• chevron_right

      Nicolas Sarkozy’s jail term halved in illegal campaign funds case

      news.movim.eu / TheGuardian · Wednesday, 14 February - 16:14

    Appeal court sentence on hold after lawyer says former president will contest guilty verdict at France’s highest court

    The former French president Nicolas Sarkozy has been given a six-month jail term on appeal, after being found guilty of illegal campaign financing for the vast, showman-style political rallies of his 2012 re-election attempt.

    The Paris court of appeal confirmed a lower court’s guilty verdict for Sarkozy, who was convicted of hiding illegal overspending in the presidential election he lost to the Socialist candidate François Hollande.

    Continue reading...
    • chevron_right

      Franc CFA : quand Nicolas Sarkozy activait l’arme monétaire en Côte d’Ivoire

      news.movim.eu / LeVentSeLeve · Saturday, 30 December - 17:56 · 6 minutes

    Malgré des réformes de l’institution monétaire impulsées par Emmanuel Macron et le chef d’État ivoirien Alassane Ouattara, le franc CFA est toujours en place. Il demeure critiqué par ses opposants pour l’ascendant qu’elle confère au gouvernement français sur les États africains de la zone franc. Plusieurs épisodes ont démontré qu’elle pouvait se transformer en arme au service de l’Élysée. En 2011, lors de la crise politique ivoirienne, Nicolas Sarkozy avait activé ce levier pour forcer le président Laurent Gbagbo à la démission et le remplacer par son opposant, Alassane Ouattara. Justin Koné Katinan, ministre du Budget, avait alors déclaré : « J’ai vu qu’un seul fonctionnaire en France peut bloquer tout un pays ». Cette séquence est analysée par la journaliste Fanny Pigeaud et le chercheur N’Dongo Samba Sylla dans L’arme invisible de la Françafrique : une histoire du Franc CFA (La découverte, 2018), dont cet article est issu.

    Le franc CFA procure à Paris des moyens de pression, de répression et de contrôle qui lui permettent, au besoin, d’aller au-delà de la sphère économique et d’orienter la trajectoire politique des quinze États africains de la zone franc. L’histoire récente de la Côte d’Ivoire en offre un exemple particulièrement frappant.

    Ce cas date de la crise politico-militaire qui a suivi le second tour de l’élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire. Les résultats de ce scrutin, qui s’était tenu sous haute tension, avaient donné lieu à une forte controverse. Cette crise post-électorale avait abouti à une situation inédite : le pays s’était retrouvé avec deux présidents. Le premier, Laurent Gbagbo, président sortant, avait été reconnu réélu par le Conseil constitutionnel ivoirien et conservait donc l’effectivité du pouvoir et le contrôle de l’administration.

    Le second, Alassane Ouattara, était considéré comme le gagnant par la « communauté internationale », mais ne régnait que sur l’hôtel d’Abidjan dans lequel il s’était installé. Souhaitant voir Alassane Ouattara accéder à la tête du pays, le président français Nicolas Sarkozy, son ami et principal soutien, actionna divers mécanismes et tout particulièrement ceux des institutions de la zone franc. L’idée des autorités françaises était de paralyser l’administration ivoirienne afin de pousser Laurent Gbagbo vers la sortie.

    Cela se fit en plusieurs étapes. Suivant les instructions de Paris, le siège de la BCEAO, dont Alassane Ouattara avait été le gouverneur entre 1988 et 1990, commença par empêcher l’État ivoirien d’accéder aux ressources de son compte logé à la BCEAO. Il fit aussi fermer les agences ivoiriennes de la BCEAO. Abidjan ayant réussi à les faire réouvrir grâce à une mesure de réquisition du personnel, la BCEAO supprima alors une application informatique afin de bloquer leur fonctionnement. Les administrateurs de la banque obligèrent par ailleurs son gouverneur, Henri Philippe Dacoury-Tabley, à démissionner, l’accusant d’être trop complaisant avec les autorités d’Abidjan.

    En avril 2011, l’arme monétaire ayant échoué à faire tomber Laurent Gbagbo « comme un fruit pourri », selon l’expression d’Alassane Ouattara, la France se résolut à utiliser son armée

    Laurent Gbagbo n’ayant toujours pas quitté le pouvoir, le ministère français de l’Économie et des Finances demanda, en février 2011, aux banques françaises opérant dans le pays, soit la BICICI, filiale de BNP Paribas, et la SGBCI, filiale de la Société générale, de cesser leurs activités. Ces deux établissements obéirent. Dans le même temps, la BCEAO menaçait de sanctions les autres banques si elles persistaient à vouloir travailler avec le gouvernement de Laurent Gbagbo 1 . Comme elle ne pouvait ordonner aux établissements financiers non français qu’elle ne contrôlait pas de cesser toute opération extérieure, la France passa à une étape supérieure.

    Elle mobilisa son arme invisible : le compte d’opérations. Avec le concours de la BCEAO, le ministère français des Finances suspendit les opérations de paiement et de change de la Côte d’Ivoire qui devaient transiter par le compte d’opérations de la BCEAO. De cette manière, les transactions commerciales et financières entre la Côte d’Ivoire et l’extérieur furent bloquées. Les entreprises ivoiriennes se trouvèrent dans l’impossibilité d’exporter et d’importer. Ce sabotage empêcha aussi les représentations diplomatiques ivoiriennes de recevoir leurs dotations budgétaires.

    En procédant ainsi, les autorités françaises ont prouvé que le système du compte d’opérations peut se transformer en un redoutable instrument répressif : la France peut, à travers lui, organiser un embargo financier terriblement efficace. Justin Koné Katinan, le ministre du Budget de Laurent Gbagbo pendant cette crise, racontera en 2013 : « J’ai vu la Françafrique de mes yeux. […] J’ai vu comment nos systèmes financiers restent totalement sous domination de la France, dans l’intérêt exclusif de la France. J’ai vu qu’un seul fonctionnaire en France peut bloquer tout un pays 2 . » […]

    En avril 2011, l’arme monétaire ayant échoué à faire tomber Laurent Gbagbo « comme un fruit pourri », selon l’expression d’Alassane Ouattara, la France se résolut à utiliser son armée 3 . Elle l’a fait alors que l’administration ivoirienne était en train de s’organiser en vue de créer une monnaie nationale et de faire sortir la Côte d’Ivoire de la zone franc, seule solution à même de contourner le dernier piège de la BCEAO, consistant à ne plus approvisionner ses agences ivoiriennes en billets de banque.

    Un haut cadre de l’administration de cette époque nous a expliqué en 2018 les mesures prises afin de faire face à ce qu’il appelle le « boa constricteur du gouvernement français ». « Les coupures, la présentation physique de notre future monnaie étaient achevées, rapporte-t-il. Nous avions décidé de garder la même valeur nominale que le franc CFA pour ne pas perturber les populations. Les billets et les pièces devaient être produits par une puissance étrangère. Nous étions en négociation avec un pays africain ami, qui avait donné son accord de principe pour garder notre compte de devises en attendant que notre banque centrale soit fonctionnelle. Nous en étions au niveau des modalités pratiques de cette coopération monétaire quand la France, certainement consciente qu’elle risquait de perdre la Côte d’Ivoire, lança son assaut final.

    Alors que nous étions en train de la battre sur son propre terrain, elle a utilisé, pour éviter une défaite, ce qu’elle avait de plus que nous : les armes 4 . » Après avoir bombardé pendant plusieurs jours des casernes militaires ainsi que le palais présidentiel et la résidence officielle du chef de l’État de la Côte d’Ivoire, les militaires de la base française d’Abidjan lancèrent en effet, le 11 avril 2011, une attaque de grande envergure contre l’armée ivoirienne. Cette opération s’acheva le jour même par l’arrestation de Laurent Gbagbo 5 .

    Notes :

    1 « Côte d’Ivoire : la BCEAO menace de sanctions les banques collaborant avec Gbagbo », Jeune Afrique , 11 février 2011.

    2 « Koné Katinan fait des révélations sur le rôle de la France et de Christine Lagarde dans la crise des banques en Côte d’Ivoire », Le Nouveau Courrier , 23 juin 2013.

    3 Sabine Cessou, « Comme un fruit pourri », Libération , 7 janvier 2011.

    4 Entretien réalisé par écrit en avril 2018.

    5 Fanny Pigeaud, France Côte d’Ivoire, une histoire tronquée , Vents d’ailleurs, La Roque d’Anthéron, 2015.

    • chevron_right

      « On ne les a jamais utilisés » : François Fillon admet avoir boudé les téléphones sécurisés quand il était Premier ministre

      news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 3 May, 2023 - 12:29

    Interrogé par une commission d'enquête sur les ingérences étrangères, François Fillon a reconnu une très mauvaise hygiène numérique des politiques. Lui-même ne sécurisait guère ses échanges avec Nicolas Sarkozy, alors président. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • Co chevron_right

      Qatar 2022 : en attendant le foot, un peu de cirque politique !

      Frédéric Mas · ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Tuesday, 22 November, 2022 - 03:50 · 4 minutes

    On attendait une rencontre sportive , on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

    Il est donc temps de sortir son paquet de popcorn et sa bière (sans alcool) pour rappeler à ceux qui appellent au boycott que le désastre était prévisible depuis au moins… 12 ans et qu’il porte un nom : diplomatie économique. Encore une fois, c’est la politisation d’un événement populaire dans le monde entier qui aujourd’hui se traduit par un pataquès généralisé.

    Qatar, nos amis pleins aux as

    Malheureusement, dans cette histoire, on ne peut pas dire que la classe politique française se soit illustrée par sa grande clairvoyance et l’intransigeance morale qu’elle affiche régulièrement quand il est question de politique internationale.

    Certains se souviendront que c’est Nicolas Sarkozy qui a lourdement insisté auprès de Michel Platini pour soutenir la candidature de l’Émirat au Mondial 2022. La voix de l’ancien footballeur, si elle n’est pas la seule, sera décisive pour l’attribution du mondial au petit pays ami de la France. Vanessa Ratignier et Pierre Péan ont rappelé dans Une France sous influence (2014) le travail de lobbying de l’ancien président de la République auprès de l’ancien triple ballon d’or :

    « [Sarkozy] ne m’a pas demandé de voter pour les Qataris, déclare Platini. Il m’a juste dit, durant une réunion, que ça serait une bonne chose si je le faisais » explique-t-il sur le site internet espagnol donbalon.com, en mars 2011, avant d’ajouter : « il sait que je suis libre et indépendant ». « Il m’a dit que les Qataris étaient des gens bien », éludera-t-il encore l’été suivant auprès de SoFoot ; le magazine précise qu’« averti des réticences de Platini sur la candidature qatarie, Sarkozy aurait suggéré au président de l’UEFA de reconsidérer sa position sur le sujet. »

    « Des gens bien » donc. Seulement, la petite monarchie absolue n’avait pas si bonne réputation que ça. Les pratiques moyenâgeuses du Qatar en matière de travail faisaient déjà la Une des journaux et pire, le pays a connu une crise diplomatique majeur en 2017, c’est-à-dire bien après son rapprochement avec la France. Trois de ses voisins l’accusaient de soutenir le terrorisme. De son côté, les États-Unis ont depuis accusé à plusieurs reprises la monarchie d’une trop grande bienveillance envers les djihadistes.

    En 2014, David S. Cohen, alors sous-secrétaire au Trésor des États-Unis pour le terrorisme et le renseignement financier, a même accusé les autorités qataries de permettre à des financiers figurant sur des listes noires internationales de vivre librement dans le pays : « Il y a au Qatar des financiers du terrorisme désignés par les États-Unis et l’ONU qui n’ont pas fait l’objet de mesures en vertu de la loi qatarie. »

    Qatar 2022 : démocratie à éclipse et ballon rond

    Depuis tout a changé et le Qatar a fait le ménage en adoptant des mesures antiterroristes plus radicales et en sortant de l’ambiguïté. En juillet 2017, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a fait l’éloge du Qatar après qu’il soit devenu le premier État régional à signer un protocole d’accord avec les États-Unis pour lutter contre le financement du terrorisme.

    Il faudra toutefois attendre 2021 pour que l’Arabie saoudite accepte de rouvrir sa frontière au Qatar. Et bien entendu, le Qatar reste un régime autoritaire -c’est une monarchie absolue- selon le Democracy index 2021 de The Economist , avec un score particulièrement bas en matière de pluralisme politique et d’élections libres.

    Ce n’est pas ce qui gênait beaucoup la classe politique française des années 2010. Certains se souviendront de l’entretien lunaire d’ Anne Hidalgo , ravie de voir le PSG propulsé au sein des clubs les plus riches au monde grâce au rachat de l’émirat et assez oublieuse de sa réputation sulfureuse… Elle était loin d’être la seule à avoir mis un mouchoir sur ses beaux principes pour aider nos amis aux poches pleines. Mais aujourd’hui, elle choisit superbement d’appeler au boycott du championnat au nom de la Capitale…

    À retenir entre deux pages de pub lors du match France-Australie : la vertu en politique est une variable d’ajustement et méfiez-vous, même vos loisirs les plus anodins peuvent servir de sponsors aux entreprises de propagande les moins avouables.

    • chevron_right

      Nicolas Sarkozy reçoit une candidate LREM, sa rivale LR a "honte pour lui"

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 16 June, 2022 - 08:25 · 3 minutes

    Brigitte Kuster est la candidate LR de la 4e circonscription de Paris. Elle affrontera Astrid Panosyan-Bouvet, candidate LREM... qui a échangé avec Nicolas Sarkozy, au grand dam de LR. Brigitte Kuster est la candidate LR de la 4e circonscription de Paris. Elle affrontera Astrid Panosyan-Bouvet, candidate LREM... qui a échangé avec Nicolas Sarkozy, au grand dam de LR.

    POLITIQUE - Nicolas Sarkozy perd décidément sa côte auprès de son parti historique Les Républicains . Brigitte Kuster, candidate LR à sa réélection dans la 4e circonscription de Paris, n’a pas de mots assez durs pour fustiger la rencontre entre l’ancien président et sa rivale LREM, dévoilée dans les colonnes du Parisien .

    “J’ai honte pour lui devant une telle trahison”, lâche Brigitte Kuster dans Le Figaro mercredi 15 juin. La “trahison” en question consiste en un échange entre Nicolas Sarkozy et Astrid Panosyan-Bouvet, co-fondatrice d’En Marche proche d’Emmanuel Macron et candidate à Paris, en ballotage favorable face à Brigitte Kuster.

    “Alors que je suis en pleine remontada localement... J’en ai réussi une la dernière fois, j’ai bien l’intention de réussir à nouveau. Et je ferai ça sans lui”, assure Brigitte Kuster. Avec 28,9% au premier tour, elle accuse 13 points de retard sur Astrid Panosyan-Bouvet.

    Selon l’équipe de campagne LREM, Nicolas Sarkozy et la candidate LREM ont échangé sur “la situation politique, la recherche d’une majorité stable et la poussée de la Nupes et de l’extrême gauche”. Sauf que dans la 4e circonscription, la NUPES a été éliminée au premier tour.

    “Incompréhensible” pour Copé

    Brigitte Kuster peut compter sur le soutien de plusieurs figures du parti, dont Jean-François Copé. “Peu importe les divergences que l’on peut avoir les uns envers les autres… cette visite est incompréhensible”, écrit le maire de Meaux sur Twitter. “Minable. Indigne. Traitre”, s’indigne aussi Geoffroy Boulard, qui a succédé à Brigitte Kuster à la mairie du 17e arrondissement.

    Auprès du Parisien , l’entourage de Nicolas Sarkozy assure que “si Brigitte Kuster avait demandé à voir Nicolas Sarkozy, celui-ci l’aurait également reçu”. Mais selon RTL, celle-ci n’a plus aucune envie de revoir l’ancien président: “On ne demande pas de rendez-vous à quelqu’un qui vous trahit”, réplique-t-elle.

    La campagne présidentielle avait déjà pré-acté l’éloignement entre Nicolas Sarkozy et Les Républicains. L’ancien président n’a jamais soutenu Valérie Pécresse , mais il s’est fendu d’ un long message après le premier tour pour appeler son camp à soutenir Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

    Le divorce sera-t-il consommé pendant les législatives, en même temps que le mariage avec LREM? Sur franceinfo le 13 juin, la vice-présidente des Républicains Florence Portelli n’avait pas hésité à qualifié Sarkozy de “petit télégraphiste de Thierry Solère”.

    À voir également sur Le HuffPost: Le nom de Nicolas Sarkozy sifflé par le public au meeting de Valérie Pécresse

    • chevron_right

      Sarkozy prend parti dans la guerre Estrosi-Ciotti pour les législatives à Nice

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 9 June, 2022 - 16:54 · 5 minutes

    Nicolas Sarkozy a envoyé une vidéo de soutien à la candidate Horizons aux législatives à Nice dans les Alpes-Maritimes. Ici le 7 mai 2022 à la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Nicolas Sarkozy a envoyé une vidéo de soutien à la candidate Horizons aux législatives à Nice dans les Alpes-Maritimes. Ici le 7 mai 2022 à la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron à l'Élysée.

    LÉGISLATIVES - La recomposition politique se poursuit entre Les Républicains et la majorité présidentielle. Et dans cette guerre ouverte, Nicolas Sarkozy se fait de plus en plus clair sur son choix -même si l’ancien chef de l’État est officiellement “en retrait de la vie politique”. La candidate Horizons dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes, Marine Brenier, a publié ce jeudi 9 juin un message de soutien de l’ancien président de la République, à 3 jours du premier tour des élections législatives .

    Une prise de position d’une trentaine de secondes à l’impact politique non négligeable puisque Marine Brenier, investie par la majorité présidentielle et soutenue par Christian Estrosi (lui aussi à Horizons), fera face à une candidate des Républicains proche d’Éric Ciotti, Christelle d’Intorni, dans cette circonscription qui s’étend de l’ouest de Nice à Saint-Étienne-de-Tinée.

    “Bonne chance pour dimanche prochain”

    Dans son message, l’ancien président des Républicains lui exprime “sa reconnaissance profonde” et “son amitié sincère pour la fidélité dont elle a fait preuve”. “Aujourd’hui c’est à moi de te soutenir, tu m’as tellement soutenu, tellement aidé, je te souhaite bon courage et bonne chance pour dimanche prochain”, déclare-t-il à l’adresse de la candidate qui était présidente des Jeunes Républicains de septembre 2015 à juillet 2017.

    Pour justifier son départ de LR, la députée avait notamment dénoncé le 9 mai sur France Bleu “une forme de chantage d’Éric Ciotti”, président de la fédération LR du département, lors du choix des investitures.

    Celle qui a “soutenu” et “voté pour Valérie Pécresse” lors de la présidentielle, a également expliqué qu’elle n’a pas quitté “sa famille politique de gaieté de cœur” mais qu’elle a fait son choix après les 4,78% obtenus par Valérie Pécresse le dimanche 10 avril. Elle estime avoir rejoint le “bloc des modérés” face à l ’apparition de trois blocs au soir de ce premier tour: “un bloc de gauche qui tend vers l’extrême gauche, un bloc d’extrême droite et enfin un bloc des modérés incarné par Emmanuel Macron et sa majorité présidentielle dans lequel les deux partis traditionnels, PS et LR, n’ont malheureusement plus leur place”.

    “L’avenir des Républicains, c’est la disparition quand on voit les différences majeures entre les différents membres de cette famille politique”, estime-t-elle, pointant le fait que “cela fait 10 ans que Les Républicains vont d’échecs en échecs, n’arrivent pas à (se) renouveler, à avoir un leader emblématique et à (se) mettre d’accord”.

    “Il y a vraiment deux lignes qui apparaissent. Si on veut que les valeurs de la droite continuent à exister dans notre pays, elles ne pourront l’être qu’au sein, soit du bloc d’extrême droite - pour ceux qui se sentent proches de cette idée, ce qui n’est pas mon cas - soit au sein de la majorité présidentielle pour incarner une droite de raison”.

    Une bataille locale qui dure depuis des jours

    Christelle d’Intorni dénonce, elle, une “trahison”. La maire de Rimplas, qui a donc elle le soutien d’Éric Ciotti, estime que “les électeurs en ont marre d’être trahis, notamment à travers des comportements comme celui de Marine Brenier”.

    La conseillère départementale a par ailleurs réclamé la démission de Christian Estrosi de la mairie de Nice et de la présidence de la métropole, estimant qu’il a “trahi” les électeurs de droite en rejoignant Horizons et qu’il doit se “soumettre aux urnes” pour retrouver “un peu de crédibilité et de légitimité”.

    Une missive en réaction à une décision de Christian Estrosi qui a choisi, la semaine dernière, de lui retirer son titre de vice-présidente et ses délégations à la métropole en raison d’“attaques lancées contre la collectivité”. “Mes prises de position sur la fiscalité métropolitaine datent de 2018. Et malgré notre opposition publique, vous m’avez quand même proposé d’être votre vice-présidente en 2020”, lui avait-elle répondu.

    Le fossé entre Nicolas Sarkozy et LR n’a cessé de se creuser pendant la campagne présidentielle, alors que l’ancien président n’a jamais apporté son soutien à son ancien parti et à sa candidate. Selon des propos rapportés dans la presse, l’ancien chef de l’État, qui cultive une proximité avec Emmanuel Macron, s’est montré très dur envers la candidate: “inexistante”, “Valérie n’a rien compris”, “elle serait bien inspirée de me citer”...

    Cette division pourrait en tout cas profiter à leurs concurrents. Dix candidats seront présents au premier tour dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes, dont Philippe Benassaya pour la Nupes, Frank Khalifa pour le RN ou Cédric Vella pour Reconquête.

    À voir également sur Le HuffPost: Le nom de Nicolas Sarkozy sifflé par le public au meeting de Valérie Pécresse

    • chevron_right

      Jubilé d'Elizabeth II: ce jour où Sarkozy a eu "l'impression d'être un dragon" face à la reine

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 2 June, 2022 - 12:08 · 2 minutes

    Ce jour où Sarkozy a eu Ce jour où Sarkozy a eu "l'impression d'être un dragon" face à la reine Elizabeth (Photo de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni au château de Windsor pour rencontrer la reine Elizabeth II et le prince Philip le 26 mars 2008. AP Photo/Carl De Souza, pool)

    ROYAUME-UNI - À l’occasion du jubilé de platine de la reine Elizabeth II ce jeudi 2 juin, l’ancien président français Nicolas Sarkozy a tenu à rendre hommage à la monarque qu’il a eu l’occasion de rencontrer lorsqu’il était en fonction. Interrogé par France Télévisions, il est revenu sur cette visite officielle à Windsor qui date de 2008.

    Cette année-là, comme l’explique l’ancien chef d’État, il venait de se marier avec Carla Bruni et le couple était invité au château de Windsor. Les yeux brillants, il raconte ainsi comment il a été accueilli au village de Windsor par deux “carrosses transparents” tirés par des chevaux, l’un par des chevaux blancs pour la monarque et lui et l’autre tiré par des chevaux noirs pour le prince Philip et Carla Bruni.

    “La reine a tenu à nous faire visiter notre chambre dans le château. Elle a notamment tenu à nous faire visiter la salle de bain”, raconte tout sourire Nicolas Sarkozy qui se souvient d’une anecdote: “Quand elle a ouvert le robinet, je ne sais pas pourquoi elle a ouvert le robinet, ça a fait ‘tong tong tong’, c’était très drôle tout le monde a ri”. Il explique également que, à sa grande surprise, la reine a tenu à venir les chercher dans leur chambre directement pour les mener au dîner dont la table “faisait 114 mètres de long”.

    Mais ce qu’il n’est pas près d’oublier lors de cette soirée, c’est cette expérience inattendue qu’il a eue avec un verre de gin. “J’avais une soif de pendu comme on dit et j’avise un serveur qui passait avec ce que j’ai pris pour un verre d’eau”, explique-t-il, rappelant qu’il n’a “jamais bu une goutte d’alcool de (s)a vie”. “Je bois une large gorgée de ce breuvage que je pensais être de l’eau minérale inoffensive. Mais c’était du gin. J’ai eu l’impression d’être comme un dragon avec des flammes qui sortaient” se souvient-il en riant.

    L’ancien président a loué la courtoisie de la reine et sa capacité à parler plusieurs langues dont le Français. “Elle parle le français comme les Français ne le parlent plus”, souligne-t-il avec admiration. “Quand on parle avec elle, on parle avec l’histoire du 20e siècle”, conclut-il.

    À voir également sur Le HuffPost: Jubilé d’Elizabeth II: à quoi ressemblait le monde en 1952 au début de son règne

    • chevron_right

      Valérie Pécresse a "quasiment bouclé" sa récolte de dons pour rembourser sa campagne

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 27 May, 2022 - 08:26 · 2 minutes

    Valérie Pécresse, le soir du premier tour de la présidentielle, le 10 avril 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes Valérie Pécresse, le soir du premier tour de la présidentielle, le 10 avril 2022. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    POLITIQUE - La banqueroute sera finalement évitée. Jeudi 26 mai, le président des Républicains Christian Jacob a assuré que Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a presque “bouclé” le remboursement d’une dette de 5 millions d’euros provoquée par sa déconfiture à la présidentielle.

    “Je pense que c’est bouclé, c’est à peu près bouclé, quasiment bouclé”, a assuré le député LR de Seine-et-Marne, au micro de RTL . Valérie Pécresse aura “pratiquement” atteint la somme de 5 millions d’euros, a-t-il ajouté.

    Au lendemain de sa défaite au premier tour de la présidentielle, lundi 11 avril, l’ex-ministre du Budget de Nicolas Sarkozy avait lancé une campagne de dons face à une “situation financière désormais critique”. “Nous n’avons pas atteint les 5% (de voix) qui nous permettraient d’obtenir les 7 millions de remboursements de l’État que nous escomptions”, avait-elle expliqué.

    Pour les candidats à la présidentielle sous ce seuil fatidique, le remboursement ne s’élève qu’à 800.000 euros.

    “Il en va de la survie des Républicains”

    Pour justifier cet “appel national aux dons”, Valérie Pécresse avait soutenu que “Les Républicains ne peuvent pas faire face à ces dépenses”: récolter l’argent était devenu selon elle une question de “survie des Républicains”.

    La démarche avait été raillée par plusieurs opposants, qui y voyait une contradiction avec l’habituel discours de la droite contre l’assistanat, sans compter que la présidente de région bénéficie du patrimoine le plus important des candidats de la dernière présidentielle, avec 9,7 millions d’euros .

    Malgré cette situation critique, Valérie Pécresse avait refusé un don provenant de Nicolas Sarkozy d’une somme de 2000 euros . Celle-ci l’a fait recréditer dans la journée, avait indiqué son entourage à l’AFP début mai, confirmant une information de Politico. “Elle ne demande pas la charité, mais la solidarité et l’amitié. C’est une femme d’honneur”, avait expliqué cette source, faisant référence au manque de soutien de l’ancien président de la République durant la campagne.

    À voir également sur Le HuffPost : À Neuilly-sur-Seine, la campagne de Pécresse n’emballe pas ces électeurs de droite

    • chevron_right

      Pécresse a refusé un don de Sarkozy pour rembourser sa campagne

      news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 5 May, 2022 - 09:25 · 2 minutes

    Valerie Pecresse, head of the Paris Ile-de-France region and LR candidate in the 2022 French presidential election, looks on during a political campaign rally in Paris, France, April 3, 2022. REUTERS/Sarah Meyssonnier Valerie Pecresse, head of the Paris Ile-de-France region and LR candidate in the 2022 French presidential election, looks on during a political campaign rally in Paris, France, April 3, 2022. REUTERS/Sarah Meyssonnier

    POLITIQUE - Non merci, Valérie Pécresse ne veut pas de l’aide de Nicolas Sarkozy . L’ancienne candidate LR à la présidentielle , qui a lancé un appel aux dons pour combler le trou de cinq millions d’euros laissé par sa défaite au premier tour, aurait refusé la contribution faite par l’ancien président qui ne l’a jamais officiellement soutenue.

    Nicolas Sarkozy avait fait, il y a une dizaine de jours, un virement bancaire d’une somme à 4 chiffres (sans atteindre la limite légale de 4600 euros) en faveur de la présidente de la Région Île-de-France . Mais celle-ci l’a fait re-créditer dans la journée, a indiqué ce jeudi 5 mai à l’AFP l’entourage de Valérie Pécresse, confirmant une information de Politico.

    “Elle ne demande pas la charité, mais la solidarité et l’amitié. C’est une femme d’honneur”, a expliqué cette source.

    2,5 millions d’euros récoltés

    Le fossé entre Nicolas Sarkozy et la candidate n’a cessé de se creuser pendant la campagne présidentielle, où il ne lui a jamais apporté son soutien. Selon des propos rapportés dans la presse, l’ancien chef de l’État, qui cultive une proximité avec Emmanuel Macron, s’est montré très dur envers la candidate: “inexistante”, “Valérie n’a rien compris”, “elle serait bien inspirée de me citer”... Il a même appelé le 12 avril à voter Emmanuel Macron au second tour , sans un mot pour son ancienne ministre.

    Valérie Pécresse n’avait obtenu que 4,78% des voix au premier tour de la présidentielle, sous les 5% nécessaires pour obtenir un remboursement de ses frais de campagne pour lesquels elle s’est “endettée personnellement à hauteur de cinq millions d’euros”. Le parti du candidat Yannick Jadot, EELV, a aussi lancé une “souscription exceptionnelle” pour l’aider à rembourser sa campagne.

    Valérie Pécresse a récolté ”à peu près 2,5 millions de dons”, a fait savoir dimanche Christian Jacob, le président du parti Les Républicains (LR). “Le parti va apporter huit millions d’euros sur une campagne qui en avait coûté 15 millions”, a précisé M. Jacob, jugeant que cet appel aux dons de la candidate avait été “compris de beaucoup de Français”.

    L’ex-candidate LR avait relancé cet appel lundi, en invoquant “ceux qui partagent (ses) convictions” mais aussi ceux qui, “par peur des extrêmes ont choisi le vote utile dès le premier tour”.

    À voir également aussi sur le Huffpost: L’ombre de Nicolas Sarkozy pèse sur Valérie Pécresse et sa campagne