• chevron_right

      Après les émeutes de 2023 en France, les pistes radicales du Sénat pour avoir à l’œil les réseaux sociaux

      news.movim.eu / Numerama · 6 days ago - 09:56

    Des sénateurs ont formulé 25 propositions après l'épisode des émeutes de l'été 2023. La mission d'information a notamment listé quelques stratégies pour les réseaux sociaux et les messageries. Des pistes radicales, préoccupantes, qui soulèvent des difficultés d'ordre juridique et technique.

    • chevron_right

      Ultimatum : TikTok a 6 mois pour se mettre en conformité en France avant d’être suspendu

      news.movim.eu / Numerama · Thursday, 6 July, 2023 - 10:19

    TikTok va-t-il être interdit en France ? Pas tout de suite, mais cela pourrait très bientôt arriver. La commission d'enquête sénatoriale vient de rendre ses conclusions, et laisse 6 mois à TikTok pour se mettre en conformité. Sous peine de quoi, le Sénat pourrait demander une suspension de l'app en France. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Contre les deepfakes porno, le Sénat adopte des règles plus sévères

      news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 5 July, 2023 - 16:35

    De nouvelles règles concernant les deepfakes ont été adoptées au Sénat, lors de l'examen de la loi « sécuriser et réguler l'espace numérique ». Elles apportent des changements, notamment sur les deepfakes pornographiques. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Le « système d’exploitation français » ressurgit au Sénat

      news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 4 July, 2023 - 16:07

    os souverain

    Un OS souverain pour assurer la confidentialité des agents publics : c'est la proposition de deux sénateurs qui réclament un plan d'action au gouvernement d'ici à un an. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Pour répondre aux émeutes, un sénateur veut pouvoir censurer les réseaux sociaux en 2h

      news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 4 July, 2023 - 09:00

    violences émeutes

    L'actualité rattrape le travail parlementaire. Au Sénat, un amendement a été déposé dans un projet de loi sur la régulation du numérique. Son but ? Obtenir un retrait en 2 heures de tout contenu incitant à l'émeute. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Le Sénat veut tester la reconnaissance faciale dans la rue

      news.movim.eu / Numerama · Tuesday, 13 June, 2023 - 14:55

    reconnaissance faciale

    Les sénateurs ont approuvé une proposition de loi autorisant une expérimentation de la reconnaissance faciale dans l'espace public, pour une durée de trois ans. Le texte doit passer à l'Assemblée nationale, où son sort est plus incertain. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Les moins de 15 ans exclus de Wikipédia ? L’absurde faille d’une proposition de loi

      news.movim.eu / Numerama · Monday, 22 May, 2023 - 15:30

    Sénat

    Le Parlement discute d'une proposition de loi qui fixe à 15 ans la majorité numérique. En dessous, les mineurs devront avoir l'accord de leurs parents pour s'inscrire sur un réseau social. Problème : la définition est si générale qu'elle touche aussi... Wikipédia. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • chevron_right

      Le Sénat sauve les influenceurs cryptos

      news.movim.eu / Numerama · Thursday, 11 May, 2023 - 14:18

    Après avoir fait frissonner le monde de l’influence crypto en l’interdisant virtuellement, le projet de loi de régulation des influenceurs se dirige vers un élargissement du champ des entités autorisées à promouvoir la cryptomonnaie. [Lire la suite]

    Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

    • Co chevron_right

      Économie : les murmures du Sénat méritent plus d’attention

      Noël Labelle · ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Wednesday, 30 November, 2022 - 03:30 · 3 minutes

    Depuis 2017, la France semble constamment agitée par des crises inédites.

    De la jacquerie des Gilets jaunes à la pénurie énergétique en passant par la pandémie, la guerre aux frontières de l’ UE ou l’urgence environnementale, le citoyen vit dans une atmosphère d’apocalypse permanente, certainement entretenue par intérêt politique.

    La sensation est tellement étouffante qu’on en oublie les problèmes structurels majeurs du pays que ces conjonctures tendues ne cessent pourtant de mettre en évidence. Pointer ces problèmes, proposer des solutions de bon sens allant dans l’intérêt commun semble ne plus permettre d’exister sur la scène médiatique. Rares sont les élus de premiers plans à y risquer leur image. À l’exception, par exemple, du président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, qui a toujours affiché convictions dans un libéralisme économique ajusté aux mentalités du pays .

    Cette mouvance mérite aujourd’hui d’être entendue.

    En effet, au cœur du problème français, il devient urgent de se questionner sur la présence toujours croissante de l’État dans toutes les activités de la société, à travers une bureaucratie envahissante peu adaptée aux réalités du terrain et une fiscalité oppressive . Malgré un gouvernement dépeint de manière fantaisiste par l’extrême gauche et l’extrême droite comme étant « ultra-libéral », la France reste au-dessus de tous ses voisins européens, à l’exception du Danemark, en matière de prélèvements obligatoires (ce qui inclut les impôts, les taxes et les cotisations sociales), qui représentent selon Eurostat 47 % du PIB.

    Ces lourdeurs entravent les axes de travail prioritaires pour rétablir les fondations économiques et sociales du pays. Le secteur de la santé est un exemple intéressant. La pandémie en a souligné la fragilité mais aussi l’ubuesque suradministration , qui grève ses coûts et son efficacité. En France, le taux d’administratifs est dix points plus élevé qu’en Allemagne où la qualité des soins est pourtant remarquable. Le constat interroge…

    On peut aussi revenir sur les 35 heures qui, depuis 25 ans, plombent la productivité nationale , sans que l’on en comprenne la logique économique. Dans une démocratie libérale, la question du nombre d’heures travaillées par semaine ne devrait jamais être un sujet de politique nationale. Cette question, comme celle du départ à la retraite, ne concerne finalement que l’employeur et l’employé. La liberté devrait être donnée de négocier ces sujets selon les besoins et les envies de deux parties. Le référendum d’entreprise peut également être un outil pertinent pour donner un peu plus de liberté réglementaire. La liberté, voici ce qui manque dans ce pays !

    Quand l’idéal de la liberté ne guide plus les esprits des élus et des dirigeants, les débats parlementaires se limitent et la démocratie étouffe. Ce constat est une réalité depuis des mois à l’Assemblée nationale, où le gouvernement, pressé par les deux blocs extrémistes, opte systématiquement pour le passage en force au milieu. Plus de discussions constructives, plus de recherche de consensus pour le bien des citoyens et du pays, plus de vote. Juste un programme, souvent discuté à Bruxelles, à appliquer. La bureaucratie, toujours…

    Pourtant, il reste encore des lieux de débats parlementaires en France. Par exemple, les conseils municipaux, généraux et régionaux renvoyant ainsi à la nécessité d’une décentralisation plus avancée. Mais aussi le Sénat, où le mode de scrutin indirect a permis de conserver une représentation plus équilibrée des différents courants politiques. Les « anciens » grands partis de gouvernement, Républicains et Socialistes, y forment les deux groupes les plus importants alors qu’ils ont quasiment disparu de l’Assemblée. Malheureusement, dans l’agitation médiatique générée par l’apocalypse permanente, le peuple n’entend plus les élus responsables murmurer.