d’être distribués et diffusés par ses différents studios.”

    Même son de cloche pour Dorcel qui, en avril 2021, s’est entouré de l’actrice Liza Del Sierra, du sociologue Alexandre Duclos et de l’avocat Matthieu Cordelier afin d’ élaborer une charte contenant 18 propositions “pour améliorer la qualité de vie au travail des professionnels du X et évoluer vers une production plus responsable”.

    À voir également sur Le HuffPost: Une boutique Jacquie & Michel à Paris visée par une manif anti-porno

    • chevron_right

      Le propriétaire du site porno "Jacquie et Michel" placé en garde à vue

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 14 June, 2022 - 07:56

    Le propriétaire du site porno Le propriétaire du site porno "Jacquie et Michel" placé en garde à vue (photo d'illustration)

    JUSTICE - Michel Piron, le propriétaire du site pornographique “Jacquie et Michel”, a été placé en garde à vue avec quatre autre personnes, dans le cadre d’une enquête ouverte à Paris pour “viols” et “proxénétisme”, a annoncé ce mardi 14 juin son avocat à l’AFP.

    Michel Piron et sa femme “ont été placés en garde à vue ce matin dans le cadre d’une enquête préliminaire” ouverte en juillet 2020 “pour des faits supposés de proxénétisme, complicité de viol et complicité d’agressions sexuelles entre 2009 et 2015″, a annoncé l’avocat du groupe Ares, détenteur du site, Me Nicolas Cellupica. Le parquet de Paris a confirmé le placement en garde à vue de cinq personnes.

    Plus d’informations à venir...

    À voir également sur Le HuffPost: Une boutique Jacquie & Michel à Paris visée par une manif anti-porno

    • chevron_right

      Mathias Poujol-Rost ✅ · Saturday, 18 December, 2021 - 10:48

      Contact publication

    « C’était des viols déguisés en vidéo » : le réseau, le recruteur et les proies